Cours principes de gestion

2 148 vues

Publié le

Cours principes de gestion

Publié dans : Marketing
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 148
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
235
Actions
Partages
0
Téléchargements
37
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cours principes de gestion

  1. 1. ESEN 2015 PRINCIPES DE GESTION Page sur1 24
  2. 2. ESEN 2015 Ce cours a pour objectif de vous familiariser avec le concept d’entreprise et de son environnement. La logique de notre cours s’articule autour de quatre grands thèmes L’entreprise, La gestion de l’entreprise, Le processus de gestion, Les fonctions de l’entreprise. Page sur2 24
  3. 3. ESEN 2015 L’ENTREPRISE ET DE SON ENVIRONNEMENT Au terme du chapitre , l’étudiant (e) doit être capable de : Définir l’entreprise, Décrire les dimensions de l’entreprise, Expliquer les principales fonctions de l’entreprise, Définir l’environnement de l’entreprise, Expliquer la relation de l’entreprise avec son environnement. Page sur3 24
  4. 4. ESEN 2015 L’entreprise Définition : Il n’existe pas de définition précise de l’entreprise qui fasse aujourd’hui l’objet d’un consensus entre les différentes disciplines qui s’y intéressent. Dans une économie, la production est principalement issue de l’activité des entreprises. Il existe cependant une très grande diversité entre elles, du petit commerce de quartier aux grandes sociétés employant de très nombreux salariés. Une entreprise est une unité de production qui vend ses produits sur un marché. Elle produit donc des biens et services marchands. Une banque, une exploitation agricole, une boucherie, un cabinet de médecin sont ainsi des entreprises. En revanche, une administration est une unité de production de services non marchands, mais ce n’est pas une entreprise. Une administration ( un tribunal, un lycée, un hôpital ... ) a une activité productive mais les services qu’elle produit ne sont pas vendus sur un marché moyennant le paiement d’un prix. Plus généralement l’entreprise est définie comme « une organisation, dotée de ressources humaines, matérielles et financières en vue d’exercer une activité économique de façon stable et structurée » Page sur4 24
  5. 5. ESEN 2015 Classification des entreprises Classification Sectorielle Que veut dire un secteur économique ? Il permet de classer les entreprises ayant la même activité principale dans le secteur, au sein duquel elles réalisent cette activité. Traditionnellement, on distingue 3 secteurs: Le secteur primaire: Représentant toutes les activités économiques productives de matières premières/ l’agriculture, la pêche, l’extraction des ressources naturelles. Le secteur secondaire: Il couvre l’ensemble des activités économiques destinées à transformer des matières premières en biens productifs ou en biens de consommation/ l’industrie y compris le bâtiment. Le secteur tertiaire: Il s’agit, en général des services/ administration, banques, assurances... Classification Juridique Le secteur privé: Ce secteur rassemble les entreprises individuelles d’une part et les entreprises sociétaires de l’autre. Le secteur privé: Ce secteur rassemble les entreprises individuelles d’une part et les entreprises sociétaires de l’autre. Page sur5 24
  6. 6. ESEN 2015 Les entreprises publiques ont des capitaux entièrement fournis par l’Etat. Les vagues de privatisation ont considérablement réduit leur nombre. Classification Selon la Taille Rien n’est plus délicat que de définir la dimension d’une entreprise; et pourtant cette classification est celle qui différencie le mieux les pratiques de gestion des entreprises. Un seul critère ne permet pas de comparer avec certitude la taille des entreprises. Plusieurs autres critères sont retenus/ le nombre de personnes employées, le capital investi, le chiffre d’affaires réalisé, l’investissement nécessaire... Dimensions de l’Entreprise L’Entreprise apparaît comme un ensemble cohérent comportant trois dimensions principales: économique, sociale et politique, et dont les finalités peuvent être de ce fait multiples et parfois divergentes. En raisonnant sur les liens de l’entreprise avec les acteurs de son milieu environnant et sur les relations entre ses différentes composantes, nous pouvons considérer que l’entreprise est un système vivant, ouvert sur son environnement. Cette démarche systémique qui considère l’organisation comme un ensemble complexe d’éléments en interaction, distinct de son environnement avec lequel il peut être en relation, met en évidence plusieurs dimensions complémentaires de l’entreprise. Page sur6 24
