Céphalées
Primaires
Motif d’appel en urgence ou motif
de consultation chez les médecins
généralistes, les urgentistes, les...
Céphalées

 Certains de ces tableaux représentent

une menace vitale ou fonctionnelle, ce
sont les céphalées symptomatiqu...
 Dans le cas d’une première céphalée ou





d’une céphalée d’installation récente, la
préoccupation principale est de...
Céphalées

 La situation est encore plus

complexe si le patient est déjà un
céphalalgique, ce qui est le cas de
30 % de ...
Céphalée primaire ou
secondaire?
« Les drapeaux rouges »

 Début après 40 ans.
 Céphalée en coup de tonnerre.
 Céphalée...
Classification Internationale
des Céphalées (ICHD-II)
ICHD-II : The International Classification of
Headache Disorders. 2n...
Céphalées

 Reconnaître à quel cadre appartient
une céphalée est un des problèmes
les plus délicats mais aussi les plus
c...
Céphalées
Primaires
& Secondaires

 pas aussi simple qu’on peut le
penser a priori.

 Il s’agit du temps essentiel de

l...
Cet interrogatoire comporte quatre à cinq
étapes successives d’une durée de temps
variable selon les individus (tableau 1....
1ere étape :

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire

1ere étape
2eme étape

3eme étape
4eme étape
5eme étape

...
2eme étape :

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Caractériser la (ou les)
céphalée(s)



Interrogatoire
1ere étape

2eme
...
2eme étape : Caractériser

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape

2eme

étape

3eme étape
4eme étap...
Profil évolutif
(questions 1, 2 et 3)

Céphalées
Primaires

On peut ainsi définir quatre types évolutifs
différents :



...
Siège de la céphalée
(question 4)

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire

peut être un élément discriminant es...
Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape

2eme étape
3eme étape
4eme étape
5eme étape

Durée et fréque...
La durée des crises permet de
différencier les principales catégories de
céphalées primaires :
Caractère et intensité
(questions 7 et 8)

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire

Certains patients ont du mal...
Caractère et intensité
(questions 7 et 8)

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape

2eme étape
3eme é...
Facteurs déclenchants et
facteurs calmants

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape

2eme étape
3eme ...
Facteurs déclenchants et
facteurs calmants

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape

2eme étape
3eme ...
Facteurs déclenchants et
facteurs calmants

Céphalées

(questions 9 et 10)

Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere é...
3eme étape :

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape
2eme étape

3eme étape
4eme étape
5eme étape

i...
4eme étape :

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape
2eme étape
3eme étape

4eme étape
5eme étape

R...
5eme étape :

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Interrogatoire
1ere étape
2eme étape
3eme étape
4eme étape

5eme étape

R...
Etude du comportement

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Examen
Clinique

Si le patient est vu en crise, il est important...
Examen clinique

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Examen
Clinique

Si le patient est vu pour la première fois pour
une c...
Au décours de ce
bilan clinique, on
met en évidence
des signes
d’alarmes
(tableau 1.6)
incitant à
prescrire des
examens
co...
Orientation Diagnostique

Céphalées
Primaires
& Secondaires

 Céphalée aiguë et nouvelle (I)
 Céphalée récente et d’inst...
Céphalée aiguë et nouvelle



Elle est aiguë et nouvelle soit parce que le
patient n’avait jamais eu de céphalée auparav...
Céphalée aiguë et nouvelle








Un angio-scanner ou une angio-IRM permet de
localiser l’origine du saignement (anév...
Céphalée récente et
d’installation progressive







Cette phase d’installation est plus ou moins longue,
se chiffran...
Céphalée récente et
d’installation progressive

Céphalées



Orientation




Une maladie de Horton est envisagée au-del...
Céphalée chronique évoluant
par crises récurrentes

Céphalées

 La situation est ici bien différente ; le

Orientation

p...
Céphalée chronique évoluant
par crises récurrentes

Céphalées
Primaires
& Secondaires

Orientation
Diagnostique

I
II

III...
Céphalée chronique évoluant
par crises récurrentes

Céphalées
Primaires
& Secondaires

 Les examens paracliniques sont do...
Céphalée chronique évoluant de Céphalées
façon continue
Primaires

 On considère qu’un sujet présente des




céphalées...
Céphalée chronique évoluant de Céphalées
façon continue
Primaires

 L’augmentation de fréquence des céphalées



entraîn...
Céphalées
Quand référer une céphalée
au spécialiste ?

