Le Proche et le Moyen-
Orient: un foyer de conflits
depuis la fin de la 1ère
Guerre Mondiale
Puissances et tensions dans l...
Proche et Moyen-Orient : définition
Arabie Saoudite
Égypte
Iran
Irak
Yémen
Oman
Turquie
Syrie
É.A.U
Qatar
Soudan
Afghanist...
Différents ensembles
Pourquoi cette région est-elle un foyer
de conflits durables aux implications
internationales ?
I. Une région à forts enjeux
A. Un carrefour depuis l’Antiquité
Dans l’Antiquité, les
1ères civilisations y
apparaissent
Invention de
l’agriculture (VIIIe
millénaire av JC
Invention de l...
Des routes de la soie au Moyen-Âge…
… à celles du pétrole aujourd’hui
300 km
Mer Noire
Mer Méditerranée
Mer
Caspienne
Océan Indien
EGYPTE
ARABIE SAOUDITE
TURQ...
B. Une grande complexité
ethnique et religieuse
Le Moyen-Orient:
Environ 300 millions d’habitants (=USA)
3 poids lourds démographiques
Des zones anciennement
peuplées: le...
Complexité
ethnique
Une mosaïque ethnique
Complexité
religieuse
Complexité religieuse
Une mosaïque religieuse
C. Une histoire complexe
Aux racines du
sionisme
Doc 2 : Déclaration Balfour (1917)
La découverte du pétrole
Un des premiers
gisements de
pétrole,
exploité par
l'Anglo-Persian Oil
Company
en Iran, 1908
Wiki...
L’évolution du
Proche et du
Moyen Orient
dans l’entre-
deux guerres
1920
1925
Les intérêts français en Syrie
 En 1920, la France reçoit de la SDN un mandat sur la Syrie. Elle en détache,
le Liban où ...
Les indépendances successives
D. Des ressources convoitées
La question de l’eau
Prenant leur source dans les montagnes turques, les deux grands fleuves du Moyen-
Orient traversent e...
Le pétrole, incontournable
Avec près des deux tiers des réserves pétrolières conventionnelles mondiales estimées […] et 40...
La réappropriation des ressources
Le premier combat mené par les Etats du Moyen-Orient fur celui de la réappropriation
pro...
Les clients du Moyen-Orient
II. Des conflits multiples et
récurrents
A. Le rôle des grandes puissances
Le pacte du Quincy (1945)
Le Pacte du Quincy a été scellé en février 1945 sur le croiseur Quincy, entre le roi Ibn
Séoud, ...
Proche et Moyen Orient durant la
Guerre Froide
B. Le conflit israélo-palestinien
La situation en 1947
L’opposition Arabe au plan de
partage
 Les Arabes de Palestine considèrent que toute tentative des Juifs ou de
n'importe ...
Guerre civile de 1947-1948 en Palestine
mandataire
Attentat à la voiture
piégée à Jérusalem,
marché de la rue Ben
Yehuda, ...
Du plan
de
partage
à l’État
d’Israël
Proclamation de l’État d’Israël
« La terre d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que s’est formée son id...
1948 : la Nakba
 Réfugiés Palestiniens quittant la
Galilée en Octobre-Novembre
1948
 Ruines du village palestinien de
Su...
Le Conseil de sécurité,
Exprimant l’inquiétude que continue de lui causer la grave situation au
Moyen-Orient ;
Soulignant ...
Chronologie de l’État d’Israël en cartes
Les réfugiés palestiniens
De Camp David à Oslo, des espoirs de
paix déçus
Camp David, mars 1979 Oslo, septembre 1993
Anouar El Sadate, assassiné en ...
Des espoirs déçus
Radicalisation et cycle de violence
liés aux difficultés du processus de
paix :
-assassinat d’Yitzkah Ra...
La Palestine et les
Palestiniens aujourd’hui
Jérusalem
Des espoirs déçus
2002 : décision unilatérale, prise par
Israël d’ériger un mur de séparation
marque un tournant majeur. L...
La guerre des mots
 Israël
 Arabes
 Mont du Temple
 Judée-Samarie
 Implantations
 Terrorisme
 Clôture de sécurité
...
C. La guerre Iran Irak (1980-1988)
Deux leaders
« Chers collègues et amis,
Ne pensez-vous pas que la cause fondamentale des problèmes devrait être recherchée, dans
l’ordr...
Le regard sur la guerre d’un romancier
irakien
Le long de la troisième ligne fortifiée, le secteur du quatrième corps d’ar...
L’opposition iranienne à l’Irak :
Discours radiodiffusé de l’Ayatollah
Ruhollah Khomeiny, avril 1980
« Saddam et son gouve...
Deux pays complexes
 Deux pays caractérisés par une
population dominante mais aussi des
minorités religieuses et/ou ethni...
Cours du pétrole de 1972 à 2003. Source:
www.senat.fr
L’Irak de Saddam Hussein vu par un observateur belge au
lendemain de...
Enjeux
de la
guerre
Iran Irak
A l’échelle infra-étatique:
importantes minorités
nationales, fragilité des Etats
concernés
...
Conflit « moderne »,
par ses formes de
combat, son
armement. Guerre
longue et meurtrière
Affirmation face
à face, des
disc...
Conflit « moderne »,
par ses formes de
combat, son
armement. Guerre
longue et meurtrière
Affirmation face
à face, des
disc...
