III. COMPTABILITE ET DEVISES 
Au cours d’une année comptable, l’entreprise réalise entre autres toute une série 
d’opérati...
 Les problèmes comptables posés par les opérations en devises se situent à trois 
niveaux: 
1 . La comptabilisation de l’...
 le cours de change au comptant arrondi 
 le cours de change retenu pour la perception à l’entrée de la TVA. 
 
Tous ce...
Deux cas de figure peuvent alors se présenter: soit on achète $1000 contre € pour 
payer le fournisseur, soit on dispose d...
Date Réf Journal Général Débit Crédit 
05/03/02 1 440 fournisseurs ($1000) 1.075 
1 550 Banque (achat $1000 à 0,93) 1.075 ...
Méthode de comptabilité pluri-monétaire 
Nous avons vu que la méthode de la conversion immédiate ne peut rendre compte 
de...
On voit donc ainsi que le compte de liaison est un compte de synthèse dont le solde 
en devise exprime à tout moment le mo...
Date Réf Journal Général $ Débit 
$ 
Crédit 
$ 
15/0102 2 440 fournisseurs 1.000 
2 551 Banque $ 1.000 
31/0102 3 588 Liai...
On pourra dès lors admettre qu’à l’achat de 1.000 $ contre 1.075 € on puisse 
défendre deux méthodes de comptabilisation: ...
N° compte : 551 Intitulé : Banque $ 
DATE REF DESCRIPTION DEBIT 
€ 
CREDIT 
€ 
05/03 1 Achat 1000 $ au comptant 1.087 
05/...
2. EVALUATION PERIODIQUE DES AVOIRS ET DETTES EN DEVISES 
Nous avons jusqu’à présent raisonné comme si toutes les opératio...
Date Réf Journal Général Débit 
€ 
Crédit 
€ 
05/03/02 1 551 Banque $ ($1000 à 0,926) 1.080 
1 550 Banque € ( $1000 à 0,93...
N° compte :654 Intitulé : Différence de change $ 
DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 
30/04 6 Ecart de conversion sur Tréso...
2.3 Actifs et passifs soumis à réestimation 
Sont en principe seuls soumis à réestimation (vers le haut ou vers le bas) en...
Dans ce deuxième cas, il est fréquemment admis que les écarts de conversion 
négatifs résultant de la réestimation de la d...
Dans le cas de notre exemple simplifié nous avons vu qu’en clôture il restait une 
dette fournisseur de $500 convertie à l...
3. TRADUCTION D’ETATS FINANCIERS 
La traduction des comptes de filiales étrangères est un des problèmes les plus 
délicats...
peuvent naître de l’application au cours du temps de méthodes différentes (voir 
exemple PETROFINA). 
Il est par conséquen...
Les opérations traitées en devises avec la société mère sont généralement converties 
sur base du cours du jour. Idéalemen...
La traduction des comptes de pertes et profits se fait sur base d’un cours moyen 
raisonnablement choisi en fonction de la...
EUROS SFAS 8 SFAS 52 
Taux $ Taux $ 
BILAN AU 31.12.2000 
Immobilisé 600 .95 570 .85 510 
Stock 300 .91 273 .85 255 
Tréso...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cours devises 1

267 vues

Publié le

cours de devises , cours de change et opérations de fin d'exercice

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
267
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cours devises 1

  1. 1. III. COMPTABILITE ET DEVISES Au cours d’une année comptable, l’entreprise réalise entre autres toute une série d’opérations d’où résultent des avoirs ou des dettes, des droits ou des engagements libellés en devises ou par lesquelles ces dettes sont remboursées et ces avoirs, droits ou engagements réduits. Ces opérations sont appelées des opérations en devises . Ces opérations n’impliquent pas, contrairement aux opérations de change, nécessairement un achat ou une vente de devises pour lesquels il existe alors un prix déterminé dans l’unité de compte de l’entreprise, sur base duquel la comptabilisation doit être effectuée comme pour tout achat ou vente de marchandises. Or, dans les comptes annuels de l’entreprise, les différents éléments du bilan et du compte de résultat doivent nécessairement être ramenés à un dénominateur commun, une unité monétaire unique qui est en général fixée par la nationalité juridique de l’entreprise. Pour la plupart des pays de la C.E., cette unité monétaire nationale est l’euro. Ceci implique que les mutations résultant d’opérations en devises soient à un moment donné converties dans cette monnaie nationale. La valorisation en monnaie nationale des éléments du patrimoine de l’entreprise libellés en devises et la traduction des flux en devises qui les ont engendrés seront fonction des cours de conversion choisis. Encore faudra-t-il parmi les éléments du patrimoine considérer différemment les postes monétaires (qui regroupent les comptes de trésorerie et les avoirs et dettes portant sur un nombre déterminé d’unités monétaires) des postes non monétaires, (matériel, stock etc...). En effet, comme les rapports d’échange entre monnaie ne sont pas fixes mais évoluent de jour en jour, les postes monétaires libellés en devises continuent malgré leur conversion en monnaie nationale à subir l’impact des fluctuations de la valeur de la monnaie étrangère par rapport au cours de conversion retenu à l’origine de sorte que:  le nombre d’euros que l’entreprise encaissera en apurement d’une créance en devise ou qu’elle décaissera en apurement d’une dette en devise sera différent des montants en euros résultant de la conversion à l’origine des montants en devises en cause; il en découlera, à ce moment, une « différence de change »:  à la date de clôture, le cours prévalant sur le marché sera différent du ou des cours auxquels les postes monétaires en devises qui subsistent ont - à l’ori-gine ou ultérieurement - été convertis en euros dans la comptabilité de l’entreprise. Si cet écart est exprimé dans les comptes, il en résultera un « écart de conversion ».  32 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  2. 2.  