Édition 2013
L’EXPERT : Communiquer, Sensibiliser & Plaider
Le guide du PNUD à l’usage de la société civile
Édition 2013
L’EXPERT : Communiquer, Sensibiliser & Plaider
Le guide du PNUD à l’usage de la société civile
Programme des Nations Unies
pour le développement
41bis, Avenue Louis Braille,
Impasse Louis Braille,
Cité El Khadhra, 100...
SOMMAIRE
Avant-Propos
A propos de la méthode
Fondamentaux de la communication à l’usage des OSC
La communication des OSC :...
8
Destiné aux organisations nouvellement créées aussi bien qu’aux organisations
expérimentées, ce guide a été, avant tout,...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
9
Accompagnant les grands cha...
10
FONDAMENTAUX
DE LA COMMUNICATION
A l’USAGE DES OSC
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
11
A propos de la Communicati...
12
Ethique de la conviction versus éthique fonctionnaliste
C’est avec la création des ONG, organisation non gouvernemental...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
13
prospects et ne deviendron...
14
Visibilité
Médias, Membres, Bailleurs de fonds,
Décideurs politiques, Partenaires, Bénévoles
Sensibilisation
Opinion pu...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
15
La communication associati...
16
LA
COMMUNICATION
INTERNE
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
17
La communication interne :...
18
La convivialité
La convivialité est la condition incontournable de l’instauration d’un bon climat
relationnel entre nos...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
19
La participation
En vue de...
20
Les outils de la communication interne
Maintenant que nous connaissons les quatre dimensions de la communication
intern...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
21
FICHE PRATIQUE N°2 - DIAGN...
22
Listes de diffusion intelligentes par courrier électronique
Cet outil permet de trouver l’équilibre entre sous-informat...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
23
Les agendas en ligne
Les a...
24
Le code éthique
L’adhésion à l’association témoigne de la volonté de l’adhérent de participer à des
projet d’intérêt pu...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
25
NOS CONSEILS
Les associati...
26
Le plan d’action communication interne
Maintenant que nous avons pris connaissance de nos faiblesses et fait le tour de...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
27
L’évaluation de notre comm...
28
LA
COMMUNICATION
EXTERNE
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
29
NOS CONSEILS
Gardonslecont...
30
NOS CONSEIL
Le communiqué de presse doit tenir sur une page A4 chaque fois que possible.
Illustrons le communiqué avec ...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
31
Modèle-exemple de communiq...
32
valorise pas notre destinataire.
Dans la mesure où notre budget nous le permet, il est préférable d’envoyer un
dossier ...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
33
La conférence de presse
La...
34
Format de la conférence de presse
Format Avantages Inconvénients Conseils
Petit-déjeuner
Convivial.
Permet de bâtir un ...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
35
36
NOS CONSEIL
Lejour:lesjoursàévitersontlelundi,traditionnellementréservéauxconférences
de rédaction, le vendredi, le sam...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
37
FICHE PRATIQUE N°6 - LA CO...
38
Le Pendant
Le jour J, un ensemble de paramètres doivent être maîtrisés afin que tout se passe
dans les meilleures condi...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
39
L’après
La rédaction du co...
40
Définir les critères de performance
Mesurer l’impact d’une opération de relations presse s’opère en tenant compte
de cr...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
41
Constituer notre revue de ...
42
LA COMMUNICATION GRAPHIQUE
La communication graphique utilise des signes visuels afin de pouvoir échanger
avec les autr...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
43
Quel est notre type de log...
44
L’affiche et la bannière
L’histoiredesOSCtémoigned’unelonguetraditiond’affichesefficaces,intelligentes
et parfois drôle...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
45
NOTRE CONSEIL
Une affiche ...
46
Le logo du PNUD
Le logo du PNUD est la combinaison de l’emblème des Nations Unies et les lettres
«PNUD». Ce logo est l’...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
47
●	 Ne pas réarranger la fo...
48
•	Ne pas rajouter une image de fond au logo!
• Ne pas rajouter un contour au logo!
Lorsque notre association fera usage...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
49
LA COMMUNICATION EVENEMENT...
50
Quelle communication ?
Une formation ou un atelier est toujours une bonne occasion pour accroitre notre
notoriété et am...
Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013
51
BONNE PRATIQUE
Afin de sen...
52
LA COMMUNICATION DIGITALE
La communication digitale désigne l’ensemble des actions de communication
réalisées à travers...
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita

1 909 vues

Publié le

L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 909
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
202
Actions
Partages
0
Téléchargements
357
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la société civile by Kerim Bouzouita

  1. 1. Édition 2013 L’EXPERT : Communiquer, Sensibiliser & Plaider Le guide du PNUD à l’usage de la société civile
  2. 2. Édition 2013 L’EXPERT : Communiquer, Sensibiliser & Plaider Le guide du PNUD à l’usage de la société civile
  3. 3. Programme des Nations Unies pour le développement 41bis, Avenue Louis Braille, Impasse Louis Braille, Cité El Khadhra, 1003 Tunis Tél. : (+216) 71 904 011 (+216) 71 904 132 Fax : (+216) 71 900 668 registry.tn@undp.org www.tn.undp.org
  4. 4. SOMMAIRE Avant-Propos A propos de la méthode Fondamentaux de la communication à l’usage des OSC La communication des OSC : l’attitude du professionnel, l’éthique du militant La communication des OSC : une compétence au service de la performance La communication interne des OSC Les quatre dimensions de la communication associative Les outils de la communication associative L’évaluation de la communication interne La communication externe des OSC Les relations presse La communication graphique La communication évènementielle La communication digitale Le plaidoyer et la sensibilisation Le plaidoyer La campagne de sensibilisation Outils utiles Annuaire des médias tunisiens
  5. 5. 8 Destiné aux organisations nouvellement créées aussi bien qu’aux organisations expérimentées, ce guide a été, avant tout, conçu pour le renforcement des capacités des OSC sur les questions stratégiques et les aspects opérationnels essentiels à la communication, à la sensibilisation et au plaidoyer. Un guide efficace est, avant tout, un guide qui émane des besoins des OSC pour qu’il puisse leur servir au quotidien comme ouvrage de référence. A cette fin, nous avons privilégié une méthode qui se base sur trois piliers : ● L’expertise des équipes du PNUD Tunisie dans leurs coopérations avec les OSC locales. ● L’expertise scientifique de l’auteur ainsi que son expérience de formateur dans le contexte tunisien. ● Une approche participative impliquant les OSC tunisiennes dans la réalisation de ce guide. Une attention particulière a été portée pour assoir une approche participative garantissant la cohérence du contenu et de la forme de cet ouvrage avec les besoins des OSC. A cette fin, nous avons mené des entretiens semi-directifs avec des membres d’OSC tunisiennes actives sous forme de groupe de discussion. Après analyseetsynthèsedecesentretiens,nousavonspudégagerlesrecommandations suivantes qui nous ont servies de bases pour développer ce guide : ● Un guide qui présente des fiches pratiques, des conseils et les meilleures pratiques des activités abordées. ● Un guide utile qui offre un ensemble d’outils clés. ● Un guide facile d’accès grâce à l’utilisation d’un vocabulaire simple. ● Un guide attrayant par son graphisme et ses illustrations. Aproposdelaméthode
  6. 6. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 9 Accompagnant les grands changements politiques que vît la Tunisie depuis janvier 2011, les initiatives du le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et de ses partenaires techniques et financiers se multiplient pour appuyer les projets des Organisations de la Société Civile tunisienne actives dans la promotion de la démocratie et de l’Etat de droit durant la transition démocratique. Danscecontexte,lePNUDafourni,avecsespartenairestechniquesetfinanciers,un effort d’appui soutenu en lançant, à intervalles réguliers, des appels à propositions en faveur des associations tunisiennes impliquées dans ce champ. Ces appels ont concerné différents volets de la transition démocratique comme le dialogue constitutionnel, la justice transitionnelle ou encore, la lutte contre la corruption. Au terme d’une évaluation rigoureuse, trente projets répondant aux conditions d’éligibilité ont été retenus pour bénéficier d’un appui technique et financier. Onze de ces projets concernent la justice transitionnelle, sept concernent la lutte contre la corruption et onze le dialogue constitutionnel pour des enveloppes financières allouées allant de 25.000$ à 100.000$ et un montant cumulé atteignant plus de 1.9 M$. Afin de renfoncer les capacités des OSC partenaires dans la valorisation de leurs efforts, à court terme, tout en les sensibilisant à adopter une démarche de communication performante à moyen et long termes, le PNUD a conçu ce guide facile, pratique et complet. Avant-propos
  7. 7. 10 FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION A l’USAGE DES OSC
  8. 8. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 11 A propos de la Communication et l’Information L’expérience des OSC nous révèle souvent qu’il existe une confusion importante et nuisant aux performances d’une association. Cette confusion classique s’immisce entre le concept de communication et celui d’information. Il est primordial d’y voir plus clair avant d’aller de l’avant. L’information existe indépendamment de sa transmission. Elle est également indépendante de ce qui lui donne sens : les interprétations humaines. Cependant, ramenée au niveau de notre existence sociale, l’information ne peut exister de manière autonome et sans rapport avec la communication. Elle est, en quelque sorte, la matière première de la communication ou encore son contenu. Selon notre optique, la communication est le partage d’informations. Autrement dit, la communication est le fait de faire circuler l›information (un message, une idée, une opinion, une règle, etc.) entre plusieurs protagonistes par le biais d’un média (la voix humaine, une page manuscrite, la télévision, la radio, le téléphone ou bien un courrier électronique, etc.). Ce qui nous importe ici, c’est de saisir qu’avant tout, la communication est un échange. Le processus de communication implique donc l’existence d’une information et d’au moins deux protagonistes. Mais cela suffit-il pour faire de la communication ? La réponse est indiscutablement Non. D’abord,parcequelacommunicationestunprocessusparticipatif.Acepropos,nous évaluons l’efficacité de la communication en fonction des qualités dynamiques. A titre d’exemple, nous nous sentons souvent exclus de l’échange et frustrés lorsque notre interlocuteur part dans un long monologue et n’entend plus que sa voix durant une discussion professionnelle ou amicale. A contrario, nous passons souvent d’agréables moments avec les personnes douées du sens de l’écoute. En somme, plus l’échange est équilibré entre les protagonistes d’une expérience de communication, plus l’effet réciproque est positif. Au niveau des institutions tout comme pour les OSC, plutôt que de diffuser de l’information de manière unilatérale, nous avons intérêt à aborder notre communication - avant tout - comme un échange avec les acteurs du monde associatif : membres, bénévoles, bénéficiaires, partenaires, médias, bailleurs de fonds, etc. Pour dynamiser cet échange et permettre à notre OSC de réaliser de bonnes performances en communication, nous devons adopter cette logique : être à l’écoute, être à l’écoute et être à l’écoute. La Communication des OSC : l’attitude du professionnel,l’éthique du militant
