Préparer sa thèse et la passer !

145 vues

Publié le

Méthodologie : Préparer sa thèse et la passer !

Une bonne thèse est le résultat d’un travail original, intéressant, murement réfléchit, réalisé dans les règles de l’art, bien présenté, et publié. Rien que ça ! Petit tour d’horizon des droits et devoirs du thésard…

1 - PRÉPARATION

a - Quand commencer ?



COMMENCEZ DÈS LA FIN DE LA DEUXIÈME ANNÉE D’INTERNAT.

Un travail de thèse est une entreprise qui nécessite de l’endurance. S’il est possible de passer sa thèse dès lors que l’inscription en DES est effective (certains le recommandent afin de se débarrasser de ce travail au plus vite), la soutenance intervient l’immense majorité du temps dans les derniers mois qui précèdent la fin de l’internat, voire, pour ceux qui ne prennent pas de poste de CCA ou d’asistant, au cours de l’année qui suit.

Ce n’est pas une raison pour se mettre au travail en dernière année. Pourquoi ? Parce que l’organisation de la thèse, surtout s’il s’agit d’un travail de recherche prospectif, prend déjà beaucoup de temps.

L’idéal serait d’être en mesure de présenter un projet de thèse dès le 5ème semestre, pour se donner le temps de la réflexion, ne pas bâcler un protocole, et pouvoir rebondir sur un autre sujet si le projet échoue.
reseauprosante.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
145
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Préparer sa thèse et la passer !

