Comment se constituer sa collection moderne de dossiers radiologiques

176 vues

Publié le

Tous les radiologues ont ce petit côté « collectionneur » : quand on voit un joli cas, un bel examen ou une image exceptionnelle, on se la met instinctivement de côté. Cette collection de beaux dossiers servira à faire des topos, des présentations, des articles, à épater les collègues ou tout simplement à se constituer un petit « book » de ses exploits diagnostiques et interventionnels. Alors comment se constituer une belle base de données ? Radioactif a passé en revue les méthodes pour devenir le pro de la collectionnite !
1. Le couple calepin/crayon

Comment ça marche ?

Facile, il suffit d’avoir toujours dans la poche de sa blouse un petit calepin, sur lequel vous noterez amoureusement tous les dossiers exceptionnels que vous aurez solutionné avec brio !

Points positifs

Toujours opérationnel (pas de problème de batterie ou de réseau !), le calepin est simple et rapide à utiliser. Ça ne coûte pas trop cher.

Points négatifs

Ça se perd (systématiquement). Après 6 mois de stage, il est impossible d’y retrouver son super dossier en moins de 10 minutes, et parfois on ne le retrouve pas du tout ! Le calepin n’offre en effet aucun rangement ou classement digne de ce nom. En tant que médecins, nous écrivons mal et il est parfois très difficile de se relire quelques semaines après !

Note Radioactif : * *

Dommage pour le calepin/crayon, mais leur temps est révolu ! Trop peu efficace, cette solution est à éviter, sauf si vous êtes allergiques aux nouvelles technologies.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
176
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comment se constituer sa collection moderne de dossiers radiologiques

