Synthèse croisée des différents travaux:travail n°1 : G. Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixité...
enfants se voient redoublé. Car les deux autres filières sont reconnues comme "poubelles" etfait passé les participants po...
tourne autour du principe de lintégration. Lhomgénéité pluridimensionnel du public contribueà la solidarité entre élèves a...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Socio 3

185 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
185
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Socio 3

  1. 1. Synthèse croisée des différents travaux:travail n°1 : G. Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales etculturelle , Paris, Berlin <<perspectives sociologiques >>, 2003, p. 25-61.Travail n°2: E. Lenel, << La mixité à lécole comme levier de réussite? Ressources et limites dedeux modèles bruxellois>>, B.S., 2011, n°40.Travail n°3: R. Janssens, D. Carlier, P. Van de Craen, <<Lenseignement à Bruxelles>>, B.S., 2009,Note de synthèse n°5.Desormais, on ne peut plus parler déducation sans parler de mixité. Effectivement depuis lesannées 1960 une coéducation entre les deux sexe est possible. Ce changement sest étendu unpeu partout dans le monde, mais, ce sont les conséquences sur lenseignement bruxellois avecces que nous allons devellopper.Tout dabord, un éclaircicement doit être fait sur le mot "mixité" qui est un des mot-clefs delenseignement à Bruxelles. Une définition exacte reste ardue, car il peut reprendre unemultitude de domaines. Tel, le mariage mixte, les couples mixtes, les écoles mixtes etc.Cependant, on peut généraliser sont sens. La mixité serait donc un composé de plusieurs chosesde différentes nature(nbp:pg 28).Une écoles mixte peut donc recouvrir différents sens. Effectivement, elle est mixte par sacomposition délèves des deux sexes mais aussi par les métissages dû à cette capitalemulticulturelle. Son sens est alors éclairci en 1968 mais tellement généralisé quil devient confuaujourdhui. Pour nous aider prenons un exemple d "école des mixités"(pg2 lenel). Dans celle-ci, il estpossible pour les élèves en général(80%) de se rediriger vers dautres direction et ce, enopposition avec les "écoles-gothas". Ces dernières ne retiennent que les meilleurs, créant ainsiune dualisation entre les "écoles élites" et les "écoles ghettos" principalement composées enmajorité denfant dorigine étrangère ayant un niveau plus faible et qui sont moins bien formés.Cest pourquoi le "brassage des populations" et le "système méritocratique" furent mis enplace, pour promouvoir légalité des chances au niveau de lenseignement et plus tard, delemplois. En revanche le problème se perpétue, les jeunes professeurs qui ne sont pas préparésaux élèves difficiles se voient refuser les postes à Bruxelles. Le niveau déducation des collegiensdorigine étrangère ou issus de limmigration est faible car il est étroitement lié avec le niveaudes parents. De plus, en Belgique rien dans le cadre scolaire ne souvre aux autres cultures pources nouveaux arrivés. Cest pourquoi énormement délèves sont en retard scolaire, pourtantcest lenseignement général qui prône. Ceci est la conséquence, dune part des parents qui neretiennent pas les deux autres formes dinstruction comme possibilité, quitte à ce que leur
  2. 2. enfants se voient redoublé. Car les deux autres filières sont reconnues comme "poubelles" etfait passé les participants pour des pheneans. Et dautre part, de lexigence du marché delemplois a Bruxelles qui entre-autres renforce cette dualisation. Pour réduire ce fossé, lemélange des élèves forts et faibles et les possiblités doption sont une première démarche. Maiscette mixité à elle toute seule ne suffit pas. De plus, cette hierarchisation entre lesétablissements scolaires rend impensable la notion de "mixité" dailleurs loption latin ycontribue, par exemple.Nous pouvons aussi parler de la mixité à lécoles avec la venue progressive du deuxième sexedans les établissements scolaire. La mixité se traduirait ici par lhistoire de larrivée des femmesdans le paysage intellectuel(pg 31). Ceci sera un pas en avant pour légalité des femmes face auxhommes. <<Lécole des filles>>(pg 5 lenel) est donc que mixte par sa population ascendante delimmigration. Cependant, un petit nombre délèves masculin apparaîssent. Leur nombre resterestreint pour que les demoiselles Maghrébines et trucs aie leur espace de liberté et lameilleure manirère pour reussir. Hors, la venue des garçon na été nullement néfaste à lascolarité des demoiselles mais brise la barrière des rapports traditionels entre-eux et engage unrapport moderne. Si cette école compte un aussi grand nombre délèves dorigine étrangère seserait apparemment pour avoir une image de "bonne école de quartier". Les trois formes delenseignement sont également présentes mais ici avec une aversion pour loption général.Dailleurs dautres orientations typiquement féminines leurs sont proposés( puériculture,nursing). Les élèves de ces écoles de filles sont en harmonie avec le Mouvement de Libérationdes Femmes(pg 32). Le MLF revandique la non mixité afin dabbatre les inégalité, celles-ci sonten majorité et detiennent dès lors une position de force" telles les demoiselles qui usent de laprovocation afin de les déstabiliser. Dès lors, une "autre mixité" a vu le jour et discrédite le MLFoù la mixité assurait légalité, désormais le terme "parité" est plus adequat.Ensuite, une mixité des bons élèves et des élèves plus faibles permettrait une amélioration dansle système scolaire. En effet, ces derniers seront instantanément tirés vers la haut. Néanmoins,Lenel aurait ommis de remarquer que de la même façon les plus forts seront tirés vers le bas. Cesystème rendrais les classes populaires parrallèles aux classes moyennes, avec des valeurs etcomportements similaires. Les deux modèles vus ci-dessus façonnent des élèves différents etoccasionnent différents types de réussite favorisant chaquun lune des 3 options. Le mélangedes élèves de différents niveaux engendre (une personnalité "authentique", cest-à-dire sedégager à la fois de la compétition et du conformisme. La mixité contribue à produire unindividu détaché de ses appartenances et performant. Le ystème cherche à proposer desoptions aussi neutres c-à-d qui ne soient connotés ni socialement ni sexuellement. Laconfrontation directe avec les trajectoires "normales" peut engendrer la devalorisation de soi etdéfaitisme.Au contraire dans le modèle communautaire( >< mixité) presque toute lorganisation de lécole
  3. 3. tourne autour du principe de lintégration. Lhomgénéité pluridimensionnel du public contribueà la solidarité entre élèves ainsi quà lidentification à des valeurs de projets communs.Cepandant, la confrontation avec la diversité est la possibilité de tenir soi-même les rênes de savie. La mixité ne serait dès lors quun moyen parmi dautres dee poursuivre cet idéal.Pour conclure, La mixité se retrouve partout dans lenseignement de Bruxelles mais exprimedifférentes notions. Elle se retrouve dans le mélange des sexes, des cultures et des niveaux desélèves. De plus chaque mélanges a ses avantages tel quune meilleure intégration et sesinconvénients tel que les retards scolaires. La solution serait alors une meilleure geston de cettediversité dont nous faisons part au quotidien.

×