Les internes dans la campagne de vaccination.

257 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
257
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les internes dans la campagne de vaccination.

  1. 1. 8 N° 05 - Mars 2010 Témoignages Le dernier numéro d’AVM vous a proposé un dossier consacré à la grippe A H1-N1. Nous étions alors au début de la campagne de vaccination et de l’épidémie. Début janvier, après quelques semaines de campagne, nous avons interviewé des internes sur leur participation. Voici pour vous leurs réponses aux questions d’AVM ! Comment as-tu été sollicité pour participer à la vaccination ? La gestion des internes s’est faite différemment selon les zones géographiques de la subdivision. Pour la Roche sur Yon, il a été proposé aux internes, dès le début du stage, de se porter volontaires et de s’inscrire pour des vacations sur différents sites en Vendée. Pour ma part, je ne m’étais pas porté volontaire car j’étais limité en temps par mon semestre aux urgences. Finalement, quelques semaines après, j’ai été joint par la DDASS un jeudi pour vacciner le samedi alors que je travaillais. J’ai trouvé un remplaçant et lorsque j’ai appelé le lendemain, on m’a réquisitionné pour le jour-même à 16h ! Donc pour moi tout s’est fait dans la précipitation. Ça a été souvent le cas pour des internes qui, comme moi, n’avaient pas participé dès le début. La DDASS a utilisé un système de tirage au sort pour les plages où il manquait du monde. Comment sʼest déroulée cette expérience ? Je me suis présenté au centre de vaccination de Montaigu. Il m’a fallu un petit temps d’adaptation de 10/15 minutes pour connaître les différents vaccins disponibles, leurs indications et contre-indications, leurs modalités de prescription. Après, ça allait beaucoupplusvite;lesconsultations étaient rapides. Il arrivait qu’on aborde d’autres sujets comme la vaccination contre l’hépatite B. Ça s’est bien passé. Le contact était très cordial. En général, ceux qui venaient au centre de vaccination étaient pour se faire vacciner. J’étais loin d’imaginer que j’aurais 4 heures de boulot non stop. Je n’aurais pas pensé voir autant de patients. Il a fallu faire des annonces ensalled’attentepourfairepatienter les gens et leur expliquer qu’on était que deux prescripteurs. Par ailleurs, l’ambiance était très agréable avec les pompiers qui géraient le centre et avec l’autre médecin. As-tu gardé une anecdote, un souvenir particulier ? Oui, je me souviens très bien d’un couple de septuagénaires. Monsieur se faisait vacciner car il considérait cela comme un acte civique et Madame à côté, elle, refusait catégoriquement. Donc j’ai eu droit à une belle dispute entre les deux. Lui garantissait qu’il amènerait son épouse à se faire vacciner. Je ne sais pas si elle est revenue par la suite, ce dont je suis sûr, c’est que la discussion a dû se poursuivre à domicile! Est-ce que tu as dʼautres vacations de prévues ? Non, je verrai, mais c’est compliqué à associer avec le rythme de travail des urgences. Je reste un peu inquiet quant à d’autres réquisitions de dernières minutes. Je préférerai savoir avant s’il y a besoin de monde et m’organiser. François Mounier, DES de médecine générale, Nantes, Service urgences/ SAMU à la Roche sur Yon Les internes danslacampagne devaccination. Revue AVM 05.indd 8 24/02/2010 15:59:59