  7. 7. ESEN 2015 Finalités et buts de l’Entreprise La recherche du profit C’est la finalité de la majorité des entreprises mais une double précision s’impose: Les acteurs de l’organisation, actionnaires, dirigeants, salariés... poursuivent leurs buts propres qui ne se confondent pas nécessairement avec le principe de la maximisation du profit. Certains conflits peuvent survenir entre des actionnaires soucieux d’une rentabilité maximum à court terme et des dirigeants préoccupés par le long terme et dont les objectifs sont orientés vers la recherche d’une position sécurisante. Fonctions de l’entreprise La fonction de direction (management) : Prévoir, organiser, staffer, leader et contrôler. Les gestionnaires modernes voient cette fonction dans tout acte de définition d’une politique générale et d’un programme d’actions intéressant l’ensemble de l’entreprise dans ses relations avec son environnement La fonction financière: consiste à rechercher et à obtenir les capitaux nécessaires à l'entreprise. La fonction sociale ou personnel: dont le rôle est de recruter, voire de former et d’animer la ressource humaine. La fonction approvisionnement: a pour tâche de fournir les inputs c’est à dire les moyens matériels nécessaires à la production. La fonction technique ou de production: assure la combinaison des facteurs qu’on désigne par les 5M : Men (main d’œuvre); Machines; Matériels (matière première); Money (capitaux); Management (direction). La fonction commerciale: Elle assure la commercialisation des produits. Chacune de ces fonctions peuvent être affectées à un service (unité hiérarchique constituée par une ou plusieurs personnes et qualifiée par la nature des travaux ou de la fonction qu’il assure. ). Page sur7 24
  8. 8. ESEN 2015 Une fonction peut être répartie entre plusieurs services: exemple: La fonction commerciale peut être répartie entre plusieurs services: service étude marché service vente service marketing L’environnement de l’entreprise Quelques définitions Dans le contexte social actuel, les dirigeants d'entreprises doivent être conscients d e s contraintes extérieures auxquelles ils sont confrontés. Auparavant les dirigeants se préoccupaient principalement de satisfaire les besoins de leurs clients, de leurs employés, de leurs fournisseurs... Aujourd'hui ils doivent travailler avec plusieurs groupes de la société. Ces relations avec les différentes composantes de l'environnement ne sont ni simples ni univoques. En effet, l'entreprise est à la fois en situation de dépendance et d'autonomie . Le degré de dépendance et d'autonomie dépend du contexte concurrentiel dans lequel elle se trouve et des caractéristiques propres de son environnement technologique, économique, juridique, social, éthique... Le macro-environnement Macro-environnement ? Quel mot étrange ! Et pourtant, le concept est simple. Macro vient du grec, il veut dire GRAND. Le macro-environnement désigne donc l’environnement général au sein duquel l'entreprise évolue. Il s’agit des caractéristiques générales de l’économie et de la société qui peuvent influencer l’entreprise. De manière générale, on considère que ce sont des facteurs qui influencent l’entreprise et sur lesquels l’entreprise n’a que peu de pouvoir. Différents facteurs déterminent ce macro-environnement : Les facteurs démographiques : la taille de la population, l’évolution de la pyramide des âges, les flux migratoires,… Page sur8 24
  9. 9. ESEN 2015 Ex : Pendant le baby-boom, les ventes de poussettes ont explosé face à la hausse des naissances. Les facteurs économiques : la croissance économique, le taux de chômage, la mondialisation vont influencer les revenus des consommateurs potentiels. Ex : La crise actuelle a pour effet de réduire les dépenses des touristes étrangers en Tunisie. Les facteurs sociologiques : le niveau d’éducation, la réduction des inégalités, le développement des congés payés, le nombre croissant de familles mono-parentales… Ex : Le nombre croissant de femmes travaillant a réduit le temps consacré à la préparation des repas, favorisant la consommation de plats déjà préparés. Les facteurs technologiques : les innovations technologiques, les brevets technologiques tombant dans le domaine public, l’utilisation de nouvelles énergies,… Ex : Le développement des téléphones portables a eu impact très négatif sur les Taxiphones dans les rues. Les facteurs politiques et légaux : mise en place de nouvelles normes, développement de taxes sur certains produits,… Les facteurs écologiques : réduction de la consommation d’énergie, retraitement des déchets,… Ex : La consommation des ampoules électriques est devenue un argument de vente pour les fabricants. Page sur9 24
