Texte narratif

4 005 vues

Publié le

ce power point presente les caracteristiques d'untexte narratif

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 005
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
103
Actions
Partages
0
Téléchargements
77
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Texte narratif

  1. 1. Plan Introduction Définition L’ action Le personnage -La présentation du personnage -Fonction des personnages -Narrateur et auteur / Narrataire et lecteur -La Position du narrateur par rapport à l’histoire -Le point de vue Temps de narration -Le moment de narration par rapport au moment de l’histoire -l’ordre de la narration par rapport à l’ordre de l’histoire -la durée de la narration par rapport a la durée de l’histoire Conclusion
  2. 2.  Le texte narratif est un texte qui peut être réel ou imaginaire.  Il peut être écrit de façons très différentes ce qui peut le rendre assez complexe selon le schéma narratif qu'il suit et le point de vue de la narration qu'il adopte.  On le retrouve surtout dans trois genres : le roman, le conte et la nouvelle.
  3. 3.  Le récit par définition raconte une suite d’actions ou d’événements, réels ou imaginaires, qu’il inscrit dans le temps, que ce temps soit lui aussi réel ou imaginaire.  Le texte narratif, est le récit d’une histoire réelle ou fictive.  L’histoire racontée peut être vraisemblable ou invraisemblable.  Le texte narratif offre plusieurs aspects d’analyse : la nature et la forme du récit, les évènements, les personnages, la manière de raconter les évènements, les lieux où se déroulent l’histoire…
  4. 4.  L’action est composée d’un enchainement organisée d’événements.  Celui–ci se caractérise par la transformation d’un état en un autre état, en passant par différentes étapes
  5. 5.  L’état initial : l’état d’équilibre qui précède l’action  La complication (force perturbatrice) : elle perturbe l’état initial et déclenche l’action  La dynamique : le conflit, les péripéties qui découlent de la complication  La résolution (force équilibrante):elle introduit un élément qui rééquilibre la situation  L’état final : un nouvel équilibre est instauré.
  6. 6. Ex: la fontaine
  7. 7. La réalisation de ces cinq étapes constitue une séquence narrative, mais le schéma n’est pas toujours réalise en totalité. Il ne faut donc pas chercher à retrouver systématiquement les cinq étapes mais plutôt s’intéresser à la façon dont le schéma est traité (changement de l’ordre des étapes, omission d’une étape…) et dégager la spécificité du récit.
  8. 8.  Le personnage d’un récit littéraire est la représentation fictive d’une personne. C’est un « être de papier » qui n’existe que par les mots du texte et par l’imaginaire du lecteur.  Pour donner une épaisseur au personnage, l’auteur dispose de divers moyens qui procurent l’illusion de la réalité.
  9. 9.  Le personnage peut être présenté par le narrateur omniscient, qui en donne un portrait détaillé et rapporte ses paroles et ses pensées au style indirect ou indirect libre.  Le personnage peut aussi être présenté par ses propres paroles rapportées au style direct ou par ses échanges avec d’autres personnages dans des dialogues qui contribuent à créer l’illusion de la réalité.
  10. 10.  Dans un récit les personnages font avancer l’action : ce sont des forces agissantes, chacun d’eux se définit par rapport aux autres et par la part qu’il prend a l’action, c'est-à-dire par sa fonction.
  11. 11. On distingue six fonctions : Le sujet : il accomplit l’action et poursuit un but L’objet : c’est le but visé par l’action L’adjuvant : il aide le sujet dans son action L’opposant : il contrarie l’action de sujet Le destinateur : il détermine l’action de sujet, l’incite à agir Le destinataire : il reçoit le bénéfice de l’action du sujet.
  12. 12. Il ne faut pas confondre entre auteur et narrateur, lecteur :  L’auteur est l’être réel, qui construit, écrit le récit et signe l’œuvre de son nom.  Le lecteur est la personne réelle, destinataire de l’œuvre écrite par l’auteur.  Le narrateur est l’être invente par l’auteur pour raconter l’histoire. Dans un récit a la première personne, il ne faut pas assimiler auteur et narrateur.
  13. 13.  Meursault, le narrateur et héros de L’Etranger (1942) n’est pas l’auteur du récit, Albert Camus.  Auteur, narrateur et personnage ne se confondent que dans l’autobiographie. Les Confessions (1782-1789) de Rousseau présentent un narrateur qui est le personnage principal de l’histoire et l’auteur lui-même.