  2. 2. N° 05 - Mars 2010 9 Témoignages Sandrine Valade, DES médecine interne, Paris, Service de médecine interne à l’hôpital Beaujon. Comment as-tu été sollicitée pour participer à la vaccination ? La direction des affaires médicales de l’hôpital a adressé un mail aux internes dont elle avait les coordonnées pour chercher des volontaires. J’en ai aussi entendu parler par des copains en médecine générale qui participaient déjà à la campagne. Je n’avais pas répondu à ce premier mail car c’était très flou. Ensuite nous avons été convoqués à une réunion deux heures seulement avant qu’elle ait lieu, par un mail que je n’ai personnellement pu lire que le soir même. Finalement une autre réunion a été organisée une semaine plus tard pour qu’on remplisse un planning à notre convenance, à raison de deux vacations par semaine, pour 6 centres de vaccination du 92. Sinon, nous risquions d’être réquisitionnés à des moments qui ne nous iraient pas. J’ai préféré prendre 8 heures d’affilées pour n’avoir qu’une absence du service et n’avoir qu’une fois l’aller-retour à faire. De plus on a évité de prendre des matinées pour ne pas trop perturber l’organisation du service. Combien de vacations as-tu faites ? Finalement après avoir été sollicités tous pendant un mois, j’ai fait, pour ma part, deux fois deux vacations. La troisième session a été annulée pour cause de fermeture du centre. J’en ai une autre de prévue dans quelques jours. Ils viennent de nous afficher les nouveaux plannings en salle de garde. Donc on va se réinscrire, mais c’est compliqué pour nous, à 3 dans le service, entre deux vacations chacune et les gardes. Surtout quand régulièrement, on constate qu’il n’y avait en fait pas besoin de nous... Comment se sont déroulées ces expériences ? La première fois, on m’avait dit 7h30-16h30. J’ai appelé le centre qui m’a dit de venir une heure plus tard seulement car ils n’ouvriraient pas avant. Quand je suis arrivée au gymnase, on était 5 médecins ce qui était trop, et on me demandait de revenir plutôt à 11h. Sachant que j’avais mis 1h30 pour venir et que je n’avais rien à faire à Gennevilliers sous la neige, j’ai demandé à rester ou rentrer pour la journée. Un autre médecin a demandé à la préfecture l’autorisation de partir. En fait la préfecture recrutait via l’hôpital et le centre recrutait aussi via la mairie sans que chacun ne sache ce qu’avait prévu l’autre... Du coup, ils avaient parfois trop de monde, parfois pas assez. J’ai une amie qui s’y est déplacée pour rien. D’autres fois ce sont les horaires qui ne sont pas les bons. Déjà que ces horaires changent d’un centre à l’autre ; même les gens qui doivent se faire vacciner n’ont pas l’information. Il a aussi fallu expliquer ce qu’était un interne et notre rôle. Pour les consultations, on avait des petites tables et quelques paravents. Il n’y avait pas vraiment de respect du secret médical, parce que nous étions près des autres personnes qui attendaient et qui entendaient tout. Il y avait pas mal de gens qui ne savaient pas bien lire, qui parlaient et comprenaient moyennement le français. Donc j’adaptais les explications et la reprise du questionnaire en fonction. L’ambiance était assez conviviale avec les patients et les équipes, avec une bonne entente et entraide entre les médecins présents. C’est l’organisation qui n’allait pas. As-tu gardé une anecdote, un souvenir particulier ? Il y avait beaucoup de gens, surtout des mères pour leurs enfants, qui revenaient pour la deuxième injection avant la fin des 3 semaines de délai et qui ne comprenaient pas qu’on ne pouvait pas la faire. Plusieurs personnes n’avaient pas mentionné leurs prescriptions d’anticoagulants. D’autres venaient en réclamant un vaccin sans adjuvants. Il y avait vraiment une psychose avec ces adjuvants. Certains préféraient ne pas se faire vacciner plutôt que d’avoir l’adjuvant. Tous connaissaient le terme de Guillain Barré, pensaient qu’il y avait plein de morts à cause de ce vaccin. On a préféré vacciner sans adjuvant ceux qu’on n’arrivait pas à rassurer plutôt que de ne pas le faire du tout. Certains étaient même venus avec un certificat de leur médecin traitant qui certifiait la nécessité d’un vaccin sans adjuvants en l’absence de contre-indications au vaccin avec ! J’ai eu aussi le cas d’une mère qui voulait à tout prix faire vacciner son enfant qui était fébrile pour ne pas avoir à revenir. Revue AVM 05.indd 9 24/02/2010 16:00:04
