MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES EN VUE DE L’OBTENTION
DU DIPLOME DE KINÉSITHERAPEUTE
La prise en charge kinésithérapique du
tortic...
PLAN
I. Introduction
II. Rappel anatomique:
1. Ostéologie du rachis cervical
2. Myologie du rachis cervical
3. Physiologie...
I. Introduction
Le torticolis congénital est une position vicieuse de la tête et du cou. Elle se traduit par une attitude
permanente de la...
II.RAPPEL ANATOMIQUE
1. Ostéologie du Rachis Cervical:
 Le rachis est une structure osseuse constituée de 33 vertèbres superposées les unes su...
2. Myologie du Rachis Cervical:
 Trois groupes musculaires : antérieur, latéral et postérieur.
 Le groupe antéro-latéral...
3. Physiologie articulaire & Biomécanique
• La double conception au niveau du rachis cervical permet une protection de la ...
III. RAPPEL PATHOLOGIQUE
1. Epidémiologie & Etiopathogénie
• Le torticolis musculaire congénital est le troisième motif de consultation en orthopéd...
2. Examen clinique:
• L’interrogatoire permet de :
- Définir la date d’apparition du torticolis,
- Définir le caractère ai...
2. Examen clinique:
• La palpation recherche une contracture musculaire à la partie inférieure du muscle, présente
dans pl...
3. Association pathologique:
• Selon les séries, la maladie luxante de hanche (dysplasie, luxation) est associée
au tortic...
IV. Prise en charge
kinésithérapique
1. Buts du traitement:
Prévenir les troubles de la croissance du
rachis, l’installation et la pérennisation de
l’asymétrie...
2. Objectifs:
Etirer le SCOM, et lui
redonner progressivement
son élasticité.
Prévenir la
fibrose musculaire
(l’olive).
Re...
3. Bilans:
• Dossier et/ou interrogatoire des parents :
- Caractères propres : ils sont importants à préciser car ils peuv...
3. Bilans:
• L’inspection :
- L’inspection est un élément important, ses signes peuvent être très significatifs.
- Doit êt...
3. Bilans:
Cet examen doit rechercher:
- Une asymétrie de positionnement de la tête et du cou : Le bébé se présente avec l...
3. Bilans:
• La palpation permet de :
- Mettre en évidence une tuméfaction ou une contracture musculaire,
- Localiser d’év...
3. Bilans:
• Bilan de la mobilité articulaire :
On mesure la flexion, l’extension, l’inclinaison latérale et la rotation d...
3. Bilans:
• Bilan musculaire :
Peut être limité par la douleur. Néanmoins, il faut évaluer l’amyotrophie et la force
de c...
4. Plan de traitement:
• Traitement manuel différencié selon les étiologies et l’âge.
• 2 à 3 fois par semaine, avec une i...
5. Moyens:
Le traitement va comporter:
5. Moyens:
• Traitement de l’olive dans le SCOM :
- Pompage du muscle Sterno-cléido-mastoïdien basé sur l'étirement doux d...
5. Moyens:
• Traitement des contractures musculaires :
On associe à l’étirement, un renforcement des muscles du côté oppos...
5. Moyens:
• Traitement des contractures musculaires :
 Technique myotensive des suboccipitaux:
On recherche une flexion ...
5. Moyens:
• Traitement des contractures musculaires :
 Technique d'étirement du SCOM :
1er temps : Mise en flexion cervi...
5. Moyens:
• Traitement des contractures musculaires :
 Technique myotensive du trapèze :
Variante 2: Etirement du SCOMVa...
5. Moyens:
• Traitement des contractures musculaires :
Lorsque l’enfant est un peu plus âgé, on passe au :
- « tiré-assis ...
5. Moyens:
• Traitement articulaire pour le déficit de mobilité :
- Analytiques, avec des prises franches, précises, et do...
5. Moyens:
• Traitement articulaire pour le déficit de mobilité :
 Correction du condyle occipital antérieur du côté du S...
5. Moyens:
• Traitement articulaire pour le déficit de mobilité :
Nous cherchons les derniers degrés de rotation à la fin ...
