Elias leister a disparu                        de Eudes LabrusseDossier artistique    Une création du Théâtre du Mantois  ...
Elias leister a disparuTexte : Eudes Labrusse(publication à LAvant-Scène – Collection des Quatre Vents en mars 2010)Mise e...
1 - Autour du texteLhistoireElias Leister disparaît trois fois au cours de sa vie.La première fois, cest lhiver et il a di...
Une forme qui interroge la théâtralitéTentative de réinvention des possibles du théâtre, la pièce mélange les genres.Au ro...
2 - Intentions de mise en scèneLe jeu de l’acteur dans et par la langueOn l’a dit, la pièce s’inspire nettement des techni...
3 - Calendrier prévisionnel                               des répétitions et de lexploitation       DATES                 ...
4 - Action culturelle mise en place autour du spectacle• Mise en place de « petites formes » présentées en accompagnement ...
5 - L’équipe artistiqueAUTEUR / METTEUR EN SCENE:Eudes LabrusseDirecteur du Théâtre du Mantois et de La Nacelle-Théâtre du...
Philipp Weissert :Comédien, il achève sa formation à l’Ecole Claude Mathieu en 1995. S’ensuit uncompagnonnage avec Jérome ...
MUSIQUE :Christian RouxPianiste, compositeur, chanteur, écrivain, il a composé de multiples musiques pour le théâtreet a r...
COSTUMES :Alain BlanchotAu cinéma, il a collaboré à des films de Josiane Balasko ou encore Guillaume Canet pour lacréation...
6 - Extraits de la revue de Presse                    des précédents spectacles de la compagnie ….                        ...
Le collier de Perles           du gouverneur Li-Qing                            Théâtre 13 Paris, février 2005            ...
7 - Historique de la compagnieCréé par Jean-Charles Lenoir, le Théâtre du Mantois mène depuis toujours un importanttravail...
2 - Diffusion :Le Théâtre du Mantois mène dans la Vallée de la Seine un important travail dediffusion dans le sens dun thé...
Président : Xavier Roy           Direction : Eudes Labrusse           Codirection artistique : Jérôme Imard           Admi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Elias Leister a disparu - Dossier artistique

650 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
650
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
65
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Elias Leister a disparu - Dossier artistique

  1. 1. Elias leister a disparu de Eudes LabrusseDossier artistique Une création du Théâtre du Mantois Saison 2009-2010
  2. 2. Elias leister a disparuTexte : Eudes Labrusse(publication à LAvant-Scène – Collection des Quatre Vents en mars 2010)Mise en scène : Jérôme Imard et Eudes LabrusseComédiens : Eva Castro, Jérôme Imard, Denis Jousselin, Serpentine Teyssier,Philipp WeissertMusique : Christian RouxLumières : Laurent VergnaudScénographie : Jérôme Imard, Eudes Labrusse, Laurent VergnaudConseil chorégraphique : Maï ScreminCostumes : Alain BlanchotProduction : Théâtre du MantoisCoproduction et accueils: La Nacelle Scène Conventionnée (Aubergenville,78) ;Collectif 12 (Mantes-la-Jolie, 78) ; Centre Culturel Max Juclier (Villeneuve-la-Garenne, 92), autres lieux en cours…Coréalisation : Théâtre 13, ParisExploitation : 45 dates, à ce jour… Dossier artistique / sommaire 1 – Autour du texte 2 – Intentions de mise en scène 3 – Calendrier prévisionnel des répétitions et de lexploitation 4 – Action culturelle mise en place autour du spectacle 5 – Léquipe artistique 6 – Extraits de la revue de presse des précédents spectacles de la compagnie 7 – Historique de la compagnie 2
