Dialogues cruciaux chapitre3

339 vues

Publié le

Chapitre 3 de la traduction Française du livre 'Cruciale dialogen' de Johan Roels (Traduction par Johan Roels et Guy Bérat)

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
339
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dialogues cruciaux chapitre3

  1. 1. © V.O.F. LCCB 2014 1 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux Un changement de comportement est toujours accompagné de résistance. Personne n’aime vraiment changer son comportement. D’où vient cette résistance au comportement ? La réponse se trouve dans le Cercle Vicieux. Ce qui suit est un condensé de nombreuses conversations que nous avons eues avec les auteurs du livre « The Chicken Conspiracy »1 : dr. Charles Palmgren et Stacie Hagan durant la période 1994-2000. Vous pouvez le trouver également repris dans mon livre précédent : ‘Creatieve wisselwerking’ de 2001. Nous reprenons ce chapitre ici en l’élargissant un peu parce que le concept du Cercle Vicieux est très important dans le contexte de l’Interéchange Créatif et donc des Dialogues Cruciaux. En effet, des Dialogues Cruciaux ne peuvent être couronnés de succès que si nous reconnaissons, comprenons profondément et arrêtons la réalité du Cercle Vicieux. Les processus de l’Interéchange Créatif et du Cercle Vicieux sont véritablement deux processus qui interviennent simultanément. Si le processus de l’Interéchange Créatif l’emporte, nous apprenons et évoluons à la vitesse d’un bambin. Par contre, si nous sommes prisonniers de notre Cercle Vicieux, le processus de changement positif s’arrête, avec toutes les conséquences que cela entraîne. Une des conséquences néfastes est justement la résistance au changement, résistance à la transformation personnelle dans toutes les domaines et donc pas uniquement à la résistance au changement de comportement personnel. Cette présentation du Cercle Vicieux comporte deux volets : 1. Le Modèle du processus du Cercle Vicieux ; 2. Cercle Vicieux comme frein au processus de l’Interéchange Créatif. Comme nous l’avons déjà stipulé, dès le début de la vie, chaque personne possède une valeur intrinsèque. Cette valeur lui a été donnée. 1 Hagan, Stacie and Palmgren, Charlie. The Chicken Conspiracy. Breaking the Cycle of Personnal Stress and Organizational Mediocrity. Baltimore: Recovery Communications, Inc. 1998. Le Cercle Vicieux 1. Introduction 2. Présentation Le Modèle du processus du Cercle Vicieux
  2. 2. © V.O.F. LCCB 2014 2 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux Nous avons évoqué largement cette valeur intrinsèque dans le chapitre précédent. Chacun a donc une valeur intrinsèque. La plupart des gens ne voient plus cette valeur initiale et sont devenu anxieux et parfois même hypocrite. Au niveau émotionnel la plupart des hommes ont pratiquement toujours cette arrière-pensée : « Si vous me connaissiez vraiment à fond, vous ne m’aimeriez pas ; je ne suis pas bon dans le fond ; j’ai des caractéristiques qui ne sont pas vraiment bonnes, je fais des choses qui ne sont pas correctes, j’ai des pensées que je ne devrais pas avoir, … ». Chacun est plus ou moins en guerre avec lui-même. Comment cela est-il possible ? La réponse réside dans le Cercle Vicieux, qui est représenté dans la figure 36. Figure 36 : Le Cercle Vicieux Les différentes parties de cette figure sont interconnectées avec une double ligne. L’être humain peut – à côté de la classification homme/femme – être classé selon le tempérament : actif/passif. C’est cette dernière classification qui est utilisée dans la description du Cercle Vicieux, puisque vos réactions aux évènements se différencient selon votre tempérament. La valeur intrinsèque ne reste pas longtemps « intangible » et voici pourquoi : Valeur Intrinsèque
  3. 3. © V.O.F. LCCB 2014 3 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux La valeur initiale, qui n’est pas acquise mais innée, devient vite conditionnelle. « Vous avez de la valeur, vous valez la peine, … si vous arrêtez ou commencez avec … » Les enfants doivent démontrer le plus vite possible un comportement adulte. Par exemple : « Si tu arrêtes de renverser ton jus d’orange… je t’accepterai à nouveau. » L’enfant traite aussi avec de la science. Il a prouvé hier que le jus d’orange tombait par terre si le verre était renversé ; qui dit que c’est encore le cas aujourd’hui ? Qui me prouve que ceci est vrai aujourd’hui ?» Il se le demande – certainement s’il a vu hier, sur le petit écran d’une petite armoire, des hommes en costume blanc s’occuper de choses étranges. Quand ces personnes laissaient « tomber » quelque chose, cet objet ne tombait pas du tout, cet objet commençait à planer ! Jusqu’à ce que la mère ou le père en aient assez des expériences scientifiques du petit et qu’ils formulent des conditions. Si l’enfant ne suit pas scrupuleusement ces conditions, l’enfant reçoit finalement une réprimande. La question primordiale est la suivante : « Est-il possible de réprimander l’enfant sans que cet enfant se sente rejeté ? » Comment nous sentons-nous si nous sommes rejetés ? Par exemple : vous-êtes humilié par quelqu’un que vous connaissez et estimez : comment vous vous sentez-vous ? En effet, le ressenti est terrifiant ! Il est vrai que la plupart des gens ne peuvent pas réprimander quelqu’un sans envoyer le message : « vous ne valez vraiment pas la peine…, puisque vous avez faites cela… » De ce fait l’enfant est chargé de péchés. Le concept « péché » vient du grec et signifie originalement : « manquer le but, ne pas obtenir le niveau recherché » Autrement dit, il a été prévu que vous vivrez d’une certaine manière, mais par le péché vous n’arrivez pas au niveau prévu. Bref, nous ne vivons pas la vie prévue pour nous. Dans mon livre précédent « Creatieve wissselwerking »je cite un exemple que j’ai vécu moi-même, quand je n’avais pas encore trois ans. Cinquante années plus tard je fus témoin du fait qu’une mère rejetait son enfant d’une manière dramatique. J’étais en train de faire des courses dans un grand magasin quand je fus bloqué dans un des couloirs par la scène suivante : un petit garçon se trouvait à terre en criant de toutes ses forces et en gesticulant de tous ses Conditionnel Rejet
