methode projet de territoire- données statistiques

839 vues

Publié le

méthode et données pour le futur projet de territoire SBA

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
839
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
26
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

methode projet de territoire- données statistiques

  1. 1. 1 Actualisation du projet de territoire Méthodologie Conférence des Maires du 29/01/15
  2. 2. 2 Le contexte • L’Agglo, une structure jeune, qui s’est développée très vite – Réflexion en cours sur la mutualisation, critère pour le calcul de DGF • Un contexte d’incertitudes et de changement – La réforme territoriale (évolution des compétences, des périmètres…) – Le contexte financier très contraint – La transition démographique, énergétique, numérique… – La place du citoyen dans la vie publique : perte de confiance dans l’action publique et nouveaux modes de participation • Des priorités politiques – Renforcer le lien de proximité entre l’EPCI et ses communes, – Recentrer l’action de l’Agglo sur ses compétences propres ⇒ Lors du séminaire des élus du 13 novembre 2014 : décision d’actualiser le projet de territoire de l’Agglomération sur la base des atouts / insuffisances du territoire
  3. 3. 3 Les enjeux • Prévoir plutôt que subir – se projeter ensemble vers ce que peut / doit devenir le territoire • Identifier les marges de manœuvre de l’Agglo dans le contexte actuel très contraint, pour répondre aux enjeux du territoire et aux besoins des habitants • Clarifier la répartition des rôles et améliorer la cohérence des actions menées par les différents partenaires – notamment les rôles respectifs Agglo / communes à moyen terme • Une démarche collaborative, aussi importante que son résultat
  4. 4. 4 Les objectifs Un projet pour l’Agglo au regard des enjeux pour le territoire • Partager une vision commune des atouts / insuffisances du territoire et les enjeux pour l’Agglo – entre élus, entre agglo et communes, entre directions de l’agglo, avec les habitants, avec les acteurs économiques du territoire ; • Formuler le projet de territoire de l’Agglo en déclinaison des 4 grandes priorités actées : développement économique, enseignement supérieur, recherche , Innovation et tourisme / habitat / transports / eau et déchets ; – permettre aux élus de suivre la mise en œuvre de leurs priorités : • Préciser la place et le rôle de l’Agglo au regard de ses partenaires, notamment les communes • Donner une lisibilité au citoyen sur l’action menée par l’Agglo – par la participation à l’élaboration du projet, – par le document synthétisant le projet
  5. 5. 5 Deux préoccupations majeures lors du séminaire des élus – Comment développer l’emploi local et la création de richesses sur le territoire, d’une part ? – Comment améliorer les services rendus, l’action de proximité, le cadre de vie, notamment aux populations les plus vulnérables de l’intercommunalité, d’autre part ? => Proposition : faire de ces deux axes le fil rouge de la démarche
  6. 6. 6 Janvier – Avril 2015 : DIAGNOSTIC + DEFINITION DES ENJEUX Comité de pilotage n°1 de lancement de la démarche : 29/01/15 • Validation des objectifs, du calendrier et de la méthode (composition de la conférence territoriale) • 1ère présentation des enjeux du territoire + échange sur les attentes des habitants Réunion n°1 DG/SG : 30 janvier Commissions communautaires : mars Consultation par « boîtes à idées » et sur Internet : mars Conférence territoriale : avril Comité de pilotage n°2 de validation de la phase 1 : avril Au cours de cette période, tous les maires et vice-présidents seront rencontrés pour les questionner sur leur vision intercommunale. Avril – Juin 2015 : PLAN D’ACTIONS + PRIORISATION Réunion n°2 DG/SG : 24/04/15 Commissions communautaires : 28 ou 29 mai / 3 ou 4 juin Conférence territoriale : entre début juin et le 25/06/15 Réunion n°3 DG/SG : 18/06/15 Comité de pilotage n°3 de validation de la phase 2 : 25/06/15 Septembre – Octobre 2015 : CONCERTATION Novembre – Décembre 2015 : FINALISATION + VALIDATION Le calendrier proposé
  7. 7. 7 Une articulation avec les communes • Chaque Maire sera rencontré pour prendre en compte sa vision et son attente de l’intercommunalité • Les conseillers municipaux pourront participer dans le cadre des commissions thématiques • Les DG des communes seront consultés à chaque phase via les réunions DG/SG
  8. 8. 8 Une articulation avec le pays Le Pays, qui a été transformé en PETR, doit établir un projet de territoire pour 2015 également Le pays dédie 20 K€ à cette démarche (SBA , fait tout en interne). Il est proposé de mutualiser autant que possible les diagnostics notamment sur des champs comme le bassin d’emploi, le tourisme, le grand cycle de l’eau.