D. La montée de l’islamisme
politique
Islamisme
« L’usage intensif de ce terme par les médias exige une clarification.
[…] Depuis les années 1980, islamisme est...
L’islamisme défini par Khomeiny
 Notre objectif est de dessécher à la racine les systèmes corrupteurs,
sionistes, capital...
Ben Laden appelle à la guerre sainte
après l’intervention américaine en Irak
Sachez que cette guerre est une nouvelle croi...
Le terrorisme et ses causes
L’action terroriste vise à terroriser, c’est-à-dire à induire un rapport de force par la terre...
Le Hamas au pouvoir dans les territoires
palestiniens
Juliette Mayaleh, Le Hamas au pouvoir, Actualités Maghreb / Moyen-Or...
Un parti islamiste au pouvoir en Turquie
Les révolutions arabes profitent-elles
aux islamistes ?
D’après le philosophe tunisien Mezri Haddad, les révolutions arabe...
Proche et Moyen Orien 2014
Proche et Moyen Orien 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Proche et Moyen Orien 2014

1 589 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 589
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
54
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Cette étude de cas peut partir d’un simple commentaire du nom donné à cette guerre en Europe, guerre entre deux Etats, et de sa longue durée. Le portrait des deux chefs d’Etats permet de donner un visage à ces deux noms et d’amener l’un des enjeux de l’opposition entre ces deux Etats.
  • Outre le fait que ce discours laisse apparaître une mémoire du conflit Iran/Irak, et la volonté de minimiser l’opposition de ces deux Etats, il témoigne de sa dimension internationale. En ce sens, il n’apparaît pas seulement comme un simple conflit entre deux Etats.
  • Cet extrait de roman laisse voir ici le traumatisme laissé par le conflit dans l’Irak contemporain. Outre la violence de guerre qui apparaît ici, il permet d’aborder la dimension internationale du conflit avec l’évocation des armes soviétiques.
  • L’intérêt de ces deux documents réside dans leur confrontation. Ces deux textes se répondent et permettent de mettre en évidence la dimension régionale du conflit, chacun des deux protagonistes cherchant à se faire le porte parole de tout ou partie du Moyen Orient.
  • La dimension infra étatique du conflit apparaît ici avec l’évocation de la diversité ethnique et religieuse qui peut être faite des deux Etats en guerre.
  • Il importe ici de montrer que la guerre, ruineuse en soi, l’est encore plus en tenant compte du fait que les cours du pétrole s’effondrent à partir de 1985, entrainant une chute des revenus des deux principaux protagonistes. Cette chute est d’ailleurs en partie liée au conflit puisque certains pays arabes soutenant l’Irak à travers divers prêts décident, pour assurer leur équilibre financier, d’accroitre leur production de pétrole. L’offre s’accroit sans hausse parallèle de la demande, ce qui entraine les acheteurs à exercer une pression à la baisse sur les prix.
  • Proche et Moyen Orien 2014

    1. 1. Le Proche et le Moyen- Orient: un foyer de conflits depuis la fin de la 1ère Guerre Mondiale Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours
    2. 2. Proche et Moyen-Orient : définition Arabie Saoudite Égypte Iran Irak Yémen Oman Turquie Syrie É.A.U Qatar Soudan Afghanistan Libye Pakistan Turkménistan Jordanie Liban Chypre Érythrée Éthiopie Arménie Azerbaïdjan Géorgie Grèce Tchad Somalie Bahreïn Israël Territoires palestiniens Koweït
    3. 3. Différents ensembles
    4. 4. Pourquoi cette région est-elle un foyer de conflits durables aux implications internationales ?
    5. 5. I. Une région à forts enjeux
    6. 6. A. Un carrefour depuis l’Antiquité
    7. 7. Dans l’Antiquité, les 1ères civilisations y apparaissent Invention de l’agriculture (VIIIe millénaire av JC Invention de l’écriture (IIIe millénaire av JC) Les Premières villes du monde Une grande partie du Moyen-Orient connait l’influence grecque, en particulier avec l’action d’Alexandre le Grand. Et pour la partie méditerranéenne celle de l’Empire Romain
    8. 8. Des routes de la soie au Moyen-Âge…
    9. 9. … à celles du pétrole aujourd’hui 300 km Mer Noire Mer Méditerranée Mer Caspienne Océan Indien EGYPTE ARABIE SAOUDITE TURQUIE YEMEN OMAN E.A.U IRAK ISRAËL LIBAN SYRIE IRAN AFGHANISTAN Ankara Ryad Mascate Bagdad Téhéran Kandahar Doha Manama Beyrouth Damas Amman Sanaa Mer Rouge Bab al- Mandeb Ormuz Pays membres de l’OPEP Passages maritimes stratégiques Flux maritimes pétroliers Tel-Aviv JORDANIE Une ressource importante… Principales zones d’exploitation de pétrole et de gaz … Au cœur d’un carrefour géostratégique… …Source de tensions et de conflits KOWEÏT Canal de Suez Zones de tensions liées au pétrole depuis 1945 Golfe d’Aden Source: G. Mutin, Du Maghreb au Moyen- Orient, un arc de crises, Documentation photographique n°8027, 2002
    10. 10. B. Une grande complexité ethnique et religieuse
    11. 11. Le Moyen-Orient: Environ 300 millions d’habitants (=USA) 3 poids lourds démographiques Des zones anciennement peuplées: le croissant fertile La population du Moyen-Orient
    12. 12. Complexité ethnique
    13. 13. Une mosaïque ethnique
    14. 14. Complexité religieuse
    15. 15. Complexité religieuse
    16. 16. Une mosaïque religieuse
    17. 17. C. Une histoire complexe
    18. 18. Aux racines du sionisme Doc 2 : Déclaration Balfour (1917)
    19. 19. La découverte du pétrole Un des premiers gisements de pétrole, exploité par l'Anglo-Persian Oil Company en Iran, 1908 WikimediaCommonsAmideNima
    20. 20. L’évolution du Proche et du Moyen Orient dans l’entre- deux guerres 1920 1925
