Histoires Religieuses         Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.   Histoires Religieuses     ...
Histoires Religieuses                                            Table des MatièresEPISODE 1 -----------------------------...
Histoires ReligieusesEPISODE 17-------------------------------------------------------------------------------------------...
Histoires Religieuses                                             EPISODE 1                                   Hashem Ibn A...
Histoires Religieusesargent et de celui des riches et cette générosité s’appelait la “Rifâda”. C’était à lui querevenait é...
Histoires Religieusespavillon de guerre de Quraïche ne sera prise qu’entre tes mains. Personne ne boira à laMecque que de ...
Histoires Religieuseschameaux. Ensuite, il a demandé aux cuisiniers de préparer la nourriture et les Mecquoisfurent rassas...
Histoires Religieusesquand il se trouvait à Gaza en Syrie. Il appela quelques amis et leur demanda de remettreson héritage...
Histoires Religieuses                                                 EPISODE 2                   Abd El-Mouttaleb le gran...
Histoires Religieuses-« Si tu voyais ton neveu Chaïba chez nous. Il est beau, respectable et noble. Je l’ai vuquand il con...
Histoires ReligieusesLes gens regardaient Chaïba qui ressemblait beaucoup à son père et dirent :-« C’est son fils, son fil...
Histoires ReligieusesAbraha Al-Ashram était un Ethiopien. Il avait tué le roi du Yémen et s’était emparé de sonroyaume. Il...
Histoires Religieuses                                       EPISODE 3                                  Abdullah et Amena  ...
Histoires ReligieusesIls partirent vers la dame devant laquelle Abd El-Mouttaleb raconta son histoire et loua sonfils.Elle...
Histoires Religieuseschameaux. Voyant qu’elle ne lui parlait pas et qu’elle ne répétait pas sa proposition demariage, il l...
Histoires ReligieusesMais Allah, que Son nom soit loué et exalté, entourait l’enfant de Sa miséricorde, leprotégeait soign...
Histoires Religieuses                                                 EPISODE 4                                     La nai...
Histoires Religieusesremarquablement beau et d’une belle allure les arrêtait. Abd El-Mouttaleb leva sa mainessayant de ten...
Histoires Religieuses                                               5Les juifs vivaient à Yathreb (Médine) avec les Arab...
Histoires Religieuseslinvocation de Ibrahim qui, lorsquil avait reçu l’ordre de bâtir la Ka’ba, avait dit –ce qui peutêtre...
Histoires Religieuses                                       EPISODE 5                                 Halima De Bani Sa’ad...
Histoires ReligieusesChacune prit un enfant tandis que Abd El-Mouttaleb continuait à le leur proposer et qu’elleslui répon...
Histoires Religieuses                                               5                                              Moham...
Histoires Religieuses-« Je suis arrivée à la Mecque ce soir et aux environs de la ville j’ai perdu Mohammad. Je nesais plu...
Histoires Religieuses                                                 EPISODE 6                                           ...
Histoires Religieuses                                              3                                             Abd El-...
Histoires ReligieusesBahîra dit :-« Qu’il vienne avec vous. Je trouve très disgracieux que vous veniez quand l’un d’entrev...
Histoires ReligieusesLe garçon dit :-« Oui. »Il garda les moutons et Mohammad s’en alla jusqu’aux maisons de la Mecque d’o...
Histoires Religieuses                                     EPISODE 7                             Khadîdja Bint Khouailid   ...
Histoires Religieuses                                              3Mohammad s’apprêta à sortir avec la caravane de Khad...
Histoires ReligieusesMohammad lui annonça ses gains, elle gagna le double de ce qu’elle gagnait auparavant.Elle attendait ...
Histoires Religieusesl’argent ne dure jamais longtemps. Et il est venu aujourd’hui demander la main de votrehonorable Khad...
Histoires Religieuses                                                 EPISODE 8                                           ...
Histoires Religieusespeu. C’était une nuit du mois de Ramadan, la nuit de « Al-Qadr » (la destinée). Soudain, ilentendit u...
Histoires ReligieusesMohammad s’endormit pour se reposer et Khadîdja s’en alla voir son cousin paternel« Waraqa ibn Nawfal...
Histoires Religieuses                                               5Mohammad s’en alla à la caverne de Hirâ’ et attendi...
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Histoires religieuses
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Histoires religieuses

586 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
586
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Histoires religieuses

  1. 1. Histoires Religieuses Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Histoires Religieuses Série de la Sirah AbdelHamid Jouda As-Sahar Traduit par: Dar al-Tarjama – La caravane française
  2. 2. Histoires Religieuses Table des MatièresEPISODE 1 ------------------------------------------------------------------------------------------------ 1Hashem Ibn AbduManaf----------------------------------------------------------------------------------------1EPISODE 2 ------------------------------------------------------------------------------------------------ 6Abd El-Mouttaleb le grand-père du Prophète --------------------------------------------------------------6EPISODE 3 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 10Abdullah et Amena--------------------------------------------------------------------------------------------- 10EPISODE 4 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 14La naissance du prophète ------------------------------------------------------------------------------------- 14EPISODE 5 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 18Halima De Bani Sa’ad ----------------------------------------------------------------------------------------- 18EPISODE 6 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 22L’Orphelin------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22EPISODE 7 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 26Khadîdja Bint Khouailid-------------------------------------------------------------------------------------- 26EPISODE 8 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 30La révélation ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 30EPISODE 9 ---------------------------------------------------------------------------------------------- 34Les premiers Musulmans ------------------------------------------------------------------------------------- 34EPISODE 10--------------------------------------------------------------------------------------------- 38L’Oppression---------------------------------------------------------------------------------------------------- 38EPISODE 11--------------------------------------------------------------------------------------------- 42L’émigration vers l’Ethiopie --------------------------------------------------------------------------------- 42EPISODE 12--------------------------------------------------------------------------------------------- 45Les jours Difficiles---------------------------------------------------------------------------------------------- 45EPISODE 13--------------------------------------------------------------------------------------------- 49La migration ‘La Hijra’--------------------------------------------------------------------------------------- 49EPISODE 14--------------------------------------------------------------------------------------------- 53L’expédition de Badr ------------------------------------------------------------------------------------------ 53EPISODE 15--------------------------------------------------------------------------------------------- 58L’expédition de Uhud------------------------------------------------------------------------------------------ 58EPISODE 16--------------------------------------------------------------------------------------------- 62L’expédition Al-Khandaq ‘la tranchée’ -------------------------------------------------------------------- 62AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah ii
  3. 3. Histoires ReligieusesEPISODE 17--------------------------------------------------------------------------------------------- 66La trêve Al-Hudaybiya ---------------------------------------------------------------------------------------- 66EPISODE 18--------------------------------------------------------------------------------------------- 70L’invitation à l’Islam ------------------------------------------------------------------------------------------ 70EPISODE 19--------------------------------------------------------------------------------------------- 74La conquête de la Mecque ------------------------------------------------------------------------------------ 74EPISODE 20--------------------------------------------------------------------------------------------- 78L’Expédition Hunayn------------------------------------------------------------------------------------------ 78EPISODE 21--------------------------------------------------------------------------------------------- 82L’Expédition Tabuk ------------------------------------------------------------------------------------------- 82EPISODE 22--------------------------------------------------------------------------------------------- 86Le pèlerinage d’Adieu ----------------------------------------------------------------------------------------- 86EPISODE 23--------------------------------------------------------------------------------------------- 90Un prophète Vertueux----------------------------------------------------------------------------------------- 90EPISODE 24--------------------------------------------------------------------------------------------- 93La mort du prophète------------------------------------------------------------------------------------------- 93AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah iii