  9. 9. La participation des citoyens • Sur le plan d’actions mais aussi sur leur vision du territoire et leurs attentes. • Mobilisation de 3 manières : – dès la phase 1 via le conseil de développement de l’Agglomération, en amont du travail des commissions communautaires – à l’issue de la phase 1 pour mettre à disposition le diagnostic établi et recueillir les réactions du public via Internet + boîte à idées – à l’issue de la phase 2 pour consulter sur les orientations et actions envisagées via des réunions publiques par exemple
  10. 10. 10 L’organisation projet proposée COMITE DE DIRECTION SBA TRAVAILLE COMITE DES DG/SG Des 14 communes et SBA TRAVAILLE COMMISSIONS COMMUNAUTAIRES Composées d’élus communaux et communautaires PROPOSENT COMITE DE PILOTAGE Conférence des Maires élargie au Bureau DECIDE, VALIDE CONFERENCE TERRITORIALE Instance partenariale composée de membres du bureau du Pays, représentants du CG22, CR, et des EPCI voisins, satellites, syndicats, Conseil de développement, Chambres Consulaires, CRT. EST CONSULTEE Instances de travail politiques Instances de travail techniques COORDINATION POLITIQUE tous les 15 jours Instance de coordination Composée du Président, Et la 1ère VP de SBA, Du DGS et DGAS et du Directeur prospective PILOTAGE ET COORDINATION COORDINATION TECHNIQUE Pilote : le DGS AMO : la direction prospective PILOTAGE ET COORDINATION
  11. 11. 11 Composition de la conférence territoriale • COPIL = Conférence des maires élargie aux mbs du Bureau de l’Agglo (19 pers.) • Conférence territoriale = – Un représentant du COPIL: M. le Président de l’Agglo – Bureau du Pays (19 pers. -4) – Présidents d’EPCI voisins (6 pers.) – Présidents de syndicats (4 pers.) : Kerval, Zoopole développement, CAD22, SGPU – Président du Conseil de développement (1 pers.) – Élus du territoire conseillers généraux (6) et régionaux (4) – Député (1) – Préfet (1) – Présidents de chambres consulaires (3): CCI, Chb des Métiers, Chb d’agriculture – PDG du CEVA / Pôle cristal (1) ⇒ 43 membres
  12. 12. 12 Le diagnostic du territoire et des marges de manœuvre de l’Agglo AXES STRUCTURANTS DE L’ANALYSE 1- Le territoire • Atouts et faiblesses • Tendances (lourdes et émergentes) ⇒ Enjeux 2- L’action de l’Agglo et de ses partenaires : • Compétences • Ressources et moyens (capacités d’action) • Actions des satellites de SBA et des opérateurs • Stratégies existantes et annoncées (leviers d’action) • Mobilisation des partenaires (CG22, Région, Etat ,contractualisations…) • Périmètre du territoire
  13. 13. Premiers éléments de diagnostic de territoire Forces et faiblesses Analyse de documents existants
  14. 14. 14 Une position géographique stratégique - Un territoire littoral et vallonné, une grande diversité de paysages - Bien desservi et situé sur un axe de circulation structurant
  15. 15. 15 Un territoire littoral, des vallées, un arrière-pays rural Source: diagnostic A21 – 2009 - RCT - Une richesse naturelle exceptionnelle et une grande diversité de paysages : Facteur de qualité du cadre de vie Atouts pour le développement économique et touristique - Mais aussi une concentration de pollutions : algues vertes, eaux de baignade Des obligations réglementaires Des actions de prévention pour minimiser les coûts de dépollution 39,5 km de côte