    21. 21. Les intérêts français en Syrie  En 1920, la France reçoit de la SDN un mandat sur la Syrie. Elle en détache, le Liban où les communautés chrétiennes, qui lui sont favorables, sont majoritaires.  « Les groupes minoritaires sont un peu pour nous en Syrie, ce qu’est en Afrique la masse de plus d’un million d’Européens qui nous donnent un appui et une raison d’être durables.  Ils ont l’avantage de se prêter à l’application du mandat en même temps qu’à la constitution de gouvernements indigènes dociles à notre direction, tandis que le gouvernement d’une Syrie unitaire, constituée au profit des nationalistes, nous mettrait en présence d’un pouvoir indigène le moins maniable auquel nous pourrions avoir affaire. »  Robert de Caix, secrétaire général du mandat, 1923
    22. 22. Les indépendances successives
    23. 23. D. Des ressources convoitées
    24. 24. La question de l’eau Prenant leur source dans les montagnes turques, les deux grands fleuves du Moyen- Orient traversent ensuite la Syrie et l'Irak. Le contrôle de ces eaux, vitales pour l'agriculture et la population des trois pays, donne lieu à des tensions récurrentes. Dans les années 1970, Bagdad et Damas ont même failli entrer en guerre à cause de la construction de barrages en Syrie. En 1976, la Turquie a lancé un vaste projet de développement de la région du sud-est, qui repose sur la réalisation de vingt-deux barrages. Onze ouvrages sont déjà en activité. Si l'ensemble est achevé, plusieurs études montrent que le débit des deux fleuves pourrait décroître de 17 à 34 % à la sortie du territoire turc. […] l'usage des engrais et le développement de l'irrigation ont fortement augmenté la pollution et la salinité. Les écosystèmes sont bouleversés. «Le château d'eau du Moyen-Orient» a longtemps fait fi des plaintes de ses voisins syrien et irakien. «Nous ne réclamons pas de partager leurs ressources en pétrole, ils n'ont aucun droit sur nos ressources en eau», avait tranché en 1992 Suleyman Demirel, premier ministre turc à l'époque. Source : Le Figaro, 16/3/2009 Barrage Atatürk, sur l’Euphrate. Lors de son remplissage en 1990, la Turquie avait interrompu le débit du fleuve pendant 1 mois,
    25. 25. Le pétrole, incontournable Avec près des deux tiers des réserves pétrolières conventionnelles mondiales estimées […] et 40% des réserves gazières aujourd’hui connues […] le Moyen-Orient était, demeure et restera pour encore quelques décennies un lieu majeur de production couvrant une part essentielle des besoins énergétiques des pays développés comme des pays émergents. Il n’est pas d’événement géopolitique, religieux ou social intervenant dans cette région qui n’ait un impact sur les grands équilibres économiques et politiques de notre planète. Une telle situation ne peut que susciter l’intérêt croissant des grandes puissances consommatrices pour ces hydrocarbures, dans un contexte de tensions croissantes sur l’offre à plus long terme, si aucune révolution énergétique et technologique d’envergure ne se produit dans les prochaines années pour réduire ou changer les besoins énergétiques présents et à venir. L’importance des réserves pétrolières et gazières du Moyen-Orient est un facteur clé de compréhension pour tout ce qui touche aux grands équilibres géopolitiques de cette région. Certes, le Moyen-Orient est un carrefour stratégique majeur depuis la plus haute Antiquité ; il est aussi le berceau de nombreuses et grandes civilisations et reste le foyer d’origine des trois grandes religions monothéistes. Mais si ces affirmations sont essentielles pour comprendre son histoire et sa sociologie, le Moyen-Orient, héritier d’un miracle géologique, est d’abord et reste pour nos sociétés contemporaines le lieu majeur de production du pétrole et du gaz dont nos pays ont toujours besoin pour vivre, croître et répondre aux demandes sans cesse accrues d’une modernité en quête de confort, de sécurité et de loisirs. Le nucléaire et les énergies renouvelables ne sont toujours que des énergies d’appoint dans le bilan énergétique mondial face à l’ampleur des ressources en hydrocarbures. Le monde consomme en priorité quotidiennement, pour environ 60 % de ses besoins énergétiques, du pétrole et du gaz et ceux-ci viendront en quantités de plus en plus massives du Moyen-Orient, malgré l’importance de la diversification géographique de la production mondiale d’hydrocarbures, qu’il s’agisse des sites de pétrole offshore du Brésil ou des ressources présumées de l’Arctique. Christophe-Alexandre Paillard (octobre 2010) Maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris
    26. 26. La réappropriation des ressources Le premier combat mené par les Etats du Moyen-Orient fur celui de la réappropriation progressive de leurs ressources en hydrocarbures. En effet, jusqu’aux années 1950,ce sont les puissances occidentales à travers leurs compagnies pétrolières qui contrôlent largement l’exploitation des gisements ne versant qu’un pourcentage limité des recettes aux Etats de la région. Un exemple illustre assez bien ce contrôle c’est la tentative de nationalisation du pétrole iranien par le Premier ministre Mossadegh entre 1951 et 1953 qui s’est soldée par un coup d’Etat et la reprise en main occidentale de l’Anglo-Iranian Oil Company. Deux étapes illustrent l’affirmation de la souveraineté pétrolière du Moyen-Orient : . en 1960 la création de l’OPEP permet la mise en place d’un prix plus équitable . dans les années 1970, les pays de la région prennent progressivement le contrôle des compagnies ( Arabie Saoudite acquiert 25% du capital de l’Aramco en 1973 et parvient à 100% en 1980). L’autre point important est le prix du pétrole. En 1973 suite à la guerre du Kippour, le prix du baril passe de 3 à 12$ puis à 32$ au déclenchement de la guerre Iran-Irak. Après une baisse dans les années 1980 et 1990, les prix sont repartis à la hausse depuis 2000. Les prix sont déterminés par la demande mondiale et les évènements géopolitiques.