5. Moyens:
• Postures:
Buts :
- Maintenir le rachis cervical en position de fonction.
- Lutter contre les déformations en ...
5. Moyens:
• Postures:
 Postures manuelles :
- Faites par les mains du rééducateur ce qui va lui donner l’avantage d’être...
5. Moyens:
• Postures:
 Postures par pesanteur:
On utilise le poids de la tête pour étirer le muscle SCOM.
5. Moyens:
• Postures:
 Postures instrumentales:
- Faites soit par un collier de feutre ou bien une valve plâtrée postéri...
5. Moyens:
• Postures:
 Conseils posturaux:
- Certaines postures sont montrées aux parents pour être répétées, en particu...
5. Moyens:
• Traitement de mobilisation neurale ou neuroméningée :
 Coordination œil-main et prévention des troubles de l...
6. Conseils & Education Thérapeutique:
Règles :
• Une réactualisation des conseils de base qui restent si importants et qu...
V. Etude des cas
 Il s’agit d’une étude prospective sur 5 patients ayant un âge qui varie entre 2 et 4 mois.
 Cette étude a été réalisée ...
1.Résultats
Répartition des malades selon le sexe
Masculin
60%
Féminin
40%
Répartition des cas selon de coté atteint
Côté gauche
60%
Côté droit
40%
Répartition des malades selon le mode d’accouchement
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
Siège Céphalo-ventouse Césarienne
Siège Cé...
Répartition des cas selon de délai de récupération
20%
60%
20%
< 2 mois 2 à 4 mois 4 à 6 mois
Répartition des cas selon l’évolution
80%
20%
0%
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
Complète Partielle Nulle
2.Analyse
 Critères subjectifs:
• 80 % de nos patients avaient complètement récupéré et 20 % avaient
partiellement récupéré.
 Crit...
V. Conclusion
Le torticolis congénital du nourrisson se définit comme une attitude anormale et permanente du cou
par rapport au plan des...
MERCI POUR VOTRE ATTENTION.
Le traitement kinésithérapique du torticolis congénital du nourrisson. By Sofia LAHLOU
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La prise en charge kinésithérapique du torticolis congénital du nourrisson_By Sofia LAHLOU

2 234 vues

Publié le

Ma thèse de fin d'études en vue de l'obtention du diplôme de kinésithérapeute.

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 234
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
1
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La prise en charge kinésithérapique du torticolis congénital du nourrisson_By Sofia LAHLOU

  1. 1. MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE KINÉSITHERAPEUTE La prise en charge kinésithérapique du torticolis congénital du nourrisson ( A propos de 5 cas) Présenté par : Mlle LAHLOU Sofia Encadré par : Pr: Abdelouahed REFASS Mlle Nouhad KHALIL PROMOTION : 2012 / 2013
  2. 2. PLAN I. Introduction II. Rappel anatomique: 1. Ostéologie du rachis cervical 2. Myologie du rachis cervical 3. Physiologie articulaire & Biomécanique III. Rappel pathologique: 1. Epidémiologie & Etiopathogénie 2. Examen clinique 3. Association pathologique IV. Prise en charge kinésithérapique: 1. Buts du traitement 2. Objectifs du traitement 3. Bilans 4. Plan de traitement 5. Moyens 6. Conseils & Education Thérapeutique V. Étude des cas: 1. Résultats 2. Analyse VI. Conclusion
  3. 3. I. Introduction
  4. 4. Le torticolis congénital est une position vicieuse de la tête et du cou. Elle se traduit par une attitude permanente de la tête en inclinaison homolatérale, rotation controlatérales, en rapport avec une rétraction du muscle sterno-cléido-mastoïdien. Le côté du torticolis est déterminé par le côté de l’inclinaison. Son traitement est avant tout rééducatif, la chirurgie est réservée aux formes rebelles. Cette rééducation repose sur un ensemble de moyens . Le but de ce travail est de mettre en évidence la place primordiale de la kinésithérapie dans le traitement du torticolis congénital du nourrisson et de rapporter une nouvelle référence sur ce traitement afin de favoriser une récupération complète. Torticolis Le Torticolis Congénital du Nourrisson:
  5. 5. II.RAPPEL ANATOMIQUE
  6. 6. 1. Ostéologie du Rachis Cervical:  Le rachis est une structure osseuse constituée de 33 vertèbres superposées les unes sur les autres. Il commence à la base du crâne et s’étend jusqu’au bassin.  Le rachis cervical est la partie supérieure de la colonne vertébrale, qui s'étend de la base du crâne jusqu’au bas du cou. Il est composé de sept vertèbres cervicales, superposées et articulées entre elles, référencées par la lettre C (C1 à C7).  Le rachis cervical a deux fonctions :  Supporter la tête tout en assurant les mouvements importants de la tête dans les trois dimensions.  Protéger la moelle épinière, et les nerfs rachidiens.