  4. 4. Histoires Religieuses EPISODE 1 Hashem Ibn AbduManaf  1Le prophète Ibrahim (paix sur lui) vivait avec sa famille en Palestine quand Allah (que Sonnom soit exalté et glorifié) lui avait ordonné de voyager avec sa femme Hâjer et son filsIsmaël vers le Hijâz. Il devait les laisser dans un endroit du désert, là où est située LaMecque aujourd’hui. Allah voulait faire des descendants d’Ismaël une grande nation. Leprophète Ibrahim a obéi à l’ordre d’Allah. Il a emmené sa femme et son enfant au Hijâz etles a laissés dans un endroit sans plantations, ni eau. Ensuite, il est retourné en Palestine.Ismaël, qui était encore petit, eut soif. Il demanda à boire à sa mère. Et comme l’eau qu’elleavait avec elle était épuisée, elle a laissé son fils dans cet endroit solitaire et s’est précipitéeà la recherche de l’eau.Elle n’en trouva pas et retourna vers son fils triste et malheureuse. Cependant, Allah nel’avait pas oubliée avec son fils dans cet endroit désertique. Il avait fait jaillir de l’eau de laterre. Comme cette eau faisait entendre un son qui faisait «Zam zam », ce nom fut donnéau puits. Ainsi, Ismaël et Hâjer ont bu de cette eau et depuis ils ont vécu dans cette région.Après une période de temps, le prophète Ibrahim est venu leur rendre visite. Et Allah (QueSon nom soit exalté) lui ordonna de rebâtir la Ka’ba avec Ismaël. C’était la première maisonqui avait été bâtie pour que les humains y adorent Allah, mais elle avait été détruite. Ils ontdonc commencé à exécuter l’ordre d’Allah tout en faisant une prière –ce qui peut être traduitcomme : « Notre Seigneur ! Envoie l’un des leurs comme messager parmi eux… »(TSC1, Al-Baqara ‘La Vache’ : 129.)Allah n’avait ordonné à Ibrahim de laisser Hâjer et Ismaël dans le désert que par unesagesse que nul autre que Lui ne connaissait. Il a promis à Ibrahim qu’il multipliera lesdescendants de Ismaël. Et qu’un grand prophète sortira de sa lignée pour guider leshommes. Ce prophète allait être Mohammad ibn ‘Abdillah, le messager d’Allah.  2Les convois qui passaient par le puits de « Zamzam » buvaient de son eau et se reposaienttout près. Avec le temps, une station pour les caravanes y a été installée et progressivementelle a grandi jusqu’à devenir une grande cité commerciale connue sous le nom de LaMecque.Les descendants d’Ismaël, qui s’étaient multipliés, étaient devenus des tribus. La plusimportante parmi ces dernières était Quraïche et c’était son chef qui invitait à manger lespauvres qui venaient à la Péninsule arabe pour visiter la Ka’ba. Il dépensait de son propre1 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquàprésent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, lalangue de révélation du saint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 1
  5. 5. Histoires Religieusesargent et de celui des riches et cette générosité s’appelait la “Rifâda”. C’était à lui querevenait également la “Siqâya”qui consistait à donner à boire aux pèlerins. En plus, il avait lacharge de présenter l’étendard au commandant de l’armée quand une guerre éclatait entreQuraïche et une autre tribu. Cet honneur s’appelait le “Liwâ’”. Ces trois charges qui étaientdes signes de noblesse et de souveraineté revenaient à Quraïche parce qu’elle était la tribuarabe la plus riche et la plus noble.Au cours des années, le puits de Zamzam s’est rempli de sable, a disparu et personne nesavait plus où il se trouvait. Egalement, les Arabes ont oublié l’adoration d’Allah. Ilsramenaient des pays qu’ils visitaient des idoles, les plaçaient dans la Ka’ba et les adoraient.Les statues se multiplièrent jusqu’à devenir 360 statues. Les Arabes allaient à la Ka’bapendant la saison du pèlerinage pour la visiter, adorer et vénérer les idoles qui s’y trouvaientsans se rendre compte que la Ka’ba avait été construite pour glorifier Allah Seul. 3  AbduManaf était assis chez lui et l’inquiétude se voyait sur son beau visage. Il était tellementbeau qu’on l’appelait la lune. Chaque fois qu’il entendait un mouvement il levait la tête. Safemme était sur le point d’accoucher et il espérait avoir un garçon qui serait un frère pourson fils aîné El-Mouttaleb.Ce jeune homme appelé AbduManaf était le fils de Qossei, le chef de Quraïche. Les gens nese mariaient, ne se consultaient au sujet de leurs affaires et ne décidaient de la guerre, quedans la maison de Qossei. Il donnait à manger aux pauvres, invitait les pèlerins et leurdonnait à boire. AbduManaf a donc grandi dans une maison généreuse où il a appris àdevenir généreux. Mais comme il a été élevé parmi des gens qui détestaient avoir des filleset les enterraient vivantes de peur du déshonneur, il craignait que sa femme ne mette aumonde une fille. Il attendait tout agité jusqu’à ce que la bonne nouvelle lui fût annoncée.On lui dit :-« Ta femme a mis au monde deux garçons jumeaux. »AbduManaf fut très heureux et demanda de les voir. Quand on les lui amena, il fut surpris àleur vue. Ils étaient liés, le doigt de l’un était collé au front de l’autre. On fit venir quelqu’unpour les séparer et quand il a détaché le doigt du front, le sang a coulé. Comme les Arabesétaient très superstitieux, quelqu’un dit : « Entre ces deux [frères] du sang coulera ». Lespersonnes présentes gardèrent le silence. C’était comme si le destin avait prononcé sonverdict ; entre ces deux nouveaux-nés il y aura des guerres. Le temps n’a fait qu’affirmercette prédiction. L’un s’appelait Hashem malgré le fait que son père l’ait nommé Amr etl’autre qui s’appelait AbduChams allait donner naissance à Omayya. Entre les descendantsde Hashem et ceux de Omayya il allait y avoir plusieurs guerres, qui faisaient partie del’inconnu à l’époque. 4  AbduManaf est devenu quelqu’un de très important parmi son peuple, et ses frères aussi.Seul AbduDdar l’était moins malgré le fait qu’il était le plus bienfaisant des enfants deQossei. Ce dernier voulut faire de AbduDdar le faible un noble comme ses frères. Il l’a doncfait venir et lui a dit :- « Par Dieu, je te ferai un des leurs même s’ils sont devenus plus illustres que toi. Personnen’entrera dans la Ka’ba à moins que tu ne sois celui qui l’ouvre. Aucune décision de lever leAbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 2
  6. 6. Histoires Religieusespavillon de guerre de Quraïche ne sera prise qu’entre tes mains. Personne ne boira à laMecque que de ton eau et personne ne mangera que de ta nourriture. Quraïche ne déciderade ses affaires que chez toi. »Avec la mort de Qossei, AbduDdar eut la « Hijâba » qui consistait à donner la permission depénétrer dans la Ka’ba, le « Liwâ’ », la « Rifâda » et la « Siqâya ».  5Les jumeaux Amr et AbduChams ont grandi et leur histoire s’est propagée parmi les gens.Un soir ils se sont réunis avec leur frère El-Mouttaleb et ont discuté au sujet des enfants deAbduDdar. Ils trouvaient que Qossei avait été injuste envers eux quand il avait légué la« Hijâba », le « Liwâ’ », la « Rifâda » et la « Siqâya » à leur frère AbduDdar. Ils se mirentd’accord de prendre ces honneurs que possédait la tribu de ce dernier car ils les méritaientplus, vu leur noblesse par rapport à eux. Ils ont ainsi demandé à la tribu de AbduDdar de lesleur céder mais ces derniers ont refusé. Les enfants de AbduManaf ont donc décidé de lescombattre pour prendre leur droit. Ils ont, avec leurs alliés, pris une jatte pleine de parfumqu’ils ont mise près de la Ka’ba et où ils ont plongé leurs mains et ont juré qu’ilscombattront jusqu’à avoir la souveraineté et la suprématie. Les AbduDdar ont aussi rempliune jatte de sang, y ont plongé les mains et ont fait le serment de défendre la « Hijâba », la« Siqâya » et la « Rifâda ». Les deux clans se sont préparés à la guerre.Ils ont, par la suite, décidé qu’il valait mieux se réconcilier et se sont mis d’accord pour queles AbduManaf reçoivent le droit de la « Siqâya » et de la « Rifâda » et que les AbduDdargardent le droit du « Liwâ’ », de la « Hijâba » ainsi que la maison du conseil où ils seconsultaient dans leurs affaires.Amr ibn AbduManaf a pris en charge la « Rifâda » ainsi que la « Siqâya » puisqu’il était unhomme riche. Son jumeau AbduChams est parti en Syrie car il aimait voyager.  6Amr est devenu un seigneur parmi les siens. Les Arabes s’installaient en hiver au désertpour fuir le froid et rechercher l’eau et les pâturages pour leurs chameaux. En été, ilsallaient dans les régions tempérées pour fuir la chaleur. Amr a remarqué cette habitude et adécidé d’organiser cela et d’en faire des voyages commerciaux. Il a introduit l’habitude dedeux voyages : un en hiver lors duquel les convois allaient au Yémen et en Ethiopie pourretrouver la chaleur et l’autre en été durant lequel les caravanes partaient pour la Syrie où leclimat était tempéré et l’eau abondante.A cette époque, la route des convois n’était pas sûre et la marchandise était exposée aupillage et au saccagement. Amr a pensé qu’il fallait sécuriser la route. Il a rendu visite àCésar en Syrie et ils se sont mis d’accord pour le faire ensemble. Il a aussi envoyé son frèreEl-Mouttaleb au Négus d’Ethiopie et aux rois de « Hamire » pour se mettre d’accord aveceux sur la sécurité des convois. Durant son époque, la Mecque s’est épanouie. Elle devint ungrand centre commercial renommé.Pendant une année, Quraïche connut une grande disette et les gens ne trouvaient plus rienà manger. Ils se sont adressés à Amr qui leur a donné de la nourriture de chez lui jusqu’à cequ’il n’eut plus rien et la famine s’étendit. Amr est alors parti en Syrie où il a achetébeaucoup de farine et des galettes puis il est retourné à la Mecque où les gens l’ont accueilliavec jubilation. Il leur donna à manger, il a moulu les graines pour le pain et a égorgé lesAbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 3
  7. 7. Histoires Religieuseschameaux. Ensuite, il a demandé aux cuisiniers de préparer la nourriture et les Mecquoisfurent rassasiés. Les Quraychites n’ont pas oublié ce qu’il a fait pour eux ni le fait qu’ilmoulait les graines pour eux. Après cette histoire, ils le surnommèrent ‘Hashem’, ce qui veutdire celui qui casse ou brise le pain.  7AbduChams eut un enfant qu’il nomma Omayya. Ce dernier a grandi et est devenu riche. Ila vu l’amour que les gens portaient à Hashem et il a voulu l’imiter pour gagner leur amour.Ainsi, il a commencé à distribuer de l’argent et à nourrir les pauvres, mais il était incapablede faire comme Hashem. Les gens se moquaient de lui en disant :-« Tu veux ressembler à Hashem ? Où es-tu par rapport à lui ? »Omayya insulta Hashem et prétendit qu’il était mieux que lui. Il a ensuite demandé àHashem d’aller avec lui chez qui pouvait trancher et décider qui était le meilleur d’entre eux.Hashem refusa, vu son âge et son rang dans sa tribu, mais comme Omayya insistait, il n’apas trouvé d’autres solutions que d’accepter le défi. Ses conditions étaient que le perdantégorge 50 chamelles au profit des pauvres et qu’il quitte La Mecque pendant 10 ans.Omayya accepta les conditions et ils désignèrent un juge entre eux.Ensuite, ils sont allés chez le juge, Hashem avec ses amis et Omayya avec les siens. Quandle juge le vit il leur dit : « Hashem a surpassé Omayya. »Alors, Hashem a pris les chameaux, les a égorgés et a nourri les gens. Quant à Omayya ilest parti en Syrie humilié.C’était la première rivalité entre Hashem et Omayya. En ce temps, Omayya ne se doutaitpas que ses descendants auront un grand pouvoir en Syrie grâce au message apporté parMohammad ibn Abdullah, un des descendants de Hashem.  8Hashem était sorti à la tête d’un convoi dans un voyage estival. Il voulait faire du commerceavec la Syrie en y achetant des produits et en les vendant au Yémen et en Ethiopie. Dansson chemin, il est passé par Médine où se tenait un marché annuel. Il s’y installa etcommença à acheter et à vendre. Il vit alors une belle femme qui était installée dans unendroit près du marché et qui donnait également des ordres pour vendre et acheter en sonnom. Hashem remarqua que c’était une femme belle et ferme. Il voulut en savoir plus surelle et s’enquit si elle était mariée ? Il a appris qu’elle n’avait pas de mari et que vu son rangsocial, elle ne se mariait qu’à condition de garder tout pouvoir pour elle-même et que si elles’ennuyait avec un homme elle le quittait. Il a réfléchi à ce sujet puis il est allé demander samain.Quand Salma Bint Amr Ibn Zayd a su que celui qui demandait sa main était un seigneurparmi les siens, d’une noble origine, elle accepta de se marier avec lui. Hashem a doncpréparé de la nourriture et a invité ses amis qui étaient avec lui, ils étaient 40 hommes deQuraïche et aussi des gens de Médine.Après le mariage, il est resté à Médine quelques jours puis il la quittée pour la Syrie. Salmaétait tombée enceinte et elle mit au monde un bel enfant qui avait une canitie à cause delaquelle il fut nommé Chaïba (canitie en arabe). Hashem passait par Médine chaque fois qu’ilallait en voyage estival en Syrie. Mais dans son dernier voyage, il se plaignit d’une douleurAbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 4
