TAUX DE CHANGE  ET  COMPETITIVITE EXTERIEURE Séances de travail sur le suivi des indicateurs de compétitivité extérieure Y...
Plan <ul><li>I. Le concept de compétitivité </li></ul><ul><li>II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  </li>...
I. Le concept de compétitivité
I. Le concept de compétitivité <ul><li>Qu’est-ce que la compétitivité? </li></ul><ul><li>Quelles sont les mesures de la co...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>Compétitivité  : </li></ul><ul><ul><li>concept dynamique ; </li></ul></ul><ul><ul>...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>&quot; La compétitivité est la capacité de fournir des biens et services au temps,...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>&quot; Une industrie compétitive est celle qui possède la capacité de gagner un pr...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>« La compétitivité est un mot vide de sens lorsqu’il est appliqué aux économies na...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>«  La compétitivité d’une nation est la capacité à améliorer durablement le niveau...
Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>Compétitivité prix et coûts </li></ul><ul><ul><ul><ul><li>Taux de change </li></ul...
Les mesures de la compétitivité <ul><li>1. Mesures relatives aux coûts de production </li></ul><ul><li>Comparaison des coû...
Les mesures de la compétitivité <ul><li>2. Mesures relatives à la productivité des facteurs   </li></ul><ul><li>Écarts de ...
Les mesures de la compétitivité <ul><li>3 . Mesures relatives aux échanges commerciaux </li></ul><ul><li>(i) La part dans ...
Les mesures de la compétitivité <ul><li>4. Mesures relatives à la part du marché </li></ul><ul><li>La part du marché ou cr...
Les mesures de la compétitivité <ul><li>5. Mesures relatives au profit </li></ul><ul><li>Marges brutes et nettes  ou indic...
LES DETERMINANTS DE LA COMPETITIVITE Économie d’échelle Coût de production  (salaire, inflation…) de commercialisation et ...
Obstacles à la compétitivité <ul><li>Droits de douane élevés sur les importations </li></ul><ul><li>Quotas, licences et au...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>1. Définitions </li></ul><ul><li>Taux de change:  prix rela...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>TAUX DE CHANGE AU CERTAIN ET TAUX DE CHANGE A L'INCERTAIN. ...
II. Quelques rappels sur la théories du taux de change  <ul><li>TAUX DE CHANGE BILATÉRAL ET TAUX DE CHANGE EFFECTIF </li><...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>TAUX DE CHANGE AU COMPTANT ET TAUX DE CHANGE À TERME </li><...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>TAUX DE CHANGE PPA ET TAUX DE CHANGE NOMINAL </li></ul><ul>...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>TAUX DE CHANGE NOMINAL ET TAUX DE CHANGE RÉEL </li></ul><ul...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>Taux de change réel (au certain) </li></ul><ul><li>taux de ...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>Autre définition du taux de ch. réel au certain  </li></ul>...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>TCR stable si les variations du taux de change nominal comp...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>Pour les &quot;petits pays&quot; (price takers), P* est exo...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>En fonction de la théorie de la PPA, dans sa version absolue...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><li>...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE . </li></ul><ul><li...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE . </li></ul><ul><li...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><ul>...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><li>...
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>3. Déterminants des Taux de Change </li></ul><ul><ul><li>1....
II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change  <ul><li>4. Effets de la variation du taux de change </li></ul><ul><...
<ul><li>Monnaie sous-évaluée   augmentation des exportations    forte croissance économique, surplus de la balance comm...
<ul><li>2./ La dépréciation/appréciation peut augmenter/réduire l’inflation et dynamiser/freiner la croissance (effet dire...
<ul><li>4./ Sur la  Balance commerciale .  </li></ul><ul><ul><li>La monnaie d’une économie souffrant d’un déficit commerci...
III. Régime de change et compétitivité
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>1. Le régime de change fixe est associé à une inflation faible </li></ul><u...
III. Régime de change et compétitivité <ul><ul><li>l’effet de « confiance »;  confiance du public renforcée dans la détent...