Primaires
& Secondaires

Conclusion
 Céphalée atypique n’entrant d...
Recommandations*

Céphalées

AHS Juin 2013
L’American Headache Society s’est jointe à l’American Board of
Internal Medicin...
Céphalées
Conclusion

 La céphalée est un motif fréquent de





consultation, et c’est le médecin
généraliste qui est ...
Cephalees primaires et secondaires
Cephalees primaires et secondaires
Cephalees primaires et secondaires
Cephalees primaires et secondaires
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cephalees primaires et secondaires

1 825 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 825
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
86
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cephalees primaires et secondaires

  1. 1. Céphalées Primaires Motif d’appel en urgence ou motif de consultation chez les médecins généralistes, les urgentistes, les neurologues, ainsi que chez d’autres spécialistes (ORL, ophtalmologues, gynécologues...) la céphalée est un symptôme extrêmement fréquent qui s’intègre dans des tableaux cliniques très variés. & Secondaires Intérêt
  2. 2. Céphalées  Certains de ces tableaux représentent une menace vitale ou fonctionnelle, ce sont les céphalées symptomatiques ou secondaires.  Dans d’autres cas, la céphalée est dite primaire, sans substratum lésionnel, du moins avec les examens dont on dispose à l’heure actuelle.  Ces céphalées se produisent souvent de manière récurrente, par crises. Si la vie ou le pronostic fonctionnel ne sont pas ici menacés, l’intensité de la douleur réclame un traitement rapide et efficace pour soulager le patient. Primaires & Secondaires Intérêt
  3. 3.  Dans le cas d’une première céphalée ou    d’une céphalée d’installation récente, la préoccupation principale est de ne pas « laisser passer » une céphalée secondaire. Il existe des signes d’alarme qui doivent inciter à faire pratiquer des examens complémentaires Parfois, la gravité de la situation est évidente, la céphalée n’est qu’un élément dans un tableau clinique riche. Mais la céphalée peut se présenter de façon isolée, son intensité n’est pas forcément liée à la gravité de la situation : • une algie vasculaire de la face est une douleur atroce mais bénigne ; • une fissuration d’anévrysme peut provoquer une douleur brutale mais rapidement régressive. Céphalées Primaires & Secondaires Intérêt
  4. 4. Céphalées  La situation est encore plus complexe si le patient est déjà un céphalalgique, ce qui est le cas de 30 % de la population générale.  Il faut alors savoir reconnaître une céphalée nouvelle, différente de la céphalée habituelle. Un migraineux n’est pas à l’abri de faire une hémorragie méningée ! Il l’exprime comme « la pire des crises qu’il a jamais eu ». Primaires & Secondaires Intérêt
  5. 5. Céphalée primaire ou secondaire? « Les drapeaux rouges »  Début après 40 ans.  Céphalée en coup de tonnerre.  Céphalée continue allant « crescendo ».  Céphalée nouvelle ou différente de la céphalée habituelle.  Céphalée orthostatique.  Signes généraux (fièvre, cervicalgies, perte de poids…). Céphalées Primaires & Secondaires Intérêt
  6. 6. Classification Internationale des Céphalées (ICHD-II) ICHD-II : The International Classification of Headache Disorders. 2nd edition. Cephalalgia 2004 (24). Traduction française. Céphalées Primaires & Secondaires
  7. 7. Céphalées  Reconnaître à quel cadre appartient une céphalée est un des problèmes les plus délicats mais aussi les plus captivants de la neurologie et de la médecine générale.  Les éléments essentiels du diagnostic sont l’interrogatoire et l’examen clinique, les examens complémentaires ne devenant indispensables qu’en cas de suspicion de céphalée secondaire.  Il faut pour cela savoir consacrer du temps à une première consultation pour céphalée. Primaires & Secondaires Diagnostic
