RUMEURS SUR BLE GOUDE, CRISE AU COJEP, CNC, GBAGBO,
INELIGIBILITE DE OUATTARA..... LE DOCTEUR PATRICE SARAKA,
EX PORTE-PAR...
Toute décision obéit à une problématique ; en tant que telle, elle vise à apporter une réponse, à
solutionner un problème ...
que les statuts et règlement intérieur confèrent au Président et à l’organe juridictionnel qu’est
le Conseil de Contrôle d...
Blé Goudé pour le faire.
Si cette démarche n’a pas été appréciée de certaines personnes, on doit les comprendre, il faut
l...
pour notre cause commune ? En vérité, quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage.
Mais que ces derniers soient rass...
père et le fils partagent régulièrement leurs vues sur de nombreuses questions d’intérêt
national. Charles Blé Goudé plus ...
qui doivent être méthodiques. Il faut aussi et surtout éviter que chacun y vienne avec son
agenda secret. Tout ceci pour d...
fonctions de Président du Rassemblement des Républicains, se présente comme le chef d’une
partie des ivoiriens. Aussi, le ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rumeurs sur ble goude (interview Dr Saraka Patrice)

210 vues

Publié le

RUMEURS SUR BLE GOUDE, CRISE AU COJEP, CNC, GBAGBO, INELIGIBILITE DE OUATTARA..... LE DOCTEUR PATRICE SARAKA, EX PORTE-PAROLE DE CHARLES BLE GOUDE ET 2EME VICE-PRESIDENT DU COJEP, DIT TOUT, SANS DETOURS, DANS CETTE INTERVIEW VERITE

Publié dans : Internet
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
210
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rumeurs sur ble goude (interview Dr Saraka Patrice)

  1. 1. RUMEURS SUR BLE GOUDE, CRISE AU COJEP, CNC, GBAGBO, INELIGIBILITE DE OUATTARA..... LE DOCTEUR PATRICE SARAKA, EX PORTE-PAROLE DE CHARLES BLE GOUDE ET 2EME VICE- PRESIDENT DU COJEP, DIT TOUT, SANS DETOURS, DANS CETTE INTERVIEW VERITE. ENTRETIEN (In le journal "Le Temps" N°3537 - lundi 13 et mardi 14 Juillet 2015) 1- On parle de crise au Cojep… Qu’en est-il exactement ? Il n’y a pas de crise au Cojep. Le Cojep est en pleine mutation depuis la crise post-électorale. C’est ce processus de maturation qui est en cours. Dans de telles circonstances, des visions peuvent s’entrechoquer. On ne peut qualifier cela de crise. De tels chocs peuvent être parfois audibles et visibles, mais toujours constructifs. 2- Mais pourquoi Blé Goudé a alors dissout son cabinet élargi au porte-parolat? Charles Blé Goudé, en prenant ces mesures est dans son rôle. C’est sa responsabilité de positionner le Cojep à travers ses décisions et ses choix. Nous devons nous soumettre à ces choix et décisions stratégiques. La motivation de ses mesures est clairement mentionnée dans les motifs qui accompagnent sa décision. Il s’agit entre autres, pour le Ministre Charles Blé Goudé, à travers ces décisions, de protéger l’image du Cojep, de restaurer la discipline du mouvement, de veiller au strict respect de la hiérarchie, des consignes et des recommandations. On peut donc dire globalement qu’il a décidé de mettre de l’ordre sans état d’âme. Nous devons nous préparer et être prêt à servir à tous les niveaux de responsabilités qu’il lui plaira de nous confier, en tant que missionnaire. En ce qui me concerne, je me plie à sa décision même si elle me démet. 3- Que vous reproche-t-il ? Je pense être mal placé pour répondre à cette question, vu que je ne suis pas le Ministre Charles Blé Goudé. En tout cas, je puis vous dire que durant 13 mois nous avons travaillé dans une très bonne ambiance. Je voudrais saisir cette opportunité que vous m’offrez, pour lui traduire ma gratitude et mon profond respect, pour la confiance qu’il a bien voulu placer en ma modeste personne. 