Synthèse	
  du	
  colloque	
  international	
  	
  
«	
  Aller	
  vers	
  le	
  post	
  2015…	
  Nou...
résultats	
  révèlent	
  la	
  marginalisation	
  de	
  certaines	
  régions	
  du	
  monde	
  plaçant	
  les	
  OMD	
  ho...
philosophiques	
  différentes	
  participent	
  à	
  déconstruire	
  les	
  murs	
  de	
  préjugés	
  pour	
  faire	
  des...
 
Les	
  recommandations	
  du	
  3ème
	
  colloque	
  internationale	
  de	
  la	
  Coalition	
  des	
  ONG	
  pour	
  le...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

F15 colloque post 2015 coalition synthese-1 lb-fs-2

259 vues

Publié le

colloque post 2015 coalition synthese-

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
259
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
92
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

F15 colloque post 2015 coalition synthese-1 lb-fs-2

  1. 1.           Synthèse  du  colloque  international     «  Aller  vers  le  post  2015…  Nouveau  paradigme  pour  une   sobriété  heureuse  pour  tous  »     Palais  des  Nations,  15  juin  2015       «  Aller  vers  le  post  2015…  Nouveau  Paradigme  pour  une  sobriété  heureuse  pour  tous  »,  c’est   à   cette   grande   rencontre   que   nous   vous   avions   conviés   pour   parcourir   le   bilan   des   Objectifs   du   Millénaire  pour  le  Développement  et  appréhender  l’agenda  post  2015.  Ce  colloque  a  suscité  une   forte   mobilisation   de   la   société   civile,   grâce   à   un   important   réseau   d’ONG,   présentes   ou   représentées,    autour  de  ces  enjeux  et  de  la  nécessité  d'imposer  un  nouveau  paradigme  qui  intègre   le  bonheur  sans  gaspillage  et  pollution.  Ces  17  nouveaux  Objectifs  de  Développement  Durable  sont   formulés  dans  différents  champs  pour  une  mise  en  œuvre  efficiente.  Ils  résultent  d’une  consultation   planétaire  où  la  société  civile  a  pu  s’exprimer.     Les  différents  intervenants  se  sont  accordés  sur  le  rôle  primordial  des  ONG  dans  la  mise  en   œuvre  concrète  des  OMD  et  l'anticipation  des  mutations  à  venir.  Celles-­‐ci  ont  un  rôle  clé  à  jouer  tant   dans  le  travail  de  réflexion  engagé  par  l’ONU  et  les  gouvernements,  que  dans  leur  réalisation  sur  le   terrain.   La   société   civile   s’indigne,   questionne,   innove,   propose.   Elle   est   la   source   essentielle   de   création   des   richesses   à   partager   équitablement.   Eu   égard   à   leur   statut   indépendant,   les   ONG     peuvent,  selon  Neil  Buhne,  dépolitiser  certains  objectifs  et  les  rendre  plus  accessibles.  Elles  offrent  la   parole  aux  oubliés,  et  à  ceux  trop  peu  écoutés  et  entendus  par  les  politiques.  C’est  pour  cela  que  les   organes  décisionnels  doivent  tisser  plus  de  liens  et  travailler  en  symbiose  avec  la  société  civile.     15   ans   après   l’adoption   des   Objectifs   du   Millénaire   pour   le   Développement   par   les   Etats   Membres  des  Nations-­‐Unies,    il  est  temps  de  faire  le  bilan.  D'après  le  rapport  du  PNUD  (2014),  des   avancées  importantes  ont  été  réalisées  :  entre  1990  et  2010,  l’extrême  pauvreté  a  été  divisée  par   deux.  Grace  à  des  progrès  substantiels  dans  la  lutte  contre  la  mortalité  infantile,  le  nombre  de  décès   a  été  divisé  par  deux,  passant  de  90  à  49  décès  pour  100  000  naissances,  sachant  que  des  progrès   importants  restent  à  réaliser,  sur  ce  point  et  beaucoup  d'autres,  en  Afrique  Sub-­‐saharienne.  Chaque   année  6,6  millions  d'enfants  de  moins  de  5  ans  meurent  :  3  millions  en  Afrique  et  plus  de  2  millions   en  Asie  du  Sud.  Malgré  des  progrès  en  terme  de  santé  et  une  diminution  des  infections  VIH/SIDA  de   44%,   entre   2001   et   2012,   la   courbe   est   difficile   à   inverser   :   en   Afrique   australe,   1,2   %   de   la   population  est  atteinte  du  VIH/Sida  contre  0,06  %  dans  les  régions  en  développement  et  0,03  %  dans   les   régions   développées.   L'accès   à   l'eau   potable   est   devenu   une   réalité   pour   2,3   milliards   de   personnes   depuis   1990,   la   cible   pour   2015   a   été   dépassée   même   si   les   inégalités   persistent.   Les   émissions   de   gaz   à   effet   de   serre   continuent   leur   tendance   à   la   hausse   avec   une   augmentation   d'environ  50  %  depuis  1990  et  le  problème  d'accès  aux  terres  persiste.  Le  bilan  reste  mitigé.  Les  
