OpenStreetMap vs GoogleMaps
pour mon service sur internet ?

De nombreux articles sur le web comparent GoogleMaps et OpenS...
Les images aériennes ou l’information trafic ne font pas partie du périmètre d’activité
d’OpenStreetMap. OpenStreetMap est...
Les données corrigées ou saisies dans OpenStreetMap sont par contre mises à disposition avec une
licence ouverte (open dat...
Mais ces outils créent des cartes « figées », ils ne conviennent
pas dans le cadre d’un service sur internet où il faut pa...
Bilan : OpenStreetMap +1

Pérennité de la solution
OpenStreetMap est d’abord un dispositif de mise à disposition de donnée...
Conclusions
De nombreux articles sur le web comparent GoogleMaps et OpenStreetMap26, la présente note est
focalisée sur le...
Remerciements
Merci aux membres de la communauté OpenStreetMap, qui par leur nombreux retours ont grandement
aidé à amélio...
uMap30 est un outil en ligne qui permet de créer très facilement des cartes personnalisées en prenant un
fond de carte exi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

OpenStreetMap vs GoogleMaps pour développer des services sur Internet

3 211 vues

Publié le

De nombreux articles sur le web comparent OpenStreetMap et GoogleMaps, La présente note se focalise sur les éléments de choix entre ces deux solutions dans le cadre de la réalisation d’un service sur internet nécessitant des données cartographiques.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 211
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
73
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