  8. 8. Céphalées Primaires & Secondaires  pas aussi simple qu’on peut le penser a priori.  Il s’agit du temps essentiel de l’examen qui oriente le diagnostic et guide l’approche thérapeutique. Interrogatoire  La céphalée est par définition purement subjective.  Il est donc essentiel de canaliser la situation en menant un interrogatoire méthodique et systématisé.
  9. 9. Cet interrogatoire comporte quatre à cinq étapes successives d’une durée de temps variable selon les individus (tableau 1.2).
  10. 10. 1ere étape : Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape Laisser le patient s’exprimer  On demande au patient d’expliquer le motif de sa consultation ou de sa venue aux urgences.  Le médecin n’intervient pas à cette étape, il ne pose pas de questions, il laisse le patient s’exprimer. Il note les points essentiels, observe le comportement du patient, éventuellement celui de son entourage, la façon dont il exprime sa douleur, les raisons qui l’ont poussé à consulter.
  11. 11. 2eme étape : Céphalées Primaires & Secondaires Caractériser la (ou les) céphalée(s)  Interrogatoire 1ere étape 2eme étape  3eme étape 4eme étape 5eme étape  il est préférable de suivre un interrogatoire systématisé en posant dix questions toujours dans le même ordre (tableau 1.3). Il est important de faire préciser dès le début si le patient présente toujours le même type de mal de tête à des niveaux d’intensité différents, ou s’il a des maux de tête différents, auquel cas il faut appliquer les dix questions à chacun des types de céphalée. La situation la plus fréquemment rencontrée est celle des patients alternant des crises de migraines et des épisodes de céphalées de tension.
  12. 12. 2eme étape : Caractériser Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape la (ou les) céphalée(s) Les trois premières questions portent sur le profil évolutif de la céphalée et permettent de différencier :  une céphalée récente d’une céphalée chronique ;  une céphalée brutale d’une céphalée lentement ou rapidement progressive ;  une céphalée continue d’une céphalée qui évolue par crises.
  13. 13. Profil évolutif (questions 1, 2 et 3) Céphalées Primaires On peut ainsi définir quatre types évolutifs différents :  & Secondaires Interrogatoire  1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape  5eme étape  une céphalée récente, d’installation brutale en coup de tonnerre évoque en premier lieu une hémorragie méningée par rupture d’anévrysme ; une céphalée récente d’installation progressive fait penser à une céphalée secondaire, par volume expansif intracrânien par exemple ; une céphalée chronique, évoluant par crise récurrente, débutant plus ou moins rapidement (mais pas brutalement), suggère une migraine ou une céphalée de tension épisodique une céphalée chronique, évoluant de façon plus ou moins continue, évoque une céphalée de tension chronique ou une céphalée par abus médicamenteux.
  14. 14. Siège de la céphalée (question 4) Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire peut être un élément discriminant essentiel dans les cas les plus caractéristiques :  la douleur migraineuse est habituellement en hémicrânie, et pouvant changer de côté d’une crise à l’autre ou au cours de la même crise ;  à l’inverse, dans l’algie vasculaire de la face (AVF) la douleur est fixe, toujours du même côté et reste localisée à la région orbitaire et temporale,  la douleur est diffuse, holocrânienne dans la céphalée de tension (attention aux lésions expansives intracrâniennes), d’où la nécessité de pratiquer un examen d’imagerie devant toute céphalée de tension d’apparition récente  dans les névralgies crâniofaciales, le trajet de la douleur correspond au territoire du nerf intéressé, 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape
  15. 15. Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape Durée et fréquence des crises (questions 5 et 6) Les céphalées qui évoluent par crises, séparées par des intervalles libres de toute douleur, sont dans la très grande majorité des cas des céphalées primaires. Il est tout à fait inhabituel qu’une lésion organique se traduise par des attaques récurrentes de courte durée.