    27. 27. Les clients du Moyen-Orient
    28. 28. II. Des conflits multiples et récurrents
    29. 29. A. Le rôle des grandes puissances
    30. 30. Le pacte du Quincy (1945) Le Pacte du Quincy a été scellé en février 1945 sur le croiseur Quincy, entre le roi Ibn Séoud, fondateur du royaume d'Arabie Saoudite, qui est une théocratie islamiste très rigoriste Wahhabite et le président américain Franklin Roosevelt. Il s’articule sur cinq points :  La stabilité de l’Arabie saoudite fait partie des “intérêts vitaux” des États-Unis qui assurent, en contrepartie, la protection inconditionnelle du Royaume contre toute menace extérieure éventuelle.  Par extension la stabilité de la péninsule arabique et le leadership régional de l’Arabie saoudite font aussi partie des « intérêts vitaux » des États-Unis.  En contrepartie, le Royaume garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique américain,  La dynastie saoudienne n’aliénant aucune parcelle de son territoire, les compagnies concessionnaires ne seraient que locataires des terrains.  Les autres points portent sur le partenariat économique, commercial et financier saoudo américain ainsi que sur la non-ingérence américaine dans les questions de politique intérieure saoudienne.
    31. 31. Proche et Moyen Orient durant la Guerre Froide
    32. 32. B. Le conflit israélo-palestinien
    33. 33. La situation en 1947
    34. 34. L’opposition Arabe au plan de partage  Les Arabes de Palestine considèrent que toute tentative des Juifs ou de n'importe quelle puissance ou groupe de puissances d'établir un État juif dans un territoire arabe est un acte d'agression auquel on résistera par la force.(...)  Le Prestige des Nations unies sera mieux servi en abandonnant et en n'imposant pas une telle injustice.(...)  Les Arabes de Palestine firent la déclaration solennelle devant les Nations unies, devant Dieu et devant l'histoire qu'ils ne se soumettraient jamais à une quelconque puissance venant en Palestine pour imposer une partition. Le seul moyen pour établir une partition est tout d'abord de les éliminer : hommes, femmes et enfants.  Déclaration du haut comité Arabe, le 6 Février 1948
    35. 35. Guerre civile de 1947-1948 en Palestine mandataire Attentat à la voiture piégée à Jérusalem, marché de la rue Ben Yehuda, 22 février 1948
    36. 36. Du plan de partage à l’État d’Israël
    37. 37. Proclamation de l’État d’Israël « La terre d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que s’est formée son identité spirituelle et nationale, [...] là qu’il a écrit la Bible et l’a offerte au monde. […] En 1897, le premier congrès sioniste, […] a proclamé le droit du peuple juif au renouveau national dans son propre pays. Ce droit a été reconnu par la déclaration Balfour du 2 novembre 1917. […] Le récent holocauste, qui a anéanti des millions de juifs en Europe, a de nouveau montré le besoin de résoudre le problème dû au manque de patrie et d’indépendance du peuple juif, par le rétablissement de l’État juif. […] Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution recommandant la création d’un État juif en Palestine. [...] En conséquence, nous, membres du Conseil national, représentant la communauté juive de Palestine et le Mouvement sioniste mondial, sommes réunis en assemblée solennelle aujourd’hui, jour de la cessation du mandat britannique en Palestine. […] Nous proclamons la création de l’État juif en Palestine, qui portera le nom d’État d’Israël. L’État d’Israël sera ouvert à l’immigration des juifs de tous les pays où ils sont dispersés; il veillera au développement du pays au bénéfice de tous ses habitants, il sera fondé sur les principes de liberté, de justice et de paix; […] il assurera la protection des Lieux saints de toutes les religions. Victimes d’une agression caractérisée, nous demandons cependant aux habitants arabes de l’État d’Israël de préserver les voies de la paix et de jouer leur rôle dans le développement de l’État, sur la base d’une citoyenneté pleine et égalitaire. » Discours de David Ben Gourion , Premier ministre d’Israël, Tel Aviv, 14 mai 1948.
