Raising capital

1 306 vues

Publié le

Séance 4 du cours d'Appela

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 306
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
917
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • 16/07/96
  • Raising capital

    1. 1. AUDITEURS SCI RAISING CAPITAL (LEVEE DE CAPITAUX)
    2. 2. Votre business model est prêt. Vous croyez en votre projet. Vous êtes persuadé en sa rentabilité. Vous avez la compétence et le dynamisme pour diriger votre entreprise. Il vous reste maintenant le financement. Trouver le financement du projet constitue incontestablement l’étape la plus décisive et la plus difficile du processus de création et du développement d’une entreprise.
    3. 3. La levée de capitaux (Financement), qu'est-ce que c'est ? La levée de capitaux, c'est en quelque sorte un appel à l'aide pour les personnes qui souhaitent démarrer une entreprise, la relancer, l'améliorer ou la développer. Elle consiste en fait à faire appel à des investisseurs extérieurs quelconques pour donner les fonds nécessaires au développement d'une activité et à l'augmentation de la part capital d'une entreprise. De la même manière, quand on veut développer son entreprise à l'international ou simplement se diversifier, faire appel à des donateurs extérieurs permet d'assurer ses arrières, d'avoir des personnes morales ou physiques qui approuvent le projet et y croient.
    4. 4. La procédure pour faire une levée de fonds La question est posée et pour y répondre, il faut suivre une procédure spécifique, méthodique et rigoureuse qui se décline en plusieurs points.  Établir une fiche de présentation ou "executive summary". Elle sert à présenter le projet et permet aux investisseurs éventuels de se rendre compte de la faisabilité et de la crédibilité du projet. Il s'agit donc là de mettre en avant les moyens en action ainsi que les bénéfices et le potentiel de croissance.  Sélectionner les investisseurs à contacter et à qui adresser cette fiche de présentation. Ils sont choisis en fonction du stade de développement de l'entreprise (même si on a de plus en plus d'appels à investisseurs désespérés et en particulier sur le net).
    5. 5.  Envoyer l'"executive summary" aux investisseurs qui ont été sélectionnés et le "business plan" (dossier complet) à ceux qui ont manifesté un quelconque intérêt.  Organiser des réunions individuelles, comme des entretiens pour permettre d'approfondir de part et d'autre le projet. Après étude du dossier, les termes de l'accord sont définis. Tout ceci étant assez long, le porteur de projet doit avoir les moyens financiers d'attendre. Les investisseurs deviennent ensuite actionnaires, ce qui est d'autant plus intéressant quand il s'agit d'un projet porteur.
    6. 6. Les dérivés La levée de capitaux peut également être utilisée pour alimenter les fonds propres d'une entreprise afin qu'elle augmente ainsi son capital et puisse prétendre à des prêts plus intéressants.
    7. 7. I. LES SOURCES DE FINANCEMENT  Le Financement personnel  Le Financement local  Les micro financements  Les Financements Œcuméniques  Les financements publics et para-publics  Les financements internationaux  Les fonds de garantie et de caution  Autres financements
    8. 8. 1.1 Le financement personnel Lorsque vous vous impliquez personnellement dans le financement, vous donnez en même temps une crédibilité à votre projet. Avant de le faire, il faut évaluer votre situation financière personnelle. Il s’agit de dresser un plan de trésorerie personnel comme suit :
    9. 9. Exemple de plan de trésorerie personnelle A/ Argent disponible maintenant = B/ Entrée d’argent pour les 5 mois à venir  5 mois de salaire  L’argent de la vente de la voiture C/ Montant Total Disponible = Montant A + B = D/ Dépenses des 5 mois à venir  Loyer  Nourriture  Divers E/ Montant à investir dans l’entreprise = Montant C - D =
