Soutenance mémoire Master II : Associations et médias sociaux : Relation de complémentarité ou de substituabilité ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Soutenance mémoire Master II : Associations et médias sociaux : Relation de complémentarité ou de substituabilité ?

on

  • 4,229 vues

Ce mémoire a pour thème les médias sociaux en ligne et leurs interactions possibles avec les associations. Il s’inscrit dans un contexte où les responsables associatifs, relayés par certains ...

Ce mémoire a pour thème les médias sociaux en ligne et leurs interactions possibles avec les associations. Il s’inscrit dans un contexte où les responsables associatifs, relayés par certains médias, évoquent une crise du bénévolat, et où émergent des mobilisations citoyennes facilitées par l’engagement à travers les médias sociaux en ligne. Dans la première partie de ce mémoire, nous définissons ce qui caractérise l’engagement associatif. Puis nous étudions les risques de substitution de l’engagement militant traditionnel par les médias sociaux en ligne, et les opportunités que peuvent représenter ces derniers pour le monde associatif. Dans un deuxième temps, appuyés par la théorie de Marck Granovetter, « la force des liens faibles », nous nous efforçons de montrer en quoi les médias sociaux peuvent être des outils de renforcement d’un réseau militant et comment ceux-ci peuvent permettre d'élargir la diffusion du projet politique des associations. Enfin, est posée la question de l'adéquation du ou des médias sociaux issus de l’économie marchande avec les valeurs de l'Education Populaire, et des liens éventuels avec le mouvement du Logiciels Libres.

Statistics

Vues

Total Views
4,229
Views on SlideShare
3,119
Embed Views
1,110

Actions

Likes
0
Downloads
37
Comments
0

1 intégré 1,110

http://www.scoop.it 1110

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Soutenance mémoire Master II : Associations et médias sociaux : Relation de complémentarité ou de substituabilité ? Soutenance mémoire Master II : Associations et médias sociaux : Relation de complémentarité ou de substituabilité ? Presentation Transcript