  10. 10. ESEN 2015 Le micro-environnement Le micro-environnement regroupe 4 facteurs qui influencent directement la performance de l'entreprise sur le marché mais sur lesquels l'entreprise est active, sur lesquels elle peut influer : les fournisseurs (1), les distributeurs (2), les clients (3) et les concurrents (4). Page sur10 24
  11. 11. ESEN 2015 PROCESSUS DE GESTION Page sur11 24
  12. 12. ESEN 2015 Au terme du chapitre, l’étudiant (e) sera capable de : Définir les fonctions de gestion et celle de l’entreprise. Décrire les quatre fonctions de la gestion : la planification, le staffing, l’organisation, la direction (leader) et le contrôle. Décrire les compétences des gestionnaires. Décrire l’évolution de la pensée gestionnelle : de l’école classique à l’école moderne. Page sur12 24
  13. 13. ESEN 2015 La gestion : Une 1ère définition stipule que la nature même de la gestion est " de s'assurer que les ressources d'une organisation sont utilisées de façon optimale c'est à dire qu'elles sont bien utilisées, à de bonnes fins. La gestion suit un processus appelé PSODC (planification, staffing, organisation, direction (leading), contrôle). Phase de Planification La planification est " un processus systématique et continu de préparation de l'avenir ". C'est une réflexion sur le " quoi faire " et le " comment faire ? ". Phase d’organisation L'organisation consiste à faire la répartition fonctionnelle et équitable des tâches individuelles et le regroupement des activités selon un arrangement ordonné afin de s'assurer qu'il existe des relations harmonieuses entre les individus et les groupes de travail. Phase de direction La direction est l'orientation et l'animation des Hommes en vue de la réalisation des résultats. La direction vise ainsi à influencer positivement les membres d'un groupe de travail afin de s'assurer que les buts visés sont atteints. Cette phase impose au gestionnaire d'avoir des compétences interpersonnelles. Il doit savoir communiquer avec tous ceux qui œuvrent à l'atteinte des objectifs. Il doit les: diriger,motiver, inspirer, encourager. Page sur13 24
  14. 14. ESEN 2015 Phase de Contrôle Le contrôle permet d'évaluer les progrès réalisés afin de les comparer aux objectifs, aux plans établis et de remédier, éventuellement, aux situations défavorables de façon à ce que les résultats correspondent aux plans. Des écarts négatifs ou positifs, entre le prévu et le réalisé, peuvent être dégagés qu' il s'agit de communiquer au responsable concerné pour qu'une action correctrice soit entreprise. Compétences du Gestionnaire L’auteur MINTRBERG identifie trois types de compétences que devrait avoir le gestionnaire aujourd'hui, à savoir: 1. Rôle Interpersonnel ou Compétences reliées aux Relations Humaines Capacité de motiver Capacité de communiquer Capacité d'être leader c'est à dire le fait d'occuper une position dominante au sein d'un groupe et d'en exercer la direction. 2. Rôle Informationnel ou Compétences reliées à la Recherche et à la Diffusion de l'Information Capacité de chercher l’information Capacité de trier et filtrer l’information Capacité de transmettre l'information. Page sur14 24
  15. 15. ESEN 2015 3.Rôle Décisionnel ou Compétences reliées à la Prise de Décision Capacité d'initier des projets Capacité de répartir les ressources Capacité de négocier Pensée Gestionnelle 1. L'école classique (1900) Idée directrice: On peut augmenter la faible productivité de l'ouvrier sans augmenter sa fatigue et en le gratifiant d'un meilleur salaire. Organisation Scientifique du Travail . T AYLOR (1865.1915) S'intéresse à la production dans les ateliers.(OST): analyse, décomposition, délimitation, chronométrage, Concepteurs/ Exécuteurs, Spécialisation des tâches et spécialisation des individus. Organisation Administrative du Travail . FAYOL (1841.1925) Privilégie la fonction administrative. Fayol est le premier à définir les grandes fonctions de l’entreprise. 2. L'école des relations humaines (1930) L'école des relations humaines a mis l'accent sur la dimension sociale de l'organisation; Elle a été à l'origine de réflexion sur la motivation incitant les entreprises à valoriser la composante humaine dans la recherche de l'efficacité économique; L'école des relations humaines a mis en évidence le sentiment d'appartenance à Page sur15 24
