Immigration

187 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
187
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Immigration

  1. 1. Réaliser par : sous la direction de Mr.Lahcen elhakkaoui 090/210 mbarek akkadar
  2. 2. Définition :Limmigration, désigne aujourdhui lentrée, dans un pays,de personnes étrangéres qui y viennent pour y séjourner ou syinstaller. Le mot immigration vient du latin migratio qui signifie« passage dun lieu à lautre ». Elle correspond, vue du côté dupays de départ, à l‘émigration
  3. 3.  Histoire :Avant lapparition des moyens de locomotion mécaniquesmodernes (train, voiture, avion, etc.) les migrations furentessentiellement régionales, les registres paroissiaux en Francedémontrent que les origines des immigrés de chaque village nedépassèrent guère un rayon de quinze kilomètres. Le mode de viesédentaire impose généralement un espace de vie dun rayonde 7 km : jusquau début du XIXe siècle pour une grande partiede la population, ayant pour seul mode de transport la marche, lavie se déroulait entièrement dans cet espace. Les échanges deproduits se font alors de proche en proche, 90 % des produitsdisponibles sont produits dans un rayon de 7 km. Cetteproximité est également à la base des premiers découpagespolitiques en France. À la fin du XVIIIe siècle, le découpage duterritoire français en communes se fait sur la base de la distanceparcourue à pied en une journée. À lépoque, on parlait mêmedimmigré quand une personne venait du village voisin le plusproche, les mariages inter-villages étant alors mal vus.
  4. 4. Raisons :Pour le migrant, limmigration peut avoir une ou plusieurs raisons : Professionnelle (mission de longue durée à létranger) et études ;santé Politique (réfugié politique fuyant les persécutions) ; Sécuritaire, notamment en cas de guerre dans le pays dorigine ; Économique (habitant de pays pauvres cherchant un meilleurniveau de vie dans les pays riches, éventuellementtemporairement) Personnelle (volonté de sinstaller dans un pays par goût, parexemple si lon se reconnaît dans ses valeurs) ; Familiale (rejoindre le conjoint, lenfant déjà installé). Fiscale (linstallation dans un pays offrant un niveau dimpositionmoins élevé)
  5. 5.  Données générales :Daprès le rapport du Secrétaire Général de lOrganisation des Nationsunies (ONU) sur les migrations internationales et le développement,remis en 2006, le monde compterait près de 200 millions de migrants.Un tiers environ se sont rendus dun pays en développement vers unautre et un autre tiers dun pays en développement vers un paysdéveloppé. Chaque pays adopte ses propres normes pour identifier lesimmigrés et les compter. Ceci affecte directement la quantité et laproportion dimmigrés.Si la plupart des pays européens sont aujourdhui des terresdimmigration, la situation est très différente dun pays à un autre. Dansles pays dEurope du Sud, limmigration, plus récente, concerne surtoutlagriculture, le bâtiment et les services alors quelle est plus diversifiéedans les pays d’Europe du Nord, où le regroupement familial favorisepar ailleurs la constitution de communautés.
  6. 6.  Espagne :Longtemps pays démigration vers lEurope etlAmérique latine, lEspagne est devenue une terredaccueil dans les années 1980. Il y avait officiellement100 000 immigrés en 2005. Les principaux paysdorigine des immigrants sont le Maroc, lÉquateur etlaRoumanie. En 2010, la proportion dimmigrés étaitde 14 %.LEspagne est un lieu de destination de transit pour lesimmigrés clandestins en provenance dAfrique. Elledoit faire face à une arrivée massive de clandestinsafricains sur les îles Canaries. Au cours des cinqpremiers mois de 2006, plus de 7500 immigrésclandestins ont débarqué sur les côtes de cet archipelespagnol.
  7. 7.  France: Selon lINED, près de 14 millions de Français avaient en 1999 un parentou un grand-parent immigré, soit 23 % de la population.GérardNoiriel estime en 2002 cette proportion à environ 33 % si lon remontejusquaux arrière-grands parents. En 2010, la France accueille, selon la définition internationale desNations Unies (« personne née dans un autre pays que celui où elleréside »), 7,2 millions d’immigrés soit 11,1 % de la population dont 5,1millions (7,8 %) nés hors de lUnion européenne. Elle se classe ausixième rang mondial, derrière les États-Unis (42,8 millions),la Russie (12,3), lAllemagne (9,8), lArabie saoudite (7,3),le Canada(7,2) mais elle devance en revanche le Royaume-Uni (7,0),lEspagne (6,4) et lItalie (4,8). La France est également lun des pays delUnion européenne qui compte proportionnellement le plus depersonnes issues de limmigration (1re et 2e générations) parmi lespersonnes âgées de 25 à 54 ans avec 13,1 % dimmigrés et 13,5 %denfants dau moins un immigré, soit un total de 26,6 %, devantnotamment le Royaume-Uni (24,4 %), les Pays-bas (23,5 %), laBelgique (22,9 %), lAllemagne (21,9 %) et lEspagne (20,2 %).
  8. 8.  Italie : Pays démigration jusquaux années 1960, lItalie est devenue progressivement une terredimmigration. Depuis les années 1990, lItalie a ainsi accueilli de nombreux réfugiés enprovenance de lex-Yougoslavie, ainsi que de Somalie. Le nombre officiel dimmigrés étaitde 3 millions fin 200511. LItalie fait aussi face à des vagues dimmigration clandestine, enparticulier par voie de mer : Albanais sur la côte des Pouilles, Africains sur lîlede Lampedusa au sud du pays. Le gouvernement Berlusconi (2001-2006) a mis en placedes vols charters vers les pays dorigine et a tenté de lutter contre larrivée dimmigrésclandestins par bateau. En 2005, 207 bateaux ont été arraisonnés par les autoritésitaliennes à proximité du littoral, sur un total estimé de 22 000 immigrés clandestins26.Par ailleurs, le gouvernement a régularisé 690 000 clandestins en 2003. En 2002, la loi Bossi-Fini a mis en place un système de quotas qui déterminent chaqueannée le nombre dimmigrés que lItalie peut accueillir en fonction des besoins dumarché du travail et de ses capacités dintégration économique. La loi a aussi instauré unfichier dempreintes génétiques pour les demandeurs de visas. En 2006, 170 000 immigréspourraient ainsi entrer légalement en Italie27. Le gouvernement de Romano Prodi, entréen fonction au printemps 2006, a annoncé sa volonté de revenir sur la plupart desdispositions de la loi Fini-Bossi et de faciliter lobtention de la citoyenneté italienne. Il nyest pas parvenu et après les élections du 13 et 14 avril 2008, le quatrième gouvernementBerlusconi est entré en fonction le 9 mai 2008. Ce gouvernement considère lintroductiondu crime dimmigration clandestine et dautres mesures facilitant les expulsions desimmigrés irréguliers.
  9. 9. merci

×