chap4 codes-en-ligne

862 vues

Publié le

Cours: Telecom 1

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
862
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
49
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

chap4 codes-en-ligne

  1. 1. TRANSMISSION NUMÉRIQUES CODES EN LIGNE Page 1 Jamila BAKKOURY
  2. 2. 2 Signal numérique signal physique (électrique, optique,… ) transmettant, à distance, une information numérique (données numériques ou issues de la numérisation d’une information analogique). CODES EN LIGNE
  3. 3. Valence = 2 Valence = 4 3 CODES EN LIGNE
  4. 4. 4 • Représentation du signal numérique : S (t) = T = durée du symbole élémentaire Si = forme du symbole élémentaire en bande de base : Si(t)= di.s(t) en bande transposée : Si(t) = Ai.cos (2∏fit + φi) ∑ − i i i.T)(tS donnée binaire format fréquence amplitude phase CODES EN LIGNE
  5. 5.  Le codeur transforme une suite {dk}k≥ 0 initiale de bits en une suite codée {ak}k≥ 0 de symboles (codage binaire).  Le codeur fournit un signal numérique représentatif de l’information numérique et susceptible d’être transmis (code en ligne) Aspects du codage binaire : Codage source : élimine la redondance de la source (optimisation du débit, occupations mémoires, temps de transmission) Codage canal ou détecteur/correcteur d’erreurs (minimiser le TEB) Rôle du codeur dans une chaîne de transmission numérique : 5 CODES EN LIGNE
  6. 6. Le but du codage en ligne est d’adapter la suite de bits à transmettre aux caractéristiques de la transmission : • adapter le signal numérique à la bande passante du support • transmettre l’horloge avec les données Principe : en bande de base : Le signal élémentaire est de forme rectangulaire. {ak} → {sk(t) = aks(t)} 6 CODES EN LIGNE
  7. 7. Les principales qualités d’un code :  Spectre le plus étroite possible  pas de composante continue  reconstitution de l’horloge  Indépendance à la polarité (branchement des fils)  Robustesse au bruit 7 CODES EN LIGNE
  8. 8. Quelques codes usuels utilisés en bande de base  code NRZ (Non Return to Zero)  code biphase (manchester)  code biphase différentiel  code de Miller  code RZ (Return to Zero)  code bipolaire  codes bipolaires à haute densité d’ordre n (BHDn) …… 8 CODES EN LIGNE
  9. 9. Code NRZ (Non Return to Zero) : (dk = 0) ⇔(ak = [a]) (dk = 1) ⇔(ak =[–a]) Code simple, spectre concentré au voisinage des BF. Ordinateur/périphériques. Exemple : 9 CODES EN LIGNE
  10. 10. Code RZ (Return to Zero) (dk = 0) ⇔(ak = [–a,0]) (retour a zéro au milieu de l’intervalle) (dk = 1) ⇔(ak = [a,0]) limite les interférences entre symboles. Exemple : 10 CODES EN LIGNE
  11. 11. Code Biphase ou Manchester (dk = 0) ⇔(ak = [a,–a]) (transition haut-bas) (dk = 1) ⇔(ak = [–a,a]) (transition bas-haut) conservation de l’horloge, spectre large. Grâce à la transition au milieu du bit, ce codage est plus robuste au bruit. Exemple : 11 CODES EN LIGNE
  12. 12. Code Biphase différentiel (Manchester différentiel)  Toujours une transition au milieu de l’intervalle  (dk = 1) ⇔ transition au début de l’intervalle (transition identique a la précédente)  (dk = 0) ⇔ pas de transition au début de l’intervalle (transition inverse de la précédente) Exemple : 12 CODES EN LIGNE
  13. 13. Code de Miller (d k = 1) ⇔ transition au milieu de l’intervalle, en alternant les polarités + et - (d k = 0) ⇔ pas de transition Exemple : 13 CODES EN LIGNE
  14. 14.  Code équilibré, indépendant de la polarité,  dérive de l’horloge (en cas de longues suites de 0)  Utilisé par le système de téléphonie numérique MIC (PCM). Code Bipolaire (AMI : Alternate Mark Inversion) (d k = 0) ⇔ (a k = 0) (d k = 1) ⇔ alternativement (ak =[a] ) (ak =[-a]) 14 Exemple : CODES EN LIGNE
  15. 15. 15 CODES EN LIGNE
  16. 16. Pour assurer l’équilibrage (suppression de la composante continue), il faut que deux bits de viol (V) consécutifs soient bipolaires entre eux. Un bit de bourrage (B) est introduit si nécessaire. Ceci conduit à la forme (1) si le nombre de bits à 1 suivant le dernier bit de viol est impair, et à la forme (2) sinon. 16 CODES EN LIGNE
  17. 17. 17 • Exemples de codes & spectres : 0 1 2 3 4 Spectre f.T raies 0 1 2 3 4 f.T 0 1 2 3 4 f.T tFormat NRZ +a -a Code Manchester t 0 +a Code Manchesterdifférentiel t 0 +a Message (exemple) 0 1 1 0 1 0 Format RZ +a t CODES EN LIGNE

×