  3. 3. 1 - Autour du texteLhistoireElias Leister disparaît trois fois au cours de sa vie.La première fois, cest lhiver et il a dix ans. Pourquoi a-t-il quitté le doux cocon familial pourse réfugier dans le berceau glacé dun chantier abandonné ? Lenquêtrice chargée desrecherches se prend de tendresse pour lenfant perdu, mais devra démêler les silences dupère et de la jeune amie dElias, Sarah Pearl, pour le retrouver avant que le froid nait fait sonœuvre.La seconde fois, Elias Leister est devenu militaire : engagé dans une opération discrète desoutien à larmée dun pays du sud pour lutter contre la guérilla, il déserte brusquement. Onsuit de nouveau sa trace, à travers les recherches de son capitaine et les élucubrationsdune vieille folle, tenancière dun bar perdu aux portes de la jungle. Mais aussi à travers laquête de Sarah, qui, à des milliers de kilomètres de là, se rend compte elle aussi,douloureusement, quelle ne peut renoncer à son amour denfance.La troisième fois, après des années de recherche, Sarah Pearl croit toucher enfin au but.Mais ce quelle raconte participe-t-il encore du monde réel ? Cest comme dans un rêve, ouun cauchemar, quelle retrouve lombre dElias au cœur de la jungle, entouré dune hordedenfants déguenillés…La pièce raconte ces trois disparitions : trois journées, trois fragments elliptiques dune vie defugues successives, à une douzaine dannées dintervalle.Une suite de variations impressionnistes sur lenfanceLa pièce est construite comme une suite de variations, libres et impressionnistes, autour desmythes liés à Œdipe - et naturellement aux intuitions freudiennes qui y sont attachées…Variations sur lenfance, sur le mystère et la douleur des origines, sur la bâtardise, surlangoisse de ne pas savoir et son corollaire, langoisse de mort…Variations parallèles, par la transposition du mythe dans le monde contemporain, sur desquestionnements autour de ladoption et des traumatismes quelle peut déclencheraujourdhui, mais aussi sur la tension des rapports nord-sud dans lappréhension delenfance et de la maternité…Variations enfin sur lenfantement (ou comment passer dŒdipe à Jocaste), sur lescontradictions dans le choix de porter un enfant, sur les blessures liées au désir contrarié -bref variations sur labsurde et merveilleuse folie de "mettre au monde"… 3
  4. 4. Une forme qui interroge la théâtralitéTentative de réinvention des possibles du théâtre, la pièce mélange les genres.Au roman, elle emprunte la force envoûtante du récit et les jeux de focalisation narrative –notamment avec lemploi par les personnages de la deuxième personne du pluriel ("vous")pour parler deux.Un certain nombre de principes organisent l’écriture : refus du drame dans son déroulementlinéaire ; refus (partiel) d’un certain dialogue théâtral, lieu traditionnel de l’extériorisation desconflits, au profit d’un dialogue tel qu’il serait recréé par un lecteur ; décentrement dupersonnage par des effets de dissociation du corps et de la voix, par l’intervention d’unnarrateur, etc.Au cinéma, elle emprunte le rythme et la logique du montage, l’ellipse, la voix off.Mais il s’agit bien de théâtre.Parce qu’écriture et parole s’y déploient au présent, comme s’inventant au fur et à mesure,en ménageant le suspense, dans un rapport d’immédiate proximité avec le spectateur. Unspectateur interpellé par ce vous", impliqué dans lintrigue, qui entre lui-même en quelquesorte dans la conscience de chacun des personnages.Il sagit de théâtre aussi parce que cette fable participe des mythes fondateurs : sespersonnages, nos contemporains, y rejouent indéfiniment l’histoire d’Œdipe et de sesenfants… 4
