MARS

722 vues

Publié le

Le premier numéro de la-revue.net est consacré à l'identité nationale.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
722
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MARS

  1. 1. MAR S Pourquoi
déba,re
?
 Eclairage
sur
«
Le
grand
débat
sur
l’iden9té
na9onale
»
 N°1
 Mars
2010
 www.la‐revue.net

  2. 2. S
O
M
M
A
I
R
E
 Dossier Edito : Une
 nouvelle
 revue
 comme
 Déba,re
sur
l’iden9té
na9onale
 p.11
 une
bonne
résolu9on









p.3
 Fragments : Chronologie : Ce
 qu’il
 faut
 retenir
 de
 ...
 Janvier
2010























p.4
 Le
grand
débat
en
cita9ons
 
 p.13
 Le
grand
débat
en
dates
 
 p.14
 Ce
 qu’il
 faut
 retenir
 de
 ....
 La
presse
et
le
grand
débat

 
 p.16
 Février
2010























p.6
 Eclairages : Par
Anne‐Marie
Thiesse,
historienne p.20 Par
 Philippe
 Breton,
 professeur
 en
 Sciences
 de
 l’informa9on
 et
 de
 la
 communica9on p.23 2 Pour aller plus loin : Eric
Besson,
Pour
la
na)on
 
 
 p.26
 Patrick
Weil,
Qu’est‐ce
qu’un
Français
?
 
 p.26
 Dominique
Schnapper,
Qu’est‐ce
que
l’intégra)on
 p.27
 Amin
Maalouf,
Les
iden)tés
meurtrières
 
 p.29
 Philippe
Breton,
La
parole
manipulée
 
 p.29
 Gérard
Noiriel,
A
quoi
sert
l’iden)té
na)onale
 p.30
 Diagonales: Du
Néron
chez
Besson
 
 
 p.32
 Eric
Besson,
une
stratégie
“média
an9‐social”
 p.33
 Blade
Runner
ou
les
illusions
de
l’inden9té
 
 p.34
 Varia
:
 
 Le
point
sur
...
la
pauvreté
en
France

 
 p.36
 
 La
point
sur
...
Haï9

 
 
 p.38
 
 Lectures

 
 
 
 p.40 

  3. 3. E
D
I
T
O
 Une nouvelle revue comme une bonne résolution… 2,5
millions
de
lecteurs
par
jour
pour
20
minutes,
à
 mais
 
 qu'historiens,
 
 
 géographes,
 écrivains
 et
 peine
 moins
 pour
 Métro.
 45%
 des
 Français
 de
 15
 sociologues
 ont
 tenté
 d'éclairer.
 Pauvres
 écrivains,
 ans
 et
 plus
 u9lisent
 Internet
 pour
 faire
 des
 pauvres
 sociologues,
 appelés
 en
 ce
 débat
 à
 recherches
documentaires,
23%
pour
visiter
un
blog
 résumer
en
quelques
phrases
des
ques9onnements
 ou
 un
 site
 personnel,
 21%
 pour
 lire
 la
 presse
 en
 bien
complexes.
C'est
ce,e
contradic9on
‐
entre
un
 ligne.
 Des
 usages
 qui
 n'existaient
 pas
 il
 y
 a
 en
 sujet
si
passionnant
et
un
débat
si
pauvre
‐
qui
nous
 encore
 vingt
 ans
 et
 qui
 aujourd'hui
 font
 par9e
 de
 a
amené
à
prendre,
une
fois
n'est
pas
coutume,
une
 notre
 quo9dien.
 Sans
 compter
 que
 la
 télévision,
 la
 bonne
 résolu9on,
 sous
 la
 forme
 d'une
 nouvelle
 radio,
 la
 presse
 con9nuent
 de
 cons9tuer
 nos
 revue.
 Avec
 pour
 premier
 sujet,
 le
 débat
 sur
 sources
 d'informa9ons
 privilégiées
 :
 87%
 des
 l'iden9té
 na9onale,
 et
 pour
 voca9on
 l'envie
 de
 Français
 déclarent
 regarder
 la
 télévision
 tous
 les
 proposer
 sur
 l'actualité
 un
 éclairage
 que
 nous
 jours,
 plus
 de
 trois
 électeurs
 sur
 quatre
 disent
 souhaitons
 différent.
 Sous
 quelle
 forme
 ?
 Une
 suivre
 un
 journal
 télévisé
 au
 moins
 cinq
 fois
 par
 revue,
 mensuelle,
 et
 un
 blog,
 la‐revue.net.
 Pour
 le
 semaine.
 blog,
 c'est
 très
 simple
 :
 il
 s'agira
 de
 proposer
 régulièrement
 une
 perspec9ve,
 une
 analyse,
 une
 opinion
 sur
 l'actualité
 immédiate.
 Invités
 et
 Des
supports
qui
se
mul9plient,
des
sources
qui
se
 commentateurs
 seront
 conviés
 à
 enrichir
 un
 débat
 diversifient.
 Il
 est
 de
 bon
 ton
 aujourd'hui
 qui
se
veut