  3. 3. 10 N° 05 - Mars 2010 Témoignages Comment as-tu été sollicité pour participer à la vaccination ? Une fois que j’ai su via le syndicat des internes qui contacter, j’ai prévenu la DDASS que j’étais volontaire. Ils avaient des créneaux horaires dans plusieurs centres à proposer et j’ai choisi ceux qui m’arrangeaient en fonction de mes disponibilités, et de celles de mes co-internes. Combien de vacations as-tu faites ? J’ai fait une vacation et j’en ai deux autres de programmées pour l’instant. Comment sʼest déroulée cette expérience ? Jesuisarrivédanslecentred’Oullins où j’ai retrouvé un médecin du travail qui avait déjà vacciné plusieurs fois. Il m’a expliqué deux ou trois choses. J’avais aussi lu avant de venir les documents sur la vaccination qu’on avait mis en ligne sur le site internet pour les internes, pour ne pas arriver « à blanc ». Nous étions convoqués un peu avant l’ouverture du centre, le temps de nous installer. Donc j’attendais en bout de chaîne que les gens soient passés par l’admission, qu’ils aient rempli le questionnaire. Je revoyais ce dernier avec eux, éliminais la présence de contre-indications. Ça s’est pas mal passé. Il y a eu quelques situations qui sortaient un peu de l’ordinaire, dont une allergie à l’œuf. Comme souvent dès qu’on sort des schémas classiques, personne ne savait vraiment ce qu’il fallait faire. Donc ça prenait un peu de temps. Mais j’ai eu la chance de ne pas avoir trop de patients et ça n’a pas été gênant. On avait le temps de discuter avec les gens. Ce n’était pas l’usine à vaccinations. As-tu gardé une anecdote, un souvenir particulier ? Le médecin du travail avec qui j’étais avait été contacté plus tôt que nous pour venir vacciner. Lorsqu’il a reçu les plannings, il a indiqué de nombreuses plages horaires possibles, dans l’idée qu’ils lui en donnent une partie. La DDASS l’a gardé comme réquisitionné pour une grande partie de ces dates donc il avait une quinzaine de vacations à faire ! Finalement, comme il travaillait à mi-temps, il les a faites pour la plupart... Sinon, c’est vrai qu’en dehors de la médecine générale, comme moi qui suis en ORL, on voit habituellement des gens qui ont déjà vu leur médecin traitant avant, qui ne viennent que si c’est vraiment requis. Donc ça écrème pas mal la population de patients qu’on reçoit en consultations. Là, c’était sympa parce que ça n’était pas les gens qu’on voit d’habitude. Ça change un peu, c’est bien ! Alexis Ambrun, DES d’ORL, Lyon, Service d’ORL au Centre Hospitalier Lyon Sud. Elodie Toussaint, DES de Santé Publique, Reims, Service DRDASS Champagne-Ardenne et Marne. Comment as-tu été sollicitée pour participer à la vaccination ? Je m’étais proposée comme volontaire auprès de l’association des internes. Ils avaient récupéré les plannings des DDASS et les avaient mis à disposition des internes pour qu’ils puissent s’inscrire. Ensuite les plannings étaient complétés au niveaudesDDASS.Ainsi,iln’yaeu aucun interne réquisitionné de force et on n’a pu choisir nos créneaux. Mais il y a eu pas mal de couacs au début de l’organisation avec des difficultés de communication entre les DDASS et l’association des internes. Mes premières vacations ont été annulées. Finalement, je me suis retrouvée en stage à la DRDASS début novembre. Je me suis donc inscrite directement sur place. J’essayais plutôt de remplir les trous. J’ai dû faire en tout 5 vacations ; les premières très très remplies, de l’ordre de 700 patients sur 5 heures et le week-end dernier, j’ai été libérée avant la fin parce qu’il n’y avait plus personne. Comment se sont déroulées ces expériences ? En pratique, ce n’était pas très compliqué. On avait un dossier documentaire bien fait avec un rappel des règles de prescriptions. Et souvent dans les centres, il y avait un médecin thésé qui était désigné comme responsable et qui s’assurait avant de démarrer des connaissances des autres prescripteurs. C’est à lui qu’on Revue AVM 05.indd 10 24/02/2010 16:00:08