  5. 5. 2 - Intentions de mise en scèneLe jeu de l’acteur dans et par la langueOn l’a dit, la pièce s’inspire nettement des techniques du roman.Le foisonnement d’images auquel il donne lieu repose sur l’écriture et les mots. En déployerla théâtralité suppose la recherche et l’élaboration d’une “grammaire“ du jeu d’acteur.Les comédiens s’appuient d’abord sur la matérialité même de la langue (rythmes/cadences)et sur les principes qui en régissent l’économie, par ex. : effets de dissociation (corps/voix,reprise chorale), intervention d’une tierce personne.Pour corollaire, un refus d’un certain naturalisme du jeu : nous avons plus affaire à dessilhouettes ou des figures, qu’à des personnages. Cela ne suppose pas une désincarnationou une quelconque abstraction. Au contraire, l’engagement physique et émotionnel del’acteur est complet. Il appelle un traitement presque chorégraphique des corps dansl’espace, qui s’appuie par ailleurs sur des éléments bien réels.Il s’agit toujours de maintenir une tension dans l’abord du “personnage“, entre incarnation etdistanciation, qui permet d’éviter l’écueil de la psychologisation, tout en laissant la place àl’émotion.Espace et lumièreLa traduction scénique de ces explorations suppose également une recherche autour d’uneidée d’espace dépouillé à même d’en rendre l’unité dans toute la richesse de ses modalités.Les lieux convoqués sont plus suggérés et évoqués que matérialisés et représentés, hormisquelques éléments très concrets (un fauteuil de salon, une bouteille) ou à forte valeursymbolique (la neige par ex., pour la 1ère partie).En cohérence avec le processus de déréalisation (passage de la réalité au cauchemar) quigagne la pièce au fur et à mesure de ses parties, ils sont une surface de projectionsymbolique, comme une plaque photosensible en attente d’impression par la projection et larésonance des mots dans l’imaginaire du spectateur.De là l’idée, en relais, d’un dispositif lumineux qui rythmera l’espace, le découpant en plans,autorisant des changements d’optique ou de focalisation, sur le principe d’un diaphragme, oud’une “camera obscura“ (jeu sur l’ombre et la lumière, le réel et sa réfraction/déformation,renvoyant au jeu de l’inconscient : scène originelle, primordiale)MusiqueEn contrepoint à cette partition des comédiens et de la lumière, la musique de ChristianRoux rythme les séquences dans des effets de relance ou d’accompagnement : elle portealors la fable en sa continuité et l’émotion dont elle se fait l’écho. 5
  6. 6. 3 - Calendrier prévisionnel des répétitions et de lexploitation DATES LIEUX ACTIONS Découverte du texte, premièresDécembre 2008 PARIS séances de lecture Première séance9 au 13 janvier 2009 LA NACELLE - AUBERGENVILLE de travail Seconde séance14 au 17 avril 2009 LA NACELLE - AUBERGENVILLE de travailSelon les datesdéfinitives de lacréation : CENTRE CULTUREL MAX JUCLIER19 octobre au 19 - VILLENEUVE LA GARENNE Répétitionsnovembre 2009 etet LA NACELLE - AUBERGENVILLE18 décembre 2009au 18 janvier 2010Janvier 2010 LA NACELLE - AUBERGENVILLE 6 représentationsJanvier 2010 LA BARBACANE - BEYNES 1 représentationFévrier 2010 CENTRE CULTUREL MAX JUCLIER 2 représentations - VILLENEUVE LA GARENNE 36Mars-avril 2010 THEATRE 13 représentations.7 Mai 2010 ESPACE JULIEN GREEN - ANDRESY 1 représentations8 et 9 Mai 2010 COLLECTIF 12 - MANTES LA JOLIE 2 représentations 6
  7. 7. 4 - Action culturelle mise en place autour du spectacle• Mise en place de « petites formes » présentées en accompagnement de lacréation dans des lieux alternatifs (particuliers, bibliothèques, librairies,établissement scolaires etc.)Des "petites formes" menées avec des comédien et/ou musiciens de la compagnieaccompagneront la création du spectacle :- elles pourront prendre la forme de lectures ou de spectacles légers et nomades, autour desthématiques de la pièce (mythe dŒdipe, thème de lenfance…)- elles pourront être présentées dans des lieux alternatifs afin d’être aux plus proches despublics et de créer une dynamique autour de la création : bibliothèques, petites salles,maisons ou appartements de particuliers, salles de classe etc.• Sensibilisation en milieu scolaireComme lors des dernières créations du Théâtre du Mantois, un projet de sensibilisation seramené avec une dizaine de classes (ou ateliers de pratique artistique) partenaires descollèges et lycées. Ce projet pourra sinscrire dans le cadre des nombreuses classes PACmises en place chaque année en partenariat avec la compagnie.Ces groupes seront associés au processus de création par des rencontres régulières :- Rencontre en amont avec l’écrivain pour une première approche du projet (enjeux du texte,processus décriture, grandes lignes de lintrigue etc.)