4- Doit-on s’attendre à d’autres décisions dans les jours à venir ? Je ne crois pas être la personne avisée pour satisfaire votre curiosité. Je sais qu’il a annoncé une série de mesures dont les premières ont été rendues publiques. Quant aux décisions à venir, je n’en connais ni la nature ni le moment. Pour l’avoir côtoyé pendant de nombreuses années, je sais que c’est un homme capable de surprendre à tout moment. Il a toujours une longueur d’avance ; ce n’est que plus tard que les gens finissent par le cerner et il adore ça. Il consulte beaucoup, écoute beaucoup, mais à la fin, comme tout bon leader, c’est lui qui a le dernier mot. Quoi de plus normal ! 5- Peut-on dire que ces décisions vont ramener le calme au Cojep. Le calme ? D’abord, je ne crois pas que le Cojep soit au bord de l’implosion. Les militants du Cojep fort heureusement, dans leur grande majorité, ont pris la mesure de leur responsabilité et de leur devoir de militant vis-à-vis du Cojep et réitère constamment leur confiance en leur leader qui est le seul et unique capitaine du navire. Dans ces conditions, on ne peut qu’être optimiste pour l’avenir du Cojep.
  2. 2. Toute décision obéit à une problématique ; en tant que telle, elle vise à apporter une réponse, à solutionner un problème pour atteindre des objectifs qu’on s’est fixé ou qu’on se fixe. 6- Il se raconte que deux tendances se battent pour le contrôle du mouvement… C’est vous qui me l’apprenez ! Sinon au Cojep, il y a une seule tendance : la tendance Charles Blé Goudé. Nous sommes tous rassembler autour de notre leader, Charles Blé Goudé. Comme il contrôle déjà le Cojep, le besoin que d’autres tendances puissent le contrôler est inexistant. L’expression selon laquelle « quand le chat n’est pas là, les souris dansent » est inopérante au Cojep. Maintenant, s’il y a des gens qui pensent qu’en l’absence du leader du Cojep, il y a une place à prendre et qui en conséquence sont envahis par des ambitions égoïstes et démesurées, qu’ils se détrompent dès maintenant ! Ces derniers pensent certainement, à tort, pouvoir bâtir leur carrière sur la sépulture de celle de Blé Goudé. Mais c’est peine perdue ! 7- On parle des pro-Affi et Pro-Gbagbo… Oui, ce sont les même qui, pour cacher leurs lacunes, leur jeu malsain et les vrais reproches que les militants leurs font en interne préfèrent en faire un problème externe en cherchant à tirer sur eux seuls notre symbole -le Président Laurent Gbagbo- et la CNC qui se présente comme un instrument commun de lutte. Ils se servent de ces symboles comme instruments et stratégie pour détourner l’attention de l’opinion. C’est mesquin et cela est inacceptable ! Le Cojep est née en 2001 pour donner une âme politique à la jeunesse ivoirienne et africaine. Le Cojep a soutenu ouvertement la politique se Son Excellence le Président Laurent Gbagbo, pour le bien être des ivoiriens. De tous les mouvements qui soutenaient le Président Gbagbo, seul le Président du Cojep, Charles Blé Goudé est en prison à La Haye, pour avoir défendu le pouvoir de notre icône à tous, le Président Laurent Gbagbo, et les institutions de la République de Côte d’Ivoire. Parler de pro-Affi et de pro-Gbagbo au sein du Cojep ou ailleurs est pour moi un non-sens et une incongruité. Le Président Laurent Gbagbo demeure notre symbole à tous. Ces mêmes individus qui colportent ce type d’informations vont jusqu’à dire aussi qu’il existerait au sein du Cojep une opinion hostile à la CNC. Ce sont là autant d’énormités qui ne reposent sur rien de factuel. Tout cela repose sur du vide ; c’est un tissu de mensonges cousu de fil blanc. Il s’agit simplement d’une conspiration, une construction, fruit d’une imagination négativement fertile, qui vise à nuire, à salir, à noircir les autres et surtout à créer la discorde et la division, ennemis de tout succès. En vérité, il n’existe ni anti Gbagbo ni anti CNC au Cojep. Ceux qui font cette campagne d’intox veulent se servir du nom du Président Gbagbo et de la CNC comme bouclier pour cacher leurs lacunes et leur sale besogne. Heureusement, tous les responsables du Cojep les ont pris en flagrant délit de mensonge devant des témoins et non des moindres. Ils gagneraient à faire preuve de dignité, d’intégrité, de responsabilité et d’humilité. 