  4. 4. © V.O.F. LCCB 2014 4 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux membres. Etant expert en la matière, ceci me fut immédiatement très clair. L’enfant avait – malgré les avertissements sans fin de sa mère que son comportement n’était pas acceptable – continué de charger le chariot d’achat avec des friandises. A ce moment-là, la limite d’acceptation de la mère fût atteinte: elle sortit l’enfant du chariot en lui disant vraiment sa façon de penser. La conséquence fût immédiate : l’enfant se jeta par terre en criant et se déchaînant, d’une manière vraiment réservée aux tout-petits. Très vite il se forma un embouteillage de chariots dans ce couloir. Quelque chose d’étonnant se passa alors. La mère rejoignit le cercle des spectateurs autour de l’enfant et demanda à ceux qui passaient : « Quelqu’un peut- il me dire à qui est cet enfant ? » C’était le rejet le plus dramatique que j’ai vécu dans ma vie. La réaction au rejet est universelle, vous le constatez en chaque enfant, vous le trouvez toujours, d’une manière ou d’une autre, dans chaque culture. Si vous rejetez un enfant, vous remarquez plusieurs choses : premièrement la cadence de la respiration augmente et devient agitée, accompagnée d’une expression spécifique du visage et parfois finalement d’une larme. Ce qui arrive à ce moment dépend fortement du type de l’enfant. Un processus est déclenché : « attaquer » chez l’enfant actif et « fuir » chez l’enfant passif. Il peut en découler la conséquence que l’enfant actif devient «furieux» et l’enfant passif «apeuré». Ce processus est appelé scientifiquement le syndrome général d’adaptation. C’est un merveilleux processus chimique que se déroule dans le corps et qui veille à ce que la personne soit préparée pour l’attaque ou la fuite (« fight or flight »). Le sang et l’énergie sont dirigés presque immédiatement vers les muscles concernés. C’est le processus qui a fait que nous avons, comme sortie spécifique, survécu. Le syndrome général d’adaptation est un système général d’alarme et veille à ce que nos sens soient aiguisés (voir, entendre, sentir) de sorte que le corps soit préparé pour l’attaque ou la fuite. En plus, les sentiments de « culpabilité » ou de « douleur » se développent. L’enfant ressent ce sentiment puisqu’il lui est signifié d’une manière brutale qu’il a fait quelque chose d’inacceptable. L’enfant passif ressent ceci comme vraiment douloureux. Cette douleur aboutit – certainement chez Attaque/Fuite Furieux/Peur Coupable/Douleur
  5. 5. © V.O.F. LCCB 2014 5 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux l’enfant passif – à ce que l’enfant veuille se retirer, qu’il ne veuille plus être impliqué. L’enfant actif par contre se sent coupable et veut également ne plus revivre cette expérience. Furie et Peur, Culpabilité et Douleur sont des sentiments qui sont parfaitement visibles dans le non- verbal de l’enfant. Même des bébés, qui ne peuvent pas encore parler, le montrent clairement quand ils sont furieux ou ressentent de la peur. Qu’est-ce qui se passe avec tout cela ? Un enfant montre encore ces réactions spontanément. Mais, petit à petit, l’enfant apprend qu’il n’est vraiment pas possible de toujours montrer ses émotions. Il faut apprendre à se contrôler ! Chez une personne se développe un comportement d’évitement, chez une autre personne de d’asservissement. Dans le cas d’enfants ceci est encore visible. L’énergie est encore dispensée totalement. A partir d’un certain âge, montrer ses émotions peut même être puni. Par ces punitions il se peut que l’adolescent se retrouve finalement dans une crise d’identité. L’enfant veut être et rester lui-même, mais le monde autour de lui ne le tolère pas. Dans ce conflit l’enfant apprend ce que nous avons tous vécu : le sentiment d’inadéquation. Il est vrai que l’enfant ne peut pas gagner avec un adulte. Sa force, ses connaissances et sa maîtrise ne sont pas adéquates. L’enfant réalise de plus en plus qu’il est inadéquat et finalement ceci se cristallise dans ce que Charles L. Palmgren appelle : le « jeu de culture ». Peter M. Senge parle, dans ce contexte, de « distinctions culturelles ». Nous apprenons la distinction entre « bon » et « mauvais », « correct » et « incorrect », et cetera. Le jeu de culture a une règle de base. Ce jeu se joue de cette manière de sorte que ce qui est inacceptable au niveau du comportement – aussi bien le comportement de l’un et de l’autre – n’est pas exhibé. Cette règle de jeu de base est respectée par les deux joueurs. Dans l’interaction avec une autre personne vous ne pouvez pas faire voir ce qui est inacceptable concernant vous-même, ni dévoiler ce qui est inacceptable du comportement de l’autre. Parce que, si cela était, ceci conduirait inévitablement à un nouveau rejet et donc finalement à une nouvelle situation qui démontrerait que vous-êtes inadéquat. Ce qui complique le jeu de culture Inadéquation Jeu de culture