  7. 7. 2. Myologie du Rachis Cervical:  Trois groupes musculaires : antérieur, latéral et postérieur.  Le groupe antéro-latéral est constitué par le Sterno-Cleido-Occipito-Mastoïdien, le muscle touché par excellence en cas de torticolis congénital du nourisson:  Constitué par quatre faisceaux. Attaché à la clavicule, au sternum à l'os temporal et à l'os occipital d’où son appellation.  Vascularisation : L'artère occipitale dans sa portion supérieure, l'artère thyroïdienne supérieure dans sa portion moyenne et l'artère thyroïdienne inférieure dans sa portion inférieure.  Innervation : Nerf spinal accessoire.  Action : - Si contraction unilatérale : une inclinaison homolatérale, extension de la tête, et une rotation controlatérale. - Si la contraction est bilatérale : l'ensemble des muscles provoque une flexion de la tête et du cou sur le thorax. Lorsque le rachis cervical est fixe, sa contraction va avoir tendance à soulever la clavicule et le sternum et donc à augmenter légèrement la capacité thoracique d'où son rôle de muscle inspiratoire accessoire.
  8. 8. 3. Physiologie articulaire & Biomécanique • La double conception au niveau du rachis cervical permet une protection de la moelle épinière. • La colonne vertébrale cervicale est la plus mobile de tout le rachis. Elle permet de faire mouvementer la tête dans l’espace avec une adaptation à tout mouvement du champ visuel. • Elle joue un rôle cinétique d’une extrême importance. Elle joue également, un rôle statique pour horizontaliser le regard et un rôle musculaire d’alternation entre les deux groupes musculaires antérieurs et postérieurs. • L’inclinaison globale est de 60° à 70°. • La flexion-extension : - Amplitude globale de 100° (jusqu’à 150°) - 45° en flexion, 55° en extension • La rotation axiale est toujours associée. L’amplitude globale est de 70° à 100°, 35° à 50° de chaque coté.
  9. 9. III. RAPPEL PATHOLOGIQUE
  10. 10. 1. Epidémiologie & Etiopathogénie • Le torticolis musculaire congénital est le troisième motif de consultation en orthopédie pédiatrique après la luxation congénital de hanche, et le pied bot varus équin. • Sa vitesse d’installation est très variable et imprévisible, allant de quelques mois à plusieurs années. Il peut disparaître de lui-même, dans 3 cas sur 4, avant le sixième mois ou entrainer une rétraction musculaire plus ou moins sévère. • L’étiologie exacte reste dans le domaine de l’hypothèse, et voici des causes possibles : - Un mal-positionnement intra-utérin. - Un accouchement difficile lors de l’utilisation des forceps ou des ventouses. - Un raccourcissement du muscle sterno-cléido-mastoïdien suite à un traumatisme obstétrical - Un véritable syndrome des loges du muscle sterno-cléido-mastoïdien, survenant pendant la vie intra-utérine ou en période périnatale. - D’autres facteurs : l’hypotonie, la paralysie cérébrale, les lésions du plexus brachial, etc.
