Jeu sur les mots

341 vues

Publié le

Saurez-vous retrouver les mots de la Planète Organique qui correspondent à ces images?

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
341
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Jeu sur les mots

  1. 1. Saurez-vous retrouver les mots de la PlanèteOrganique qui correspondent à ces images?
  2. 2. N 1
  3. 3. N 1: Ecosystème Un écosystème comprend un milieu, les êtres vivants qui le composent et toutes les relations qui peuvent exister et se développer à lintérieur de ce système. Lécosystème est la plus grande unité détude de lécologie, elle peut même sappliquer à la terre qui peut être considéré comme le plus gros écosystème terrien contenant toute la vie sur la planète terre.
  4. 4. N 2
  5. 5. N 2: Membrane Une membrane (XVIe siècle, mot savant du latin membrana : sorte de « peau » recouvrant les « membres », de membrum XIe siècle, « toute partie du corps ») désignait lenveloppe souple et mince entourant un organe quelconque. Une deuxième acception savante par analogie avec le grec Hymen désigne une mince couche de matière souple séparant deux milieux, plus ou moins poreuse et perméable. Le mot est employé avec un sens particulier dans différents domaines tantôt voisin, tantôt opposé à celui de paroi.
  6. 6. N3 SIMON VOUET, 1634 Enfants du BouthanAllégorie de la richesse,
  7. 7. N 3 : RichessesA la définition limitéetraditionnelle : La richesse estlabondance de biens ou derevenus, il faut inclure un senset une conception beaucoupplus large au mot richesses…richesses humaines, du cœur,réseau relationnel, culture,enfants, biens immatériels …
  8. 8. N 4
  9. 9. N 4 : Symbiose La symbiose est une association intime et durable entre organismes hétérospécifiques ( qui appartiennent à des espèces différentes), et parfois plus de deux. Les organismes sont qualifiés de symbiotes, ou, plus rarement symbiontes (par utilisation de la traduction de symbiote en Anglais) ; le plus gros peut être nommé hôte.
  10. 10. N 5
  11. 11. N 5 : Résilience La résilience écologique est la capacité dun écosystème, dun habitat, dune population ou dune espèce à retrouver un fonctionnement et un développement normal après avoir subi une perturbation importante (facteur écologique).On évoquera par exemple la résilience dun écosystème forestier pour décriresa capacité à se reconstituer suite à un incendie ; à partir de la banque degraines du sol, des propagules apportées par lair, leau ou des animaux ou àpartir de rejets, ou de la cicatrisation dindividus résistants au feu.
  12. 12. N 6 °7 N
  13. 13. N 6: Intuition Lintuition (du latin intuitio, désignant laction de voir une image dans une glace) désigne : un mode de connaissance, cest-à-dire une certaine faculté de lesprit, ou une proposition résultant dune telle faculté. Lintuition semble être un mode de connaissance immédiat, ne faisant pas appel à la raison.Une intuition nest pas « inférentielle » : elle nest jamais la conclusion dunraisonnement conscient.Elle prend la forme dun sentiment dévidence quant à la vérité ou la faussetédune proposition, quon ne peut pas toujours justifier.On parlera ainsi dintuition pour désigner une proposition proto-théoriqueconcernant un sujet quelconque.On aura par exemple lintuition que telle action est juste, sans savoir pourquoielle est juste.
  14. 14. N 7
  15. 15. N 7 : Organique La matière organique (MO) est la La part de la matière formée des est la matière organique (MO) part de vivants êtres la matière formée des êtres végétaux, animaux, ou micro- vivants végétaux, animaux, ou micro- organismes, formant ensemble la la organismes, formant ensembleLa matière organique (MO) estbiomasse, oulalamatière résultant de la part de la matière matière biomasse,décomposition. Elle se ou résultant de leurformée des êtres vivants végétaux, animaux,Elle matière – leurdistingue du reste deouse distingue décomposition. la micro-organismes, formant ensemblereste de -, à matière –titres : une -, à la biomasse, ou la du minérale la plusieurs minérale plusieursproportion dansse faible titres : Ellele lunivers ;; lematière résultant de leur décomposition. une faible proportion rôle central joué par carbonedistingue du reste de la matière – minérale -, à sein joué au dans lunivers ; le rôle central de par une évolution rapide au le carbone ; une évolution rapideplusieurs titres : une faible proportion dans dans lespar des les cycles notamment lunivers ; sein de cyclesoù elle passe dans écosystèmes notammentle rôle central joué par le carbone ; uneoù elle passe par des étapes de évolution écosystèmesdécomposition.rapide au sein de cycles notamment décomposition. étapes de dans lesécosystèmes où elle passe par des étapes dedécomposition.
  16. 16. N 8
  17. 17. N 8 : ImpermanenceAnitya (sanskrit ; pali :anicca), limpermanence, est, selon lebouddhisme, lune des troiscaractéristiques de toute chose.Selon GautamaBouddha, limpermanence savère lacause de la souffrance, dukkha, car cequi est impermanent nest passatisfaisant.Limpermanence est aussi promessede changement : le progrès sur la voiespirituelle nest possible que parceque comme toute chose, notre étatprésent non-éveillé est impermanent.
  18. 18. N 9
  19. 19. N 9 : réseau Létymologie du mot remonte au latin «retiolus » diminutif de retis qui signifie « filet ». Le terme proche de « reticulum » signifiant « petit filet» a donné le substantif réticule et les adjectifs réticulé et réticulaire, caractérisant les objets ayant une structure de filet, notamment les réseaux.En premier ressort, un réseau désigne concrètement « un ensemble delignes entrelacées » et au figuré « un ensemble de relations »Par extension, il désigne lensemble des composants et de leurs liensautorisant la circulation de contenu ou de flux :eau, air, huile, marchandises, informations, personnes, etc. Le Réseau peutêtre « matériel » (comme le réseau sanguin), « semi-matériel » (comme leréseau lymphatique), « immatériel » (comme le réseausocial), « abstrait, symbolique ou normalisé » (comme le Réseau Pert).
