Article Mont Elbrouz

182 vues

Publié le

Récit de l'expédition Mont Elbrouz en Russie à 5.642 mètres réalisée en juillet 2015

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
182
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article Mont Elbrouz

  1. 1. Mont  Elbrouz  –  Juillet  2015     De  la  Pointe  du  Raz  aux  Monts  Oural,  des  volcans  d’Islande  au  détroit  du  Bosphore,  il  n’existe  nul   point  plus  haut  que  le  Mont  Elbrouz,  situé  en  Russie,  dans  le  massif  du  Caucase  à  5.642  mètres.   Coincé  entre  la  Tchétchénie,  la  Géorgie  et  la  mer  Noire,  l’Elbrouz  est  un  volcan  venu  d’ailleurs,  d’un   autre  temps,  mais  quel  volcan  !     Jean-­‐Gabriel  Chelala,  entrepreneur  aventurier  s’est  lancé  en  juillet  2015  pour  un  planté  de  drapeau   sur  le  toit  de  l’Europe…  ou  presque…     Au  commencement  une  salle  d’accouchement   Tout  commence  le  12  juin  2015  en  salle  d’accouchement  à  l’hôpital  Sud  de  Rennes.  Jean-­‐Gabriel  et   sa  femme  viennent  d’avoir  leur  second  petit  garçon  :  Joachim.  Sans  doute  par  émotion,  certainement   par  passion,  Jean-­‐Gabriel  se  dit  qu’il  faut  marquer  le  coup.  Rien  d’exceptionnel  jusque  là.  Tout  le   monde   répondrait   qu’une   soirée   bien   arrosée   contribue   indéniablement   à   marquer   l’événement,   mais  Jean-­‐Gabriel  se  voit  plutôt  gravir  le  sommet  de  l’Europe  pour  l’occasion.  Ben  voyons  !     Il  faut  dire  que  le  garçon  n’est  pas  à  son  coup  d’essai.  Franco-­‐libanais  âgé  de  34  ans  et  père  de  deux   enfants,  il  a  à  son  actif  le  Mont  Blanc  (4.808  mètres)  par  trois  fois,  le  Kilimandjaro  (5.895  mètres)  en   Tanzanie,  l’Aconcagua  (6.962  mètres)  en  Argentine  et  quelques  autres  sommets  ça  et  là.  En  2004,  il   boucle  un  tour  du  monde  à  la  rencontre  de  la  population  et  de  l’habitat  traditionnel.  En  2008,  il  se   lance  dans  une  aventure  folle  :  faire  le  tour  du  monde  en  n’utilisant  rien  d’autre  que  sa  propre  force.   Vélo  sur  terre,  mais  vel’eau  (engin  mu  par  un  pédalier)  sur  mer  !  Deux  ans  d’expédition,  deux  records   du   monde   et   seulement   deux   kilos   de   perdu   après   quatre   mois   et   5.000   milles   nautiques   (9.250   kilomètres)  d’une  traversée  de  l’Atlantique  du  Portugal  à  la  Floride.     Si  vous  aviez  deux  heures  devant  vous  les  anecdotes  ne  manquent  pas,  mais  là  n’est  pas  le  sujet  du   jour,  revenons  donc  sur  les  pentes  enneigées  du  Mont  Elbrouz.     Un  départ  in  extremis   Après   une   rapide   analyse   de   la   situation,   le   sommet   se   présente   plutôt   bien.   Les   conditions   climatiques   sont   ce   qu’elles   sont,   mais   à   pareille   altitude,   elles   peuvent   être   qualifiées   de   convenables.  Une  ascension  en  solitaire  avec  tente,  réchaud  et  autonomie  alimentaire  ne  semble  pas   présenter   de   difficultés   pour   Jean-­‐Gabriel.   Notre   aventurier   se   lance   donc   dans   les   démarches   administratives  pour  l’obtention  d’un  visa.  Formalité  bégnine  au  regard  de  la  montagne  restant  à   gravir,   oui   mais   on   parle   de   la   Russie.   Et   on   parle   d’un   massif   à   200   kilomètres   de   la   capitale   tchétchène,  Grozny.  Qu’importe,  le  billet  d’avion  est  acheté,  le  matériel  rassemblé  et  le  départ  fixé   au  15  juillet  2015.  C’est  que  notre  ingénieur  en  bâtiment  est  un  homme  pressé  !     J-­‐9,  la  demande  de  visa  est  rejetée  au  motif  que  le  voyageur  doit  être  muni  d’un  programme  détaillé,   heure   par   heure   depuis   la   descente   de   l’avion   et   jusqu’au   retour   dans   la   cabine   par   une   agence   locale.  