Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
18 
une spécialité à l'honneur 
La Médecine du Travail 
/DPpGHFLQHGXWUDYDLO 
HVWSH...
Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
19 
ƒ•Ž‡…‘–‡š–‡ƒ…–—‡Ž†‡Žǯ‹–‡•‹ϐ‹…ƒ–‹‘†—–”ƒ˜ƒ‹Ž‡–†‡•‘—˜‡ŽŽ‡•–‡…Š‹“—‡•†‡ƒƒ‰...
Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
20 
/·H[HUFLFHGHODPpGHFLQHGXWUDYDLOHVWTXDVLH[FOXVL- 
YHPHQW VDODULp /HV RIIUHV G·H...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La médecine du travail une spécialité riche.

287 vues

Publié le

La médecine du travail est perçue comme moins attractive parmi les différentes spécialités médicales. Peu prisée par les nouveaux internes, elle doit faire face à une grave crise démographique qui s'accompagne d'une nécessaire redéffiniton du métier avec la loi du 20 juillet 2011. Pourtant, il s'agit d'une spécialité transversale, riche, passionnante et pleine d'avenir !



L’objet de la médecine du travail est exclusivement préventif. Il s’agit d’éviter l’altération de la santé des salariés du fait du travail. Pour réaliser cet objectif, la médecine du travail est de fait la spécialité transversale par excellence. Les domaines qui concernent les médecins du travail sont très nombreux : rhumatologie, médecine physique et réadaptation, dermatologie, allergologie, cancérologie, psychiatrie, pneumologie, addictologie... Certains domaines sont plus spécifiques : la toxicologie industrielle (toxicité des solvants, des plastiques, des métaux...), l'ergonomie( étude de l’homme au travail et adaptation du travail à l’homme), la radioprotection.

La médecine du travail est aussi une spécialité médicale ouverte sur des domaines habituellement ignorés par la médecine curative classique. Des connaissances juridiques solides concernant notamment la législation du travail (Code du travail) ainsi que des connaissances sur l’organisation sociale sont indispensables à la pratique quotidienne (MDPH, dispositif de lutte contre la désinsertion professionnelle...).


reseauprosante.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
287
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
31
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La médecine du travail une spécialité riche.

