Etude de cas cléo

1 284 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 284
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
361
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude de cas cléo

  1. 1. Thème 1 : Comprendre les territoires de proximité
  2. 2. Chapitre 1 :Approches des territoires du quotidien
  3. 3. A. L’aménagement d’un territoire de proximité la ligne B du tramway à Orléans1 ) Présentez cet aménagement (localisation, description, étapes etconditions de réalisation, coût...).2 ) Quels en sont les objectifs?3 ) Quels en sont les acteurs et quels débats a-t-il suscité?4 ) Quel bilan peut-on faire de cet aménagement et quels sont lesprojets à létude pour le compléter ?
  4. 4. http://www.agglo-orleans.fr/l-agglo/grands-projets/cleo-35.htmlCLEO, la seconde ligne de tramDans le cadre de sa politique globale de déplacements, l’AgglO a fait le choixde construire une seconde ligne de tram. CLEO (Construire la Ligne Est-Ouest)constitue le projet phare du Projet d’AgglO 2008-2014.Avec la mise en service de CLEO mi 2012, l’AgglO entre dans le club trèsfermé des agglomérations et villes françaises possédant deux lignes detramway..CLEO s’inscrit dans une volonté de l’AgglO d’apporter un service de qualité auxhabitants en adaptant l’offre de transport à leurs besoins et en reliant lesquartiers ouest et est au centre de l’agglomération.LAgglO a fait le pari de lintermodalité : lavenir, cest la pluralité des modes dedéplacement.
  5. 5. Dans cette logique, CLEO assure la complémentarité des modes de transport entre euxpour encourager l’utilisation des transports en commun ou du vélo, tout en restantattentif à la circulation et au maillage des rues de l’agglomération :• en complétant et optimisant l’offre actuelle des transports en commun,• en offrant de nouveaux pôles déchanges aux usagers,• en rendant l’offre plus attractive face à la voiture particulière et en encourageant leréflexe parking grâce aux 6 nouveaux parcs-relais,• en accompagnant le développement du réseau cyclable, avec des créations de pistescyclables et en créant des emplacements vélos dans les parcs-relais,• en améliorant encore les conditions de circulation des modes doux sur son tracé.CLEO s’inscrit également dans un projet d’embellissement de la Ville et deréaménagement global des espaces traversés, en étroite concertation avec lescommunes. CLEO, outil de cohésion sociale, permettra de tisser des liens entre lesquartiers et de participer au désenclavement de certains d’entre eux, de desservird’importants équipements, de favoriser de nouveaux projets urbains, de valoriser lasingularité paysagère des villes et de recomposer la voirie.
  6. 6. CLEO, cest :• Un tracé de 11,2 km et 5 communes traversées (La Chapelle Saint-Mesmin, Ingré, Saint-Jean dela Ruelle, Orléans et Saint-Jean de Braye)•25 stations•6 parcs-relais : soit 1140 places de parking et 144 emplacements vélos•1 tram accessibles à tous toutes les 6 minutes aux heures de pointe : un service continu de 5h àminuit•22 000 voyageurs attendus par jour•39 mn environ de temps de parcours d’un terminus à l’autre (70 mn aujourd’hui sur le réseauactuel)•59 000 habitants desservis dans un périmètre de 500 m•De nombreuses entreprises, administrations, écoles, équipements publics et culturels àproximité directe de la ligne (41 500 emplois environ desservis)•Un tramway fer, Citadis 302 d’Alstom, d’une longueur de 32 mètres et d’une largeur de 2,40mètres ayant une capacité de 203 places (56 assises et 147 debout), un parc de 21 rames (18 enservice), un matériel roulant confortable, accessible et moderne•Un tramway en site propre sur plus de 90% du tracé•Un tramway en Alimentation Par le Sol (APS) sur plus de 1000 m dans le cœur historiqued’Orléans, de Madeleine à Eugène Vignat•Une correspondance avec la ligne A, Place de Gaulle, à OrléansCoût global du projet315,6 millions d’€ HT (valeur avril 2006)
  7. 7. www.lexpress.fr/region/le-tramway-de-la-discorde_716898.htmlLe tramway de la discordePar CotBruno D. , publié le 01/12/200845 000 Orléanais ont beau emprunter la ligne A du tramway, le débat autour de laconstruction dun deuxième tracé est âpre. Après des mois de discussions, lematériel a été acheté. Reste à préciser les quartiers desservis.Célébré partout dans lHexagone comme le mode de transport en commun leplus environnemental, le tramway est aussi plébiscité par les Orléanais, quiempruntent la ligne A en nombre (45 000 voyageurs par jour). Pourtant, rarementun débat aura été aussi peu apaisé que celui qui entoure la seconde ligne, est-ouest. "La faute à Serge Grouard et à Charles-Eric Lemaignen, qui se sontdabord opposés au projet avant de sy engager à reculons", attaque le jeuneBaptiste Chapuis, chef de file de lopposition socialiste au conseil municipal.Depuis leur arrivée, en 2001, lédile et le président de la communautédagglomération (AgglO) ont en effet "avancé prudemment" sur le dossier. Aprèsde nombreuses hésitations sur le choix technologique -engin sur pneus avec ousans rail (Translohr ou Civis), puis tramway classique- cest le tracé qui a étémaintes fois remis en question. "Nous navions tout simplement pas les moyensfinanciers dune nouvelle ligne au début des années 2000", se défend SergeGrouard.
