Description de l'éco-quartier "Les Bricheres" à Auxerre

9 518 vues

Publié le

1 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Ce document appartient à Serge Renaudie Ville Paysage. Il est consultable et téléchargeable gratuitement sur notre site : serge-renaudie.com.
    La mention Serge Renaudie Ville Paysage est obligatoire.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 518
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
922
Actions
Partages
0
Téléchargements
779
Commentaires
1
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Description de l'éco-quartier "Les Bricheres" à Auxerre

  1. 1. Pour créer les conditions favorables à la réalisation d’un éco-quartier : • respecter le terrain naturel, les pentes, les caractéristiques géologiques et hydrologiques ; • conserver, restituer et renforcer de vastes espaces naturels et favoriser la diversification des ambiances floristiques et faunistiques ; AUXERRE • inscrire les espaces libres dans les coridors biologiques existants ; • favoriser l’emploi de matériaux naturels (pierres, bois) dans les aménagements ; • établir en continuité les espaces bâtis et les espaces naturels ; L’Éco-quartier des Brichères • restituer l’écoulement de la source existante dans le talweg pour recréer un ruisseau ; • récupérer toutes les eaux pluviales en aérien ; • créer un étang en partie basse ; • étendre et renforcer les chênaies ; • conserver et étendre les jardins familiaux et les compléter par des vergers (pommes, poires, Les caractéristiques du site des Brichères, ses pentes, la cerises) ; présence de l’eau, l’existence de massifs arborés et de jardins • implanter les voiries sur les tracés des sentiers existants ; familiaux ont nourri les principes d’aménagement pour l’installation d’un nouveau quartier à Auxerre. • adopter un habitat intermédiaire entre le collectif et l’individuel ; • favoriser les démarches Haute Qualité Environnementale dans l’habitat ; La récupération de toutes les eaux pluviales en fossés, la • adapter la gestion, la maintenance et l’entretien des espaces publics et naturels. réduction des terrassements au minimum, la restitution d’un ruisseau disparu et la création d’un étang, le renforcement des bois existants et des jardins complétés de vergers, la conservation d’un vaste espace libre traité en prairie au centre du quartier dans le talweg, etc… font de ce quartier un « ÉCO-QUARTIER ». Nous avons promu « l’esprit du cantonnier », qui ne disposait que de la pierre, de l’eau, du bois pour concevoir les aménagements même quand ceux-ci nécessitaient des calculs et des dessins précis. La végétation, l’eau et le terrain naturel constituent les éléments structurants de cette nouvelle implantation urbaine respectueuse de son environnement. Un nouveau paysage urbain est en cours.
  2. 2. AUXERRE LES BRICHERES : un Eco-quartier à l’ouest de la ville Sources INSEE
  3. 3. FICHE ANRU La convention ANRU a été signée le 4 février 2004. Elle porte sur le quartier des Brichères. LE PROGRAMME : Le quartier des Brichères est défini par la commune comme un "quartier entre ville et campagne". L'objectif est de réaliser une opération exemplaire par le choix et la qualité des constructions et des aménagements urbains et paysagers afin de donner naissance à un "éco-quartier". Ce quartier, bien que majoritairement pavillonnaire, est classé Saint-Siméon en ZUS. Cet « éco-quartier» accueillera de l'habitat « individuel superposé » organisé sous la forme d'un village, tout en réhabilitant certains éléments du patrimoine existant, en prenant appui sur les notions de développement durable et de Haute Qualité Environnementale. Les Rosoirs Le programme favorisera la prise en compte de l'environnement, en lien avec le potentiel naturel du site. Il proposera une nouvelle offre de logements : maisons individuelles en continuité avec l'existant et de l'individuel superposé. Sainte Geneviève EN CHIFFRES : Rive droite - Démolitions : 147 logements (3 tours) - Constructions : 300 logements dont 200 en locatif social Les Brichères - réhabilitation et résidentialisations : 140 logements (2 barres) Des aménagements d'espaces verts, la création d'une maison de quartier, le développement économique… Coût total du programme : 45 585 k€ Participation ANRU : 11 750 k€ Secteurs O.R.U.