  16. 16. ESEN 2015 un groupe de travail; Mais on lui reproche,son inefficacité opérationnelle car la coopération amicale ne constitue pas une motivation suffisante; sa méconnaissance du rôle de la technologie; du son ignorance le poids de l'environnement; son champs d'action limité, focalisé sur l'Homme social uniquement. 3.L’école décisionnelle: L'entreprise est un lieu de problèmes et de décisions individuelles; Dans toute organisation, il existe deux types de décisions: Décisions programmées: procédures routinières et répétitives telles que le traitement des commandes, des factures.... Décisions non programmées: problèmes non structurés ou de grande importance tels que le lancement d'un nouveau produit... Cette théorie montre que la rationalité des décisions (c'est à dire leur adéquation aux buts) est limitée car: L'environnement est complexe pour l'appréhender en totalité La connaissance des conséquences de la décision est toujours incomplète; On ne peut examiner qu'un choix limité de situations pour prendre les décisions adéquate Page sur16 24
  17. 17. ESEN 2015 MARKETING Page sur17 24
  18. 18. ESEN 2015 Le marketing se définit comme " l'ensemble des méthodes et des moyens dont dispose une organisation pour promouvoir, dans les publics auxquels elle s'adresse, des comportements favorables à la réalisation de ses objectifs ". Actuellement, le marketing est devenu une fonction centrale de l'entreprise. Il tend de plus en plus à jouer un rôle de coordinateur étroit entre les différentes fonctions opérationnelles de l'organisation. Qu'appelle-t-on marché, en termes marketing ? Le marketing considère le marché en terme de demande. On distingue: Le marché principal, ensemble des produits semblables et directement concurrents Le marché environnant, ensemble des produits de nature différente du produit principal mais satisfaisant les mêmes besoins et les mêmes motivations dans les mêmes circonstances. Le marché générique, tous les produits liés au genre du besoin satisfait par le produit principal exemple : motos/ autos/ vélos pour le marché générique du transport individuel Le marché support, ensemble des produits dont la présence est nécessaire à la consommation de produit étudié. LES 4P Qu'est ce qu'une politique de prix ? Le choix d'un prix doit être cohérent avec les objectifs généraux de l'entreprise et avec les autres composantes du mix. La définition d'un prix résulte d'un arbitrage Page sur18 24
  19. 19. ESEN 2015 entre plusieurs variables : les coûts de l’entreprise,la demande et l'utilité perçue par le consommateur la concurrence. Plusieurs stratégies de fixation de prix : Stratégie d'écrémage : Vendre le produit “nouveau” au prix le plus élevé à une clientèle bien déterminée pour maximiser la marge puis baisser progressivement le prix afin de maximiser la marge auprès de tout le reste du marché. Stratégie de pénétration : Vendre le produit au prix le plus bas pour conquérir une plus grande part de marché lorsqu’on est nouveau sur le marché. Stratégie discount : Vendre le produit au prix le plus bas parce qu’on se positionne sur le low cost (le moins cher) Stratégie prix concurrence : S'aligner avec la concurrence en matière de prix. Stratégie premium : vendre un produit qui bénéficie d’un avantage concurrentiel (technologie, design, etc.) à un prix nettement plus élevé que la concurrence (au moins 30%) afin de valoriser cet avantage. Qu’est ce que la politique de promotion ? Pour faire connaître ses produits, attirer les clients potentiels et développer chez eux une attitude et un comportement favorables, il faut établir une relation communicationelle entre le public et l'entreprise. Deux grands modes de communication : La communication média : télévision / presse / radio/affichage La communication hors média : Promotion de ventes, jeux, relations publiques, relations presse, marketing direct... Qu'est ce que la politique de distribution ? Page sur19 24
  20. 20. ESEN 2015 C'est l'ensemble des activités effectuées par le producteur ou par des entreprises intermédiaires, pour conduire le produit jusqu'au consommateur, au bon endroit et au bon moment. Elle assure un certain nombre de fonctions principales : Transport, assortiment, stockage et information ; Le produit peut emprunter trois types de circuits : DIRECT : Fabricant ==> consommateur COURT : Fabricant ==> Intermédiaire (grossiste, distributeur) ==> consommateur LONG : Fabricant ==> Intermédiaire 1 ==> Intermédiaire n ==> consommateur Qu’est-ce qu’un produit ? C’est un ensemble de caractéristique tangibles (physiques) et intangibles (perçues). Cycle de vie d’un produit Page sur20 24