  1. 1. N°2 - Déc. 200814 Méthodologie Une bonne thèse est le résultat d’un travail original, intéressant, murement réfléchit, réalisé dans les règles de l’art, bien présenté, et publié. Rien que ça ! Petit tour d’horizon des droits et devoirs du thésard… 1 - PRÉPARATION a - Quand commencer ? COMMENCEZ DÈS LA FIN DE LA DEUXIÈME ANNÉE D’INTERNAT. Un travail de thèse est une entreprise qui nécessite de l’endurance. S’il est possi- ble de passer sa thèse dès lors que l’ins- cription en DES est effective (certains le recommandent afin de se débarrasser de ce travail au plus vite), la soutenance intervient l’immense majorité du temps dans les derniers mois qui précèdent la fin de l’internat, voire, pour ceux qui ne prennent pas de poste de CCA ou d’asis- tant, au cours de l’année qui suit. Ce n’est pas une raison pour se mettre au travail en dernière année. Pourquoi ? Par- ce que l’organisation de la thèse, surtout s’il s’agit d’un travail de recherche pros- pectif, prend déjà beaucoup de temps. L’idéal serait d’être en mesure de pré- senter un projet de thèse dès le 5ème semestre, pour se donner le temps de la réflexion, ne pas bâcler un protocole, et pouvoir rebondir sur un autre sujet si le projet échoue. b - Choix du sujet CHOISISSEZ UN SUJET QUI VOUS INTÉRESSE. Choisir un bon sujet de thèse n’est pas facile lorsque l ‘on est interne en forma- tion, sans beaucoup d’expérience. Par- fois, c’est le sujet qui est proposé par une équipe, parfois l’idée germe à partir d’observations cliniques. De façon générale, il est plus agréable de travailler un sujet qui passionne que de s’investir sur un travail laborieux et peu attrayant. Pensez aux heures que vous égrènerez devant votre ordinateur, à la fierté que vous ressentirez en parlant de vos tra- vaux. Une thèse, c’est d’abord de nombreux articles à lire et résumer, de grandes dis- cussions autour du sujet… autant choisir un thème qui vous intéresse. PRÉPARER SA THÈSE… ET LA PASSER ! par Olivier VERAN AVM-2 complet.indd 16 9/12/08 18:10:08
  2. 2. N°2 - Déc. 2008 15 Préparer sa thèse… et la passer ! CHOISISSEZ UN SUJET ORIGINAL ET PENSEZ TÔT À LA PUBLICA- TION. De façon générale, il est plus facile de publier un travail original qu’une Xème redite. A partir d’un thème précis, regar- dez ce qui a déjà été publié, lisez bien les conclusions des études les plus récentes, et déduisez en une étude qui apporterait des données utiles d’un point de vue scientifique. Il n’est pas nécessaire que les résultats de votre étude soient positifs. Parfois, des résultats négatifs ont autant de poids, et cela ne constitue pas un frein à la publi- cation. c - Encadrement CHOISISSEZ BIEN VOTRE DIREC- TEUR DE THÈSE. Un sujet de thèse sera souvent proposé par un médecin du service, qui souhaite voir se concrétiser un projet de recherche, ou qui a des idées et peu de temps pour les développer lui même. Dans ce cas, le directeur de thèse est tout trouvé. Si la démarche vient de l’interne, le choix du directeur s’avère alors primordial. Il doit réunir plusieurs qualités : capacité d’écoute, investissement dans la recher- che, expérience des publications et des travaux de recherche, intérêt pour le sujet de la thèse. C’est le directeur de thèse qui sera char- gé d’encadrer l’ensemble des travaux, de guider l’interne à travers les méandres de l’administration, et c’est souvent lui qui proposera la composition du jury.L’affectif compte bien sûr, c’est traditionnellement le directeur qui défend le jour J. RÉUNISSEZ AU MOINS 4 MEM- BRES DONT 3 PUPH : Il faut réunir au moins 4 membres dont 3 PUPH (pas forcément de la discipline) parmi lesquels un président du jury. Il est apprécié d’inviter un PUPH d’une autre ville, spécialiste dans le sujet traité. Le choix du jury s’anticipe tant les sollici- tations peuvent être nombreuses. d - Changer de cap, c’est possible. PRÉVOYEZ UN PLAN B AU CAS OÙ. Les raisons sont multiples qui peuvent dé- courager un thésard en cours de route. Protocole mal ficelé, résultats catastro- phiques, publication récente d’une étude identique, abandon par le directeur de thèse, manque d’intérêt pour le sujet… il vaut mieux changer que s’entêter, sur- tout si l’on a pris le soin de garder une étude tout prête sous le coude. e - Bibliographie COMMENCEZ PAR LE PLUS LONG. Une recherche rigoureuse des articles publiés et des connaissances actuali- sées ayant trait à un sujet de thèse prend beaucoup de temps. Dans l’idéal, une bibliographie se fait avant l’écriture du protocole, pour cibler les points intéressants. Sélectionnez des mots clefs cohérents dans Pubmed, puis triez les articles par centre d’intérêt. Il est inutile (voire impossible) d’être exhaustif dans un domaine donné, mais vous ne devez pas passer à côté des articles fai- sant référence. Un truc : sélectionnez un article publié dans une grande revue, centré sur votre sujet, et commencez par lire les articles référencés dans la bibliographie. N’oubliez pas les articles fondateurs, ceux publiés avant les années Pubmed et souvent non référencés. Utilisez Endnote (voir plus bas) pour clas- ser et enregistrer votre travail, et résumez les données importantes des articles que vous citerez. Une thèse n’est pas une revue de littérature, inutile donc de citer 200 références et de détailler ce qui n’est pas en rapport avec votre étude. Une thèse article contraint généralement à limiter le nombre de références, selon les instructions de la revue ciblée. f - Endnote LOGICIEL ULTRA PRATIQUE Endnote (v.10) permet d’effec- tuer des recherches de bibliogra- phie