OpenStreetMap vs GoogleMaps pour développer des services sur Internet

  1. 1. OpenStreetMap vs GoogleMaps pour mon service sur internet ? De nombreux articles sur le web comparent GoogleMaps et OpenStreetMap, comme par exemple un article d'Inaglobal1, la présente note est focalisée sur les éléments de choix entre ces deux solutions dans le cadre de la réalisation d’un service sur internet nécessitant des données ou des services géographiques au sens large. Pour répondre à cette question, les critères suivants ont été retenus : 1. 2. 3. 4. 5. la simplicité d’utilisation par l’utilisateur final le coût de mise en place le coût d’exploitation la pérennité de la solution le degré de liberté d’utilisation de la solution Simplicité d’usage par l’utilisateur final Pour ce point 2 aspects seront considérés : l’utilisation d’une carte et la contribution sur une carte. Utilisation des cartes pour l’utilisateur final Les solutions de cartographies qui sont comparées sont utilisables depuis leur site web principal ou depuis d’autres sites. L’évaluation du critère d’utilisation des cartes est faite à partir du site web principal de chaque solution, à savoir : • • maps.google.fr pour GoogleMaps openstreetmap.org2 pour OpenStreetMap L’ergonomie était assez proche entre les deux solutions jusqu’à un changement d’ergonomie en fin d’année 2013 qui donne un léger avantage subjectif à GoogleMaps. Depuis la mise à jour de GoogleMaps, il est désormais possible d’activer la visualisation des pistes cyclables ou des informations de transports en commun sur les deux solutions. Par contre GoogleMaps reste le seul à proposer sur son site l’affichage d’une vue satellite / photos aériennes et l’information trafic. 1 Voir http://www.inaglobal.fr/numerique/article/google-maps-versus-openstreetmap-redistribution-descartes-sur-le-web 2 openstreetmap.fr n’affiche pas de carte géo-localisée à son ouverture, il s’agit de la page d’accueil de l’association OpenStreetMap France. Des sites dérivés d’OpenStreetMap proposent des cartes spécialisées : ski de fond (http://www.pistes-nordiques.org/), d’aide au déplacement en poussette ou fauteuil roulant (http://wheelmap.org/), ou de carte des centrales nucléaires (http://www.leretourdelautruche.com/map/nuke/).
  2. 2. Les images aériennes ou l’information trafic ne font pas partie du périmètre d’activité d’OpenStreetMap. OpenStreetMap est d’abord un fournisseur de données à l’attention de créateur de services alors que GoogleMaps est d’abord un fournisseur de service incluant l’imagerie aérienne ou l’information trafic. Pour un utilisateur final la comparaison des sites web des deux solutions est donc naturellement à l’avantage de GoogleMaps. Il faut comprendre que l’association OpenStreetMap n'a aucune vocation à proposer des services de cartographie mais uniquement des données de cartographies. Il existe par contre une multitude d'outils et de services construits à partir des données d’OpenStreetMap. Par exemple il est possible de coupler OpenStreetMap avec des vues aériennes du moteur de recherche « Bing » de Microsoft en activant l’édition de carte avec l’outil iD3. Bilan : GoogleMaps +1 Contributions à des cartes OpenStreetMap possède plusieurs outils de création de données utilisables en ligne comme iD cité précedemment et Potlach24. Il existe aussi un logiciel gratuit nommé jOSM5 (capture d’écran ci-après), a installer sur un poste de travail, ce dernier est plus adapté à de longues modifications. Pour GoogleMaps, il existe une solution de contribution et de correction d’information en ligne nommée 6 GoogleMap Maker mais il n’y a pas d’éditeur complémentaire hors ligne pour de longues modifications. Il y a aussi un autre élément d’importance : la propriété des données. En contribuant à GoogleMapMaker un utilisateur travaille gratuitement pour Google, seul propriétaire des données de GoogleMaps, des données qui ne sont d’ailleurs utilisables que depuis GoogleMaps, gratuitement certes mais jusqu’à certaines limites précisées plus loin dans ce document. 3 http://ideditor.com/, éditeur de carte embarqué dans le navigateur web http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Potlatch_2 ancien éditeur qui doit à terme être remplacé par iD 5 http://josm.openstreetmap.de/ 6 http://www.google.fr/mapmaker 4