  9. 9. 12 Ethique de la conviction versus éthique fonctionnaliste C’est avec la création des ONG, organisation non gouvernementales reconnues par l’ONU que se développe la professionnalisation de différents domaines d›activités dan l’action associative Cette professionnalisation, et en particulier celle de la communication, a largement contribué à l’adoption de nouvelles logiques et de nouvelles stratégies inspirées du monde de l’entreprise. Ces modèles issues du Marketing ont montré leur efficacité dans la commercialisation de biens et de services. En parallèle à ce phénomène, la perméabilité entre le monde des entreprises et celui des associations a renforcé l’importation de ces modèles. En effet, de nombreux responsables et membres d’OSC issus de ce milieu n’hésitent pas à appliquer ces modèles dans l’action associative. Ces modèles de communication importés dans le monde associatif sont sujets à discussion : certains acteurs du domaine défendent les politiques d’une communication centrée sur la participation citoyenne refusant les méthodes de marketing. D’autres affirment que seules ces méthodes sont un gage de performance.Pourtant,lalogiqueassociativesedistinguedelalogiqued’entreprise sur de nombreux points essentiels et structurels : ● L’entreprise existe pour créer du profit. Elle est financée par ses actionnaires qu’elle récompense par le profit. Son activité repose sur ses employés qu’elle rémunère par un salaire et qui le lui rendent sous forme de temps et de travail de manière symétrique. Au contraire, le don d’argent, de temps et de travail sont l’essence même de la logique associative asymétrique. ● La communication des entreprises a pour premier objectif de commercialiser et devendredesproduitsetdesservices.Dansuntoutautreregistre,lacommunication associative cherche à créer des liens entre une association et les différents acteurs de on domaine d’action : membres, sympathisants, bénévoles, bénéficiaires, partenaires, bailleurs de fonds, médias et les décideurs politiques. ● La communication d’entreprise s’articule autour des notions de «clients» et de «consommateur» alors que les acteurs du monde associatif ne sont pas des
  10. 10. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 13 prospects et ne deviendront jamais des clients. Une cause défendue ne sera jamais un bien. Le choix d’adopter les modèles du marketing, sans prendre en compte les considérations éthiques pour la promotion d’idées et de causes d’intérêt public se révèle parfois contreproductif. En effet, le fait de basculer d’une éthique de la conviction à une éthique fonctionnaliste n’est pas sans conséquences en termes de conflits. Dans la pratique, la communication fonctionnelle, limitée à sa seule dimension persuasive, peut omettre la valeur relationnelle qui est au coeur de la logique de solidarité animant toute OSC. Voilà pourquoi il est illusoire d’importer, le marketing d’entreprise pour améliorer la performance associative. Ce guide relève le défi d’être résolument tourné vers une approche basée sur les résultats tout en respectant l’éthique de la conviction et les valeurs des Nations Unies. Communication associative : la logique du lien social S’associer émane avant tout d’une volonté de créer du lien social. Il est donc logique et nécessaire que cela se reflète dans la communication d’une OSC ancrée dans les valeurs de fraternité et de solidarité active. S’associer implique de créer, d’entretenir et de renforcer le lien social. Il est important de saisir tout de suite le rôle particulier des OSC dans la société. Ce rôle échappe au modèle mercantile dominant régissant les échanges et s’articulant autour de l’intérêt individuel. Lorsque le marché exclut ceux qui ne peuvent devenir ses clients et lorsque l’Etat exclut ceux qui ne bénéficient pas du statut de citoyen à part entière, ce sont justement les OSC qui prennent le relais et se chargent de créer du lien social par leur effort de solidarité. La philosophie de communication d’une association reflète, dans l’idéal, sa volonté de créer des liens sociaux. Cette communication relationnelle tire ses fondements de la volonté de partage. Elle crée une relation basée basée sur l’intérêt pour la découverte de l’autrui, pour l’échange et pour la compréhension mutuelle. Elle implique une participation active et consciente des individus inscrits dans la communication. Il s’agit d’atteindre une relation de véritable réciprocité et d’engagement social solidaire, volontaire et conscient. Ce type de communication ne résulte pas de la rencontre d’intérêts financiers, mais de la convergence de projets collectifs. Dans ce cas, la participation ne peut être imposée par une quelconque autorité ou contre un salaire. Elle résulte d’une décision individuelle qui prend racine dans l’envie d’agir. Cette envie est principalement motivée par trois éléments : l’estime et la confiance en soi, l’estime et la confiance en l’autre et l’intérêt pour le projet. Mais cet intérêt n’est pas financier. Il est idéologique (la participation est le moyen de faire progresser ses idées), psychologique (la participation contribue à améliorer la confiance en soi) et social (la participation permet d’exercer une nouvelle fonction, d’acquérir des compétences, de faire de nouvelles rencontres). L’éthique de la conviction suppose que les OSC agissent par motivation envers l’intérêt public. Le respect de cette éthique et le développement de stratégies articulées autour de la relation sont les principaux moyens de se distancier du modèle fonctionnel de la communication pour faire en sorte que le lien social puisse primer sur la marchandise.
  11. 11. 14 Visibilité Médias, Membres, Bailleurs de fonds, Décideurs politiques, Partenaires, Bénévoles Sensibilisation Opinion publique Plaidoyer Décideurs politiques Recrutement Membres Mobilisation Bénévoles Financement Bailleurs de fonds Communication interne et communication externe Maintenant que nous avons saisi toute la spécificité logique de la communication desOSCarticuléeautourduliensocial,nousallonsnousconcentrersursadimension pragmatique. La deux questions importantes que nous pouvons nous poser à ce propos sont Quand est-ce qu’une OSC communique ? Pourquoi une OSC communique ? Afin de répondre à ces deux questions, il nous faut d’abord faire la distinctions entres les deux genres les deux principaux types de communication à l’usage d’une OSC : la communication interne et la communication externe. La communication interne concerne essentiellement notre bureau exécutif, nos membres actifs, nos adhérents et nos bénévoles. Les informer de l’actualité de l’association, les mobiliser pour un projet ou une action, les motiver, sont autant d’occasions ou nous pratiquons la communication interne. Au final, elle n’est pas une fonction dans un organigramme, mais une compétence collective qui permet la création et le maintien de la bonne dynamique et du bon fonctionnement de notre organisation. La communication externe concerne, quant à elle, l’ensemble des protagonistes de notre univers d’action dans nos activités quotidiennes : convaincre un bailleur de fond, promouvoir une action ou un projet que l’association mène, sensibiliser l’opinion publique sur une question qui nous préoccupe, faire passer son message durant une conférence de presse, faire du plaidoyer auprès des décideurs politiques afin de promulguer ou modifier un texte de loi, gagner en visibilité dans l’espace public, négocier avec des prestataires, etc. Voilà autant d’occasions où notre OSC est amenée à communiquer avec l’extérieur. Nous communiquons donc pour toutes ces raisons. A chaque fois que notre communication est performante dans l’une de nos activités, elle se répercute positivement sur toutes les autres. A titre d’exemple, lorsque l’un de nos projets bénéficie d’une bonne visibilité médiatique, cela se répercute positivement sur La Communication des OSC : une compétence au service de la performance la visibilité de notre association et nous donnera davantage de crédit auprès des bailleurs de fonds. Ceci se répercutera à son tour positivement sur des projets futurs et ainsi de suite. De ce point de vue, il devient clair que la communication externe n’est pas, là encore, une fonction dans un organigramme, mais bien une compétence collective qui permet de réaliser les objectifs de notre association en stimulant positivement ses performances au quotidien. Les champs de la communication associative externe En étudiant toutes les activités de notre OSC et en regardant de chacune d’entre- elles, il devient facile de définir les différentes axes sur lesquels nous devons travailler. Nous pouvons les synthétiser selon ce schéma
  12. 12. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 15 La communication associative est - avant tout - une question stratégique. Elle fait appel à un large éventail de compétences, d’outils et de méthodes. Elle cherche à dynamiser la performance dans les différentes activités d’une OSC. Elle touche en profondeur le fonctionnement d’une association. Elle est, à la fois, la clef d’un management efficace et d’une visibilité d’action optimale.
  13. 13. 16 LA COMMUNICATION INTERNE
  14. 14. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 17 La communication interne : pourquoi ? Si notre association vise à soigner sa politique de communication, elle doit s’assurer qu’elle partage une même vision et les mêmes valeurs que l’ensemble de ses membres. Le gain de ce pari est le signe d’une bonne circulation de l’information et d’une mise en oeuvre de processus de communication interne pertinents et efficaces. Du point de vue associatif, la communication interne peut se définir comme l’ensemble des pratiques qui permettent d’échanger des valeurs, des idées et des messages entres les membres d’une OSC. Contrairement à ce que nous pouvons imaginer, la communication interne n’est pas une attitude collective naturelle et spontanée. En réalité, c’est un puissant moteur de management qui influence les performances de notre association. Partant de là, nous sommes amenés à considérer la communication interne comme paramètre fondamental de notre stratégie. La communication interne doit donc être réfléchie, considérée d’un point de vue stratégique et déployée au niveau opérationnel. Comme pour toute activité planifiée, nous avons besoin d’outils pour développer notre stratégie de communication interne ainsi que d’indicateurs afin de mesurer régulièrement son efficacité. Comment élaborer une bonne stratégie de communication interne ? Afin d’élaborer une bonne stratégie de communication interne, il nous faut tout d’abord, comprendre ses dimensions puis, identifier et utiliser les bons outils. Ce sont justement les points que nous allons aborder dans les pages suivantes. Les quatre dimensions de la communication interne La disponibilité de l’information L’information est au cœur du fonctionnement de notre association. Elle est la première dimension à considérer car elle est la matière première de la communication interne. La bonne émission, la bonne transmission et la bonne réception des messages sont les garantes de l’efficacité de notre travail d’équipe. Intuitivement, nous savons que la majorité du temps passé par la coordination dans une association, est un temps destinée à la communication. Etre bien informé, c’est être informé utilement, avec une information qui arrive à temps, une information claire, précise. NOS CONSEILS Soyons sélectifs dans la diffusion d’information : peu d’information nuit à note efficacité ; trop d’information nuit à l’information. Recherchons toujours l’équilibre entre sur-information et sous information. Assurons-nous que l’ensemble des membres de l’association soient régulièrement tenus au courant de l’état d’avancement de nos projets et de nos actions en cour. Faisons particulièrement attention au phénomène de stigmatisation par la sousinformation, c’est-à-dire, le développement d’un sentiment d’exclusion chez nos membres parce qu’ils ne sont pas régulièrement informés de l’actualité de notre association. Cette stigmatisation par la sous-information est souvent cité comme première cause de désengagement par les membres et les adhérents démissionnaires d’une OSC.