- Etude dans la classe d’extraits du texte qui auront été distribués à l’enseignant partenaire (ilpeut s’agir pour ce projet d’un cours de Français, d’Histoire, dEspagnol etc.)- Atelier sur une séance avec un des comédiens (lecture d’extrait par les élèves, exercicesautour de la thématique, tentative de jeu etc.) ;- Présence de la classe à une répétition publique, avec participation et débat avec les élèves,concernant la mise en scène et les éléments qui l’accompagne (sons, lumières, traitementde l’espace etc.)- Enfin, après avoir assisté au spectacle, nouvelle rencontre avec l’équipe artistique.• Sensibilisation auprès de groupes hors milieu scolaire (Centres sociaux,Comités d’entreprise, associations etc.) :Des ateliers seront également menés en association avec des groupes partenaires :- Séances d’ateliers d’écriture (autour de la modernisation d’un mythe ou d’un texteclassique ; autour des personnages de la pièce, etc.)- Séances d’atelier de pratique théâtrale menés par des comédiens du projet (autour dutraitement spatial et corporel)- Rencontre avec l’équipe artistique en amont et à l’issue de la représentation- Possibilité d’assister à une répétition publique- Le groupe de lAtelier dEcriture de La Nacelle (une quinzaine de membres), dirigé parEudes Labrusse, mènera notamment un travail sur plusieurs séances autour de la pièce ;une lecture dans le foyer de La Nacelle, au moment de la création, mettra en valeur le travaildécriture réalisé pendant ces séances.Ces actions mises en place autour de la création à La Nacelle (automne-hiver 2009)seront reconduites à loccasion des autres représentations du spectacle, enpartenariat avec les différents lieux daccueil. 7
  8. 8. 5 - L’équipe artistiqueAUTEUR / METTEUR EN SCENE:Eudes LabrusseDirecteur du Théâtre du Mantois et de La Nacelle-Théâtre du Mantois (“Scèneconventionnée pour les écritures contemporaine et la création jeune public”), il est écrivain :cinq textes publiés à L’Avant-Scène Théâtre, dont Le Rêve dAlvaro qui a obtenu laide à laproduction de la DMDTS; certains créés par le Théâtre du Mantois, dautres par lescompagnies L’Art Mobile ou La Bouche dOmbre ; il est appelé pour mener des ateliersdans diverses structures (Centre National des Arts du Cirque, différents Atelier de PratiqueArtistique, maison darrêt etc.). Il est également co-metteur en scène des spectacles de lacompagnie (Monsieur et Monsieur, Le Collier de perles du Gouverneur Li-Qing, Madame,Le Bouc, Nalia la nuit, Le Rêve d’Alvaro - farce épique et mondialiste).METTEUR EN SCENE :Jérôme ImardAprès avoir enseigné la philosophie, notamment comme chargé de cours à la Faculté deVilletaneuse, il se consacre exclusivement au théâtre depuis 1995 et poursuitconjointement un travail de comédien et de metteur en scène. Il joue avec Daniel Postal,Corinne Guédet, participe de 1997 à 2004 à de nombreuses créations dEngrenage Théâtre(comme comédien et collaborateur artistique de René Albold) et aborde les répertoiresclassique et contemporain : Dom Juan, Cyrano de Bergerac (De Guiche), La Dame de chezMaxims (Petypon), Les Émigrés de Slawomir Mrozek, Cendre de Cailloux de Daniel Danis,et dernièrement Noce de Jean-Luc Lagarce. Metteur en scène associé et co-directeurartistique du Théâtre du Mantois, il co-signe récemment avec Eudes Labrusse Madame deDidier Goupil, Le Bouc de R.W. Fassbinder, et les créations des textes de Eudes Labrusse:Le Collier de Perles du Gouverneur Li-Qing, Nalia, la nuit, Le Rêve d’Alvaro – farce épiqueet mondialiste.COMEDIENS:Denis Jousselin :Après une formation à lÉcole Claude