  6. 6. © V.O.F. LCCB 2014 6 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux c’est que tous les participants à l’interaction ou au dialogue jouent le même jeu. Après plusieurs expériences pas tellement positives, la règle clé me paraissait très claire : si vous voulez être accepté comme ami et de ce fait être invité régulièrement par lui afin de jouer avec ses jouets (des jouets que dans la plupart des cas vous n’avez pas vous-même), vous ne pouvez, en aucune manière, montrer comment vous-êtes véritablement. Vous ne pouvez pas seulement ne pas montrer qui vous êtes en réalité, vous ne pouvez pas non plus montrer comment votre ami est en réalité. Puisque, si vous placez l’autre devant « votre » miroir et donc si vous le montrez comment il est en réalité, la probabilité qu’il vous invite encore dans le futur ne sera pas très grande. Une fois de plus, la règle de base du jeu de culture est la suivante : « Lors d’une interaction entre vous-même et une autre personne il n’est pas possible de montrer ce qui est inacceptable concernant vous-même et concernant l’autre » Ceci est la pierre angulaire de la structure du jeu de culture, pierre angulaire qui est respectée par tous les joueurs. Et qu’est-ce qu’il arrive quand les adolescents grandissent ? Dans la plupart des cas, ils deviennent amoureux d’une autre personne et ils affinent le jeu de culture en le jouant. Quand deux personnes se font la cour, l’une ne montrera pas à l’autre comment il est vraiment et elle ne fera pas des choses qui pourraient être interprétées par l’autre comme étant inacceptables. Vous ne pouvez pas, par exemple, vous moquer de l’autre si vous voulez donner à la relation une bonne chance de survivre. La subtilité du jeu est le suivant : « L’un protège l’autre et soi-même » La raison pour laquelle il fait cela est qu’il veut que l’autre le trouve agréable. Ainsi l’un et l’autre sont protégés et blindés. Dans le cas où la relation n’est pas brisée (parce que le jeu de culture est joué d’une manière parfaite), elle aboutit à un mariage (ou une autre forme de cohabitation). Et ceci complique la réalité encore plus. Le jeu est tellement difficile que ceci n’est parfois plus tenable. C’est la raison pour laquelle il arrive tellement de divorces. « Le jeu de culture devient fatiguant » D’un autre côté, pas mal d’études démontrent que dans les mariages qui tiennent debout, le jeu de culture persiste. Les mariages durables sont (de ce fait ?) pas encore des mariages heureux ; seulement un quart des mariages durables sont vraiment des mariages
  7. 7. © V.O.F. LCCB 2014 7 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux couronnés de succès, dans le cas des autres trois quart le lien formel demeure par le jeu de culture Le jeu de culture de base donne lieu à beaucoup de sortes de jeux. Le jeu de base sous-jacent est tel que dans l’interaction avec des autres, ce qui n’est pas acceptable concernant nous-même et concernant les autres, ne devient pas visible, ne vient pas à la surface. Et qu’est-ce qu’il arrive si un des deux partenaires ne joue plus le jeu ? Dans ce cas, celui qu’en a marre ne montrera pas ce qui est inacceptable concernant lui-même, mais il montrera clairement ce qui est inacceptable concernant l’autre. En Flandre on dit : ‘La chemise est plus proche que la jupe.’ Et voilà la fin de la loyauté. Dans le courant de ce processus de Cercle Vicieux nous apprenons des « images », des « jeux », des rôles. Dans le cas d’un jeune couple, l’homme a une image de ce qui est un vrai homme et aussi une image de ce qui est une vraie femme. Ces images se sont formées par le jeu de culture. Apparemment, la femme a également formée des images : de ce qui devrait être une vraie femme et ce qui devrait être un vrai homme. L’homme rencontre des femmes et vice versa. Ainsi les images se rencontrent. Petit à petit, ces images se transforment en rôles, via des scenarios. L’homme et la femme essaient de répondre au script qu’ils ont devant les yeux. Ils essaient de jouer leurs rôles aussi bien que possible et s’essaient donc à répondre parfaitement à l’image idéale. S’ils s’apprécient mutuellement, le jeu de culture est joué jusqu’au mariage. A ce moment, s’ajoutent d’autres images et d’autres rôles correspondants : celui de l’époux idéal et celui de l’épouse idéale. Chacun des deux partenaires a actuellement quatre rôles dans la tête. Le jeu devient donc de plus en plus complexe, puisque nous n’avons pas encore mentionné les rôles de beau-fils et belle-fille. Importants, puisque des rôles bigrement plus importants adviendront dans le futur proche. En effet, si nous le choisissons, la vie (les jeux de rôles) deviendra encore plus belle. La naissance d’un enfant ajoute d’autres rôles à la panoplie : celui de père idéal et mère idéale. L’homme a maintenant six rôles à l’esprit et la femme également. A ces rôles s’ajoutent les rôles au travail. Dans l’organisation où cela se passe, nous avons, lors des différentes interactions, plusieurs rôles. Rôles, Images, Jeux