  15. 15. 18 La convivialité La convivialité est la condition incontournable de l’instauration d’un bon climat relationnel entre nos membres. Individuellement, chacun de nous a besoin d’évoluer dans un cadre associatif dont la communication sociale est positive.Een effet, de par notre statut de bénévole, il arrive parfois que l’on ait du mal à supporter un environnement d’activisme où les échanges humains sont faibles ou conflictuels. Une relation totalement dénuée de sentiments ne peut conduire qu’à un monde de relations artificielles, source d’une ambiance sans attrait voire repoussante, de stress individuel et qui peut potentiellement miner notre champ d’activités. D’emblée, nous gagnerons donc à considérer la convivialité comme un objectif stratégique qui nécessite une attention particulière et des outils adaptés qui peut potentiellement miner notre champ d’activités. Dans cette optique, il s’agit d’instaurer entre tous les membres de l’OSC un climat relationnel convivial et positi Lesactivitésdedéveloppementde convivialitéseplanifientàl’avancecommetoute autre activité. Nous penserons ainsi à intégrer dans notre calendrier d’activités des évènements de détente et de relaxation durant lesquels nous nous retrouverons amicalement. A titre d’exemple, nous pouvons planifier une fête à la fin de chaque action ou lorsqu’un projet arrive à son terme. NOTRE CONSEIL La convivialité permet de développer la communication informelle essentielle au bon climat associatif. Cependant, un excès de communication informelle peut conduire à des phénomènes contre- productifs pour notre association comme la rumeur. Là encore, nous devrons faire preuve de la souplesse nécessaire entre communication informelle et communication formelle.
  16. 16. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 19 La participation En vue de permettre le bon fonctionnement de nos pratiques et de nos processus, il convient de faire participer l’ensemble de nos membres à leur instauration La logique participative offre plusieurs avantages : ● Elle permet à chacun d’être actif et acteur de la vie de notre association. ● Elle stimule l’intelligence collective et connective de nos membres. Les solutions qui seront proposées correspondront aux réalités et au quotidien de notre association. Elle valorise les compétences et les talents de chacun de nous et nous procure, individuellement, une reconnaissance tacite essentielle à l’implication active dans la vie d’une association. ● Elle permet la responsabilisation de nos membres lors de la prise de décision. Cette responsabilisation met nos membres dans une posture psychologique orientée vers la résolution de problèmes. L’adhésion collective : La communication interne permet de stimuler l’adhésion de nos membres aux objectifs et aux décisions prises collectivement. L’adhésion collective est également nécessaire à la formation d’une communauté d’idéaux et de pensées. Elle se manifeste par un esprit de groupe positif. NOTRE CONSEIL Afin de remporter l’adhésion collective, il est important de revenir à la première dimension de la communication interne, c’est-à-dire, la disponibilitédel’information.Pourcela,nousgagneronsàdisposerd’un triple listing mis à jour de tous nos membres, adhérents et bénévoles : 1.Annuaire téléphonique 2.Liste de diffusion des adresses électroniques 3.Liste des comptes facebook Nous gagnerons également à multiplier nos canaux de transmission de l’information. Ainsi, au lieu de n’utiliser qu’un seul canal, nous utiliserons simultanément nos trois listings pour nous assurer que la diffusion des informations atteigne tous nos membres. BONNE PRATIQUE «Nousavionsquelquesdifficultésàtravaillerenéquipe. Ilnousarrivaitmêmed’affronterquelquesconflitsinternes. Nous avons instauré des réunions systématiques après chaque action et dès que nous remarquions le début d’un conflit entre nos membres. Hier, nous étions un roupe, aujourd’hui, nous sommes devenus une équipe!» ASSOCIATION TAABIR
  17. 17. 20 Les outils de la communication interne Maintenant que nous connaissons les quatre dimensions de la communication interne, nous pouvons élaborer notre stratégie de communication interne. Pour cela, nous ferons appel à deux types d’outils. D’abord, les outils stratégiques qui nous permettront de faire le point sur où nous sommes et sur où nous voulons aller. Ensuite, les outils techniques qui nous permettront de mettre en oeuvre notre stratégie. Les outils stratégiques : mieux nous connaitre pour mieux communiquer Quel que soit notre degré d’ancienneté dans l’association, nous devons toujours avoir en tête ses objectifs et ses valeurs communes. Aussi, avant de pouvoir communiquer aux autres ce que fait notre association, il est essentiel de réussir à formuler à nous-mêmes l’essence, les objectifs de notre projet associatif. La FICHE PRATIQUE n°1 va nous permettre de mieux nous connaitre en établissant notre carte d’identité associative. La seconde étape consiste à déceler les points forts de notre communication interne et les capitaliser, et les points faibles pour y apporter les correctifs nécessaires à l’aide de la matrice Double F. Elle permet d’évaluer rationnellement notre communication interne. La FICHE PRATIQUE n°2 va ainsi nous permettre de diagnostiquer notre communication interne. A vous! FICHE PRATIQUE N°1 - CARTE D’IDENTITE ASSOCIATIVE 1.Qui sommes-nous ? Pour répondre à cette question de manière pragmatique et exhaustive, nous allons recourir au principe de Quintilien. • Quand ? une à trois dates importantes dans le parcours de notre association (exemple : date de création, date d’obtention d’un prix, etc.) • Qui ? les fondateurs de l’association. • Pourquoi ? la raison humaine pour laquelle a été crée l’association. • Pour qui ? les bénéficiaires des projets de l’association. • Où ? le lieu de création ou la ragion géographique d'intérêt .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. 2.Pourquoi nous sommes-nous associés ? En 3 lignes, nous devons pouvoir expliquer à quelqu’un qui ne connait pas nos activités les résultats ultimes que notre association veut atteindre. Astuces : limitez vous à trois objectifs principaux. Si ces objectifs sont réalisés, votre association n’a plus de raison d’exister. .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. 3. Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ? Astuce : classez les trois valeurs en ordre d’importance. Ainsi la valeur la plus importante sera la première que vous citerez. ............................................................ ............................................................ ............................................................ 4.Maintenant, en récapitulant les trois points précédents, nous pouvons rédiger un texte qui présente notre OSC : .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. ..............................................................................................................
  18. 18. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 21 FICHE PRATIQUE N°2 - DIAGNOSTIC DE LA COMMUNICATION INTERNE Astuce : Faites également remplir cette matrice par différents membres ou adhérents de votre association lors de réunions collectives et comparez vos résultats. Vous collecterez un maximum d’informations utiles et vous engagerez dans une démarche participative valorisant l’intelligence de chacun. FORCES Disponibilité de l’information Convivialité Participation Adhésion collective FAIBLESSE NOTRE CONSEIL Il est important de maintenir régulièrement notre répertoire à jour. Nous demanderons une fois par mois à nos membres et adhérents de nous informer en cas de changement de l’une de leur coordonnée de contact. Les outils techniques : des solutions pour mieux communiquer Maintenant que nous avons diagnostiqué notre communication interne et pris conscience de nos faiblesses, nous pouvons faire un point sur les différents outils techniques qui pourront nous fournir les solutions cohérentes avec ce diagnostic. Les répertoires à jour Un répertoire un répertoire est une liste de contact mise à jour régulièrement régulièrement regroupant les informations utiles à notre association. Cette solution est essentielle pour diffuser l’information auprès de tous nos membres et adhérents. Unrépertoiretéléphonique,unrépertoiredesadressesélectroniquesetunannuaire des listes de comptes facebook que nous pourrons utiliser simultanément pour la diffusion de l’information augmenteront les chances pour que notre information atteigne nos membres et attire leur attention Pour nous aider à créer et à mettre à jour nos répertoires, plusieurs solutions gratuites en ligne existent. Ces applications ont l’avantage de sauvegarder le répertoire sur un serveur distant, ainsi nous éviterons de risquer une perte totale et irréversible de nos données en cas d’endommagement de l’ordinateur sur lequel nous avons sauvegardé les répertoires. Voir section Outils Utiles
  19. 19. 22 Listes de diffusion intelligentes par courrier électronique Cet outil permet de trouver l’équilibre entre sous-information et sur-information. Il évite également que quelqu’un soit oublié lorsque nous saisissons manuellement les adresses e-mail ou quelqu’un qui n’est pas concerné par l’information soit dans la boucle. Le principe est simple : l’auteur d’un message électronique envoie un message à une seule adresse, celle de la liste de diffusion, le serveur distribue celui-ci à tous les membres de la liste. Par exemple, si nous avons une équipe qui s’occupe d’un projet à Tunis et une autre qui s’occupe d’un projet à Regueb, nous pouvons créer deux listes de diffusion Equipe Tunis et Equipe Regueb, et inclure une fois pour toute les adresses des membres de chaque équipe dans la liste concernée. Il ne nous restera plus qu’à envoyer nos messages ciblés pour chaque équipe en temps voulu. Les évènements festifs Les évènements festifs sont le meilleur moyen de créer et de maintenir un esprit d’équipe positif. Une animation événementielle originale pour nos membres reste le moyen le plus efficace d’allier engagement militant et détente. Il est important que les évènements soient organisés sur une base régulière afin d’être considérés comme une forme de rituel. Tous les trimestres, à chaque fin de projet, pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux adhérents ou pour fêter l’anniversaire de l’un de nos membres, toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête! NOTRE CONSEIL 1.Attention!Iln’estenaucuncasquestiondeforcerquiquecesoitàparticiper contresongréàunévènementfestif.Nousdevronsfairepreuvedetact. 2. Pour renforcer l’intégration de nos nouveaux membres, nous gagnerons à faire du Shuffling, c’est-à-dire, de mélanger les personnes de différentes anciennetés, régions et âges. Cela créera des liens entre des personnes qui sont initialement peu enclines à faire à faire connaissance spontanément.
  20. 20. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 23 Les agendas en ligne Les agendas en ligne sont un excellent moyen de diffuser l’information auprès de tous nos membres et adhérents. Ainsi, l’information sur nos événements, dates importantes, etc. sera disponible partout et à tout moment. Plusieurs solutions gratuites existent pour nous rendre la vie facile et mieux gérer notre calendrier, nos contacts, nos rendez-vous, nos notes. Ces outils intègrent également un système de rappel intelligent qui enverra automatiquement à nos membres concernés par une date ou un évènement particulier un message de rappel. Voir section Outils Utiles Les organisateurs de rendez-vous en ligne Organiser un rendez-vous qui réunit plusieurs dizaines de personnes peut parfois se révéler un exercice compliqué. Heureusement, il existe des outils qui nous facilitent la tâche. Ces organisateurs prennent en considération les disponibilités de chacun et les croisent automatiquement pour nous donner les fenêtres de disponibilités collectives. Voir section Outils Utiles Les éditeurs de texte collaboratifs en ligne Les éditeurs de texte collaboratifs permettent de créer un espace collaboratif pour partager nos idées en temps réel ou en différé avec nos membres et adhérents sous forme de texte. Un éditeur de texte collaboratif ressemble beaucoup à un logiciel de traitement de texte classique comme celui que nous utilisons tous les jours sur nos ordinateurs sauf qu’il permet à plusieurs personnes de contribuer dans la rédaction d’un document. Par exemple, lorsque nous souhaitons rédiger un communiqué de presse ou un la note conceptuelle d’un projet, nous pouvons le faire tous ensemble. Cela donnera d’emblée à notre production une dimension participative sans compter le gain de temps grâce à l’effort partagé. Voir section Outils Utiles
  21. 21. 24 Le code éthique L’adhésion à l’association témoigne de la volonté de l’adhérent de participer à des projet d’intérêt public. L’élaboration d’un code d’éthique s’inscrit dans une logique de transparence dans les relations entre l’association et ses membres, dans le respect des valeurs fondatrices de l’association. Le code éthique aura également pour objet de prévenir les risques liés à des conflits d’intérêts pouvant survenir en cours de route. Ce document devra être présenté et signé par toute personne souhaitant adhérer à notre association NOS CONSEILS Le document gagnera à être synthétique : une page et une seule. Le document pourra être présenté sous forme de trois à cinq grandes valeurs universelles expliquées et contextualisées dans le cadre de notre association. Le document pourra être imprimé en grand format A1 et accroché de manière visible dans nos locaux.