 d'annoncer
 que
 nous
 sommes
 entrés
 d'annoncer
que

sources
 débat
qui
se
veut
permanent.
Pour
la
 dans
 une
 société
 de
 la
 connaissance,
 revue,
il
il
s'agira
au
contraire
de
faire
 l ' i n f o r m a 9 o n
 e t
 s a
 m a î t r i s e
 une
 pause,
 et
 de
 prendre
 le
 temps
 cons9tuant
l'un
de
ses
fondements.
 chaque
 mois
 de
 faire
 le
 point.
 Pour
 M a i s
 c e , e
 o m n i p r é s e n c e
 d e
 commencer,
 une
 «
 Chronologie
 »,
 l'informa9on
ne
fait
pas
forcément
de
 coup
 de
 projecteur
 sur
 les
 grands
 et
 nous
 un
 lecteur
 mieux
 informé,
 et
 pe9ts
événements
du
mois
précédent.
 3 plus
 cri9que.
 De
 l'informa9on,
 nous
 Ensuite,
 un
 «
 Dossier
 »,
 cœur
 de
 la
 ne
 retenons
 le
 plus
 souvent
 que
 revue,
 réunissant
 des
 contribu9ons
 l'émo9on,
les
sen9ments
et
d'un
jour
 d'universitaires,
 d'intellectuels,
 déjà
remplacée
le

l’émo9on
 d'éditorialistes,
avec
une
 réac9ons
qu'elle
a
pu
susciter
en
d'un
 jour
déjà
remplacée
le

l’émo9on
 d'un
 jour
 déjà
 nous
 lors
 de
 son
 écoute,
 émo9on
 une
ambi9on,
inviter
nos
lecteurs
à
faire
ensemble
 remplacée
le
lendemain
par
une
nouvelle
tout
aussi
 un
tour
de
la
ques9on,
détours
compris.
Après,
un
«
 drama9que.
 Nous
 sommes
 plus
 informés,
 sans
 Sujet
 »,
 qui
 se
 propose
 de
 faire
 le
 point
 sur
 un
 forcément
 être
 mieux
 informés.
 Voilà
 pour
 le
 thème
 précis.
 Enfin,
 des
 «
 Comptes
 rendus
 »,
 contexte
général.