8- On annonce un congrès du Cojep… En tout cas tel est le souhait de tous les responsables du Cojep. Nous attendons tous que les voix autorisées confirment à l’opinion les dates et lieu proposés. 9- Le malaise est-il aussi grave pour la convocation d’un congrès ? Pourquoi voulez-vous qu’on convoque un congrès pour répondre à ce que vous appelé malaise mais qui, pour nous, n’en est pas fondamental un. Une organisation comme le Cojep qui se veut responsable et ambitieuse ne peut pas convoquer un congrès, son instance suprême, pour faire face à des questions dont la résolution relève exclusivement des pouvoirs
  3. 3. que les statuts et règlement intérieur confèrent au Président et à l’organe juridictionnel qu’est le Conseil de Contrôle de Discipline et d’Ethique. Le Conseil politique du 28 juin dernier a déjà tranché cette question et se soumettra à toutes les décisions qui seront prises. Le Congrès ne saurait être la voie ou le cadre de règlement. Le congrès annoncé du Cojep n’est nullement lié à ce que vous appelez ‘’malaise au Cojep’’. Les débats, les contradictions existeront toujours au sein de toute organisation. L’organisation à travers ses textes finit par venir à bout de ces contradictions internes. C’est ce qui est en train d’être fait. Les diviseurs des organisations politiques qui veulent profiter de l’absence du Ministre Charles Blé Goudé pour affaiblir et diviser le Cojep viendront se heurter au parapluie de la solidarité des militants autour de leur leader. Et les militants en font éloquemment la démonstration pédagogique aujourd’hui. 10- Pourquoi un congrès alors ? Comme toute organisation politique, le Cojep se donne des moments de réflexions, de diagnostic en vue de dégager des axes stratégiques d’actions. D’ailleurs, une fois que les voix autorisées seront officiellement connues, elles indiqueront les objectifs de ces assises et communiqueront en conséquence les points essentiels qui seront inscrits à l’ordre du jour de ce congrès. 11- Des informations font état également de ce que le mouvement va se muer en parti politique… Le débat n’est pas nouveau. C’est un vieux débat qui refait chaque fois surface lorsqu’un congrès est annoncé. C’est de bonne guerre ; c’est légitime en tant qu’organisation d’avoir de telles ambitions. Mais c’est au congrès qu’il revient de décider ce qu’il pense être bon pour le Cojep. Pour ne rien vous cacher, même s’il est absent, la position et la vision du Ministre Blé Goudé comptera pour beaucoup. 12- Il se raconte que votre leader soutient Affi ? Dans les circonstances actuelles, je rappelle aux racontars que c’est plutôt le Ministre Blé Goudé qui a besoin de soutien et non le contraire. Compte tenu de la grande proximité entre le Cojep et le Fpi, il voulait protéger le Cojep du vent qui soufflait chez le voisin. En ma qualité de Médecin personnel Blé Goudé, je sais qu’il a été psychologiquement marqué par la grave crise au sein de la FESCI suite à la fissure au sein du front républicain à la veille des élections de l’an 2000 et il ne souhaitait pas ce cauchemar au Cojep. En tant que partenaire du FPI et bon élève du Président Laurent Gbagbo, il était habité par la volonté de se rendre utile en aidant à rapprocher les protagonistes. Il voulait se donner une chance pour être écouté de tous. Ce qui l’obligeait à faire preuve de dépassement, surtout qu’il voyait le Président Gbagbo souffrir de cette crise. Blé Goudé est un homme qui n’aime pas faire comme tout le monde, il est un partisan de la tolérance et de la conciliation. Comment pouvait-il espérer