Savoir vivre en couple
Episode V : Quelle impression cela fait-il de devenir parents ?
IL : la naissance de nos enfants a ...
ELLE : pour moi, je n’étais préoccupée que de voir enfin cet enfant qui s’était tissé dans mon ventre durant
tout ce temps...
NOUS : Une grossesse commence dès l’implantation dans l’utérus d’un œuf fécondé et se déroule en plusieurs
étapes jusqu’à ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Savoir vivre en couple episode V Quelle impression cela fait-il de devenir parents ?

188 vues

Publié le

C’est un moment de bonheur et d’émerveillement, qui cimente l’amour entre les époux. La présence attentionnée du papa vis-à-vis de la maman est essentielle pour le bien-être de tous. Son aide pour les soins au bébé est très appréciée, c’est ainsi qu’il prendra conscience de son rôle qui est irremplaçable. La relation de couple doit rester première, et chacun veillera à garder sa vraie place en laissant l’enfant dans sa position d’enfant et en gardant l’unité conjugale face à lui, et cela dès sa naissance.

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
188
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Savoir vivre en couple episode V Quelle impression cela fait-il de devenir parents ?

  1. 1. Savoir vivre en couple Episode V : Quelle impression cela fait-il de devenir parents ? IL : la naissance de nos enfants a été une vraie fête. Le premier en plus était comme le symbole, le fruit direct de notre amour et je m’émerveillais de ce don extraordinaire de donner vie à un autre être humain. ELLE : j’ai passé neuf mois à la fois comblée et en même temps vaguement inquiète pour le bébé que je portais. Après avoir arrêté de prendre la pilule, il a fallu un certain temps pour que je sois enceinte. IL : nous nous demandions même s’il ne fallait pas envisager d’autres solutions. ELLE : quand le test de grossesse a confirmé mon état, alors cela a été une grande joie. IL : nous avons épluché tout ce qui nous tombait sous la main pour suivre au plus près l’évolution de notre futur bébé. ELLE : nous avons appris que c’est le spermatozoïde le plus différent au niveau du patrimoine génétique qui réussit à pénétrer dans l’ovule et que tout le déroulement d’une grossesse est un miracle. IL : nous étions conscient que Dieu nous faisait une grâce merveilleuse d’être les artisans d’une nouvelle vie et de collaborer à l’œuvre de sa création en nous confiant « la fabrication » d’un être humain. ELLE : je savourais ce qui se passais en moi, je me sentais comblée dans tous les sens du terme et « pleine » d’amour pour mon mari et tous mes proches. IL : je me suis senti mûrir, j’étais responsable de deux vies précieuses et de la mienne aussi pour contribuer le mieux possible au bien-être de cette famille que Dieu me confiait. ELLE : il était touchant dans ses petits soins pour moi, ses prévenances, ses inquiétudes à mon sujet. Quelquefois même, j’étais agacée car je me sentais en pleine forme, comblée, alors qu’il se comportait comme si j’étais malade ou une porcelaine fragile ! IL : tu avais quand même des malaises, surtout au début, et aussi des sautes d’humeur et j’avais l’impression parfois d’être maladroit ou même indésirable ! ELLE : en suivant ensemble les cours de préparation à l’accouchement, nous avons compris que tout cela était normal. IL : et puis, un jour, ça a été le jour… ou plutôt la nuit ! Comme c’était le premier, nous avons attendu que les contractions soient plus rapprochées pour aller à l’hôpital, mais nous avions peur qu’il naisse avant que nous n’arrivions. ELLE : le travail a été long, heureusement qu’IL était là, avec sa tendresse, sa présence rassurante et que durant tout l’accouchement, il est resté à mes côtés. IL : je trouve que c’est traumatisant pour un mari de se sentir impuissant à soulager sa femme dans ce travail pénible qu’est un accouchement.