  3. 3. Les données corrigées ou saisies dans OpenStreetMap sont par contre mises à disposition avec une licence ouverte (open data) gratuite et accessible pour tout le monde : c’est donc une contribution bénévole pour le bien commun. NB : ça n'est pas parce que la participation au projet OSM est libre, que chacun peut ajouter n’importe quoi ou faire ce qu'il veut7, par contre il est possible d’utiliser OpenStreetMap pour géo-localiser des données d’une base externe et les afficher en surcouche (ou layer) sur la carte dédiée d’un site web privé. Bilan : OpenStreetMap +1 Coût de mise en place de la solution Pour ce point 2 critères ont été retenus : l’installation et la personnalisation de la solution aux besoins du projet de service sur Internet. Installation de la solution Les deux solutions peuvent être utilisées en étant « imbriquées » dans un site web et donc ne nécessiter aucune installation si ce n’est l’utilisation des API8 abordées dans le chapitre suivant. Mais OpenStreetMap permet de créer son propre serveur de cartographie, il s'agit d'une solution pour serveur linux, connectée à une base de données Postgres. Une procédure9 décrit comment démarrer rapidement un serveur de cartographie OpenStreetMap comme MapBox10 par exemple sur une infrastructure virtuelle (ou cloud) comme Amazon EC2. GoogleMaps ne met pas à disposition sa solution technique pour l’installer sur son propre serveur. Bilan : OpenStreetMap +1 Personnalisation des cartes Il s’agit ici de comparer le niveau de simplicité de création de cartes spécialisées dans le cadre de la création d’un service sur internet. TileMill 7 Il existe l’outil TileMill11 (de MapBox cité précédemment) qui permettent de générer des cartes à partir des données d’OpenStreetMap. Ou encore l’outil MapTiler12 permet de rajouter des compléments sur une carte produite à partir d’OpenStreetMap ou GoogleMaps. Quelques cas d’usage sont listés ici : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Open_Data_License/Use_Cases Application Programming Interface : ensemble de services fournis par un logiciel à un autre logiciel 9 http://developmentseed.org/blog/2009/dec/14/resizing-openstreetmap-planet-ebs-amazons-cloud 10 http://mapbox.com, il semble que depuis la 1ere version de ce document MapBox ai retirer l’image de son serveur de cartographie pour commercialiser un service payant à partir d’environ 100 appels par jour 11 http://www.mapbox.com/tilemill/ 12 http://www.maptiler.org/ 8
  4. 4. Mais ces outils créent des cartes « figées », ils ne conviennent pas dans le cadre d’un service sur internet où il faut par exemple afficher une carte avec une liste de logement à louer qui évolue quotidiennement. Pour cela, il est possible d’utiliser différentes librairies d’affichage de tuiles et de surcouches dans un navigateur web à partir des données OpenStreetMap, les plus connues sont OpenLayers13 et Leaflet14. Avec ses librairies, il est possible de superposer les données OpenStreetMap, des données privées, et des vues satellites fournies par différents serveurs : Bing aerial imagery, MapBox Satellite, MapQuest Open Aerial. De son coté, GoogleMaps fournit des librairies15 pour ses serveurs directement. C’est à la fois plus simple à mettre en place mais moins souple qu’une solution basé sur les données OpenStreetMap et son écosystème de librairies et de serveurs. Cette souplesse a permis l’émergence de services en ligne tels que CartoDB16 qui simplifie la création de cartes personnalisées dynamique pour un utilisateur final ou pour un autre service sur internet. Bilan : match nul Cout d’exploitation La solution technique OpenStreetMap et l’utilisation des données sont gratuites. La philosophie d'OpenStreetMap est souvent comparée à un « Wikipedia des cartes » : il s’agit de mettre à disposition gratuitement des données cartographiques. Toutefois si un site web privé utilise beaucoup un serveur de données OpenStreetMap à usage gratuit, ce dernier pourra légitimement lui en interdire ou en limiter l’usage. GoogleMaps à des limites d'usage des API17 qui rendent le service payant au-delà de 25 000 chargements de cartes18, ensuite chaque tranche de 1000 appels est facturée 0,5$19. En cas de succès auprès des internautes, c’est un coût d’exploitation qui peut rapidement devenir supérieur à d’un serveur privé. En plus de Mapbox cité précédemment, la société CloudMade20 a mis en place un service en ligne basé sur les données d’OpenStreetMap qui devient payant au-delà de 25 000 appels par jour. Geofabrik21 à une offre illimitée à $400 / mois parmi les plus avantageuses. Un tableau comparatif est disponible en annexe. 13 http://openlayers.org http://leafletjs.com 15 https://developers.google.com/maps/?hl=FR 16 http://cartodb.com 17 https://developers.google.com/maps/faq#usagelimits 18 Soit environ 1 appel toutes les 3,5 secondes 19 Soit plus de 37$ par jour pour répondre à plus d'un appel par seconde 20 Voir http://cloudmade.com, $25 / mois pour 1 million de carte affichées en septembre 2013 21 Voir http://www.geofabrik.de/maps/tiles.html , $400 / mois pour un usage illimité en septembre 2013 14