    38. 38. 1948 : la Nakba  Réfugiés Palestiniens quittant la Galilée en Octobre-Novembre 1948  Ruines du village palestinien de Suba, près de Jerusalem, (à l’arrière-plan le Kibboutz Zova, qui fut construit sur les terres du village) Durant cette guerre, entre 700 000 et 750 000 Arabes palestiniens fuient ou sont expulsés de leurs villes et villages et se voient refuser tout droit au retour sur leurs terres tant pendant qu'après la guerre tandis que plus de 90 % de leurs villages sont détruits.
    39. 39. Le Conseil de sécurité, Exprimant l’inquiétude que continue de lui causer la grave situation au Moyen-Orient ; Soulignant l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre et la nécessité d’œuvrer pour une paix juste et durable permettant à chaque État de la région de vivre en sécurité ; […] 1. Affirme que l’accomplissement des principes de la Charte exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient qui devrait comprendre l’application des deux principes suivants : (i) Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit ; (ii) Cessation de toutes assertions de belligérance ou de tous états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque État de la région et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues à l’abri de menaces ou d’actes de force. 2. Affirme en outre la nécessité : (a) De garantir la liberté de navigation sur les voies d’eau internationales de la région ; (b) De réaliser un juste règlement du problème des réfugiés ; (c) De garantir l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique de chaque État de la région, par des mesures comprenant la création de zones démilitarisées. La Guerre des Six jours et la résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU
    40. 40. Chronologie de l’État d’Israël en cartes
    41. 41. Les réfugiés palestiniens
    42. 42. De Camp David à Oslo, des espoirs de paix déçus Camp David, mars 1979 Oslo, septembre 1993 Anouar El Sadate, assassiné en 1981 Yitzhak Rabin, assassiné en 1995
    43. 43. Des espoirs déçus Radicalisation et cycle de violence liés aux difficultés du processus de paix : -assassinat d’Yitzkah Rabin par un extrémiste juif (en 1995) -les mouvements islamistes lancent des attentats – kamikazes -au terrorisme, Tsahal répond par des opérations de répression massive, soutenue massivement par l’opinion israélienne -le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza après les élections législatives de 2007 Nombre de tués en Israël/Palestine entre septembre 2000 et juillet 2008
    44. 44. La Palestine et les Palestiniens aujourd’hui
    45. 45. Jérusalem
    46. 46. Des espoirs déçus 2002 : décision unilatérale, prise par Israël d’ériger un mur de séparation marque un tournant majeur. Le mur transforme la vie des Palestiniens en cauchemar. La plupart ne peuvent plus venir travailler en Israël, et le petit nombre qui en a l’autorisation doit attendre de longues heures aux check-points, à l’aller comme au retour.
    47. 47. La guerre des mots  Israël  Arabes  Mont du Temple  Judée-Samarie  Implantations  Terrorisme  Clôture de sécurité  Palestine  Palestiniens  Esplanade des mosquées  Cisjordanie  Colonies  Résistance palestinienne  Mur de la honte
    48. 48. C. La guerre Iran Irak (1980-1988)
    49. 49. Deux leaders
    50. 50. « Chers collègues et amis, Ne pensez-vous pas que la cause fondamentale des problèmes devrait être recherchée, dans l’ordre international en vigueur, dans la manière dont le monde est gouverné ? J’aimerais porter votre aimable attention sur les questions suivantes (…) : Qui Qui a imposé et soutenu pendant des décennies des dictatures militaires et des régimes totalitaires en Asie, Afrique et Amérique Latine ? Qui a utilisé la bombe nucléaire contre des personnes sans défense, et possède des milliers de têtes nucléaires dans ses arsenaux ? (...) Qui a provoqué et encouragé Saddam Hussein à envahir et imposer une guerre de 8 ans à l’Iran, et qui l’a assisté et équipé à déployer des armes chimiques contre nos villes et notre peuple ? Qui a utilisé l’incident mystérieux du 11 septembre comme un prétexte pour attaquer l’Afghanistan et l’Irak, en tuant, blessant et déplaçant de force des millions de personnes dans ces deux pays, avec comme objectif final la domination sur le Moyen-Orient et ses ressources pétrolières ? (…)” Discours du président iranien Ahmadinejad à l’ONU en 2011
    51. 51. Le regard sur la guerre d’un romancier irakien Le long de la troisième ligne fortifiée, le secteur du quatrième corps d’armée était en feu : les soldats étaient couchés à plat ventre ou assis en haut des bastions à tirer avec fureur. Tous les chars T-72 (chars de fabrication soviétique) crachaient leur lave, installés dans des enclos devant la ligne ou dans des crevasses bien apparentes, appuyés par des centaines d’hélicoptères, d’obusiers de campagne, de mortiers et de lance-missiles Frog (lance-missiles de fabrication soviétique […] Après d’effroyables cris de détresse, un bruit de tambours leur parvint et un hymne iranien scandé sur un rythme militaire. Etrange et inquiétant, cela venait de haut-parleurs disséminés le long de la ligne d’affrontement. Mon Dieu, mon Dieu protège Khomeiny Jusqu’à la venue du Mahdi. Mon Dieu, mon Dieu. (…) Les troupes iraniennes avaient surgi derrière les formations irakiennes comme un génie sort de sa lampe ; le champ de bataille était en plein chaos. Les balles sifflaient avec frénésie et leurs éclats déchiquetaient l’espace. On entendait monter le chant inattendu des volontaires iraniens déterminés à marcher sur Kerbala, et cet hymne à Khomeiny qui s’approchait avec le goût de la mort, cernant les brigades d’infanterie, les régiments de chars, les batteries d’artillerie. L’avant-garde du quatrième corps d’armée était prise dans l’étau des brigades des « Combats pour la victoire éclatante » comme les appelait Khomeiny- qui envahissaient les confins de la frontières irakienne. Les chars reculèrent vers le secteur et engagèrent le combat ; plusieurs explosèrent dans un carnaval d’étincelles. extrait de Janane Jassim Hillawi : Pays de nuit, Acte Sud, 2005 (traduction française de l’original en arabe paru en 2002).