L’état  d’urgence  est  décrété.  Notre  alpiniste  prend  contact  avec  tout  ce  qui  peut  ressembler   de  près  ou  de  loin  à  une  agence  locale.  La  grimpette  ne  se  fera  pas  en  solitaire,  ou  ne  se  fera  pas  tout   court.  Par  chance,  Jean-­‐Gabriel  tombe  sur  une  agence  russe  qui  emmène  un  groupe  de  singapouriens   exactement  aux  mêmes  dates,  c’est-­‐à-­‐dire  du  15  au  24  juillet.     J-­‐6,  les  documents  reçus  de  l’agence  russes  sont  transmis  au  consulat.  Commence  alors  l’attente.   Non  pas  celles  des  alpinistes  qui  attendent  au  camp  de  base  les  aléas  des  météos  rigoureuses.  Non,   nous  parlons  de  celles  des  voyageurs  qui  attendent  les  aléas  des  administrations  capricieuses  !     L’avion  décolle  le  15  juillet  à  7h00  du  matin.  Le  14  juillet  est  fête  nationale.  Soutenu  par  l’agence  se   chargeant  des  formalités,  Jean-­‐Gabriel  récupère  le  «  Graal  »  le  13  juillet  à  18h25,  cinq  minutes  avant   la   fermeture   des   bureaux  !   On   se   croirait   dans   un   film   hollywoodien   où   la   bombe   est   toujours   désamorcée  deux  secondes  avant  l’explosion.  Improbable.  
  2. 2.   Fleur  au  piolet,  crampons  aux  pieds,  notre  chef  d’entreprises  embarque  destination  Moscou,  puis   Mineralnye  Vody  où  il  retrouve  le  groupe  de  singapouriens  à  qui  il  doit  sa  présence.  Trois  femmes   âgées   de   45   à   55   ans   et   un   homme   de   53   ans.   Ensemble,   ils   prennent   la   direction   de   Terskol   le   dernier  village  au  pied  du  sommet  de  l’Europe.  Il  est  3  heures  du  matin  en  ce  jeudi  16  juillet,  Jean-­‐ Gabriel  est  opérationnel.       L’acclimatation   On  serait  presque  épuisé  par  cette  première  partie  de  l’expédition,  cette  aventure  dans  l’aventure  si   on  n’avait  pas  à  l’esprit  le  chemin  qu’il  reste  à  parcourir.  Après  5  heures  d’un  sommeil  salvateur,   notre   entrepreneur-­‐aventurier   commence   par   une   première   marche   d’entrainement   avec   ses   nouveaux  compagnons  de  voyage,  ces  futurs  compagnons  de  cordée  :  Mei  Fong,  Corinne,  Daphné,   Liau.   Pas   de   difficultés   majeures,   une   ascension   de   500   mètres   de   dénivelé   pour   atteindre   3.100   mètres  d’altitude.  L’acclimatation  est  bonne,  le  soleil  est  là  et  la  vue  sur  le  sommet  est  incroyable.  La   vallée   de   Terskol   est   une   longue   saignée   au   cœur   d’un   massif   dont   les   sommets   culminent   entre   4.800  et  5.642  mètres  d’altitude.  3.000  mètres  séparent  la  vallée  des  cimes  enneigées,  un  spectacle   féérique.     Le   lendemain,   on   prend   les   mêmes   et   on   recommence.   Cette   fois   1.100   mètres   de   dénivelé   pour   atteindre   3.500   mètres   d’altitude.   Jean-­‐Gabriel   s’impose   comme   l’expérimenté   de   l’expédition.   Nos   amis   singapouriens   atteignent   pour   la  première  fois  cette  altitude.  Il   faut  dire  qu’à  Singapour  le  plus   important   dénivelé   connu   est   celui  qui  consiste  à  monter  sur   un   pont  !   Et   malgré   leurs   différentes   aventures   respectives   qu’ils   ont   entrepris   dans  les  Alpes  françaises,  en  Malaisie  ou  ailleurs,  la  haute  altitude  était  restée  jusqu’à  ce  jour  une   aventure  «  pour  les  autres  ».  Les  voilà  lancés  dans  le  grand  bain.       Le  soir  notre  guide  Kazbek  contrôle  le  matériel  de  chacun.  A  sa  grande  surprise  les  singapouriens   n’ont  pris  que  des  chaussures  de  randonnée  classiques.  