trouver une oreille attentive s’il affichait une position d’attaque contre l’autre camp mis en cause? Moi, je n’appelle pas ça neutralité. Cette démarche ne peut pas non plus être assimilée à une indifférence car celui qui est indifférent ne propose rien et regarde le conflit prospéré. Dans une telle crise, personne ne peut être indifférent, personne ne peut être neutre. Au regard de l’objectif principal qu’il visait dans sa démarche, je préfère quant à moi parler de responsabilité et de cohérence. Ce n’était pas du tout facile d’épouser une telle option ; il fallait de l’audace et du courage politique (qu’il pensait utile et positif) malgré les susceptibilités et polémiques auxquelles nous sommes accoutumés depuis quelques temps et ce malgré les risques politiques encourus. Et il faut être
  4. 4. Blé Goudé pour le faire. Si cette démarche n’a pas été appréciée de certaines personnes, on doit les comprendre, il faut les comprendre ! Pour autant, on ne doit pas ‘’manger du Blé Goudé’’. Je comprends que personnes ni aucune proposition n’est à l’abri de critique mais évitons, au-delà de celles-ci, de détruire nos héros, nos leaders, nos symboles qui ne sont pas Dieu. Et en tant qu’êtres humains, ils peuvent se tromper mais surtout de bonne foi, en pensant bien faire. On a vu le grand Didier Drogba rater des penaltys décisifs pour l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Malgré tout, on lui renouvelait chaque fois notre confiance car, il était indispensable à l’équipe, devant les enjeux et batailles à venir. Pour revenir au cas du Ministre Blé Goudé, je puis vous rassurer qu’il a tiré les leçons de cette situation. Comme il le fait chaque fois que les circonstances les lui commandent, il prend en compte toutes les critiques positives et constructives. Dans tous les cas, dès lors que les responsables du Fpi lui ont fait savoir que son remède était inapproprié au mal qui rongeait le FPI et que la crise a trouvé une fin définitive, vous n’avez plus vu Blé Goudé intervenir dans ce débat. Il se consacre désormais essentiellement aux questions d’intérêt national, au Cojep ainsi qu’à son procès. 13- On dit qu’il est la taupe d’Affi auprès du Président Gbagbo J’espère que ceux qui parlent ainsi savent très bien de quoi et de qui ils parlent. Être une taupe signifie que l’on n’a pas de convictions. Or ceux qui n’ont pas de convictions ne sont pas transférés à la CPI ; il lui suffisait simplement de se renier pour être libéré ici à Abidjan. A ce que je sache, un transfèrement à la Haye n’est pas une palme à la traitrise et à la trahison ; c’est une punition pour les hommes qui ne marchandent pas leurs convictions et qui dérangent. De grâce, soyons sérieux ! Jusqu’où allons-nous pousser la méchanceté contre ce jeune leader qui paie pour nous tous ? 14- Il se raconte même que c’est lui qui aurait informé le camp Affi sur la soit disant non- conformité de la signature du Président Gbagbo… Si les gens connaissaient la honte, ils se cacheraient aujourd’hui sous leur lit après que le temps et les faits aient mis à nu leur mensonge. Car pendant que Dibopieu, Abéhi, d’autres jeunes ivoiriens et moi-même étions détenus à la DST avec Blé Goudé, les mêmes individus racontaient que Blé Goudé était dans les bonnes grâces du pouvoir. Il y en a qui disaient même qu’il n’était pas en prison. Alors que Blé Goudé portait le poids d’une situation dont nous sommes tous responsables et qu’il était en train de mourir à petit feu, les mauvaises langues continuaient leur travail. Après un petit moment de répit ils ont repris du service. En fait ces gens utilisent tous les moyens pour faire péter un câble à Blé Goudé en prison, mais ils ont déjà échoué. Donc ce qu’ils racontent est faux. 15- Il se raconte également que ses enfants vivent chez Affi qui paient leur