  22. 22. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 25 NOS CONSEILS Les associations expérimentées conseillent une fréquence d’envoi mensuelle. Cela crée un effet de rituel. Demandons à nos membres de contribuer avec des billets de quelques lignes, un témoignage, etc. Cela renforcera le sentiment d’appartenance à l’association et valorisera les expériences individuelles. NOTRE CONSEIL Une réunion s’organise et ne s’improvise pas. Planifions nos réunions à l’avance. Nous gagnerons à planifier une réunion interne toutes les trois semaines. Rédigeons toujours l’orde du jour de la réunion (ne dépassant pas une page) et assurons-nous que les personnes concernées par la réunion l’aient bien reçu trois jours en avance. Il est inutile de convier des personnes qui ne sont pas concernées par une réunion. Leur présence peut-être contre-productive. Désignons à l’avance un responsable de réunion. C’est la personne la plus compétente sur le ou les sujets qui seront abordés. Il rappellera l’ordre du jour avant de distribuer équitablement le temps de parole et s’assurera que nous ne nous écartons pas du sujet. Il est en quelque sorte, l’arbitre de la réunion. Avant de clore la réunion, synthétisons toujours les décisions qui y ont été prises dans un document de référence ou un procès verbal qui devra parvenir dans un délais de douze heures aux personnes concernées. La newsletter La newsletter ou lettre d’information est un moyen incontournable pour diffuser régulièrement l’actualité de notre association auprès de nos membres, adhérents et bénévoles. Sa fréquence de diffusion est variable selon la fréquence de nos activités, cependant, il est important de garder un rythme relativement constant. Son contenu doit être synthétique et concis : aller droit au but et viser uniquement l’essentiel. La newsletter apport renforce aussi le sentiment appartenance à une équipe. Plusieurs outils nous permettent de créer facilement des newsletter attrayantes. Voir section Outils Utiles Le blog collectif Un blog est une sorte de journal électronique. Son éditeur publie régulièrement de nouveauxarticles,souventcourts(250à800mots)pourrendrecompted’uneactualité vécue. Pour les blogs collectifs, ils peuvent être assimilés au journal de bord de notre association. Nos membres peuvent partager leur expérience sous forme de billets, de photos ou de vidéos qui seront automatiquement datés lors de leur publication. Le blog collectif est un excellent moyen de renforcer l’esprit d’équipe tout en s’ouvrant au monde extérieur. Cet outil technique peur constituer un moyen efficace et original de faire connaitre l’association et attirer de nouveaux membres. Plusieurs outils nous permettent de créer facilement des blogs collectifs. Voir section Outils Utiles Les réunions internes Bien qu’elles soient devancées par la technologie et notamment les visioconférences ou encore les télé-conférences, les réunions internes restent un rendez-vous privilégié. C’est un moment où nous nous retrouvons avec nos membres. Les réunions consomment généralement du temps parce qu’elles impliquent un déplacement physique jusqu’au lieu de rencontre. Il est donc très important de bien gérer la fréquence de nos réunions internes. Dans le cadre associatif et l’activité bénévole, le temps est souvent très précieux et nous auront intérêt à le gérer habilement. Nos chercherons constamment l’équilibre entre peu de réunions et trop de réunions. Une réunion est un outil technique régi par des codes et des méthodes. Le succès d’une réunion dépend de sa préparation et de la qualité de son animation.
  23. 23. 26 Le plan d’action communication interne Maintenant que nous avons pris connaissance de nos faiblesses et fait le tour des outils techniques, il ne nous reste plus qu’à passer à l’action. Pour nous aider à mettre en oeuvre notre stratégie, rien de mieux qu’un plan d’action qui définira les actions à mener, leur timing et les responsabilités. La FICHE PRATIQUE n°3 nous permettra de formaliser cette dernière étape. FICHE PRATIQUE N°3 - SOLUTIONS POUR LA COMMUNICATION INTERNE Disponibilité de l’information Convivialité Participation Adhésion collective FAIBLESSE SOLUTIONS TECHNIQUES RESPONSABLE SOLUTIONS DATE DE MISE EN OEUVRE
  24. 24. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 27 L’évaluation de notre communication interne Si nous voulons progresser dans notre manière de communiquer en interne, il nous faudra adopter une logique d’évaluation continue. Suivant cette logique, nous pouvons planifier deux sessions annuelles pour évaluer la performance de notre communication interne. Nousavonslechoixentreplusieursméthodescommel’entretiencollectif,l’entretien individuel ou encore le questionnaire. Dans la mesure où nous l’avons vu dan la première section, la communication .., la communication dans le cadre associatif s’appuie essentiellement sur la relation interpersonnelle, nous pourrons privilégier les entretiens collectifs ou individuels qui seront une occasion supplémentaire de valoriser l’avis et l’expérience de nos membres. La FICHE PRATIQUE n°4 pourra nous orienter dans l’évaluation de notre communication interne. FICHE PRATIQUE N°4 - L’EVALUATION DE LA COMMUNICATION INTERNE PARTIE I - AUTO-EVALUATION Avons-nous élaboré un plan de communication interne ? oui non Avons-nous mis en place des outils techniques prévus dans ce plan ? oui non Est-ce que ces outils techniques sont couramment utilisés par nos membres ? oui non Si non, pourquoi ? ............................................................................................................................... Relevons-nous des conflits à cause d’un problème lié à information ? oui non PARTIE II - GUIDE D’ENTRETIEN A ADMINISTRER AUX MEMBRES (entretien individuels ou collectifs) Est-ce que l’information vous être transmise dans de bon délais ? oui non Que pensez-vous de la clarté de l’information dans notre association ? ............................................................................................................................... ............................................................................................................................... ............................................................................................................................... Que pensez-vous des outils que nous utilisons pour communiquer entre nous ? ............................................................................................................................... ............................................................................................................................... ............................................................................................................................... Comment peut-on améliorer notre communication interne ? ............................................................................................................................... ............................................................................................................................... ...............................................................................................................................
  25. 25. 28 LA COMMUNICATION EXTERNE
  26. 26. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 29 NOS CONSEILS Gardonslecontactaveclesjournalistes:contactons-lesunefoisparmois pourprendredeleurnouvellesmêmesinousn’avonspasd’actualité. Devenons une source et un partenaire des journalistes : à chaque fois que nous détenons une information ou un document susceptible d’intéresser un journaliste de notre réseau, n’hésitons pas à les lui transmettre. LES RELATIONS PRESSE La médiatisation de notre association, de ses projets et de ses actions est le moyen le plus efficace pour nous démarquer, nous donner de la visibilité auprès des différents acteurs du monde du développement humain (bailleurs de fonds, bénévoles, partenaires, etc.) et valoriser notre effort associatif. La présence médiatique est également l’un des moyens les plus efficaces pour influencer positivement l’opinion publique pour une cause que nous défendons. De plus, la présence médiatique est également une solution très peu couteuse en temps et en argent. Nous avons donc intérêt à la considérer comme une priorité dans notre stratégie de communication externe. La question que nous sommes naturellement amenés à nous poser à ce stade est la suivant : Comment devenir médiatiquement visible ? La réponse est simple et unique : développer et maintenir de bonnes relations presse. En pratique, les relations presse sont toutes les opérations que notre association réalise à destination des médias et des journalistes pour obtenir une couverture médiatique conséquente et favorable pour ses projets et actions. Le fonctionnement d’un média Avant d’aborder les étapes à suivre pour élaborer une bonne stratégie presse, il est très importantdecomprendrelesdeuxpiliersquirégissentlefonctionnementd’unmédia. Premier pilier : Tout média, quelque soit son type ou sa dimension, se nourrit d’actualité.Annoncerlanouveautéàseslecteurestsaraisond’être.Lesjournalistes cherchent constamment l’évènement. Secondpilier:Lesjournalistessontconstammentsollicitésparleurenvironnement.pourcouvrir un nombre important d’évènements d’actualité. Cependant, ils sont soumis à une contrainte principalesquiconditionneleurprésence:letemps.Letempslimitéimposeaujournalistede faireunchoixconcernantl’évènementoulesévènementsqu’ilvacouvrirdansunejournée. Les outils de la stratégie presse Afin de réussir notre stratégie presse, nous pouvons utiliser trois types d’outils différents. D’une part, des outils stratégiques afin de structurer notre démarche; d’autre part, des outils techniques en vue de déployer efficacement notre stratégie presse; et enfin, des outils d’évaluation pour nous permettre de faire le point sur notre stratégie et de progresser sur notre stratégie et de progresser. Les Outils Stratégiques L’annuaire à jour Tout d’abord, il nous faudra disposer d’un annuaire des médias. En Tunisie, la plupart des médias sont généralistes. Partant de ce constat, cet annuaire gagnera à être aussi complet que possible. Comme toute entreprise, un média vît des changements permanents : un changement de coordonnées, des journalistes qui partent et d’autres qui arrivent. Il estdoncimportantdemaintenirnotreannuaireàjour.Pourcela,ilsuffiraderéserver une matinée à chaque début de trimestre pour mettre à jour notre annuaire. Les fiches de contact journaliste Les fiches de contact journaliste sont un outil essentiel pour construire une relation positive avec les journalistes avec lesquels nous avons déjà été en contact. Ces fiches contiendront les coordonnées du journaliste, sa spécialité et ses centres d’intérêts professionnels : culture, humanitaire, etc.
