L'avenir de la démographie médicale

184 vues

Publié le

La démographie médicale, plus qu'un sujet d'étude est une problématique.

Telle est la question que vous vous posez sûrement ! La démographie médicale, plus qu’un sujet d’étude, est une problématique. Ces termes ne désignent pas tant l’offre de soins par zone géographique (ville, département, région, inter région) que l’adaptation de cette offre aux besoins réels des populations. À la quantité ajoutons la qualité car tout patient doit pouvoir bénéficier de la même qualité de prise en charge quel que soit son lieu de vie.

Les problèmes

Le futur s’annonce terne pour la médecine française. Tous les médias en parlent, tout le monde le sait : une grande partie des praticiens d’aujourd’hui partiront à la retraite dans quelques années et ils ne seront pas tous remplacés. Mais ce n’est pas le seul problème, car hormis le nombre de praticiens, il y’a également leur répartition : en effet, les milieux ruraux et péri-urbains ne sont plus attractifs. La quantité de travail effraie certains, mais plus que cet aspect, c’est la solitude qui rend ces régions peu amicales. Depuis quelques années, l’Etat s’est désengagé des campagnes en fermant les Postes, les écoles, etc… ce qui implique que certains centres médicaux dans certaines localités ont grande difficulté à subsister. Enfin, la médecine actuelle s’inscrit dans un changement de pratique et de vision du métier : la médecine se conçoit aujourd’hui comme un métier, et non plus comme un sacerdoce, malgré l’enthousiasme certain des étudiants.
reseauprosante.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
184
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'avenir de la démographie médicale

  1. 1. L'externat obligatoire, corrélé à l’augmentation générale de la population étudiante, engendra un afflux massif d’étudiants dans les services hospitaliers. En réaction, la Ministre Simone Veil instaura en 1971 le concours de fin de première année de médecine et le système de Numerus Clausus (« nombre fermé » en latin).
  2. 2. 16 postes de chefs de clinique

×