    10. 10. 1.2 Le financement local Les Investisseurs individuels Les tontines Les collectivités locales Les banques
    11. 11. a- Investisseurs individuels Si votre apport personnel ne suffit pas, faites appel à vos proches composés de vos amis ou vos parents qui auraient de l’argent à investir. Ils peuvent compléter le capital ou endosser votre prêt à la banque en constituant une garantie.
    12. 12. b- Tontines La tontine est une forme traditionnelle d’épargne qui permet aux épargnants de disposer, à tour de rôle, d’une certaine somme constituée par l’apport des membres. Le bénéficiaire peut utiliser son gain pour constituer son apport personnel, ou même couvrir l’ensemble de l’investissement, il s’agit d’un petit projet. Bien qu’elle a l’avantage d’être rapide, elle offre une faible capacité de financement. Pour des raisons d’équilibre financier, les tontines ne permettent pas de réaliser des financement d’investissement à long terme. Les tontines sont donc plus utiles pour résoudre les problèmes ponctuels de trésorerie que pour financer des projets au démarrage.
    13. 13. c- Les collectivités locales Les collectivités locales sont les mairies et les conseils généraux. En général, elles constituent des fonds d’aide à la création d’entreprise et sont accessibles à tous.
    14. 14. d- Les banques En Afrique, d’une façon générale, les banques commerciales constituent encore l’une des principales sources de financement des PME/PMI, même si elles posent parfois des conditions draconiennes que beaucoup de promoteurs ont du mal à remplir. Elles exigent, en plus de l’apport personnel (en moyenne 30 % des investissements), de solides garanties avant de s’engager, surtout pour une entreprise nouvelle. Les garanties les plus couramment exigées sont la prise d’hypothèque sur des sûretés réelles (maisons, terrains, etc.) et l’assurance vie, en plus du nantissement du fonds de commerce étendu aux matériels et équipements.
    15. 15. 1.3 La micro financement Les organismes de micro financement permettent l’accès aux crédits à tous les promoteurs qui ne sont pas éligibles aux guichets des banques classiques. La plupart fonctionnent selon le mode des mutuelles.
    16. 16. Nous pouvons citer: MICROCRED (Société d’investissement créée par PlaNet Finance et des investisseurs partenaires) BELKO FINANCE SA UNA COOPEC-CI (Coopérative d’Épargne et de Crédit) FEM (Fonds pour l’Environnement Mondial) FISDES (Fonds Ivoiro-Suisse de Développement Economique et Social) SOCODEVIE (Fonds Canadien)
    17. 17. 1.4 Les financements œcuméniques OIKOCREDIT ECLOF
    18. 18. 1.5 Les financements publics et para-publics FIDEN (Fonds Ivoirien pour le Développement de l’Entreprise Nationale) FIJ (Fonds d’Insertion des Jeunes de la CONFEJES) Fonds National « Femme et Développement » Fonds agricole FNJ (Fonds National Jeunes)
    19. 19. 1.6 Les financements internationaux De nombreux organismes de financement du développement ont ouvert des départements spécialisés dans le financement des entreprises privées pour participer à l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique. Ce sont:
    20. 20. PROPARCO (Filiale de l’agence française de développement) BOAD (Banque Ouest Africaine de Développement) BAD (Banque Africaine de Développement) CAURIS (Société de capital-risque) SFI (Société Financière Internationale) APDF (African Projet Development Facility) FEA (Fonds pour l’Entreprise en Afrique)
    21. 21. 1.7 Les fonds de garantie et de caution GARI (Fonds de Garantie des Investissements privés en Afrique de l’Ouest) FONDS DE GARANTIE DU CONSEIL DE L’ENTENTE
    22. 22. 1.8 Autres financements (Frais d’Etudes et d’Assistances Techniques et Commerciales ASE (Appui et services aux entreprises) EBAS (UE-ACP Business Assistance Scheme) APEXCI (Association pour la Promotion des Exportations en Côte d’Ivoire)