  27. 27. 30 NOS CONSEIL Le communiqué de presse doit tenir sur une page A4 chaque fois que possible. Illustrons le communiqué avec une ou deux photos pour accrocher l’oeil du journaliste. Pesons à envoyer le communiqué à travers plusieurs canaux en même temps : e-mail, poste, fax. Remettez-le en main propre lorsque c’est possible. En moyenne, un communiqué de presse est publié 24h à 72h après réception pour la presse papier. Les délais de la presse électronique sont généralement plus courts. En général, un communiqué de presse est un document factuel. Dans le monde des OSC, le communiqué sert également à exprimer une prise de position de notre OSC concernant une question d’actualité comme une violation des droits humains, etc. Il convient de produire des communiqués engagés à chaque fois que cela s’avère nécessaire, lorsqu’un événement se produit dans notre champ d’action, directement ou indirectement. Afin d’avoir une chance de publication, les communiqués de position devront être transmis dans les plus brefs délais afin éviter «l’embouteillage» au- dessus du bureau du journaliste. FICHE PRATIQUE N°5 - FICHE CONTACT JOURNALISTE Média : ...................................................................... Prénom.................................... Nom.............................................. Adresse postale : ............................................................ Téléphone bureau : ............................Téléphone mobile : ........................... Fax................................. E-mail ................................................................. Spécialité : ................................................... Centres d’intérêt : ............................... ........................... ............................ Date dernier contact Sujet Date prévues du prochain contact jour/mois/année jour/mois+1/année Le communiqué de Presse Le communiqué de presse est un document incontournable de toute opération presse. Il est destinéàl’ensembledesmédiasciblésafinqu’ilstransmettentlesinformationsauprèsdeleur public respectif. Nous devons tenir compte du fait qu’un média reçoit chaque jour un grand nombre de communiqués de presse. Pour augmenter les chance de notre communiqué d’être lu et diffusé,nousdevronsappliquersystématiquementquelquesrèglesélémentairesetefficaces comme dans le modèle-exemple suivant.
  28. 28. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 31 Modèle-exemple de communiqué de presse Logo de l’association Notre logo doit être placé dans l’entête du com- muniqué Communiqué de Presse Mention à placer à côté du logo ou en gros ca- ractères (taille 16 au minimum). Pour publication immédiate Il est important de préciser cette information. Parfois, l’émetteur d’un communiqué souhaite une publication différée. Cela diminue les chances de publication de notre communiqué. Tunis, le 13 juin 20013 Le lieu et la date. Quelle est la place de la victime dans la justice transitionnelle ? Le titre doit : 1.Etre attirant. 2.Annoncer clairement le contenu du communiqué. Soucieuse de soutenir la transition démocratique, l’Association Tunisienne pour la Justice Transitionnelle (ATJT) révélera la semaine prochaine les résultats de première étude sur la place de la victime dans le processus de justice transitionnelle. Le chapeau doit : Résumer en une ou deux phrases l’essentiel du message que nous voulons passer. L’ATJT a chargé un groupe de 5 experts internationaux d’ une étude comparative sur la place de la victime dans le projet de loi pour la justice transitionnelle élaboré par le gouvernement tunisien. Les résultats seront rendus publics lors d’une conférence de presse Le paragraphe n°1 doit : Traiter le sujet de manière factuelle en répon- dant aux questions suivantes : Qui ? Quoi? Quand ? Comment ? Pourquoi ? «Il ne peut y avoir de transition démocratique sans justice transitionnelle. L’étude de l’ATJT vient au bon moment pour nous éclairer sur les choix historique de la Tunisie dans cet important dossier», explique Maitre Dhaker Foulène, expert international, dont l’équipe a élaboré le projet de justice transitionnelle en Tchekozlomanie en 1996. Le paragraphe n°2 doit (optionnel) : Appuyer le propos par le témoignage d’un expert reconnu dans le domaine concerné. Fin communiqué Cette mention précise que le communiqué est bien terminé et qu’il n’a pas de suite sur une autre page. Pour plus d’informations : Mme Miriam Foulène Tél fixe. 00216 -71 111 1111 Tél mob. 00216 -98 111 1111 Fax. 00216 -71 211 1111 E-mail : Miriamfoulene@asso.org Coordonnées complètes de la personne à contacter. Le dossier de presse Le dossier de presse est un outil destiné aux journalistes. Il sert trois objectifs : 1. Attirer l’attention du journaliste. 2. Proposer une information complète et précise sur le sujet de la conférence (ou autre). 3. Permettre au journaliste de préparer son interview ou son article. Le temps des journalistes est une denrée rare dans la mesure où ils reçoivent quotidiennement une multitude de dossiers de presse. Ainsi, afin qu’il puise être lu et relayé, notre dossier doit être structuré selon certaines ficelles du métier Lorsquenousnousattelonsàlarédactiond’undossierdepresse,nousréfléchissions d’abord au contenu textuel, puis à la mise en forme. Or, ceci n’est pas la meilleure manière de procéder. Contrairement à l’évidence, ce n’est pas la meilleure manière de faire! En effet, la priorité doit être donnée à la forme du dossier et de son envoi, pour ensuite adapter le contenu textuel à ce paramètres Que notre dossier soit remis aux journalistes lors d’une conférence de presse ou envoyé par courrier, le but reste le même à savoir, attirer l’attention du destinataire. Nous viserons donc à ce que notre dossier se démarque des autres dossiers qui s’accumulent sur le bureau du journaliste. L’envoi C’est la manière dont le journaliste va recevoir notre dossier qui est décisive dan sa prise en compte. A ce titre, il s’agit d’apporter un effort particulier dans l’envoi de notre dossier. De nombreuses OSC choisiront instinctivement la solution de facilité : l’envoi par mail. Rapide, sans coûts et permettant au journaliste de disposer directement du contenu textuel et graphique pour son article, cette voie présente néanmoins deux grandes limites : elle ne nous permet de nous démarquer des autres et elle ne
  29. 29. 32 valorise pas notre destinataire. Dans la mesure où notre budget nous le permet, il est préférable d’envoyer un dossier papier ainsi qu’une une version électronique par courrier ou par coursier. Nous accompagnerons notre dossier d’un mot de courtoisie rédigé à la main pour communiquer toute notre considération envers notre destinataire. La forme Un dossier de presse intelligent est avant tout un dossier pratique et facile à manier par le destinataire. Nous le structurerons ainsi : ● Une page de garde avec notre logo, le nom de notre association et la mention «Dossier de presse». ● Un sommaire placé au début du dossier de presse indiquant les titres des fiches et/ou des rubriques ainsi que les pages correspondantes. ● Des rubriques et des sous-rubriques séparées par un jeu de mise couleurs afin de permettre une capture immédiate de l’oeil et un feuilletage rapide et efficace du document. ● Un communiqué de synthèse ne dépassant pas les deux-milles signes avec la date et le titre du dossier. Ce communiqué doit reprendre succinctement chaque message dans le dossier de presse sous forme d’un court paragraphe. ● Nous pouvons organiser les rubriques sous forme de fiches détachables (deux à cinq fiches). L’ordre des fiches ou des rubriques doit respecter la hiérarchie de l’information : nous commençant toujours par l’information la plus importante et la plus récente à la fin de notre dossier, nous pouvons ajouter des annexes, si nécessaire. ● Les éléments graphiques sont essentiels pour transmettre le message ou encore pour témoigner d’une situation (la photo d’une plage polluée, d’une mauvaise gestion des ressources naturelles, etc.). L’insertion d’une ou plusieurs photos constitue un atout supplémentaire pour notre dossier et donne beaucoup plus de poids à notre dossier. Il faudra veiller à ce que les photos soient complétées par une légende indiquant l’auteur de la photo, la date et le lieu, ainsi qu’une brève description du cliché. Les coordonnées de la personne à contacter en bas de la page de garde et à la fin du dossier dans une section dédiée aux informations pratiques. A EVITER L’ impressionnisme et les commentaires : s’en tenir toujours aux faits et aux preuves. Les superlatifs du genre «extraordinaire», qui dérangent les journalistes car les empêchent de se faire leur propre opinion de la situation décrite. Le vocabulaire technique : le dossier doit-être accessible à tout le monde. Des rubriques ou des sousrubriques indiquées par des lettres ou des chiffres. IMPORTANT Si nous souhaitons présenter le PNUD dans un communiqué ou un document produit par notre OSC, nous devrons utiliser ce texte standard : « Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présents dans 177 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations.»
  30. 30. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 33 La conférence de presse La conférence de presse est un outil majeur dans des relations presse. Nous organiserons une conférence à chaque fois que nous voudrons créer l’évènement. En pratique, réussir une conférence de presse revient à atteindre ces quatre objectifs : ● Une présence médiatique importante. ● Des retombées médiatiques importantes. ● Une bonne compréhension du sujet ou du message que nous voulons communiquer aux médias. ● Une ambiance conviviale et un échange courtois et amical avec les journalistes présents. Pour atteindre ces quatre objectifs, nous aurons besoin d’un cadre de travail dans la mesure où la conférence de presse ne s’improvise pas. Un rendez-vous presse ou une conférence de presse s’articule autour de trois moments : l’avant, le pendant et l’après évènement. L’avant Quelle date et quel lieu ? Avant de programmer une conférence de presse, il est primordial de consulter le calendrier des grands évènements et d’éviter d’organiser une conférence le même jour où un autre événement prévu risque de monopoliser toute l’attention médiatique.. Concernant le lieu, il convient d’ opter pour un endroit central, facile d’accès en voiture et disposant d’un parking. Dans les grandes villes tunisiennes, la plupart des rédactions se trouvent au centre-ville ; notre choix se portera donc sur un endroit à proximité des différentes rédactions, et donc dans des endroits centraux.