  1. 1. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 18 une spécialité à l'honneur La Médecine du Travail /DPpGHFLQHGXWUDYDLO HVWSHUoXHFRPPHPRLQV DWWUDFWLYHSDUPLOHV GLIIpUHQWHVVSpFLDOLWpV PpGLFDOHV3HXSULVpHSDU OHVQRXYHDX[LQWHUQHV HOOHGRLWIDLUHIDFHjXQH JUDYHFULVHGpPRJUDSKLTXH TXLV·DFFRPSDJQHG·XQH QpFHVVDLUHUHGpÀQLWLRQ GXPpWLHUDYHFODORLGX MXLOOHW3RXUWDQW LOV·DJLWG·XQHVSpFLDOLWp WUDQVYHUVDOHULFKH SDVVLRQQDQWHHWSOHLQH G·DYHQLU 8QHVSpFLDOLWpULFKH L’objet de la médecine du travail est ex-clusivement préventif. Il s’agit d’éviter l’altération de la santé des salariés du fait du travail. Pour réaliser cet objec-tif, la médecine du travail est de fait la spécialité transversale par excellence. Les domaines qui concernent les mé-decins du travail sont très nombreux : rhumatologie, médecine physique et réadaptation, dermatologie, allergolo-gie, cancérologie, psychiatrie, pneumo- Ž‘‰‹‡ǡ ƒ††‹…–‘Ž‘‰‹‡ǥ ‡”–ƒ‹• †‘ƒ‹‡• •‘– ’Ž—• •’±…‹ϐ‹“—‡• ǣ Žƒ –‘š‹…‘Ž‘‰‹‡ industrielle (toxicité des solvants, des ’Žƒ•–‹“—‡•ǡ †‡• ±–ƒ—šǥȌǡ Žǯ‡”‰‘‘‹‡ (étude de l’homme au travail et adapta-tion du travail à l’homme), la radiopro-tection. La médecine du travail est aussi une spécialité médicale ouverte sur des domaines habituellement ignorés par la médecine curative classique. Des connaissances juridiques solides concernant notamment la législation du travail (Code du travail) ainsi que des connaissances sur l’organisation sociale sont indispensables à la pratique quoti-dienne (MDPH, dispositif de lutte contre Žƒ†±•‹•‡”–‹‘’”‘ˆ‡••‹‘‡ŽŽ‡ǥȌǤ La spécialisation dans l’un ou l’autre de ces domaines permet au médecin qui le souhaite d’en devenir le référent dans un service de santé au travail, si c’est le mode d’exercice choisi. En effet, le médecin du travail, salarié du régime général, peut exercer son activité dans un service de santé autonome ou inter-entreprise. Le corpus de connaissances nécessaire à l’exercice de la profession est impor-tant : dans l’inter-région ouest par exemple, les cours se déroulent sur 3 jours environ tous les mois (avec trêve estivale !). Le programme est donc as-sez chargé d’autant que les premier et deuxième cycles des études médicales n’abordent quasiment pas ces questions. Le rôle du médecin du travail est peu ou mal connu des autres confrères. Mieux connaître le rôle du médecin du travail faciliterait la communication entre mé- †‡…‹•ƒ—’”‘ϐ‹–†ǯ—‡‡‹ŽŽ‡—”‡’”‹•‡‡ charge du patient. /HOLHQHQWUHODFOLQLTXHHWOH PLOLHXGHWUDYDLO Le médecin du travail a une connais-sance unique du milieu de travail et du poste de travail du patient. En ef-fet, il se rend sur le terrain dans le cadre de l’action en milieu de travail (ce qu’on appelait le « tiers temps »). Il peut alors réaliser des études de postes pour docu-menter une inaptitude par exemple. Il est un clinicien. Il examine les sala-riés ou les agents qu’il reçoit en consul-tation. Il recherche les pathologies pro-fessionnelles actuelles et cherche à les prévenir. L’examen clinique est adapté ƒ—’”‘ϐ‹Ž†—’‘•–‡‘……—’±’ƒ”Ž‡•ƒŽƒ”‹±Ǥ Il ne se cantonne pas à la prise de poids, tension et BU ! relook AVM.indd 18 06/06/2012 23:15:58
  2. 2. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 19 ƒ•Ž‡…‘–‡š–‡ƒ…–—‡Ž†‡Žǯ‹–‡•‹ϐ‹…ƒ–‹‘†—–”ƒ˜ƒ‹Ž‡–†‡•‘—˜‡ŽŽ‡•–‡…Š‹“—‡•†‡ƒƒ‰‡‡–ǡŽ‡±†‡…‹†—–”ƒ˜ƒ‹Ž‡•– l’interlocuteur de choix pour aborder la question de la souffrance mentale au travail. Il doit également anticiper et gérer les questions de maintien dans emploi de travailleurs présentant des pathologies incapacitantes . 