Horreur  !  Kazbek  explique  qu’il  peut  faire   jusqu’à  -­‐50  °C  et  le  tout  en  un  instant,  mais  surtout  qu’il  s’agit  de  marcher  sur  la  glace,  ce  qui  veut   dire   marcher   avec   des   crampons  !   Pour   les   vêtements   chauds,   la   team   asiatique   explique   s’être   équipée  de  «  ce  qui  se  fait  de  plus  chaud  à  Singapour  ».  Là  encore,  Kazbek  trouve  des  vêtements  de   ville,  certes  d’hiver,  mais  de  ville  !       Passage  à  la  boutique  de  location  de  matériels  dès  le  lendemain  matin  avant  de  rejoindre  le  camp  de   base   situé   à   3.800   mètres   d’altitude.   Sur   le   visage   de   Kazbek   on   peut   déceler   un   mélange   de   curiosité,  d’incompréhension  et  d’inquiétude.  On  serait  tenté  de  dire  :  Normal  !     Pas  le  temps  de  chaumer,  dans  la  lancée  de  son  arrivée  au  camp  de  base,  notre  équipe  se  lance  dans   une   première   marche   d’acclimatation   pour   atteindre   l’altitude   de   4.100   mètres.   Nouveau   record   pour  les  singapouriens,  nouveau  mitraillage  de  photos  pour  fêter  l’événement.  La  redescente  se  fait   dans  une  brume  épaisse  venue  de  nulle  part  comme  souvent  en  montagne.  La  température  chute  en   quelques  minutes  pour  se  stabiliser  à  -­‐10°C.  Il  est  19h00,  l’équipe  est  clairement  prévenue.    
  3. 3. Au  débriefing  du  premier  soir,  la  team  se  réunit  autour  d’une  bonne  soupe  et  d’un  thé  bien  chaud.   Ici,   tout   prend   une   autre   saveur.   On   se   découvre   aimer   comme   jamais   la   soupe,   on   boit   du   thé   comme  on  boirait  un  grand  cru,  on  savoure  la  moindre  miette  de  pain  comme  si  c’était  la  dernière.   Réflexe  de  survie  ou  plaisir  de  vivre  ?  La  haute  montagne  a  en  tout  cas  cette  capacité  à  rappeler  à   chacun  sa  place,  son  insignifiance  face  à  la  puissance  de  la  nature.  Plus  loin  de  tout,  plus  proche  de   l’essentiel   pourrait-­‐on   dire.   C’est   peut-­‐être   en   ça   que   les   marins,   les   alpinistes,   les   explorateurs   polaires  ou  les  explorateurs  lunaires  trouvent  un  sens  à  leur  vie  :  Partir  loin  pour  se  rappeler  que  la   vie  ne  tient  à  rien  et  que  chaque  instant  est  une  chance,  une  opportunité  à  saisir.  Vivre.     On   est   samedi   soir.   Kazbek   explique   que   l’ascension   prévue   initialement   le   mercredi   doit   être   avancée   au   mardi.   Une   dépression   s’approche   et   rendra   impossible   l’accès   au   sommet   entre   mercredi  et  vendredi.  L’équipe  perd  un  jour  d’acclimatation…     Dimanche.  L’objectif  est  d’atteindre  l’altitude  du  Mont  Blanc  :  4.808  mètres.  Jean-­‐Gabriel  joue  le  rôle   d’assistant  technique  et  aide  les  singapouriens  à  chausser  leurs  crampons.  Dans  la  montée,  Kazbek   gère   deux   singapouriens,   tandis   que   notre   rotarien   se   charge   des   deux   autres.   Il   leur   apprend   à   marcher  avec  des  crampons,  à  mettre  du  rythme  dans  leurs  pas,  à  utiliser  leur  souffle  plutôt  que  leur   physique,  à  marcher  avec  leur  mental  plutôt  que  leurs  jambes,  à  écouter  leur  corps  pour  avancer  pas   à  pas.       Rien  à  signaler  du  côté  de  notre  aventurier  membre  de  la  Société  des  Explorateurs  Français,  si  ce   n’est  la  fatigue  et  le  mal  de  tête  habituel.  Le  natif  de  Beyrouth  se  sent  bien  et  son  rôle  de  formateur   improvisé  rend  son  aventure  plus  piquante.  