  14. 14.  Dans un récit la position de narrateur peut varier.  Le narrateur peut être extérieur à l’histoire. Il n’est pas apparent dans le récit et l’histoire parait se raconter d’elle-même, les faits et les propos des personnages semblent être livrés sans intermédiaire. Le récit est à la troisième personne.  • Le narrateur peut être intérieur à l’histoire. Le narrateur peut aussi être le héros de l’histoire qu’il raconte ou se présenter comme un témoin.
  15. 15. Le lecteur est guidé dans l’histoire par le narrateur mais il perçoit les faits racontés selon une perspective qui varie souvent au cours du récit. C’est le point de vue ou focalisation.  narrateur interne externe zero
  16. 16. •La focalisation zéro ou point de vue omniscient : Le lecteur perçoit ce qui est vu ou ressenti par les personnages grâce a un narrateur omniscient, celui- ci voit tout, sait tout et dit tout de l’action et des pensées des personnages. •La focalisation externe ou point de vue externe : Le lecteur perçoit seulement ce qu'un regard extérieur à l’histoire peut lui livrer, comme le ferait une camera. On ne lui indique ni les sentiments des personnages ni le sens du spectacle présenté. •La focalisation interne ou point de vue interne : Le lecteur perçoit ce que ressent, entend, voit un personnage particulier qui n’est pas forcement le narrateur
  17. 17.  Ces points de vue entraînent un jugement implicite ou explicite du narrateur sur les personnages et une participation différente du lecteur à l'action : registres réaliste, comique, fantastique, pathétique.
  18. 18.  Le temps de narration est le temps principal d’un récit en français : passé simple, passé composé, l’imparfait ou présent. Il est employé pour les évènements considérés comme principaux, qui constituent la trame de l’histoire et y apparaissent dans l’ordre selon lequel ils se sont réellement produits. Le point de référence temporelle se déplace d’évènement principal en évènement principal au fur et à mesure de la narration, c’est pourquoi on dit que ces évènements font avancer le récit
  19. 19.  La narration ulterieur : le narrateur raconte une histoire qui s’est déroulée avant le moment ou il se relate.  la narration simultanée se situe en même temps que se déroulent les faits racontes, le narrateur emploie le présent.  la narration antérieure : raconte les faits avant qu’ils ne se produisent.  la narration intercalée : dans un journal intime, par exemple la narration introduit une pause dans l’action qui reprend pour être ensuite interrompue par la narration…
  20. 20. Le narrateur se situe de différentes manières par rapport a la fiction. Il peut :  raconter en suivant l’ordre des événements de l’histoire : la narration respecte l’ordre chronologique  raconter après coup un événement antérieur : c’est un retour en arrière ou analepsie.  raconter par anticipation un événement ultérieur : c’est une projection dans l’avenir ou prolepse.
  21. 21. ORDRE DE LA NARRATION par rapport à la fiction, la narration peut être... postérieure le narrateur raconte le déroulement de faits passés simultanée le narrateur est contemporain du déroulement des faits antérieure le narrateur anticipe sur les faits à venir
  22. 22. Le narrateur détermine aussi la vitesse de narration. Il peut modifier le rythme du récit en jouant sur le rapport entre la durée de l’histoire et la longueur du texte. On distingue cinq vitesses :  le sommaire : résume une longue période en quelques mots. (Exemple : pendant un demi-siècle…)  la scène : le temps de la narration correspond à peu près au temps de l’histoire  l’ellipse : la narration passe sous silence un moment donnée de l’histoire.  la pause : la narration est développée alors que l’histoire s’interrompt. C’est le lieu de descriptions, ou d’interventions du narrateur qui semblent arrêter l’histoire.  le ralenti : la narration développe longuement des instants très brefs de l’histoire.
  23. 23. LE RYTHME NARRATIF en dehors d'une situation de dialogue (scène), le temps de la narration (TN) n'est pas le même que celui de la fiction (TF). la pause (TF = 0) cesse de raconter pour expliquer ou décrire le sommaire (TN < TF) contracte en quelques lignes une durée temporelle qui peut être très importante. le ralenti (TN > TF) s'attarde longuement sur une brève période de temps l'ellipse (TN = 0) passe sous silence une période de temps
  24. 24.  Le récit est l’unité textuelle qui a été la plus étudiée, probablement en raison de son importance dans le domaine littéraire et de son étendue dans différents genres d’écrits : romans, contes, nouvelles, mais aussi fables, pièces de théâtre, poésies, faits divers, publicités, histoires drôles, reportages, etc. les travaux de narratologie se sont multipliés depuis 1ere structurale, La Morphologie du conte ayant engendré toute une série de recherches.
  25. 25.  NAJEM Kristel  MHANNA Rita

×