  21. 21. ESEN 2015 Types de produit - Vedette (ou Etoile) : part de marché relative élevée sur un marché en forte croissance. Fort besoin de liquidité pour continuer la croissance (ex : les smartphones pour Samsung). - Vache à lait : part de marché relative élevée sur un marché en faible croissance, en phase de maturité ou en déclin. Exigeant peu d'investissements nouveaux et dégageant des flux financiers importants qui devront être réinvesti intelligemment sur les vedettes et les dilemmes (ex : la Freebox dans le portefeuille d'activités d'Iliad). - Dilemme : part de marché relative faible sur un marché en croissance élevée. Peu rentable, voire déficitaire en termes de flux financiers, nécessite des investissements importants pour l'acquisition d'une bonne part de marché relative afin de ne pas devenir des poids morts (ex : Free mobile dans le portefeuille d'activités d'Iliad). - Poids mort : part de marché relative faible sur un marché en faible croissance. Faible potentiel de développement, peu consommateur de capitaux, ne dégage pas de flux financiers stables, faible rentabilité voire nulle ou négative (ex : "Ma ligne Visio", offre visiophonie dans le portefeuille d'activités de France Telecom). Pour les activités qualifiées de vedettes ou de poids morts, le choix d'allocation de ressources est clair : investir à fond sur les premières et délaisser (voire tenter de céder) les secondes. Page sur21 24
  22. 22. ESEN 2015 Les cas des vaches à lait et des dilemmes sont plus complexes. Très souvent, une entreprise se servira des flux de trésorerie générés par ses vaches à lait pour financer ses dilemmes ; ces derniers constituent un investissement moins sûr mais qui peut rapporter beaucoup à terme, à condition d'arriver à les transformer en vedettes (en leur faisant gagner des parts de marché avant que le marché ne stagne). Dans le cas où l'on ne parvient pas à faire des dilemmes des vedettes avant que le marché ne stagne, ils deviennent des poids morts. Page sur22 24
  23. 23. ESEN 2015 La segmentation Pour proposer un produit ou service à la personne ou l’entreprise adéquate, vous devez d’abord segmenter le marché, ensuite cibler un ou plusieurs segments, et finalement vous positionner dans ce(s) segment(s). La segmentation marketing d’un marché peut se définir comme l’identification de sous-ensembles d’acheteurs partageant des besoins et des comportements d’achats similaires. La Terre se compose de milliards d’acheteurs ayant leurs propres ensembles de besoins et comportements. La segmentation vise à réaliser des groupes d’acheteurs, aux besoins et comportements similaires. Un tel group est nommé ‘Segment’. Un segment peut être considéré de plusieurs manières. Par exemple, le marché automobile pourrait être segmenté par : âge du conducteur, importance du moteur, modèle de voiture, coûts, … Souvent, la segmentation se fait sur certaines de ces variables : Géographie (ex.: où le produit est il vendu dans le monde) Psychographie (ex.: mode de vie, croyances) Socio-culturelle (ex.: classe sociale) Démographie (ex.: age, sexe) Page sur23 24
  24. 24. ESEN 2015 Le ciblage est la seconde étape du processus stratégique « Segmentation – Ciblage – Positionnement« . Après la construction de segments au sein du marché, le marketer choisira un ou plusieurs segments qu’il ciblera. Les ressources et efforts se concentreront sur ce segment que l’on nomme, une cible marketing. C’est comme tirer à l’arc sur un tableau. Vous voyez différentes zones comportant des scores spécifiques, ce sont vos cibles. En visant une certaine zone, vous la ciblez. Le positionnement est basé sur la ‘Perception’ de votre offre par votre client. Les perceptions diffèrent d’une personne à l’autre et donc la carte de positionnement également (ex.: ce que vous percevez comme qualité, haute valeur ajoutée, …, est différent de la perception qu’en a votre voisin). Il existera cependant des similarités. Les produits et services sont cartographiés sur une ‘Carte de positionnement‘. Cela permet de les comparer et différencier entre eux. C’est le principal atout de cet outil. Le marketer choisi sa position concurrentielle, ce qui lui permet de distinguer ces propres produits des offres concurrentes (d’où l’expression ‘Stratégie de positionnement‘). Page sur24 24

×