Trois  semaines  plus  tôt,  il  préparait  une  expédition  en   solitaire   et   sous   tente,   à   manger   des   repas   lyophilisés   –   cette   nourriture   asséchée   qui   a   profondément   transformé   les   expéditions   modernes   –   le   voilà   dans   un   groupe   aux   antipodes   de   notre  culture  et  de  nos  régions  à  partager  son  expérience  de  la  haute  montagne.     Les  singapouriens  vont  bien.  Mais  Kazbek  reste  dubitatif  en  repensant  à  cette  journée  et  au  rythme   du  groupe.  Dans  ses  yeux  cette  fois-­‐ci  plus  de  doute,  il  n’y  croit  pas.  M’enfin  après  tout  se  dit-­‐il,  on   peut  toujours  tenter  de  monter,  au  pire  il  suffit  de  redescendre.  CQFD.     Lundi   repos.   Manger,   dormir,   boire,   manger,   dormir,   boire,   manger,   dormir,   boire.   Sportif  le   programme  !  En  fin  de  journée  chacun  prépare  son  sac  à  dos,  le  départ  est  prévu  à  4  heures  du   matin.     L’ascension   3  heures,  les  réveils  sonnent  le  glas.  Tout  le  monde  a  son  poste,  chacun  s’active  à  sa  tâche.  Dehors  il   fait  froid  ou  plutôt  frais.  Une  légère  brise  caresse  le  visage  et  se  disperse  dans  les  cheveux.  La  nature   dort   encore   profondément.   Au-­‐dessus   de   leur   tête,   des   milliers   de   milliers   d’étoiles   brillent   et   dessinent  toutes  sortes  d’images  perceptibles  à  ceux  qui  trouvent  l’imagination  pour  les  construire.   La  lumière  des  étoiles  est  tellement  intense  qu’elle  réussit  à  illuminer  les  dizaines  de  sommets  qui   font  face  au  camp  de  base  offrant  un  spectacle  ahurissant  dans  un  décor  noir  et  blanc.  Si  l’expédition   devait  s’arrêter  à  cet  instant  précis,  elle  serait  déjà  un  succès.  Car  pouvoir  contempler  d’aussi  près  la   beauté   de   la   nature   est   une   chance,   un   luxe   même,   une   expérience  hors  du  temps.     4   heures,   toute   l’équipe   embarque   à   l’arrière   d’une   dameuse   aménagée   de   banquettes   direction   5.100   mètres.   Et   oui,   même   ici,   les   russes   ont   la   capacité   à  
  4. 4. adapter  leurs  équipements  pour  apporter  un  service,  moyennant  quelques  milliers  de  roubles  bien   évidemment.     Après   45   minutes   de   dameuse-­‐bus,   la   cordée   franco-­‐libano-­‐singapourienne   se   lance,   lampes   frontales  sur  les  bonnets.  Jean-­‐Gabriel  subit  un  important  mal  de  crâne  depuis  le  réveil,  ce  qui  ne   l’empêche   pas   de   rester   concentré   sur   chacun   de   ses   pas.   Les   maux   de   crâne,   il   connaît.   La   progression  est  lente,  mais  efficace.  Derrière  eux,  le  soleil  se  découvre.  A  mesure  que  les  minutes   avancent,  la  ligne  d’ombre  se  rapproche  et  réchauffe  l’air  glacial  qui  les  entoure.     Marcher  à  cette  altitude,  ce  n’est  pas  marcher  comme  nous  le  faisons  chaque  jour.  Pour  marcher  à   5.000  mètres,  il  faut  se  déconnecter,  ne  pas  réfléchir,  «  s’automatiser  »  et  ne  se  concentrer  que  sur   la  zone  qui  sera  foulée  par  le  prochain  pas.  Chaque  pas  doit  être  sécurisé.  On  ne  pose  pas  un  pied  à   5.000  mètres,  on  l’ancre  littéralement.  De  cet  ancrage  peut  dépendre  la  survie,  une  vie  accrochée  à   huit   pics   métalliques   collés   sous   la   semelle.   Subitement   –   ou   peut-­‐être   sans   avoir   remarqué   la   progression   des   symptômes   –   Jean-­‐Gabriel   se   sent   physiquement   affaibli.   Il   réussit   à   manger   une   barre  de  céréales  avec  un  certain  écoeurement  et  bois  une  gorgée  d’eau  tout  aussi  difficile  à  avaler.  Il   connaît   ces   signaux   inquiétants,   synonymes   d’un   début   de   mal   des   montagnes.   