Rocamadour est un petit
village d'exception situé dans
le département du Lot à
l'extrême nord de la région
Midi-Pyrénées. ...
Histoire de Rocamadour
Les premiers écrits retrouvés par les historiens permettent d'affirmer qu'il existait avant le Xe s...
On remarque que la cité est
découpée en trois étages. Le
premier est la ville avec sa rue
principale bordée de maisons et
...
Surplombant les sanctuaires, les remparts du château (fin 13e
siècle-début 14e
siècle) complétaient le système
défensif de...
Grand escalier des pèlerins menant aux sept sanctuaires
La Basilique Saint Sauveur adossée à la falaise date des XIe
et XIIIe
siècles.
Entrée de la Basilique Saint-Sauveur.
Cette basilique des 11ème
et 13ème
siècles est des plus singulières. Ses deux nefs sont en effet adossées aux parois de la...
La Chapelle Miraculeuse Notre Dame.
Située au centre de la cité religieuse, la chapelle, adossée à la falaise abrite la cé...
Avec la crypte Saint-Amadour, la chapelle Notre-Dame est l'un des deux buts ultimes du pèlerin à Rocamadour. C'est là, en ...
En 1166 les reliques de Saint-Amadour auraient été découvertes : un corps parfaitement conservé se trouvait enfoui au
cœur...
C'est autour de la supposée découverte du corps intact de Saint-Amadour, identifié à un disciple du Christ, que s'est
orga...
Façade de l'ancien palais épiscopal et entrée menant au parvis des sanctuaires. Plus connu sous le nom de « Palais des
évê...
Les pèlerins commençaient le chemin de croix à la sortie de la cité religieuse empruntant, en
direction du château, ce che...
Maison de la Pommette.
Ancienne maison marchande dont subsiste encore une partie datant du XIIIe siècle au rez-de-chaussée...
L'hôtel de ville avec sa très belle façade Renaissance.
Maisons en pierres, boutiques du village et porte Salmon au fond.
La porte Salmon.
Contrôlant la partie centrale
du bourg, le portail fortifié
surmonté de son corps de
garde en colombages ...
Porte Basse du Coustalou
En allant vers le moulin de Roquefraiche
Porte du Figuier. Première porte du bourg, elle ouvre sur la rue de la Couronnerie par un arc brisé.
http://www.imagileonation.com
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
ROCAMADUR  FRANCIA
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

ROCAMADUR FRANCIA

516 vues

Publié le

ROCAMADUR FRANCIA

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
516
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ROCAMADUR FRANCIA