  11. 11. 2. Examen clinique: • L’interrogatoire permet de : - Définir la date d’apparition du torticolis, - Définir le caractère aigu ou chronique, - Rechercher les causes déclenchantes de torticolis épisodiques, les signes accompagnateurs éventuels, comme des vomissements, des céphalées, des troubles de la marche, des douleurs, un contexte fébrile. • L’inspection étudie la morphologie locorégionale de l’enfant et recherche des anomalies associées au niveau des pieds, des mains, du thorax, et du rachis. - La tête est inclinée du côté de la tuméfaction, le menton est tourné du côté opposé, et donc la rotation de la tête est diminuée du coté de la lésion. - Une asymétrie faciale peut être retrouvée, avec surélévation de l’épaule du côté controlatéral.
  12. 12. 2. Examen clinique: • La palpation recherche une contracture musculaire à la partie inférieure du muscle, présente dans plus d’un tiers des cas. C’est une masse cylindrique ferme appelée « olive » ou pseudotumeur. Cette olive atteint son maximum de volume au premier mois, et disparaît entre 2 et 6 mois, laissant place, à une rétraction ultérieure. Sa présence augmente la sévérité du torticolis et son déficit de mobilité. • Autres examens : - La mobilité passive et active du rachis cervical sont appréciées. Pour la mobilité active de la tête, elle est étudiée à partir des mouvements spontanés ou provoqués par des stimuli visuels ou auditifs. Un déficit en rotation de plus de 15° est de mauvais pronostic. - Le périmètre crânien est mesuré à la recherche de signe d’hypertension intracrânienne. - L’examen neurologique et l’examen de la sphère O.R.L. sont indispensables. - L’échographie a peu d’intérêt.
  13. 13. 3. Association pathologique: • Selon les séries, la maladie luxante de hanche (dysplasie, luxation) est associée au torticolis dans 20% des cas. Tout aspect asymétrique chez un nouveau-né impose une grande vigilance. • En effet, une asymétrie témoigne d’un conflit postural et doit faire rechercher un problème de hanche. Les plagiocéphalies sont très fréquentes. • Des anomalies positionnelles des pieds (Pieds bots varus équin, metatarsus varus, pied calcanéo-valgus) sont présentes dans 20% des cas. • Chez les enfants vus tardivement, on observe une scoliose qui correspond le plus souvent à une courbure compensatrice.
  14. 14. IV. Prise en charge kinésithérapique
  15. 15. 1. Buts du traitement: Prévenir les troubles de la croissance du rachis, l’installation et la pérennisation de l’asymétrie faciale et les troubles oculaires. Restaurer la mobilité rachidienne. Eviter l’accentuation des déformations faciales et rachidiennes.
  16. 16. 2. Objectifs: Etirer le SCOM, et lui redonner progressivement son élasticité. Prévenir la fibrose musculaire (l’olive). Retrouver des amplitudes de mobilité normales pour l'âge. Renforcer les muscles du côté opposé
  17. 17. 3. Bilans: • Dossier et/ou interrogatoire des parents : - Caractères propres : ils sont importants à préciser car ils peuvent être évocateurs de certaines pathologies. - Âge d’apparition du torticolis. - Caractère constant ou intermittent de l’attitude, son aspect aigu ou chronique, permanent, transitoire ou paroxystique. - Circonstances déclenchantes ou d’apparition. - Aspects douloureux ou non du torticolis. - Signes d’accompagnement : vomissements, tableau inflammatoire ou infectieux dans un contexte récent ou présent de la sphère ORL, céphalées, troubles de la vision. - Contexte personnel et familial du sujet à la recherche d’antécédents. - La position du fœtus au moment de l’accouchement (céphalique, siège complet ou décomplété, voie basse avec ou sans instrumentation, césarienne programmée ou en urgence).
  18. 18. 3. Bilans: • L’inspection : - L’inspection est un élément important, ses signes peuvent être très significatifs. - Doit être réalisée sur un nouveau-né entièrement nu, calme, sur un plan dur. Il faut rechercher une asymétrie de position globale ou localisée, une anomalie de la face, des oreilles, de l’implantation des cheveux, du cou, ou du tronc. - Destinée à apprécier et observer l’aspect général du nourrisson et des déformations corporelles.