Les problèmes comptables posés par les opérations en devises se situent à trois niveaux: 1 . La comptabilisation de l’opération en devises et ses conséquences immédia-tes sur les éléments du patrimoine de l’entreprise, 2 . L’évaluation périodique des avoirs et dettes exprimés en devises nées d’opérations en devises traitées dans l’exercice comptable ou dans les exer-cices comptables précédents, 3 . La traduction d’états financiers de société dont la comptabilité entière a été tenue en devises. 1. LES OPERATIONS EN DEVISES Dans la pratique comptable on peut rencontrer autant de types d’opérations en devises que l’on en rencontre en monnaie nationale:  opérations d’achat et vente en devises  opérations de règlement de créance ou dette en devises  conclusion d’un emprunt remboursable en devises  écritures de régularisation telles la prise en compte d’un prorata d’intérêt sur une créance ou une dette en devises.  Lors de la comptabilisation en monnaie nationale de ces opérations en devises, la conversion des montants en devises en euros ne correspond pas à une opération effective puisque la créance ou la dette à laquelle l’opération donne lieu reste libellée en devises. Puisqu’il ne s’agit pas d’une opération effective, les documents comptables dis-ponibles pour l’enregistrement de l’opération en devises ne mentionnent pas, comme dans une opération de change, le taux de conversion à utiliser. Il revient donc à l’entreprise de se fixer, dans le cadre de son organisation administrative et comptable et dans le respect des principes comptables, les modes d’évaluation des cours de conversion à utiliser et les méthodes d’enregistrement comptable de ces opérations en devises. 1.1 Cours de conversion Le cours de conversion choisi devrait en principe être le cours de change au comptant pratiqué sur le marché à la date de l’opération, étant entendu qu’il s’agirait du cours « acheteur » pour les opérations donnant lieu à une créance en devises et du cours « vendeur » pour les opérations donnant lieu à une dette en devises. Dans la pratique, l’entreprise pourra adopter des cours de conversion basés sur:  le cours au comptant moyen à la date d’opération  le cours au comptant applicable au moment de la conversion  la moyenne des cours au comptant durant une période précédente (semaine, mois) 33 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  3. 3.  le cours de change au comptant arrondi  le cours de change retenu pour la perception à l’entrée de la TVA.  Tous ces modes d’évaluation du cours de conversion sont valables pour autant que le cours ainsi choisi ne s’écarte pas trop du cours au comptant à la date de l’opération. Pour les créances et dettes en devises payables à terme, il pourrait paraître logique d’utiliser le cours de change à terme pour la devise concernée si un tel marché à terme correspondant existe. En fait, cette solution est inacceptable parce qu’elle aurait pour effet d’incorporer à la valorisation de la créance ou de la dette une charge ou un produit financier. En effet la différence entre le cours au comptant et le cours à terme d’une devise (report ou déport) correspond pour l’essentiel à un différentiel entre les taux d’intérêt pratiqués sur le marché de la devise et sur le marché de la monnaie nationale. 1.2 Méthodes de conversion Une fois le mode d’évaluation des cours de conversion choisi, la conversion n’étant pas une opération effective, l’entreprise dispose d’une certaine liberté d’apprécia-tion quant à la date et au mode d’enregistrement de la conversion dans ses livres des opérations effectuées en devises étant entendu qu’elle doit être réalisée en temps utile en vue de permettre la présentation complète des états financiers de l’entre-prise en monnaie nationale. Celle conversion qui se distingue donc d’une opération de change peut avoir lieu soit pour chaque opération ou par groupe d’opérations (conversion immédiate en euros), soit périodiquement au niveau des états de synthèse (comptabilité pluri-monétaire). Méthode de conversion immédiate Dans ce cas, chaque écriture nécessaire à la comptabilisation de l’opération est passée directement en monnaie nationale sur base du cours de conversion choisi. Ainsi, pour un achat de marchandise pour $1000 avec un cours de conversion 1 € = 0,92 $, on passera l’écriture suivante: Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 05/01/02 1 604 achats de marchandises ($1000) 1.087 1 440 fournisseurs ($1000) 1.087 L’inconvénient de cette méthode est que la comptabilité « oublie » que la dette vis à vis du fournisseur n’est pas libellé en monnaie nationale mais en devises. Pour s’en rappeler, il pourra être utile d’ouvrir en comptabilité des sous-comptes distincts par devise traitée. De toute façon, au moment du paiement du fournisseur, il faudra s’en rappeler puisque dans notre exemple, il faudra effectivement payer $1000. 34 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  4. 4. Deux cas de figure peuvent alors se présenter: soit on achète $1000 contre € pour payer le fournisseur, soit on dispose d’un avoir en trésorerie de $1000 que l’on affecte au paiement du fournisseur. 