  16. 16. La durée des crises permet de différencier les principales catégories de céphalées primaires :
  17. 17. Caractère et intensité (questions 7 et 8) Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire Certains patients ont du mal à caractériser leur douleur, on peut les aider en leur proposant une liste de termes comparatifs et en leur demandant de cocher celui ou ceux qui correspondent le mieux à leur douleur :  1ere étape la douleur migraineuse est typiquement pulsatile ;  3eme étape la douleur de la céphalée de tension est à type de serrement ou de pesanteur ;  la névralgie est une sensation de décharge électrique ou de brûlure ;  la douleur de l’AVF est à type de broiement ou comme un couteau que l’on enfonce dans l’oeil. 2eme étape 4eme étape 5eme étape Cependant, aucun de ces qualificatifs n’est nécessaire ni suffisant pour porter l’un de ces diagnostics.
  18. 18. Caractère et intensité (questions 7 et 8) Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape L’intensité de la douleur est le paramètre le plus subjectif, on peut utiliser une échelle verbale simple (légère, modérée, sévère, très sévère), ou s’aider d’une échelle numérique (EN) cotée de 0 (absence de douleur) à 10 (douleur intolérable). Si la douleur varie au cours d’une même crise (spontanément ou sous l’effet des antalgiques), il faut faire préciser au sujet des limites à ces variations : - la céphalée de tension est légère à modérée (EN 3–6) ; - la douleur migraineuse est modérée à sévère (EN 4–8) ; - la douleur de l’AVF est sévère à très sévère (EN 9–10) ; - la céphalée en coup de tonnerre est la plus intense et surtout la plus brutale atteignant son maximum en moins de 60 secondes ; - la douleur névralgique est aussi soudaine, sévère à très sévère mais ne dure que quelques secondes.
  19. 19. Facteurs déclenchants et facteurs calmants Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape (questions 9 et 10)  un traumatisme crânien, une ponction lombaire, l’altitude, l’hypoxie ou l’hypoglycémie, une substance ou un médicament peuvent être directement liés à l’apparition d’une céphalée que l’on désigne d’ailleurs par ce facteur causal (exemple céphalée post-traumatique). Ces céphalées sont classées dans les céphalées secondaires;  une circonstance particulière (le sommeil, le froid, la toux, un effort, l’activité sexuelle…) peut déclencher une céphalée. Ces céphalées, dites circonstancielles, sont classées dans le quatrième groupe des céphalées primaires
  20. 20. Facteurs déclenchants et facteurs calmants Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape (questions 9 et 10)  les autres céphalées primaires (migraine, céphalée de tension, AVF et apparentés) connaissent des facteurs déclenchants, variables selon les patients et les périodes, mais qu’il faut savoir identifier, car ils sont plus ou moins spécifiques de certaines étiologies (les règles pour la migraine, la prise d’alcool pour l’AVF) et surtout, leur éradication permet parfois d’améliorer la situation et de diminuer la sévérité de la maladie. ;
  21. 21. Facteurs déclenchants et facteurs calmants Céphalées (questions 9 et 10) Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape  Pour les mêmes raisons, il est important de rechercher des facteurs calmants, comme le repos, le calme et la pénombre pour le migraineux, la relaxation ou l’activité physique pour une céphalée de tension.
  22. 22. 3eme étape : Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape identifier les signes accompagnateurs