 d’ouvrages
 récents
 ou
 d’essen9els,
 d’ar9cles
 de
 journaux
ou
de
revues
qui
ont
atré
notre
a,en9on
 Car
 à
 la
 source
 de
 ce,e
 revue,
 il
 y
 a
 un
 contexte
 ou
 celle
 de
 nos
 chroniqueurs,
 sans
 oublier
 les
 «
 plus
 par9culier.
 Celui
 d'une
 émission
 de
 radio,
 Retours
 »,
 pages
 ouvertes
 aux
 droits
 de
 réponse,
 entendue
 un
 soir
 de
 décembre,
 qui
 me,ait
 aux
 opinions,
cri9ques
et
courriers
de
nos
lecteurs.
 prises
 trois
 interlocuteurs
 et
 deux
 animateurs
 débordés
autour
d'un
débat
que
quelques
hommes
 Parce
que
la
démocra9e
repose
sur
les
mots,
et
que
 poli9ques
 avaient
 décidé
 d'imposer
 aux
 Français.
 les
mots
sont
des
armes.
Des
mots
qui
la
menacent
 Un
 débat
 sur
 l'iden9té,
 au
 singulier,
 na9onale,
 ou
 la
 renforcent,
 qui
 ne
 sont
 en
 tout
 cas
 jamais
 celles
 des
 Français,
 la
 notre.
 Un
 débat
 «
 plébiscité
 neutres
 mais
 toujours
 vecteurs
 d’idées.
 Et
 qu’en
 par
les
Français
»,
un
débat
qui
met
la
gauche
mal
à
 conséquence,
 chaque
 débat
 qui
 se
 crée,
 doit
 avoir
 . l'aise,
une
discussion
qui
n'a
de
débat
que
le
nom,
 pour
objec9f
la
créa9on
de
champs
de
bataille,
où
 tant
 sont
 encouragés
 réac9ons
 et
 préjugés.
 La
 peuvent
s’affronter,
à
armes
égales,
sans
tromperie,
 ques9on
des
iden9tés,
na9onales
pourquoi
pas,
est
 sans
trucage,
à
la
loyale,
les
idées
de
tous
.

 pourtant
un
beau
sujet.
De
ceux
qui
ne
se
résolvent
 pas
en
quelques
commentaires,
mais

qu'historiens,

 géographes



  4. 4. C
H
R
O
N
O
L
O
G
I
E
 Ce qu’il faut retenir de … janvier 2010 Collusion
média9que
 
Régressions
sarkozystes
 4‐
 Roselyne
 Bachelot
 invitée
 sur
 TF1
 11‐
 Fadela
 Amara
 dans
 un
 entre9en
 annonce
que
la
moi9é
des
94
millions
de
doses
 accordé
 au
 Progrès
 réaffirme
 la
 commandées
par
la
France
sont
annulées.
C’est
 nécessité
de
ne,oyer
les
cités
urbaines
 la
 fin
 de
 la
 crise
 de
 la
 grippe
 A
 qui
 n'a
 pas
 été
 traitée
 comme
 un
 problème
 de
 santé
 publique
 au
Kärcher.
 Deux
mois
avant
les
régionales
le
 mais
comme
des
scandales
à
répé99on.
 gouvernement
 ressort
 les
 trois
 «
 i
 »
 :
 iden9té
 na9onale,
insécurité,
immigra9on.
 5‐
 
 Jean‐Michel
 Apathie
 rec9fie
 une
 23‐
 Le
 directeur
 général
 des
 Hôpitaux
 informa9on
 erronée
 sur
 les
 retraites,
 de
 Paris
 confirme
 dans
 un
 entre9en
 au
 après
une
pub
dans
le
Grand
journal
de
Canal+
 Parisien
la
suppression
de
3.000
à
4.000
 Sa
 source
 ?
 Un
 SMS
 du
 Premier
 Ministre,
 postes.
 Une
 coupe
 budgétaire
 qui
 risque
 e nv o y é
 s u r
 l e
 n u m é ro
 p e rs o n n e l
 d u
 d'avoir
 des
 conséquences
 drama9ques
 chroniqueur....