III. Régime de change et compétitivité <ul><ul><li>Cependant, en  régime de change fixe,  il y a retard  dans l’ajustement...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>2. Le régime de change flottant est associé à une croissance économique sta...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>Régime de change flottant: </li></ul><ul><ul><li>Risque élevés de mener des...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>3.  La volatilité du taux de change est néfaste pour l’investissement extér...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>4.  L’optimalité d’un régime de change dépend moins de sa nature intrinsèqu...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>5. Le régime de change fixe de la CEMAC a fortement contribué à la stabilit...
III. Régime de change et compétitivité <ul><li>6. Des réformes structurelles restent cependant à faire pour une croissance...
IV. Le PCMA et le critère de stabilité du TCER
CRITERES DE PREMIER RANG 1°) Ratio du Déficit budgétaire global, hors dons/PIB Solde budgétaire global (hors dons) en pour...
CRITERES DE SECOND RANG 1°) Résorption des arriérés intérieurs et non accumulation de nouveaux. 2°)  Recettes fiscales /PI...
Bibliographie: <ul><li>Agriculture Canada (1991).  Task Force on Competitiveness in the Agri-Food Industry ,  Growing Toge...
Bibliographie: <ul><li>Hugon Philippe (1999):  La zone franc à l’heure de l’Euro , édité par Karthala </li></ul><ul><li>Ka...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

TCER ET COMPETITIVITE, Kamgna

3 656 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 656
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
102
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • TCER ET COMPETITIVITE, Kamgna

    1. 1. TAUX DE CHANGE ET COMPETITIVITE EXTERIEURE Séances de travail sur le suivi des indicateurs de compétitivité extérieure Yaoundé, du 03 au 06 juillet 2006
    2. 2. Plan <ul><li>I. Le concept de compétitivité </li></ul><ul><li>II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change </li></ul><ul><li>III. Régime de change et compétitivité </li></ul><ul><li>IV. Le PCMA et le critère de stabilité du TCER </li></ul>
    3. 3. I. Le concept de compétitivité
    4. 4. I. Le concept de compétitivité <ul><li>Qu’est-ce que la compétitivité? </li></ul><ul><li>Quelles sont les mesures de la compétitivité ? </li></ul><ul><li>Quels sont les facteurs déterminants de la compétitivité ? </li></ul><ul><li>Quelles sont les obstacles à la compétitivité ? </li></ul>
    5. 5. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>Compétitivité : </li></ul><ul><ul><li>concept dynamique ; </li></ul></ul><ul><ul><li>concept relatif , dépend de: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>niveau de l'analyse menée (nation, secteur, entreprise), </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>le bien analysé (bien homogène ou différencié), </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>et l'objectif de l'analyse </li></ul></ul></ul>
    6. 6. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>&quot; La compétitivité est la capacité de fournir des biens et services au temps, place et forme requise par les acheteurs étrangers à prix égal ou meilleur que celui des autres fournisseurs potentiels tout en gagnant au moins le coût d'opportunité des ressources employées &quot; (Sharples et Milham, 1990). </li></ul>
    7. 7. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>&quot; Une industrie compétitive est celle qui possède la capacité de gagner un profit et maintenir une part du marché domestique et/ou international &quot; (Agriculture Canada, 1991) </li></ul><ul><li>Compétitivité : capacité de pénétrer et de s'imposer sur de nouveaux marchés . </li></ul><ul><li>Compétitivité: capacité de maintenir une balance commerciale positive . </li></ul>
    8. 8. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>« La compétitivité est un mot vide de sens lorsqu’il est appliqué aux économies nationales … Un problème de compétitivité d’une économie nationale peut être purement et simplement un problème intérieur de productivité.  » Paul Krugman (1994) </li></ul>
    9. 9. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>«  La compétitivité d’une nation est la capacité à améliorer durablement le niveau de vie de ses habitants et à leur procurer un haut niveau d’emploi et de cohésion sociale  ». Debonneuil (2003) </li></ul>