  8. 8. © V.O.F. LCCB 2014 8 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux L’homme a continuellement des interactions avec son chef, ses collègues, ses subordonnés et dans la plupart des cas la femme doit jouer des rôles semblables. Ainsi il devient de plus en plus difficile de jouer le jeu de sorte que ce qui est inacceptable concernant soi-même et l’autre, n’est pas établi. La pression augmente. A ce stade, s’ajoutent des « exigences/attentes »’. Finalement, celles-ci forment nos « neuf points » (voir ‘thinking out of the box’ plus bas), notre cadre de référence ou modèle mental. Nous essayons de coopérer avec les autres à partir de notre cadre de référence. Ces autres se trouvent également plus ou moins dans leur cadre de référence. Etre prisonnier de son cadre de référence conduit tôt ou tard, puisque nous ne pouvons jamais satisfaire à cent pour cent tous ces exigences et attentes, à de la frustration. Si cette frustration dure un certain temps, elle met en œuvre un processus qui – dépendant du type (actif/passif) – conduira à différentes conséquences négatives et nocives. La côté de Peur-Honte-Douleur (passif) conduit finalement à une Peur Psychique. La côté de Agressivité-Reproche-Stress (actif) conduit à de l’hostilité. Il ne s’agit pas de « je suis un peu fâché » mais plutôt de « je suis fou furieux ». Tout ceci conduit finalement à respectivement de la honte et du reproche. Ultérieurement les personnes ressentent une douleur énorme ou un stress immense. Etant adulte – tous ces sentiments sont conservés le plus longtemps possible à l’intérieur de soi puis finalement ce n’est plus tenable et cela génère de ce fait des symptômes. Ces symptômes peuvent être de différentes formes comme des comportements compulsifs suivant : boire trop d’alcool, manger d’une manière compulsive, devenir un « bourreau de travail ». Prenons ce dernier comportement excessif : être un « bourreau de travail ». Quelle est la réaction « normale » de l’environnement vis-à-vis de ce comportement du « bourreau de travail » dans la culture actuelle? En effet, ce comportement est glorifié. De ce fait la victime de ce comportement en rajoute encore une couche et devient encore plus « bourreau de travail ». Ceci conduit, dans pas mal de temps, à une promotion, à davantage de Exigences et Attentes Frustration Peur/Agressivité Honte/Reproche Douleur/Stress Symptômes
  9. 9. © V.O.F. LCCB 2014 9 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux responsabilités et à encore plus de travail, bref plus d’exigences. En acceptant cela le stress augmente encore. A un certain moment le « bourreau de travail » réagit à ce stress par un comportement négatif, d’abord à la maison. Où se dirige cette pression ? Nous ne sommes plus des enfants et ne pouvons donc plus réagir physiquement comme un enfant. Cependant ces frustrations, ces pressions doivent s’échapper finalement par un « clapet de sécurité », une soupape d’échappement autrement dit. Une solution première est de garder ces frustrations et pression le plus longtemps possible à l’intérieur de soi. C’est le corps qui est attaqué par cette solution. Des ulcères d’estomac, une tension artérielle élevée et d’autres maladies ne sont plus éloignés. « J’en ai plein le dos » « Tu me tapes sur le système » sont des expressions typiques de cette phase. De plus en plus des expressions corporelles sont formulées : « Je n’ai plus le cœur à cela », « Je ne vois plus rien » « Ca me sort par les yeux ». Des maladies et irritations diverses se manifestent. Ce n’est pas étonnant que les irritations psychiques conduisent à des irritations physiques. « What’s in a word ! » L’expression suivante est d’ailleurs utilisée dans les interactions humaines : « Vous m’irritez ! ». Dans pas mal de cas le « remède » est l’alcool, dans d’autres cas l’utilisation excessive de médicaments (compris des calmants et des somnifères). Cela devient encore plus grave quand les symptômes se révèlent au niveau mental, nous pénétrons à proprement parler dans notre propre allergie (voir plus haut dans la partie Qualités Fondamentales du chapitre 2). Finalement nous risquons de devenir la victime d’un burnout ou, encore plus grave, d’une dépression massive. A un certain moment les symptômes sont de plus en plus visibles et, à ce stade, il n’est plus besoin d’une autre personne pour être rejeté, la personne se rejette elle- même. La conséquence est lourde : la peur psychique se transforme dans le cas d’une dépression massive en ce que j’appelle la peur existentielle. Cette situation de stress peut conduire, dans des cas extrêmes, au rejet total, donc au suicide. En cas de rejet de soi-même, la personne se ressent comme loin d’être adéquate. Cela crée une réaction : elle travaille de plus en plus sur elle-même et essaye de résoudre, dans la Rejet Le Cercle Vicieux en action
  10. 10. © V.O.F. LCCB 2014 10 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux plupart des cas, tout seul le problème. En outre, plus vous essayez de formuler des exigences pour vous-même, plus vous créez des attentes. Plus seront grands le nombre et l’amplitude des exigences et des attentes (aussi des autres envers vous), plus grande la probabilité de ne pas être parfois à la hauteur de ces exigences et attentes, d’où des frustrations. Plus grande sera la frustration, plus grand sera la peur et le sentiment de « culpabilité ». Le stress augmente, ce qui conduit finalement à plus de symptômes. Davantage de symptômes et plus est grande la probabilité de se rejeter soi-même et… le Cercle Vicieux devient une réalité destructrice. La réalité du Cercle Vicieux est également la cause du fait que nous n’apprenons plus à la vitesse nécessaire, la cause également de pas mal de « troubles d’apprentissage » individuels et collectifs. Ceci est vrai parce que le Cercle Vicieux est la raison pour laquelle les hommes oublient dans le courant des années les propriétés qui sont nécessaires pour pouvoir apprendre et qui sont par définition des propriétés du processus de l’Interéchange Créatif. Les hommes créent – par le fonctionnement de leur Cercle Vicieux – des obstacles d’apprentissage comme : « Je ne dois plus apprendre », « Je sais déjà tout » (dissimulation dans son propre modèle mental) ou sentiment d’anxiété. Ces sentiments d’anxiété peuvent prendre plusieurs formes comme la peur de faire des erreurs, de se ridiculiser, par des réactions