  4. 4. Contexte topographique Un talweg Nord-Sud, surplombé par des bassins versants constitue la principale caractéristique physique de ce territoire. Un talus Est-Ouest, vestige de l’ancienne voie ferrée, ainsi qu’un plateau complète la topographie de ce quartier Le Talweg Le plateau 1 2 2 bassins versants Le talus de l’ancienne voie ferrée
  5. 5. Contexte paysagé Ce secteur, en lisière de la ville, est caractérisé par la Le Talweg présence de nombreux jardins, privés et familiaux. Des traces de chênaies et un talus arboré provenant d’une ancienne voie ferrée complètent ce paysage. L’eau est très présente à travers des fossés et de nombreux puits. Vers le Centre Ville Chênaie nord Le plateau Les jardins maraîchers Chênaie sud Le talus de l’ancienne voie ferrée Chênaie sud Les jardins maraîchers Chênaie nord
  6. 6. Contexte bâti Centre commercial Église Un quartier périurbain essentiellement composé de maisons individuelles. Le logement social est présent grâce à 3 tours et 2 barres en bordure du plateau, complétées par 4 petites barres. Un centre commercial s’est installé à la jonction entre les Brichères et la commune limitrophe Saint- Georges – sur - Bauché. Un lycée, une maison de quartier excentrée et une église constituent les équipements collectifs du quartier. Lycée J.J. Fourier Maison de quartier
  7. 7. Démolitions et réhabilitations La démolition des 3 tours entraîne la disparition de 147 logements. La réhabilitation des 2 barres concerne 140 logements. Les travaux concerne la réfection des peintures de façade, la restructuration des halls, la réorganisation du stationnement et la réalisation de jardins privatifs pour les logements situés en rez de chaussée.
  8. 8. L’espace libre unificateur Le projet urbain est composé autour d’un vaste espace libre, central et structurant. Cet espace, autour du talweg, articule les espaces paysagers déjà présents : les jardins familiaux, le talus arboré de l’ancienne voie ferrée, les chênaies existantes. Le centre du nouveau quartier sera donc constitué de cet espace paysagé. Ce « vide » se construira progressivement en fonction des usages et des relations que les habitants y cultiveront en occupant des espaces différenciés, où le végétal, l’aquatique et le minéral évolueront dans le temps, de saisons en saisons. Secteur constructible
  9. 9. Des sentiers aux voiries Partant du principe qu’il vaut mieux conserver des tracés anciens dont les courbes et les pentes possèdent une histoire liée aux particularités d’un terrain pentu et très irrigué, les voiries de ce nouveau quartier sont réalisées dans la continuité de celles déjà existantes et sur les sentiers agricoles. Les voiries du futur quartier s’inscrivent dans un développement plus vaste rejoignant la commune de Saint-George en utilisant le maillage des sentiers agricoles existants. En regardant l’évolution du pavillonnaire de la commune limitrophe, le développement urbain est prévisible. Ce maillage permet d’anticiper et de rattacher de futures extensions urbaines non seulement par les voiries mais surtout par le carcatère environnemental du nouveau quartier.