    10. 10. Qu’est-ce que la compétitivité? <ul><li>Compétitivité prix et coûts </li></ul><ul><ul><ul><ul><li>Taux de change </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Coûts internes (coûts salariaux…) </li></ul></ul></ul></ul><ul><li>Compétitivité hors prix </li></ul><ul><ul><li>Compétitivité structurelle </li></ul></ul><ul><ul><li>Compétitivité technologique </li></ul></ul>
    11. 11. Les mesures de la compétitivité <ul><li>1. Mesures relatives aux coûts de production </li></ul><ul><li>Comparaison des coûts absolus de production (Stanton, 1986 ; Tange, 1992)) </li></ul><ul><li>Problèmes : Echantillonnage, agrégation, sources de données,  indicateurs imparfaits de la compétitivité (Ahearn et al. , 1990). </li></ul><ul><li>Alternative: coefficient de coût des ressources ou le coût de production d'une unité de produits (Van Duren et Martin, 1992). </li></ul>
    12. 12. Les mesures de la compétitivité <ul><li>2. Mesures relatives à la productivité des facteurs </li></ul><ul><li>Écarts de productivité entre deux entités : la différence relative de produit moins la somme de la différence relative du niveau des intrants pondérée par leurs parts, Jorgensen et Nishimizu (1978), </li></ul><ul><li>Deux contraintes majeures : </li></ul><ul><ul><li>Seules les différences dues à la technologie et aux écarts des efficacités techniques sont captés, les différences de compétitivité dues aux différences des prix des facteurs sont négligées </li></ul></ul><ul><ul><li>Ne contient aucune information quant aux déterminants de la compétitivité hors prix. </li></ul></ul>
    13. 13. Les mesures de la compétitivité <ul><li>3 . Mesures relatives aux échanges commerciaux </li></ul><ul><li>(i) La part dans le marché de l'exportation, </li></ul><ul><li>(ii) Indice de l'avantage comparatif révélé de Balassa, </li></ul><ul><li>(iii) Indice des exportations nettes de Balassa et Bauwen, </li></ul><ul><li>Certains pays, apparemment non compétitifs d'après les indices traditionnels, sont en réalité compétitifs si la production à l'étranger des entreprises multinationales est considérée. </li></ul>
    14. 14. Les mesures de la compétitivité <ul><li>4. Mesures relatives à la part du marché </li></ul><ul><li>La part du marché ou croissance de la part du marché (Larson et Rask, 1992). </li></ul><ul><li>Il capte aussi bien les facteurs de compétitivité hors prix que les facteurs de compétitivité prix. </li></ul>
    15. 15. Les mesures de la compétitivité <ul><li>5. Mesures relatives au profit </li></ul><ul><li>Marges brutes et nettes ou indicateurs de comportement prix-coût. </li></ul>
    16. 16. LES DETERMINANTS DE LA COMPETITIVITE Économie d’échelle Coût de production (salaire, inflation…) de commercialisation et de transport Régulations fiscales, monétaires, et politiques commerciales Coût de transport international Caractéristiques du Produit (qualité, fiabilité service) ou compétitivité hors prix Préférences et arrangements Compétitivité Productivité Conditions du marché mondial Technologie Taux de change Dotations en ressources naturelles (terre, climat, eau…) et capital humain Niveau International Niveau National
    17. 17. Obstacles à la compétitivité <ul><li>Droits de douane élevés sur les importations </li></ul><ul><li>Quotas, licences et autres barrières non tarifaires </li></ul><ul><li>Réglementations techniques et différents standards </li></ul><ul><li>Services d’infrastructure et de logistique commerciale déficients : efficacité portuaire, qualité des routes, télécommunications; électricité </li></ul><ul><li>Interventions de l’État: subventions, appels d’offre, monopoles </li></ul><ul><li>Environnement des affaires non attrayant (climat d’investissement) </li></ul><ul><li>Surévaluation du taux de change </li></ul>
    18. 18. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change
    19. 19. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>1. Définitions </li></ul><ul><li>Taux de change: prix relatif d’une monnaie par rapport à une autre. </li></ul><ul><li>“ cours du change ” = “ taux de change ”. </li></ul><ul><li>Taux de change ≠ parité </li></ul>