négatives, pour prendre une position, voir pour poser des questions pertinentes. Que les hommes n’apprennent plus à la vitesse initiale est, entre autres choses, dû au fait qu’ils ne peuvent plus penser « à l’extérieur de leur cadre de référence ». Cette métaphore « thinking out of the box » ou « penser en dehors de ces neuf points » est basée sur un exercice classique dans la cadre de formations à la créativité. La tâche consiste à connecter neuf points (trois rangées et trois colonnes – la distance entre les rangées et les colonnes étant identique) avec quatre lignes droites qui se suivent (deux lignes qui se suivent ont un point commun). La seule manière de résoudre ce « problème » exige de sortir du cadre (le carré qui est formé par les points extérieurs des neuf points). Pour une raison ou une autre, pratiquement tous Cercle Vicieux, frein au processus de L’Interéchange Créatif La métaphore des neuf points
  11. 11. © V.O.F. LCCB 2014 11 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux ceux qui sont placés pour la première fois devant cette tâche, ne trouvent pas facilement la réponse correcte. Ils essayent automatiquement de trouver la solution dans ce carré formé par les points extérieurs. Et bien évidemment la solution n’est pas là. Vous devez littéralement sortir « out of the box » pour trouver les solutions de cet exercice. Dans notre approche cette métaphore est devenue une visualisation de l’ensemble des exigences et attentes du Cercle Vicieux. Penser en dehors du carré ou penser en dehors du cadre (de référence) veut dire que vous n’analysez pas les éléments qui ne se trouvent pas dans votre propre cadre de pensée personnel. Si vous ne sortez pas de vos propres modèles mentaux, l’ensemble augmentera nos « exigences et attentes » et conduira à augmenter la pression sur votre modèle mental. Notre perception (évidemment définie par ce modèle mental) se fige et nous nous enfermons. Plus exactement, il est comme la pression qui agit de l’extérieur vers l’intérieur sur notre cadre de pensée et comprime les parois de ce cadre, qui deviennent opaques, ce qui limite notre perception de la réalité. Ainsi il n’est plus possible de sortir de nos « neuf points », notre cadre à penser, notre modèle mental. Si par contre, le processus de l’Interéchange Créatif vit vraiment en moi, ma perception s’améliore. Je redécouvre ma valeur originale. Je peux absorber la pression générée par l’expansion des exigences et attentes, puisque je l’invite à l’intérieur de mon modèle mental. De ce fait, la pression fonctionne de l’intérieur vers l’extérieur dont la paroi gonfle et devient transparente. Notre perception s’améliore, nous voyons plus facilement des choses qui se trouvent à l’extérieur de notre cadre de référence. Nous pouvons autrement dit plus facilement sortir de nos « neuf points », de notre cadre de pensée, de notre modèle mental. Le grand risque dans le cadre des Dialogues Cruciaux basés sur le processus de l’Interéchange Créatif est donc ce Cercle Vicieux ! Si quelqu’un pénètre dans son Cercle Vicieux personnel (le Cercle Vicieux collectif étant le phénomène « Groupthink »), le dialogue devient difficile. C’est la raison pour laquelle il est d’une importance essentielle, lors de la première phase du Dialogue Crucial, d’observer correctement afin de détecter si le Cercle Vicieux d’une des participants (inclusivement vous-même) n’est pas commencé. Le fonctionnement néfaste du Cercle Vicieux
  12. 12. © V.O.F. LCCB 2014 12 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux Ceci est le cas si soudainement la Peur ou la Colère entre dans le dialogue. La Peur ou la Colère sont notamment des signes du fonctionnement du Cercle Vicieux. Il est clair que quand quelqu’un a de la peur ou est fâché, la communication authentique n’est vraiment pas possible. La Fuite ou la Bataille sont dans cette situation des réactions « normales ». En d’autre termes, nous devons observer très attentivement pour pouvoir identifier si les conditions de base de la première phase du Dialogue Crucial – confiance et ouverture – sont vraiment présentes. Il faut donc distinguer trois choses : 1. Apprendre à identifier quand le Cercle Vicieux se met en marche ; 2. Identifier les caractéristiques de fonctionnement du Cercle Vicieux : la Peur et la Colère ; 3. Analyser votre comportement si vous ressentez du stress. Les signes que le Cercle Vicieux est démarré peuvent être déduits des comportements des participants au Dialogue Crucial. Des changements au niveau de la couleur du visage, du timbre de la voix, l’usage des mots vides, la cadence du discours (trébucher sur les mots), un trait hargneux autour de la bouche, … sont des signes que vraisemblablement le Cercle Vicieux est en action. Ces comportements sont évidemment des réactions émotionnelles. Le problème avec notre modèle de dialogue éternel est que nous présentons une donnée dynamique – les Dialogues Cruciaux – d’une façon plus ou moins statique – un dessin à deux dimensions. Nous utilisons encore trop notre cadre de pensée d’ingénieur (ou Descartes si vous voulez) et peu le paradigme de penser « Système » ; nous vous prions de nous excuser pour cette faiblesse. Tandis que nous observons, dans la première phase, les autres participants parcourent plusieurs cycles du modèle de dialogue. Chaque participant interprète à proprement parler en continu toutes les données qu’il reçoit, ces interprétations créent des émotions qui sont à la base d’une ou plusieurs des réactions, qui deviennent des données pour le cycle suivant (en général d’un autre participant du dialogue). Le Cercle Vicieux est-il en action ?