Mathieu, il joue de nombreux rôles au théâtre enFrance et au Luxembourg, notamment dans LAppartement de Zoïka de Boulgakov (A.Zloto), Le Collier de Perles du Gouverneur Li-Qing dE. Labrusse (J. Imard et E. Labrussse)ou Macbeth de Shakespeare (A. Zloto) ; Acte sans parole de Beckett et Kroetz (C. Lorang)au Théâtre des Capucins en 2005 (Luxembourg). On la vu dernièrement dans Lumouxe d’EMuller (C. Lorang) à la Kulturfabrik (Luxembourg) 2007, et dans Tueur sans gages deIonesco (M. Olinger), Théâtre des Capucins, 2006; Les pas perdu de D. Bonal (S. Langevin),Théâtre des Capucins, 2007 ;.L‘incroyable voyage de G. Granouillet (M. Poppenborg),Théâtre des Capucins 2008; Yvonne princesse de bourgogne de W. Gombrowicz (C.Lorang) 2009 (Luxembourg/France/Belgique)Il a fait du cinéma :The Truth About Charlie de Jonathan Demme, Laissez-Passer deBertrand Tavernier, 2002 et de la télévision (série P.J.).Il a produit des spectacles dont La guinguette a rouvert ses volets, nominé comme «spectacle inattendu » aux Molières 2005.Il a également suivi une formation de création et régie vidéo spectacle au CFPTS (2008) 8
  9. 9. Philipp Weissert :Comédien, il achève sa formation à l’Ecole Claude Mathieu en 1995. S’ensuit uncompagnonnage avec Jérome Imard et Eudes Labrusse au sein de la compagnie le Théâtredu Mantois : il joue dernièrement dans Le collier de perles du gouverneur Li-Qing, Madame,et collabore artistiquement au Rêve d’Alvaro. Par ailleurs, il travaille avec Fabian Chappuis(Marie Stuart), René Albold au Théâtre du Masque d’Or (Cyrano de Bergerac, Ruy Blas,Berlin ton danseur est la mort, Musée Haut - Musée Bas, Le conte d’hiver), Francis Sourbiéau vingtième théâtre (Manon Lescaut, Rodogune, Georges Dandin), Damien Bricoteaux (Ilétait une fois…) et fait partie de l’aventure de La guinguette a rouvert ses volets (compagnieLa Tribu-Jousselin/ 3 nominations au Molières 2005 dont le prix Spédidam de la meilleurecomédie musicale).Il participe régulièrement à des pièces radiophoniques pour France Culture et France Inter.Serpentine Teyssier :Comédienne, elle a travaillé notamment au théâtre avec Didier Bezace. (La femme changéeen renard, de 94 à 99, prix de la révélation théâtrale 1994 du syndicat de la critique. FrançoisRancillac (Amphitryon, La nuit au cirque). Charles Tordjman (Le misanthrope). Patrice Bigel(Tragédie céleste, Flagrant délit de mensonge, Les libertins, Circuits clandestins, La nuit duplaisir différent, l’éternel amoureux). Daniel Janneteau (Iphigénie en Aulide). DominiqueVerrier (Via Sébastopol). Bruno Abraham Cremer (A la porte). Nathalie Fillion (Dans lagueule du loup). Christian Rist (Concert de vocables, Scènes comiques et amoureuses).Danièle Chinsky (Le décameron des femmes). Christian Trouillas (Nocives). Marc Zammit(L’âne et le ruisseau). Michaël Batz (Fragments d’humanité). Michèle Fanard (La brigitta).François Roux (Petits meurtres en famille).Au cinéma avec Didier Bourdon (Madame Irma). Philippe Le Guay (Le coût de la vie). Jean-Paul Rappeneau (Bon voyage). Rabat Ameur Zaïmeche (Wesh-wesh). Marie-ChristineQuesterbert (La chambre obscure). Jean-Pierre Mocky (Alliance cherche doigt). DianeBertrand (Un samedi sur la terre). Paul Vecchiali (Once more). Jacques Beaulieu (Sidaids),Philippe Picouyoul (La brune et moi).A la télévision avec Yves Angelo, Laurent Jaoui, Jean-Pierre Sinapi, Paul Vecchiali,Christiane Spiero, Claire Devers, Aline Isserman, Alexandre Pidoux, Edouard Niermans.Eva castro :Comédienne, elle fait ses débuts au Teatro Estable de Granada, sous la direction deFernando Cobos (Shakespeare, Brecht, Calderón…). Plus tard, elle travaille avec ArianeMnouchkine (La ville parjure), Omar Porras (Noces de Sang), Hansgünther Heyme (enallemand, dans deux pièces de Lohenstein et en espagnol, dans Le roi Lear), avec CharlotteRoos (Le merveilleux mutant de Heckmanns), Alain Fleury (Papas memori, de Alain Fleury),Eudes Labrusse et Jérôme Imard (Le rêve dAlvaro de Eudes Labrusse), Isabelle Starkier(Monsieur de Pourceaugnac de Molière). Elle joue dans Goutte dor, monologue extrait deElise ou la vraie vie de Claire Etcherelli, créé grâce au Collectif “Femmes de Plume“. Ellechante et participe à des lectures et des soirées poétiques (Théâtre Éphéméride et autres). 9