  2. 2. ELLE : pour moi, je n’étais préoccupée que de voir enfin cet enfant qui s’était tissé dans mon ventre durant tout ce temps et que nous n’avions pu qu’imaginer. IL : quand le bébé est né, je me suis d’abord précipité pour voir s’il ne lui manquait rien, s’il était normal. Puis, rassuré, j’ai goûté avec ma femme, autour du bébé, le sentiment jubilatoire d’avoir créé avec l’aide de Dieu, un être humain. ELLE : j’étais émerveillée d’avoir été capable de faire quelque chose de si beau, c’est vraiment une expérience indicible, comme si on était porté plus haut que terre, quelque part dans le ciel. IL : il a fallu bien vite revenir sur terre avec le retour à la maison et les rythmes quotidiens bouleversés. Entre l’activité professionnelle, la participation aux soins du bébé, le souci pour ma femme quand même fatiguée, les relations « extérieures », il n’y avait plus beaucoup de temps pour nous deux. ELLE : j’étais complètement absorbée par le bébé, non seulement par les soins, mais en cherchant conseil partout pour être une mère parfaite. Je désirais que ma mère soit plus présente pour m’aider et me conseiller, mais j’avais l’impression qu’elle voulait me prendre mon bébé. IL : moi, je la trouvais trop présente et même envahissante pour notre intimité de couple. Même si je comprenais qu’elle était « pratique », elle me dérangeait dans mon désir de construire notre petite famille à trois. Elle était comme un intrus. ELLE : elle m’a bien aidée, même si elle en faisait trop parfois en me donnant le sentiment qu’elle seule avait droit au titre de « mère » et que moi j’étais toujours la petite fille inexpérimentée ou maladroite. IL : elle a malgré tout su rester discrète et prendre sa place de « grand-mère », ce qu’elle a assumé avec beaucoup de joie et de disponibilité. ELLE : quand nous nous sommes retrouvés à trois, nous avons pris vraiment conscience que nous avions un rôle important à assumer, en plus de celui d’époux, celui de parents. IL : je ne me suis pas senti tout de suite père. J’étais un peu désorienté, frustré et même jaloux du bébé qui me prenait toute ma femme. J’avoue qu’il y a eu pour moi un moment de flottement, d’incertitude quant à mon « utilité » dans cette bulle qui semblait pouvoir fonctionner sans moi, tant était grande la symbiose mère enfant. ELLE : absorbée par mon bébé et comblée par le sentiment qu’il avait besoin de moi de façon exclusive et permanente, je n’ai pas vu le désarroi de mon mari. IL : c’est vrai que j’ai eu l’impression quelquefois que je n’étais rien de plus pour toi que l’aîné des enfants et qu’en tant que mère tu étais encore plus exigeante à mon égard. ELLE : le bébé était le centre du monde, tout tournait autour de lui. Je reconnais avoir inconsciemment mis bébé et mari dans le même panier au niveau des soins. IL : ce n’est qu’à partir du moment où le bébé s’est éveillé, qu’il a commencé à participer à ce que nous faisions pour lui et à nous gratifier de ses sourires ou de ses gazouillis ou à nous assourdir de ses cris ou hurlements quand nous ne réagissions pas immédiatement à ses demandes, que j’ai commencé à me sentir « père ». ELLE : nous étions d’accord tous les deux pour dire que nous avions fabriqué une petite merveille. Je trouvais exaltant mon nouveau rôle de mère, je me sentais comblée. La naissance de nos autres enfants a toujours été un événement miraculeux et merveilleux.
  3. 3. NOUS : Une grossesse commence dès l’implantation dans l’utérus d’un œuf fécondé et se déroule en plusieurs étapes jusqu’à son terme. Dès un mois, les fibres du cœur de l’embryon commencent à battre. À trois mois, le placenta acquiert son autonomie hormonale et l’embryon devient un fœtus. Vers quatre mois et demi, les mouvements du fœtus peuvent être perçus. À partir du cinquième mois, commence la construction du système nerveux, puis, au sixième mois, le système respiratoire commence à être fonctionnel. Les modifications du corps maternel pour s’adapter aux différentes étapes