  13. 13. © V.O.F. LCCB 2014 13 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux Lors d’un Dialogue Crucial il est donc souvent rencontré des émotions comme la Peur ou le Colère, qui créent soit un comportement de fuite (se rendre « invisible ») ou un comportement d’attaque (élever la voix et commencer à gesticuler fortement). Si nous identifions les caractéristiques du Cercle Vicieux – la Peur ou le Colère – d’une façon adéquate nous savons que le Cercle Vicieux est en fonctionnement et que la qualité du Dialogue Crucial se trouve de ce fait sous pression. La stratégie consiste en l’identification rapide des signes de Peur et Colère. Si les participants présentent soudainement d’une part leurs arguments et opinions d’une manière très véhément en termes « clairs » ou d’autre part gardent leurs idées volontairement pour eux-mêmes et se cachent dans le silence, ceux qui sont experts en la conduite d’excellents Dialogues Cruciaux voient que ces participants sont tombés dans leur Cercle Vicieux. Dans le cas où aucun Cercle Vicieux n’est en train de tourner tout peut vraiment être dit. Le dialogue est à ce moment vraiment ce qu’il devrait être : une expression libre de ces opinions. Rien ne détruit plus efficacement cette expression libre d’opinions que la Peur et la Colère. La peur créée dans la plupart des cas une fuite négative dans le silence ou une dissimulation dans un comportement évasif. La colère créée dans la plupart des cas un enfoncement agressif de sa propre vision. Les deux réactions – la fuite ou le combat – sont les fruits d’un couple néfaste des émotions : la Peur et le Colère. Si nous n’éprouvons ni peur, ni colère, nous acceptons pratiquement chaque feedback – même le feedback non agréable – sans que nous ne nous dirigions vers une défense exagérée. Ceci exige une confiance énorme en l’autre. [Pensez une fois à ces moments où vous avez reçu un feedback pas très positif de quelqu’un dans lequel vous aviez pleine confiance et dont vous étiez sûr qu’il était positif vis- à-vis de vous]. Ce commentaire n’est pas uniquement accepté, nous ne sommes pas uniquement ouvert à ce commentaire, nous nous laissons influencer par ce commentaire. A ce moment le processus de l’Interéchange Créatif est en plein fonctionnement correct et n’est pas freiné du tout par la force du Cercle Vicieux. Ceci puisque le Cercle Vicieux n’est pas en fonctionnement. De plus, le sens Les caractéristiques du Cercle Vicieux
  14. 14. © V.O.F. LCCB 2014 14 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux de rotation du Cercle Vicieux est inversé par l’énergie du processus de l’interéchange Créatif et finalement vous découvrez à nouveau votre Valeur Intrinsèque, votre Être Original. Et de quoi avions-nous besoin pour réaliser cette transformation ? Des choses simples comme avoir des intentions positives vis-à-vis des autres. Le chemin que nous prenons, quand nous avons peur ou quand nous sommes fâchés, donc quand nous nous trouvons dans un Cercle Vicieux, se dirige vers deux sentiers pas clairs. Le premier sentier est désigné « évitement », par lequel certaines choses sont déguisées. L’autre sentier se nomme « attaque », par lequel certaines données sont enfoncées de manière univoque (imposer sa propre vision d’une manière violente au « travers la gorge de l’autre »). Il est bien évidemment important de connaître et reconnaître les expressions spécifiques du comportement « évitement » et du comportement « attaque » afin de pouvoir conclure avec certitude que le Cercle Vicieux a démarré son travail mortel. Le comportement « évitement » se réalise dans chaque action qui résulte dans le non dévoilement de l’information à disposition. La raison pour laquelle nous avons ce comportement est pratiquement toujours que nous voulons éviter qu’un problème se développe et ceci limite toujours l’expression libre d’opinions. Les trois formes qui arrivent le plus dans le contexte du comportement évitement sont : Masquer, Éviter et Se retirer. Masquer Masquer c’est cacher ses idées et opinions derrière une masque de sarcasme, camoufler ses idées et déformer la vérité. Éviter Éviter se concrétise dans le détournement total de la conversation autour des thèmes sensibles. Nous continuons à parler, mais nous évitons de parler des sujets réels et cruciaux. Se retirer Se retirer veut dire que nous nous retirons littéralement de la conversation. Nous nous taisons ou nous nous retirons physiquement : nous sortons de l’espace où le dialogue se déroule. Fuite ou Attaque Évitement