  10. 10. MUSIQUE :Christian RouxPianiste, compositeur, chanteur, écrivain, il a composé de multiples musiques pour le théâtreet a reçu le prix du Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale (meilleuremusique de scène 2005) pour le spectacle Le Collier de perles du Gouverneur Li-Qing,spectacle du Théâtre du Mantois, compagnie avec laquelle il collabore régulièrement et pourlaquelle il a composé et interpète actuellement sur scène la musique du Rêve dAlvaro. Auteur compositeur dun album de chansons rock, défardé, (distribution Mosaïc Music,sortie nationale octobre 2007), il compose également pour le cinéma, on lui doit notammentles musiques et chansons de Lisa et le pilote davion, une comédie musicale de PhilippeBarassat, interprétée et chantée par Marilou Berry, Rachida Brakni, Mathieu Demy, EricCantonna et Damien Jouillerot (sortie prévue en 2008). Ecrivain, il a publié trois romans à cejour : Braquages, prix du Premier Polar SNCF 2003, prix Polar dans la ville 2003, réédité enFolio Policier ; Placards, éditions du Serpent à Plumes, 2003 ; Les ombres mortes,Rivages/Noir, 2005. Il co-dirige la Cie Nicri Danse Théâtre. Dernière creation : Lenfant de lahaute mer, de Jules Supervielle, chorégraphie de Nicole Champenois.LUMIERES :Laurent VergnaudIl se forme à la réalisation de documentaire (Filmer le réel, Université de Poitiers-Futuroscope) puis soriente vers la régie de spectacle et la lumière. Il est titulaire du MasterDirection technique, ISTS-Université dAvignon. Il collabore avec le Théâtre du Montais,artistiquement et techniquement, depuis 1992, . Il participe notamment à lélaboration desspectacles Le collier de perles du gouverneur Li Qing, Madame, Le Bouc (avec préambuleen images), Le Rêve d’Alvaro- farce épique et mondialiste. Depuis 2001 il fait partie duCollectif 12, lieu de création multidisciplinaire à Mantes-la-Jolie, dont il assure la directiontechnique parallèlement à son activité de création. Il mène depuis 2004 le projet Mantesla-Jolie Histoire du Monde (4 épisodes à ce jour), dispositifs dimages, de sons, aveccomédiens, interrogeant lhistoire et le rapport à limage. Il organise des évènements :Re-media 1 et 2. Il crée les lumières et collabore à la scénographie : en 2006, Bérénice, deJean Racine, mise en scène de Catherine Boskowitz.CONSEIL CHOREGRAPHIQUE :Maï ScreminDanseuse et chorégraphe, diplômée dEtat de Danse Contemporaine et de lEcoleNationale Supérieure des Arts Décoratifs. Actuellement en formation de praticienne dansla méthode Feldenkrais, et formation continue dans la méthode Laban. Elle travaillependant douze ans avec plusieurs compagnies de Quito (Equateur) avec lesquelles elleeffectue de nombreuses tournées en Amérique Latine et en Europe. Elle assure ladirection chorégraphique des créations : La tigra de José de la Cuadra, En pleine mer deS. Mrozek, Le collier de perles du gouverneur Li-Quing , Le Rêve d’Alvaro – farce épiqueet mondialiste de Eudes Labrusse, produites par le Théâtre du Montais. Elle réaliseparallèlement à son activité chorégraphique les costumes de plusieurs compagnies dedanse et de trois spectacles du Théâtre du Mantois 10