  5. 5. Bilan : OpenStreetMap +1 Pérennité de la solution OpenStreetMap est d’abord un dispositif de mise à disposition de données « brutes ». Pour utiliser un service basé sur OpenStreetMap il faut s’appuyer sur des serveurs disponibles, soit celui d’openstreetmap.org qui ne s’engage pas sur une SLA22, soit sur des serveurs fournis par des structures publiques ou privées tierces. Les serveurs OpenStreetMap sont maintenus bénévolement par des collectivités, des associations ou des universités. Par exemple il est possible d’utiliser le serveur de l'association Paula23 qui fournit un accès à une API d’abord dédiée aux données de cartographie de la France et la péninsule ibérique. C’est un serveur supplémentaire qui diminue le trafic sur les serveurs centraux d’openstreetmap.org et réduit les risques d’indisponibilité ou de performance des serveurs OpenStreetMap (qui ne sont pas garanti). La maintenance des logiciels, librairies, API et outils autour d’OpenStreetMap sont assurées par des communautés open source. Ces communautés sont majoritairement bénévoles et par nature fragiles tant qu'un nombre significatif de contributeurs actifs n'est pas atteint. Il semble que ce risque soit écarté pour plusieurs composants de l’écosystème OpenStreetMap, et notamment les librairies OpenLayers ou Leaflet. Par contre d’autres outils ou librairies, ou encore des fournisseurs privés de services basés sur les données OpenStreetMap peuvent rester fragiles. La pérennité de GoogleMaps n’est pas à craindre car c’est un élément compétitif majeur pour Google : pour sa plateforme mobile Android24, pour son moteur de recherche et pour disposer de la géolocalisation depuis sa régie publicitaire. Néanmoins, les tarifs et conditions d’utilisation des API GoogleMaps peuvent être changés à tout moment et mettre en péril la vivabilité de la solution logicielle d’une startup qui base ses services sur GoogleMaps. Bilan : match nul Liberté d’utilisation de la solution La licence de GoogleMaps25 empêche la réutilisation des données cartographiques issues de ses serveurs en dehors des services de Google. Par contre, la licence d’utilisation d’OpenStreetMap autorise la réutilisation libre, y compris pour l’usage commercial, de ses données sur n'importe quel support. Le Data Working Group (DWG) de l’association OpenStreetMap est un groupe de travail qui contrôle la modification des données d’OpenStreetMap et s'assure que des données non-libres ne sont pas versées dans les bases OSM. Bilan : OpenStreetMap +1 22 Service Level Agreement ou contrat d’engagement de niveau de service qui se décline en terme de disponibilité (fonctionnement 24/7, dépannage, remise en marche), performance (temps de réponse, volumétrique), etc. 23 http://www.openstreetmap.fr/cache-tuiles-fr 24 Apple l’a compris, d’ailleurs le remplacement de GoogleMaps sur sa plateforme mobile iOS a été difficile : http://www.apple.com/letter-from-tim-cook-on-maps 25 https://services.google.com/fb/forms/mapmakerdatadownload/
  6. 6. Conclusions De nombreux articles sur le web comparent GoogleMaps et OpenStreetMap26, la présente note est focalisée sur les éléments de choix entre GoogleMaps et OpenStreetMap dans le cadre de la réalisation d’un service sur internet nécessitant des données cartographiques. Le tableau suivant résume les comparaisons faites précédemment : • • un point est attribué pour la solution qui a le meilleur bilan pour chaque critère évalué si les solutions ne sont pas départagées, aucun point n’est attribué Critère OpenStreetMap GoogleMaps Simplicité d’usage par l’utilisateur final Utilisation des cartes 0 1 Contribution à des cartes 1 0 Installation de la solution 1 0 Personnalisation des cartes 0 0 Coût d’exploitation 1 0 Pérennité 0 0 Liberté d’utilisation 1 0 Total 4 1 Coût de mise en place Un créateur de service sur Internet qui souhaite rajouter des informations sur une carte et les exploiter dans une application ou un site web devrait donc préférer OpenStreetMap. Celui qui souhaite une autonomie complète devra installer son propre serveur de carte. OpenStreetMap s’inscrit dans la mouvance OpenData, ce sont d’abord les données brutes plus qu’un service qui sont fournies. D’après des membres de la communauté OpenStreetMap, les