  16. 16. 16 Un territoire bien desservi et situé sur un axe de circulation structurant entre Rennes et Brest – Réseau viaire structuré autour de la RN12 – Réseau ferroviaire : TGV et TER • 9 AR quotidiens St Brieuc – Paris (autant que Nancy ou Metz) • 21 AR St Brieuc – Rennes. Manque une liaison vers 8h • arrivée prochaine de BGV + projet LNO BPL – Un aéroport qui fonctionne peu • Volonté de désengagement de la CCI • Saint-Brieuc dans l’aire de chalandise de l’aéroport de Rennes – Un port : Saint‐Brieuc‐le Légué (commerce, pêche, plaisance), proche du port de maintenance des éoliennes (St Quay)
  17. 17. Atouts / faiblesses liés au positionnement géographique Saint-Brieuc historiquement peu tourné vers la mer Dynamiques perfectibles entre terre et mer (acteurs différents) Difficulté de façonner une identité partagée Un lien Nord/Sud moins affirmé Des dynamiques bretonnes tournées vers le triangle Rennes-Nantes-Brest Façade littorale et potentiel d’activités associé Cadre de vie Diversité des paysages (la Bretagne en miniature) Des axes structurants Est/ouest Agglomération chef-lieu de département FAIBLESSESATOUTS
  18. 18. 18 Le principal pôle d’emploi et de services du Département - Une Agglo à taille humaine, avec un bon niveau d’équipements et de services - Des emplois majoritairement tertiaires et une surreprésentation des emplois de la sphère présentielle - Une crise de l’emploi tardive mais bien réelle
  19. 19. 19 Pôle d’emploi, d’équipements et de services L’agglomération de Saint‐Brieuc, autour de laquelle s’organise le Pays, est le quatrième centre urbain régional de par ses fonctions et services. (cf diag SCOT) Centre hospitalier, pôle universitaire,... 73 700 emplois dans l’Aire Urbaine de SB (+11 000 entre 1999 et 2010)
  20. 20. • Un territoire dépendant de l’emploi public : – 37% des emplois de l’Agglo dans le secteur de l’administration publique, enseignement, santé, action sociale (INSEE 2011) • 31,4% à l’échelle départementale • 32,5% à Rennes métropole • 35,4% à la CA de Lorient, idem pour Vannes Agglo – 44% de l’emploi dans le commerce, transports, services divers • Aussi là où il y a le plus de création d’activités – 10% de l’emploi dans l’industrie – 7,5% de l’emploi dans la construction
  21. 21. Une sur représentation des emplois de la sphère présentielle Secteur d’activité AU SB AU Rennes France Industrie 14% 14% 16% BTP 12% 8% 8% Commerce hôtellerie restauration 24% 20% 22% Finances assurances 3% 4% 4% Transports 6% 9% 8% Services aux entreprises 17% 25% 21% Services aux personnes 21% 17% 17% Répartition des emplois salariés privés en 2012 (source: URSSAF)
  22. 22. Taux de chômage par zone d’emploi • Évolution entre 2013 et 2014: +5% de chômeurs (bassin d’emploi) • +7,1% pour les +50 ans • +1,1% pour les -25 ans • Durée moyenne du chômage = 9 mois – 16 mois chez les séniors – 5 mois chez les jeunes
  23. 23. 23 Une crise de l’emploi tardive mais bien réelle Analyse Audiar : entre fin 2008 et fin 2012, - 2 454 emplois dans l’aire urbaine : plus forte perte à l’échelle régionale = principalement dans l’industrie – plus de 1000 emplois, la construction BTP (-500 emplois) et le commerce (-400 emplois). Création d’emplois en revanche dans le domaine de l’aide à domicile et des établissements d’accueil médicalisés. Source: les pays bretons dans la crise – note des agences bretonnes – mars 2013