    23. 23. II. COMMENT MAXIMISER SES CHANCES DE SEDUIRE LES INVESTISSEURS ? Le pitch est le scenario que vous allez mettre en place pour répondre aux « Qui ? Quoi ? où ? Quand ? Comment ? Combien ? pourquoi ? »
    24. 24. Adapter la nature de l’information aux étapes du processus Teaser Objet : Présenter les points clés du projet sous la forme de synthèse (1 à 2 pages). But : Susciter l’intérêt des investisseurs et passer le comité de sélection.
    25. 25. Info-Mémo Objet : Donner une vision globale du projet en insistant sur les points clés et en démontrant son rationnel. But : Confirmer l’intérêt des investisseurs et obtenir l’opportunité de présenter le projet Business Model Objet : Détailler les éléments chiffrés présentés dans les étapes précédentes, répondre aux éventuelles due diligences. But : Affiner les éléments financiers et détailler les leviers de croissance
    26. 26. Elevator pitch Objet : Faire adhérer un investisseur au projet en moins de 5 minutes. But : Convaincre du potentiel du projet et obtenir un rendez-vous Management Présentation Objet : Rassurer les investisseurs sur la qualité du projet et la capacité du management à mener celui-ci. But : Crédibiliser et entrer en phase de négociation
    27. 27. Négociations Objet : Justifier les montants à lever et définir les conditions d’entrée et de sortie de l’investisseur. But : Finaliser l’opération par la formalisation d’un engagement satisfaisant l’ensemble des parties.
    28. 28. CE QUE LE PITCH DEVRA CONTENIR ET LES QUESTIONS QUE VOUS DEVREZ VOUS POSER Ce que veut savoir l’investisseur  Comment fonctionne le produit/service proposé, à qui s’adresse-t-il et quelle est sa valeur ajoutée?  Le projet est-il en adéquation avec ma stratégie d’investissement en terme de maturité, d’activité, d’innovation et de ticket d’entrée ?  Quelles sont les barrières à l’entrée, le niveau de concurrence et la taille du marché ?  Quelles sont les perspectives en terme de développement et de rentabilité ?  Quelle est la capacité de l’équipe à gérer ce projet ?
    29. 29. Les questions que doit se poser le porteur de projet  Quel est mon interlocuteur ? Quelle est sa stratégie d’investissement ?  Comment dois-je présenter mon projet pour que les bénéfices de celui-ci soient immédiatement perçus ?  Quelles sont les caractéristiques clés et les principaux atouts à mettre en avant lors du premier contact et ceux qui devront être détaillés dans un second temps ?  Quels sont les éléments différenciant de mon projet ? Qui sont les concurrents et pourquoi ce marché est-il porteur ?  Quels sont les éléments différenciant de mon projet ? Qui sont les concurrents et pourquoi ce marché est-il porteur ?  Quelle est la stratégie de développement et comment seront utilisés les fonds ?
    30. 30. CE QUE L’INVESTISSEUR VOUDRA SAVOIR ET LES QUESTIONS QUE VOUS DEVREZ VOUS POSER Ce que veut savoir l’investisseur  Quels sont les avantages concurrentiels du projet ?  Ce projet peut-il être considéré comme innovant ?  De quelles garanties/protections dispose-t-on sur cette innovation ?  Sur quel marché se positionne le projet et quelles en sont les perspectives ?  Quelles sont les barrières à l’entrée du marché? Existe-t-il une réglementation spécifique ?  Quelles améliorations ou développements doit-on apporter pour commercialiser le produit ?
    31. 31. Les questions que doit se poser le porteur de projet  Quelles caractéristiques rendent mon produit unique ?  Quel éléments justifient du caractère innovent de mon produit et quelle est la nature de cette innovation ?  Quels sont les éléments factuels dont je dispose pour justifier l’existence du marché, sa taille, ses perspectives, les acteurs en présence ?  Ce marché est-il réglementé ? Existe-t-il des barrières à l’entrée ? Quel est l’environnement concurrentiel ?  Mon produit est-il commercialisable ? Le calendrier de mise en exploitation est-il suffisamment détaillé ?
    32. 32. MERCI POUR VOTRE ATTENTION

    ×