scolarité et que leur maman est toujours aux côtés d’Affi ? Si Blé Goudé était aussi corruptible pour si peu, il se serait déjà vendu au plus offrant. Et les propositions n’ont jamais manqué mais Blé Goudé est un leader qui sait bien ce qu’il veut et où il va. Il n’aime pas qu’on le manipule et il coute plus chère qu’une scolarité dans une école primaire publique (EPP). Ou bien ces racontars ne connaissent pas sa valeur ? Des enfants innocents qui ne savent rien de la politique mais qui en sont victimes, en souffrent, des enfants qui sont en train de grandir sans leur père qui est si loin d’eux, ce sont ces enfants-là que des gens veulent mêler à leurs quolibets politiques pendant que ces racontars mettent leurs enfants à l’abri ? Ça c’est de la sorcellerie en pleine ville! A part les rumeurs et la méchanceté, quelqu’un de ceux qui parlent ainsi s’est-il une fois au moins préoccupé du quotidien des enfants de Blé Goudé pendant qu’il se trouve en prison
  5. 5. pour notre cause commune ? En vérité, quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage. Mais que ces derniers soient rassurés, les militants du Cojep et les ivoiriens qui aiment vraiment Blé Goudé savent ce qu’ils doivent faire et un jour, quand le temps aura accompli son action salvatrice et que Blé et Gbagbo seront de retour parmi nous, on fera le bilan. La fidélité, la loyauté et l’amour à un leader se prouvent en son absence. 16- Que faisaient ses enfants et leur maman au congrès d’AFFI au palais des sports ? Affirmations gratuites ou méchanceté gratuites ? Sommes-nous tombés aussi bas ? Vous les avez vraiment vus au palais des sports ou bien ce sont les mêmes qui prétendaient avoir vu Blé Goudé dans un avion spécial pendant qu’il était enchainé dans le coffre d’un véhicule qui l’a conduit d’Accra à Abidjan, le même véhicule qui a transporté Dibopieu et Abéhi ? Ne sont-ce pas ces mêmes qui disent encore que… on dit que… il parait que…. ? Et ils ajoutent toujours que c’est de source sûre !!!! (Rire) Ne pensez-vous pas que c’est suspect de raconter tout ça sur une même personne et ses enfants qui ne savent rien de la politique ? Moi, en tant que père de famille, je m’insurge contre cette façon d’utiliser des enfants à des fins politiques et pour des retombées égoïstes. Jugez Blé Goudé sur la somme de ses actes et non sur des humeurs et des rumeurs sciemment distillées par ceux qui pensent qu’il y a une place à prendre en son absence. Dans la vie, une place se mérite par le travail et non par la médisance et le mensonge. Laissez les enfants de Blé Goudé en dehors de la politique ; si non les personnalités se prévalant de la casquette pro Gbagbo dont les proches jouissent du pouvoir d’Abidjan et qui pensent se cacher derrière les accusations gratuites, on les connait et nous allons bientôt les dénoncer. Les traitres sont à des endroits insoupçonnés, ce n’est pas celui qui paie dignement pour nous tous. Tous, on doit au contraire féliciter Blé Goudé si on est vraiment honnête. 17- Quelle est la position réelle de Blé Goudé ? Peut-être que Charles Blé Goudé ne dit pas ce que les gens veulent forcement entendre si non sa position est très claire. Son soutien au combat du président Gbagbo ne souffre l’ombre d’aucun doute. Il l’a prouvé à travers les meetings et grands rassemblement avant son exile et son arrestation. Il le prouve plus encore aujourd’hui parce qu’il est le seul pro Gbagbo qui a été déporté avec Gbagbo à La Haye. Chaque fois qu’il a été à la barre il a été plus qu’un avocat pour le Président Laurent Gbagbo, affirmant fièrement son ‘’Gbagboisme’’. Pour lui le seul et unique capitaine du navire c’est Gbagbo et c’est à lui qu’il revient de fixer le cap. Le plus grand soutien qu’on doit lui apporter c’est de se rassembler tous autour de lui. 18- L’une de ses lettres a créé le