Le vrai du faux. questions

499 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
499
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
56
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le vrai du faux. questions

  1. 1. Le Vrai du Faux en ALR
  2. 2. Q1. Dès l’apparition de troubles de l’élocution au cours d’une injection de ropivacaïne pendant un bloc interscalénique il faut administrer une solution d’intralipide. VRAI ou FAUX ?
  3. 3. Q2. L’échoguidage permet d’éviter l’injection intraneurale. VRAI ou FAUX ?
  4. 4. Q3. Toute injection intraneurale entraine une neuropathie. VRAI ou FAUX ?
  5. 5. Q4. Le couplage échoguidage-neurostimulation à l’IMS (intensité minimale de stimulation) permet d’éviter l’injection intraneurale. VRAI ou FAUX ?
  6. 6. Q5. La chloroprocaïne en rachianesthésie n’est pas plus neurotoxique que la bupivacaïne. VRAI ou FAUX ?
  7. 7. Q6. L’anesthésie locorégionale est inefficace pour la chirurgie du panaris, et d’ailleurs le chirurgien n’en veut pas ! VRAI ou FAUX ?
  8. 8. Q7. Le bloc au canal inguinal est suffisant pour l’analgésie de la prothèse totale de genou. VRAI ou FAUX ?
  9. 9. Q8. Le bloc interscalénique entraine toujours une paralysie phrénique. VRAI ou FAUX ?
  10. 10. Q9. Après chirurgie de l’épaule sous BIS, les complications neurologiques sont habituellement de cause anesthésique. VRAI ou FAUX ?
  11. 11. Q10. La dose test est (devenue) inutile pour une anesthésie péridurale chirurgicale. VRAI ou FAUX ?
  12. 12. Q11. Le blood-patch prophylactique, après une brèche involontaire, mais avant l’apparition de la céphalée, est recommandé. VRAI ou FAUX ?
  13. 13. Réponse 11. Le blood-patch prophylactique, après une brèche involontaire, mais avant l’apparition de la céphalée, est recommandé. FAUX
  14. 14. Décubitus dorsal strict n’est pas un traitement de la céphalée par hypotension du LCR. Pour les céphalées modérées, le décubitus prolongé pourrait avoir un effet réducteur dans 6 %, Pour les céphalées sévères, le décubitus prolongé aurait un effet aggravant dans 50%. Le décubitus prolongé n’a aucun effet protecteur par rapport au lever précoce, et majore le risque thromboembolique. Réponse 12.

×