  4. 4. N° 05 - Mars 2010 11 Témoignages faisait appel en cas de doutes, de questions. Il y avait un certain matériel sur place. Moi je suis quand même venue avec mon propre dossier avec les recommandations et autres documents, avec mon Dorosz pour vérifier les traitements. J’ai trouvé ça plutôt sympa. En plus je ne vois pas de patients en étant en stage à la DRDASS et j’ai trouvé agréable le contexte de consultations que les internes de santé publique n’expérimen- tent pas du tout par ailleurs. Les gens étaient agréables. Ils avaient déjà posé leurs questions à leur médecin traitant et ils venaient avec quelques demandes d’éclaircisse- ments seulement, comme de savoir si le squalène venait bien du requin. Donc plutôt sympathique, mais beaucoup de travail quand c’étaient des sessions de 5 heures et demi non-stop. C’était bien organisé et agréable une fois sur place, avec un chef de centre plutôt disponible. Les couacs étaient en amont, avec des internes qui se sont présentés alors que le centre était fermé ou qu’il y avait déjà assez de monde. As-tu gardé une anecdote, un souvenir particulier ? Je repense à une situation assez touchante avec une jeune femme venue vacciner sa fille autiste de 5 ou 6 ans. Elle avait beaucoup de questions et l’entretien a bien duré 20 minutes. Elle était encore hésitante en arrivant, surtout qu’elle associait l’autisme de sa fille à un effet du ROR. En plus sa fille avait été un peu traumatisée par une prise de sang qui avait provoqué une réaction exacerbée, une régres- sion ; il semble qu’elle n’ait alors pas compris ce qui se passait. Du coup, on a vu avec les infirmières pour qu’elle soit prise en charge par quelqu’un d’assez expérimenté, prévenu du contexte, en prenant le temps nécessaire. Un peu plus tard, elle est repassée me voir et me remercier, donc ça s’était pas mal passé ! Quel est ton point de vue en tant quʼinterne à la DRDASS ? C’est mon premier stage dans une administration. Et ma première impression est que l’administration, c’est compliqué ! Les internes disaient toujours que c’était la DDASS qui posait problème. Mais le problème, c’est que la DDASS n’avait pas plus d’informations que les autres gens. Par exemple, la ministre a annoncé que les généralistes pouvaient vacciner mais la circulaire n’est arrivée que plusieurs jours après. Ensuite les gens appellent pour vérifier s’ils peuvent prendre rendez-vous chez leur médecin traitant ; les médecins généralistes appellent pour savoir comment faire ; les chefs de centre appellent pour savoir comment ils peuvent donner des vaccins aux généralistes. Et la DDASS s’organise dans le vide parce qu’il n’y a pas de modalités précises déterminées. On ne sait pas plus que les autres comment ça va se passer ! Ça n’est pas au niveau local que ça patauge. Il y a une grosse machinerie à mettre en route pour que l’information arrive du national au local. Ça permet de comprendre cette lourdeur institutionnelle qui frappe au premier abord. Mais il y a aussi des gens de bonne volonté, qui sont réactifs malgré le retard des informations, qui sont efficaces et garantissent une capacité d’organisation. Vraiment les informations nationales n’arrivent pas très vite. C’était intéressant pour moi de voir l’organisation administrative et l’organisation sur le terrain. C’était aussi intéressant que les médecins inspecteurs de santé publique participent à la campagne parce que ça permettait un retour direct sur les éventuels dysfonctionnements ou au contraire sur ce qui marchait bien. Est-ce que tu as dʼautres vacations de prévues ? A la fin de la semaine, ça va être très très réduit. J’en ai plus de prévu personnellement. On devrait limiter la participation des internes. Je ne sais pas encore exactement comment ça va évoluer. Alice Deschenau Interne en psychiatrie à Lyon Vice-présidente ISNIH Revue AVM 05.indd 11 24/02/2010 16:00:11

×