  10. 10. La présence de l’eau La présence de l’eau est une des caractéristiques principales du secteur par les fossés, les puits et l’existence d’une ancienne source . Le ruisseau Il existait, en amont des Brichères, une source nommée Sainte- Geneviève, captée par un monastère. Cette source alimenta longtemps, par canalisation, la ville d’Auxerre en eau potable. La construction de 4 petites barres de logements provoqua la démolition de cette canalisation et la source s’épandit sur toutes les pentes entre les couches d’argile. Par drainage, l’eau de cette source sera captée pour reconstituer le ruisseau qui occupait vraisemblablement le talweg. Ce ruisseau alimentera un grand étang puis repartira vers le terrain en contrebas du talus de l’ancienne voie ferrée qui sera traité en « parc humide » ultérieurement. Prairie Les eaux pluviales humide Il faut tenir compte non seulement des eaux pluviales des sur(faces imperméabilisées mais également des eaux de ruissellement d’un terrain très argileux en surface. Toutes les récupérations des eaux pluviales des toitures, des Étang voiries et de tous les espaces imperméabilisés sont réalisées par des noues. La rétention des eaux pluviales de chaque opération est réalisée en aérien grâce à des surfaces végétalisées. Le débit de rejet à la sortie de l’étang n’excède pas 10l/s par hectare. Zone de rétention traitée en « parc humide »
  11. 11. Les eaux pluviales des surfaces imperméabilisées et des eaux de ruissellement sont récupérées par des noues convergeant vers l’étang. Le ruisseau rejoint également l’étang. Après l’étang, les eaux sont dirigées vers trois bassins successifs réalisés grâce à un “plissement” du terrain dit des “Cassoirs”. Le trajet de l’eau est toujours visible et valorisé. Ce sont les accès aux parcelles constructibles qui “sautent” au-dessus des noues par de petits ponts pour bien signifier l’importance de l’eau. Avant de rejoindre l’etang, ces eaux sont aussi utilisées pour irriguer les plantations. Elles souvent retenues par des digues comme le long du ruisseau, des aplats inondables le long de la noue est de la Prairie ou des enfoncements du terrain comme sur le plateau pour irriguer une allée de saules pleureurs. Les noues sont traitées le plus simplement possible avec un fond empierré et sans cunette béton.
  12. 12. Les noues
  13. 13. Un paysage public programmé Le grand espace libre autour du talweg est décomposé d’une succession d’espaces publics différenciés : prairie, bois, vergers, étang, jardins… qui orientent les usages et génère un paysage public. Ce dispositif important d’espaces libres tient compte des secteurs qui seront urbanisables dans les décennies futures entre Saint Georges et Auxerre. BOIS Ruisseau Secteur constructible Secteur d’urbanisation futur Terrain de football Jeux d’enfants Barbecues Maison de quartier PRAIRIE Terrain de Basket VERGERS Secteur constructible RE S S VER G ER ID PLACE PUBLIQUE ICHERS EN S MARA JARDIN TIA ETANG LI S S VER G ER AT IO FORET N Secteur constructible DE E NA M O PR Jardins familiaux et vergers Parc humide
  14. 14. Un paysage thématisé Le Bois du Nord Les Jardins du Cœur Les Vergers La Prairie Le Plateau de jeu La Cerisaie Le Ruisseau La Place centrale L’Étang Le Long des barres La Forêt du Sud Le Talus arboré de l’ancienne voie ferrée
  15. 15. Auxerre Les Brichères : Un éco-quartier autour d’un vide La chênaie nord Terrain : 6 200 m² La Prairie Terrain : 11 900 m² Les plateaux Terrain : 13 700 m² Les jardins du Coeur Terrain : 26 200 m² Voirie – Espace minéral 41 900 m² Espace végétal La chênaie sud La Place L'étang 73 250 m² Terrain : 8 900 m² Terrain : 1 050 m² Terrain : 5 300 m²
  16. 16. Auxerre Les Brichères : Un éco-quartier autour d’un vide 20 logemnts Terrain : 4 200 m² 26 logements Terrain : 5 600 m² 24 logements Terrain : 3 100 m² 14 logements Terrain : 5 300 m² 30 logements 80 logements Terrain : 9 700 m² réhabilités Voirie – Espace minéral 50 logements 15-20 logements 41 900 m² Terrain : 6 500 m² Terrain : 2 260 m² 60 logements réhabilités Espace végétal 42 logements 50 logements Terrain : 12 200 m² Terrain : 8 300 m² 73 250 m² Terrains constructibles 28 logements 15 logements Terrain : 11 600 m² Terrain : 3400 m² 72 150 m²
  17. 17. Programmation Le projet définit une première zone constructible permettant l’implantation d’un habitat collectif et individuel. 3 2b E1 4 200 Logements locatif social 2a E2 27 Logements accession sociale 44 Logements locatif libre 6 1b 48 Logements accession libre Rb 319 Total logements construits 1a 140 Logements HLM réhabilités 7 147 Logements démolis Ra 5a 5c 5b Construction Phase 1 Réhabilitation Construction Phase 2
  18. 18. Evolutions de l’éco-quartier des Brichères Etat avant travaux Réalisations en cours Réalisation des Jardins Familiaux Le projet des Brichères est conçu pour s’intégrer dans un ensemble plus vaste qui puisse se relier avec le développement pavillonnaire de la commune limitrophe : Saint Georges. L’évolution urbaine s’organisera dans une ossature paysagère et botanique, un mode de gestion des eaux et une trame viaire qui se déploît naturellement à partir du respect de l’existant et de son enrichissement. Aménagement des Cassoirs : Extensions futures : constitution d’un bocage et de zones forestières dans la cohérence des trames paysagères, hydrauliques et viaires.