  23. 23. 4eme étape : Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape Resituer la céphalée dans le contexte du patient Certains éléments de l’histoire du patient recueillis de façon systématique aident la démarche diagnostique et orientent les choix thérapeutiques :  histoire familiale de céphalées, d’épilepsie, de troubles anxiodépressifs ;  antécédents personnels de douleurs chroniques ou de troubles somatoformes ;  comorbidité psychiatrique (dépression, attaques de panique) ;  autres pathologies : diabète, hypertension artérielle (HTA), pathologie vasculaire, obésité avec leurs éventuels traitements ;  histoire sociale du patient et climat professionnel et familial.  tendances addictives : café, tabac, alcool, hypnotiques, drogues.
  24. 24. 5eme étape : Céphalées Primaires & Secondaires Interrogatoire 1ere étape 2eme étape 3eme étape 4eme étape 5eme étape Reconstituer l’historique des traitements Ne concerne que le céphalalgique chronique. - Beaucoup de patients estiment « avoir tout essayé » mais sont incapables de se remémorer les noms ,les posologies utilisées et la durée de ces traitements. - La reconstitution méticuleuse de ce passé thérapeutique permet d’identifier les effets indésirables de telle ou telle classe thérapeutique, d’éviter de se remettre en situation d’échec, et de se rendre compte souvent que tout n’a pas été réellement essayé ou à des doses insuffisantes et sur des intervalles de temps trop courts. - La tenue prospective d’un agenda des céphalées jusqu’à la consultation suivante permet de quantifier les prises d’antalgiques, de juger l’efficacité d’un traitement de fond et de dépister un abus médicamenteux susceptible d’aggraver et d’entretenir les céphalées.
  25. 25. Etude du comportement Céphalées Primaires & Secondaires Examen Clinique Si le patient est vu en crise, il est important d’analyser son comportement. Le migraineux recherche le calme, la pénombre, la position allongée, le syndrome méningé arrive couché, prostré, en chien de fusil ; certaines céphalées sont aggravées par la position allongée (hypertension intracrânienne [HTIC]), d’autres n’apparaissent qu’en position assise ou verticale et sont complètement calmées par le décubitus (hypotension du liquide céphalorachidien [LCR]). Un sujet qui est en crise d’AVF est agité, ne tient pas en place, déambule sans cesse. Le repos n’atténue en rien sa douleur, bien au contraire.
  26. 26. Examen clinique Céphalées Primaires & Secondaires Examen Clinique Si le patient est vu pour la première fois pour une céphalée d’apparition récente, l’examen clinique doit être complet : * signes vitaux (T°, TA, pouls, poids) ; * examen somatique général, en particulier palpation des globes oculaires, des sinus, des artères temporales, des muscles péri crâniens (masséters, temporaux, trapèzes, sternocléidomastoïdiens) ; * auscultation cervicale et oculaire. L’examen neurologique comprend un(e) : * examen des nerfs crâniens, en particulier examen du fond de l’oeil à la recherche d’hémorragies ou d’oedème papillaire ; * recherche de paralysies oculomotrices extrinsèques ou intrinsèques ; * recherche d’une asymétrie du tonus et de la force musculaire, des réflexes ostéotendineux et cutané-plantaires ; * étude de la sensibilité superficielle et profonde, de l’équilibre et de la coordination.
  27. 27. Au décours de ce bilan clinique, on met en évidence des signes d’alarmes (tableau 1.6) incitant à prescrire des examens complémentaires
  28. 28. Orientation Diagnostique Céphalées Primaires & Secondaires  Céphalée aiguë et nouvelle (I)  Céphalée récente et d’installation progressive (II)  Céphalée chronique évoluant par crises récurrentes (III)  Céphalée chronique évoluant de façon continue (IV) Orientation Diagnostique