    52. 52. L’opposition iranienne à l’Irak : Discours radiodiffusé de l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny, avril 1980 « Saddam et son gouvernement illégitime veulent revenir à la période d’avant l’islam, temps de l’ignorance (…) pour faire prévaloir les seul pouvoir des Arabes en ignorant l’influence de l’islam. Ces gens ne croient pas à l’islam (…). Armée irakienne rejoins ton peuple comme l’armée iranienne a rejoint le sien. Tu es responsable devant Dieu. Aucune excuse ne justifierait que tu fasses la guerre contre le peuple iranien et l’Iran musulman. Ce serait une guerre contre le prophète Muhammad. L’armée irakienne accepterait-elle de faire la guerre contre le Coran et le Prophète ? L’Iran est aujourd’hui le pays du messager de Dieu. Sa révolution, son gouvernement et ses lois sont islamiques. Nous voulons fonder un Etat islamique qui réunisse l’Arabe, le Persan, le Turc et les autres nationalités sous la bannière de l’islam. » La « déclaration de guerre » de Saddam Hussein à l’Iran, discours de Saddam Hussein devant le parlement irakien, 17 septembre 1980. « (…) le Chatt al-‘Arab doit être irakien et arabe de nom et de fait, et jouir de tous les droits qui découlent de la peine souveraineté de l’Irak. (…) L’Irak ne convoite pas de territoires iraniens et n’a pas l’intention de déclarer la guerre à l’Iran ni d’étendre le conflit avec ce pays au-delà de la défense de nos droits et de notre souveraineté. (…) Nous déclarons au monde et à la nation arabe que nous avons levé le masque que porte la clique au pouvoir en Iran. Cette clique a fallacieusement utilisé la religion pour assurer son expansion au dépens de la souveraineté et des intérêts supérieurs de la nation arabe, pour provoquer des conflits et diviser les fils de la nation, sans se soucier des conditions difficiles que connaît la nation ni de la lutte que celle-ci mène contre les agresseurs sionistes et les forces impérialistes. La religion n’est qu’un voile pour dissimuler le racisme et la haine millénaire des Persans à l’égard des Arabes. Elle est brandie pour attiser le fanatisme et la haine et dresser les peuples de la région les uns contre les autres, servant ainsi consciemment ou non les plans mondiaux du sionisme. (…) Nous saluons chaleureusement nos frères arabes d’Ahwaz qui souffrent de la terreur et de l’oppression komeynistes, plus terribles encore qu’à l’époque du Chah. Nous saluons les militants honnêtes du Kurdistan iranien et tous les peuples amis d’Iran et nous les assurons que nous ne convoitons aucune parcelle de leur territoire et que nous n’éprouvons pour eux que de la sympathie et de l’amitié »
    53. 53. Deux pays complexes  Deux pays caractérisés par une population dominante mais aussi des minorités religieuses et/ou ethniques  Minorités pouvant être amenées à être ou être vues comme un « ennemi de l’intérieur »
    54. 54. Cours du pétrole de 1972 à 2003. Source: www.senat.fr L’Irak de Saddam Hussein vu par un observateur belge au lendemain de l’invasion du Koweït, extrait de J-P. Colette : « Saddam Hussein ou la loi du plus fort », Le soir, 3 Août 1990 Il a contenu l'Iran khomeiniste. Mais il a utilisé l'arme chimique contre les Kurdes. Menacé Israël du même sort. Acquis des missiles. Jusqu'où ira Saddam? (…) Plusieurs pays arabes eurent une attitude bienveillante, apparemment rassurés de retrouver un leader qui s'en prenne en leur nom à Israël et aux États-Unis. Tant les Arabes, impressionnés par cette démonstration de force, que les Occidentaux semblent avoir négligé d'évaluer la puissance irakienne: en 1988, les dépenses militaires de Bagdad se sont élevées à 12,87 milliards de dollars; au cours des cinq dernières années, il a été le deuxième importateur d'armes au monde, après l'Inde, 53 % venant d'URSS, 25 % d'Europe, 5 % des États- Unis. (…) Psychologiquement gonflé à bloc, Saddam Hussein a aussi choisi de s'attaquer au Koweit pour résoudre ses graves problèmes économiques: l'Irak est de plus en plus dépendant des ressources du pétrole. Il lui fallait provoquer une remontée des prix, s'assurer de nouvelles réserves et annuler l'énorme dette contractée envers le Koweit, après avoir exigé en vain un paiement pour de prétendus détournements pétroliers. La loi du plus fort.