  8. 8. Histoires Religieusesquand il se trouvait à Gaza en Syrie. Il appela quelques amis et leur demanda de remettreson héritage à Chaïba. Il mourut à Gaza et son héritage fut transféré à Médine et donné àChaïba qui ne savait pas encore l’honneur que lui cachait le destin et qu’il sera le grand-pèrede Mohammad, le messager de Allah. AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 5
  9. 9. Histoires Religieuses EPISODE 2 Abd El-Mouttaleb le grand-père du Prophète Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.« Nas-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de lEléphant ? Na-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine ? Et envoyé sur eux des oiseaux parvolées qui leur lançaient des pierres dargile ? Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée. » (TSC2, Al-Fîl ‘L’Elephant’ : 1-5)  1Chaïba a grandi entre ses oncles maternels à Médine. Il était beau, majestueux, connucomme étant le fils de Hashem ibn ‘AbduManaf, de cette maison honorée qui gouverneQuraïche, et qui assure l’honneur de la maison sacrée à la Mecque. Ce même Hashem quidonnait à boire aux pèlerins et à manger aux pauvres et misérables parmi eux. Chaïbaconnaissait sa valeur et, malgré la mort de son père, il était fier et digne.Un jour, il était sorti pour jouer avec les garçons à son jeu préféré : le tir. Il avait invité sescousins maternels pour une partie de tir à l’arc. Tous les garçons s’étaient mis devant lacible qui était de la grandeur de la paume de la main. Un homme qui passait s’arrêta pourobserver la partie de loin.Les garçons tiraient leurs flèches, mais ils manquaient leur cible. Chaïba s’avança, mit uneflèche dans son arçon, tira et toucha sa cible. Puis, il tira une autre et il marqua une autrefois. La joie l’envahit, il cria fièrement :-« Je suis le fils de Hashem, je suis le fils du maître de la plaine ‘Al-Bathâa’ (la terre platesituée à l’extérieure de la Mecque). »Un sourire s’est dessiné sur les lèvres de l’homme qui avait observé la partie, puis il s’estéloigné.  2Après la mort de son frère Hashem, El-Mouttaleb avait pris la charge de la « Siqâya »(donner à boire aux pèlerins) et de la « Rifâda » (nourrir les pèlerins). Il était noble et unmaître obéi dans sa tribu. Il passait toute la journée à la Ka’ba, car la saison du pèlerinageavait commencé et il devait veiller sur les pèlerins.Pendant que El-Mouttaleb était assis, l’homme qui avait assisté à la partie entre Chaïba etses cousins s’est dirigé vers lui. Il venait de Yathreb (Médine) à la Mecque pour lepèlerinage. Il s’est arrêté devant lui et lui a dit :2 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquà présentde la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation dusaint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 6
  10. 10. Histoires Religieuses-« Si tu voyais ton neveu Chaïba chez nous. Il est beau, respectable et noble. Je l’ai vuquand il concurrençait des garçons au tir. Chaque fois qu’il atteignait sa cible, il disait : «Jesuis le fils du maître de la plaine ».El-Mouttaleb leva la tête et dit :-« Je partirai avant la tombée de la nuit et je le ramènerai. »-« Je crois que ni Salma (sa mère) ni ses oncles maternels ne te le laisseront. » lui ditl’homme.El-Mouttaleb dit fermement :-« Je ne le laisserai guère là-bas pour lui faire abandonner l’héritage de sa tribu, son rang,sa lignée et sa noblesse. »Avant la tombée de la nuit, El-Mouttaleb avait pris son chameau et s’était dirigé versYathreb (Médine) pour ramener Chaïba, son neveu, et l’élever au milieu de sa famille dans lagrande maison de Hashem. 3  El-Mouttaleb arriva à Yathreb et s’est mis à interroger les gens sur Chaïba jusqu’à ce qu’ill’eut trouvé. Il était entrain de jouer avec des garçons. Il le reconnut, le serra contre lui etl’embrassa en lui disant qu’il était son oncle. Il lui expliqua qu’il venait pour le ramener à satribu.-« Il faut que je prenne la permission de ma mère », lui répondit Chaïba.Ils s’en allèrent vers Salma.-« Je suis venu pour ramener mon neveu dans son pays et parmi sa famille, » lui dit El-Mouttaleb.Salma lui dit, en serrant Chaïba contre elle : « Non, je ne le laisse pas partir avec vous, c’estmon fils.»-« Je ne partirai pas sans lui, c’est mon neveu et nous sommes une famille noble parminotre tribu. Sa place là-bas sera meilleure qu’ici et il demeurera ton fils n’importe où, » luidit El-Mouttaleb avec insistance.Salma dit en regardant son fils :-« Laissez-moi trois jours pour réfléchir. »Le temps passait et Salma réfléchissait. La séparation de son fils la rendait triste mais sonintérêt était d’être parmi sa tribu. Enfin, l’intérêt de son fils prit le dessus sur son amourpour lui. Elle décida d’accepter. Quand El-Mouttaleb revint après trois jours, elle lui permitde le prendre. Ils ont pris le chameau et se sont dirigés vers la Mecque. Salma regardait sonfils partir les yeux pleins de larmes 4  Il était midi quand El-Mouttaleb entra à la Mecque sur son chameau avec Chaïba assisderrière lui. Quand les gens l’ont vu, ils ont cru que El-Mouttaleb avait acheté un esclave. Ilsse sont mis à dire :-« Abd El-Mouttaleb (l’esclave de El-Mouttaleb), Abd El-Mouttaleb (l’esclave de El-Mouttaleb) ».-« C’est le fils de mon frère Hashem, je l’ai ramené de Médine, » criait El-Mouttaleb.Il rentra dans sa maison, habilla Chaïba de nouveaux vêtements et sortit vers les gens. Illeur dit :-« C’est Chaïba le fils de mon frère Hashem, je l’ai amené de Médine. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 7
  11. 11. Histoires ReligieusesLes gens regardaient Chaïba qui ressemblait beaucoup à son père et dirent :-« C’est son fils, son fils sans aucun doute. »Mais, ils ne l’appelaient pas Chaïba, ils l’appelaient toujours Abd El-Mouttaleb. 5  El-Mouttaleb est mort au Yémen pendant qu’il y faisait du commerce. Après lui, Abd El-Mouttaleb prit la charge de la « Rifâda » et de la « Siqâya ». Il donnait à boire aux pèlerinsà la Mecque dans des réservoirs en cuir mais ce travail le fatiguait beaucoup.Un jour il a dormi dans le Haram (enceinte de la Ka’ba) et il a vu dans son rêve quelqu’unqui lui disait : « creuse Zamzam ». Quand il s’est réveillé, il n’a pas compris son rêve. Il nesavait pas ce que signifiait Zamzam, puisque ce puits était enseveli par le sable et avaitdisparu.Le jour suivant, il dormait dans le Haram encore une fois quand la voix lui revint et luiordonna :-« Creuse Zamzam. »-« Qu’est ce que Zamzam, » demanda Abd El-Mouttaleb.-« Elle sert à abreuver le grand nombre de pèlerins. »La voix le guida à Zamzam. Quand il s’est réveillé, il a appelé son fils Al-Hâreth, qui était sonfils unique. Et il lui dit qu’il avait reçu l’ordre de creuser Zamzam. En allant creuser, il aconstaté que lui et son fils était peu nombreux. Il fit alors à Allah le vœu d’égorger un deses fils s’Il lui en donnait dix.Le troisième jour, Abd El-Mouttaleb trouva l’eau. Les gens sont venus le voir et luidemander : « partage-la avec nous.»-« Je ne le ferai pas. C’est une affaire qui m’a été attribuée en particulier. Choisissezl’homme que vous voulez et il arbitrera pour vous, » répondit Abd El-Mouttaleb.Après avoir choisi le juge, vingt hommes de Bani AbduManaf sortirent avec Abd El-Mouttaleb. Quraïche participa également avec vingt hommes de ses tribus. Pendant qu’ilsétaient sur leur chemin, l’eau s’est épuisée. Ils ont eu soif.-« Que vois-tu ? » Demandèrent-ils à Abd El-Mouttaleb.Il répondit :-« C’est la mort qui nous attend. Chacun de vous devrait creuser une fosse pour lui etchaque fois qu’un homme meurt ses amis l’enterreront. »Ils se sont mis à creuser leurs tombeaux. Puis ils se sont assis à attendre la mort. Mais AbdEl-Mouttaleb n’a pas voulu rester sans rien faire. Il a pris son chameau et il a commencé àchercher de l’eau dans le désert. Pendant qu’il marchait, une source d’eau douce surgit au-dessous du sabot de son chameau. Il a bu puis il a appelé ses amis qui burent à satiété.Ensuite, les hommes le regardèrent et dirent :-« L’affaire a été réglée en ta faveur. Celui qui t’a offert cette eau dans le désert est celui quit’a offert Zamzam. Nous jurons que nous ne te demanderons jamais de la partager avecnous. »Ils sont revenus ensemble. Zamzam était à lui seul. Il ne donnait plus à boire aux pèlerinsdes réservoirs, il leur en donnait de Zamzam. 6  AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 8