  29. 29. Céphalée aiguë et nouvelle   Elle est aiguë et nouvelle soit parce que le patient n’avait jamais eu de céphalée auparavant, soit parce qu’elle est différente des céphalées habituelles du sujet. Il faut faire attention à ce type de situation pouvant facilement être à l’origine d’erreur ou de retard de diagnostic.  Une céphalée nouvelle doit être considérée, jusqu’à preuve du contraire, comme secondaire.  Un bilan para clinique s’impose en urgence, en commençant par un scanner cérébral sans injection, qui peut mettre en évidence du sang dans : le parenchyme cérébral ou cérébelleux ; les cavités ventriculaires et surtout dans l’espace sous-arachnoïdien. Céphalées Primaires & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  30. 30. Céphalée aiguë et nouvelle     Un angio-scanner ou une angio-IRM permet de localiser l’origine du saignement (anévrysme cérébral, fistule artérioveineuse, thrombose veineuse cérébrale, apoplexie pituitaire). Si scanner normal ou s’il existe un syndrome méningé fébrile, une ponction lombaire (PL) permet de diagnostiquer une méningite ou une hémorragie méningée a minima. Si scanner et PL sont normaux, une angio-IRM doit être demandée. Si ce dernier examen s’avère normal, une artériographie numérisée peut être effectuée pour montrer des anomalies des petites artères intracrâniennes (angéites cérébrales, angiopathie cérébrale aiguë réversible), En l’absence de toute anomalie clinique et paraclinique, on peut retenir le diagnostic de céphalée « en coup de tonnerre » primaire Céphalées Primaires & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  31. 31. Céphalée récente et d’installation progressive     Cette phase d’installation est plus ou moins longue, se chiffrant en heures, jours, semaines ou même mois ; l’intensité du mal de tête augmente au fil du temps, les antalgiques sont de moins en moins efficaces. Qu’elle soit isolée ou accompagnée de signes généraux (fièvre, amaigrissement, altération de l’état général) ou de signes neurologiques (syndrome méningé, signes en foyer), cette céphalée est presque toujours secondaire. Un bilan paraclinique s’impose, en commençant par un scanner, ou de préférence par une IRM si cela est possible, à la recherche d’un processus expansif intracrânien (tumeur, abcès, hématome sousdural chronique) responsable d’une hypertension intracrânienne. Si tel n’est pas le cas, une ponction lombaire est pratiquée pour mettre en évidence une méningite subaiguë ou chronique, ou bien une hypertension intracrânienne bénigne Céphalées Primaires & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  32. 32. Céphalée récente et d’installation progressive Céphalées  Orientation   Une maladie de Horton est envisagée au-delà de 50 ans et en cas de syndrome inflammatoire chronique associé, une biopsie de l’artère temporale est pratiquée. Si la céphalée survient exclusivement à l’orthostatsisme, une IRM recherche les signes caractéristiques d’une hypotension intracrânienne. Ici encore, si ce bilan reste négatif, une artériographie conventionnelle peut être pratiquée à la recherche d’une anomalie des petites artères intracrâniennes. Primaires & Secondaires Diagnostique I II III IV
  33. 33. Céphalée chronique évoluant par crises récurrentes Céphalées  La situation est ici bien différente ; le Orientation patient souffre de la sorte depuis longtemps, « depuis toujours » dit-il parfois.  Ce mal de tête est toujours le même et évolue par périodes. La durée des crises et leur périodicité permettent de faire la distinction entre toutes ces entités (tableau 1.7). Il s’agit presque toujours de céphalées primaires, dominées par la migraine et les céphalées de tension épisodiques. Primaires & Secondaires Diagnostique I II III IV
  34. 34. Céphalée chronique évoluant par crises récurrentes Céphalées Primaires & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  35. 35. Céphalée chronique évoluant par crises récurrentes Céphalées Primaires & Secondaires  Les examens paracliniques sont donc en Orientation principe inutiles, car normaux. Diagnostique  En pratique cependant, il est bien rare que ce type de patient n’ait pas réussi à se faire faire un scanner ou une IRM cérébrale. Si tel n’est pas le cas, on peut être amené à faire cet examen pour rassurer le patient.  Mais il faut savoir que cet examen peut montrer des anomalies « silencieuses » (comme les hypersignaux de la substance blanche) qui ne font qu’accroître l’anxiété du patient I II III IV