    55. 55. Enjeux de la guerre Iran Irak A l’échelle infra-étatique: importantes minorités nationales, fragilité des Etats concernés A l’échelle étatique: litige frontalier et rivalité « nationale » et « religieuse » A l’échelle régionale: divisions ethniques et religieuses, malgré des idéologies visant à l’unité A l’échelle planétaire: implication de grandes et moyennes puissances dans les conflits du Moyen Orient, marché des armes, enjeu pétrolier
    56. 56. Conflit « moderne », par ses formes de combat, son armement. Guerre longue et meurtrière Affirmation face à face, des discours « arabiste » et « islamiste ». Des puissances étrangères impliquées, mais selon une logique différente de celle de la guerre froide Importance et situation difficile des minorités « nationales » en Iran comme en Irak durant la guerre Opposition entre Arabes et Perses, Entre un Etat chiite et un autre (alors) à majorité sunnite. Une guerre révélatrice des conflits et de leurs enjeux au Moyen Orient Guerre Iran/Irak
    57. 57. Conflit « moderne », par ses formes de combat, son armement. Guerre longue et meurtrière Affirmation face à face, des discours « arabiste » et « islamiste ». Des puissances étrangères impliquées, mais selon une logique différente de celle de la guerre froide Importance et situation difficile des minorités « nationales » en Iran comme en Irak durant la guerre Opposition entre Arabes et Perses, Entre un Etat chiite et un autre (alors) à majorité sunnite. Une guerre révélatrice des conflits et de leurs enjeux au Moyen Orient Le Moyen Orient foyer de conflits majeur depuis 1918 et surtout 1945: multiplication des conflits, des guerres meurtrières… Diversité ethnique mais aussi religieuse du Moyen Orient, les deux ne se recoupant pas toujours. Grande complexité du peuplement Frontières modernes prenant mal en compte cette diversité. Elles sont des enjeux de conflits (enjeux des tracés, peuples sans territoire propre délimité…) Depuis le début du 20e siècle, développement d’idéologies visant autant à dénoncer l’influence occidentale qu’à surmonter les divisions internes au Moyen Orient. Implication de puissances étrangères au Moyen Orient (liaisons avec l’Asie, pétrole…). Etats du Moyen Orient devant « jouer » avec ces influences Guerre Iran/Irak
    58. 58. D. La montée de l’islamisme politique
    59. 59. Islamisme « L’usage intensif de ce terme par les médias exige une clarification. […] Depuis les années 1980, islamisme est employé [..] pour désigner un islam porteur d’un projet politique et social. Il vise notamment les courants les plus radicaux qui veulent faire de l’islam une idéologie politique caractérisée par la construction d’un État fondé sur la religion (État islamique) et une société organisée selon les normes juridiques que fournirait l’islam (charia). Il est alors perçu comme une dérive de la religion proprement dite qui menace les idéaux démocratiques et laïques, et qui n’hésite pas à recourir au terrorisme. Du point de vue des milieux qualifiés d’islamistes, la distinction entre musulman et islamiste n’a pas de sens. Ils considèrent que leur interprétation des textes fondateurs est la seule légitime : un « vrai musulman » est islamiste. Ils prônent une réforme radicale qui suppose le retour aux sources et l’imitation des glorieux ancêtres (salafisme). Ils revendiquent la purification de l’islam, pour le débarrasser de ce qu’ils considèrent comme des superstitions ou des innovations blâmables. L’islam deviendra alors le fondement de la société et de la vraie civilisation en fournissant, outre la vraie foi, les normes morales, les principes d’action, les modèles d’organisation collective. Dans cette perspective, il convient de faire le tri entre la modernité acceptable (le progrès technique et scientifique par exemple) et inacceptable (la dépravation des mœurs, l’effondrement des valeurs morales, la sécularisation, la privatisation de la croyance, la liberté religieuse). […] L’appellation d’islamisme, imposée par les moyens d’information, nécessite donc beaucoup de prudence. Elle recouvre au mieux une mouvance aux contours flous qui tire de la religion musulmane des programmes politiques dont le seul point commun est de vouloir mettre la religion musulmane au centre de la vie politique et sociale. Mais les désaccords sont profonds dès qu’il s’agit de définir ce programme, la place des non musulmans ou les moyens de faire triompher ce projet, par les élections pour la majorité, par la force pour une petite minorité. » Source : Ministère de l’Éducation nationale, 2004
    60. 60. L’islamisme défini par Khomeiny  Notre objectif est de dessécher à la racine les systèmes corrupteurs, sionistes, capitalistes et communistes de ce monde. Nous nous sommes recommandés à Dieu, pour qu’il nous aide à détruire les régimes fondés sur ces trois théories et à diffuser la doctrine de l’Islam du messager de Dieu. Que la paix du Seigneur s’étende sur lui et sa descendance !  Notre guerre est celle de la doctrine islamiste, elle se rit de frontières et de la géographie. Notre devoir est d’opérer l’immense mobilisation des soldats de l’Islam, partout dans le monde pour notre guerre islamique. Préparons-nous à organiser un puissant front islamique portant le nom, ayant les qualités de notre révolution iranienne et à affronter l’est et l’ouest coalisés, afin que soient enfin réaliser le règne et la gloire des déshérités et des va-nu-pieds.  Extrait du message de l’Ayatollah Khomeiny, à radio Téhéran le 20 juillet 1988.