principales raisons invoquées pour passer de GoogleMaps vers OpenStreetMap27, sont : • • • 26 la licence: OpenStreetMap permet de réutiliser librement (y compris pour l’usage commercial) ses données sur n'importe quel support, ce que ne permet pas Google, même à titre personnel. l'aspect financier: si la mise en place d'un serveur complet basé sur les données et librairies OpenStreetMap n'est pas gratuite, les coûts restent plus maîtrisables que ceux d'une licence GoogleMaps la possibilité de développer ses propres styles de rendu, ainsi que de faire des cartes thématiques (voir http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Cartotheque) Voir notamment l’article d’Inaglobal : http://www.inaglobal.fr/numerique/article/google-maps-versusopenstreetmap-redistribution-des-cartes-sur-le-web 27 Le site http://switch2OpenStreetMap.org renseigne sur le processus de migration vers une cartographie basée sur OpenStreetMap.
  7. 7. Remerciements Merci aux membres de la communauté OpenStreetMap, qui par leur nombreux retours ont grandement aidé à améliorer cette note. Les conclusions de cette note ne les engagent aucunement. Annexes Comparaison des tarifs de solution OpenStreetMap et GoogleMaps La comparaison entre OSM et GMaps a été difficile car il faut plutôt comparer GoogleMaps à des services basés sur OpenStreetMap. OpenStreetMap n'étant que le fournisseur d'un carburant (les données) pour alimenter des moteurs (les logiciels). C’est ce qui est fait dans le tableau ci-dessus sur un plan financier en couts par nombre d’appels. Les tarifs et abonnements présentés datent de septembre 2013 Fournisseur Mapbox Mapbox Mapbox Mapbox Mapbox Abonnement free basic standard plus 1M (premium) Appels par mois 3 000 10 000 100 000 300 000 1 000 000 GoogleMaps GoogleMaps GoogleMaps GoogleMaps free 1M 10 / per second 100 / per second 775 000 1 000 000 26 784 000 267 840 000 25 000 32 258 864 000 8 640 000 1 042 1 344 36 000 360 000 17 22 600 6 000 0.29 0.37 10 100 $0.00 $3.63 $419.50 $4 307.50 Cloudmade Cloudmade free 1M 500 000 1 000 000 25 000 32 258 1 042 1 344 17 22 0.29 0.37 $0.00 $25.00 Geofabrik Geofabrik Geofabrik Geofabrik small 1M (medium) Large XXL 100 000 1 000 000 10 000 000 unlimited 3 226 32 258 322 581 NA 134 1 344 13 441 NA 2 22 224 0.04 0.37 3.73 GeoPortail GeoPortail GeoPortail GeoPortail gratuit premium 1M premium 10M premium 100M 100 000 1 000 000 10 000 000 100 000 000 3 226 32 258 322 581 3 225 806 134 1 344 13 441 134 409 0.04 0.37 3.73 37.34 par jour par heure par minute par seconde 97 4 0 0.001 323 13 0 0.004 3 226 134 2 0.037 9 677 403 7 0.112 32 258 1 344 22 0.373 NA NA 2 22 224 2 240 Tarif $0.00 $5.00 $49.00 $149.00 $499.00 temps entre chaque appel 15 minutes 4 minutes 27 secondes 9 secondes 3 secondes 3 3 NA NA secondes secondes 3 3 secondes secondes 35.00 € 70.00 € 140.00 € 400.00 € 27 3 NA NA secondes secondes 0.00 € 1 245.00 € 7 811.00 € 52 521.00 € 27 3 NA NA secondes secondes Les tarifs de Géoportail en fin de tableau proviennent de l’IGN28. Bien que hors du comparatif, et ne couvrant que les territoires français, il m’a paru utile de le lister ici car ce service est gratuit pour certains usages dans la limite de 100 000 appels par mois : • • • aux missions de service public ; bénéficiaires d'une licence d'enseignement ou de recherche; tout usage non commercial ; usage commercial grand public qui donne gratuitement accès aux services du Géoportail, hors données co-éditées, dès lors que le site internet ou l'application utilisateur est ouvert (pas de compte / mot de passe ou d’abonnement) et pour l'usage privé de l'utilisateur final. Compléments La section "Réutiliser" du site OpenStreetMap France29 liste des exemples d’utilisation des données ou services d’OpenStreetMap. 28 Institut national de l’information géographique et forestière français
  8. 8. uMap30 est un outil en ligne qui permet de créer très facilement des cartes personnalisées en prenant un fond de carte existant et en ajoutant sa surcouche. Il est très récent mais de plus en plus utilisé... et lui aussi disponible en open source pour ne pas dépendre de la SLA de serveurs communautaires. Pour discuter sur OpenStreetMap, voici des lieux de discussion en français : • • la section France du forum OpenStreetMap http://forum.openstreetmap.org/ la liste email "talk-fr" http://lists.openstreetmap.org/listinfo/talk-fr Pour réagir à ce document : http://www.jppost.fr/wordpress/openstreetmap-ou-googlemaps-pour-mon-service-sur-internet/ 29 30 http://openstreetmap.fr/utiliser http://umap.openstreetmap.fr

×