  24. 24. Atouts / faiblesses liés à l’emploi Peu de grands donneurs d’ordre industriels Des acteurs pas toujours bien coordonnés Un « territoire dépendant des ressources publiques » Les secteurs de l’industrie et du bâtiment fragilisés Plus grand bassin d’emploi du 22 Des acteurs institutionnels reconnus : - Vraie visibilité dans le domaine de la santé animale et de la sécurité alimentaire : zoopole, ANSES - CNAM -Véhipôle et bâtipôle - 2 autres unités de R&D : CEVA (Pleubian) et Pôle cristal (Dinan) Pas d’université de plein exercice mais un campus, 100 diplômes proposés, 26 établissements de formation Une résilience relative face à la crise industrielle, liée à une économie présentielle et un tissu économique composite 2008 – 2012 : gains d’emplois dans les services aux entreprises et à la personne FAIBLESSESATOUTS
  25. 25. Disparités de revenus sur le territoire
  26. 26. Le niveau de vie des habitants • Des disparités géographiques de revenus – Les zones de plus faibles revenus à St-Brieuc – Revenus plus élevés sur le littoral mais également des disparités infra communales
  27. 27. Revenu médian sur l’unité urbaine de Saint-Brieuc par décile * Phénomène par lequel des arrivants plus aisés s'approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d'une couche sociale supérieure Pas de phénomène de « gentrification *» du centre ville comme cela peut se voir dans d’autres pôles urbains
  28. 28. 28 Dynamique démographique, croissance urbaine - Une croissance démographique portée par les 1ères et 2èmes couronnes de Saint-Brieuc - Une dynamique de vieillissement - Une baisse récente de la construction neuve - Une forte augmentation des logements vacants
  29. 29. 29 Une croissance démographique portée par les couronnes de l’Agglomération (source: obs. de l’habitat) 2011: 115 058 hab. La population de la ville centre stagne depuis 10 ans autour de 46 000 hab. (Une baisse de 0,1% / an de la population de la ville-centre entre 2007 et 2012) Sur les 2 dernières décennies: un développement démographique plus marqué sur La Méaugon, Tréméloir, Trémuson et Yffiniac
  30. 30. 30 Développement démographique important sur la côte du Sud Goëlo : proximité immédiate de l’Agglomération briochine Croissance soutenue dans les communes multipolarisées entre Lamballe et Saint-Brieuc, le long de l’axe Saint-Brieuc – Rennes. (source: diagnostic SCOT) Un dynamisme marqué sur le Sud Goelo et le long de l’axe Saint-Brieuc / Rennes 1990 - 2008
  31. 31. 31 Un territoire redevenu attractif, notamment pour les jeunes Un dynamisme démographique porté à la fois par le solde naturel et migratoire, légèrement inférieur à la moyenne départementale : +3,3% entre 2006 et 2011 soit 0,6% annuels contre 0,8% en Côtes d’Armor
  32. 32. Vieillissement de la population Evolution de l'indice de jeunesse (1999-2010) 0,00 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 SBA Pays Département 1999 2006 2010 Évolution de la part des +60 ans: 25% en 2008 33% en 2020 (projections INSEE)
  33. 33. 33 Dynamique de la construction de logements Evolution de la construction sur les 10 dernières années 696 468 737 952 639 635 871 1113 1201 1226 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Logements commencés Source DGFIP - Sit@del2 extrapolation à fin décembre Construction particulièrement freinée sur le territoire lors de la crise de 2008, puis portée par l’ANRU de 2010 à 2012, légère reprise des autorisations en 2014 (quid de l’année 2015 ?)