    61. 61. Ben Laden appelle à la guerre sainte après l’intervention américaine en Irak Sachez que cette guerre est une nouvelle croisade contre le monde musulman et qu’elle sera décisive pour la communauté musulmane toute entière. Donc, ô jeunes musulmans de tous lieux et surtout dans les pays voisins de l’Irak et au Yémen, vous devez mener la guerre sainte convenablement car des voix se sont élevées en Irak, comme auparavant en Palestine, en Égypte au Yémen et ailleurs, appelant à une solution pacifique et démocratique, à la collaboration avec les régimes apostats (qui abandonne la religion), ou avec les envahisseurs juifs et croisés, plutôt qu’à la guerre sainte; bref il faut prendre garde à cette méthode fausse et trompeuse contraire à la loi de Dieu. Comment pouvez-vous soutenir la guerre sainte sans combattre pour la cause de Dieu ? Allez vous faire marche arrière ? Ces hommes là ont affaibli la puissance des musulmans sincères et ont adopté comme références humaines, la démocratie, la religion païenne, en entrant dans les parlements, ceux-là se sont égarés et en ont égaré beaucoup. Chacun sait que tout gouvernement formé par les États-Unis, à l’instar des gouvernements de notre région, est un gouvernement fantoche et traître, qui a été créé pour éteindre la flamme du Djihad. Oussama Ben Laden, Seconde lettre aux musulmans d’Irak, diffusée le 18 octobre 2003
    62. 62. Le terrorisme et ses causes L’action terroriste vise à terroriser, c’est-à-dire à induire un rapport de force par la terreur et la peur, c’est pour cela qu’elle est universellement pratiquée, que ce soit par l’Etat ou par les groupes d’opposition. Trois objectifs caractérisent le terrorisme, de façon conjointe et à des proportions variables suivant les cas :  attirer l’attention de façon spectaculaire et violente sur un rapport de forces perçu de façon manichéenne,  l’exigence d’être reconnus, identifiés, par une signature, un nom, d’exister fût-ce de la façon la plus négative qui soit, ce qui semble plus enviable que de ne pas exister,  la mise en image symbolique de la force dont disposent les auteurs d’actes terroristes. Pour savoir comment lutter contre le « terrorisme », il faudrait d’abord se poser la question de comment naît le « terrorisme », quelles en sont ses causes profondes. Faut-il en chercher l’origine dans la religion, dans l’écart de richesse entre le Nord et le Sud de la planète, dans le conflit israélo- palestinien, dans l’opposition entre civilisations occidentale et islamique, ou dans d’autres facteurs socio-politiques ? Si tous les auteurs ne sont pas d’accord entre eux sur la réponse à cette question, il est intéressant de prendre du recul et de voir le « phénomène terroriste » dans son évolution historique. Le « terrorisme international » ressurgit chaque fois qu’un monde en évolution (trop) rapide donne l’impression - subjective ou objective - à de trop grands groupes de gens qu’ils sont marginalisés », explique le professeur belge Rik Coolsaet. Site d’Amnesty International , novembre 2005
    63. 63. Le Hamas au pouvoir dans les territoires palestiniens Juliette Mayaleh, Le Hamas au pouvoir, Actualités Maghreb / Moyen-Orient, 5, IFRI, 2006
    64. 64. Un parti islamiste au pouvoir en Turquie
    65. 65. Les révolutions arabes profitent-elles aux islamistes ? D’après le philosophe tunisien Mezri Haddad, les révolutions arabes seront récupérées par les islamistes, notamment par les Frères musulmans, les plus populaires auprès des pauvres qu’ils secourent souvent mieux que l’Etat. Et ils seront soutenus par les opposants démocrates, surtout depuis que leur discours plus modéré s’inspire de celui des islamistes turcs. Pour beaucoup, ces révolutions déboucheront sur un Moyen-Orient islamiste, car l’opposition verte a le vent en poupe et est la mieux organisée. Mais est-on condamné à soutenir des dictateurs pour barrer la route aux islamistes ? En réalité, il faut sortir des oppositions simplistes (dictateurs laïcs contre islamistes), car comme le rappelle le grand intellectuel égyptien Tarek Haggy, anti-islamiste et laïque, depuis des années la menace islamiste a trop servi de prétexte pour justifier les répressions. Et depuis les années 1970, ce sont les dictateurs « anti-islamistes » (Nasser et ses successeurs Anouar-al-Sadate et Moubarak en Egypte ; Hafez al-Assad et son fils Bachar en Syrie ou la junte militaire du FLN en Algérie) qui ont réislamisé radicalement leur pays, fait de la charia la source des lois, sponsorisé avec des pétrodollars saoudiens des écoles et centres distillant un islam rétrograde, puis anéanti la liberté religieuse et rendu impossible la vie des non-musulmans ou des laïques. Ils récoltent aujourd’hui ce qu’ils ont semé. Et les jeunes épris de liberté ne veulent plus continuer à exonérer des despotes corrompus qui n’ont aucune leçon de morale laïque à donner. http://www.francesoir.fr/actualite/international/revolutions-arabes-profitent-elles-aux-islamistes-70538.html

    ×