  • Mémoire Master IIStratégie et Management des Entreprises Associatives de l’Economie Sociale et Solidaire ASSOCIATIONS ET MÉDIAS SOCIAUX : RELATION DE COMPLÉMENTARITÉ OU DE SUBSTITUABILITÉ ? Mémoire présenté et soutenu par Jean-Luc GADIOUX Le 23 octobre 2012 Directeur de mémoire : Jean-Luc RAYMOND Chargé de cours Universités CELSA Paris Sorbonne, Paris Est - Marne-La-Vallée
  • ASSOCIATIONS ET MÉDIAS SOCIAUX : RELATION DE COMPLÉMENTARITÉ OU DE SUBSTITUABILITÉ ? Sommaire mémoire- Introduction  Le thème : ◦ les médias sociaux en ligne et leurs interactions possibles avec les réseaux sociaux physiques et plus particulièrement les associations.  Eléments de contexte : ◦ Crise du bénévolat ? ◦ Emergence de mouvements de mobilisations citoyennes à travers les réseaux sociaux numériques
  • ASSOCIATIONS ET MÉDIAS SOCIAUX : RELATION DE COMPLÉMENTARITÉ OU DE SUBSTITUABILITÉ ? Sommaire mémoire- Introduction  La problématique : ◦ les mobilisations sur les médias sociaux en ligne peuvent-elles venir se substituer, mêmes partiellement, aux formes d’engagements associatifs plus traditionnelles ? Ou peuvent- elles être complémentaires, voire venir renforcer la mobilisation associative ?
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Les caractéristiques de l’engagement- Chapitre 1-1.1.1 associatif traditionnel, les raisons d’agir : ◦ le sens de l’engagement pour la trajectoire personnelle, ◦ le plaisir apporté par une sociabilité et un statut satisfaisant, ◦ l’utilité sociale de cet engagement,
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Les évolutions de l’engagement : ◦ Les nouveaux militants n’hésiteraient pas à- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 passer d’une cause à une autre au gré de leurs envies et disponibilités. ◦ Les nouveaux bénévoles veulent avoir une prise sur le projet de l’association. ◦ Ils se méfient des structures hiérarchisées.
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Les mobilisations sur les médias- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 sociaux en ligne : nouvelles formes-1.2 dengagement ? ◦ Les mobilisations ne sont plus l’apanage des mouvements syndicaux ou associatifs, une somme d’individus peut désormais, à partir du témoignage en ligne d’un seul membre, mobiliser autour d’une revendication, d’un fait ou de la défense d’une cause.
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Les mobilisations sur les médias- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 sociaux en ligne : nouvelles formes-1.2 dengagement ? ◦ Une « forme hybride de l’engagement », qui serait née grâce à Internet et aux réseaux sociaux.
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Médias sociaux en ligne : risques pour- Chapitre 1-1.1.1 le monde associatif ? ◦ Dans les mobilisations contemporaines en-1.1.2-1.2-1.3.1 ligne, c’est d’abord la personne qui sexprime et sengage, ◦ Risque de ne plus maîtriser un discours construit par le collectif. ◦ Ces nouveaux outils placent parfois au même niveau des causes très nobles, des débats de société sérieux, et des requêtes très superficielles.
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Quels risques pour un mouvement- Chapitre 1-1.1.1 associatif d’être absent des médias-1.1.2-1.2-1.3.1 sociaux ? ◦ Que dautres parlent à sa place sur des sujets qui font pourtant sa raison d’être. ◦ Que dautres parlent de lui à sa place. ◦ Que dautres offrent lieux de parole et de partage à sa place. ◦ Que dautres fédèrent son public naturel à sa place
  • CHAPITRE I : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, NOUVELLES FORMES D’ASSOCIATIONS ? Sommaire mémoire-Introduction Médias sociaux en ligne : une- Chapitre 1-1.1.1 opportunité à saisir ? ◦ De nouvelles opportunités de s’exprimer qui-1.1.2-1.2-1.3.1-1.3.2 semblent correspondre aux démarches actives et collaboratives propres à léducation populaire. ◦ Développer de nouvelles formes de participation des bénévoles, adaptées aux contraintes de ceux-ci. ◦ Promouvoir le fait associatif, et mobiliser une base militante renouvelée
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction La notion de capital social appliquée à- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 une association. ◦ Appliqué à une association, le capital social-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1 serait constitué de la somme des ressources actuelles (ses propres adhérents) ou virtuelles (adhérents ou sympathisants potentiels) qu’elle possède et qu’elle pourrait mobiliser à l’occasion pour obtenir un avantage quelconque dans sa vie associative.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Et les réseaux sociaux numériques- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 dans tout ça ? ◦ Facebook, comme l’ensemble des autres sites-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1 de réseaux du même type, constitue une- 2.1.2 objectivation du capital social. Et le fait d’être présent sur ces médias sociaux en ligne est un moyen comme un autre d’entretenir, voire éventuellement d’étendre, son capital social.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Les médias sociaux numériques : la- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 force des liens faibles ◦ les « liens faibles » : les groupes sociaux plus-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1 distants, comme c’est souvent le cas des- 2.1.2- 2.1.3 réseaux sociaux numériques, permettraient une meilleure diffusion de l’information? ◦ Communiquer auprès d’un public éloigné du cercle de l’association.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Qu’en est-il vraiment de ce pouvoir- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 de diffusion par l’intermédiaire des-1.2-1.3.1-1.3.2 médias sociaux ?  Lexemple du compte Twitter du centre- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 de ressources en ligne de la Ligue 24 :- 2.1.3- 2.2 ◦ Etude réalisée sur une période d’un an, ◦ 51 abonnés, 74 abonnements,
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Analyse :- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2  Le graphe issu de cette étude met bien en évidence la complexité d’un réseau de-1.2-1.3.1-1.3.2 relations, mais également la multitude- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 d’interconnexions entre les abonnés d’un- 2.1.3- 2.2- 2.2.1 même compte.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2- 2.2.1