  15. 15. © V.O.F. LCCB 2014 15 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux Le comportement attaque se trouve en chaque stratégie verbale consistant à convaincre les autres en les mettant « sous pression » et/ou en les contrôlant (de l’extérieur vers l’intérieur). Les trois formes les plus rependues de la violence verbale sont : contrôler l’autre, étiqueter l’autre, ou carrément attaquer l’autre verbalement. Contrôler Contrôler consiste à faire accepter des autres « sous pression » votre manière de penser et donc, à proprement parler, les mettre à plat. Tous les « trucs des Jésuites » sont utilisés afin que l’autre vous donne raison, en changeant constamment de sujet de conversation et en posant des questions directives et fermées. Etiqueter Etiqueter des personnes veut dire que coller une étiquette sur les gens et/ou leurs idées, les qualifier comme négatif ; placer des gens ou leurs idées dans une certaine catégorie péjorative. Enfoncer le clou Ceci dit tout : au lieu et en place de convaincre l’autre sont utilisés – pratiquement littéralement – des arguments « battants ». Implorer voir menacer sont des techniques qui sont souvent pratiquées. Soyons honnêtes, tout ceci peut nous être appliqué ou nous l’appliquons aux autres ! Quand vous réalisez que le Cercle Vicieux est en marche, il faut évidemment faire quelque chose vis à vis de cette réalité. Premièrement, il faut sortir véritablement du Cercle Vicieux de façon à remettre à flot le processus de l’Interéchange Créatif. A partir du moment où le fonctionnement du Cercle Vicieux est arrêté, il est possible de redémarrer à nouveau un dialogue sain. Il s’agit donc de stopper le Cercle Vicieux le plus vite possible. Pour faire cela, il faut sortir du contenu même du dialogue, exprimer les causes fondamentales du Cercle Vicieux et les affronter. Il faut donc premièrement indiquer les causes fondamentales du démarrage du Cercle Vicieux. Dans la plupart des cas, ces causes fondamentales consistent en la non-réalisation des conditions de bases du noyau du Cercle Vicieux même. Le modèle de Dialogues Cruciaux est un moyen d’aide formidable pour arrêter le Cercle Vicieux. Attaque 3. Briser le Cercle Vicieux Affronter les Causes Fondamentales
  16. 16. © V.O.F. LCCB 2014 16 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux La première cause fondamentale est liée à l’objectif commun. Clarifier ce qui est le but final du dialogue est en fait la première aptitude ou outil du Dialogue Crucial, comme nous l’avons vu. Comment peut-on être certain que le fait de ne pas disposer d’un but commun est la cause première de notre « Cercle Vicieux » ? Pour répondre à cette question, il faut évidemment observer les signes de la non-existence du but commun. Une des signes précurseurs qu’il s’agit bien de ce cas est le changement de la tonalité de la conversation, conversation qui se transforme de dialogue en discussion. Au moins un des interlocuteurs quitte le chemin du « fleuve de la signification » et s’embourbe dans une discussion du style « win-lose ». Ceci est visible entre autres choses à sa dynamique pour faire accepter son opinion, il veut gagner à tout prix. Les questions à se poser de préférence dans cette situation sont :  Les autres, croient-ils vraiment que nous nous engageons pour leurs buts dans ce dialogue ?  Ont-ils une confiance dans mes motivations ?  Notre objectif est-il vraiment commun ?  Est-il envisagé ainsi ?  Recherchons- nous vraiment une attitude impliquant les uns et les autres ? Il faut aussi reposer les questions de bases suivantes (veuillez voir chapitre 1) : Qu’est-ce que je souhaite pour mon Etre Original ? Qu’est-ce que je souhaite pour l’autre ? Qu’est-ce que je souhaite pour notre relation réciproque ? La deuxième cause fondamentale est liée au respect mutuel. Il est clair que, lorsque le respect mutuel n’existe pas entre les participants au dialogue, un dialogue Crucial réussi est impossible. Le Respect Mutuel est en effet une condition nécessaire pour un Dialogue sain. Si certains ont la perception de ne pas être respectés, le Cercle Vicieux démarre aussitôt et le dialogue sain grince et s’arrête. La raison de cela est évidente : le respect est pour le dialogue ce que l’eau est pour les poissons. Afin d’identifier si le respect mutuel est contrarié, il faut observer principalement les émotions des interlocuteurs. But Commun Respect Mutuel
  17. 17. © V.O.F. LCCB 2014 17 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux La question centrale, dans ce cadre, est :  L’autre croie-t-il que je le respecte ? Comment est-il possible d’arrêter effectivement le Cercle Vicieux ? Ceci est possible si une stratégie spécifique est mise en œuvre. Cette stratégie comporte les étapes suivantes :  s’excuser ;  souligner les oppositions ;  et surtout, pratiquer l’approche ERIC : o s’Engager pour un objectif commun ; o Reconnaître l’objectif derrière la stratégie appliquée ; o Inventer un objectif commun ; o Créer une nouvelle stratégie adaptée. Si vous avez été en défaut et donc heurté l’autre, il faut primordialement faire aveu de ses fautes. Ceci veut dire que vous avez le courage de reconnaître votre part du démarrage du Cercle Vicieux et que vous l’avouez ouvertement sans ambages. Cet aveu ne doit pas être considéré comme un échec. Au contraire, c’est, dans pas mal de cas, une vraie victoire, pas seulement sur soi-même, mais, ce qui est plus important, sur le Cercle Vicieux. Vous sortez du libre arbitre du jeu possible des jeux improductifs, ce qui vous rend intègre et ceci rétablit le respect. Si vous avez l’impression que vous avez été mal