1 e r cas : le paiement s’accompagne en fait d’une opération de change donnant lieu éventuellement à une différence de change. Imaginons dans notre exemple que le cours de change obtenu est de 1€ = 0,93 $. On passera donc ; Date Réf Journal Général Débit Crédit 05/03/02 1 440 fournisseurs ($1000) 1.087 1 550 Banque (achat $1000 à 0,93) 1.075 1 754 Différence de change 12 2 èm e cas : le paiement du fournisseur est fait à partir d’un dépôt bancaire que l’entreprise possède en $. Il n’y a donc pas opération de change mais simple opération en devises pour laquelle il faut donc définir le cours de conversion valable pour l’opération. Supposons ce cours de conversion égal au cours de change moyen du jour 1€ = 0,926 $. L’écriture sera alors: Date Réf Journal Général Débit Crédit 05/03/02 1 440 fournisseurs ($1000) 1.087 1 551 Banque $( $1000 ) 1.080 1 754 Différence de change 7 A la faveur de cet exemple deux remarques s’imposent:  le compte « différence de change » (654/754) ne résulte pas nécessairement d’une opération de change. Il est aussi l’expression de l’évolution du cours de conversion entre l’époque de la naissance de l’avoir ou de l’engagement en devises suite à une opération (ici la dette fournisseur) et la date de son dénouement. Il naît de la nécessité de solder le compte fournisseur pour sa contre valeur originale en euros. La dette vis-à-vis du fournisseur doit être complètement éteinte dans les livres comptables à partir du moment où on lui a payé les $1000 qu’on lui devait. Dans la pratique courante, on voit souvent des comptes de tiers qui ne sont pas parfaitement équilibrés parce que les différences de change n’ont pas été comptabilisées de manière appropriée et sont « cachées » dans ces comptes de tiers. Tel serait le cas si l’écriture suivante avait été passée sur base de l’extrait de compte bancaire signalant un débit de 1.075 € au profit du fournisseur. 35 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  5. 5. Date Réf Journal Général Débit Crédit 05/03/02 1 440 fournisseurs ($1000) 1.075 1 550 Banque (achat $1000 à 0,93) 1.075 On constate que le compte du fournisseur n’est pas soldé ; N° compte : 4400 Intitulé : Fournisseur Johnson DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 05/1 1 Johnson Facture 1020 (1000 $) 1.087 05/3 2 Paiement Banque (achat 1000 $) 1.075 SOLDE au 31/3 12  le compte « différence de change » présente un solde différent dans les deux cas. Cette distorsion n’est pas due à la technique d’enregistrement comptable mais à la différence de situation. Pour s’en convaincre, il suffit d’imaginer que dans le deuxième cas le dépôt bancaire de $1000 a été acquis le jour même au taux de change de 1 € = 0,93 $ alors que le cours de conversion choisi par l’entreprise est toujours le cours moyen de 0,926 $. Date Réf Journal Général Débit Crédit 05/03/02 1 551 Banque $ ($1000) 1.080 1 550 Banque € ( $1000 ) 1.075 1 754 Différence de change 5 05/03/02 2 440 fournisseurs ($1000) 1.087 2 551 Banque $( $1000 ) 1.080 2 754 Différence de change 7 N° compte : 551 Intitulé : Banque $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 05/03 1 Paiement fournisseur Johnson $ ( $1000 ) 1.080 05/03 2 Achat 1000 $ au comptant 1.080 SOLDE au 31/3 0 N° compte : 754 Intitulé : Différence de change $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 05/03 1 Achat 1000 $ au comptant 5 05/03 2 Paiement fournisseur Johnson $ ( $1000 ) 7 SOLDE au 31/3 12 36 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  6. 6. Méthode de comptabilité pluri-monétaire Nous avons vu que la méthode de la conversion immédiate ne peut rendre compte des montants réels que l’entreprise doit payer ou recevoir en devises sans mettre en place une organisation administrative extra-comptable ou sous peine d’alourdir exagérément le plan comptable lorsque le nombre d’opérations et de devises se multiplient. Lorsque les opérations deviennent nombreuses et portent sur des montants importants, il est essentiel pour l’entreprise de pouvoir apprécier facilement et à tout moment sa position de change par rapport à chaque devise et ainsi l’incidence sur ses résultats en monnaie nationale du risque qu’elle court en cas de hausse ou de baisse du cours de la devise. C’est un des objectifs que peut rencontrer un système de comptabilité pluri-monétaire qui n’est en fait qu’une application particulière des principes de comptabilité divisionnaire. On créera ainsi une comptabilité divisionnaire pour chaque devise dans laquelle l’entreprise opère régulièrement en transférant par l’intermédiaire d’un compte de liaison tous les actifs, passifs, produits et charges exprimés dans cette devise dans un grand livre tenu dans cette devise et en enregistrant toutes les opérations en cette devise dans un système de journaux spécialisés dans lesquels les montants originaux en devises seront reproduits sans plus devoir en opérer la conversion systématique en monnaie nationale. Les soldes de ces comptes en devises seront périodiquement (une fois par mois par exemple) converties en monnaie nationale à la faveur des écritures classiques de clôture d’une comptabilité divisionnaire. Imaginons ainsi une entreprise ayant une dette de $1.000 vis à vis de son fournisseur convertie à son bilan pour 1.087 € et un compte bancaire de $2.000 converti à son bilan pour 2.174 €. L’écriture de création de la comptabilité pluri-monétaire $ consisterait:  dans les livres en €, à transférer par solde ce patrimoine mettant en évidence la valeur nette en € du patrimoine transféré vers la comptabilité $ Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 01/01/02 1 440 fournisseurs ($1000) 1.087 1 588 Liaison $/€ 1.087 1 551 Banque $ 2.174  dans les livres divisionnaires tenus en $, à ouvrir les comptes d’actifs et de passifs mettant en évidence « le capital $ » dont dispose cette division pour fonctionner Date Réf Journal Général $ Débit $ Crédit $ 01/0102 1 551 Banque $ 2.000 1 588 Liaison €/$ 1.000 1 440 fournisseurs $ 1.000 37 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  7. 