  12. 12. Histoires ReligieusesAbraha Al-Ashram était un Ethiopien. Il avait tué le roi du Yémen et s’était emparé de sonroyaume. Il voyait les hommes se préparer pendant la saison pour aller en pèlerinage à lamaison sacrée d’Allah. Il a demandé :-« Où vont-t-ils ? »-« Ils vont en pèlerinage à la maison d’Allah à la Mecque. »-« Qu’est ce que c’est ? »-« Une maison faite de pierres. »-« Je vous construirai meilleure quelle. »Il leur a construit une maison avec du marbre blanc, rouge et jaune. Il l’a garnie ensuiteavec de l’or et de l’argent avec des portes avec des plaques en or. Puis il a mis du Musc surses murs. Ensuite, il a ordonné aux gens d’aller faire leur pèlerinage à cette maison maispersonne ne lui obéissait. Ils glorifiaient la Ka’ba et n’acceptaient pas d’autres alternatives.Abraha fut contrarié et il décida de démolir la Ka’ba. Il apprêta une armée et mit à sa têteun énorme éléphant. Il sortit du Yémen et se dirigea vers la Mecque. Sur son chemin, lesArabes s’opposaient à lui mais il triompha de tous et continua sa marche. En arrivant à laMecque, il s’empara des chameaux de Abd El-Mouttaleb.Prenant peur, tous les hommes se sont réunis pour demander l’avis de Abd El-Mouttaleb. Illeur a répondu qu’ils ne pouvaient pas combattre Abraha. Ils devaient fuir vers lesmontagnes.Le fait que Abraha venait démolir leur maison sacrée, les mettait en colère mais ils nepouvaient rien faire. Ils étaient incapables de le confronter pour sauver la Ka’ba. Ils ontescaladé la montagne avec un sentiment de tristesse profond dans le cœur.Abd El-Mouttaleb était le plus beau des hommes, le plus respecté, le plus honoré. Il s’estrendu chez Abraha. Quand ce dernier l’a vu, il l’a respecté et honoré. Il a dit à soninterprète :-« Demande-lui : qu’est ce qu’il veut ? »-« Je veux que le roi me rende mes deux cents chameaux qu’il a pris, » lui expliqua Abd El-Mouttaleb.-« Tu me demandes de te rendre les deux cents chameaux et tu laisses la maison quireprésente ta religion, et la religion de tes ancêtres et que je viens démolir ? »-« Je suis le maître des chameaux. Mais cette maison a son maître qui va la protéger, » lui arépondu Abd El-Mouttaleb d’une voix rassurée.Ensuite, Abd El-Mouttaleb est sorti. Il a emmené sa famille et ils ont gravi la montagne pourregarder ce que Abraha allait faire.Abraha est venu avec son énorme armée, son éléphant devant lui, puis il s’est dirigé vers laKa’ba et tout le monde observait d’en haut avec tristesse.Tout d’un coup, des groupes d’oiseaux venant du côté de la mer jetèrent des pierres surl’armée d’Abraha. La variole et la rougeole se propagèrent dans l’armé et les organes dessoldats se sont mis à tomber un par un. En voyant ceci, Abraha s’est enfui.Tous les Arabes voyaient le départ de l’armée qui s’enfuyait. Ils sont descendus de lamontagne et se sont dirigés vers la Ka’ba pour présenter leurs remerciements à Allah.Abd El-Mouttaleb avait raison, cette maison avait un maître qui la protégeait.Pendant cette année, l’année du Fil (éléphant), est né Mohammad ibn Abdillah ibn Abd El-Mouttaleb. AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 9
  13. 13. Histoires Religieuses EPISODE 3 Abdullah et Amena 1  Abd El-Mouttaleb se rappela du jour où il creusait le puits de Zamzam avec son fils Al-Hâreth. Il avait fait le vœu d’égorger un de ses fils devant la Ka‘ba si Allah lui en donnait dixqui atteindraient l’âge adulte. Ils avaient atteint ce nombre et il devait accomplir son vœu. Ilréunit ses fils dont Al-Hâreth était l’aîné et ‘Abdullah le plus jeune son préféré. Il leur dit :-« J’ai fait le vœu d’égorger un d’entre vous en offrande à Allah s’Il m’en donnait dix. Il m’aexaucé et j’aimerai être fidèle à mon serment. »Ils lui répondirent :-« Sois fidèle à ton vœu et fais ce que tu veux. »Pour décider de son choix il leur dit :-« Que chacun de vous prenne un bâton, y inscrive son nom et me l’apporte. »En ce temps là, les Arabes décidaient de leur choix par le tirage au sort avec des bâtons. Ilsécrivaient sur ces derniers “fais” ou “ne fais pas” ou leurs différents choix. Ensuite ils lesemmenaient devant Hubal, une de leurs idoles, et demandaient au gardien de la Ka‘baappelé “Sâdin” d’en choisir un. Leur décision s’accordait ensuite à l’inscription trouvée sur lebâton tiré au sort.Abd El-Mouttaleb avait donc demandé à ses fils d’inscrire leurs noms sur les bâtonnets parcequ’il voulait tirer au sort celui qu’il devait égorger en offrande. Lorsqu’ils les lui apportèrent,il s’en alla vers la Ka‘ba avec les gens qui se rappelaient de son vœu derrière lui. Il se mitdevant le gardien de Hubal et lui présenta les bâtonnets. Ce dernier s’enveloppa la maind’un bout de tissu. Un habit blanc fut apporté et mis devant lui sur les bâtonnets. Il mit lamain dessous et en tira un. Le nom de Abdullah s’y trouvait inscritUn silence profond s’installa. Les gens étaient pétrifiés, les yeux grands ouverts. Abd El-Mouttaleb devait égorger le préféré de ses fils. Il n’eut aucune hésitation. Il prit ‘Abdullahpar la main et, muni d’un couteau, il se dirigea vers Assâf et Nâ’ila, deux autres idoles de laKa‘ba, près desquelles les Arabes présentaient leurs offrandes.Abdullah s’étendit et son père leva sa main avec le couteau. Des gens de Quraïches’avancèrent et lui dirent :-« Que veux-tu faire Abd El-Mouttaleb ? »-« Limmoler. »-« Par Allah, tu ne le feras pas. Les gens t’imiteront et chacun viendra égorger son fils. Ilsen feront une coutume. »Les oncles maternels de ‘Abdillah dirent :-« Si nous pouvons payer une rançon à sa place, nous le ferons. »Des gens dirent :-« Ne le tue pas et emmène-le chez une devineresse dont tu suivras les conseils. Si ellet’ordonne de le tuer fais-le et si elle te trouve une autre issue, accepte. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 10
  14. 14. Histoires ReligieusesIls partirent vers la dame devant laquelle Abd El-Mouttaleb raconta son histoire et loua sonfils.Elle demanda :-« Quel est le montant de la rançon chez vous ? »La rançon chez eux était un certain nombre de chameaux payés par la famille de l’assassin àcelle de la victime si elles voulaient se réconcilier. Ils répondirent à la devineresse :-« Dix chameaux. »Elle dit :-« Rentrez chez vous et tirez au sort entre le jeune homme et dix chameaux pour êtreprésentés en offrande. Si le sort le désigne, augmentez les chameaux jusqu’à ce que votredieu soit satisfait. Lorsque les chameaux seront désignés par le sort égorge-les. Cela sera lesigne d’approbation de votre dieu et votre ami sera ainsi sauvé. » 2  Abd El-Mouttaleb retourna à la Mecque avec ses fils et les gens qui l’avaient suivi. Ils sedirigèrent vers le “Sâdin” de Quraïche pour tirer au sort entre Abdullah et dix chameaux. Lapremière fois, le sort désigna Abdullah alors Abd El-Mouttaleb, qui se tenait devant Hubal etle priait de sauver son fils, ajouta dix chameaux aux premiers. La scène fut répétée et àchaque fois le jeune homme était désigné et dix chameaux en plus étaient ajoutés. Et cen’est que lorsque ces derniers atteignirent le nombre cent que le sort les désigna à la placede Abdillah. Les gens s’en réjouirent et crièrent :-« C’est fini, ton dieu est satisfait Abd El-Mouttaleb. »Il répondit :-« Non par Allah, jusqu’à ce que le sort choisissent les chameaux trois fois. »Ils reprirent le tirage au sort pendant que Abd El-Mouttaleb priait et les chameaux furentdésignés la seconde et la troisième fois. Il fut finalement rassuré d’avoir l’agrément de sonSeigneur et les cent chameaux furent égorgés. Les gens, les oiseaux et les bêtes féroces enmangèrent et personne ne les en empêchait. 3  Abdullah était tellement beau que toutes les femmes de Quraïche souhaitaient l’épouser. Il yavait une certaine lumière qui scintillait sur son visage et une des femmes qui devinaitl’importance de cette lumière lui avait proposé cent chameaux s’il l’épousait. Il refusa parcequ’il comptait aller avec son père voir Wahb ibn ‘Abd Manâf ibn Zohra pour lui demander lamain de sa fille Amena.Ils se présentèrent chez ce dernier qui accepta leur demande. Abdullah était agréable àregarder et c’était un honneur de se lier à sa famille, les descendants des Bani Hashem.Amena également était belle et d’une des plus nobles familles de Quraïche. A l’annonce deleur mariage, toutes les femmes de Quraïche s’attristèrent parce que chacune avait souhaitéêtre l’élue. 4  Abdullah demeura près de Amena trois jours. C’était l’habitude chez les Arabes lorsqu’ils semariaient dans la maison familiale de la mariée. En sortant ensuite de chez elle, il passa prèsde la femme qui l’avait demandé en mariage avec la promesse de lui donner centAbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 11
  15. 15. Histoires Religieuseschameaux. Voyant qu’elle ne lui parlait pas et qu’elle ne répétait pas sa proposition demariage, il lui dit tout étonné :-« Pourquoi ne me proposes-tu pas le mariage ? »Elle le regarda longuement et dit :-« Qu’as-tu fait après moi ? »-« J’ai épousé Amena bint Wahb,» lui répondit ‘Abdullah.La femme dit tristement :-« J’avais vu la lumière de la prophétie sur ton visage et j’ai voulu qu’elle me pénètre maisAllah en a voulu autrement. »Il n’était pas prédestiné pour cette femme d’accoucher d’un prophète, c’était Amena quidevait porter le meilleur habitant de la terre. 5  Abdullah se prépara au départ pour la Syrie avec une caravane qui portait des produits pourle négoce. Il fit ses adieux à Amena peu heureux de la quitter juste quelques mois aprèsleur mariage. Ils s’étaient beaucoup aimés mais il devait partir pour prendre soin de soncommerce comme tous les autres jeunes hommes. Il était le fils du seigneur de Quraïchemais cela ne voulait pas dire qu’il devait rester à la Mecque inoccupé. En ces temps-là, lesgens ne respectaient que les actifs et n’aimaient pas ceux qui demeuraient à la Mecque pourse distraire et s’amuser.Quraïche se souciait de cette caravane qui sortait avec leur commerce. Les esclavesportaient les produits et les chargeaient sur les chameaux, les ânes portaient des cuirs et del’orge, les hommes allaient et venaient et les femmes faisaient leurs adieux aux voyageurs.Abdullah partit avec la caravane qui se dirigeait vers la Syrie. Amena faisait ses adieux à sonmari avec émotion et les yeux pleins de larmes.La caravane atteignit Ghazza, s’installa dans le marché et commença les échanges. LesArabes donnaient aux Romains les cuirs du désert, l’orge du Taëf et l’argent des Bani Salimet leur prenaient du parfum, des bijoux et des épices.La caravane terminait son voyage et rentrait à Médine quand Abdullah est tombé malade. Ildit :-« Je vais m’attarder chez mes oncles maternels Bani ‘Ady ibn An-Najjar. »Ses oncles étaient de Médine et il resta chez eux.La caravane repartit et, à son arrivée à La Mecque, Abd El-Mouttaleb anxieux vint s’informerde son fils et demanda :-« Où est Abdullah ? »Ils lui répondirent :-« Malade chez ses oncles à Médine. »Amena s’inquiéta à la nouvelle de la maladie de son mari. Elle l’aimait et l’attendait maisvoilà que tous revenaient sans lui.Abdullah envoya son fils Al-Hâreth à Médine pour ramener son frère mais à son arrivée, il letrouva déjà mort.Amena fut très triste de la nouvelle de la mort de son mari et, en pensant à l’enfant qu’elleportait et qui devait naître orphelin elle le devenait encore plus.AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 12
  16. 16. Histoires ReligieusesMais Allah, que Son nom soit loué et exalté, entourait l’enfant de Sa miséricorde, leprotégeait soigneusement, le guidait sur le droit chemin et le préparait pour une missionsublime. “Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il t’a accueilli ! Ne t’a-t-Il pas trouvé égaré? Alors Il t’a guidé. Ne t’a-t-Il pas trouvé pauvre ? Alors Il t’a enrichi.” (TSC3, Ad-Douha ‘Le Jour montant’ : 6, 7, 8.) 3 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquà présentde la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation dusaint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 13