  19. 19. Le 30 juin 2007, les 3 tours disparaissent….
  20. 20. Architecte Lucien Kroll 50 logements Surface du terrain : 6 500 m² 50 logements Surface du terrain : 8 300 m²
  21. 21. Architecte Ignace Grifo 50 logements Surface du terrain : 8 700 m²
  22. 22. Architecte Gilles Pessard 20 logements Surface du terrain : 4 200 m² 42 logements Surface du terrain : 12 200 m²
  23. 23. Un éco-quartier dans un paysage naturel valorisé 24
  24. 24. Diversifier les usages et les ambiances dans un paysage réunifié La Prairie Le Bois du Nord Le Plateau de jeux Le Ruisseau Les Jardins du cœur La Cerisaie Les Vergers anciens Le Long des Barres La Forêt du Sud La Place du Vide Le Talus ferré L’Étang
  25. 25. L’ Étang L’étang, alimenté par le ruisseau et les noues recueillant les eaux pluviales est modelé et stabilisé par des rochers. La berge sud est longée par un ponton en bois. Coupe transversale sur l’étang
  26. 26. L’ Étang B’ B A’ A Coupe AA’’ sur la place attenante à l’étang Coupe BB’ sur le ponton
  27. 27. Les arbres de l’étang Les arbres de l’étang constituent un ensemble qui associe des feuillages de couleurs différentes en privilégiant les feuillages rouges en automne pour établir une continuité avec l’alignement des Amélanchiers prévus le long du ruisseau. 5 types d’arbres : • Quercus • Alnus glutosa imperialis • Salix exigua • Parossia persica • Eleagnus angustifolia Les Nyssa sylvatica sont des arbres à fort développement pyramidal dont le feuillage devient fortement rouge en automne. Les Aulnes (alnus glutinosa imperialis) sont des arbres de bord d’eau qui poussent rapidement. Utilisés en cépées ils apporteront rapidement un feuillage léger que compléteront à proximité des saules (salix exigua) dont les feuilles ressemblent à celles des bambous. Le long du ponton en bois, faisant ainsi barrière à la voirie, une haie dense de Parossia persica et d’oliviers de Bohème bordera le sud de l’étang. Cette haie dressera un fond de scène colorée de rouge en automne par le Printemps Hiver Été Automne feuillage des Parossia persica que les oliviers de bohèmes ponctueront et Quercus palustris et Quercus rubra éclaireront de leurs feuilles presque Alnus glutinosa imperialis blanches. Été Hiver Été Automne Printemps Été Salix exigua Parrotia persica Eleagnus angustifolia
  28. 28. Les plantes de l’étang Les plantes de l’étang sont disposées selon 5 strates en fonction de leur adaptation à l’humidité : d’une zone aquatique, à des zones de marnages et de berges plus sèches. Des masses rondes de houx (ilex crenata) s’insèrent entre les rochers qui structurent la pente. Les feuilles légères des fougères s’immiscent entre les saules aux feuilles de bambous. Sur la rive sud, juste devant la haie en fond de scène, les feuilles larges des Darneras font échos aux nymphéas. Différentes strates végétales s’étagent par rapport à l’eau Osmunda regalis Darmera peltata Eupatorium cannabinum Menta aquatica Carex riparia Liguria tangutica Ilex crenata Nymphéa alba myosotis scorpioides Caltha palustris Ranunculus flammula
  29. 29. 15 janvier 2003 C’est en regardant ce terrain de pétanque installé par ce particulier que l’idée de créer un étang s’est imposée : à chaque pluie, il était inondé étant implanté au point le plus bas !