  36. 36. Céphalée chronique évoluant de Céphalées façon continue Primaires  On considère qu’un sujet présente des   céphalées chroniques quotidiennes (CCQ), lorsqu’il souffre au moins 4 heures par jour, plus de 15 jours par mois depuis plus de 3 mois. Il s’agit d’un problème majeur de santé publique, Les centres de consultations spécialisés dans les céphalées font état de 30 à 40 % de patients venant consulter pour des CCQ. La plupart de ces sujets ont des antécédents de migraine ou de céphalées de tension épisodiques. La chronicisation des céphalées se fait progressivement au fil des mois ou des années, sous l’influence de deux facteurs principaux : • l’abus médicamenteux ; • la comorbidité anxiodépressive & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  37. 37. Céphalée chronique évoluant de Céphalées façon continue Primaires  L’augmentation de fréquence des céphalées  entraîne une augmentation de la consommation d’antalgiques. Il s’installe un fond douloureux quasi permanent, de type céphalée de tension, les antalgiques donnent des répits de plus en plus courts, pour des doses de plus en plus fortes. Tous les antalgiques sont concernés, en tête ceux contenant du paracétamol, de la caféine ou de la codéine, mais aussi les anti-migraineux spécifiques, gynergéne et triptans. Les sujets souffrant de CCQ ont des scores de dépression plus élevés que ceux souffrant de migraine épisodique. Il est difficile de dire si cette comorbidité psychiatrique est la cause ou la conséquence des CCQ, car ce type de profil psychopathologique est retrouvé chez tout douloureux chronique. & Secondaires Orientation Diagnostique I II III IV
  38. 38. Céphalées Quand référer une céphalée au spécialiste ? Primaires & Secondaires Conclusion  Céphalée atypique n’entrant dans aucun grand cadre diagnostique.  Suspicion d’une céphalée secondaire.  Nécessité d’un bilan spécialisé ORL, ophtalmologique ou stomatologique.  Echec à plus de deux traitements de crise chez un migraineux.  Echec de deux traitements de fond chez un migraineux.  Céphalée associée à un abus médicamenteux.  Demande du patient qui exprime une insuffisance de prise en charge.
  39. 39. Recommandations* Céphalées AHS Juin 2013 L’American Headache Society s’est jointe à l’American Board of Internal Medicine Foundation pour développer la liste des 5 recommandations de bonne pratique les plus importantes dans le domaine de la céphalée. Primaires & Secondaires Conclusion 1- ne pas faire d’imagerie chez un patient migraineux dont le tableau clinique est stable ; 2- ne pas explorer une céphalée avec un scanner cérébral (en dehors du contexte des urgences) et privilégier l’imagerie par résonnance magnétique ; 3- ne pas réaliser de désactivation chirurgicale des points « gâchette » de crise en dehors de tout essai clinique ; 4- ne pas prescrire d’opioïdes ou de barbituriques en première intention pour les céphalées récurrentes ; 5- ne pas recommander une utilisation fréquente ou prolongée de traitements antalgiques en OTC (Médicaments sans ordonnance) L’AHS propose que tous les praticiens prenant en charge des patients céphalalgiques utilisent cette liste. * Choosing Wisely in Headache Medicine: The American Headache Society's List of Five Things Physicians and Patients Should Question, Loder E, Weizenbaum E, Frishberg Bet al. Headache 2013 ; 53(10):1651-9.
  40. 40. Céphalées Conclusion  La céphalée est un motif fréquent de   consultation, et c’est le médecin généraliste qui est en première ligne. En respectant les quelques règles simples énoncées dans ce chapitre, le généraliste doit être en mesure d’effectuer dans la plupart des cas une prise en charge adaptée et efficace. Il existe toutefois des situations où il est préférable qu’il passe la main et qu’il adresse le patient au spécialiste concerné, le neurologue le plus souvent mais pas exclusivement. Primaires & Secondaires Conclusion

×