    20. 20. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>TAUX DE CHANGE AU CERTAIN ET TAUX DE CHANGE A L'INCERTAIN. </li></ul><ul><li>Taux de change au certain = nombre d'unités de monnaie étrangère que l'on peut obtenir avec une unité de monnaie nationale. </li></ul><ul><li>Exemple : 1 FCFA= x USD. C'est le prix du FCFA en dollar. </li></ul><ul><li>Taux de change à l'incertain = nombre d'unités de monnaie nationale qu'il faut fournir pour avoir une unité de monnaie étrangère. </li></ul><ul><li>Exemple : 1 USD = y FCFA. C'est le prix du dollar en FCFA. </li></ul>
    21. 21. II. Quelques rappels sur la théories du taux de change <ul><li>TAUX DE CHANGE BILATÉRAL ET TAUX DE CHANGE EFFECTIF </li></ul><ul><ul><li>T aux de change bilatéral = taux de change entre deux monnaies; </li></ul></ul><ul><ul><li>Taux de change effectif d'une monnaie = une moyenne des taux bilatéraux de cette monnaie pondérée par le poids relatif de chaque pays étranger dans le commerce extérieur du pays considéré. </li></ul></ul>
    22. 22. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>TAUX DE CHANGE AU COMPTANT ET TAUX DE CHANGE À TERME </li></ul><ul><li>Taux de change au comptant = taux de change utilisé dans les opérations de change au comptant ; = taux nominal ou taux courant. </li></ul><ul><li>Taux de change à terme = taux de change défini pour les opérations de change à terme entre deux devises. </li></ul>
    23. 23. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>TAUX DE CHANGE PPA ET TAUX DE CHANGE NOMINAL </li></ul><ul><li>Taux de change PPA = Taux de change qui ne donne aux différents pays aucun avantage d'origine monétaire </li></ul><ul><ul><li>chaque monnaie est sensée fournir le même pouvoir d'achat dans tous les pays (la théorie de la PPA repose sur la loi du prix unique selon laquelle des biens identiques sont censés se vendre au seul et même prix partout). </li></ul></ul><ul><ul><li>taux de change théorique, le taux de change d'équilibre de long terme doit tendre vers ce taux de change PPA </li></ul></ul><ul><li>Le taux de change PPA est différent du taux de change nominal qui est le taux de change courant, donc de court terme par définition. La différence s'explique par l'écart d'inflation entre deux pays. </li></ul>
    24. 24. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>TAUX DE CHANGE NOMINAL ET TAUX DE CHANGE RÉEL </li></ul><ul><li>Pour tenir compte des écarts entre taux de change nominal et taux de change PPA, on calcule le taux de change réel. </li></ul><ul><li>Taux de change nominal mesure le prix relatif de deux monnaies, </li></ul><ul><li>Taux de change réel mesure le prix relatif de deux paniers de biens, des produits nationaux par rapport aux produits étrangers en monnaie nationale ; </li></ul><ul><ul><li>il correspond au rapport de deux pouvoirs d'achat ; c'est donc un indicateur de la compétitivité-prix du pays. </li></ul></ul>
    25. 25. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>Taux de change réel (au certain) </li></ul><ul><li>taux de ch. réel (au certain) = tx de ch. nominal (au certain) / tx de ch. PPA (au certain) </li></ul><ul><ul><li>- TCR > 1, la monnaie nationale est surévaluée (son taux nominal est surévalué) et la devise étrangère est sous-évaluée ; </li></ul></ul><ul><ul><li>- Quand le TCR s'élève, la monnaie s'apprécie et la compétitivité-prix se détériore. </li></ul></ul>
    26. 26. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>Autre définition du taux de ch. réel au certain </li></ul><ul><ul><li>TCR = prix nationaux (P) * taux de ch. nominal (au certain) / [prix étrangers (P')] </li></ul></ul><ul><ul><li>= [prix nationaux (P) / prix étrangers (P')] * taux de change nominal (au certain) </li></ul></ul><ul><ul><li>TCR=e(P/P*). </li></ul></ul>
    27. 27. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>TCR stable si les variations du taux de change nominal compensent exactement l'écart d'inflation => théorie de la PPA. </li></ul><ul><li>Si P et P' sont constants ou évoluent au même rythme </li></ul><ul><ul><li> TCR et TCN évoluent de concert. </li></ul></ul><ul><li>Si P augmente davantage que P* </li></ul><ul><li>  appréciation du TCR si TCN constant </li></ul>