  31. 31. 34 Format de la conférence de presse Format Avantages Inconvénients Conseils Petit-déjeuner Convivial. Permet de bâtir un lien fort avec les journalistes sur le moyen et long terme. Coincide souvent avec la réunion de rédaction : absentéisme. Nombre d’invités limité. Inviter en personne 5 journalistes et/ou rédacteurs en chef. Choisir un lieu central et facile d’accès pour éviter les bouchons matinaux. Commencer à 9h00, terminer à 10h30. Remettre un dossier de presse aux invités. Déjeuner Convivial. Permet de bâtir un lien fort avec les journalistes sur le moyen et long terme. Permet de prendre son temps pour expliquer une problématique. Nombre d’invités limité. Couteux. Inviter en personne 5 journalistes et/ou rédacteurs en chef. Choisir un lieu central et facile d’accès. Commencer à 12h30, terminer à 14h00. Remettre un dossier de presse aux invités Plénière ou point-presse Retombées presse i m m é d i a t e s . Acquisition rapide de notoriété. Peu convivial Inviter un maximum de journalistes. Remettre un dossier de presse aux invités. Ne pas dépasser 1 h e u re . Aller à l’essentiel. Quel message ? Notre message gagnera à ne pas être dilué dans une masse d’information où les journalistes auront du mal à se retrouver. Un message direct et formulé dans la simplicité bénéficiera d’une meilleure réception de la part des journalistes. Quel ton ? Le ton doit être en adéquation avec notre message. Si nous annonçons les résultats d’une étude ou un évènement positif, nous opterons pour un ton institutionnel ou festif. Au contraire, si nous sommes dans un contexte de crise, nous privilégierions le ton d’alerte. Quel format ? Différents formats de rendez-vous avec la presse s’offrent à nous. Chaque format possède des avantages et des inconvénients et convient à un usage particulier. C’est en fonction de nos objectifs que nous choisirons le format adéquat. Le Tableau suivant résume différents formats possibles en fonction d’une situation donnée
  32. 32. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 35
  33. 33. 36 NOS CONSEIL Lejour:lesjoursàévitersontlelundi,traditionnellementréservéauxconférences de rédaction, le vendredi, le samedi et le dimanche, puisque la plupart des journalistes ne travaillent pas pendant le week-end. Danslamesuredupossible,opterpourlemardi.Celapermetderelancerlesjournalistes lundi après le repos du week-end. De plus, les messages émis lors de la conférence de pressebénéficieronsd’unbonrelaismédiatiquetoutaulongdelasemaine. L’heure : 10h est l’horaire idéal pour une conférence de presse. C’est assez tôt pour être à l’heure au bouclage et pas trop tôt pour permettre aux journalistes de faire leur revue de presse et consulter leur rédacteurs en chef. La durée : Pas plus d’une heure. Préférablement une seule intervention qui ne dépasse pas 20 minutes ou deux interventions ne dépassant pas 15 minutes chacune pour laisser place aux questions des journalistes. La prise de parole : Les exposés doivent être structurés, précis (chiffres et faits) et concis. Le style de discours doit être direct et convaincant. Eviter les redondances et notamment si nous optons pour deux interventions ou plus. Le porte-parole : Il sera intéressant de concentrer l’attention sur une personne «porte-étendard» durant la conférence. En Tunisie, les plages de programmation des médias audiovisuels sont dominés par les talk-shows. De sortequ’êtreprésentdanslesmédiasrevientàêtreprésentdanslestalkshow. Même constat pour la presse écrite qui accorde une attention particulière aux déclarations des protagonistes de l’actualité. La répétition : la répétition est indispensable. Elle seule permet de détecter les failles techniques et les problèmes d’équipement. Quel support visuels ou audiovisuels ? «Une image vaut mille mots»; il peut s’avérer efficace d’illustrer un propos par une photo ou un graphique, tout en veillant à ne pas surcharger l’audience d’informations (pas plus de dix éléments graphiques) Quel support visuel pour la signalétique et l’habillage ? Ilconviendrad’indiquerdepuisl’entréedubâtimentoùsedéroulenotreconférence, la salle qui abritera l’évènement. Plusieurs flèches signalétiques permettrons aux journalistes de gagner du temps en trouvant directement la salle. Des banderoles d’une largeur minimum de 1 mètre et des affiches au format A1 habilleront tous les murs de la salle de conférences et nous porterons une attention particulière à l’habillage du mur au dos des intervenants. Cela permettra de contextualiser les photos et les vidéos produites durant l’évènement. La FICHE PRATIQUE n° 6 nous aidera a organiser à renseigner tous les aspects que nous devons maitriser avant notre conférence.
  34. 34. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 37 FICHE PRATIQUE N°6 - LA CONFERENCE DE PRESSE L’objectif de la conférence de presse Les messages à faire passer Le ton ( ) expert ( ) alerte ( ) festif Les supports visuels ou audio-visuels à utiliser par les intervenants (photos, vidéos) Le format ( ) plénière ( ) petit-déjeuner ( ) déjeuner Date et lieu Les supports visuels pour l’habillage de la salle (affiches, banderoles) Budget Le dossier de presse ( ) papier ( ) mémoire flash ( ) papier et mémoire flash
  35. 35. 38 Le Pendant Le jour J, un ensemble de paramètres doivent être maîtrisés afin que tout se passe dans les meilleures conditions. La FICHE PRATIQUE n°7 nous aidera à ne rien laisser au hasard. FICHE PRATIQUE N°7 - CHECK LIST TECHNIQUE Signalétique ( ) vérifié Nombre et disposition des chaises ( ) vérifié Fonctionnement des prises électriques ( ) vérifié Fonctionnement des lumières ( ) vérifié Fonctionnement matériel de sonorisation ( ) vérifié Fonctionnement matériel de projection ( ) vérifié Habillage visuel ( ) vérifié Buffet et rafraichissements ( ) vérifié Le dossier de presse ( ) vérifié L’invitation Une fois notre tableau renseigné, il ne reste plus qu’à inviter les journalistes à notre conférence. Pour cela, il nous faudra concevoir et envoyer une invitation efficace. L’invitation doit être envoyée trois semaines avant la conférence. Une relance doit être opérée quinze jours avant, avec la mention «rappel» puis avant une semaine et enfin, la dernière relance quarante-huit heures avant Si certains journalistes réagissent favorablement à une invitation de dernière minute, d’autres peuvent la percevoircommeunmanquedesérieux ce qui les démotivera à assister ou bien induira négativement la tonalité de leur article. Les journalistes indépendants gèrent leur agenda à l’avance en fonction des évènements qui feront l’actualité du mois. Il serait donc préférable de les inviter et de leur demander de réserver notre date trois semaines à l’avance. Structure d’une invitation à une conférence de presse Logo Le logo doit-être assez grand pour être visible sans efforts Mention «Invitation» et titre La mention «Invitation Conférence» doit-être en haut de l’invitation dans la plus grande typographie utilisée dans l’invitation (au moins 18 pxl). Le titre doit à être court et accrocheur Date, heure et lieu La date et le lieu doivent figurer immédiatement sous le titre Sujet et Le sujet de la conférence doit être décrit en trois lignes. Informations utiles et contacts Adresse du lieu de la conférence Prénom et nom de la personne contact numéro de téléphone email Plan d’accès En option, nous gagnerons à rajouter un plan d’accès au verseau de l’invitation
  36. 36. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 39 L’après La rédaction du compte-rendu Nous produirons un compte-rendu aussi détaillé que possible portant sur la forme et le fond de la conférence avec les informations suivantes : la liste des médias et des journalistes présents, les principales questions posées, le nombre d’interviews, les clarté du message et les problèmes techniques (s’il y en a eu). Nous partagerons ce compte-rendu avec l’ensemble de nos membres. L’envoi du dossiers de presse Nous enverrons à tous les médias et les journalistes qui ne se sont pas déplacés à la conférence de presse un dossiers de presse accompagné de visuels (photos en haute définition de la conférence, etc.) La gestion des demandes des journalistes Les journalistes attendent d’un service de presse (même celui d’une nouvelle association) qu’il soit rapide et rigoureux. Nous traiterons toutes les demandes dans les quatre heures qui suivent la conférence pour être à temps pour les bouclages. La collecte des retombées Le press-book d’une conférence de presse est notre récompense. Il est l’indicateur le plus important du succès d’un évènement. Il a aussi valeur de mémoire et servira auprès des bailleurs de fonds et partenaires comme témoignage de notre dynamisme. Nous verrons comment réaliser notre press-book dans la section évaluation de notre stratégie presse. L’évaluation de notre stratégie presse Avons-nous une bonne stratégie presse ? C’est la question à laquelle notre évaluation stratégique va répondre. L’évaluation fait partie intégrante de la stratégie. C’est en quelque sorte notre baromètre, ce qui va nous permettre de progresser. L’évaluation d’une action de relations presse consiste à analyser quantitativement et qualitativement - les retombées médiatique concernant notre association une à deux fois par an. Parfois, nous envisageons l’évaluation de notre stratégie presse dans une perspective d’impact sur l’opinion publique. Cette perspective présente quelques limites. En pratique, très peu d’outils scientifiquement fiables nous permettent de mesurer notre influence sur l’opinion publique. Nous préférerons donc aborder notre évaluation en nous concentrant notre sur l’impact média. Les étapes d’évaluation de notre stratégie presse Repérer nos sources d’information Savoir ce que la presse dit de nous nécessite de mettre en oeuvre une logique de veille média permanente. Pour le moment, il n’existe aucun outil automatisant totalement cette veille. Nous devrons donc, en partie, y opérer manuellement. Pour cela, il nous faudra systématiquement consulter les titres de presse après chaque évènement médiatique ou opération de relations presse organisée par notre OSC. Heureusement, il existe des outils électroniques gratuits qui permettent l’automatisation d’une partie de ce travail. Ces outils ne concernent pas seulement la presse électronique, mais également la presse papier. Dans la pratique, en Tunisie, les titres de la presse papier les plus importants en audience doublent leurs publications dans leur version Internet. Les outils presse des moteurs de recherche : plusieurs moteurs de recherche sur Internet permettent d’accéder directement aux articles de presse qui parlent de notre association. Ces outils nous permettent également de filtrer les résultats par date de parution de l’article, etc. Les outils d’alerte électronique : nous pouvons demander à ces outils de nous alerter en temps réel à chaque fois qu’un mot que nous avons renseigner auparavant (comme le nom de notre association ou celui d’un évènement que nous organisons) apparaît dans la presse électronique ou, plus largement, sur Internet. Voir section Outils Utiles.
  37. 37. 40 Définir les critères de performance Mesurer l’impact d’une opération de relations presse s’opère en tenant compte de critères d’évaluation précis. Pour cela, nous devons imaginer les résultats que nous voulons obtenir d’une opération particulière : renforcer la notoriété de notre OSC, remporter une couverture d’opinion favorable par rapport à une cause ou un évènement qui nous concerne, etc. Une fois cela décidé, nous pouvons définir nos critères quantitatifs. Il s’agira de décider en amont du nombre d’articles presse papier, presse électronique, intervention radio et télévision que nous voulons atteindre. Certains stratèges nous conseillent d’appliquer la règle de cinq. Cette règle nous invite à nous concentrer sur les cinq médias les plus importants en terme d’audience dans chaque catégorie. Autrement dit, en Tunisie, il s’agira de viser les cinq titres de presse écrite arabophone les plus lus, les cinq titres de presse écrite francophone les plus lus et ainsi de suite pour les médias électroniques, les radins et les télévision. C’est en même temps un objectif et un critère d’évaluation. D’autres spécialistes nous conseillent la règle du qui peut le moins, peut le plus. Il s’agira de viser tous les médias et d’évaluer les retombées par rapport à l’ensemble des médias tunisiens que nous avons listé dans notre annuaire. Quelle que soit la règle choisie, le critère le plus important sera notre indicateur de progression. C’est l’indicateur comparatif entre nos opérations passées et notre dernière opération presse. Ce critère permet de répondre à cette question : Sommes-nous entrain d’augmenter le nombre de retombées ? Si cet indicateur est élevé, c’est un indice rationnel de progression quantitative. Cet indicateur est d’autant plus intéressant lorsque nous comparons une opération récurrente comme une conférence annuelle, etc.