  17. 17. Histoires Religieuses EPISODE 4 La naissance du prophète Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. {Et quand Abraham et Ismaël élevaient les assises de la Maison : "Ô notre Seigneur, accepte ceci de notre part ! Car cest Toi lAudient, lOmniscient. Notre Seigneur ! Fais de nous Tes Soumis, et de notre descendance une communauté soumise à Toi. Et montre nous nos rites et accepte de nous le repentir. Car cest Toi certes lAccueillant au repentir, le Miséricordieux} (TSC4, Al-Baqara ‘La Vache’ : 127, 128)  1Des hommes avaient quitté la Mecque se dirigeant vers la Syrie. En route, ils passèrent parun moine qui avait délaissé le monde pour adorer Allah.Quatre dentre eux décidèrent de sapprocher de lui pour parler un peu. En ce temps là, lesmoines étaient des hommes de sciences. Les Arabes, qui ne soccupaient que de commerceet damusement admiraient leurs conversations et les écoutaient avec étonnement. Leshommes entrèrent chez le moine, il leur demanda :-« D’où êtes vous ? »-« De la Mecque. »-« Allah vous enverra bientôt un messager. Suivez-le sans hésitation pour vous mettre sur labonne voie, » leur dit-il.Les gens sétonnèrent de ce quil venait de dire et lui demandèrent :-« Comment sappelle-t-il ? »-« Mohammad. »Le moine se retira dans son ermitage où il adorait Allah et les quatre hommes partirent touten pensant aux paroles du moine. Chacun dentre eux décida que, si jamais il avait unenfant, il le nommerait Mohammad, souhaitant quil soit le prophète attendu.  2Pendant que Abd El-Mouttaleb dormait près de la Ka’ba, il vit en rêve un arbre qui poussait.Le sommet de l’arbre arrivait au ciel et ses branches sétendaient de l’Est à l’Ouest.Il vit une lumière intense qui émanait de cet arbre. Les Arabes et les non Arabes seprosternaient devant lui et il devenait de plus en plus majestueux, plus haut et pluslumineux. Il vit des gens de Quraïche qui sagrippaient à ses branches et dautres quivoulaient les couper. Mais, à chaque fois quils sen approchaient un jeune homme4 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquà présentde la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation dusaint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 14
  18. 18. Histoires Religieusesremarquablement beau et d’une belle allure les arrêtait. Abd El-Mouttaleb leva sa mainessayant de tenir une des branches mais ne réussit pas. Il se réveilla alors tout épouvanté.Il se mit à réfléchir au rêve mais il n’en comprenait pas le sens. Abd El-Mouttaleb alla alorschez la prêtresse de Quraïche pour s’informer du sens de ce rêve étrange. Les Arabesavaient lhabitude de consulter les prêtres en ce qui concernait leurs voyages, leursmariages et le sens de leurs rêves. Lorsqu’il fut devant elle, elle remarqua son inquiétude etlui demanda :-« Pourquoi notre maître a-t-il le teint pâle ? »-« Jai eu un rêve effrayant, » lui dit-il.Il le lui raconta et quand il eut fini elle lui dit :-« Si ce rêve se réalise, tu auras parmi tes descendants un homme qui règnera sur le mondede lEst à lOuest et tous lui seront soumis. »Abd El-Mouttaleb se leva tout joyeux. Il rencontra son fils Abu Taleb et lui raconta son rêveet les paroles de la prêtresse. Ensuite, il lui dit :-« Peut-être seras-tu ce fils. »Mais Abou Taleb ne fut pas cet enfant. Ce dernier était encore dans le ventre de sa mère,Amena Bent Wahb. 3  Amena devint enceinte et elle ne sentit jamais la fatigue de la grossesse dont elle entendaitbeaucoup parler par les femmes. Les mois passèrent et elle vit de nombreux rêves parmilesquels un très étrange ! Elle vit une lumière qui sortait delle et illuminait les palais de laSyrieLa même nuit, elle sendormit et entendit une voix qui lui disait :-« Ô Amena, il y a au sein de ton ventre le meilleur des hommes. Quand tu le mettras aumonde, nomme-le Mohammad et ne raconte rien à personne. »Elle se réveilla, regarda autour d’elle mais ne trouva personne dans la chambre. Elle essayade se rendormir mais n’y arriva pas. Cette voix tonnait toujours dans ses oreilles :-« Ô Amena, quand tu le mets au monde nomme le Mohammad. »Amena garda pour elle son rêve et ne le mentionna à personne. 4  Quand ce fut lheure de laccouchement, Amena mit au monde un beau bébé très propre.Elle envoya à Abd El-Mouttaleb un messager qui le trouva assis à la Ka’ba avec les seigneursde Quraïche. Il lui dit : « Amena a mis au monde un garçon. »Abd El-Mouttaleb plein de bonheur se leva. Il se dirigea vers Amena et sortit tout joyeux enportant le bébé. Il pénétra avec lui dans la Ka’ba puis retourna à Amena et lui dit :-« Je le nommerai Kathim. »Il avait eu un enfant appelé Kathim quil avait perdu à lâge de 9 ans et il avait porté sondeuil pendant longtemps. Quand Amena avait eu son bébé, il avait voulu lui donner le mêmenom que ce fils qu’il avait aimé, mais Amena lui dit :-« J’ai eu l’ordre en rêve de le nommer Mohammad.»Abd El-Mouttaleb serra le bébé dans ses bras, lembrassa et dit :-« Jespère que mon fils, celui-là, sera une personne très importante. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 15
  19. 19. Histoires Religieuses  5Les juifs vivaient à Yathreb (Médine) avec les Arabes. Ils leur disaient quils attendaient unprophète qui viendra et qui guidera les gens vers la lumière. Ils se joindront à lui quand ilapparaîtra et ils auront la suprématie sur les Arabes.Certains savants juifs disaient aux Arabes que le temps de son apparition était venu. Dans lamême nuit où Mohammad naquit, un juif observait les étoiles. Il vit une étoile quil navaitjamais vue auparavant. C’était la preuve de la naissance dun nouveau prophète. Il montasur un mont et cria :-« Ô vous les juifs, Ô vous les juifs. »Les gens se réunirent autour de lui et lui demandèrent :-« Quas –tu ? Quy a-t-il ? »-« Une affaire grave. »-« Malheur à toi ! Qu’est-ce qui t’arrive ? »-« Cette nuit, létoile de Mohammad (Ahmed) est apparue. »  6Dans cette même nuit, un homme juif circulait autour des gens de Quraïche réunis et leurdemandait :--« Est-ce quun bébé est né cette nuit parmi vous ? »Les gens sétonnaient et disaient :-« Par Allah, nous ne savons pas. »Le juif disait :-« Retenez bien mes mots : cette nuit–ci est né le prophète de cette nation. »Les juifs attendaient lavènement de Mohammad et quand il apparut et les invita à Allah, ilsle démentirent et refusèrent de le croire !  7Au septième jour de la naissance de Mohammad, Abd El-Mouttaleb ordonna d’égorger desbêtes et invita la noblesse de Quraïche à un banquet. Après avoir mangé, il leur montral’enfant. Ils jetèrent sur lui des regards compatissants parce qu’il était orphelin et que sonpère était mort avant de le voir.Un dentre eux dit :-« Comment sappelle–t-il Abal Hâreth (surnom de Abd El-Mouttaleb) ? »Abd El-Mouttaleb dit :-« Je lai nommé Mohammad. »Un autre sétonna et dit :-« Pourquoi tu as choisi ce nom qui nest pas répandu dans ta famille ou ta tribu ? »Abd El-Mouttaleb ne voulut pas leur dire que Amena avait reçu en rêve l’ordre de le nommerMohammad, car elle lui avait demandé de garder ce secret. (Comme Mohammad signifie enArabe le digne de louanges) Il leur dit :-« Jai voulu quil soit loué par Allah dans le ciel et par les gens sur terre. »Les gens sen allèrent, personne d’entre eux ne se doutait que ce bébé dont ils avaient pitiéétait venu pour les faire sortir de lobscurité vers la lumière de la croyance. Il était le fruit deAbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 16
  20. 20. Histoires Religieuseslinvocation de Ibrahim qui, lorsquil avait reçu l’ordre de bâtir la Ka’ba, avait dit –ce qui peutêtre traduit comme : « Notre Seigneur ! Envoie lun des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier. Car cest Toi certes le Puissant, le Sage ! » (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ : 129) AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 17
  21. 21. Histoires Religieuses EPISODE 5 Halima De Bani Sa’ad 1  Amena donna le sein à son fils le second jour après son accouchement mais elle n’y trouvapas de lait. Il était desséché à cause de la tristesse qu’elle ressentait après la mort de sonmari. La chaleur était forte et elle prit peur pour son fils.Elle rechercha quelqu’un qui pouvait allaiter l’enfant jusqu’à ce qu’elle puisse le confier à unenourrice du désert qui le prendrait loin de la chaleur de la Mecque. Elle trouva Thuwaïba,l’esclave de son oncle Abu Lahab, allaitant son propre enfant et lui donna Mohammad. Aprèsque Thuwaïba l’eut nourri de son sein pendant trois jours, Amena apprit que les nourricesdu désert étaient venues. Elle demanda à son grand-père Abd El-Mouttaleb d’aller lui entrouver une. 2  Il n’avait pas plu tout au long de cette année, et rien n’avait poussé sur les pâturages deHawazân, une tribu arabe. La sècheresse était telle que dix des femmes de Bani Sa‘dpartirent vers la Mecque pour prendre des nouveaux nés en garde. Halima Bint Abi Dhuaïbétait l’une d’entre elles. Elle était accompagnée de son mari Al-Hâreth ibn Abdil ‘Uzza et deson nourrisson Abdullah.Halima monta sur son âne blanc et prit avec elle sa vieille chamelle qui n’avait pas unegoutte de lait dans ses mamelles. Les hommes et les femmes partirent vers la Mecque et àla tombée de la nuit, ils s’installèrent dans des tentes. Cependant Halima et son mari netrouvaient pas le sommeil à cause des cris de leur fils qui pleurait de faim. La mère n’avaitpas de lait dans le sein et si ce n’était la disette où elle se trouvait, elle ne serait pas sortiepour chercher un enfant à garder. Elle espérait en prendre un appartenant à une familleaisée qui lui donnerait beaucoup d’argent pour vivre.Au matin, le convoi reprit la marche vers la Mecque. Ils étaient en retard parce que l’âne deHalima étai chétif et ils devaient l’attendre.Finalement arrivés à la Mecque, ils s’y installèrent et attendirent ceux qui venaient demanderdes nourrices. 3  Abd El-Mouttaleb s’en alla vers celles-ci pour leur proposer la garde de son petit filsMohammad. Il leur disait :-« Ô une telle, j’ai un orphelin, le prends-tu ? »La femme répondait en se détournant de lui :-« L’orphelin ne nous apportera pas du bien, nous recherchons des parents nobles. »Abd El-Mouttaleb continua à le proposer aux nourrices qui le refusaient parce qu’il étaitorphelin. Il n’avait pas un père de qui attendre des biens.AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 18