  11. 11. COSTUMES :Alain BlanchotAu cinéma, il a collaboré à des films de Josiane Balasko ou encore Guillaume Canet pour lacréation de costumes atypiques. Il a imaginé des costumes pour des productions aussidiverses quoriginales (La 6uinguette..., 4 nominations aux Molières 2005; La dernière nuitde la Duchesse du Maine; Orangerie du Château de Sceaux), Le Rêve d’Alvaro – farceépique et mondialiste de Eudes Labruss. Intéressé par les performances scéniques, il ahabillé des chanteuses comme Brigitte Fontaine, Sapho, Anna Karina ou encore IngridCaven. Son travail avec des jeunes metteurs en scène (Alexandre Zloto, David Pavier)confirme son goût pour les productions originales, comme Macbeth ou Lappartement deZoïka de Boulgatkov au Théâtre du Soleil. Sa rencontre avec Benjamin Lazar la lancé sur lavoie du théâtre baroque en créant notamment les costumes pour Le Bourgeois Gentilhomme(direction musicale de Vincent Dumestre pour Le Poème Harmonique) et Didon et Enée pourlopéra de Rennes. Actuellement il travaille, entre autres, sur la création de deux opéras, IlSantAlessio de Landi pour William Christie et Cadmus et Hermione de Lully pour Le PoèmeHarmonique. 11
  12. 12. 6 - Extraits de la revue de Presse des précédents spectacles de la compagnie …. Le Rêve d’Alvaro Festival d’Avignon Off 2007 Théâtre des hallesUne histoire damour tout droit sortie des séries roses et du bon, ou mauvais usage desmédias pour occuper lespace politique : Le Rêve dAlvaro tient de la fable altermondialiste etdu polar néo-réaliste…Une mise en scène parfaite, jouée avec fougue et justesse par une équipe de comédiennesdynamiques et persuasives…La tragédie grecque revisitée avec éclat et bonheur par le texte et la mise en scène…Inventivité du texte et de la scénographie, humour et virulence de la satire, un spectacle quipermet à la fois de distraire et de réfléchir à la réalité contemporaine…Il fallait du talent, il fallait du culot pour mener à bien cet exercice de déconstruction oùseul lhumour permet de sauver quelques babioles qui puissent donner du sens aumonde. 12
  13. 13. Le collier de Perles du gouverneur Li-Qing Théâtre 13 Paris, février 2005 (°°°)Elégance et émotion : un spectacle en état de ° grâce. Une fable magnifique et cruelle. ( ) Tout est d’une séduisante délicatesse qui pousse le langage théâtral dans ses plus vrais raffinements. (Gilles Costaz)FRANCE INTER Un voyage intérieur sur une scène ouverte à tous les vents de l’imaginaire. (Chronique de J.-M. Stricker) Labrusse, du côté de chez Brecht… Une pièce qui marie la fantaisie à l’effroi. (Hervé de Saint-Hilaire) (***)La réussite du spectacle tient à la subtile harmonie * entre l’esprit du texte, poétique et intemporel, la mise en scène, épurée et suggestive, et l’interprétation irréprochable. Brillant, sensuel et intelligent, remarquablement interprété, ce spectacle flirte avec la perfection. (Coup de cœur) Une fable poétique sur la condition des femmes… Un spectacle envoûtant, une véritable méditation zen. 13
  14. 14. 7 - Historique de la compagnieCréé par Jean-Charles Lenoir, le Théâtre du Mantois mène depuis toujours un importanttravail artistique et d’implantation sur le terrain à Mantes-la-Jolie et dans son bassind’agglomération.Il y développe une triple activité, de création, de diffusion et de sensibilisation.1 - Création :Les créations de la compagnie sont généralement axées sur l’écriture contemporaine et/oula création jeune public. Principales créations e ces dernières années : A la maison (création 2008) Théâtre à domicile, d’après 3 courts textes de Philippe Ducros, Rodrigue Norman et Eudes Labrusse, mise en scène Ph.. Ducros, E. Labrusse avec J. Imard et R. Norman, coproduction Franco-Togolo-Québecquoise avec le soutien de la CITF, création janvier 2008 à Lomé, reprise au FITHEB (Festival International de Théâtre du Bénin, Cotonou), festival les Francos (Mantes-La-Jolie), Lavoir Moderne Parisien (mars/avril 2008), tournée en République Tchèque (2009) – 30 représentations. Le Rêve d’Alvaro, farce épique et mondialiste (création 2007, La Nacelle (78)) de Eudes Labrusse, mise en scène de l’auteur et Jérôme Imard, avec le soutien de la DMDTS, la DRAC