8QH[HUFLFHDQFUpGDQVODUpDOLWpTXRWLGLHQQH Le médecin du travail doit composer ƒ˜‡… Ž‡• ‹’±”ƒ–‹ˆ• ϐ‹ƒ…‹‡”• †‡• •ƒŽƒ- riés qu’il suit. Les questions de salaire, de passage à mi-traitement, d’allonge-ment de la durée de cotisation pour les pensions de retraite rentrent en compte dans la gestion de l’aptitude ou du main-tien dans l’emploi. Même si le travail est probablement plus thérapeutique qu’il n’est délétère, le médecin du travail doit chercher un compromis entre la pré-servation de la santé du salarié et celle de ses revenus, ce qui parfois ne constitue que la moins mauvaise des so-lutions. D’ailleurs, le niveau de vie du salarié impacte également sa santé . Le médecin du travail compose avec les réalités de l’entreprise, recherche de croissance, amélioration des résultats, ce qui peut se traduire par des restructu-rations, des augmentations des rythmes de travail, une exigence de polyvalence, une réduction des effectifs. Des aména-gements de postes de travail peuvent être nécessaires pour limiter les effets nocifs d’éventuelles nuisances structu-relles dans l’entreprise. D’ailleurs, les accidents du travail et maladies profes- •‹‘‡ŽŽ‡• ‘– †‡• ”±’‡”…—••‹‘• ϐ‹ƒ- cières sur l’entreprise que ce soit en termes d’absentéisme ou d’augmenta-tion des cotisations sociales. 'HVPRGHVG·H[HUFLFHVPXOWLSOHVHQpYROXWLRQ Les médecins du travail exercent pour l’essentiel dans des services de santé au travail (SST) qui peuvent être des services inter-entreprises ou auto-nomes selon l’effectif des salariés. L’activité se répartit entre consultations et actions en milieu de travail. Les vi-sites périodiques biennales s’espacent †‡’Ž—•‡’Ž—•ǡ‡”±ƒ…–‹‘ƒ—†±ϐ‹…‹–†‡ médecins du travail. Les SST ont une obligation de pluri-disciplinarité. Certains SST offrent un plateau technique avec des IPRP (inter-venants en prévention des risques pro-fessionnels), spécialisés en ergonomie, en toxicologie, en métrologie (mesures d’ambiance lumineuse, thermique, „”—‹–ǥȌ‡Š›‰‹°‡•±…—”‹–±Ǧ‡˜‹”‘‡- ment, des IDE en santé au travail, des assistantes en santé au travail... Certains SST s’organisent en mettant ‡ ’Žƒ…‡ †‡• ‡–”‡–‹‡• ‹ϐ‹”‹‡”• ƒ˜‡… recueil de constantes, permettant aux médecins du travail une activité plus •’±…‹ϐ‹“—‡ …‡–”±‡ •—” Žƒ ’”±˜‡–‹‘ et l’action sur les conditions de travail. Certains médecins avec une formation DES de médecine du travail exercent dans d’autres cadres : Ȉ ’”ƒ–‹…‹‡• †‡ ’ƒ–Š‘Ž‘‰‹‡ ’”‘ˆ‡••‹‘- nelle :consultations hospitalières avec activité d’expertise, imputabilité au tra-vail de pathologies présentées par un •ƒŽƒ”‹±ǥ Ȉ’”ƒ–‹…‹‡•‡…‡–”‡ƒ–‹’‘‹•‘‡––‘š‹- covigilance ; Ȉ±†‡…‹‹•’‡…–‡—”†—–”ƒ˜ƒ‹Žǣƒ…‹‡ MIRTMO : médecin inspecteur régional du travail et de la main-d’oeuvre ; Ȉǥ relook AVM.indd 19 06/06/2012 23:15:58
  3. 3. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 20 /·H[HUFLFHGHODPpGHFLQHGXWUDYDLOHVWTXDVLH[FOXVL- YHPHQW VDODULp /HV RIIUHV G·HPSORL QH PDQTXHQW SDV 8QPpGHFLQHVWHQSRVLWLRQGHIRUFHSRXUQpJRFLHUVHV FRQGLWLRQVGHWUDYDLOGDQVXQ667 'HVSUpMXJpVTXLRQWODYLHGXUH Est-ce que le médecin du travail perd son droit de prescription ? Non. Il continue à prescrire des examens complémentaires régulièrement dans le cadre du suivi des salariés (plombémies, ”ƒ†‹‘’—Ž‘ƒ‹”‡•ǡ ǥȌ‡–’‡—–•‘ŽŽ‹- citer des avis de spécialistes en cas de besoin. En revanche, il n’a pas vocation à faire de la thérapeutique en dehors des situations d’urgence : il orientera les sa-lariés vers leur médecin traitant. Il peut prescrire pour son compte et pour sa famille. Est-ce que le médecin du travail est à la botte des employeurs ? Le médecin du travail est un profession-nel de santé comme tout médecin. Son exercice répond au Code de déontologie médicale, corpus inscrit dans le Code de santé publique. Les médecins du travail prononcent le serment d’Hippocrate. Le secret médical s’impose à lui. De plus, les services de santé au travail sont contrô-lés par le MIT qui veille au respect de l’indépendance du médecin du travail. relook AVM.indd 20 06/06/2012 23:15:59

×