En   2003,   lors   de   l’ascension  de  l’Aconcagua  en  solitaire,  notre  aventurier  avait  été  au  bord  de  l’œdème  pulmonaire  à   5.500  mètres  et  était  redescendu  en  urgence  au  camp  de  base.     Mais  les  symptômes  s’amplifient  et  il  devient  de  plus  en  plus  difficile  d’avaler  quelque  chose.  Jean-­‐ Gabriel  voit  des  étoiles  et  fait  deux  pas  sur  trois  les  yeux  fermés.  A  5.500  mètres,  notre  alpiniste  doit   faire   un   arrêt.   Il   ne   trouve   plus   ni   l’énergie   dans   les   jambes,   ni   le   souffle   dans   la   bouche   pour   le   porter  au  pas  suivant.  Il  tombe  sur  place  et  sans  demi-­‐mesure.  Et  qu’importe  que  ce  soit  sur  de  la   glace,  de  toute  façon,  il  ne  réussit  plus  à  tenir  debout.  Pas  moi  se  dit-­‐il.  Pas  ici  et  pas  maintenant   surtout.  Il  réussit  à  convaincre  ses  compagnons  de  poursuivre  la  route  vers  le  sommet  assurant  qu’il   les   rejoint   d’ici   quelques   minutes.   Les   deux   cordées   repartent.   Un   crève-­‐cœur.   Un   mélange   d’injustice  et  de  soulagement.  Parce  que  le  MAM  (mal  des  montagnes)  peut  arriver  à  tout  le  monde   et  parce  qu’être  responsable  de  l’échec  d’une  expédition  est  difficile  à  supporter.  Jean-­‐Gabriel  voit   s’éloigner  pas  après  pas  ses  compagnons  de  cordée  et  assiste  impuissant  à  l’ascension  des  derniers   mètres.  C’est  fou  la  distance  qu’on  peut  parcourir  en  mettant  un  pied  devant  l’autre  se  dit-­‐il,  mais   encore  faut-­‐il  poser  le  pas  suivant  !     Jean-­‐Gabriel   s’allonge   sur   le   sol.   La   violence   de   ce   MAM  est  telle  qu’il  doit  se   concentrer   pour   chacun   de   ses   gestes.   Tourner   simplement   la   tête   demande   une   énergie   qu’il   n’a   plus.   Tranquillement,   il   alterne   eau  et  barres  de  céréales,   ferme  les  yeux,  respire,  se   concentre   pour   éviter   l’œdème   qui   approche   à   grand  pas.  Assit,  seul  à  5.500  mètres,  il  pleure  comme  un  enfant,  sans  retenue,  sans  fierté,  rempli   d’un  mélange  de  tristesse  et  de  honte.  C’est  lui  qui  leur  a  appris  à  chausser  des  crampons,  à  marcher,   à  respirer  à  haute  altitude.  Et  c’est  lui  qui  reste  sur  le  carreau.  Mais  l’émotion  laisse  progressivement   place   au   réalisme   de   la   montagne,   de   la   nature   et   des   limites   du   corps   humain,   Jean-­‐Gabriel   se   calme.    
  5. 5. Après  2  heures  de  travail  sur  soi,  le  MAM  est  contenu.  Le  franco-­‐libanais  n’a  plus  d’énergie,  mais   après  tout,  il  suffit  de  mettre  un  pied  devant  l’autre  se  dit-­‐il.  Il  repart,  avance  péniblement,  mais   avance.  N’est-­‐il  pas  en  train  de  se  rapprocher  du  sommet  à  chacun  de  ses  pas  ?  A  5.553  mètres,  il   n’arrive  plus  à  poser  le  pas  suivant.  Plusieurs  minutes  de  concentration,  de  respiration,  mais  le  pas   suivant  ne  vient  pas.  Vous  avez  du  mal  à  imaginer  qu’on  ne  puisse  plus  poser  le  «  pas  suivant  »  ?   Essayez   de   pousser   votre   corps   à   l’extrême   limite   de   ses   capacités,   vous   verrez   qu’il   existe   un   «  dernier  pas  ».     5.553   mètres.   Le   sommet   n’est   plus   qu’à   89   mètres   de   dénivelé.   89   petits   mètres,   à   mettre   en   comparaison  avec  le  parcours  administratif  russe  pour  obtenir  le  visa,  les  milliers  de  kilomètres  en   avion,  puis  les  heures  de  route  jusqu’à  Terskol,  puis  les  heures  de  marche,  puis  enfin  cette  dernière   montée.   89   mètres,   c’est   insignifiant,   oui   mais   ce   sont   les   derniers   pas.   