    28. 28. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>Pour les &quot;petits pays&quot; (price takers), P* est exogène </li></ul><ul><li>Alors, pour atteindre le taux de change réel d'équilibre (ou de long terme): </li></ul><ul><ul><li>, et si on veut défendre le taux nominal, il faut ajuster par P (donc agir sur le taux d'inflation), </li></ul></ul><ul><ul><li>et si on ne peut pas agir sur P, il faut modifier le taux nominal (par une politique de change qui, en change fixe signifie une décision de dévaluation ou réévaluation). </li></ul></ul>
    29. 29. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>En fonction de la théorie de la PPA, dans sa version absolue, le TCR = 1. </li></ul><ul><li>Selon la version relative de la théorie de la PPA, le TCR doit être stable dans le temps. </li></ul>
    30. 30. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><li>Le TCR est un indicateur de compétitivité ; c'est par lui que se définit la force d'une monnaie. </li></ul><ul><li>La définition du TCR s'inverse selon que l'on utilise le taux de change réel à l'incertain ou au certain. </li></ul>
    31. 31. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE . </li></ul><ul><li>Qu’est ce qu’une monnaie forte ? </li></ul><ul><ul><li>Conception 1 : une monnaie forte est une monnaie dont le pouvoir d'achat est plus élevé à l'étranger que dans le pays parce que le niveau des prix nationaux est supérieur à celui des prix étrangers pour un taux nominal donné. </li></ul></ul>
    32. 32. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE . </li></ul><ul><li>Qu’est ce qu’une monnaie forte ? </li></ul><ul><ul><li>conception 2 : une monnaie forte est une monnaie qui rend fort parce que son taux de change nominal est surévalué : cela crée pour les entreprises un handicap qui les pousse à devenir plus compétitives et constitue pour l'économie nationale une bonne façon d'importer de la désinflation et donc d'aider à la lutte contre la hausse des prix </li></ul></ul>
    33. 33. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><ul><li>Conception 3 : une monnaie est forte parce que l'économie est forte, c'est-à-dire compétitive grâce à un écart d'inflation favorable et à un système productif efficace. </li></ul></ul>
    34. 34. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>2. TAUX DE CHANGE REEL ET MONNAIE FORTE. </li></ul><ul><li>Une monnaie forte est une monnaie très demandée, à la fois parce que ceux qui la recherchent estiment qu'elle vaut plus que son prix et parce qu'elle est la monnaie d'une économie compétitive (grâce à une hausse des prix plus faible), dont les produits sont donc davantage demandés. </li></ul><ul><li>Cet excès de demande devrait se traduire par l'appréciation nominale de la monnaie ; mais si le taux de change nominal est maintenu à son niveau antérieur, la monnaie se déprécie en termes réels ; elle devient sous-évaluée. </li></ul>
    35. 35. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>3. Déterminants des Taux de Change </li></ul><ul><ul><li>1.1. Rationalité et irrationalité </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les taux de change sont déterminés par l’interaction de l’offre et de la demande sur les marchés de change étrangers . </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>1.2 Échanges commerciaux et balance des paiements </li></ul></ul><ul><ul><li>1.3 Écart des taux d’intérêts </li></ul></ul>
    36. 36. II. Quelques rappels sur la théorie du taux de change <ul><li>4. Effets de la variation du taux de change </li></ul><ul><li>La valeur extérieure d’une monnaie peut avoir des répercussions sur l’économie intérieure de différentes façons. </li></ul><ul><li>1./ Une distorsion à long terme aura des retombées sur la concurrence internationale. </li></ul>
    37. 37. <ul><li>Monnaie sous-évaluée  augmentation des exportations  forte croissance économique, surplus de la balance commerciale </li></ul><ul><ul><li>mais pressions inflationnistes. </li></ul></ul><ul><li>Monnaie surévaluée  baisse du coût des importations (mais contraintes des des exportations), réduit l’inflation, </li></ul><ul><ul><li>mais provoque un éventuel déficit de la balance commerciale et une chute du taux de croissance. </li></ul></ul>
    38. 38. <ul><li>2./ La dépréciation/appréciation peut augmenter/réduire l’inflation et dynamiser/freiner la croissance (effet direct, indirect ou de second degré). </li></ul><ul><li>3./ La volatilité des taux de change peut entraîner une augmentation des coûts, déstabiliser les marchés et une mauvaise répartition des capitaux. </li></ul>