 notamment
en
terme
de
délais
d'avortement.
 11‐
 Fox
 News
 annonce
 le
 recrutement
 d'une
 commentatrice
 hors
 pair...
 Sarah
 25‐
123
kurdes
découverts
une
plage
de
 Palin.
 Les
 médias
 américains,
 un
 an
 après
 Bonifacio
 sont
 immédiatement
 placés
 l'élec9on
 de
 Barack
 Obama,
 s’opposent
 plus
 que
jamais
au
pouvoir
en
place.
 en
 centre
 de
 réten9on.
 Les
 juges
 des
 libertés
 et
 de
 la
 déten9on
 de
 différents
 tribunaux
 vont
 ordonner
 leur
 remise
 en
 liberté
  2 5‐
 Nicolas
 Sarkozy
 travaille
 sa
 pour
 non
 respect
 des
 procédures.
 C'est
 un
 communica9on
 poli9que
 dans
 un
 désaveu
d'Eric
Besson
qui
avait
jugé
que
:
«
Face
 4 à
 des
 situa9ons
 d'urgence,
 la
 protec9on
 des
 simulacre
 de
 débat
 avec
 les
 Français
 p e r s o n n e s
 p r i m e
 s u r
 l e
 p o i n 9 l l i s m e
 animé...
par
Jean‐Pierre
Pernaut
!
 procédural».
 27‐
 Présenta9on
 de
 l'Ipad
 par
 Steve
 29‐
 
le
procureur
de
Paris
annonce
qu'il
 Jobs.
 En
deux
semaines,
287
ar9cles
de
presse
 fera
appel
de
la
relaxe
de
Dominique
de
 ont
été
publiés
sur
cet
objet.
Est‐ce
réellement
 Villepin
 dans
 l'affaire
 Clearstream.
 Les
 le
rôle
de
nos
journaux
?
Le
Monde,
à
lui
seul,
a
 médias
 désignent
 immédiatement
 Nicolas
 proposé
dix‐huit
ar9cles
sur
ce
sujet…
 Sarkozy
 comme
 ini9ateur
 de
 ce,e
 décision
 témoignant
du
climat
de
suspicion
qui
règne
sur
 l'indépendance
de
la
jus9ce.

 Repères
 6‐
 Face
 à
 la
 révolu9on
 numérique,
 Nicolas
 Sarkozy
 ne
 re9endra
 que
 deux
 points
 du
 rapport
Zelnik
:
la
taxa9on
des
revenus
publicitaires
en
ligne
et
la
saisine
de
l'autorité
de
la
concurrence
 sur
d'éventuelles
posi9ons
dominantes
sur
le
marché
publicitaire
sur
le
Web.
 7‐
mort
de
Philippe
Seguin.
La
classe
poli9que
dans
son
ensemble
rendent
hommage
à
l'homme
qui
 aura
redonné
de
la
visibilité
et
de
la
crédibilité
à
la
Cour
des
comptes.
 10‐
 Les
 habitants
 de
 la
 Guyane
 et
 de
 la
 Mar9nique
 reje,ent
 massivement
 le
 statut
 d'autonomie
 proposé
 par
 référendum.
 Un
 échec
 reten9ssant
 pour
 les
 progressistes
 et
 autres
 par9sans
du
oui,
un
an
après
la
crise
sociale
qui
avait
ébranlé
la
Mar9nique.
 26‐
 Après
 six
 mois
 de
 travaux,
 la
 mission
 parlementaire
 présidée
 par
 le
 député
 communiste
 André
 Guérin
 affirme
 que
 le
 voile
 intégral
 est
 contraire
 aux
 valeurs
 de
 la
 République.

  5. 5. Proposi9ons
socialistes

 Nouvelles
du
monde

 Mar9ne
Aubry
propose
comme
alterna9ve
aux
 01‐
L'Espagne
prend
la
tête
de
la
présidence
 trois
«
i
»
de
la
droite
les
trois
«
e
»
socialistes
:
 tournante
 de
 l'Union
 Européenne
 tandis
 que
 emploi,
 éduca9on,
 environnement.
 Elle
 peaufine
 son
 les
 deux
 membres
 de
 l'exécu9f
 européen
 élus
 en
 image
de
présiden9able.


 novembre
passé
n'arrivent
toujours
pas
à
s'imposer.
Il
 est
plus
que
jamais
difficile
à
l'Europe
de
parler
d'une
 12‐
 Le
 Par9
 Socialiste
 dépose
 une
 proposi9on
 seule
voix.