  22. 22. Histoires ReligieusesChacune prit un enfant tandis que Abd El-Mouttaleb continuait à le leur proposer et qu’elleslui répondaient :-« Orphelin ? Et que peuvent faire sa mère et son grand-père ? »Ainsi, les femmes le refusèrent et toutes en prirent d’autres. Elles s’apprêtaient au retourquand Halima, la seule à ne pas avoir trouvé de nourrisson dit à son mari :-« Par Allah, je déteste partir avec mes deux bêtes sans prendre de nourrisson. »Abd El-Mouttaleb qui la voyait attendre se dirigea vers elle et lui dit :-« Qui es-tu ? »Halima dit :-« Je suis une femme des Bani Sa‘d. »-« Quel est ton nom ? »-« Halima. »Abd El-Mouttaleb dit en souriant:-« Sa’d (bonheur) et Hilm (racine du terme Halima qui signifie compassion) deux qualités quidésignent le bien de tous les temps et la gloire éternelle. J’ai un orphelin que j’ai proposéaux femmes des Bani Sa‘d et qui n’ont pas voulu le prendre. Elles ont dit ‘l’orphelin n’a pasde biens’. Veux-tu l’allaiter toi, peut-être qu’il t’apportera du bonheur. »Halima répondit :-« Attends que je consulte mon mari. »Elle s’en fut vers son mari qui lui dit :-« Prends-le. »Elle retourna vers Abd El-Mouttaleb et lui dit :-« Où est l’enfant, »Il fut heureux d’avoir trouvé une nourrice pour Mohammad et lui dit :-« Viens. »Il la guida vers la maison de Amena qui la reçut cordialement et la mena là où Mohammaddormait. Halima le regarda et vit qu’il était enveloppé dans une étoffe de laine blanche,couché sur son dos sur un bout de tissu de soie verte. Il était si beau qu’elle eut pitié de leréveiller et mit sa main sur sa poitrine. L’enfant lui sourit et ouvrit les yeux et elle se sentitattirée vers lui. Elle l’aima du premier regard, elle se pencha sur lui et l’embrassa entre lesyeux. Le prenant dans les bras, elle sortit vers ses compagnes.  4Halima le mit sur ses genoux et lui donna son sein qu’elle trouva empli de lait. Etonnée, elleregardait l’enfant téter et après lui son fils à satiété. La nuit, ils dormirent d’un sommeilprofond, eux qui n’arrivaient pas à le faire depuis longtemps à cause des cris de faim deAbdillah. Au matin, Al-Hâreth s’en alla traire la chamelle. Il en but et fit boire Halima jusqu’àce qu’elle en fut rassasiée. Al-Hâreth dit :-« Tu sais Halima, tu as pris un enfant béni. »Elle lui répondit :-« Par Allah, je le souhaite. »Les gens s’apprêtèrent pour le départ vers Bani Sa‘d et Halima, avec Mohammad dans lesbras, monta sur son âne qui se mit à courir et à devancer les autres. Ses compagnons laregardaient et disaient :-« N’est-ce pas là ton âne sur lequel tu étais partie ? »-« C’est le même. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 19
  23. 23. Histoires Religieuses 5  Mohammad grandit à Bani Sa‘d jusqu’à l’âge de deux ans après lesquels Halima, toute triste,le ramena à sa mère. Elle l’avait énormément aimé et il lui était très difficile de s’en séparer.Amena serra son fils avec amour, l’embrassa et voulut le garder près d’elle.Halima qui ressentait de la peine à le quitter dit :-« Laisse-le retourner avec nous cette année, je crains pour lui l’insalubrité de la Mecque. »Elle se mit à supplier Amena jusqu’à ce qu’elle eut accepté et elle retourna avec lui touteheureuse. Elle tenait à le garder avec eux.Après son retour, il voyait les enfants jouer autour de lui mais sans se mêler à eux. Ilrecherchait des yeux les enfants de Halima mais ne les voyait pas. Un jour il lui demanda :-« Pourquoi est-ce que je ne vois pas mon frère et ma sœur ? »Elle dit :-« Je te défendrai de mon âme5, ils gardent des moutons à nous. »-« Envoie-moi avec eux. »Mohammad partit garder les moutons. Il était heureux de le faire et il aimait observer le cielet l’horizon. Un jour, il pensa escalader la montagne et le fils de Halima qui le vit s’en futprévenir sa mère. Cette dernière courut avec son mari voir de quoi il s’agissait et vitMohammad assis sur la cime entrain d’observer le ciel. Malgré son jeune âge, l’universl’intriguait.Halima le prit et l’embrassa entre les yeux. Elle descendit avec lui sans se rendre comptequ’un lien s’était établi entre lui et le ciel. 6  Le marché de Okâdh était installé et les Arabes venaient y citer leurs gloires. Les devins yétaient également nombreux et les gens leur présentaient leurs fils. Halima pensa visiter cemarché et lorsqu’elle y fut elle présenta Mohammad à l’un d’entre eux. A la vue deMohammad l’homme cria :-« Ô les Arabes, tuez ce garçon. »Il se retourna mais ne trouva plus Mohammad. Halima s’était enfuie avec lui et les gensdemandaient :-« Quel garçon ? »Le devin dit :-« J’ai vu un garçon qui, par Allah, tuera vos confrères en religion, brisera vos idoles ettriomphera de vous. » 7  Mohammad atteignit six ans et Halima le prit pour le rendre à sa mère. A l’approche de laMecque, elle regarda autour d’elle et ne le vit pas. Elle se mit à le chercher mais ne le trouvapoint. Elle s’en alla toute inquiète vers son grand-père et lui dit : 5 Expression d’amour chez les Arabes.AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 20
  24. 24. Histoires Religieuses-« Je suis arrivée à la Mecque ce soir et aux environs de la ville j’ai perdu Mohammad. Je nesais plus où il se trouve. »Des hommes de Quraïche qui venaient à la Mecque avaient trouvé un jeune garçon assisdans la vallée de Tuhâma sous un arbre. Il tournait les yeux dans toutes les directions del’univers. Ils lui dirent :-« Qui es-tu ? »Il répondit avec assurance :-« Je suis Mohammad ibn Abdallâh ibn bd El-Mouttaleb ibn Bani Hashem. »Ils le prirent et le ramenèrent à Abd El-Mouttaleb qui se réjouit de le voir. Halima égalementen fut heureuse et le ramena vers sa mère. Cette dernière lui demanda :-« Pourquoi le ramènes-tu, toi qui tient à le garder ? »Halima répondit :-« J’ai terminé ce que je devais faire pour lui et j’ai peur pour lui. Je te le ramène comme tule veux. »Halima l’abandonna à sa mère et partit. Mais Mohammad ne devait pas demeurer longtempsavec sa mère. Juste quelques mois après, elle mourut et le laissa. Il était prédestiné à êtreorphelin. AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 21
  25. 25. Histoires Religieuses EPISODE 6 L’Orphelin Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. « Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il ta accueilli ! Ne t’a-t-Il pas trouvé égaré ? Alors Il t’a guidé. Ne t’a-t-Il pas trouvé pauvre ? Alors Il t’a enrichi.Quant à l’orphelin, donc ne le maltraite pas. Quant au demandeur, ne le repousse pas. Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le. » (TSC6, Ad-Douhâ ‘Le Jour Montant’ : 6-11)  1Amena pensa emmener son fils à Yathreb (Médine) pour rendre visite à ses onclesmaternels de la famille An-Najjâr. Elle se prépara pour un long voyage dans le vaste désert.Elle ordonna à Um Aïman, une esclave héritée par Mohammad de son père, de préparer dela nourriture et d’apprêter un chameau. Elle devait également mettre un palanquin sur lechameau pour les protéger du soleil brûlant sur la route.Amena attendit la sortie d’une caravane allant vers Médine. Elle prit avec elle Mohammad etUm Aïman et se joignit au convoi. La caravane continua jusqu’à Médine où Amena et son filsallèrent trouver les An-Najjâr. Mohammad fit la connaissance de ses oncles maternels etpassa chez eux un mois. Il profitait du beau climat de Médine, entendait le murmure del’eau dans les champs et jouissait des jardins et des fleurs. Il avait grandi à la Mecque où leclimat est torride et l’espace vaste comme une mer de sable.A Médine, Mohammad apprit la nage et s’amusa avec ses cousins maternels. Lorsque lavisite fut terminée et que la caravane fut sortie de Yathreb, un orage les surprit en route etla santé de Amena ne put le supporter. Une de ces nuits, elle mourut et Mohammaddéversa bien de larmes. Um Aïman la porta jusqu’au village appelé Al-Abuâ’ où elle l’aenterrée. L’excursion continua pour l’esclave et l’orphelin dont le cœur se triturait.  2Mohammad vécut sous la protection de son grand-père Abd El-Mouttaleb qui l’aimait trèstendrement. Il n’acceptait pas de manger ni de sortir sans lui. Il y avait une natte qui étaitplacée pour Abd El-Mouttaleb à l’ombre de la Ka’ba. Par respect pour lui, ses fils s’asseyaienttout autour jusqu’à son arrivée et personne ne se s’asseyait dessus. Un jour, Mohammad,encore jeune garçon, s’était assis sur la natte et ses oncles l’avaient repoussé à l’arrière.Voyant cela, Abd El-Mouttaleb dit :-« Laissez faire mon fils. Par Allah, il sera quelqu’un d’important. »Ensuite, il le mit près de lui et lui tapota le dos.6 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquà présentde la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation dusaint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 22
  26. 26. Histoires Religieuses 3  Abd El-Mouttaleb tomba malade et ses fils vinrent lui rendre visite. Mohammad se tenaitprès du lit de son grand-père et se sentait tout triste à la vue de son visage pâle. Sa mèreétait morte et son grand-père avait pris soin de lui. Maintenant que ce dernier allait mourir,qui allait se charger de sa garde ? Mohammad connut alors les affres de l’orphelin et latristesse emplit son cœur. Il observait son grand-père malade tout affligé.Son grand-père remarqua ses larmes et eut pitié de lui. Il l’appela et se mit à lui caresser ledos avec tendresse. Il recommanda ensuite à son fils Abu Taleb de se charger de lui aprèssa mort.Abd El-Mouttaleb mourut et Mohammad se tint près de son lit à déverser des larmeschaudes. Toute la Mecque fut attristée de sa mort plus qu’elle ne l’avait été pour quelqu’und’autre. Les marchés furent clos et aucun ne fut installé.Abu Taleb prit l’orphelin chez lui avec ses enfants et l’aima même plus qu’eux. Il nemangeait qu’avec lui et ne dormait qu’à côté de lui. 4  Quraïche apprêtait la caravane de l’été pour la Syrie. Les chameaux étaient chargés demarchandises, les ânes et les mules allaient et venaient.Abu Taleb était à la tête de la caravane. Lorsqu’il fut monté sur sa chamelle, Mohammadprit sa bride et lui dit :-« A qui me laisses-tu mon oncle, je n’ai ni père ni mère ? »Abu Taleb s’attendrit et répondit :-« Par Allah, je le prendrai avec moi. Nous ne nous quitterons jamais. »Il le mit sur sa chamelle derrière lui et Mohammad en fut très heureux. C’était la premièrefois qu’il sortait de la Mecque pour voir un monde qu’il n’avait jamais vu auparavant. Lacaravane avança durant des jours et des nuits jusqu’à la Bosra à l’Est de la Jordanie là oùles commerçants romains venaient échanger leurs marchandises avec les Arabes. Il y avait,à côté du marché, un couvent où se trouvait un moine appelé Bahîra. Généralement, lescaravanes arabes passaient près du marché sans attirer l’attention du moine. Mais cette fois-ci, avec la caravane où se trouvait Mohammad, il en fut autrement et il envoya dire à AbuTaleb :-« J’ai préparé de la nourriture pour vous, gens de Quraïche, et j’aimerais que vous ypreniez part tous, les grands et les petits. »Ils s’étonnèrent de ses paroles et un homme d’entre eux dit :-« Bahîra, tu n’as jamais fait ça quand nous passions près de toi, qu’est-ce qui t’arrivesaujourd’hui ? »Le moine répondit :-« Ce que tu dis est vrai. Mais vous êtes des hôtes et j’ai voulu vous honorer et préparer dela nourriture pour vous tous. »Ils allèrent chez lui et Mohammad resta en arrière sous un arbre. Bahîra dit :-« Ô gens de Quraïche, que personne d’entre vous ne manque mon repas. »Ils lui répondirent :-« Bahîra, personne de ceux qui doivent venir n’y manque, à part un garçon qui est le plusjeune d’entre nous. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 23