    39. 39. <ul><li>4./ Sur la Balance commerciale . </li></ul><ul><ul><li>La monnaie d’une économie souffrant d’un déficit commercial devrait se déprécier; </li></ul></ul><ul><ul><li>La monnaie celle d’une économie dont la balance commerciale est excédentaire devrait s’apprécier. </li></ul></ul>
    40. 40. III. Régime de change et compétitivité
    41. 41. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>1. Le régime de change fixe est associé à une inflation faible </li></ul><ul><li>Deux facteurs sont mis en exergue pour expliquer l’existence du lien entre fixité de change et inflation faible. </li></ul><ul><ul><li>l’effet de « discipline » . discipline accrue en matière de politiques macroéconomiques du fait des coûts politiques élevés associés à une remise en cause de la parité, </li></ul></ul>
    42. 42. III. Régime de change et compétitivité <ul><ul><li>l’effet de « confiance »; confiance du public renforcée dans la détention de la monnaie nationale, pour autant que la parité soit crédible. </li></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Cette crédibilité est d’autant plus grande que la monnaie est rattachée à celle d’un pays jouissant d’une réputation anti-inflationniste. </li></ul></ul></ul></ul>
    43. 43. III. Régime de change et compétitivité <ul><ul><li>Cependant, en régime de change fixe, il y a retard dans l’ajustement des prix relatifs; </li></ul></ul><ul><ul><li>Non ajustement supporté, jusqu’au moment où la parité en vigueur ne peut plus être maintenue, par: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>les réserves internationales, </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>l’accumulation des arriérés intérieurs </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>et l’endettement extérieur. </li></ul></ul></ul>
    44. 44. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>2. Le régime de change flottant est associé à une croissance économique stable et forte </li></ul><ul><ul><li>Favorise l’ajustement rapide des prix relatifs, </li></ul></ul><ul><ul><li>Permet d’éviter une pénalisation du secteur extérieur de l’économie et une inefficacité dans l’allocation des ressources. </li></ul></ul><ul><ul><li>Dans les pays pétroliers, à la suite par exemple d’un boom, la flexibilité du taux de change peut permettre de lisser la demande globale en facilitant la dépréciation rapide du taux de change réel, évitant ainsi le développement du phénomène du « syndrome hollandais », c’est-à-dire la décadence du secteur non pétrolier de l’économie. </li></ul></ul>
    45. 45. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>Régime de change flottant: </li></ul><ul><ul><li>Risque élevés de mener des politiques macroéconomiques expansionnistes. </li></ul></ul><ul><ul><li>inflation chronique. </li></ul></ul>
    46. 46. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>3. La volatilité du taux de change est néfaste pour l’investissement extérieur et l’activité économique du fait de l’ incertitude qui se traduit par: </li></ul><ul><ul><ul><li>un refus d’investir à moyen et long terme dans les pays, </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>une prime de risques élevée </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>et une hausse des taux d’intérêt. </li></ul></ul></ul>
    47. 47. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>4. L’optimalité d’un régime de change dépend moins de sa nature intrinsèque que de l’adéquation des politiques macroéconomiques et structurelles qui l’accompagnent </li></ul><ul><ul><li>Frenkel, Gouverneur de la Banque d’Israël, «il existe aussi bien une bonne et mauvaise fixité, qu’une bonne et mauvaise flexibilité ». </li></ul></ul>
    48. 48. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>5. Le régime de change fixe de la CEMAC a fortement contribué à la stabilité des prix </li></ul><ul><ul><li>Les pays membres de la CEMAC qui appartiennent à la Zone Franc, ont fait le choix d’un régime de change dont les trois traits principaux sont les suivants : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Une parité fixe entre le F CFA et l’Euro ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Une convertibilité du F CFA en Euro, à travers l’Euro en d’autres monnaies convertibles ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Une union monétaire entre les six Etats membres de la CEMAC, ce qui implique l’existence d’une Banque Centrale unique en charge de la conduite de la politique monétaire commune. </li></ul></ul></ul>