 de
loi
sur
le
droit
de
vote
des
étrangers.
Ils
font
 ainsi
suite
au
livre
d'Eric
Besson
Pour
la
Na9on
plaidant
 12‐
 Haï9,
 le
 pays
 le
 plus
 pauvre
 dans
ce
sens.
Le
chef
de
l'Etat
un
temps
favorable
à
ce,e
 mesure
ne
semble
pas
enclin
à
encourager
sa
majorité
à
 d'Amérique
 est
 dévasté
 par
 un
 voter
une
telle
loi.

 tremblement
 de
 terre.
 Rapidement
 la
 solidarité
 interna9onale
 s'organise
 et
 la
 générosité
 19‐
François
Hollande
compte
ses
troupes
dans
 afflue
au
risque
de
voir
d'autres
causes
oubliées.
(
voir
 la
 perspec9ve
 d'une
 candidature
 en
 2012,
 il
 p.38)


 propose
 une
 stratégie
 de
 nouvelle
 croissance
 12‐
 Google
 menace
 de
 qui,er
 la
 Chine,
 basée
 sur
 la
 forma9on,
 l'innova9on
 et
 une
 nouvelle
poli9que
fiscale.


 principal
pays
censeur
de
l'Internet,
 qui
mène
 des
assauts
contre
les
serveurs
du
géant
américain
en
 vue
de
récupérer
des
données
sur
les
pra9ques
de
ses
 Ini9a9ves

 citoyens.

 12‐
 Deux
 semaines
 après
 que
 le
 conseil
 15‐
Une
sor9e
de
crise
semble
se
profiler
en
 cons9tu9onnel
 ait
 retoqué
 
 la
 taxe
 carbone,
 Guinée,
 un
 accord
 est
 signé
 
 par
 l'union
 des
 forces
 Eric
 Woerth,
 ministre
 du
 budget,
 annonce
 que
 démocra9ques
du
pays
prévoyant
la
tenue
d'élec9on
 5 présiden9elle
 cet
 été.
 Quelques
 jours
 auparavant,
 la
 les
 industries
 les
 plus
 polluantes
 seront
 Haute
Cour
fédérale
du
Nigéria
me,ait
fin
à
des
mois
 finalement
assujetes
à
ce,e
taxe.

 de
 vacance
 du
 pouvoir
 en
 ordonnant
 au
 vice‐ président
 Jonathan
 Goodluck
 d'assurer
 l'intérim
 14‐
Barack
Obama
annonce
la
levée
d'un
impôt
 jusqu'au
 retour
 du
 président
 Umaru
 hospitalisé
 en
 sur
 les
 banques.
 Il
 doit
 rapporter
 117
 milliards
 de
 Arabie
 Saoudite.
 Transi9on
 démocra9que
 en
 dollars
 sur
 les
 dix
 prochaines
 années
 comme
 Afrique
?

 dédommagement
 de
 la
 responsabilité
 de
 ces
 établissements
dans
la
crise.

 17‐
 Pour
 la
 première
 fois
 depuis
 Pinochet
 la
 droite
 revient
 au
 pouvoir
 au
 Chili.
 Quelques
 jours
 plus
 tard,
 au
 Vénézuela,
 Hugo
 Chavez
 censure
 les
 six
 sta9ons
 du
 réseau
 câblé
 qui
 n'avaient
 pas
 retransmis
 ses
 derniers
 discours.
 Régressions
 Directrice
 de
 publica9on
 :
 Line
 Mazuir,
 démocra9ques
en
Amérique
La9ne
?
 responsable
d’un
service
de
démocra9e
par9cipa9ve,
 diplômée
 d’un
 Ins9tut
 d’Etudes
 Poli9ques
 et
 d’un
 Master
de
communica9on.
 Rédacteur
en
chef
:
Grégory
Bozonnet,
doctorant
en
science
poli9que,
chargé
d’enseignements
en
Ins9tuts
 d’Etudes
Poli9ques,
facultés
et
école
de
communica9on.
 Secrétaire
de
rédac9on
:
Gau9er
Demouveaux,
journaliste
à
France
Bleu,
diplômé
d’un
Ins9tut
d’Etudes
 Poli9ques
et
du
CUEJ,
école
de
journalisme
de
Strasbourg.
 Rédacteurs
permanents
:
Laurent
François,
 