  30. 30. Dès que l’étang fut creusé, l’eau s’y installa tranquillement. Le ciel l’illumina et les maisons de Lucien Kroll s’y mirèrent tout naturellement. Le vide tourbillonnant des pentes de l’est et du nord tournait sur lui-même sur ce miroir. Pour lui permettre de s’arracher de cette plaque scintillante, de gros massifs ont construit des montagnes et des falaises. Le vide s’y installe, s’y repose puis repart. Chaque pierre fut posée en fonction des autres, en fonction des points cardinaux, en fonction d’un principe essentiel : ne pas capter l’énergie du vide, juste la ménager.
  31. 31. Peu à peu, les pierres s’installèrent. Le vide prit place aussi. Les pontons commencèrent à être construits.
  32. 32. Les arbres ont été plantés : chênes des marais (Quercus palustris) à l’est et à l’ouest, aulnes (Alnus glutinosa laciniata et glutinosa imperialis en cépées), saules (Salix exigua en cépées) aux longues feuilles fines et agiles, bleues argentées. Des houx (Ilex crenata) qui poussent en boule s’insèrent entre les rochers. Entre la route et le chemin en bois, une haie haute et dense sera plantées. Dans cette haie et pour l’animer, des Oliviers de Bohème (Eleagnus angustifolia) aux petites feuilles apporteront une couleur grise, prseque blanche et des arbres de fer ( Parrotia persica) aux feuilles rouges en automne s’emflammeront pour répondre aux feuillages automnales rouges des chênes des marais. Puis furent plantées les fougères (Osmanta régulis), les carex, les Eupatorium aux fleurs en lourdes ombrelles rouges et au bord de l’eau des Darnera aux grandes feuilles. Il faudra attendre le printemps pour voir tout cela surgir, se mêler, déborder, se mesurer.
  33. 33. Les pontons en bois (chêne) accueillent déjà différents occupants : mères s’installant à l’ombre, amoureux, gamins espiègles…. Les canards restent impassibles au milieu de l’eau. Une haie prévue pour être assez haute et dense poussera bientôt entre le chemin en bois et la rue et protégera la tranquillité de l’étang du passage automobile tout en apportant un rideau vert aux feuillages nuancés.
  34. 34. Aujourd’hui, tranquillement l’étang s’installe. On dit que Monet passera au printemps prochain….
  35. 35. La Prairie Montant vers le nord la prairie s’étage dans la pente naturelle du talweg. Elle est bordée à l’ouest par la rivière et une large circulation piétonne et à l’est par une noue recevant les eaux pluviales des opérations situées en amont. Des chemins composés de pierres plates la traversent d’est en ouest. Des couvres-sols colonisent les abords de la noue empierrée à l’est. Dans la partie nord de la prairie un terrain de football en herbe est aménagé avec des barbecues en briques disposés à proximité de bosquets de Quercus rubra. Ces arbres aux feuillages très rouges en automne répondent aux feuillages d’un même rouge éclatant de la ligne d’Amélanchier située à l’ouest et aux autres arbres de même essences situés autour de l’Étang. Détails du chemin de pierre en plan et coupe
  36. 36. La Prairie La piste cyclable longe la rivière du Nord au Sud. Le long de la prairie, elle est accompagnée de massifs composés d’Amélanchiers taillés en cépées qui constitueront une ligne blanche au printemps grâce à la forte floraison de ces arbustes qui tournera en un rouge éclatant en automne. Été Automne Quercus rubra Printemps Été Automne Prairie fleurie Couvre sols Arabis caucasica Chamaemelum nobile Glechoma hederacea Phuopsis stylosa Phlox subulata
  37. 37. 15 janvier 2003 25 novembre 2005, les premiers travaux de terrassement des premières maisons commencent.