IDF, dARCADI, 50 représentations dont Avignon off 2007 (Théâtre des Halles) et tournée 2008-2009 Contes du Ki Mo No (création 2004) spectacle jeune public (conception Hoa-Lan Scremin) – plus de 120 représentations dont Avignon off 2005 (Théâtre des Halles), tournées en 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 Le Collier de Perles du Gouverneur Li-Qing (création 2003, meilleure musique de scène, prix 2005 du Syndicat de la critique dramatique et musicale) de Eudes Labrusse, texte publié à L’Avant-Scène : mise en scène de l’auteur et Jérôme Imard, création avec l’aide à la production de la DRAC IDF – 105 représentations (dont Avignon Off au Théâtre des Halles en juillet 2003, tournée au Maroc en octobre 2004, Théâtre 13 à Paris en janvier et février 2005, tournées en France en 2004-2005) ; reprises en 2005-2006 et 2006-2007) Madame (création 2003) d’après le roman Femme du monde de Didier Goupil, spectacle de proximité, joué chez les particuliers, dans des bibliothèques, des librairies, des petites salles de spectacles – mise en scène de Jérôme Imard et Eudes Labrusse – 50 représentations dont Avignon off 2005 (Théâtre des Halles), tournée en 2006-2007Parallèlement, la compagnie propose depuis 2001 de nombreuses « petites formes »,jouées hors les murs sur le terrain Mises en espace de lectures, spectacles de contes, de poèmes, spectacle nomades, présentés dans des lieux alternatifs (écoles, bibliothèques, librairies etc.) : une quinzaine de ces « petites formes » sont ainsi créées et/ou reprises chaque année. 14
  15. 15. 2 - Diffusion :Le Théâtre du Mantois mène dans la Vallée de la Seine un important travail dediffusion dans le sens dun théâtre populaire :- organisation du festival Les Francos (Francophonies Théâtrales pour la Jeunesse - création en 1990) Une quinzaine de compagnies du monde entier (espaces francophone et européen notamment) sont invitées pendant deux semaines dans une douzaine de villes du bassin de vie pour un festival qui favorise le métissage culturel et artistique- Depuis octobre 2002, le Théâtre du Mantois s’est par ailleurs vu confier la directionartistique et la programmation de la salle de La Nacelle à Aubergenville (Scèneconventionnée pour les écritures contemporaines et la création jeune public depuis2007) Une quinzaine de spectacles de théâtre, danse, musique ou cirque, sont accueillis chaque année dans cette salle qui rayonne sur l’ensemble du bassin de vie Un important travail de développement culturel (ateliers, rencontres, stages avec les équipes artistiques invitées) est mis en place autour de cette activité de diffusion.3 - Sensibilisation :Mise en place chaque année de nombreux ateliers de pratique théâtrale (en milieuscolaire et hors scolaire) ainsi que dAteliers dexpression (une soixantaine de groupespartenaires –classes, associations, maisons de retraites, hôpitaux de jour etc.). 15
  16. 16. Président : Xavier Roy Direction : Eudes Labrusse Codirection artistique : Jérôme Imard Administration : Anne Souty Relations publiques : Ludovic Tourdot Coordination et diffusion: Christelle Barbera A La Nacelle : Delphine Avrillon, Christiane Drouet, Agostinho Carneiro Théâtre du Mantois Pavillon des Festivals 28, rue de Lorraine 78200 Mantes-la-Jolie Téléphone : 01 30 33 02 26 / Télécopie: 01 30 33 02 30 e-mail : tmantois@wanadoo.fr www.theatredumantois.orgLe Théâtre du Mantois et La Nacelle-Scène Conventionnée sont soutenus par :Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Ile de France / Ministère du Logement et de laVille, Préfecture des Yvelines, / Ministère de l’Education Nationale, Rectorat de Versailles / ConseilRégional d’Ile de France / Conseil Général des Yvelines / Communauté d’Agglomération de Mantesen Yvelines / Ville de Mantes-la-Jolie / Communauté de Communes Seine-Mauldre / ONDA (OfficeNational de Diffusion Artistique) 16

×