responsable
du
pôle
influence
digitale,
Ogilvy
PR,
directeur
de
la
 publica9on
de
tout‐ca
mag’.
Péristète,
anthropologue
et
philosophe
du
quo9dien.
 Ont
 contribué
 à
 la
 réalisa9on
 de
 ce
 numéro
 :
 Pascale
 Arguedas,
 Philippe
 Breton,
 Hélène
 Fabre,
 Pascal
 Marchand,
Sami
Naïr,
Céleste
Simonet
et
Anne‐Marie
Thiesse.
Nous
les
en
remercions.

  6. 6. C
H
R
O
N
O
L
O
G
I
E
 Ce qu’il faut retenir de … février 2010 
Régressions
sarkozystes
 Collusion
média9que
 2
 –
 Gourbangouli
 Berdimoukhamedov
 18
 –
 Canal
 +
 envoie
 des
 soldats
 est
reçu
à
l’Elysée.
Ce,e
visite
du
président
du
 roumains
 à
 Tahi9.
 Après
 les
 russes
 et
 la
 Turkménistan
 est
 organisée
 dans
 la
 plus
 grande
 télévision
 colombienne,
 L’édi)on
 spéciale
 de
 la
 discré9on.

 chaîne
 à
 péage
 a
 relayé
 une
 informa9on
 du
 Times.ro
qui
s9pulait
que
la
Roumanie
avait
envoyé
 des
troupes
et
denrées
à
Tahi9
en
voulant
aider
les
 sinistrés
 d’Haï9.
 La
 chaîne
 diffuse
 même
 une
 10
 –
 Une
 ar9ste
 chinoise
 censurée
 par
 réac9on
 du
 ministre
 roumain
 :
 «
 Ce
 n'est
 pas
 la
 les
Beaux‐Arts.
Son
œuvre
composée
de
quatre
 peine
 d'en
 faire
 un
 plat,
 franchement,
 Haï),
 Tahi),
 banderoles
 détournant
 le
 slogan
 de
 campagne
 de
 Mahi),
 Papi),
 toutes
 ces
 îles
 ont
 des
 noms
 qui
 se
 Nicolas
 Sarkozy
 :
 «
 Travailler
 »,
 «
 Moins
 »,
 ressemblent.
 »
 Sauf
 que
 la
 source
 de
 ce,e
 «
Gagner
»,
«
Plus
»
avait
été
re9rée
de
la
façade
de
 informa9on
est
un
site
sa9rique
et
l’informa9on,
un
 l’école
 au
 mo9f
 de
 son"a@einte
 à
 la
 neutralité
 du
 canular…
 service
public".
Elle
sera
remise
en
place
trois
jours
 plus
tard.
 20‐
Un
électeur
sur
deux
déclare
ne
pas
 16
 –
 Vote
 de
 la
 loi
 LOPPSI
 2.
 L’assemblée
 souhaiter
voter
aux
régionales
des
14
et
 na9onale
vote
ce
projet
de
loi
de
sécurité
intérieure
 21
 mars
 prochain.
 Plusieurs
 sondages
 généralisant
 la
 vidéo‐surveillance,
 autorisant
 le
 s’accordent
 pour
 déclarer
 l’absten9on
 grande
 6 couvre‐feu
pour
les
moins
de
13
ans
et
le
contrôle
 gagnant
 des
 prochaines
 régionales
 et
 pour
 cause.
 des
ordinateurs.
 Depuis
 le
 début
 de
 la
 campagne
 média9que,
 les
 enjeux
 des
 régionales
 (Forma9on,
 Lycée,
 TER,
 poli9que
 économique)
 ne
 sont
 pas
 mis
 en
 avant.
 21
 –
 Albanel
 rejoint
 France
 Télécom.
 Seuls
 les
 affaires
 développées
 ci‐dessous
 font
 les
 Après
 son
 passage
 au
 ministère
 de
 la
 culture,
 unes
des
journaux.
 Chris9ne
 Albanel
 rejoindrait
 la
 direc9on
 de
 la
 communica9on
de
l’entreprise.