  38. 38. 5 mai 2008 Peu à peu la prairie prend forme, la rivière s’installe également. Les digues sont réalisées et stockent déjà les moindres pluies. Au nord, quelles roches s’alignent pour marquer à la fois le nord et le sud et pour installer dans la différence de niveaux quelques sièges naturels aux abords du terrain de foot. Les deux barbecues sont en cours de construction…. Ils prennent place en aval du bosquet de chênes (Quercus Rubra). 30 juillet 2008
  39. 39. Tous les ouvrages de raccordement, comme les bordures, sont réalisés en granit. Les murs de soutainement ou d’insertion des grilles des arrivées d’eau sont réalisés en pierres calcaires de Bourgogne. La prairie, comme l’étang, sont totalement bordées par de grosse bordures de granit comme si elles venaient à quai de la ville. Cette disposition permet d’affirmer clairement où commence un autre domaine : celui de la prairie et celui de l’étang. Mais cela permet également de gérer proprement le tassement des terres. Plusieurs chemins traversent la prairie jusqu’à passer sur les digues du ruisseau. Ils sont réalisés en “pas japonais” avec des “croutes” de calcaire dur.
  40. 40. Le Ruisseau Le ruisseau est composé de différentes séquences. Au nord, il serpente entre les chênes dans une ambiance de sous bois.
  41. 41. Le Ruisseau En seconde partie, au sud, le ruisseau vient border la prairie. Il est entouré d’un champs de graminées hydrophiles. Des passages piétonniers en pierre le traverse en créant des surfaces de retenue où le ruisseau s’élargit. Principe de rétention d’eau A sec En eau
  42. 42. Le Ruisseau : végétation La piste cyclable longe le ruisseau du nord au sud. Le long de la prairie, il est accompagné de massifs composés d’Amélanchiers taillés en cépées qui constitueront une ligne blanche au printemps grâce à la forte floraison de ces arbustes et une ligne flamboyante grâce rouge éclatant des feuilles en l’automne. Coupe transversale du ruisseau dans la prairie Printemps Été Automne Hiver Amelanchier canadensis Végétation aquatique le long du cours d’eau Typha angustifolia Butomus umbellatus Carex pendula Iris pseudacorus
  43. 43. 30 juillet 2008 La rivière s’installe également. Les digues sont réalisées et stockent déjà les moindres pluies. Les plantes en place sont de 3 sortes : -En nappe : Carex, Typha, Butomus, Phragmites -- en îles : grandes vivaces -- en masse : Petasites japonicus. -Des arbres remontent la berge est du ruisseau, ils 11 octobre 2008 sont plantés en “touffes denses” : -- Frènes (Fraxinus Excelsior ‘jaspidea’) à la toison d’or l’automne -- Aulnes (Alnus glutinosa). Alnus glutinosa Fraxinus Excelsior ‘jaspidea’
  44. 44. Cephalaria gigantea PLANTATION EN NAPPE Butomus umbellatus PLANTATION EN ILES Carex pendula Cimicifuga racemoca Ligularia przewalskii phragmite variegatus Typha angustifolia lysimachia ephemerum PLANTATION EN MASSE Filipendula ulmaria 'Plena' phlomis tuberosa Petasites japonicus lythrum salicaria
  45. 45. La place centrale La placette centrale niche au “centre” du quartier, en aval de la prairie au nord, des Jardins du Coeur à l’ouest, des maisons à l’est et de l’étang juste en dessous. Elle est réalisée en dalles de Massangis, célébre calcaire de Bourgogne et bordée de granit. Trois gros chênes de Bourgogne (Quercus cerris) viendront l’occuper bientôt. En automne, le feuillage de ces chênes, apportera une touche brun jaune intermédiaire entre les rouges des feuilles des chênes des marais (Quercus palustris) de l’étang et les chânes rouges (Quercus Rubra) qui complèteront les chênaies du nord et de l’ouest peuplées de chênes sessiles (Quesrcus petraea) aux feuilles fauves et jaunes. Quercus cerris
  46. 46. Le 13 octobre 2008 a eu lieu une “Visite des Brichères” pour expliquer aux habitants et aux promeneurs l’évolution du chantier. Vers 18 h 00, une petite fête s’installait sur la place, comme au coeur d’un nouveau paysage juste frémissant.