  2. 2. résultats  révèlent  la  marginalisation  de  certaines  régions  du  monde  plaçant  les  OMD  hors  de  portée,   comme  pour  l’Afrique  Subsaharienne.  Les  différents  intervenants  ont  évoqué  des  chiffres  alarmants   soulevant  parfois  une  vive  indignation  parmi  les  participants  ;  en  2013,  300  000  femmes  sont  mortes   en  donnant  la  vie.       Il  existe  de  nombreux  freins  de  types  individuels  ou  culturels  nécessitant  des  évolutions  dans   le  cadre  de  l'éducation.  Il  en  est  de  même  des  freins  structurels  et  conjoncturels  qui  devront  évoluer   pour   pouvoir   atteindre   les   nouveaux   objectifs   de   développement   durable.   Ces   constats   d’échecs   doivent  être  analysés  afin  d'en  rechercher  les  causes  puis  les  solutions  aptes  à  les  résoudre.  Selon  D.   Ambassa  Zang,  nous  ne  devons  pas  nous  concentrer  uniquement  sur  les  causes  exogènes  extérieures,   mais   également   sur   celles   qui   sont   endogènes   et   intérieures.   Les   plans   de   développement   et   les   institutions   n’ont   pas   intégré   les   OMD   dans   leurs   axes   politiques,   certains   parlementaires   par   exemple  ignoraient  totalement  l'existence  de  ces  objectifs.  Il  peut  parfois  y  avoir  une  scission  entre   les  décisions  des  organes  onusiens  et  leur  mise  en  œuvre  au  sein  des  gouvernements.  Les  ONG  sont   reléguées  au  second  plan  avec  une  faible  intégration  de  la  société  civile  aux  décisions  et  réformes   politiques.  Cette  quasi-­‐absence  d’intégration  des  différents  acteurs  de  la  société  civile  dans  le  cadre   institutionnel  et  la  difficulté  pour  ces  pays  d’avoir  une  vision  commune  partagée,  sont  au  cœur  de  la   situation  problématique  actuelle.  P.  Sob  a,  quant  à  lui,  évoqué  les  causes  exogènes.  Il  impute  une   part  de  responsabilité  de  l’échec  des  OMD  à  leur  caractère  générique.  En  effet,  les  moyens  pour   atteindre   ces   objectifs,   n’ont   à   aucun   moment   été   explicités   clairement.   Il   faut   également   se   concentrer  sur  le  contexte  international  de  mondialisation,  caractérisé  par  une  concentration  des   richesses  par  des  minorités  sans  répartition  équitable  au  bénéfice  de  ceux  qui  les  produisent.  M.   Simon  stigmatise  l’attitude  de  grands  groupes  industriels  agissant  en  toute  impunité  en  déployant   une  logique  postcoloniale  arrogante  et  terriblement  dommageable  pour  les  pays    où  leurs  activités   sont  exercées.  Cette  grande  rencontre  a  ainsi  fait  le  bilan  (partiel)  des  OMD,  à  travers  le  filtre  de  la   durabilité  et  du  partage  équitable.  L’analyse  qui  a  été  faite  va  permettre  de  proposer  des  voies  de   changement  afin  de  mieux  appréhender  les  Objectifs  de  Développement  Durable.       Les  différents  conférenciers  ont  insisté  sur  des  points  précis  afin  de  concevoir  un  nouveau   paradigme.  La  valorisation  des  femmes  est  un  point  clé,  pour  P.  Sob  «  Les  femmes  doivent  prendre   leur  place,  car  la  place  ne  leur  sera  pas  donné  ».  Les  artistes  et  intellectuels  ont  également  un  rôle  à   jouer.   Pour   F.   Schmitt,     il   est   nécessaire   d’aborder   les   enjeux   de   demain   sous   un   angle   positif   et   constructif  de  prospérité,  santé,  bonheur  et  paix.  Lutter  contre  la  misère,  la  maladie  ou  la  violence   ne  donne  pas  de  l’énergie  et  empêche  d’atteindre  les  ODD  pour  construire  ensemble  un  nouveau   paradigme.  La  métaphore  de  l’arbre  est  une  bonne  représentation  vivante  de  la  nouvelle  manière   d’atteindre   le   développement   durable   où   l’arbre   puise   dans   le   sol   sans   l’épuiser   mais   en   l’enrichissant,  utilise  les  énergies  renouvelables  sans  polluer,  accueille  et  enrichit  la  vie  et  produit   des  fruits  à  partager  entre  vivants.  Ces  paramètres  doivent  être  ainsi  pris  en  compte  pour  la  mise  en   place   des   nouveaux   Objectifs   de   Développement   Durable.   