  1. 1. N° 14 8 Juillet 2013 Comment se constituer sa collection modernededossiersradiologiques? Tous les radiologues ont ce petit côté « collectionneur » : quand on voit un joli cas, un bel examen ou une image exceptionnelle, on se la met instinctivement de côté. Cette collection de beaux dossiers servira à faire des topos, des présentations, des articles, à épater les collègues ou tout simplement à se constituer un petit « book » de ses exploits diagnostiques et interventionnels. Alors comment se constituer une belle base de données ? Radioactif a passé en revue les méthodes pour devenir le pro de la collectionnite ! 1. Le couple calepin/crayon Comment ça marche ? Facile, il suffit d’avoir toujours dans la poche de sa blouse un petit calepin, sur lequel vous noterez amoureusement tous les dossiers exceptionnels que vous aurez solutionné avec brio ! Points positifs Toujours opérationnel (pas de problème de batterie ou de réseau !), le calepin est simple et rapide à utiliser. Ça ne coûte pas trop cher. Points négatifs Ça se perd (systématiquement). Après 6 mois de stage, il est impossible d’y retrouver son super dossier en moins de 10 minutes, et parfois on ne le retrouve pas du tout ! Le calepin n’offre en effet aucun rangement ou classement digne de ce nom. En tant que médecins, nous écrivons mal et il est parfois très difficile de se relire quelques semaines après ! Note Radioactif : Dommage pour le calepin/crayon, mais leur temps est révolu ! Trop peu efficace, cette solution est à éviter, sauf si vous êtes allergiques aux nouvelles technologies. 2. iDatabase Comment ça marche ? iDatabase est une application iPhone (1,79€ sur l’Appstore) qui va vous permettre de gérer des bases de données. L’application est joliment programmée et est compatible avec l’écran de l’iPhone 5. Son utilisation est assez simple : il vous suffit de définir des champs de données (tels que par exemple Nom, NIP, date, clinique, diagnostic et thématique), champs ......................... Mickaël Ohana CCA, Strasbourg Président UNIR 2012/2013 DossierActu: Outilspourradiologues
  2. 2. 9 qui vont constituer une fiche au sein d’une base de données. Il vous suffira alors à chaque dossier de remplir cette fiche. Ainsi, un peu de travail de personnalisation est nécessaire au début, mais ça n’est pas très compliqué, et par la suite entrer des données est simple et rapide. Points positifs Avoir une base de données électronique est un énorme avantage en termes de recherche (recherche instantanée par mots clés), de classement (par thématique : neuroradio, digestif, sénologie,…) et de statistiques (compte exact du nombre de dossier). Le logiciel permet une sauvegarde de sa base de données sur le cloud (Dropbox) : vos dossiers sont toujours en sécurité, même si vous perdez votre téléphone. Vous pouvez aussi synchroniser vos bases avec la version Mac du logiciel (17,99€ quand même). Points négatifs Il faut une certaine rigueur pour alimenter la base de données. On ne stocke que les noms des patients, et pas d’image : si l’on change d’hôpital (ou si l’hôpital change de PACS), cette base de données ne servira plus à rien ! Pas de version PC du logiciel « desktop »… Note Radioactif : Une solution très efficace, et la meilleure appli du genre sur iOS. Si vous avez un iPhone, sautez le pas ! 3. My Data Comment ça marche ? My Data est une application Android, disponible gratuitement sur le Google Play.
  3. 3. N° 14 10 Juillet 2013 Elle fonctionne sur le même principe que iDatabase : construction d’une base de données selon des fiches pré-établies, à remplir au fur et à mesure. Points positifs C’est gratuit ! Ca respecte le look Android 4 (interface Holo). C’est simple à utiliser. Le développeur est très réactif et propose des mises à jour régulières. Points négatifs Pas (encore) de sauvegarde sur le Cloud. Pas de compteur du nombre de dossiers. Un peu lent si vous avez de très nombreuses fiches (>100). Note Radioactif : La meilleure solution du genre sur Android ! Notez que les bases de données iDatabase et My Data sont compatibles via un export au format csv, ce qui fait que si vous passez d’iOS à Android (ou l’inverse), vous ne perdrez pas vos précieux dossiers. 4. Google Drive Comment ça marche ? Google Drive (anciennement Google Docs) est la solution de travail collaboratif online de Google. Il propose des outils de traitement de texte, de tableur, de présentation type Powerpoint et aussi, et c’est ce qui nous intéresse, des fichiers de type « Questionnaire ». Il vous suffira donc de créer un questionnaire dédié (cf. exemple en illustration), qui alimentera un tableur. Ce tableur sera disponible sur votre espace Google Drive, ce qui fait que vous pourrez y accéder depuis n’importe quel ordinateur connecté au web.
  4. 4. 11 Points positifs Très puissant : vous vous construisez un vrai tableau Excel online, avec tous les outils de recherche et de statistiques des tableurs. N’importe qui peut alimenter la base de données : idéal pour se concocter des collections entre collègues. Ça marche depuis un ordinateur, mais aussi depuis un smartphone (peu importe son OS) pour peu qu’il soit connecté au web. Votre base de données est toujours sauvegardée dans sa version la plus à jour : aucun risque de perte ! Points négatifs La base de données est stockée sur les serveurs de Google : la confidentialité est donc moindre que pour des bases stockées «  en local  » sur votre téléphone. A vous donc d’assurer un minimum de sécurité avec un mot de passe béton. On peut aussi ne rentrer que les NIP, ce qui évite d’avoir des noms et prénoms identifiables sur le serveur de Google. Remplir et consulter la base nécessite une connexion Internet, ce qui n’est pas toujours le cas dans nos salles d’interprétation où la 3G a parfois du mal à arriver. Un compte Google (i.e. une adresse gmail) est nécessaire. Note Radioactif : Probablement la solution la plus efficace, car véritablement multiplateforme (PC, smartphone) et permettant un travail collaboratif. Seul reste l’épineux problème des données à « confier » à Google. Conclusion Nous espérons que ce dossier vous aura convaincu de l’efficacité des bases de données électroniques : tentez l’aventure, astreignez-vous à une certaine rigueur et vous verrez que ça vous servira dans bien des occasions !

×