  47. 47. La Chênaie du nord Le bois est constitué d’une chênaie de belle qualité de Quercus petraea qui sera protégée et renforcée. Les opérations de logements limitrophes sont bordées de haies composées d’arbustes de même milieu: houx, noisetier, aubépine… Entre les arbres un sentier piéton et une piste cyclable ondulent. La rivière s’y fraye également un chemin. Été Automne Hiver Ilex aquifolium Printemps Été Automne Hiver Coryllus avellana Quercus petraea Printemps Été Automne Hiver
  48. 48. La Chênaie de l’ouest La chênaie est protégée et renforcée par des chênes et des hêtres. Printemps Été Automne Hiver Fagus sylvatica Printemps Été Automne Hiver Carpinus betulus
  49. 49. LeUne nouvelle zone humide chantier : la A cause du passage des engins de chantier et des mouvements de terre, une zone humide est apparue durant le chantier en aval de la ch^énaie ouest. Elle a été occupée immédiatement par les cols verts et 2 poules d’eau avec leurs poussins. Une végétation spécifique à cette terre tassée et humide s’est mise en place. Le projet a été modifié pour conservé ce milieu spontané et permettre de l’accompager. Grandes hélophytes Végétation amphibie à émersion estivale
  50. 50. Les Jardins du cœur Les Jardins familiaux sont déplacés au sud de l’ancienne voie ferrée où ils disposent de plus d’espaces. Leur ancienne localisation est conservée et occupée par les Jardins du Cœur (resto du Cœur) qui pratiquent une culture écologique. Ces Jardins sont traversés au centre pas un passage public piétonnier. Le périmètre est bordé de murs en pierres (hauteur 1,80 m, longueur 4,80 m, épaisseur 45 cm) contre lesquels des arbres fruitiers en espaliers sont dressés.
  51. 51. 15 janvier 2003 11 octobre 2008
  52. 52. Les Vergers anciens Les Jardins du Cœurs sont bordés de vergers où se mêlent pommiers et poiriers de variétés anciennes. Malus Printemps Été Automne Hiver Pyrus Printemps Été Automne Hiver
  53. 53. La Cerisaie Sur les contre-forts du plateau, des cerisiers sont plantés en ligne et s’étagent en soulignant des terrasses de plantations. La "Cerise de l'Yonne" Présente partout où il y a des vignes (en raison du terrain calcaire qui lui confère sa qualité gustative), la culture de la cerise a largement pris le relais de celle du raisin à la fin du XIXe siècle, après la mise en service de la voie ferrée Auxerre- Cravant (1870), et surtout après la grande crise phylloxérique de 1885-1897. La cerisaie devint alors un complément de ressources indispensable à la survie des vignerons (alors que Coulanges aura perdu le tiers de ses habitants en 5 ans), et les pieds de vigne arrachés laissèrent place à de nouvelles plantations de cerisiers : Cerise anglaise, Cœur rose, Cœur noir font à l’époque la renommée de la région. Vers 1900 apparaît le bigarreau Marmotte, gros et brillant, à chair ferme et sucrée. L’économie du canton aura toujours été tournée vers Paris : d’abord par la rivière, puis la voie ferrée ; après la Seconde Guerre Mondiale l’essor des transports routiers a relancé massivement les plantations, et notamment de Burlat. Toutes ces qualités remarquables (Marmotte, Burlat…) sont commercialisées sous le nom de “ Cerises de l’Yonne ”, et que ce soit sur le territoire des communes de Jussy, Coulanges-la- Vineuse ou Gy L’Evêque, Val de Mercy, Migé ou encore Escolives, Prunus Printemps Été Automne Hiver
  54. 54. Le Talus de l’ancienne voie ferrée Sur l’ancien talus de la voie ferrée, court une promenade haute avec une passerelle traversant la chaussée.