Ces   derniers   sont,   selon   L.   Grigoreva,   réalistes  et  ambitieux.    N.  Buhne,  directeur  du  PNUD,  en  charge  de  ce  programme  a  expliqué  les   caractéristiques  des  ODD.  Ils  se  distinguent  des  OMD  par  leur  dimension  plus  universelle,  tout  en   prenant  en  compte  dans  leur  application  les  spécificités  locales  et  nationales.  L’être  humain  est  au   cœur  de  ces  finalités  avec  un  objectif  inédit  de  développement  de  la  paix  et  une  intégration  de  tous   les  acteurs.     Tout   au   long   de   cette   journée,   différents   intervenants   ont   exposé   leurs   points   de   vue   et   projets.  A  l’instar  de  la  start-­‐up  sociale  Co-­‐exister,  et  sans  que  nous  n’en  ayons  véritablement  pris   conscience,   des   milliers   d’initiatives   positives   ont   malgré   tout   vu   le   jour   à   travers   le   monde.   En   mettant  en  lumière  ces  actions,  un  message  d’espoir  est  véhiculé.    S.  Grzybowskz  et  ses  partenaires   ont  monté  le  premier  mouvement  interreligieux  des  jeunes,  levier  d’unité  et  de  laïcité.  Coexister,   grâce  à  ses  actions  concrètes  réalisées  par  des  personnes  d’obédiences  religieuses  et  de  convictions  
  3. 3. philosophiques  différentes  participent  à  déconstruire  les  murs  de  préjugés  pour  faire  des  ponts.  Y.   Parienti   a   présenté   son   réseau   social,   Horyou.   Ce   réseau   est   orienté   vers   l’action   réunissant   des   initiatives   innovantes   partout   dans   le   monde.   Selon   le   fondateur,   il   faut   avoir   confiance   dans   les   capacités  d’actions  et  ressources  de  chacun.  Ainsi  éviter  que  les  informations  négatives  transmises   au   quotidien,   dressent   les   individus   les   uns   contre   les   autres.   La   reconquête   d’internet   et   de   la   communication   est   nécessaire   pour   diffuser   des   approches   constructives   vers   un   nouveau   paradigme.  Le  Forum  pour  une  Nouvelle  Gouvernance  Mondiale  aujourd’hui  dirigé  par  J.  Rossiaud   prône  une  citoyenneté  active  et  engagée  pour  une  gouvernance  mondiale  par  la  majorité.  Grâce    à   une  qualité  de  "think-­‐thank"  (groupe  de  réflexion)  et  également  de  "do-­‐thank"  (groupe  d’action),  le   forum   donne   le   pouvoir   à   la   société   civile   transnationale   pour   reconstruire   ensemble   un   monde   responsable,   durable   et   solidaire.   Puis,   prenant   l’exemple   d’une   entreprise   allemande,   E.   Laur   explique   son   concept,   AfB   est   une   entreprise   qui   redonne   une   deuxième   vie   au   matériel   informatique,   permettant   la   revente   à   bas   prix   ou   le   recyclage   de   ce   dernier.   Par   ailleurs,   elle   emploie   en   partie   de   personnes   en   situation   d’handicap.   Ainsi   AfB   permet   d’associer   un   concept   écologique  à  une  action  solidaire  au  service  de  l’activité  économique.  Pendant  ce  colloque,  M.  Hadj   Abed   a   également   présenté   son   projet   innovant   EauNergie  :   des   appareils   permettant   de   traiter   l’eau  de  mer,  l’eau  de  rejet  et  l’eau  de  rivière  la  rendant  instantanément  potable  grâce  à  l’énergie   renouvelable.  L’entreprise  soutient  le  développement  local  où  les  machines  peuvent  être  fabriquées   localement   afin   de   favoriser   l’autonomisation   de   régions   du   monde   par   l’accès   à   l’eau   et   par   la   création  d’emplois  ;  c’est  aussi  dans  l’axe  de  solutions  innovantes  pour  le  développement  durable.     Le   dernier   intervenant   était   H.   Poissonier  ,   directeur   de   l’IRIMA   (Institut   de   Recherche   et   d’Innovation  en  Management  des  Achats)  à  Grenoble  Ecole  de  Management,  il  insiste  sur  le  rôle  clé   des  achats  dans  l’impulsion  des  solutions  écologiques  et  des  modes  de  consommations  durables.   Ainsi   l’entreprise   à   un   rôle   à   jouer   dans   les   mutations   structurelles   nécessaire   pour   le   Développement  Durable,  elle  est  force  de  proposition.  De  plus  en  plus  d’entreprises  suivent  cette   voie  aujourd’hui.         