  27. 27. Histoires ReligieusesBahîra dit :-« Qu’il vienne avec vous. Je trouve très disgracieux que vous veniez quand l’un d’entrevous demeure en arrière. »Un homme dit :-« Par allât et al-uzza (deux dieux idoles qu’ils adoraient), je trouve qu’il sera mal de notrepart de faire manquer au fils de Abdillah ibn Abd El-Mouttaleb un repas que nous prenonsensemble. »Il s’en alla le chercher et le fit s’asseoir entre les gens.Mohammad s’assit près de Bahîra qui se pencha sur lui et lui dit :-« Par allât et al-uzza, réponds-moi à propos de ce que je vais te demander. »Mais Mohammad détestait les idoles et ne reconnaissait pas allât, al-uzza, hubal et les autresstatues que son peuple adorait. Il dit :-« Ne me demande pas par allât et al-uzza parce que, par Allah, je ne déteste rien de plusqu’eux. »Bahîra le regarda un moment et dit :-« Donc, par Allah, réponds-moi à propos de ce que je vais te demander. »Mohammad dit :-« Demandes-moi ce que tu veux. »Bahîra se mit à le questionner à propos de choses qu’il faisait pendant sa veille ou sonsommeil. Quand il eut fini, il s’en alla vers Abu Taleb et lui dit :-« Quel lien y a-t-il ente ce garçon et toi ? »Abu Taleb répondit :-« Mon fils ! »Bahîra dit avec beaucoup d’assurance parce qu’il savait que le prophète de cette époquedevait grandir en étant orphelin :-« Il n’est pas ton fils et le père de ce garçon ne peut être vivant. »Abu Taleb dit :-« C’est le fils de mon frère. »-« Et qu’est devenu son père ? »Abu Taleb répondit :-« Il est mort quand sa mère était enceinte de lui. »-« Tu dis vrai et qu’est devenu sa mère ? »-« Elle est morte dernièrement. »-« Tu dis vrai. Retourne avec ton neveu dans votre pays et protège-le des Juifs. Par Allah, ilsle tueront, s’ils le reconnaissent et savent ce que je sais de lui. » 5  Mohammad revint de Syrie. Il prenait soin des moutons et passait ses jours dans les espaceslibres à contempler le monde et à regarder le ciel qui lui faisait entrevoir les secrets del’univers. En même temps, en se penchant sur les moutons, la compassion emplissait soncœur. C’était pour lui un entraînement à la gérance des gens.Les hommes riches de la Mecque organisaient chez eux des fêtes bruyantes avec deschanteuses et des danseuses. Une nuit, Mohammad voulut s’amuser comme font les jeunesgens. Il dit au garçon qui gardait les moutons avec lui :-« Prends soin des moutons pendant que j’irai m’amuser et passer un bon temps commefont les jeunes gens. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 24
  28. 28. Histoires ReligieusesLe garçon dit :-« Oui. »Il garda les moutons et Mohammad s’en alla jusqu’aux maisons de la Mecque d’où ilentendit du chant, le son des tambours de basque et des flûtes. Il demanda :-« Qu’est-ce que c’est ? »On lui répondit :-« Un homme et une femme de Quraïche se marient. »Il s’assit pour voir mais le sommeil prit le dessus et il s’endormit sans rien voir ni entendre.La nuit passa et seule la chaleur du soleil lui fit reprendre conscience. Il se leva alors etretourna à ses moutons.Allah qui l’avait préservé de l’adoration des idoles l’avait préservé des jouissances des jeunesgens de Quraïche parce qu’Il l’apprêtait pour une mission majestueuse.  6Un homme était venu vendre sa marchandise à la Mecque. Une des éminences nobles de laville la lui avait prise sans lui payer son dû. L’homme s’en fut vers les hommes importants etleur demanda de l’aider à reprendre son droit mais ils refusèrent. Il escalada un petit mont àla Mecque appelé le mont Quobeis et appela les gens à l’aide en criant. Azzubaïr, l’oncle deMohammad, avec les nobles de Quraïche allèrent à son secours et pénétrèrent à la maisonde Bani Jadâane. C’était le lieu de leur réunions et conseils. Ils se mirent d’accord pour aiderl’opprimé et pour lui restituer son droit.Ils se sont dirigés chez le noble qui n’a pas payé à l’homme son dû. Ils lui ont repris lamarchandise et l’ont remise à son propriétaire.Mohammad a pris part dans cette réunion appelée réunion ‘Alfodoul’ car il détestaitl’injustice et avait des sentiments nobles qui le poussaient à aider les persécutés et lesopprimés. AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 25
  29. 29. Histoires Religieuses EPISODE 7 Khadîdja Bint Khouailid  1Mohammad grandit et atteignit l’âge de vingt cinq ans. Il était célèbre à la Mecque, il étaitconnu pour son honnêteté, la pureté de sa conscience et sa loyauté, il fut nommé ‘Le Loyal’.Un jour, les commerçants de la Mecque se préparaient pour la sortie de la caravane demarchandises de Khadîdja Bint Khouailid. Cette dernière faisait partie des notables et desriches de Quraïche. Elle embauchait des hommes dans son commerce, et prêtait de l’argentaux marchands pour qu’ils partagent son commerce et ses bénéfices et elle gagnait enretour leur fidélité.Ce jour là, Abu Taleb rencontra Mohammad, et lui dit :-« Je suis un homme pauvre, et le temps s’est aggravé avec des années difficiles. Et nousne disposons pas d’un commerce. Et voilà les caravanes de ta tribu qui se préparent pourleur départ vers la Syrie. Khadîdja Bint Khouailid envoie des hommes de ton peuple avec sescaravanes faire du commerce avec ses biens et ils réalisent des bénéfices. Si tu te présentesà elle, elle n’hésitera pas une seconde et te privilégiera aux autres car personne ne doute deta pureté. »Mohammad dit :-« Peut-être enverra t-elle quelqu’un à ma recherche ? »Son oncle Abu Taleb lui répondit qu’il craignait qu’elle le remplace par un autre s’il ne seprésentait pas à elle.Mohammad refusa de se présenter à elle car il n’aimait pas demander à quelqu’un de luirendre service.  2Abu Taleb alla chez Khadîdja, et lui dit :-« Pouvez-vous embaucher Mohammad ? »Elle répondit :-« Si tu nous as sollicité pour une personne qui n’est pas de nos proches nous aurionsaccepté, alors comment se fait-il que nous refusions une personne proche de nous et bienaimée. »Khadîdja envoya à la recherche de Mohammad. Lorsqu’il est venu, elle lui dit :-« Ce qui me poussa à te faire venir c’est la sincérité de tes paroles, ton immense loyauté etla noblesse de ton caractère, je te donne le double de ce que je donne à autre homme deton peuple. »Mohammad accepta de travailler dans le commerce de Khadîdja. Il rencontra son oncle AbuTaleb et il lui raconta l’histoire, son oncle répondit :-« Ce moyen de subsistance, Dieu te l’a envoyé. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 26
  30. 30. Histoires Religieuses  3Mohammad s’apprêta à sortir avec la caravane de Khadîdja accompagné de son esclaveMaïssara. Les oncles de Mohammad sont venus lui souhaiter bon voyage en recommandantaux hommes de bien prendre soin de lui, car c’était la première fois que Mohammad partaitseul. La caravane voyagea durant des jours et des nuits, et Mohammad et Maïssaradiscutaient. Maïssara apprécia les paroles de Mohammad et la bonté de son caractère. Lesjours passaient et Maïssara se rapprochait de plus en plus de lui.Quand la caravane arriva au marché de Bossera, Mohammad et Maïssara se lancèrent dansla vente de la marchandise de Khadîdja. Un jour, un désaccord sur une marchandise s’estproduit entre un homme et Mohammad, l’homme dit à Mohammad :-« Jure moi par Allât et Al-uzza (idoles quadoraient les anciens Arabes).»Mohammad répondit :-« Je n’ai jamais juré par eux. »L’homme lui dit tout en le regardant avec stupéfaction, car tous les Arabes jurent par eux :-« La décision est la tienne. »L’homme ne voulait pas s’opposer à Mohammad, car il saisit que ce dernier était différent deces marchands qui jurent par les idoles tout en disant des mensonges.Les commerçants vendirent tout ce qu’ils ont apporté, et gagnèrent une fortune. Maïssaras’approcha de Mohammad et lui dit tout en étant réjoui :-« Oh Mohammad, nous avons travaillé avec la marchandise de Khadîdja pendant desannées, mais nous n’avons jamais gagné autant qu’en ta présence. »  4Khadîdja se tenait debout dans une chambre élevée pour attendre. Dès qu’elle aperçut deloin l’approche des dromadaires, des ânes et des mulets avec la poussière qui sélevait dansle ciel, elle a su que se sont ses caravanes qui revenaient de la Syrie car c’est le moment deleur retour.C’était les caravanes de Khadîdja qui s’approchaient. Mohammad et Maïssara étaient entête. Maïssara se tourna vers Mohammad et lui dit :-« Veux-tu aller en premier à Khadîdja et lui annoncer ce qu’Allah nous a accordé en taprésence ? »C’était le milieu de la journée lorsque Mohammad s’approcha et Khadîdja était debout danssa chambre entrain d’attendre. Quand elle l’a aperçu sur son chameau, elle l’a reconnu, ets’est préparée pour l’accueillir.Mohammad arriva chez elle tout en étant beau et charmant et commença à lui raconter cequ’il a fait pendant son voyage, ce qu’ils ont gagné. Elle l’écoutait avec enthousiasme touten ressentant son cœur s’ouvrir à lui. Et quand il termina son discours, elle lui demanda :-« Où est Maïssara ? »Mohammad répondit :-« Je l’ai laissé dans le désert. »Khadîdja lui dit :-« Veux-tu aller le hâter pour qu’il vienne vite. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 27
  31. 31. Histoires ReligieusesMohammad lui annonça ses gains, elle gagna le double de ce qu’elle gagnait auparavant.Elle attendait Maïssara non pas pour connaître les nouvelles de son commerce, mais ellevoulait qu’il lui raconte les nouvelles de Mohammad, et de ce qu’il a fait pendant le voyage. 5  Khadîdja avait la quarantaine, son peuple l’appelait ‘La pure’ et ‘La Dame de Quraïche’. Elleétait blanche de peau légèrement replète. Elle avait des cheveux noirs raides et de grandsyeux. Plusieurs nobles de Quraïche avaient demandé sa main mais elle les a tous refusés,car elle n’a pas trouvé parmi eux celui qu’elle voulait. Cependant, une fois qu’elle a vuMohammad, elle l’a tout de suite aimé et pensa à se marier avec lui. Mais comment aborderle sujet avec lui ?Mohammad et Maïssara étaient devenus très proches pendant qu’ils travaillaient ensembledans le commerce de Khadîdja et un lien d’amitié s’est raffermi entre eux. Khadîdja pensaalors à lui envoyer Maïssara pour qu’il aborde le sujet avec Mohammad. Maïssara est venu àMohammad et lui dit :-« Mohammad, qu’est-ce qui t’empêche de te marier ? »Mohammad répondit :-« Je n’ai rien à offrir pour me marier ? »Maïssara lui dit :-« Et si on te le fournit, et qu’on te propose la fortune, la beauté, l’honneur et la suffisance,refuseras-tu ? »Mohammad répondit :-« De qui s’agit-il ? »Maïssara dit :-« Khadîdja. »Mohammad lui répondit et il ne croyait pas ce qu’il venait d’entendre :-« Et comment je pourrais le faire ? »Maïssara lui dit :-« Je m’en chargerai ! » 6  Maïssara raconta à Khadîdja qu’il venait de parler à Mohammad à propos de sa propositionde mariage, et qu’il avait accepté la proposition. Khadîdja s’est vite sentie satisfaite etenvoya un message à Mohammad :-« Oh mon cousin, je t’ai choisi pour ton lien de parenté, pour ta noblesse au sein de tonpeuple, ta loyauté, la bonté de ton caractère et la sincérité de tes paroles. »Khadîdja avait en effet un lien parental avec Mohammad, Qossei était leur grand-père.Elle a fixé un rendez-vous avec lui pour qu’il vienne chez elle accompagné de ses onclespour célébrer le mariage. A la date convenue, Mohammad vint avec ses oncles Abu Taleb etHamza ibn Abd El-Mouttaleb ainsi que les nobles de Quraïche. Ils trouvèrent les parents deKhadîdja entrain de les attendre.Abu Taleb se leva et dit :-« Mon neveu, Mohammad fils d’Abdallah, s’il est comparé à un autre homme, sa noblesse,sa bienfaisance et sa sagesse remporteront. Quant à la richesse, c’est le peu qu’il possède,AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 28