  19. 19. 3. Bilans: Cet examen doit rechercher: - Une asymétrie de positionnement de la tête et du cou : Le bébé se présente avec la tête inclinée du côté du muscle rétracté. - Une flexion basse, - Une extension haute, - Une inclinaison homolatérale, - Une rotation controlatérale, - Une plagiocéphalie et/ou asymétrie faciale.
  20. 20. 3. Bilans: • La palpation permet de : - Mettre en évidence une tuméfaction ou une contracture musculaire, - Localiser d’éventuels points douloureux. - Retrouver une petite grosseur de la taille d'une olive (tuméfaction olivaire) à la partie inférieure du muscle.
  21. 21. 3. Bilans: • Bilan de la mobilité articulaire : On mesure la flexion, l’extension, l’inclinaison latérale et la rotation droite et gauche en actif et en passif. - Pour la mobilité active de la tête, elle est étudiée à partir des mouvements spontanés, et provoqués par des stimuli visuels ou auditifs d’où on déduit les amplitudes de la rotation et l’inclinaison. - Les mouvements passifs doivent être lents et doux pour ne pas provoquer de reflexe de défense de la part du nourrisson. - Faire attention aux compensations des épaules. Résultat : On retrouve des limitations d’amplitudes de rotation d’un côté et d’inclinaison de l’autre.
  22. 22. 3. Bilans: • Bilan musculaire : Peut être limité par la douleur. Néanmoins, il faut évaluer l’amyotrophie et la force de chaque groupe fonctionnel. La force chez un nourrisson peut être quantifiée par le bilan musculaire, évalué selon la cotation de 0 à 5 des muscles, et, sera noté sur la fiche d’exploitation de chaque patient. • Recherche des lésions associées.
  23. 23. 4. Plan de traitement: • Traitement manuel différencié selon les étiologies et l’âge. • 2 à 3 fois par semaine, avec une intensité du traitement qui dépendra de la précocité du diagnostic. On associe les postures et la kinésithérapie. • La séance de rééducation commence par une rééducation active pour mettre en confiance le nourrisson. Le traitement peut inclure:  Un programme d'exercices d'étirement doux par des manœuvres douces, et sans pleurs, adaptées à l’âge du nourrisson, afin de stimuler la myogenèse et d’allonger les muscles.  À chaque séance il faut rechercher un gain d'amplitude par le biais des étirements musculaires, des mobilisations douces tout en respectant la règle de non douleur.  Stimulation du nourrisson: Mobilisation passive douce, progressive, lente précédée d’une légère traction ; améliore la circulation vasculaire au niveau du muscle et diminue l'hyperpression engendrée par l'attitude d'inclinaison de la tête, de la surélévation de la ceinture scapulaire.
  24. 24. 5. Moyens: Le traitement va comporter:
  25. 25. 5. Moyens: • Traitement de l’olive dans le SCOM : - Pompage du muscle Sterno-cléido-mastoïdien basé sur l'étirement doux du fascia cervical.  Améliorer la circulation vasculaire au niveau du muscle et diminue l'hyperpression engendrée par l'attitude d'inclinaison de la tête, de la surélévation de la ceinture scapulaire. - Pas de massage sur l'olive, ni sur le muscle.
  26. 26. 5. Moyens: • Traitement des contractures musculaires : On associe à l’étirement, un renforcement des muscles du côté opposé et une stimulation des muscles cou/ceinture scapulaire du côté controlatéral. Le renforcement des muscles du cou et du tronc se fait en progression en utilisant les suspensions par les mains : - En décubitus dorsal pour le plan antérieur. - En décubitus latéral pour l’inclinaison (opposée au côté du torticolis). - En décubitus ventral pour le plan postérieur.
  27. 27. 5. Moyens: • Traitement des contractures musculaires :  Technique myotensive des suboccipitaux: On recherche une flexion haute avec double menton par mobilisation de l'occiput.
  28. 28. 5. Moyens: • Traitement des contractures musculaires :  Technique d'étirement du SCOM : 1er temps : Mise en flexion cervicale haute controlatérale. 2e temps : Inclinaison-rotation homolatérale.