  8. 8. Aujourdhui, si le matériel roulant a été commandé durant lété -21 rames detype Citadis achetées à Alstom pour un montant de 89,6 millions deuros-matériel dont le design intérieur sera présenté la semaine prochaine, le tracénest toujours pas arrêté. "Il existe encore une inconnue au niveau de Saint-Jean-de-Braye: sur cette portion, le projet initial a été abandonné et unevariante est à létude", explique André Magnon-Pujo, directeur de la Semtao,la société qui gère les transports en commun de lagglomération. Une réponsedéfinitive est attendue le 25 septembre, lors du prochain conseil de lAgglO.Les 21 rames de la ligne B du tramway viennent dêtre achetées par lacommunauté dagglomération.Alstom"Faute détudes de faisabilité suffisantes, ce dossier est mal ficelé depuislorigine", sagace Didier Grimault, représentant de la Fédération nationale desassociations des usagers des transports, qui a déposé un recours contentieuxauprès du tribunal administratif dOrléans. Avant de citer les choix les pluscritiqués: le passage du tram dans le centre ancien plutôt que près de la gare etlalignement prévu de la rue des Carmes.
  9. 9. Un train à grande vitesse ?A lhorizon 2025, 50 millions de passagers devraient emprunter le TGV entreParis et Lyon, contre 30 aujourdhui. Se pose le problème dune saturationinévitable de cet axe ferroviaire dans la décennie à venir. Doù lidée de ledoubler et den dévier le tracé plus à louest en le faisant passer par la cité deJeanne dArc, Bourges et Clermont-Ferrand. "Une telle opération aurait lintérêtde faire dOrléans une vraie ville TGV en linscrivant au coeur du réseaueuropéen", plaide Charles-Eric Lemaignen, président de lAgglO. Dans le cadredu Grenelle de lenvironnement, des discussions sont engagées pour établirune liste des nouvelles lignes à grande vitesse (LGV), sur laquelle SergeGrouard rêve de voir figurer Orléans. Une hypothèse plausible: il a dans cedossier lappui de Jean-Louis Borloo, ministre de lAménagement du territoire,ainsi que celui de linfluent Brice Hortefeux, ministre de lImmigration, parailleurs conseiller régional dAuvergne. Pour arriver à ses fins, le mairedOrléans est prêt à mettre les moyens: il vient dévoquer la création dunetroisième gare, même sil "ignore encore où", afin daccueillir le TGV.
  10. 10. "Sans oublier que cette ligne de 11,8 kilomètres laissera de côté une partie dela population située à lest de lagglomération. Nous souhaitons que soit étudiédès à présent un prolongement jusquà Chécy-Mardié." Une requête quiexaspère Charles-Eric Lemaignen: "Je nen vois pas lintérêt. Du moins pasavant dix ou quinze ans." Plus consensuel, André Magnon-Pujo assure que denouvelles lignes de bus en site propre partiront des deux extrémités du tram B:« Ces infrastructures préfigureront un éventuel allongement ».A force de contestations et de tergiversations, le projet risque-t-il de prendre duretard? Pour lheure, le chantier na pas vraiment démarré: durant le derniertrimestre de 2008, quelques travaux de déviation de réseau seront engagés et,au mieux, les constructions des gares terminus et des parkings relais (placés àproximité des arrêts du tram) devraient débuter courant 2009. Même avecoptimisme, lhorizon 2011 pour une inauguration semble désormaishypothétique. "Elle pourrait alors avoir lieu lannée suivante", concède Charles-Eric Lemaignen, qui voit là une raison supplémentaire daccélérer lemouvement. Un point sur lequel le président de lAgglO na pas tort: chaqueglissement de calendrier risque dalourdir la facture finale. On sait déjàaujourdhui que le projet de ligne B, estimé à 297 millions deuros en 2005, encoûtera, au moins, 13 de plus.coût: 310 millions deuros - Date douverture prévue: 2012
  11. 11. www.alstom.com/fr/press-centre/2012/6/a-orleans-le-projet-cleo-devient-la-ligne-b/29/06/2012Ce samedi 29 juin, la communauté d’agglomération Orléans val de Loire (France) ainauguré la seconde ligne de son réseau de tramway, auparavant connue sous lenom de CLEO*. 21 rames Citadis y circuleront sur plus de 11 km.Ce projet clefs en main remporté par Alstom en 2006 comprenant le matériel roulant,les voies, la signalisation et l’alimentation électrique a fait appel aux nombreux savoir-faire de la société.Le projet a notamment bénéficié de la solution de pose de voie automatisée Appitracket de soudures électriques des rails à gorge qui ont permis d’accélérer les travauxd’infrastructure et réduire la perturbation de la vie citadine.La technologie d’alimentation par le sol baptisée APS, qui remplace les caténaires parun 3ème rail alimentant le tramway en électricité, préserve le patrimoine historique etarchitectural d’Orléans. Plus de deux kilomètres de voies sont ainsi équipés etpermettent de conserver l’intégrité visuelle de la cathédrale et la perspective de la rueJeanne d’Arc.La nouvelle ligne qui sera officiellement mise en service le 30 juin traverse 5communes et dessert 25 stations. Avec 1 tramway toutes les 6 mn aux heures depointe, 59 000 habitants seront directement desservis, soit 20% de la population del’agglomération.*Construire la ligne Est-Ouest
  12. 12. B. Acteurs et enjeux de l’aménagement des territoires

×