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Analyse :- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2  Sur les 51 abonnés, seuls 7 relèvent de liens « forts » pour 44 de liens « faibles ».-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2  Sur les 73 retweets ou mentions réalisées,- 2.1.3- 2.2- 2.2.1 97% l’ont été par des liens « faibles »  29 134 personnes ont reçu une information.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction Impact des médias sociaux en ligne- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 sur la fréquentation des sites-1.2-1.3.1-1.3.2 Internet  un article a été publié sur les réseaux- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 sociaux associés (Twitter, page Facebook,- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3 Google+) le 21 septembre 2011.
  • CHAPITRE II : LES MEDIAS SOCIAUX EN LIGNE, OUTILS AU SERVICE DU MONDE ASSOCIATIF ? Sommaire mémoire-Introduction  Pic de fréquentation important le jour qui- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 suit la publication.-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire-Introduction Existe-t-il un risque pour les- Chapitre 1-1.1.1 associations à utiliser un outil-1.1.2-1.2-1.3.1 commercial de type Faccebook ?-1.3.2- Chapitre 2 ◦ Le modèle économique de Facebook repose-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3 sur le Chiffre dAffaires généré par de la- 2.2- 2.2.1 publicité ciblée grâce aux informations- 2.3- Chapitre 3 personnelles collectées auprès des utilisateurs.-3.1 ◦ Contraire aux valeurs de respect de la personne et de sa vie privée défendues par l’ESS.
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire-Introduction Le risque est ailleurs il est double :- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 ◦ Le premier risque réside dans la perte des-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1 données, en cas de rupture du service.- 2.1.2- 2.1.3- 2.2 ◦ Le deuxième risque réside dans la difficulté à- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3- 3.1 réutiliser ces données dans un autre contexte.
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire-Introduction Association et Logiciels Libres : des- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 valeurs à partager ?-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 ◦ Ethique du partage de la connaissance.- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3 ◦ Pratiques collaboratives et de co-construction du savoir.- 3.1- 3.2
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire-Introduction Diaspora, une alternative à Facebook- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 ? ◦ Structure décentralisée et sécurisée-1.2-1.3.1-1.3.2 ◦ Préservation de la vie la vie privée des- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2 participants .- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3 ◦ Intéressant de noter que la structure d’un- 3.1- 3.2- 3.3 réseau comme la Ligue de l’enseignement est plus proche de la structure d’un média social décentralisé de type Diaspora,
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire Ligue Diaspora mémoire-Introduction- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3- 3.1- 3.2- 3.3
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire ◦ Que de celle de Facebook.-Introduction- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2-1.2-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3- 3.1- 3.2- 3.3
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire-Introduction La Ligue de lenseignement doit-elle- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 disposer de son propre média social-1.2-1.3.1-1.3.2 en ligne ?  La mise en place d’un média social- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 décentralisé, croisant approche- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3- 3.1 territoriale et thématique, permettrait de- 3.2- 3.3- 3.4 répondre à plusieurs objectifs :
  • CHAPITRE III : QUELS OUTILS POUR QUEL PROJET ? Sommaire mémoire ◦ Offrir aux fédérations départementales, mais-Introduction- Chapitre 1 également aux associations locales, des-1.1.1-1.1.2-1.2 espaces de coopération, de réflexion, et de-1.3.1-1.3.2 partage. ◦ Permettre à un mouvement dEducation- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2- 2.1.3- 2.2 Populaire de mettre au débat son projet- 2.2.1- 2.3 politique et ses prises de position.- Chapitre 3- 3.1- 3.2 ◦ Permettre de faciliter la gouvernance- 3.3- 3.4 associative, de la rendre plus dynamique, moins chère, plus écologique et mieux sécurisée.
  • CONDITIONS DE REUSSITE ET PERSPECTIVES Sommaire mémoire ◦ Associer à ce projet des partenaires-Introduction- Chapitre 1-1.1.1 technologiques dont c’est le métier et qui-1.1.2-1.2 maitrisent bien ces technologies.-1.3.1-1.3.2- Chapitre 2 ◦ Son « adoption » nécessite l’apprentissage de-2.1.1- 2.1.2 l’outil, le pilotage du changement et l’animation de la communauté des utilisateurs de l’outil.- 2.1.3- 2.2- 2.2.1- 2.3- Chapitre 3 ◦ La question de la formation des acteurs, que ce- 3.1- 3.2- 3.3 soit au niveau des fédérations départementales- 3.4 ou au niveau des acteurs locaux, est essentielle pour une appropriation de ces technologies par un plus grand nombre.
  • CONCLUSION : CONDITIONS DE REUSSITE ET PERSPECTIVES Sommaire mémoire-Introduction Véritable enjeu pour l’Education populaire- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 de travailler sur l’appropriation citoyenne-1.2-1.3.1-1.3.2 des médias sociaux, que ce soit sur des- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 technologies de type Facebook ou autre- 2.1.3- 2.2- 2.2.1 Twitter, ou sur des plateformes libres- 2.3- Chapitre 3 mises en œuvre par le monde associatif.- 3.1- 3.2- 3.3- 3.4- Conclusion
  • CONCLUSION Sommaire mémoire-Introduction Pour toutes les raisons évoquées dans ce- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 mémoire, notre conviction est qu’un-1.2-1.3.1-1.3.2 mouvement d’Education Populaire, par- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 ailleurs plus importante confédération- 2.1.3- 2.2- 2.2.1 française d’associations, devrait davantage- 2.3- Chapitre 3 investir ces technologies numériques,- 3.1- 3.2- 3.3 notamment par la mise en place de son- 3.4- Conclusion propre média social en ligne.
  • CONCLUSION Sommaire mémoire-Introduction Il serait de notre point de vue également- Chapitre 1-1.1.1-1.1.2 important que ce réseau promeuve et-1.2-1.3.1-1.3.2 contribue au mouvement du Logiciel- Chapitre 2-2.1.1- 2.1.2 Libre comme étant le pendant- 2.1.3- 2.2- 2.2.1 technologique des valeurs de partage et- 2.3- Chapitre 3 de coopération chères à l’Economie- 3.1- 3.2- 3.3 Sociale et Solidaire et à l’Education- 3.4- Conclusion Populaire.
  • Associations et médias sociaux : Relation de complémentarité ou de substituabilité ? Merci de votre attention.