doute au sein de la population… Je souhaite que ce courrier soit publié et que l’on le soumette à une étude de texte pour en sortir la quintessence. Ainsi tout le monde sera définitivement situé et les rumeurs prendront fin. A moins qu’il existe un autre courrier, sinon celui que nous avons fait publier peut ne pas être ce qu’attendaient les gens mais cela ne donne pas le droit de tirer des conclusions hâtives. L’essentiel n’étant pas la proposition mais la recherche d’une solution qui semble être déjà là. Par conséquent cette lettre ne doit plus être l’objet de débat. Faisons la politique au lieu de faire la police derrière Blé Goudé. 19- Est-il vrai que le Président Gbagbo a pris ses distances vis-à-vis de Blé Goudé Vous savez très bien que c’est faux ! Celui qui colportait ce gros mensonge a été démasqué au sein du Cojep et a été confondu en présence de Michel Gbagbo dont il utilisait le nom pour donner du crédit à sa campagne contre Blé Goudé. Des gens veulent prospérer dans le mensonge. La vérité c’est que le Président Gbagbo partage son quotidien avec Blé Goudé. Le
  6. 6. père et le fils partagent régulièrement leurs vues sur de nombreuses questions d’intérêt national. Charles Blé Goudé plus que jamais continue de s’abreuver à la source de la sagesse politique du Président Laurent Gbagbo et c’est justement ce qui fait mal à certaines personnes. Mais il leur suffira simplement d’accepter de perdre leur liberté et se faire emprisonner à La Haye. Tout ce que l’on gagne dans la vie est le fruit d’un sacrifice. En tout cas Blé Goudé continue sa formation politique auprès du Président Laurent Gbagbo ; il est à l’école du Président Laurent Gbagbo. C’est ça la réalité. Le reste, n’est qu’une gymnastique politique fantasmagorique. 20- Que pensez-vous de la CNC ? Il y a longtemps que nous travaillions à la naissance d’une coalition. Pour nous, c’est uni que la voix de l’opposition pourra être audible et crédible. 21- On vous accuse d’être opposé à l’entrée de votre mouvement dans cette coalition… Ceux qui parlent ainsi ne savent pas grande chose de l’histoire de la naissance de cette coalition. Quand on ambitionne être un jour un leader et que l’on a l’imagination négativement fertile, c’est inquiétant. Vilipender ses camarades et toute une organisation sur la base du faux, c’est méchant. La place du Cojep se trouve aux côtés des forces vives en lutte pour les libertés et la démocratie, pas ailleurs. Si on n’y prend garde, de petits manipulateurs risquent d’induire certains cadres du FPI en faute en utilisant leurs noms pour des objectifs que ces derniers ignorent. Et ce sera trop tard. 22- Il n’y a pas de fumée sans feu … Vous avez peut-être raison. Le problème ici c’est celui qui utilise le mensonge en se servant du nom de Gbagbo et des noms de certaines personnalités de l’opposition pour espérer incendier le Cojep. Or le Cojep brûle difficilement. Naturellement la fumée ne peut être que le seul résultat possible. Sinon avec une bonne combustion, il n’y a jamais de fumée. Il faut éviter de faire de la CNC un problème. 23- La preuve, vous avez programmé une réunion le 27 juin. Alors que la Cnc organisait un meeting à Koumassi On a même entendu dire aussi que le Cojep, en maintenant son colloque international sur les conditions pour garantir une paix durable en Côte d’Ivoire et en Afrique, les 18 et 19 Juin, était en train de boycotter le 1er meeting de la CNC qui a eu lieu le samedi 20 Juin dernier à l’espace Ficgayo. Pour en revenir à votre question proprement dite, retenez que le Cojep a tenu un Conseil Politique le dimanche 07 Juin 2015 portant essentiellement sur le colloque international. Le Conseil Politique a décidé de se réunir à nouveau le premier week-end après le colloque c’est- à-dire le samedi 27 Juin. A ce moment le meeting de la CNC n’était pas encore annoncé. Mais pourquoi ne pas simplement rappeler aux camarades que la date n’était pas indiquée, à travers nos canaux habituels si l’intention ne se trouvait pas ailleurs ? En réalité, depuis le mercredi 24 juin tous les responsables du Cojep savaient que le Conseil politique était reporté au Dimanche 28 juin. Des gens pensent pouvoir se servir de la CNC pour nous diaboliser mais nous ne laisserons pas le mensonge prospérer. A vrai dire, il y a une bonne dose de mauvaise foi dans tout ça ! 