  38. 38. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 41 Constituer notre revue de presse A travers cette dernière étape, nous allons utiliser les outils présentés dans l’étape précédente.Ils’agiraderéuniretdeclasserdemanièrepratiquetouteslescoupures de presse obtenues dans les médias papiers et électroniques ainsi que toute la couverture radio et TV. La FICHE PRATIQUE n°6 pourra nous servir de modèle. Bilan de l’opération et enseignements Durant cette dernière étape, nous allons comparer nos objectif avec les résultats obtenus en répondant à quelques questions clefs que nous trouverons dans La FICHE PRATIQUE n°8. formule de l’indicateur de progression nombre retombées dernière opération presse i.p = nombre retombées opération presse précédente si ip = 1 => aucune progression si ip < 1 => régression si ip > 1 => progression FICHE PRATIQUE N°8 - EVALUATION DE LA STRATEGIE PRESSE I.Synthèse quantitative et qualitative de la revue de presse A faire pour chacune de nos retombées média. La qualité de l’article s’évalue de gauche à droite, c’est-à- dire, plus nous avons de croix à gauche, plus notre stratégie est de qualité. Une fois cela fait, nous allons le nombre d’articles par option entre les parenthèse. A.Presse papier et presse électronique 1.Emplacement de l’article dans l’édition (.....) à la une en page (.....) en page centrale (....) ailleurs 2. Type d’article (.....) dossier spécial (.....) article d’approfondissement/interview (.....) article descriptif/synthèse (.....) brève 2.Tonalité de l’article (.....) positive (.....) neutre (.....) négative B. Radio et télévision (.....) émission spéciale (.....) reportage/Interview (....) brève ou citation dans une émission C. Indice de progression = ............ II.Bilan et enseignements 1. Les messages clefs ont-il été correctement relayés par les journalistes ? si oui, passez à la question suivante. Si non, pourquoi ? ....................................................................................................................................... ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ 2. Qu’est ce qui nous a manqué pour atteindre nos objectifs quantitatifs ? ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ 3. Qu’est ce qui nous a manqué pour atteindre nos objectif qualitatifs ? ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ 3. Quelles sont les actions à réaliser pour la prochaine opération presse ? ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................
  39. 39. 42 LA COMMUNICATION GRAPHIQUE La communication graphique utilise des signes visuels afin de pouvoir échanger avec les autres. Ces signes peuvent être des images ou de l’écriture. Les OSC ont très souvent recours à la communication graphique pour toutes sortes d’activités. Cette forme de communication permet d’attirer l’attention, transmettre un message, promouvoir un évènement, une cause ou plus simplement, l’image de notre association. Le logo Notre logo est une représentation graphique qui sert à identifier, différencier et communiquer les valeurs de notre association. Autrement dit, c’est un symbole qui produiraimmédiatementchezlespersonnesquileverrontuneimagementaledenotre association. Pourcréerunlogo,selonnosmoyens,nouspouvonsfaireappelàundesignergraphiste professionnel ou le réaliser seuls. Quelque soit notre choix, nous pouvons suivre cette démarche en quatre étapes : Quelle est notre identité ? ● Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ? ● Si notre OSC était une saison, laquelle seraitce ? ● Si notre OSC était un livre célèbre, lequel serait-ce ? ● Si notre OSC était un animal, lequel seraitce ? ● Si notre OSC était un métier, lequel seraitce ? ● Si notre OSC était un sentiment, lequel serait-ce ? Cette première étape nous permettra de situer notre univers symbolique constitué de couleurs et d’objets. Une fois que nous avons répondu à ces cinq questions, nous mettrons tous ces éléments dans notre boite à outils.
  40. 40. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 43 Quel est notre type de logo ? Le logo alphanumérique ou logotype Ce type de logo est exclusivement composés de signes alphanumériques. Il peut être composé du nom de l’association ou de ses initiales si le nom est composé de plus de deux mots. Dans les deux cas, le texte est stylisé pour correspondre à l’identité de notre association. Simple à lire, ce type de logo est également le plus simple à réaliser. Le logo icotype Ce type de logo présente exclusivement un élément iconographique. Pour les OSC, c’est souvent un objet qui évoque, par le symbole, le travail de l’organisation. Leprincipalavantagedecetypedelogoestqu’ilestinstantanémentreconnaissable. Le logo mixte Ce type de logo mélange tout simplement les deux types précédents. C’est le type le plus fréquent pour les OSC. Quelles sont nos couleurs ? Le choix des couleurs n’est pas une simple histoire de goût ou d’envie. C’est un choix stratégique et esthétique à la fois. Selon les sémiologues, en fonction des groupe sociaux, chaque couleur est associé à un univers de sens. Nous choisirons dont nos couleurs en fonction de l’identité de notre association déduite lors de la première étape. Le tableau suivant nous aidera à choisir parmi les couleurs les plus fréquence dans les logos. Le choix de nos couleurs se fera également en fonction de leur accord. En pratique, toutes les couleurs ne s’accordent pas ensemble. Afin de choisir nos couleurs nous pouvons nous référer à la roue des couleurs des designers. Ainsi si nous cherchons des couleurs qui s’accordent en harmonie, nous choisirons des couleurs qui sont généralement placées les unes à côté des autres. Par exemple, le vert clair, le vert amande et le vert olive. En revanche, si nous cherchons un effet de contraste, nos opterons pour des couleurs dont les positions sont diamétralement opposées sur le cercle comme le vert clair et le rouge Blanc Noir Rouge Vert Bleu Pureté Mystère Force Calme Sagesse Neutralité Noblesse Passion Nature Confiance Innocence Elégance Action Espérance Sécurité
  41. 41. 44 L’affiche et la bannière L’histoiredesOSCtémoigned’unelonguetraditiond’affichesefficaces,intelligentes et parfois drôles. C’est un support avec lequel nous produirons fréquemment si notre association est dynamique. Avant tout chose, l’affiche ou la bannière est porteuse d’un message. Tout comme le logo, elle cherche à informer tout en invitant la personne qui la regarde dans un univers de sens. Pour créer une bonne affiche, nous pouvons suivre les étapes suivantes: A EVITER Unlogoestuninvestissementsurlelongterme.Ilreprésente notre association. Ce n’est pas un élément que nous avons intérêt à modifier fréquemment. Eviter les logo tendance qui vieillissent vite et mal. Eviter d’utiliser plus de trois couleurs Eviter les formes complexes. Eviter les formes trop abstraites qui ne possèdent pas de charge symbolique. Tester notre logo Unefoisnotreesquissedelogoprête,nouspourronslatesterauprèsd’unéchantillon de quinze personnes représentant les acteurs de notre monde associatif. Nous pouvons ensuite demander à quelques journalistes, bailleurs de fond, partenaires ou encore à nos bénéficiaires de répondre aux deux questions suivantes : Qu’est ce que vous évoque notre logo ? Vous trouvez notre logo : Part 1 ● ( ) Facile à reconnaitre ● ( ) Difficile à reconnaitre Part 2 ● ( ) Pas très agréable ● ( ) Agréable Si nous obtenons moins de 80% d’avis positifs, nous aurons intérêt à revoir notre logo. Plusieurs outils gratuits nous permettrons de créer notre logo en quelques minutes. Voir section Outils Utiles NOS CONSEILS Un bon logo est : Simple Unique Cohérent avec notre activité Facilement mémorisable Intemporel
  42. 42. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 45 NOTRE CONSEIL Une affiche réussie doit accrocher le regard, pour amener le passant à la regarder longuement . N’hésitons pas à faire preuve d’audace. Le titre ou le message textuel doit être aussi court que possible pour attirer l’oeil du lecteur. Notre contenu doit être hiérarchisé. L’usage de polices de caractère de tailles différentes nous y aidera fortement. L’information la plus importante bénéficiera de la plus grande taille. Attention à l’utilisation de différents types de polices! Nous risquons de solliciter plus qu’il ne faut l’attention du lecteur et de diluer l’impact de notre affiche. Pas plus de deux types. Attention à l’utilisation de couleurs de police différentes! Pas plus de deux couleurs. Evitons les blocs de texte et ne surchargeons pas notre affiche. Quel format ? Généralement, nous choisissons le format en fonction de l’endroit où l’affiche sera disposée. Le tableau suivant nous aidera à choisir notre format. Dimensions Format Utilisation 20x30 cm A4 Affichettes pour distribution dans la rue ou vitrines 30x40 cm A3 40x60 cm A2 60x80 cm A1 Grands formats pour l’affichage urbain80x120 cm A0 4x3 m TG Très grand format pour les panneau publicitaires Quel contenu informatif ? Un moyen simple de ne pas oublier une information importante sur l’affiche, est d’appliquer le principe de Quintilien en répondant aux sept questions suivantes. ● Qui ? : Qui organise l’évènement ? Qui communique ? ● Quoi ? : Quel est l’objet de l’affiche ? (Un évènement, une campagne? ) ● Pourquoi ? : quels sont les objectifs de l’affiche ou de son objet ? ● A qui ? : quel est le public concerné par l’évènement ? (s’il s’agit d’un évènement) ● Comment ? : comment se déroulera l’évènement ou comment participer à promouvoir l’objet de l’affiche ? ● Quand?:àquelledateetàquelleheuresetiendral’évènement?(s’ils’agitd’unévènement) ● Où ? : à quel endroit ? Quel contenu iconographique ? «Une image vaut mille mots». Cette maxime résume l’esprit d’une affiche. Nous gagnerons à utiliser le moins de mots et à maximiser l’espace dédié à l’image. Le choix des images se fera en tenant compte de deux objectifs : ● Attirer l’oeil du passant. ● Transmettre un message fort. Les deux étapes suivantes : Quelles couleurs ? Testons notre affiche sont analogues aux deux dernière étapes de l’élaboration. Nous pouvons nous y référer plus haut. L’affiche et la bannière Avec l’avènement de la communication digitale, les bannières électroniques sont devenue un support de communication incontournable. La logique de conception d’une bannière électronique est sensiblement la même que celle d’une affiche. Cependant, traditionnellement, les bannières électroniques privilégient l’image au détriment du texte et contiennent peu d’informations. Dans la pratique, elle sont souvent cliquables et dirigent l’internaute vers un site web qui fournira davantage l’information.
  43. 43. 46 Le logo du PNUD Le logo du PNUD est la combinaison de l’emblème des Nations Unies et les lettres «PNUD». Ce logo est l’élément clé de l’identité visuelle de l’organisation. En termes pratiques, la couleur bleu profond et la forme rectangulaire donnent au logo sa force distinctive. Ce logo est solidaire du slogan «Au service des Peuples et des Nations» en français et «Empowered lives Resilient nations». Le logo du PNUD est conçu pour une déclinaison facile sur une large variété de matériaux imprimés aussi bien que pour les supports de communication électroniques. L’emblème des Nations Unies et les lettres «PNUD» apparaissent en blanc dans presque tous les usages. Quelle que soit l’application du logo, le logo du PNUD doit toujours être reproduit à partir d’illustrations officielles et doit toujours intégrer le slogan. Il existe uniquement deux version du logo : la version anglaise «UNDP» et la version française/espagnole «PNUD». Cependant, il existe plusieurs versions du logo avec le slogan décliné dans différentes langues (arabe, japonais, chinois, etc.). L’encadré suivant présente le logo en différentes langues. Nous pourrons trouver la version avec la slogan dans la langue qui nous intéresse portal en suivant ce lien. https://intranet.undp.org/unit/pb/communicate/tagline/SitePages/Home.aspx Dans les situations où la couleur n’est pas disponible, le logo peut apparaître en noir. Lorsque nous utiliserons le logo du PNUD sur des documents et des supports de communication produits par notre association, il sera très important de respecter les règles suivantes :: ● Ne pas déformer les proportions du logo!