  29. 29. 5. Moyens: • Traitement des contractures musculaires :  Technique myotensive du trapèze : Variante 2: Etirement du SCOMVariante 1: Tenu-relaché
  30. 30. 5. Moyens: • Traitement des contractures musculaires : Lorsque l’enfant est un peu plus âgé, on passe au : - « tiré-assis » direct en monté et en descente, - « tiré latéral » du côté opposé à la lésion qui entraîne un travail dans le sens correcteur, cou et tronc. Les muscles du cou et du tronc seront sollicités par des exercices d’équilibre sur un ballon de Klein, ou bien l’enfant installé à califourchon sur la cuisse du kiné.
  31. 31. 5. Moyens: • Traitement articulaire pour le déficit de mobilité : - Analytiques, avec des prises franches, précises, et dosées. - Buts:  Faire céder les rétractions musculaires et ligamentaires,  Lutter contre les raideurs articulaires par étirement des muscles,  Entretenir la mobilité articulaire et la souplesse musculaire au niveau du cou.
  32. 32. 5. Moyens: • Traitement articulaire pour le déficit de mobilité :  Correction du condyle occipital antérieur du côté du SCOM rétracté : On mobilise l'occiput en avant du côté sain pour obtenir la postériorité du côté pathologique. Ce traitement intervient après relâchement musculaire.
  33. 33. 5. Moyens: • Traitement articulaire pour le déficit de mobilité : Nous cherchons les derniers degrés de rotation à la fin du traitement:
  34. 34. 5. Moyens: • Postures: Buts : - Maintenir le rachis cervical en position de fonction. - Lutter contre les déformations en inclinaison, rotation opposée, et contre plagiocéphalie et l’asymétrie de la face. - Lutter contre l’attitude scoliotique et la surélévation de l’épaule du côté du torticolis. - Eviter la rétraction du SCOM et des muscles du côté du torticolis. - Maintenir les gains acquis par la rééducation.
  35. 35. 5. Moyens: • Postures:  Postures manuelles : - Faites par les mains du rééducateur ce qui va lui donner l’avantage d’être ajustée, modifiée, et dosée à tout instant suivant les réactions du nourrisson. - Le kinésithérapeute prend un temps d’arrêt ou de maintien pendant au moins 10 sec. dans la position limite extrême de l’inclinaison latérale contraire et de la rotation du même côté (le côté du torticolis), puis il relâche progressivement.
  36. 36. 5. Moyens: • Postures:  Postures par pesanteur: On utilise le poids de la tête pour étirer le muscle SCOM.
  37. 37. 5. Moyens: • Postures:  Postures instrumentales: - Faites soit par un collier de feutre ou bien une valve plâtrée postérieure. - Utilisée soit dans l’intervalle des séances de kinésithérapie soit comme une posture de nuit.  Conseils posturaux: - Nous essayons d’attirer le regard de l’enfant vers la position de correction par des jouets colorés, bruyants, clés, ou visage de la maman…
  38. 38. 5. Moyens: • Postures:  Conseils posturaux: - Certaines postures sont montrées aux parents pour être répétées, en particulier dite « câlin ». L’enfant est contre le thorax du thérapeute ou de sa maman. Celle-ci maintient les épaules et tourne doucement la tête du bébé en sens inverse du torticolis. - Vers la fin du traitement, et pour gagner sur les derniers degrés de rotation, nous réalisons les postures suivantes pendant 15 à 20 minutes:
  39. 39. 5. Moyens: • Traitement de mobilisation neurale ou neuroméningée :  Coordination œil-main et prévention des troubles de la croissance du rachis, l’installation de l’asymétrie faciale et les troubles oculaires: - 1er temps: Flexion passive de tête et descente de l'épaule controlatérale. - 2ème temps: Flexion passive de tête avec descente de l'épaule homolatérale. - 3ème temps: Bilatéral. - 4ème temps: En position slump avec l'aide des parents. • Traitement de la déformation crânienne :  Eviter l’aggravation ou corriger la plagiocéphalie. • Traitement des lésions associées.