    49. 49. III. Régime de change et compétitivité <ul><li>6. Des réformes structurelles restent cependant à faire pour une croissance stable et plus forte </li></ul><ul><ul><li>L’enjeu de ces réformes structurelles est double : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>permettre aux prix relatifs de s’ajuster rapidement afin d’éviter une pénalisation du secteur extérieur ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>prévenir le développement du phénomène connu dans la littérature économique sous le nom de « syndrome hollandais », très fréquent dans les pays pétroliers. </li></ul></ul></ul>
    50. 50. IV. Le PCMA et le critère de stabilité du TCER
    51. 51. CRITERES DE PREMIER RANG 1°) Ratio du Déficit budgétaire global, hors dons/PIB Solde budgétaire global (hors dons) en pourcentage du PIB <3 % 2°) Taux d’inflation Variation en moyenne annuelle de l’indice national des prix à la consommation < 3% 3°) Minimisation du financement du déficit budgétaire par la Banque Centrale 4°) Réserves extérieurs/importations Les réserves en mois d’importations > 6
    52. 52. CRITERES DE SECOND RANG 1°) Résorption des arriérés intérieurs et non accumulation de nouveaux. 2°) Recettes fiscales /PIB > 20 %. 3°) Masse salariale / Recettes fiscales totales < 35 % 4°) Maintien de la stabilité du taux de change réel 5°) Investissements publics financés par des ressources internes/ recettes fiscales > 20 %. 6°) Maintien de taux d’intérêt réels positifs.
    53. 53. Bibliographie: <ul><li>Agriculture Canada (1991). Task Force on Competitiveness in the Agri-Food Industry , Growing Together . Report to Ministers of Agriculture. Agriculture Canada, Ottawa. </li></ul><ul><li>A.T.Kearney (2002), FDI Confidence Index, </li></ul><ul><li>CEPII (1998), Compétitivité des nations, Economica, Paris. </li></ul><ul><li>Edwards, Sebastian; Savastano, Miguel A (1999): « Exchange Rates in Emerging Economies: What Do We Know? What Do We Need to Know?», NBER Working Paper 7228 , Princeton University Press </li></ul><ul><li>Edwards, Sebastian (1989): Real Exchange Rate, Devaluation, and Adjustment – Exchange Rate Policy in Developing Countries , publié par MIT press, Cambridge </li></ul><ul><li>Gankou Jean-Marie et Bondoma Yokono Dieudonné (1998): Gestion du taux de change et Politique d’Ajustement dans les pays africains membres de la Zone Franc , Economica, Paris </li></ul><ul><li>Ghura, Dhaneshwar et Greenes, Thomas J. (1993) : « The Real Exchange Rate and Macroeconomics Performance in Sub-Saharan Africa », Journal of Development Economics , vol. 42, pp. 155-174 </li></ul><ul><li>Hinkle Lawrence E., Montiel Peter J.(1999): Exchange rate misalignment : concepts and measurement for developing countries , New York: Banque Mondiale </li></ul>
    54. 54. Bibliographie: <ul><li>Hugon Philippe (1999): La zone franc à l’heure de l’Euro , édité par Karthala </li></ul><ul><li>Kalinda Mkenda Béatrice (2001): “Long-run and Short-run Determinants of the Real Exchange Rate in Zambia”, Scandinavian Working Papers in Economics , n°40, Université de Göteborg, Suède </li></ul><ul><li>Lall S. (2001), “Competitiveness Indices and Developing Countries: An Economic Evaluation of the Global Competitiveness Report”, Word Development, (29)9: 1501-1525. </li></ul><ul><li>Linjouom Mireille (2004) : « Estimation du taux de change réel d’équilibre et choix d’un régime de change pour le Cameroun » ; cahier de recherche EURISCO </li></ul><ul><li>Pinçon René(1979) : « Réflexions méthodologiques concernant les calculs de taux de change pondérés et d’indices de compétitivité », Cahier économique et monétaire , n°10, Banque de France 91 </li></ul><ul><li>Taglioni D. (2002), “Evidence on the Relationship Between Exchange Rates Variability and Trade Barriers: A Role for Volatility in Explaining Border Effects?” in Fontagné L., Mayer T., Evaluation des barrières aux échanges, dossier agricole et marchés publics : trois dossiers sensibles, Rapport TEAM pour le Commissariat Général du Plan, 2002. </li></ul>

    ×