  32. 32. Histoires Religieusesl’argent ne dure jamais longtemps. Et il est venu aujourd’hui demander la main de votrehonorable Khadîdja. »Waraqa Ibn Nawfal se leva – Il était un proche de Khadîdja - et dit :-« Je vous prends témoins au nom de toutes les tribus de Quraïche, que je viens de marierKhadîdja Bint Khouailid à Mohammad Ibn ‘Abdillah. »Abu Taleb répondit, car il voulait entendre le consentement de la part de la personne la plusproche d’elle :-« J’aurais bien voulu entendre l’avis de son oncle. »Son oncle se leva, et dit :-« Je vous prends témoins au nom de toutes les tribus de Quraïche, que je viens de marierKhadîdja Bint Khouailid à Mohammad Ibn ‘Abdillah. »Les hommes se sont présentés en suite au festin que Mohammad organisa, et Khadîdjaordonna à ses bonnes de danser et de jouer avec les tambourins. Et voilà Mohammad leLoyal épousa Khadîdja la pure, la dame de Quraïche. 7  Un jour, Quraïche décida de rénover la Ka’ba (Maison du Dieu). Les tribus de Quraïche ontrassemblé les pierres pour sa construction, chaque tribu ramassait de son coté et ellescommencèrent la construction. Une fois que la construction atteignit l’emplacement de lapierre noire, les tribus se sont opposées : chacune d’entre elles voulait avoir l’honneur de ladéposer. L’opposition devint intense et les tribus s’apprêtaient au combat.Les nobles de Quraïche se sont réunis dans l’enceinte sacrée pour se consulter l’uns avec lesautres sur ce qui doit être fait pour éviter la guerre. Un homme parmi eux dit :-« O Quraïche, laissez la première personne qui entrera par la porte de la mosquée résoudrevotre conflit. »Les tribus ont accepté l’idée et se sont mises à attendre. Et ce fut Mohammad la premièrepersonne qui entra dans la mosquée. Dés qu’elles l’ont vu ; toutes les tribus se sontréjouies :-« Voilà le Loyal, c’est Mohammad, nous acceptons la proposition. »Elles lui ont fait part de leur préoccupation, et il dit :-« Ramenez-moi un morceau de tissu. » Quand elles lui ont apporté un tissu, Mohammad prit la pierre noire avec ses mains et l’ydéposa et dit :-« Que chacune des tribus tient le tissu par un côté et puis soulevez le ensemble. »Chaque tribu a tenu le morceau de tissu par un côté et commencèrent à le soulever. Unefois qu’elles ont atteint l’endroit de l’emplacement de la pierre, Mohammad l’a prise avecses mains et la posa, puis la construction fut achevée.Les tribus de Quraïche étaient satisfaites du geste de Mohammad, car il les a fait tousparticiper dans le soulèvement de la pierre noire sans guerre ou combat et en les sauvantavec sa sagesse d’un malheur apparent, car les guerres éclataient entre elles pour desfutilités. AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 29
  33. 33. Histoires Religieuses EPISODE 8 La révélation Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. «Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé lhomme dune adhérence. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume [le calame],a enseigné à lhomme ce quil ne savait pas. » (TSC7, Al-‘Alaq ‘L’Adhérence’ :1-5)  1Mohammad vivait dans la maison de Khadîdja. Les deux époux s’aimaient beaucoup. Ence temps là, il avait un penchant pour la réflexion et passait beaucoup de temps dans laméditation. Khadîdja qui remarqua son calme l’abandonnait à ses pensées. Elle ne l’ennuyaitpas avec son bavardage comme font les autres épouses avec leurs maris. Elle était sage etelle le laissait à son inclination.Mohammad revenait de la Ka’ba et se mettait à réfléchir à propos des 360 idoles qui s’ytrouvaient. Il s’étonnait de voir ses compatriotes adorer des statues fabriquées par leursmains et qui ne répondaient même pas à leurs invocations.Mohammad finit par découvrir que cet univers avait un Dieu unique qui a créé le soleil, lalune, le ciel, la terre, les fleuves, les montagnes, l’être humain et les animaux. C’est vers ceDieu unique que les hommes devaient se diriger dans leurs invocations et Il est le Seuldigne d’être adoré. Aussi Mohammad prenait-il sa nourriture et sa boisson et s’en allait à lacaverne de Hirâ’ loin du bruit des gens. Il y passait un mois chaque année et adorait Dieu lanuit et le jour.Mohammad aimait la solitude car elle facilite le contact avec l’univers. Le cœur se libère dessoucis de ce monde, l’esprit se purifie et le savoir se précise. Mohammad passait son moisen adoration. Il nourrissait les pauvres qui passaient près de lui des galettes et de l’huilequ’il avait apportées.Il voyait dans son sommeil des rêves qui se réalisaient au matin car son esprit s’était purifiéet il s’était rapproché de Dieu.  2Un jour, à quarante ans, Mohammad avait pris sa nourriture et avait été à la caverne deHirâ’. Il passait le jour en adoration et la nuit en prière et jeûnait tous les jours. Une nuit oùle soleil s’était couché, il s’était enveloppé dans sa cape et avait posé sa tête pour dormir un7 TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusquà présentde la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation dusaint Coran. (NdT)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 30
  34. 34. Histoires Religieusespeu. C’était une nuit du mois de Ramadan, la nuit de « Al-Qadr » (la destinée). Soudain, ilentendit une voix qui lui disait dans son sommeil :-« Lis. »Mohammad répondit :-« Je ne lis pas. »Il sentit quelque chose qui le serrait jusqu’à l’étouffement, ensuite elle le quitta et lui dit :-« Lis. »Mohammad répondit :-« Je ne lis pas. »La chose le serra une seconde fois jusqu’à l’étouffement et lui dit :-« Lis. »Mohammad répondit :-«Je ne lis pas. »La chose le serra encore une troisième fois jusqu’à l’étouffement et lui dit :-« Lis. »Mohammad dit :-« Lire quoi ? »L’Ange dit :–ce qui peut être traduit comme : [« Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créél’homme d’une adhérence. Lis ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné parla plume (le calame), a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. »] (TSC, Al-‘Alaq ‘l’Adhérence’ :1-5.)Mohammad se réveilla tout effrayé et sortit de la caverne en hâte. Il entendit une voix quivenait du ciel et lui disait :-« Ô Mohammad, tu es le messager d’Allah et je suis « Djibrîl » (Gabriel). »Mohammad leva la tête et vit que les pieds de « Djibrîl » bloquaient l’horizon. Il disait :-« Ô Mohammad, tu es le messager d’Allah et je suis « Djibrîl ». »Mohammad se mit à le regarder mais il ne bougeait pas. Il tournait sa tête vers le ciel detout côté et ne voyait que lui.Mohammad se tenait cloué à sa place. Khadîdja avait envoyé le rechercher et il étaittoujours à la même place. 3  Mohammad retourna vers Khadîdja tout bouleversé. Elle lui dit :-« Ô Abal-Qassem (surnom donné à Mohammad), où étais-tu ? Par Allah, j’ai envoyé desmessagers partout jusqu’à la Mecque et ils sont revenus sans toi. »Il lui dit en tremblant :-« Recouvrez-moi, recouvrez-moi. »Khadîdja le recouvrit et, lorsqu’il se fut calmé, il lui raconta ce qu’il avait vu et lui dit :-« J’ai eu peur d’être devenu fou. »Elle lui répondit avec pleine de foi :-« Jamais de la vie. Aie confiance. Par Allah, Il ne t’humiliera jamais. Tu gardes une bonnerelation avec ta famille et tu dis la vérité. »« Djibrîl » revint à Mohammad (BP sur lui) et lui révéla du Coran –ce qui peut être traduitcomme : [« Ô, toi (Muhammad) ! Le revêtu d’un manteau ! Lève-toi et avertis. Etde ton Seigneur, célèbre la grandeur. Et tes vêtements purifie-les. Et de toutpéché, écarte-toi. Et ne donne pas dans le but de recevoir d’avantage.] (TSC, Al-Mouddathir ‘Le Revêtu d’un manteau’ 1- 6.)AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 31
  35. 35. Histoires ReligieusesMohammad s’endormit pour se reposer et Khadîdja s’en alla voir son cousin paternel« Waraqa ibn Nawfal». Elle lui raconta ce que Mohammad avait vu. « Waraqa » avait lu deslivres et avait étudié La Thora et l’Evangile. Il lui dit :-« Par Celui qui tient l’âme de « Waraqa » entre Ses mains, si tu dis la vérité Khadîdja, c’estl’Archange Gabriel qui venait à « Mûssa » (Moïse) qui lui est venu. Il est le prophète de cettenation. Dis-lui de tenir bon. »Khadîdja retourna vers le Messager et lui répéta les paroles de « Waraqa ». Il s’en allaensuite pour tourner autour de la Ka’ba et trouva « Waraqa » là-bas. L’homme vint à lui etlui dit :-« Ô mon neveu, raconte-moi ce que tu as vu et entendu. »Le Messager d’Allah lui raconta et « Waraqa » lui dit :-« Par Celui qui tient mon âme entre Ses mains, tu es le prophète de cette nation et c’estl’Archange Gabriel qui venait à Mûssa qui t’est venu. Tu seras démenti, tu seras maltraité, tuémigreras et tu seras combattu. Si je vis jusqu’à ce temps, je combattrai pour Allah commeIl le sait. » 4  « Djibrîl » venait révéler à Mohammad les ordres d’Allah. Khadîdja voulut s’assurer à proposde celui qui lui venait. Elle lui dit :-« Ô mon cousin, peux-tu me prévenir lorsque ton ami vient te voir ? »Mohammad lui répondit :-« Oui. »« Djibrîl », que la paix le recouvre, vint et le Messager (BP sur lui) dit à Khadîdja :-« Ô Khadîdja, voilà « Djibrîl » qui est venu. »Elle dit :-« Viens mon cousin te mettre sur ma cuisse gauche. »Le Messager s’exécuta et Khadîdja lui dit :-« Le vois-tu encore ? »Le Messager répondit :-« Oui. »Khadîdja lui dit :-« Viens te mettre sur ma cuisse droite. »Le Messager d’Allah changea de place et vint se mettre sur sa cuisse droite et elle lui dit :-« Le vois-tu ? »Il dit :-« Oui. »Elle dit :-« Viens te mettre sur mon giron. »Le Messager se déplaça et se mit sur son giron et elle lui demanda :-« Le vois-tu ? »Il dit :-« Oui. »Elle découvrit son visage avec le Messager d’Allah assis sur son giron et dit :-« Le vois-tu ? »Il répondit :-« Non. »-« Ô mon cousin, tiens bon et prend confiance, par Allah, c’est un ange et pas un démon. »AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 32
  36. 36. Histoires Religieuses  5Mohammad s’en alla à la caverne de Hirâ’ et attendit pour voir « Djibrîl » mais il ne vint paspendant longtemps. Il fut très triste et pensa qu’Allah l’avait délaissé. Pendant qu’il étaitencore dans cet état, il entendit une voix qui appelait :-« Ô Mohammad, tu es réellement le messager d’Allah. »Il leva les yeux au ciel et vit l’Ange qui lui était venu à Hirâ’ assis sur une chaise au ciel. Il seréjouit de sa venue et « Djibrîl » se mit à lui apprendre le Coran –ce qui peut être traduitcomme :[« Par le Jour Montant ! Et par la nuit quand elle couvre tout ! Ton Seigneur ne t’ani abandonné, ni détesté. La vie dernière t’est, certes, meilleure que la vieprésente. Ton Seigneur t’accordera certes (Ses faveurs), et alors tu serassatisfait. Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il t’a accueilli ! Ne t’a-t-Il pastrouvé égaré ? Alors Il t’a guidé. Ne t’as-t-Il pas trouvé pauvre ? Alors Il t’aenrichi. Quant à l’orphelin, donc, ne le maltraite pas. Quant au demandeur, ne lerepousse pas. Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le. »] (TSC, Ad-Douhâ ‘Le Jour montant’ : 1-11). AbdelHamid Jouda As-Sahar La Sirah 33

×