  55. 55. Le Plateau des jeux Ce secteur, en abords de la maison de quartier, accueille des jeux pour les enfants, un terrain de pétanque et un terrain de basket. MAISON DE QUARTIER
  56. 56. Le Plateau des jeux Les arbres existants, saules et platanes, sont protégés et confortés. Le terrain descend vers une « ronde » de saules pleureurs. Les platanes sont densifiés dans un mail pour obtenir une masse arborée bordant la Maison de quartier. Printemps Été Automne Hiver Salix babylonica Printemps Été Hiver Platanus vulgaris
  57. 57. Le Long des barres De même que sur le plateau, les essences existantes sont confortés. Les platanes redessinent des cercles où se regroupent des jeux pour enfants. Les bouleaux sont densifiés par groupes autant sur les pelouses que sur le stabilisé. Des blocs de granit disposés Printemps Été Automne de manière aléatoire serviront de bancs. Platanus vulgaris Banc e n granit Printemps Été Automne Hiver Betula pendula
  58. 58. Arbres d’alignements Le Zelkova serrata possède un port dressé qui lui donne une stature érigée, s’adaptant bien à l’alignement en milieu urbain. Un alignement de Catalpa borde la franche est de la prairie. Catalpa Printemps Été Hiver Zelkova serrata
  59. 59. Entretien et maintenance des espaces verts L’entretien du végétal sera réalisé sur la base d’une gestion différenciée en fon,ction des espaces et des types d’usage et de fréquentation. La gestion sera donc évolutive et réactive. Un suivi très précis sera fait de l’évolution plantations réalisées et des plantations spontanées en fonction des essences et des actions menées. Il ne sera plus appliqué de produit phytosanitaire pour la régulation des herbes ni de désherbant total, ni sélectif arbres ou arbustes ni sélectif gazon. L'ensemble des interventions se fait sans exportation de déchet vert. En contrepartie, le développement de l'herbe est simplement régulé sur les circulations. Dans les gazons, le développement des dicotylédones est soit toléré, soit limité par retrait manuel lors des tontes. L'entretien des gazons est programmée en poussant à son maximum le principe de la gestion différenciée, mais sans arrosage et avec une fertilisation agréée en AB. Dans les plantations arbustives, l'herbe est limitée dans son développement : - par des plantations denses, - par des interventions manuelles, - par des paillages issus du site et non importés. Régulation des ravageurs : pas d'intervention sauf en cas de péril pour la plante, auquel cas, l'intervention se fait sans pesticide. Des dispositifs de piégeages sexuels sont mis en œuvre en préventif pour limiter les attaques de processionnaires du pin et de mineuse du marronnier. L'utilisation de bacilles est limitée car jugée non sélective. En complément au dispositif zéro pesticide apparaît un nouveau concept : le zéro CO². Tout doit tendre à limiter la production de gaz à effet de serre sur le site. Les tondeuses sont toutes équipées de plateaux de coupe permettant le recyclage des déchets de tonte, ceci afin d'éviter l'exportation de déchets verts et donc de matière organique. Des recherches sont en cours pour trouver des machines à moteurs électriques. En attendant, tous les moteurs diesel sont équipés de F.A.P. Les engins de transports du personnel sont équipés de moteurs électriques (Gator John Deere). Les tailles d'arbres et d'arbustes sont broyées et recyclées in situ, toujours pour limiter le transport de déchets verts. Les feuilles sont regroupées sur les pelouses et broyées sur site, pour limiter leur exportation, sans que soient constatés de problèmes d'acidification ou de développements de mousses. L'équipement public de proximité du quartier des Brichères développera à partir de septembre un programme de sensibilisation des jeunes et des adultes aux problèmes de l'environnement et de la gestion des espaces naturels et sensibles avec application et mise en œuvre sur l'éco-quartier et sur les jardins familiaux.

×