24- Croyez-vous en la CNC ? Cette coalition doit se donner les moyens pour se présenter comme une alternative crédible. Pour cela, elle doit gagner en puissance et en cohérence. Face à une dictature rampante, il faut une opposition rassemblée et forte. Il faut de la clarté pour une bonne lisibilité dans les actions
  7. 7. qui doivent être méthodiques. Il faut aussi et surtout éviter que chacun y vienne avec son agenda secret. Tout ceci pour dire que nous croyons en cette coalition. Mais le véritable enjeu pour demain doit être le rassemblement de tous les ivoiriens, quelque soit leurs origines et au- delà des barrières idéologiques devenues trop artificielles. C’est à cela qu’il faut rêver et travailler maintenant, tout en préservant les acquis d’hier et d’aujourd’hui. 25- De quels moyens dispose cette coalition pour déboulonner Ouattara ? Le Cojep ne compte pas tourner le dos à la philosophie de son leader : la victoire ou l’alternance démocratique par la résistance pacifique, par le combat aux mains nues. Ce qui fait appel à tous les moyens démocratiques : marches, sit-in, meetings etc. Partout où ira le Cojep, il y sera avec son identité, ses valeurs sans complexe, car c’est ce qui nous détermine, c’est ce qui nous distingue. On a tenté de nous traiter de milice, ce qui est faux ; c’est par nos actions que nous allons confondre nos détracteurs. 26- Le régime soutient que la CNC est minoritaire… Depuis quand un régime reconnait que son opposition est majoritaire. C’est le jeu politique. 27- Il accuse la Coalition de ressortir la question de l’ivoirité ? Tout régime cherche toujours à accuser son opposition par tous les prétextes. A nous de ne pas prêter le flanc. Face aux mesures cosmétiques du pouvoir, Il existe un vaste champ de critique. 28- Pour le Cojep, Ouattara est-il éligible ou pas ? Le Cojep n’est pas la loi et ne fait pas la loi. Mais, le moins qu’on puisse dire c’est que la constitution est sacrée ; en tant que telle, elle doit être respectée intégralement, scrupuleusement ! Dans tous les cas, après son congrès, le Cojep fera connaitre sa position sur les élections à venir. Je ne suis autorisé à en parler. 29- Le camp Ouattara parle de jurisprudence. Faisant allusion au décret pris par le Président Laurent Gbagbo en Mai 2005, faisant de Ouattara un candidat exceptionnel Chaque fois que quelqu’un évoque l’inéligibilité de Ouattara, il fait de lui une victime et Ouattara aime bien quand ses adversaires évoquent ce sujet qui en fait constitue son faire valoir. Mais comme ces derniers temps l’on interprète tout, je préfère garder mon analyse jusqu’à ce que le congrès du Cojep se prononce à ce sujet. 30- D’autres parlent d’un droit acquis Les vrais droits acquis en Côte d’Ivoire sont celles auxquels ramène la constitution du 1er Août 2000. Il s’agit des libertés démocratiques, des libertés individuelles et collectives, de la liberté d’expression, d’association, de réunion, la liberté de la presse, des droits de l’homme, du droit à la sécurité, de la non contrainte des ivoiriens à l’exil, en un mot la protection des droits et libertés des citoyens, au lieu de la dictature rampante actuelle avec son cortège d’arrestations arbitraires et d’emprisonnements abusifs. Malheureusement aujourd’hui, je me demande ce que la constitution représente pour les tenants du pouvoir d’Abidjan qui, il faut le préciser, a été conçu dans la violation de notre loi fondamentale. Quelle valeur accorde-t-il au serment qui proclame le respect scrupuleux de la constitution qui stipule en son article 54 que : « les fonctions de Président de la République sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de tout emploi public, de toute activité professionnelle et de toute fonction de dirigeant de parti politique. » Malgré cette clarté, sous nos yeux, le chef de l’Etat, en assurant concomitamment les