  40. 40. 6. Conseils & Education Thérapeutique: Règles : • Une réactualisation des conseils de base qui restent si importants et qui doivent être poursuivis avec la même intensité et régularité. • Leur apprendre des mobilisations simples qui peuvent être renouvelées pluri quotidiennement et les bonnes postures de façon à mettre la tête du nourrisson dans la position de correction. • Compléter ces conseils en fonction de la façon de faire de chaque bébé : possibilité d'utiliser des sacs de riz enveloppés dans un gant de toilette, surélévation d'un coin de matelas, etc. • Le jeu de posture dans le lit, associé à la croissance du cerveau entraînant l’expansion des os du crâne permettant la guérison des plagiocéphalies postérieurs.
  41. 41. V. Etude des cas
  42. 42.  Il s’agit d’une étude prospective sur 5 patients ayant un âge qui varie entre 2 et 4 mois.  Cette étude a été réalisée pendant dix mois entre le mois d’Avril 2013 jusqu’au Janvier 2014. • Les critères d’inclusions: Nourrissons présentant un torticolis congénital dont l’étiologie est anténatale. Le muscle sterno- cléido-mastoïdien rétracté ou tuméfié, ces nourrissons étant présentés à la rééducation à différents stades d’évolution mais n’avaient aucune indication chirurgicale. • Les critères d’exclusions: Les torticolis musculaires congénitaux difficilement réductibles dès la naissance et devraient subir une intervention chirurgicale, ainsi que les autres causes de l’attitude en torticolis tel que l’inflexion de la tête qui peut résulter d’une malformation vertébrale congénitale, d’une pathologie tumorale, d’une étiologie traumatique, et d’autres.
  43. 43. 1.Résultats
  44. 44. Répartition des malades selon le sexe Masculin 60% Féminin 40%
  45. 45. Répartition des cas selon de coté atteint Côté gauche 60% Côté droit 40%
  46. 46. Répartition des malades selon le mode d’accouchement 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Siège Céphalo-ventouse Césarienne Siège Céphalo-ventouse Césarienne
  47. 47. Répartition des cas selon de délai de récupération 20% 60% 20% < 2 mois 2 à 4 mois 4 à 6 mois
  48. 48. Répartition des cas selon l’évolution 80% 20% 0% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% Complète Partielle Nulle
  49. 49. 2.Analyse
  50. 50.  Critères subjectifs: • 80 % de nos patients avaient complètement récupéré et 20 % avaient partiellement récupéré.  Critères objectifs: • Disparition de la tuméfaction dès le premier mois de traitement chez 80 % des cas. • Aucune installation de déformation crânienne chez 100 % des cas. • Le gain de la mobilité articulaire varie entre 80 % et 100%. • La tonification musculaire est très satisfaisante puisque le taux de récupération est de 80%. • La rotation et l’inclinaison de la tête sont devenues possibles chez 80 % des cas. 2. Analyse:
  51. 51. V. Conclusion
  52. 52. Le torticolis congénital du nourrisson se définit comme une attitude anormale et permanente du cou par rapport au plan des épaules, suite à une rétraction unilatérale du muscle sterno-cléido- mastoïdien. Sa prise en charge kinésithérapique est basée essentiellement sur des moyens manuels tels que: les étirements, la mobilisation douce et progressive associés aux postures et sur les différents conseils donnés aux parents. Les modalités d’application de ces techniques sont basées essentiellement sur une bonne observation visuelle et une bonne palpation, qui déterminent à chaque séance le degrés de récupération et ainsi, le protocole de rééducation. La rééducation occupe une place très importante dans la prise en charge du torticolis congénital du nourrisson. Elle donne des résultats très satisfaisants si elle est mise en place précocement avant l'apparition d'une déformation du crâne, et ceci afin d’obtenir un meilleur résultat sans avoir recours à la chirurgie. CONCLUSION:
  53. 53. MERCI POUR VOTRE ATTENTION. Le traitement kinésithérapique du torticolis congénital du nourrisson. By Sofia LAHLOU

×