7. On voit donc ainsi que le compte de liaison est un compte de synthèse dont le solde en devise exprime à tout moment le montant net investi dans la devise et le solde en € l’évaluation en monnaie nationale des actifs nets détenus en devises. En effet à supposer qu’aucune transaction n’intervienne pendant la période et qu’en clôture le cours de conversion choisi soit passé de 0,92 $ à 0,93 $ on obtiendra une comptabilité € par reprise des comptes $ ; Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 31/01/02 2 551 Banque $ 2.150 2 588 Liaison $/€ 1.075 2 440 fournisseurs ($1000) 1.075 Et la clôture de la comptabilité $ se résume dans ce cas à une simple extourne de l’écriture d’ouverture ; Date Réf Journal Général $ Débit $ Crédit $ 01/0102 1 440 fournisseurs $ 1.000 1 588 Liaison €/$ 1.000 1 551 Banque $ 2.000 Le compte de liaison 588 de la comptabilité $ est parfaitement soldé par l’écriture de clôture mensuelle tandis que son correspondant dans la comptabilité générale (en €) présente un solde non nul ; N° compte : 588 Intitulé : Liaison $/€ DATE REF DESCRIPTION DEBIT € CREDIT € 01/01/02 1 Ouverture comptabilité $ 1.087 31/01/02 2 Clôture mensuelle comptabilité $ 1.075 SOLDE au 31/3 12 L’écriture de clôture mensuelle en € doit être complétée par une écriture permettant de solder complètement le compte de liaison qui ne peut subsister après clôture de la comptabilité divisionnaire ; Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 31/01/02 3 654 Différence de change $ 12 3 588 Liaison $/€ 12 On notera que: a) si durant la période le fournisseur avait été payé par prélèvement sur le compte bancaire en $, le compte « différence de change » n’en aurait pas pour autant été modifié en clôture car l’écriture passée en comptabilité divisionnaire $ n’aurait pas modifié le solde du compte de liaison seul porteur de risque de change ;. 38 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  8. 8. Date Réf Journal Général $ Débit $ Crédit $ 15/0102 2 440 fournisseurs 1.000 2 551 Banque $ 1.000 31/0102 3 588 Liaison €/$ 1.000 3 551 Banque $ 1.000 b) Le compte « différence de change » (654/754) devrait normalement être abandonné au profit du compte « écart de conversion » (655/755) dans la mesure où la perte sur devise ne provient pas du dénouement d’une opération mais d’une réestimation des actifs et passifs subsistant en devises à la clôture (voir 2.2 infra). Néanmoins, dans la mesure où dans cet exemple simplifié, il apparaît clairement que la perte provient de la réestimation d’un avoir de trésorerie en devise, le compte « différence de change » reste préférable au compte « écart de conversion » comme nous le verrons ci-dessous. 1.3 Avoirs en trésorerie Parmi les actifs monétaires exprimés en devises, les avoirs de trésorerie (compte 54 à 57) occupent une place particulière dans la mesure où ils constituent en fait des stocks de monnaies étrangères que l’entreprise acquiert, vend, utilise dans le processus de réalisation de ses opérations en devises. Les achats et ventes de devises sont des opérations de change effectives qui se concluent à un prix déterminé pour autant que ce prix soit établi en monnaie nationale. Auquel cas, l’enregistrement de l’opération doit se faire à ce cours effectif de change. Lorsqu’il s’agit d’opérations d’achat ou de vente de devises contre devise? On ne dispose pas d’un cours effectif en monnaie nationale. On ne peut qu’estimer chacune des devises faisant partie de la transaction sur base des cours de conversion respectifs de ces devises en monnaie nationale. Ainsi sur base des cours de conversion de £ = 1,6 € et € = 0,92 $, on enregistrera l’achat de $1.000 contre £ 1.500 de la manière suivante: Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 31/01/02 2 551 Banque $ 1.087 2 552 Banque £ 937 2 754 Différence de change 150 On voit donc que l’achat et la vente de devises, même si ils constituent des opérations réelles de change, peuvent également être considérées comme des opérations en devises. 39 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  9. 9. On pourra dès lors admettre qu’à l’achat de 1.000 $ contre 1.075 € on puisse défendre deux méthodes de comptabilisation: Comptabilisation à la valeur d’acquisition Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 05/03/02 1 551 Banque $ ($1000) 1.075 1 550 Banque € ( $1000 ) 1.075 Dans un tel cas, les devises sont clairement considérées comme un stock et doivent donc, pour être cohérent, être gérées comme tel; les sorties de devises doivent être comptabilisées sur base d’une des méthodes prévues à l’article 33 de l’A.R. du 8 octobre 1976 (FIFO, LIFO, prix moyen pondéré). Cette méthode présente cependant des difficultés d’application dans la mesure où: a) Les stocks de devises acquises contre paiement dans une autre devise devront néanmoins être valorisés au travers des cours de conversion de l’entreprise. b) La valorisation exacte des sorties autre que par le FIFO est peu praticable dans un système de comptabilité pluri-monétaire qui de ce point de vue peut être considéré comme un système d’inventaire périodique. Comptabilisation au cours de conversion. Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 05/03/02 1 551 Banque $ ($1000) 1.087 1 550 Banque € ( $1000 ) 1.075 1 754 Différence de change 5 Le stock de devises est considéré comme tout autre actif en devises résultant d’opérations en devises et est donc comptabilisé sur les mêmes bases de conversion. Les sorties de devises se feront également au cours de conversion en vigueur au moment de l’opération. Dans ces conditions, les soldes des comptes de trésorerie convertis en € ne peuvent avoir en cours de période de réelle signification; ainsi, si les 1.000 $ achetés et convertis à 1 € = 0,92 $ sont utilisés au paiement d’un fournisseur dont la dette a été enregistré au même cours alors que le cours de conversion à la date du paiement est de 1 € = 0,94 $, on obtient par l’écriture suivante: Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 05/04/02 2 440 fournisseurs ($1000) 1.087 2 551 Banque $( $1000 ) 1.064 2 754 Différence de change 23 40 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  10. 