  34. 34. 34 Marchés immobiliers (neuf+ancien) - Prix PRIX BÂTI/m² des mutations immobilières DEPUIS 2007 Saint-Brieuc Aggloémration 1 567 € 1 365 € 1 480 € 1 724 € 1 494 € 1 754 € 1 559 € 1 431 € 1 552 € 1 723 € 1 559 € 1 472 € 1 410 € 1 405 € 1 507 € 1 887 € 1 834 € 1 641 € 1 672 € 1 531 € 1 563 € 1 369 € 1 526 € 1 342 € 1 425 € 1 519 €1 562 € 1 543 € 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Saint-Brieuc Agglomération Saint-Brieuc 1ère couronne 2ème couronne Source DDFip - DVF Traitement Observatoire de l'Habitat Saint-Brieuc Agglomération
  35. 35. 35 Poids de la vacance dans le centre ville de Saint-Brieuc
  36. 36. Atouts / faiblesses liés à la dynamique démographique, habitat, mobilités Dynamique démographique qui profite peu au centre ville Vacance de logement Précarité énergétique Attractivité relative du territoire pour les jeunes qui permet de limiter le vieillissement Population dynamique : diversité des associations, densité de l’offre culturelle… Parc de logement : coût relativement faible du marché de l’immobilier et diversité de l’offre de logements et du cadre de vie. FAIBLESSESATOUTS
  37. 37. 37 Les mobilités - Des déplacements principalement internes au territoire et liés aux trajets domicile-travail - Des flux externes orientés vers les territoires voisins et Rennes
  38. 38. 38 Des déplacements principalement internes au territoire et liés aux trajets domicile-travail 380 000 déplacements / jour en moy sur le territoire en 2011, en grande partie internes au territoire : • zones génératrices de déplacements dans le centre de Saint-Brieuc, au nord à Plérin et à l’ouest dans les communes de Trégueux et Langueux. • Des déplacements principalement liés aux trajets domicile-travail (28%) et aux achats (19%) • Et motorisés (69% des déplacements) Sous-utilisation des transports en commun par les actifs Bonne accessibilité : Réseau viaire et ferroviaire Bon maillage du territoire par les transports en commun (TUB, Tibus ou TaxiTub) FAIBLESSESATOUTS
  39. 39. Liens de l’aire urbaine de St Brieuc avec Rennes et les autres pôles de la Région en 2008 Des échanges intenses avec nos voisins proches : Guingamp/ Saint-Brieuc / Lamballe Des échanges privilégiés avec Rennes : – Migrations résidentielles – Déplacements quotidiens dont flux de travailleurs – Transfert de masse salariale (solde positif de 15M€) – Echanges économiques (3ème axe d’échanges privilégié entretenu par Rennes dans le Grand Ouest, derrière, Nantes et Saint-Malo) Peu d’interconnexion entre St- Brieuc/Vannes et St- Brieuc/Brest
  40. 40. Annexes
  41. 41. Evolutions du contexte institutionnel
  42. 42. L’intercommunalité actuelle ⇒Toutes les interco limitrophes de SBA sont <20 000 hab., sauf Lamballe Population INSEE 2011
  43. 43. L’aire urbaine • Aire urbaine = pôle urbain de plus de 10 000 emplois, et sa couronne périurbaine, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.
  44. 44. • 5 premiers employeurs privés de l’aire urbaine de Saint-Brieuc Fabrication d’aliments du bétail346Néolait Activités hospitalières399CHP Saint-brieuc Fabrication d’articles de caoutchouc471Hutchinson le Joint Français Construction automobile571Caisse régionale du Crédit Agricole Fabrication de plats préparés637Jean Stalaven/ Euralis ActivitéEffectifsRaison sociale

×