 
Régionales
2010
 03‐
Ilhem
Moussaid
est
inves9e
sur
une
liste
NPA.
Bien
qu’en
posi9on
inéligible,
la
candidate
 voilée
suscite
une
vive
polémique
dans
la
sphère
poli9co‐média9que.

 10‐
 Hélène
 Mandroux
 ne
 parvient
 pas
 à
 s’associer
 avec
 les
 Verts
 en
 Languedoc‐ Roussillon.
 L’affaire
 Frêche
 aura
 été
 l’événement
 central
 de
 ces
 régionales.
 Sa
 victoire
 ne
 semble
 plus
 pouvoir
être
évitée,
le
PS
décide
une
exclusion
temporaire
des
sou9ens
à
Georges
Frêche…
 19‐
 Deux
 maires
 UMP
 qualifient
 Ali
 Soumaré
 de
 «
 délinquant
 mul)récidiviste
 chevronné
 ».
 La
 polémique
 prend
 de
 l’ampleur
 quand
 la
 procureure
 de
 la
 République
 de
 Pontoise
 révèle
 que
 certaines
 affaires
 sont
 imputables
 à
 un
 autre
 Ali
 Soumaré.
 Le
 tête
 de
 liste
 PS
 du
 Val‐d’Oise
 devient
 le
 centre
 de
 toutes
 les
 a,en9ons
 média9ques.
 Valérie
 Pécresse
 sera
 convoquée
 à
 l’Elysée,
 sa
 campagne
pa9ne.

  7. 7. 
Nomina9ons
 23
 –
 Didier
 Migaud
 devient
 Premier
 Président
 de
 la
 Cour
 des
 comptes.
 L’ancien
 président
 de
 la
 commission
 des
 finances
 de
 l’Assemblée
 na9onale
 reprend
 le
 poste
 que
 Philippe
 Séguin
 occupait
 depuis
 2004.
 Nicolas
 Sarkozy
 cherche
 à
 nouveau
 l’ouverture
 en
 nommant
 ce
 membre
 du
 par9
 socialiste.
 24
–
Michel
Charasse
annonce
sa
nomina9on
au
Conseil
cons9tu9onnel.
Toujours
dans
 une
 volonté
 d’ouverture,
 Nicolas
 Sarkozy
 décide
 de
 nommer
 l’ancien
 mi,errandiste
 au
 Conseil
 cons9tu9onnel.
Alors
que
le
président
de
la
République
est
au
plus
bas
dans
les
sondages,
les
candidats
au
 débauchage
sont
de
moins
en
moins
nombreux.

 Jacques
Barrot
et
Hubert
Haenel
complètent
l’équipe
du
Conseil
cons9tu9onnel.
Le
 président
 de
 l’Assemblée
 na9onale
 et
 celui
 du
 Sénat
 nomment
 deux
 membres
 de
 la
 majorité
 dans
 ce
 conseil
où
aucun
des
neuf
membres
actuels
n’ont
été
désignés
par
la
gauche.