  20. 20. N 10
  21. 21. N 10 :: Complexité N°12 complexité• La complexité est une notion utilisée enLa complexité est une notion utiliséeen philosophie, épistémologie (par exemple par philosophie, épistémologie (parexemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en Anthony Wildenbiologie (par ou EdgarMorin), en physique, enexemple par (par exemple par Henri Atlan), en biologie Henri Atlan), en sociologie, en informatique ou en sciences desociologie, en informatique ou ensciences de l’information. La définition l’information. La définition connaît des nuancesconnaît des nuances importantesselon ces différents domaines.ces différents domaines. importantes selon•• Un système complexe est constitué dunrétroaction, sonUn système complexe est constitué dun grand nombre dentités eninteraction qui empêchent lobservateur de prévoir sa grand nombre dentités en interaction qui empêchentcomportement ou évolution par le calcul. lobservateur de prévoir sa rétroaction, son comportement ou évolution par le calcul.
  22. 22. N 11
  23. 23. N 11 : Reliance Le concept a été proposé à lorigine par Roger Clausse (en 1963) pour indiquer un "besoin psychosocial (dinformation) : de reliance par rapport à lisolement". Il fut repris et réélaboré à la fin des années 1970 par Marcel Bolle de Balà partir dune sociologie des médias. À la notion de connexions, la reliance va ajouter le sens, la finalité, linsertion dans un système.
  24. 24. N 12
  25. 25. N 12 : Interdépendance Etat de choses ou de personnes lorsquelles sont en interaction Etat de choses ou de personnes qui dépendent les unes des autres Concept bouddhiste pour parler du fait que toutes les choses sont en interactions et dépendent des autres pour exister.
  26. 26. N 13
  27. 27. N 13 : Bien commun Le bien commun désigne le bien-être ou le bonheur collectif (dune communauté) ou général (de ses membres) ; ou bien lensemble des choses qui sont supposées y contribuer : biens matériels, respect dautrui, justice sociale... Un bien commun, où bien est à prendre au sens concret, juridique ou économique, et commun au sens de collectif, est une instance pratique du bien commun en tant que principe. Pour ce second sens, voir bien public impur, bien public et Bien de club.
  28. 28. N°14
  29. 29. N 14 : ADN LADN est une macromolécule, polymère de nucléotides dont la structure et les propriétés chimiques lui permettent de remplir les fonctions suivantes : Sa fonction principale est de stocker linformation génétique, information qui détermine le développement et le fonctionnement dun organisme. Cette information est contenue dans lenchaînement non-aléatoire de nucléotides.Une autre fonction essentielle de lADN est la transmission de cette information degénération en génération. Cela permet lhérédité.Linformation portée par lADN peut se modifier au cours du temps. Cela aboutit àune diversité des individus et à une évolution possible des espèces. Cela est dû àdes mutations dues principalement à des erreurs lors de la réplication desséquences de lADN (ajout, délétion ou substitution de nucléotides), ou bien à desrecombinaisons génétiques.LADN est donc le support de linformation génétique mais aussi le support de sesvariations. En subissant les effets de la sélection naturelle, lADN permet lévolutionbiologique des espèces.Il est intéressant de faire le parallèle et la métaphore avec ce que peut être l’ADNd’un projet, d’une entreprise, d’une communauté…
  30. 30. N 15
  31. 31. N 15 : Métamorphose En biologie : la métamorphose est une période de la vie dun animal qui correspond au passage dune forme larvaire à une forme juvénile ou adulte.
  32. 32. N 16
  33. 33. N 16: Raison d’être Raison pour laquelle une personne ou un objet vit, ou existe.
  34. 34. N 17
  35. 35. N 17 :HoloptismeL’holoptisme est la vision qu’unindividu a du collectif en tant qu’entitéunifiée et cohérente.L’holoptisme est une propriété naturelledans les petits groupes : chaque acteurpeut pleinement décider de ses actions car il possède cette connaissance immédiate et sans cesse actualisée du tout. C’est ce qui lui procure une capacité d’action qui nerepose pas sur l’obéissance à une chaîne de commandement en aveugle, mais surune perception directe qui va alors déclencher des actions issues de la souverainetépersonnelle et construites avec le contexte extérieur. Une équipe de sport, un groupede jazz en sont des exemples connus. Leur potentiel tient autant à la qualité techniquedes joueurs que leur capacité à se représenter ce tout émergent du collectif.L’holoptisme n’a été possible qu’à petite échelle, et lorsque les acteurs sont enproximité sensorielle les uns des autres, en contexte d’intelligence collective originelle.Avec internet un holoptisme « augmenté » est de nouveau possible.
  36. 36. N 18
  37. 37. N 18 Lâcher Prise Lâcher-prise", cest prendre du recul, changer son regard sur les événements. Cette attitude provoque des changements, tout naturellement. "Lâcher-prise" nest pas "laisser- tomber", ni "laisser-faire". Cest, au contraire, accepter "ce qui est", et trouver des solutions pour "faire avec" autrement ! Du coup, le stress diminue, la confiance se développe, la motivation augmente, lefficacité saméliore et le sourire revient. "Lâcher-prise", cest optimiser son énergie et lutiliser au mieux pour lentreprise et les équipes.

×