de la gestation sont tout à fait extraordinaires et ont des résonances sur son psychisme dans ses dimensions sociales, affectives et émotionnelles. Lorsqu’elle vit bien sa grossesse, la mère accepte les différents inconforts liés à son état, car elle sait que ce n’est pas une maladie, mais un phénomène naturel. Malgré tout elle doit garder à l’esprit qu’il s’agit d’un véritable travail qui se réalise dans son corps et qu’elle doit veiller à ne pas présumer de ses forces et à se reposer. Les cours de préparation à l’accouchement apprennent à la femme à diminuer les excitations sensorielles qui parviennent à son cerveau. Instruite des différentes étapes de l’accouchement, elle peut évacuer par la parole ses craintes, ses peurs, son anxiété et exercer un contrôle sur ce qui se passe. De cette façon, elle coopère activement à l’arrivée au monde de son bébé. Si son mari est à ses côtés pour l’entourer, lui parler, l’aider dans son travail, les douleurs seront vite oubliées et la joie de la naissance sera d’autant plus savoureuse. L’allaitement maternel a des avantages inestimables aussi bien pour la mère qui se remet plus vite de la grossesse et de l’accouchement que pour le bébé qui en bénéficie sur tous les plans : physiques, physiologiques et psychiques. Sans oublier toute la dimension affective qui tisse un lien solide entre la mère et l’enfant et contribuera plus tard pour celui-ci, à son équilibre psychoaffectif indispensable à son adaptation sociale. L’arrivée du premier enfant marque le passage du statut de couple à celui de famille. C’est un moment de bonheur et d’émerveillement, qui cimente l’amour entre les époux. La présence attentionnée du papa vis-à-vis de la maman est essentielle pour le bien-être de tous. Son aide pour les soins au bébé est très appréciée, c’est ainsi qu’il prendra conscience de son rôle qui est irremplaçable. La relation de couple doit rester première, et chacun veillera à garder sa vraie place en laissant l’enfant dans sa position d’enfant et en gardant l’unité conjugale face à lui, et cela dès sa naissance. Pour ce qui est de l’éducation, le cadre est posé quand l’adulte sait dire « non » toutes les fois où c’est nécessaire et qu’il s’y tient fermement pour le bien de l’enfant et pour lui apprendre à bien se comporter plus tard dans la société qui est la sienne. L’enfant doit apprendre à obéir à ses parents (ou à leurs représentants quand ils ne sont pas là) non par crainte de la punition, mais parce qu’il comprend que ce qu’ils lui demandent est bon pour lui et le préserve de graves difficultés ou dangers. Il écoutera leurs conseils parce qu’il a confiance en eux avec la conviction qu’ils recherchent son bien, pour leur faire plaisir, pour leur manifester son amour en reconnaissance de leur amour pour lui. Ainsi, il prend sa place dans le foyer et non pas toute la place, au détriment des autres et parfois du père. En gardant la sienne, il peut respecter celle des autres, en prenant conscience qu’il n’est pas le centre du monde, que d’autres existent aussi, en dehors de lui. C’est à cette condition qu’il peut affirmer sa personnalité et désirer devenir grand. Les parents sont là pour éduquer, c’est-à-dire élever vers la vie adulte leur enfant. Ils ont à indiquer ce qu’il a à faire, ce qu’il peut ou ne peut pas faire, ce qu’il a le droit ou non d’exiger. L’amour doit sous-tendre l’éducation et l’exercice de l’autorité qui ne peut s’exercer sans respect des personnes. C’est l’amour qui allègera certaines exigences en persuadant l’enfant que ses parents ne cherchent pas à exercer un pouvoir sur lui mais à répondre à ses besoins et à le protéger de ce qui pourrait lui nuire. Il est très important, dès le départ, d’apprendre à l’enfant à s’exprimer, à dire ce qu’il ressent. Il le fera s’il voit que c’est une habitude instaurée entre ses parents et que même en cas de désaccord, ils parviennent à trouver un terrain d’entente.

×