10. N° compte : 551 Intitulé : Banque $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT € CREDIT € 05/03 1 Achat 1000 $ au comptant 1.087 05/04 2 Paiement fournisseur Johnson $ ( $1000 ) 1.064 SOLDE au 31/4 23 Un solde € du compte « Banque $ » débiteur de 23 € qui ne représente aucun avoir en $ mais une perte latente qui compense le gain sur change enregistré. Dans un cas comprenant un grand nombre d’écritures au débit et au crédit des comptes de trésorerie, ce n’est qu’au moment de l’inventaire des avoirs en devises et de leurs réestimations au cours de conversion adéquat que l’on pourra mettre en évidence l’écart de conversion permettant de faire correspondre la contre-valeur en € des avoirs de trésorerie en devises avec leur véritable valeur. Compte tenu que cet écart de conversion trouve son origine dans des entrées et des sorties de devises qui ont généré des différences de change, il doit également très logiquement être porté en résultat dans le compte « différence de change », ce qui, nous le verrons ci-dessous, est une singularité propre aux seuls écarts de conversion relatifs aux avoirs de trésorerie. Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 30/04/02 3 755 Ecarts de conversion 23 3 551 Banque $( $1000 ) 23 4 754 Différence de change 23 4 755 Ecarts de conversion 23 41 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  11. 11. 2. EVALUATION PERIODIQUE DES AVOIRS ET DETTES EN DEVISES Nous avons jusqu’à présent raisonné comme si toutes les opérations en devises se dénouaient au cours de la période comptable. En fait les avoirs et dettes en devises qui subsistent en fin de période doivent faire l’objet d’un inventaire au même titre que tons les autres actifs et passifs. Leur consistance et leur valorisation sincère et prudente dans la devise en cause devront être vérifiées au préalable et au besoin corrigées par réduction de valeur, reprise d’amortissement ou tout autre ajustement rendu nécessaire. Ensuite seulement se posera le problème de leur évaluation dans l’inventaire sous l’angle de la contre-valeur en € de la devise en cause. Quel cours convient-il d’adopter en clôture par rapport aux cours de conversion qui ont été appliqués à l’origine à ces avoirs et dettes en devises dans le cadre de l’opération en devise qui les a fait naître? 2.1 Cours de clôture Le cours de conversion adopté le plus souvent en clôture pour permettre la réestimation de certaines catégories d’actifs et passifs exprimés en devises est le cours à la date d’arrêté des comptes. L’organe d’administration peut toutefois décider, au titre de règle d’évaluation, d’adopter comme cours de clôture une moyenne des cours du dernier mois ou des derniers quinze jours de l’exercice ou des quinze premiers jours de l’exercice suivant. 2.2 Mise en évidence des écarts de conversion La réestimation au cours de clôture des avoirs et dettes en devises subsistant en fin d’exercice ne vise d’autre objectif que l’établissement et la présentation des comptes annuels. Elle n’a pas pour objet de corriger, en se substituant à elles, les inscriptions opérées à l’origine dans les comptes. Ces avoirs et dettes en devises doivent donc demeurer dans les comptes à leur cours de conversion d’origine afin de maintenir bien nette la distinction entre les « différences de change » et les « écarts de conversion ». La réestimation au cours de clôture se fera dès lors au niveau des comptes généraux du bilan incluant les avoirs ou dettes en devises concernés, en ouvrant à l’intérieur de chacun de ces comptes généraux un sous-compte distinct par devise intitulé « réestimation au cours de conversion de clôture des créances ou dettes en devises x ». En reprenant notre exemple simple d’un achat de marchandises pour $1000 payé à 50% avant la clôture des comptes avec des dollars préalablement acquis à 1 € = 0,93 $, sur base des différents cours de conversion suivants: cours à l’acquisition des devises: 1 € = 0,926 $ cours à l’achat des marchandises: 1 € = 0,920 $ cours au paiement de 50% de la dette: 1 € = 0,940 $ cours à la clôture: 1 € = 0,950 $ 42 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  12. 12. Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 05/03/02 1 551 Banque $ ($1000 à 0,926) 1.080 1 550 Banque € ( $1000 à 0,93) 1.075 1 754 Différence de change 5 15/03/02 2 604 Achat Marchandises 1.087 2 440 fournisseurs ($1000 à 0,92) 1.087 05/04/02 3 440 fournisseurs ($ 500) 543 3 551 Banque $( $ 500 à 0,94 ) 532 3 754 Différence de change 11 30/04/02 4 440.7 Réestimation des comptes fourn. 18 4 755 Ecarts de conversion $ 18 5 655 Ecart de conversion 22 5 551 Banque $ 22 6 654 Différence de change 22 6 655 Ecart de conversion 22 7 754 Différence de change 16 7 654 Différence de change 16 En ce qui concerne l’inventaire du compte « Banque $ », conformément à ce qui a été dit plus haut (point 1.3 supra) la réestimation du compte au cours de clôture donnera lieu à une écriture en résultat comme différence de change. N° compte : 551 Intitulé : Banque $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 05/03 1 Achat 1000 $ au comptant 1.080 05/04 3 Paiement fournisseur Johnson $ ($ 500 à 0,94 ) 532 30/04 5 Ecart de conversion à 0,95 $ 22 SOLDE au 30/04 526 N° compte : 754 Intitulé : Différence de change $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 05/03 1 Achat 1000 $ au comptant 5 05/04 3 Paiement fournisseur Johnson ($ 500 à 0,94) 11 30/04 7 Transfert du solde au compte 654 16 SOLDE au 30/4 0 43 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  13. 13. N° compte :654 Intitulé : Différence de change $ DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 30/04 6 Ecart de conversion sur Trésorerie 22 05/04 7 Transfert du solde du compte 754 16 SOLDE au 30/04 6 N° compte : 440 Intitulé : Fournisseur Johnson DATE REF DESCRIPTION DEBIT CREDIT 15/3 2 Johnson Facture (1000 $) 1.087 05/4 3 Paiement Banque ( 500$) 543 30/04 4 Réestimation des comptes fourn 18 SOLDE au 30/04 526 44 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  14. 