  1. 1. Rocamadour est un petit village d'exception situé dans le département du Lot à l'extrême nord de la région Midi-Pyrénées. La cité sacrée de Rocamadour fait partie des visites incontournables du Lot. Simple visiteur ou pèlerin, vous serez émerveillé par l'architecture de ce village qui se dresse à flanc de falaise.
  2. 2. Histoire de Rocamadour Les premiers écrits retrouvés par les historiens permettent d'affirmer qu'il existait avant le Xe siècle un petit sanctuaire niché au creux de la falaise, dédié à la Sainte Vierge. La cité devient célèbre lorsqu'en 1166, est découvert un corps intact sous le seuil de la chapelle élevée à la Vierge. Le corps fut déposé près de l'autel attirant alors une foule de fidèles. Cet événement marque le début de nombreux miracles. Dénommé Saint-Amadour, il existe toujours aujourd'hui l'endroit, protégé derrière une grille, où l'on retrouva sa dépouille. Mais la question perdure encore : qui était Saint-Amadour ? C'est une période où le mystère et les miracles sont au centre de la religion. Cela va fortement favoriser l'attrait des fidèles pour Rocamadour au même titre que Saint-Jacques de Compostelle. Le Livre des Miracles est rédigé en 1172 par un moine de la cité rassemblant les récits des 126 miracles qui ont eu lieu à Rocamadour. Marchands, paysans, malades, tous viennent voir la Vierge pour obtenir une guérison ou la réalisation de leurs souhaits. Les pèlerins, munis d'un bâton et d'une besace, affluent de l'Europe entière. Tout au long du long chemin de pèlerinage, ils sont sous la protection de Dieu. Mais pour une partie de la population, ces pèlerinages étaient forcés : l'Église condamnait des prisonniers à exécuter un pèlerinage expiatoire. Après avoir marché des jours et évité de nombreuses attaques, l'arrivée à Rocamadour était « merveilleuse » tant par la beauté du site que la joie d'y être enfin arrivé. Les pèlerins arboraient la sportelle, symbole de leur passage à Rocamadour qu'ils portaient en amulette ou cousaient à leur chapeau. Elle représente la Vierge en Majesté avec l'enfant Jésus sur ses genoux. Cette dernière était fabriquée par des artisans, rue de la mercerie, au cœur même de la cité.
  3. 3. On remarque que la cité est découpée en trois étages. Le premier est la ville avec sa rue principale bordée de maisons et restaurants. Le deuxième étage est la cité religieuse qui regroupe sept chapelles dont une basilique. Tout en haut, on trouve les vestiges d'un fort du XIVe. Les remparts sont accessibles et permettent d'admirer le panorama sur la vallée et le canyon de l'Alzou.
  4. 4. Surplombant les sanctuaires, les remparts du château (fin 13e siècle-début 14e siècle) complétaient le système défensif de la cité, interdisant l'accès au rebord de la falaise.
  5. 5. Grand escalier des pèlerins menant aux sept sanctuaires
  6. 6. La Basilique Saint Sauveur adossée à la falaise date des XIe et XIIIe siècles.
  7. 7. Entrée de la Basilique Saint-Sauveur.
  8. 8. Cette basilique des 11ème et 13ème siècles est des plus singulières. Ses deux nefs sont en effet adossées aux parois de la falaise. Dans le chœur, on admire le bas-relief en bois doré de l'autel représentant l'Assomption et le Christ en bois polychrome du 16ème siècle qui le surmonte. L'église est « orientée », tournée vers le soleil levant. La falaise fait office de mur occidental. Elle est partagée en deux par des piliers : au Moyen Âge, l'une des deux nefs servait d'abri pour les pèlerins, l'autre était réservée aux moines. La basilique est devenue l'église paroissiale de Rocamadour.
  9. 9. La Chapelle Miraculeuse Notre Dame. Située au centre de la cité religieuse, la chapelle, adossée à la falaise abrite la célèbre "Vierge noire", statue en bois du 12e siècle.
  10. 10. Avec la crypte Saint-Amadour, la chapelle Notre-Dame est l'un des deux buts ultimes du pèlerin à Rocamadour. C'est là, en effet, qu'est abritée la statue de la Vierge qui donne son nom à l'ensemble de l'espace sacré. Cette statue, une Vierge à l'Enfant du XIIe siècle très hiératique, est aujourd'hui noire, mais il ne s'agit pas là de sa couleur d'origine, la notion de Vierge noire ne se répandant pas avant l'extrême fin du Moyen-Âge.
  11. 11. En 1166 les reliques de Saint-Amadour auraient été découvertes : un corps parfaitement conservé se trouvait enfoui au cœur du sanctuaire marial, devant l'entrée de la chapelle miraculeuse. Le corps de St-Amadour fut sorti de terre puis exposé aux pèlerins (qui affluaient déjà en masse depuis près de cinq siècles). Le corps fut brûlé durant les Guerres de Religion et il ne subsiste aujourd'hui que des fragments d'os, bientôt réexposés dans la Crypte St-Amadour.
  12. 12. C'est autour de la supposée découverte du corps intact de Saint-Amadour, identifié à un disciple du Christ, que s'est organisé le pèlerinage de Rocamadour et c'est également de là que le site tient son nom. Située sous la basilique du sauveur, la Crypte Saint-Amadour forme une véritable église basse, destinée à gérer le flux des fidèles. Construite au XIIe siècle, elle présente une architecture particulièrement puissante dont le point le plus remarquable est la voûte supportée par un puissant arc doubleau.
  13. 13. Façade de l'ancien palais épiscopal et entrée menant au parvis des sanctuaires. Plus connu sous le nom de « Palais des évêques", ce bâtiment est situé au sein de la cité religieuse. Il abrite aujourd'hui le Musée d'Art Sacré Francis Poulenc. Cet espace retrace l'histoire du village et du pèlerinage. A l'intérieur, la salle du Trésor rassemble les objets qui provenaient du sanctuaire.
  14. 14. Les pèlerins commençaient le chemin de croix à la sortie de la cité religieuse empruntant, en direction du château, ce chemin sinueux dont chaque tournant présentait une scène de la passion pour terminer à la grotte transformée en lieu de prières.
  15. 15. Maison de la Pommette. Ancienne maison marchande dont subsiste encore une partie datant du XIIIe siècle au rez-de-chaussée, les étages ayant été reconstruits au XVe siècle. La Pommette abrite aujourd’hui l’atelier de fabrication de vitraux de Chantal Jean dont les œuvres sont en vente à l’étage en montant l’escalier de bois extérieur.
  16. 16. L'hôtel de ville avec sa très belle façade Renaissance.
  17. 17. Maisons en pierres, boutiques du village et porte Salmon au fond.
  18. 18. La porte Salmon. Contrôlant la partie centrale du bourg, le portail fortifié surmonté de son corps de garde en colombages est accessible par une tourelle d'escalier à vis.
  19. 19. Porte Basse du Coustalou
  20. 20. En allant vers le moulin de Roquefraiche
  21. 21. Porte du Figuier. Première porte du bourg, elle ouvre sur la rue de la Couronnerie par un arc brisé.
  22. 22. http://www.imagileonation.com

×