L'industrie de la musique en ligne

810 vues

Publié le

Exposé sur l'industrie de la musique en ligne

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
810
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'industrie de la musique en ligne

  1. 1. L'Industrie de la musique en ligne Mylène Loiseau – Perrine Mairré – Julien Durieux
  2. 2. Introduction Dans quelle mesure le numérique a t-il changé notre façon de consommer la musique ? A qui cela est-ce réellement profitable ? I. Le modèle économique de la musique en ligne II. Les profits pour les internautes/consommateurs III. Les profits pour les artistes/producteurs
  3. 3. I. Modèle économique « Le nouveau ne sort pas de l’ancien, mais à côté de l’ancien, lui fait concurrence jusqu’à lui nuire. » De Joseph Schumpeter, à qui on doit l'expression « Destruction créatrice ».
  4. 4. I. Modèle économique ● Les plateformes de streaming musical : Deezer et Spotify. ● Itunes Music Store : leader mondial sur le marché du téléchargement légal en ligne. L « On est dans une nouvelle révolution », selon Guillaume Leblanc, DG du Snep, estimant que le streaming « s’affirme comme le nouveau relais de croissance » de l’industrie musicale. SNEP : Syndicat National de l'édition Phonographique
  5. 5. I.Modèle économique ● Fournir une offre aux internautes → Un besoin d'être en relation avec des sociétés gérant les droits d'auteurs et rémunérant les ayants droit.
  6. 6. I. Modèle économique ● Les dépenses des plateformes de streaming musical → Une partie du chiffre d’affaire réalisé est reversée aux ayants droit. Deezer reverse 50 % Spotify reverse 70%
  7. 7. ● Les revenus des plateformes de streaming musical → Deux offres complémentaires ● - L’écoute gratuite financée par la publicité ( modèle Freemium) / 12,7 M € en 2013 - La vente d'abonnements ( modèle Premium ) / 23 M € en 2013 I. Modèle économique Deezer comptait 26 millions d'utilisateurs enregistrés en 2013. Spotify comptait 24 millions d'utilisateurs enregistrés en 2013.
  8. 8. I. Modèle économique ● L'abonnement Premium, une évolution logique → Sans publicité, sans limite, et sur tous les appareils, avec une meilleure qualité audio. ● Spotify compte ainsi 5 millions d’abonnés, Deezer 2 millions (2013). → Deezer a donc plus d'utilisateurs que Spotify, mais moins d'utilisateurs qui payent un abonnement. Deezer collabore avec Orange
  9. 9. I. Modèle économique ● Itunes Music Store La différence : Itunes propose du téléchargement légal et non de l'écoute en streaming. Opposer plateformes de streaming musical et plateformes de téléchargement légal est délicat : l’écoute en streaming n’exclut pas le téléchargement légal et, bien au contraire tend à l’encourager.
  10. 10. II. Profits pour les internautes "Les fichiers numériques sont malléables, immatériels, reproductibles et échangeables à souhait". Raphaël Nowak Quels sont les enjeux de la dématérialisation de la musique du point de vue du consommateur? Etude de Deezer et Spotify.
  11. 11. II. Profits pour les internautes ● Profit financier En position de force, l'internaute bénéficie de tarifs attractifs mis en place grâce au numérique. ● Dimension sociale A une époque où l'appartenance à une communauté est vivement recherchée, les plateformes de streaming en ligne symbolisent le Web 2.0 dans le secteur musical.
  12. 12. II. Profits pour les internautes ● Richesse des contenus ● Forte concurrence, offres spéciales et nouvelles fonctions
  13. 13. II. Profits pour les internautes Désavantages des plateformes : - Perte de la qualité sonore - Publicité à outrance - Discrimination des consommateurs selon l'abonnement souscrit - Critique des techno-réfractaires
  14. 14. II. Profits pour les internautes La solution : « Les supports d'écoute sont complémentaires, non-exclusifs et non- antagonistes ». Raphaël Nowak
  15. 15. III. Profits pour les artistes & producteurs Avantages et limites de la musique en ligne pour les artistes Accord avec Youtube : Si une chanson est déposée à la SACEM, les royalties perçues selon le nombre de vues peuvent permettre à l'artiste de s'autofinancer et de s'auto-produire Le modèle du Star System : Les labels et producteurs misent davantage sur les stars qui marchent, autrement dit sur les artistes qui rapporte Anna Anetta Janowska, « L'avenir de la musique après la révolution numérique : opportunités et contraintes pour l'industrie du disque ». Peter Steiner, « Program patterns and preferences, and the workability of competition in radio broadcasting ». Les royalties : une commission monétaire reversée en fonction d’un pourcentage du chiffre d’affaire.
  16. 16. III. Profits pour les artistes ● Promotion et réseaux sociaux → Promouvoir ses création, créer une relation et fidéliser les fans, reconnaissance et visibilité forte. ● La toile permet une diversité culturelle Principe de la « Longue traine », de Chris Anderson. → Stratégie de vendre une grande diversité de produits, même s'il s'agit de petites quantités pour les œuvres de niche.
  17. 17. III. Profits pour les artistes ● Les avantages de la dématérialisation Fabrice Rochelandet : « La numérisation a entraîné une réduction du coût de production des biens culturels, lorsqu'ils mobilisent des moyens technologiques ». ● → Le problème du piratage et du téléchargement illégal. Mais les plateformes de streaming musical ont de nos jours tendance à se positionner comme un bon compromis entre téléchargement illégal et l'achat d'albums ou de titres.
  18. 18. III. Profits pour les artistes ● Avantages des plateformes et rémunération - Se rendre visible auprès d' un grand nombre d'internautes - Satisfaire la demande des fans déjà conquis - Se faire apprécier de nouvelles personnes - Augmenter les revenus de concerts et de merchandising Rémunération : → Sur Spotify, une écoute rapporte en moyenne 0,003€ à l'artiste. L’écoute d’un album complet rapporterait 0,029€. → Deezer propose une rémunération un peu plus élevée avec un revenu moyen de 0.006€ par écoute.
  19. 19. III. Profits pour les artistes & les producteurs ● Limites des plateformes de streaming musical Des services comme Itunes rémunèrent mieux les artistes . → L'exemple de Taylor Swift, qui a décidé de ne plus figurer sur Spotify. → Spotify a déclaré avoir payé plus d'un milliard de dollars de royalties depuis sa création, dont la moitié rien qu'en 2013.
  20. 20. III. Profits pour les producteurs ● Bénéfices et limites pour les producteurs : Des rémunérations assez conséquentes Pour les producteurs, le motif d’espoir vient désormais des revenus du numérique (29% des revenus globaux en 2014), secteur où le streaming, en forte croissance (+34%), supplante désormais le téléchargement à l’acte (Itunes), en baisse de 14%. → Il semblerait que les supports physiques soient condamnés à disparaître face à la dématérialisation
  21. 21. Conclusion → Les internautes sont les plus avantagés par les plateformes de streaming musical, notamment grâce aux bas prix proposés qui contraste avec un large choix de musique. → Les producteurs et les labels semblent être en deuxième position car ils sont plutôt bien rémunérés pour la mise à disposition de leurs catalogues. → Suivis des artistes, qui gagnent également de l'argent et de la visibilité, mais moins qu'en passant par des plateformes de téléchargement légal comme Itunes. → Les plateformes elles-même, semblent se retrouver sur la dernière marche du podium car elles ont encore du mal a se dégager une marge compte tenu des dépenses qu'elles engagent. .
  22. 22. Etes-vous d'accord pour dire que les plateformes de streaming musical nous éloignent du téléchargement illégal ?

×