14. 2.3 Actifs et passifs soumis à réestimation Sont en principe seuls soumis à réestimation (vers le haut ou vers le bas) en fin d’exercice, les actifs et passifs monétaires exprimés en devises. Ces postes monétaires du bilan regroupent non seulement les comptes de trésorerie que nous avons déjà largement évoqués ci-dessus mais également tous les postes portant sur un nombre déterminé d’unités monétaires étrangères à encaisser ou à payer. Le fait que ces créances ou ces dettes de l’entreprise soient encaissables ou payables à court, moyen ou long terme n’influe pas sur la constatation qu’étant exprimées en devises, elles exposent l’entreprise aux mêmes risques de perte ou de gain sur change. Ceux-ci ne peuvent être réduits que par la recherche d’un équilibre entre les créances et les dettes dans chaque devise et dans chaque catégorie d’échéance. La distinction entre les créances et dettes à court terme et celles à long terme est, par contre, parfaitement indiquée lorsqu’il s’agit de juger si le cours choisi pour cette réestimation (le cours de clôture) est adéquat pour les unes et les autres. les créances et dettes à court terme Elles doivent être toutes soumises à la procédure de réestimation au cours de clôture et les écarts de conversion positifs (générateurs de gains) ou négatifs (générateurs de pertes) doivent être mis en évidence pour chaque catégorie de créances et de dettes, et pour chaque devise. les créances et dettes à moyen et long terme Elles doivent en principe répondre aux mêmes règles de réestimation que celles que nous venons de rappeler pour les créances et dettes à court terme. Dans le contexte de volatilité des cours de change à moyen terme que nous connaissons, on peut néanmoins se poser la question de savoir s’il est juste et opportun de faire supporter par le seul exercice clôturé les écarts de conversion dégagés sur des créances et dettes dont l’échéance lointaine rend le cours de clôture peu réaliste pour apprécier le gain ou la perte de change qui résultera de leur dénouement. Ceci pose en fait le problème de la durabilité d’un écart de conversion constaté ponctuellement sur base d’un cours de clôture. Il convient cependant de signaler que, eu égard à cette volatilité des cours de change, les entreprises ont actuellement pour règle d’utiliser les nombreuses possibilités du marché financier afin de couvrir les risques de change relatifs à un déséquilibre de leurs avoirs ou dettes à moyen ou long terme dans une devise déterminée. Le problème de la réestimation au cours de clôture ne se posera donc finalement que pour les créances et dettes à moyen et à long terme qui sont génératrices pour l’entreprise d’une position de change non couverte au terme correspondant. Ce sera le cas principalement:  lorsque pour assurer son financement, la société emprunte à long terme en devises plutôt qu’en monnaie nationale parce que le taux des emprunts dans cette devise est moins élevé ou parce qu’elle spécule sur une dépréciation de cette devise,  lorsque, pour financer des activités exercées à l’étranger ou pour financer des participations dans des sociétés opérant à l’étranger, la société contracte des emprunts dans la devise en cause en vue de réduire le risque de change afférant à ces activités ou à ces participations. 45 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  15. 15. Dans ce deuxième cas, il est fréquemment admis que les écarts de conversion négatifs résultant de la réestimation de la devise de l’emprunt ne doivent pas être mis à charge de l’exercice si l’on peut raisonnablement assurer que les recettes attendues de ces investissements seront suffisantes pour faire face au service de l’emprunt. 2.4 Actifs et passifs non soumis à réestimation En principe, tous les actifs et passifs non monétaires exprimés en devises ne sont pas soumis à réestimation au cours de clôture mais restent inscrits au bilan à leur valeur d’acquisition en monnaie nationale telle qu’elle résulte de l’application du cours de conversion choisi au montant du prix d’achat stipulé en devises. Il s’agit là d’une extension au cours de conversion de la règle comptable générale-ment admise qui veut que les immobilisés, les participations et les stocks qui constituent les actifs non monétaires soient comptabilisés à leur valeur d’acquisition. On peut en effet admettre que la valeur d’acquisition de ces actifs n’est pas en principe influencée par l’évolution ultérieure du cours de change de la monnaie dans laquelle ils ont été acquis. C’est sur cette valeur d’acquisition en euros que se calculeront dès lors les amortissements pour les immobilisés, les réductions de valeur ou les réévaluations pour tous ces actifs non monétaires. En ce qui concerne les stocks, c’est également sur base de leur valeur d’acquisition, convertie en € que s’appliquera la règle d’évaluation à la valeur inférieure du coût ou du prix du marché (lower of cost or market). 2.5 Traitement des écarts de conversion Ayant sur base du cours de clôture procédé à la réestimation de tous les actifs et passifs qui y sont soumis et ayant dès lors mis en évidence pour chaque devise et pour chaque catégorie d’actifs et passifs concernés des écarts de conversion positifs ou négatifs, il convient enfin de décider de l’affectation de ces écarts de conversion dans les comptes annuels. La méthode de comptabilisation préconisée sera de regrouper ces écarts de conversion, contrepartie des réestimations, dans des comptes de régularisation (compte 49) en vue d’en déterminer le solde net pour chaque devise. Si dans une devise, le total des écarts de conversion constatés présente un solde négatif, il convient de prendre cet écart négatif en charge dans les comptes de résultats de l’exercice et ce dans le cadre du respect du principe de prudence. Si dans une autre devise, on devait aboutir à un solde positif des écarts de conversion, il serait néanmoins imprudent de le considérer comme un gain et donc il convient de laisser dans les comptes de régularisation ce bénéfice latent en vertu du même principe de prudence. 