  8. 8. fonctions de Président du Rassemblement des Républicains, se présente comme le chef d’une partie des ivoiriens. Aussi, le chef d’Etat n’a-t-il pas hésité à dire à Abobo que « …si c’était eux qui étaient au pouvoir, ils allaient nous tuer tous …. » On est dans cette logique, dans la catégorisation permanente, la ségrégation ethnique sur fond de rattrapage…. Tout ceci est en contradiction flagrante avec l’esprit et à la lettre de notre constitution. Les germes ou les gènes de la division des ivoiriens sont dans la cité. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le pouvoir Ouattara souffre d’une tare congénitale : la violation permanente de la constitution de la République de Côte d’Ivoire. 31- Avez-vous un dernier mot ? Je voudrais saluer et féliciter les militants du Cojep pour leur lucidité et leur sens de la responsabilité. Je les invite à tenir le cap et à ne jamais céder à aucune manipulation d’où qu’elle vienne et de toujours garder à l’esprit que le Président Charles Blé Goudé est en mission pour une génération, pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique. Plus que jamais, nous devons nous rassembler autour de lui et nous approprier sa philosophie et son combat politique ; c’est le plus grand soutien qu’il attend de nous, pour préparer son procès dans de meilleures conditions et conduire sa mission avec sérénité. Je voudrais rassurer tous les partenaires du Cojep, tous les démocrates ivoiriens ainsi que les ivoiriens épris de liberté et de justice : la place de Charles Blé Goudé et du Cojep est à leurs côtés et aux côtés des peuples qui souffrent, de tous les peuples en quête de liberté, de justice donc de démocratie. Jugez donc le Cojep et son leader Charles Blé Goudé sur les actes et aux résultats. Personne ne doit laisser prospérer le mensonge. Il faut dès maintenant dissuader, décourager tous les oiseaux de mauvais augure qui se présentent à vous comme des agneaux alors qu’ils tiennent sous leurs habits le glaive. Ils sont en phase d’étourdissement politique et pour cacher leur ignominie, leur indignité, leur déshonneur, ils prétextent de leur amour sans faille pour le Président Laurent Gbagbo et pour la CNC dont ils ne savent rien de l’histoire de la naissance. « Ah connait pas, ah demander ! » dixit Blé Goudé Charles. Face à la dictature Ouattara que nous subissons tous, il n’y a pas plusieurs choix qui s’offrent à nous. Il nous faut nous rassembler au sens propre et profond du thème, dans l’intérêt de notre pays, en pensant à tous ceux qui ont perdu la vie dans ce combat, à tous les prisonniers politiques, à tous les exilés et réfugiés politiques et aux populations martyrisées qui croupissent sous le poids de la misère galopante. La Côte d’Ivoire mérite de danser au son d’une autre musique : la musique de la concorde, de la confiance, de la fraternité, de la solidarité pour la reconquête des libertés qui sont confisquées, pour la restauration de la justice qui est aux ordres et pour la réanimation de la démocratie qui est agonisante. On n’est peut-être pas obligé de s’aimer, mais on est condamné à travailler ensemble ; sinon, nous périrons tous ensemble avec nos turpitudes. Je vous remercie. Entretien réalisé par Yacouba Gbané Journaliste à "Le Temps"

×