compris et que de ce fait le Cercle Vicieux a démarré, un bon « outil » stratégique est de « souligner les oppositions ». Mettre les choses en contraste comporte deux parties : ce que vous n’avez pas voulu transmettre (1) et ce que vous avez voulu transmettre (2). La première partie est la plus importante, puisqu’il d’agit de ce que l’autre a interprété de manière erronée et par quoi le Cercle Vicieux a démarré. IL faut donc clairement spécifier ce que vous n’avez PAS voulu dire et ce qui n’était PAS l’objectif. Quand sont devenus clairs, dans l’esprit de votre interlocuteur, ce que vous n’avez pas voulu communiquer et ce qui n’était pas votre but – ce qui finalement avait blessé l’autre – la probabilité est grande que ceci restaure la confiance et ceci aplanit le Stratégie pour stopper le Cercle Vicieux S’excuser si nécessaire Souligner les oppositions
  18. 18. © V.O.F. LCCB 2014 18 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux chemin pour la deuxième partie : alléguer tranquillement ce que vous avez visé et ce qui était votre but. Faites attention, mettre en contraste n’est pas s’excuser. Contraster donne un contexte, le cadre et a comme but de placer le tout dans les vraies proportions. Utilisez le « contraste » surtout pour prévenir des malentendus, donc plutôt de manière préventive que de manière réactive, tel un « équipement de premiers soins ». Quand il est devenu limpide que n’existe pas de but commun, une approche toute indiquée – loin d’être facile mais très forte – est à l’ordre du jour : ERIC. Cette approche comporte les étapes suivantes : 1. s’Engager pour un but commun Il faut donc retourner au noyau du modèle de Dialogues Cruciaux et ne pas croire que NOTRE but est d’office le but COMMUN. Dans ce cadre il faut veiller à ne pas utiliser une tactique – attribuée souvent aux Jésuites – qui consiste à continuer à argumenter jusqu’à ce que l’autre abandonne. Par contre, il faut arrêter d’argumenter et, plus important encore, dénoncer notre conviction que notre solution est la meilleure. En lieu en et place nous devons expliquer et vivre notre engagement à trouver un but vraiment commun. 2. Reconnaître le but derrière la stratégie appliquée Dès qu’il est clair que nous aspirons à des buts différents, une promesse de notre part – que nous nous engageons à trouver un but commun – ne suffit généralement pas pour arrêter le ronronnement du Cercle Vicieux. Nous ne devons pas uniquement comprendre qu’il existe une ambiguïté entre le but et la stratégie, il faut également identifier le but final derrière la stratégie. Dans ce contexte l’utilisation de la technique du « Purpose Game »2 est à conseiller. 2 Le ‘Purpose Game’ est un exercice solide que j’ai appris de Charlie Palgmren. Comme nous le fait supposer le nom de cet exercice, le but de ce jeu est de découvrir pourquoi nous faisons régulièrement des actions de libre arbitre (et donc notre vrai but « individuel »). Finalement le jeu abouti à une réponse simple et toujours surprenante, de façon certaine si L’approche ERIC pour obtenir un but commun
  19. 19. © V.O.F. LCCB 2014 19 Dialogues Cruciaux – Chapitre 3 : Le Cercle Vicieux 3. Innover un but commun Hang on to your hopes my friend That’s an easy thing to say But if your hopes should pass away Simply pretend That you can build them again Paul Simon, A hazy shade of Winter Dans le cas où nous avons effectivement constaté, lors de l’étape précédente, que n’existe pas un but commun, nous devons le créer. Arrêter le ronronnement du Cercle Vicieux, identifier et reconnaître le vrai but commun est notre tâche. En effet, nous ne l’avons pas encore trouvé par les étapes précédentes, il est donc grand temps de le découvrir. Ceci est plus facile à dire qu’à faire et c’est le seul moyen pour arrêter le fonctionnement du Cercle Vicieux. N’oubliez pas d’utiliser lors de ce voyage de découverte les questions d’intention déjà citées ! 4. Création d’une nouvelle stratégie Lorsque nous avons finalement trouvé le but commun, il nous reste à établir, à créer une nouvelle stratégie, une nouvelle approche afin d’atteindre ce but. Par cela nous relancerons le dialogue, nous entrons à nouveau dans le « huit couché ». Est notamment devenu clair ce que nous voulons obtenir ensemble. Le processus de l’Interéchange Créatif peut finalement redémarrer. Dans la première phase nous éviterons totalement de juger. Nous dénonçons, si nécessaire dans la deuxième phase nos modèles mentaux anciens et en découvrons des nouveaux. Pendant la troisième phase nous pensons « out of the box » et donnons à la créativité humaine (à nouveau) la possibilité de saisir l’occasion par les cheveux. Dans la quatrième phase nous faisons ce que nous avons choisi et décidé de faire ! ce jeu est pratiqué en groupe. Réponse qui nous apprend une vérité très importante, aussi bien sur nous-mêmes que sur les autres participants, concernant ce but final. Cet exercice nous amène à la question cruciale : « Comment est-ce possible que nous nous trouvions si souvent comme obstacle sur notre chemin pour obtenir « notre » but ? »

×