  44. 44. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 47 ● Ne pas réarranger la forme du logo de manière différente! ● Ne pas changer pas les couleurs du logo! ● Ne pas modifier la police typographique du slogan!
  45. 45. 48 • Ne pas rajouter une image de fond au logo! • Ne pas rajouter un contour au logo! Lorsque notre association fera usage du logo du PNUD sur un support de communication ou une publication : • Tous les logos devront être placés sur une même ligne en bas ou en haut du document ou du support. • Tous les logos devront être visuellement égaux. Aucun logo ne devra être plus grand que les autres logos. • Le ou les logos de l’agence de communication ou de l’imprimerie devront être placés discrètement dans le quatrième de couverture de notre document.
  46. 46. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 49 LA COMMUNICATION EVENEMENTIELLE Dans le monde des OSC, la communication évènementielle consiste à créer des évènements pour d’attirer l’attention et marquer les esprits dans un univers saturé par par une multitude d’autres formes de communication. Un évènement est avant tout un acte qui a une portée stratégique et qui permet à notre OSC de : • Se bâtir une image positive. • Accroitre sa notoriété en existant sur la scène publique. • Renforcer la cohésion interne grâce au travail d’équipe et au sentiment de fierté ressenti par nos membres à l’issu de l’évènement. Pour attirer l’attention et marquer les esprits, les évènement gagnent à être : • Bien organisés. • Originaux sur le fond et la forme. En tant qu’acteur de la société civile, nous serons amenés à organiser différents types d’événements. La formation et l’atelier Les formations et les ateliers sont deux types d’événements classiques que nous aurons à organiser. Ils suivent des schémas organisationnels semblables. Afin de les réussir, nous pouvons suivre cette démarche list. Quelle date ? Avant d’arrêter une date, nous devrons tenir compte des jours fériés et des grands évènements comme les conférences internationales, etc. Généralement, les formations et les ateliers se tiennent les weekend pour permettre aux personnes qui travaillent en semaine d’y assister. Quel lieu ? Il est plus économique et plus rationnel de choisir un hôtel ou un centre de conférence dans une ville facilement accessible si les participants viennent d’autres pays. Il sera également plus intéressant d’organiser l’évènement dans l’hôtel où sont hébergés les formateurs et les participants pour gagner du temps et économiser de l’argent. Quel budget ? Le budget doit être envisagé en amont et englober les coûts et dépenses suivants : ■ Honoraires des formateurs/facilitateurs ■ Déplacements ■ Centre de conférence ■ Matériel audiovisuel ■ Restauration ■ Fournitures pédagogiques ■ Supports de communication Combien de participants ? Le nombre de participants dépendra du type de formation. Si les formations nécessitent un encadrement individuel comme celles relatives à la communication interpersonnelle ou à la gestion des conflits, nous opterons pour huit à quatorze participants. Pour les formations plus théoriques et les ateliers, le nombre de participants variera en fonction des recommandations des formateurs. De manière générale, les sessions sont plus efficaces lorsqu’elles sont conduites en petits groupes de douze à quinze participants ou en groupe moyen de seize à trente participants.
  47. 47. 50 Quelle communication ? Une formation ou un atelier est toujours une bonne occasion pour accroitre notre notoriété et améliorer notre image de marque. Il sera intéressant d’inviter un ou deux journalistes spécialisés dans la thématique sur laquelle porte l’évènement afin de stimuler qualitativement nos retombées presse. Nous penserons également à disposer plusieurs affiches de l’évènement à des endroits stratégiques, tel que le lieu ou se tient la formation. Cela témoignera de notre rigueur et de notre conscience de la communication associative. Nous disposerons sur une meuble dédié à cet usage toutes les publications et les supports produits par notre OSC (études, rapports, brochures, etc.) avec un carton portant la mention «Servez-vous!». Nous veillerons à ce que les supports dédiés à l’évènement (kakémonos, bannières, etc.) soient en place avant l’arrivée des formateurs et des participants. Quel programme ? Pensant bien faire, les OSC nouvellement constituées ont parfois tendance à trop charger le programme d’une formation. Pour ne pas tomber dans le piège du «bourrage», nous gagnerons à consulter les formateurs et des OSC ayant organisé des formations semblables pour définir le bon contenu. Le programme d’une formation ou d’un atelier ne se résume pas au programme pédagogique. Nous pourrons profiter de l’occasion pour renforcer les liens entre les membres de notre association et des liens avec nos partenaires en prévoyant des activités ludiques en fin de journée (projection de film, concert, etc.) Quelle restauration ? Petit-déjeuners, repas, et pause-cafés seront négociés à l’avance en tenant compte des spécificités diététiques et religieuses des participants. L’action symbolique Les OSC choisissent parfois de créer l’évènement à travers une action symbolique. Si les marches et les manifestations sont les formes les plus fréquentes, elles ne sont pas forcément les plus efficaces pour passer un message parce que, justement, elles sont les formes les plus fréquentes. Contrairement à ce que l’on pense parfois, ce n’est pas le nombre de participants à une manifestation qui fait sa réussite. C’est avant tout son originalité qui en fera un évènementmédiatique.Enpratique,sinotreactionsymboliqueestbienmédiatisée, elle peut toucher des millions de lecteurs d’auditeurs et de téléspectateurs. La manifestation intelligente La manifestation intelligente s’articule souvent autour d’une activité originale ou inattendue qui attire aussi bien les passants que les médias. NOS CONSEILS Si la manifestation tien lieu dans un espace public, il faudra prévenir les autorités publiques suffisamment à l’avance (au moins 72 heures avant) pour que les conditions de sécurité soient garanties. Choisir une date symbolique. Cela augmentera considérablement nos chances d’avoir une bonne couverture médiatique. Choisir un lieu symbolique. Cela participera à l’originalité de l’évènement. Porter des vêtements colorés et aux emblèmes de notre OSC. Cela attirera l’attention et identifiera visuellement notre présence.
  48. 48. Communiquer, Sensibiliser & Plaider : Le guide du PNUD à l’usage de la société civile - 2013 51 BONNE PRATIQUE Afin de sensibiliser l’opinion publique sur l’absence de rampes d’accès aux lieux public pour les citoyens en chaises roulantes, plusieurs associations à travers le monde organisent des mises en situation. Les passants sont invités à emprunter une chaise roulante pour quelques minutes afin de vivre les difficultés qu’affrontent les personnes à mobilité réduite au quotidien. La mise en situation C’est une forme de manifestation très efficace lorsqu’il s’agit de promouvoir les droits des minorités. Il s’agit de faire vivre au passant une expérience sensorielle afin qu’il partage, durant un court instant, les situations des minorités dont nous défendons la cause. La journée portes-ouvertes C’est une excellente occasion pour faire connaitre notre OSC aux acteurs du monde associatifs : bénévoles, bailleurs de fonds, médias, etc. C’est souvent une rencontre informelle où nous discutons amicalement avec les personnes qui viennent nos rendre visite. BONNE PRATIQUE À la veille de la journée mondiale du livre, plusieurs acteursdelasociétéciviletunisiennesesontmobilisés en organisant Tunis lit. Les citoyens ont été invités à venir avec un livre et lire ensemble dans la rue. Bien que les participants furent à peine plus d’une centaine à Tunis, moins d’une cinquantaine à Monastir et pas plus de trois à Tozeur, l’évènement bénéficia d’un excellent relais médiatique. NOS CONSEILS Proposons un rafraichissement à nos visiteur, ce qui constitue un bon moyen de briser la glace. Prévoyons un dossier de presse à remettre aux journalistes et aux bailleurs de fonds ainsi qu’une brochure informative à remettre à nos futurs membres.
  49. 49. 52 LA COMMUNICATION DIGITALE La communication digitale désigne l’ensemble des actions de communication réalisées à travers un média ou un canal digital. Cette forme de communication permet à notre OSC d’atteindre quatre grands objectifs : ● Accroitre sa notoriété. ● Bâtir une image publique positive. ● Promouvoir ou défendre une cause. ● Construire une communication interne efficace. Afin d’atteindre ces objectifs, il est important de comprendre la nature de la toile nommée world wide web. En terme de communication, nous pouvons diviser le web en trois territoires distincts. Ces territoires sont structurés en fonction de la vocation dominante de chaque espace : le web documentaire, le web de l’information et le web social. ● Le web documentaire se compose de l’ensemble des sites qui fournissent à l’internaute des données non traitées comme les bases de données. ● Le web de l’information se compose de l’ensemble des sites d’information comme les sites des journaux en ligne. ● Le web social qui est structuré autour de sites dont le principe commun peut être résumé en trois lettres : U.G.C pour User Generated Content ou contenu généré par les utilisateurs. Ainsi les blogs, les sites de microblogging comme Twitter, les wikis comme Wikipedia, les sites de partage de contenu multimédia comme Youtube et Flickr) ou encore les médias socionumériques comme Facebook constituent le web social. C’estjustementlewebsocialquinousintéresseleplusdanscettesectionparcequ’il ne constitue pas seulement un opportunité formidable d’atteindre nos objectifs de communication, mais plus encore, c’est un cyber-espace public dans lequel notre OSC peut agir et devenir un puissant acteur du changement. En Tunisie, le web social est un cyber-espace public qui réuni plus de 4 millions de citoyens (près de 40% de la population totale du pays). Cet espace de socialisation militante se caractérise par une activité intense et permanente. Supplantant depuis deux ans le web de l’information, lorsque Facebook a remplacé Google à la tête du classement des sites les plus fréquentés en Tunisie, le web social s’est progressivement imposé comme la mécanique principale dans l’accès à l’information, pour la sensibilisation et la mobilisation, dans une logique citoyenne de pair à pair. Il ne s’agit donc pas de décider de nous lancer ou non dans la communication digitale pour nos activités, mais de trouver la meilleure manière de le faire à travers un ensemble d’outils généralement gratuits. Twitter Avec plus de 500 millions d’utilisateurs à travers le monde, Twitter s’est imposé comme le premier site de microblogging au monde. En Tunisie, nous comptons moins de 15.000 utilisateurs en 2013. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le faible nombre d’utilisateurs par rapport à l’ensemble de la population tunisienne, ne constitue pas la faiblesse de Twitter, mais sa force. En pratique, l’aspect confidentiel de Twitter permet de développer un esprit famille et de bâtir des liens socio-numériques solides avec les autres utilisateurs. Les tweets Techniquement, après s’être connecté à Twitter en tant que membre inscrit, nous accédons aux tweets des comptes auxquels nous nous abonnons. Les tweets sont de courts messages limité à 140 caractères contraignant les utilisateurs à être concis dans leur rédaction. A moins que nous en décidions autrement, nos tweets sont publics. Ainsi, chaque tweet posté est potentiellement visible par 500 millions

×