Ce  colloque  international  a  constitué  une  rencontre  importante  pour  la  société  civile,  celle-­‐ci   a  ainsi  pu  démontrer  sa  mobilisation  et  son  engagement  pour  construire  ensemble  un  monde  de   prospérité  et  de  paix.  Lors  de  la  table  ronde,  les  ONG  présentes  ont  montré  la  diversité  de  leurs   actions  concrètes  ou  de  réflexions,  souvent  avec  peu  de  moyens  financiers,  dans  des  actions  locales   potentiellement  reproductibles  et  diffusables  dans  différens  pays.  L’expérience  des  uns  a  permis  de   nourrir   les   visions   des   autres.   Ces   conférences   sont   sources   de   partage   et   d’éducation   mutuelle,   nécessaire   au   changement.   La   capacité   des   participants   du   15   juin   à   être   force   de   proposition   a   permis   par   ailleurs   d’ouvrir   la   voie   sur   des   actions   concrètes   potentielles,   en   cohérence   avec   les   objectifs  formulés  par  le  PNUD  et  un  cadre  commun.  Les  17  nouveaux  Objectifs  de  Développement   Durable  doivent  être  intégrés  dans  les  mentalités  individuelles  et  les  structures  institutionnelles  et   culturelles  afin  qu'ils  soient  réellement  efficaces.       Cet   événement   a   contribué   à   proposer   une   autre   vision   du   monde   et   insiste   sur   l’environnement  naturel,  économique  et  culturel  devant  être  modifié.  Des  recommandations  ont  été   faites   afin   que   toute   la   population   puissent   s’engager   dans   cette   œuvre   planétaire.   La   rencontre   incite   tous   les   acteurs   à   s’unir   pour   proposer   un   paradigme   alternatif   qui   s’appuie   sur   un   Développement  Durable  indispensable  à  l’avenir  de  la  planète  et  des  hommes.  Et  comme  l’a  si  bien   dit  M.  Simon  le  modérateur  «  l’avenir  est  le  premier  des  droits  de  l’Homme  ».              
  4. 4.   Les  recommandations  du  3ème  colloque  internationale  de  la  Coalition  des  ONG  pour  les  OMD     Un  des  axes  nécessaires  pour  un  changement  de  paradigme  est  la  création  d’une  nouvelle  relation   vertueuse  entre  la  société  civile  et  les  organes  décisionnels.  Dans  certaines  régions  du  monde  les   ONG  sont  mis  à  l’écart  de  la  sphère  politique.     D.   Ambassa   Zang   propose   pour   les   régions   d’Afrique   Subsaharienne   que   les   ONG   puissent   faire   l’objet   d’une   audition   parlementaire   pour   qu’elles   donnent   leurs   avis   sur   la   mise   en   œuvre   des   politiques  gouvernementales.    Il  est  nécessaire  que  les  Organisations  internationales  demandent  un   rapport  alternatif  à  la  société  civile  sur  l’agenda  post  2015,  ces  agences  doivent  appliquer  davantage   les   acteurs   nationaux,   qui   doivent   impliquer   les   Objectifs   de   Développement   Durable   dans   les   réglementations  nationales.  Les  17  Objectifs    doivent  être  disséminés  à  une  échelle  locale  afin  d’être   plus  accessible,  les  moyens  pour  les  atteindre  doivent  être  clairement  expliqué  puis  mis  à  disposition   pour  les  Etats  en  difficulté.  P.  Sob  propose  également  la  traduction  des  17  ODD  dans  les  langues   régionales.     M.  Simon  met  en  avant  le  rôle  de  la  culture  dans  le  processus  de  mutation,  il  est  nécessaire  d’exiger   que  les  groupes  exploitants  donnent  une  partie  de  leur  chiffre  d’affaire  pour  l’investissement  dans   les   nouvelles   technologies   pour   l’éducation   dans   les   zones     isolés.   L’enseignement   des   droits   de   l’Homme   devrait   être   obligatoire   dans   toutes   les   écoles   et   dans   les   formations   pour   les   métiers   répressifs.  Les  ODD  devraient  être  connus  de  tous,  acteurs  politiques  et  société  civile,  il  y  a  donc  des   efforts  à  faire  concernant  la  communication.     S.  Grzybowski  recommande  un  travail  de  plaidoyer,  dans  la  thématique  du  dialogue  interreligieux,   un  enseignement  laïc  des  faits  religieux  ;  la  France  étant  un  des  seuls  pays  ne  proposant  pas  cet   enseignement.         Rédigé  par  Léa  Biteau,  Coaltion  des  ONG  pour  les  OMD     Site  http://www.coalition-­‐des-­‐ong-­‐pour-­‐les-­‐omd.org/   https://www.facebook.com/pages/Coalition-­‐des-­‐ONG-­‐pour-­‐les-­‐OMD/1535893806684104?fref=ts                  

×