par mot clef directement sur Pubmed, de sélectionner les références utiles, de les classer par date, auteur, thème, revue. Mais la vraie magie s’opère lors- que dans Word apparait la pe- tite fenêtre Endnote, qui permet d’insérer en un clic une référence là où vous le souhaitez, et établit la liste des références en queue d’article. Selon ce qui est demandé par la fac ou la revue, il suffit de para- métrer le logiciel pour mettre votre article au bon format. g - Thèse article ! SOYEZ PRAGMATIQUE. Une récente étude a montré que plus de 90% des internes et en- seignants sont favorables à une thèse sous forme d’article. Finis les pavés de 100 pages que personne (ou presque) ne lit, sou- vent inutilisables une fois la thèse soutenue. En accord avec votre président de jury et votre directeur de thèse, prévoyez donc de rédiger directe- ment un article (en anglais le plus souvent) au format imposé par la revue à laquelle vous destinez votre travail. AVM-2 complet.indd 17 9/12/08 18:10:09
  3. 3. N°2 - Déc. 200816 Préparer sa thèse… et la passer ! 2 - CONDUITE D’UNE ÉTUDE a - Faites vous aider ! PENSEZ AU CIC. Conduire une étude, quelle qu’elle soit, n’est pas intuitif, et il n’existe pas de guide de « la recherche clinique pour les nuls ». De plus, la législation change fré- quemment, et même votre directeur de thèse peut être un peu perdu. Pour ne pas commettre d’erreurs, il faut vous assurer de faire les choses dans les règles, auprès par exemple du Centre d’Investigations Cliniques de votre CHU. Des médecins et statisticiens peuvent vous conseiller, vous orienter, voire orga- niser avec vous un protocole de recher- che, ce qui est un atout non négligeable. b - Etude rétrospective L’exploitation de données rétrospectives nécessite peu de démarches préparatoi- res. Toutefois, une demande auprès de la CNIL est le plus souvent nécessaire, qui dispose d’un délai raisonnable pour répondre à votre requête. D’autres démarches peuvent être obli- gatoires, selon le type d’étude que vous préparez. c - Etude prospective NE COMMENCEZ PAS TROP VITE ! Un conseil : avant de débuter une étude prospective, il vous faut un dossier en béton,sinon vous prenez le risque de voir votre travail inexploitable, voire illégal et attaquable. LES ÉTAPES. Une demande de promoteur peut être utile si l’étude à un coût, là aussi le CIC peut s’avérer utile tant dans la démar- che de préparation que d’exécution de l’étude. Un accord du Comité de protection des Personnes est indispensable avant de recruter des volontaires. La aussi, une demande auprès de la CNIL doit être faite. Il faudra dans la plupart des cas un formulaire de consentement validé, ainsi qu’un conseil éthique labellisé IRB… bref ! Les démarches sont nombreuses et plutôt longues, même si leur nature dépend du type de recherche que vous souhaitez conduire (avec ou sans essai pharmaceutique…). Rien n’est instinctif, aussi vous devez prendre conseil auprès d’un profession- nel de la recherche clinique avant de dé- buter quoi que ce soit. FINANCEZ VOTRE PROJET D’ÉTUDE Pensez à demander une bourse de re- cherche, les organismes sont nombreux qui récompensent des projets sérieux et coûteux. 3 - PRÉPARATION DE LA SOUTENANCE a - Aspects pratiques FIXEZ TÔT VOTRE DATE DE SOUTENANCE. Réunir plusieurs enseignants le même jour, ça s’anticipe de plusieurs mois, d’autant que selon les facs, la réserva- tion d’une salle de thèse, voire d’une salle des fêtes peut nécessiter de s’y prendre presqu’un an à l’avance. Validez le permis d’imprimer. Il est dispo- nible à la fac, et doit être rendu complété au moins un mois avant la soutenance. Il faudra ensuite demander un numéro d’enregistrement, et fournir un certain nombre de documents à la fac, dont la liste vous sera fournie par leurs soins. b - Le jour J PRÉPAREZ VOTRE PRÉSENTATION. N’oubliez pas un vidéoprojecteur, un or- dinateur, vos livrets de thèse… venez en avance pour accueillir votre jury et vos invités. DÉFENDEZ VOTRE TRAVAIL. Il est d’usage dans la plupart des facs de présenter un résumé de son travail, après quoi chaque membre du jury in- terpelle le thésard, en attente parfois de réponses. N’hésitez pas à répondre aux questions et remarques, tout en ména- geant la susceptibilité du jury. A la fin, le jury délibère puis annonce sa décision, après quoi il ne reste plus qu’à prêter le serment d’Hippocrate (non obligatoire, fortement conseillé). REMERCIEZ CEUX QUI VOUS ONT SOUTENU. Un pot de thèse est bienvenu pour échanger avec votre jury et remercier vos proches de s’être déplacés. FINALISEZ LES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES. Vous devrez déposer votre thèse à la fac, qui vous remettra un diplôme provisoire, dans l’attente de la validation du DES. PUBLIEZ, SI CE N’EST PAS DÉJÀ FAIT Une thèse sous forme d’article n’a plus qu’à être envoyée à une revue, ce qui évite de se replonger dans un travail que l’on a souvent du mal à retoucher… 4 - LIENS UTILES - Le guide pratique du thésard, d’Hervé Maisonneuve.Vachement bien ! - Le guide du ministère de l’enseigne- ment supérieur : www.sup.adc.educa- tion.fr/bib/Acti/These/guidoct.rtf - Pubmed (medline) : temple des revues et articles de médecine www.ncbi.nhm. nih.gov/pubmed/ - Traducteur online Français/Anglais : bien pour le vocabulaire, pas top pour la syntaxe, en tous cas le meilleur acces- sible online www.google.fr/language_ tools? - Endnote : l’essayer, c’est l’adopter. N’existe qu’en Anglais, se trouve un peu partout en cherchant… un peu. ฀ AVM-2 complet.indd 18 9/12/08 18:10:11

×