46 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  16. 16. Dans le cas de notre exemple simplifié nous avons vu qu’en clôture il restait une dette fournisseur de $500 convertie à l’origine au cours de 1 € = 0,92 $ soit une contre-valeur de 543 € En supposant le cours de clôture 1 € = 0,95 $, on aurait Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 30/04/02 4 440.7 Réestimation des comptes fourn. 18 4 755 Ecarts de conversion $ 18 8 755 Ecarts de conversion $ 18 18 8 496 Ecarts de conversion Car il faut passer cet écart de conversion positif en compte de régularisation. Si le cours de clôture avait été 1 € = 0,91 $ on aurait eu Date Réf Journal Général Débit € Crédit € 30/04/02 4 655 Ecarts de conversion $ 6 4 440.7 Réestimation des comptes fourn 6 L’écart de conversion négatif doit être pris en charge. II va de soi que dans cet exemple on suppose que la dette fournisseur de $500 est le seul poste monétaire en $ de l’entreprise, sans quoi une globalisation des écarts de conversion en $ serait nécessaire avant de procéder à l’écriture d’affectation en résultat ou en compte de régularisation. 47 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  17. 17. 3. TRADUCTION D’ETATS FINANCIERS La traduction des comptes de filiales étrangères est un des problèmes les plus délicats de la consolidation des états financiers d’un groupe multinational. Cette situation est d’ailleurs illustrée par le fait de l’inexistence au niveau européen de règles définies dans ce domaine (la 7e directive européenne relative aux comptes consolidés du 13 juin 1978 n’y fait même pas allusion). Même les seules normes existantes (Statement of Financial Accounting Standards) édictées par le « Financial Accounting Standards Board » (FASB) sont changeantes, puisque au SFAS 8 a succédé en 1981, sous la pression des mouvements du dollar, le SFAS 52. En fait, le problème principal provient de ce que la logique nous impose, comme nous l’avons vu précédemment, de traiter souvent à des taux différents: les opérations réalisées en monnaies étrangères (le compte d’exploitation d’une filiale vu, du point de vue de société mère, n’est que la sommation d’un grand nombre d’opérations réalisées en monnaies étrangères). La conversion des stocks pour lesquels l’application du cours le plus bas entre le cours de la date d’acquisition estimée en FIFO ou en LIFO et le cours de clôture pourrait paraître la solution la plus fidèle aux principes d’évaluation de stock, la conversion des actifs et passifs à long terme pour lesquels l’application pure et simple d’un cours de clôture peut conduire à des écarts importants qui ne sont finalement que « techniques » s’ils ne résultent pas de mouvements durables des cours. La conversion des actifs et passifs monétaires dont le caractère liquide impose le respect des règles communes d’inventaire et d’évaluation prudente au cours de clôture. De l’emploi de taux différents pour la traduction du bilan et du compte de pertes et profits d’une part, et de la nécessaire égalité entre les montants des résultats de l’exercice mentionnés au bilan et au compte de pertes et profits d’autre part, naît une première différence de traduction. De l’emploi éventuel de taux différents pour divers postes du bilan d’une part, et de la nécessité de respecter le principe de l’égalité bilantaire, naît une deuxième éventuelle différence de traduction. Ces différences de traduction forment le résultat de traduction qui pourra selon les méthodes être diversement traitées; il pourra être :  soit porté en réserve  soit présenté dans un compte spécial « Différence de traduction »  soit partagé entre réserves et résultat  soit imputé aux résultats de l’exercice. On comprendra, dès lors, la grande variété des méthodes de traduction que l’on peut, en l’absence de règles contraignantes, rencontrer dans la pratique, trouvant leur originalité soit dans le choix d’un des taux de conversion, soit dans le choix du traitement du résultat de traduction, sans compter toutes les formules hybrides qui 48 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  18. 18. peuvent naître de l’application au cours du temps de méthodes différentes (voir exemple PETROFINA). Il est par conséquent, fortement recommandé de fournir des détails dans l’annexe consolidée sur la méthode retenue et de n’en changer que pour améliorer l’information ou pour se conformer à une nouvelle pratique généralement admise. Pour notre part, nous nous contenterons d’étudier les deux méthodes qui ont été successivement préconisées par le FASB sous l’appellation SFAS 8 (l’ancienne) et SFAS 52 (la nouvelle) et comparer par un exemple pratique l’influence qu’elles ont sur les états financiers d’une société: l. La méthode du cours historique (SFAS 8), qui tend à être abandonnée pour le moment, dans la mesure où le SFAS 8 conduisait dans la période de turbulences monétaires que l’on connaît à des différences de traduction trop importantes comme le montre notre exemple. 2. la méthode du taux de clôture basée sur le concept de monnaie fonctionnelle (SFAS 52). 