Et   les   derniers   pas   sont   toujours  les  plus  durs.     Une  belle  histoire   Au  pied  du  sommet,  Jean-­‐Gabriel  fait  demi-­‐tour  et  redescend.  Une  descente  terrible.  Il  enchaine  dix   pas   et   s’arrête   plusieurs   minutes,   puis   recommence   et   ainsi   de   suite   jusqu’au   camp   de   base.   En   redescendant,   Jean-­‐Gabriel   retrouve   ses   esprits   et   repense   à   ses   5.553   mètres.   Il   imagine   ses   compagnons  se  serrant  dans   les   bras   au   sommet   de   l’Europe.   Il   imagine   les   photos,   les   doigts   en   V   en   signe   de   victoire,   il   imagine   que   ses   compagnons   ont   une   pensée   pour   lui,   ou   du   moins   il   l’espère.   En   tout   cas,  lui  pense  bien  à  eux.  De   la  déception  d’avoir  échoué,   il  est  maintenant  fier  d’eux,   fier  de  leur  parcours,  de  leur   détermination.   Il   repense   aux   yeux   perplexes   de   Kazbek  et  il  y  avait  de  quoi.   Seulement  voilà  ils  ont  réussi.  Trois  jours  avant  ils  ne  savaient  pas  chausser  de  crampons,  les  voilà  sur   le  point  le  plus  haut  de  toute  l’Europe,  de  la  Pointe  du  Raz  aux  Monts  Oural,  des  volcans  d’Islande  au   détroit  du  Bosphore.       Epatant   ces   singapouriens   se   dit-­‐il.   Du   sentiment   de   déception   et   de   honte,   d’injustice   et   de   frustration  nait  progressivement  un  certain  plaisir   à  avoir  échoué.  Bien  sur  qu’il  aurait  préféré  lui   aussi   fouler   le   sommet,   mais   progressivement   cette   joie   partagée   pour   ses   amis   singapouriens   se   mue  en  une  satisfaction  personnelle.  Je  ne  perds  jamais  disait  Nelson  Mandela,  soit  je  gagne,  soit   j’apprends.  Et  il  a  raison.  Je  n’ai  pas  gagné  aujourd’hui,  j’ai  fait  mieux  que  ça  se  dit  Jean-­‐Gabriel.  J’ai   appris.   Appris   que   la   montagne   n’est   pas   injuste,   mais   qu’elle   est   implacable.   Qu’elle   donne   sa   chance  à  celui  qui  s’en  donne  les  moyens.  Qu’elle  récompense  les  efforts  de  ceux  qui  vont  jusqu’au   bout.  Qu’elle  rappelle  à  ceux  qui  n’atteignent  pas  le  sommet,  qu’au  fond  ce  n’est  pas  si  grave.  Qu’elle   reste  fabuleuse  de  plaisir  et  d’humilité.  Et  finalement  qu’elle  ne  demande  qu’à  vous  revoir.       Notre  aventurier  verse  une  larme  en  se  disant  qu’il  vient  sans  doute  d’écrire  une  belle  histoire.  Pas   celle  qu’il  avait  imaginé  au  départ,  mais  une  histoire  qui  s’est  écrite  d’elle-­‐même.  L’histoire  de  quatre   personnes   inexpérimentées   et   d’une   autre   qui   n’a   rien   à   prouver.   L’histoire   de   quatre   personnes   qu’on  a  peine  à  voir  au  sommet  et  d’une  autre  dont  on  ne  doute  pas.  L’histoire  d’un  sommet  perdu,   mais  d’une  montagne  d’apprentissage.      
  6. 6.     Biographie  Jean-­‐Gabriel  Chelala     Jean-­‐Gabriel   Chelala   est   franco-­‐libanais,   breton   d’adoption,   marié   et   père   de   deux   enfants.   Il   rejoint   la   France   en   1990   avec   sa   sœur   et   ses   parents   qui   s’installent   en   Normandie.   Jean-­‐Gabriel   intègre   l’Ecole   Spéciale   des   Travaux   Publics   (ESTP)  à  Paris  après  les  classes  préparatoires.  De  1998  à  2004,   il   multiplie   les   expéditions   au   long   court.   En   2005,   il   commence  une  carrière  d’ingénieur  bâtiment,  mais  dès  2007   il  quitte  l’entreprise  pour  se  lancer  dans  un  tour  du  monde  à   la  force  humaine,  une  première  mondiale.  En  2010,  le  tour  du   monde   achevé,   il   crée   une   entreprise   dans   les   énergies   renouvelables  qu’il  dirige  toujours.    

×