3.1. Traduction par la méthode classique du cours historique (SFAS 8) Objectifs Traduire les opérations réalisées par les établissements ou filiales étrangères comme si elles avaient été traitées par la société mère. Les états financiers de ces filiales seront donc considérés comme le résultat d’opérations qui auraient dû normalement être exprimées immédiatement dans la monnaie de la société mère et être traitées comme n’importe quelle autre opération en devise de la société mère. Technique de traduction Ce principe implique de rechercher le cours de change qui existait à l’époque de la transaction. Pratiquement, on va distinguer : · les actifs et passifs non monétaires (immobilisé, stock, fonds permanents) · les actifs et passifs monétaires. Pour les premiers, il conviendra d’appliquer la règle commune en comptabilité qui veut que ces actifs et passifs figurent dans les états financiers pour leur valeur d’acquisition et donc à leur cours de change historique. Pour les actifs et passifs monétaires, on appliquera également la règle commune qui veut que l’inventaire de ces actifs et passifs soit acte sur base de leurs valeurs réelles à la date de clôture des comptes. On emploiera donc le cours de change prévalant à la date de clôture. 49 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  19. 19. Les opérations traitées en devises avec la société mère sont généralement converties sur base du cours du jour. Idéalement, les recettes et dépenses des filiales devraient être également reconstituées dans la monnaie de la société mère sur base du cours du jour. Pratiquement, on définira un taux moyen acceptable pour toutes les transactions de l’année, sauf pour les variations de stock intervenant dans le coût des ventes qui seront tributaires de la méthode de valorisation et de conversion des stocks. Les dotations aux amortissements seront traduites au même cours que celui appliqué aux immobilisés qui les concerne. Résultat de la traduction Les différences qui naîtront de la traduction des comptes de bilan d’une part (aux cours historiques ou de clôture) et des comptes de pertes et profits (au cours moyen) d’autre part, doivent être prises en charge par l’exercice comme l’aurait fait la société mère. 3.2 Traduction par la méthode du cours de clôture (SFAS 52) Objectifs Tenir compte de l’environnement dans lequel les opérations des établissements et filiales ont été traitées indépendamment de celles de la société mère. Refléter dans les états financiers avant et après traduction les mêmes rapports entre capital et cash-flow et ne pas altérer par la traduction les équilibres financiers qui existent dans la monnaie de la filiale. Notion de « monnaie fonctionnelle » On définit pour chaque établissement, filiale, ou même branche d’activité une « monnaie fonctionnelle » c’est-à-dire la monnaie dans laquelle la Filiale ou la branche d’activité, indépendamment du pays où elle est installée, a le plus grand nombre de transactions ou d’engagements et dont ses résultats (son cash-flow) sont indépendants. Cette monnaie fonctionnelle peut être soit la monnaie locale, soit la monnaie de la société mère, soit une troisième devise. Technique de traduction La traduction des actifs et passifs, à l’exception des fonds propres, se fait sans distinction de catégorie de la monnaie fonctionnelle vers la monnaie de consolidation sur base du cours de clôture. Les fonds propres sont traduits au(x) cours historique(s) au(x)quel(s) la société mère a acquis sa participation. 50 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  20. 20. La traduction des comptes de pertes et profits se fait sur base d’un cours moyen raisonnablement choisi en fonction de la matière et de l’étalement des transactions. Une fois la monnaie fonctionnelle choisie, même une opération traitée dans la devise de la société mère, sera convertie dans cette monnaie et le gain ou la perte constatée sur change sera conservée et traduite en consolidation dans la monnaie de la société mère comme il se doit pour toutes opérations traitées en devises, sauf s’il s’agit d’une opération de couverture d’un investissement fait par cette filiale dans cette même devise. Auquel cas. la différence pourra être traitée comme une différence de traduction en compte de réserves (voir exemple). Reconstitution de bilan Si les états financiers de la filiale ne sont pas directement établis dans la monnaie fonctionnelle, ils ne peuvent pas être traduits dans cette monnaie mais doivent être entièrement reconstitués, comme on le ferait par la méthode du cours historique en suivant les recommandations du SFAS 8. Traitement du résultat de la traduction Les différences qui naîtront de l’application simultanée du cours de clôture et du cours moyen n’influenceront pas le cash-flow de l’année, et seront placées dans un compte de plus-value de réévaluation distinct des fonds propres. 3.3 Exemple de traductions d’états financiers en devises Soit une société européenne, filiale d’une société US, démarre ses opérations le 1er janvier 2000, date à laquelle elle achète ses immobilisés. La monnaie fonctionnelle de cette filiale est l’ euro. Le taux de change entre le $ et l’€ est supposé avoir évolué comme suit: 01.01.2000 1 € = 0,95 $ 31.12.2000 1 € = 0,85 $ . Il supposera que le taux de change moyen à appliquer pour l’exercice 2000 est de 1 € = 0,90 $ et l’évaluation du stock en FIFO exclusivement acheté en $ conduit à un cours historique moyen de 0,91 et par déduction de 0,93 pour les sorties. 51 Baudouin Ruquois comptabilité V.03
  21. 21. EUROS SFAS 8 SFAS 52 Taux $ Taux $ BILAN AU 31.12.2000 Immobilisé 600 .95 570 .85 510 Stock 300 .91 273 .85 255 Trésorerie 100 .85 85 .85 85 1.000 928 850 Capital 100 .95 95 .95 95 Bénéfice reporté 20 85 18 Réserve # de traduction (11) Emprunt à LT 700 .85 595 .85 595 Exigible à CT 180 .85 153 .85 153 1.000 928 850 COMPTE DE PERTES ET PROFITS Recettes 130 .90 117 .90 117 Coût des ventes -60 .93 -56 .90 -54 Amortissements -20 .95 -19 .90 -18 Frais généraux -10 .90 - 9 .90 - 9 Différence de change 70 Bénéfice avant impôts 40 103 36 Impôts -20 .90 -18 .90 -18 Bénéfice net 20 85 18 RATIOS Bénéfice/CA .15 .73 .15 Bénéfice brut/CA .54 .52 .54 Emprunt/ F. Propres 5.83 3.31 5.83 52 Baudouin Ruquois comptabilité V.03

×