 
Repères
 
Nouvelles
du
Monde
 9‐
Paru9on
du
rapport
annuel
de
la
Cour
 1‐
 Les
 Etats‐Unis
 renoncent
 à
 une
 des
 comptes.
 L’état
 des
 finances
 publiques
 est
 n o u ve l l e
 c o n q u ê te
 d e
 l a
 L u n e .
 7 jugé
 avec
 sévérité.
 Ce
 rapport
 affirme
 une
 Conséquence
 indirecte
 de
 la
 crise
 économique,
 aggrava9on
 inquiétante
 du
 déficit
 structurel
 B a r a c k
 O b a m a
 m e t
 fi n
 a u
 p r o g r a m m e
 français
l’an
passé.
 «
Constella9on
»
de
la
Nasa
lancé
par
Georges
Bush
 en
2004
pour
un
retour
sur
la
Lune
en
2020.
 12‐28–
 Les
 J.O.
 d’hiver
 se
 déroulent
 à
 Vancouver.
 Pour
ce,e
troisième
édi9on
des
jeux
 7–
 Ukraine,
 victoire
 du
 candidat
 pro‐ olympiques
 au
 Canada,
 la
 France
 rentre
 avec
 11
 russe.
 Cinq
 années
 après
 la
 Révolu9on
 orange,
 médailles
 et
 se
 classe
 douzième
 grâce
 à
 la
 bonne
 V i k t o r
 I a n o u ko v i t c h
 r e m p o r t e
 l ’é l e c 9 o n
 forme
de
ses
biathlètes.

 présiden9elle
 avec
 48,95%
 des
 voix.
 Il
 ne
 dispose
 pas
pour
l’instant
d’une
majorité
au
parlement.
 11‐
 Le
 débat
 sur
 les
 gardes
 à
 vue
 est
 relancé.
 Après
 l’interpella9on
 de
 trois
 13–
12
civils
tués
en
Afghanisan.
L’OTAN
et
 collégiennes
de
14
ans
pour
une
simple
bagarre,
de
 l’armée
afghane
lancent

l’opéra9on
«
Mushtarak
»,
 nombreux
 élus
 dénoncent
 l’augmenta9on
 du
 la
 plus
 grand
 offensive
 depuis
 2002
 contre
 les
 nombre
 de
 gardes
 à
 vues.
 
 On
 es9me
 que
 leur
 talibans.
 nombre
est
situé
entre
580
000
et
900
000
par
an,
 Robert
 Badinter
 parle
 d’un
 «
 scandale
 de
 la
 République
 ».
 Les
 trois
 gardées
 à
 vue
 seront
 26‐
 Mouammar
 Khadafi
 appelle
 au
 blanchies
quelques
semaines
plus
tard.
 djihad
 contre
 la
 Suisse.
 La
 confédéra9on
 helvé9que
 serait
 un
 Etat
 infidèle
 qui
 détruit
 les
 mosquées.
 Il
 réagit
 au
 référendum
 de
 novembre
 passé
 interdisant
 la
 construc9on
 de
 nouveaux
 minarets.


  8. 8. POURQUOI
DEBATTRE
?
 Eclairages
sur
le
grand
débat
sur
l’idenQté
naQonale

  9. 9. « 
J’viens
de
là
où
on
échange,
j’viens
 de
là
où
on
se
mélange
 a
 moi
 c'est
 l'absence
 de
 bruits
 et
 d'odeurs
qui
m'dérange
 a
 J’viens
 de
 là
 où
 l'arc
 en
 ciel
 n'a
 pas
 six
couleurs
mais
dix‐huit
 a
 J’viens
de
là
où
la
France
est
un
pays
 cosmopolite

 » “Je
viens
de
là”

 Grand
Corps
Malade

  10. 10. D
E
B
A
T
T
R
E

S
U
R

L’
I
D
E
N
T
I
T
E

N
A
T
I
O
N
A
L
E
 En
 1992,
 Popula)on,
 immigra)on
 et
 iden)té
 créer
 le
 lien
 social
 nécessaire
 au
 «
 vivre
 na)onale
 de
 Gérard
 Noiriel
 s’ouvrait
 sur
 ces
 ensemble
 ».
 Patrick
 Weil,
 auteur
 de
 
 Qu’est‐ce
 mots
 :
 «
 Depuis
 une
 dizaine
 d’années,
 les
 qu’un
 Français
 ,
 explique
 que
 la
 no9on
 de
 problèmes
 d’immigra)on
 et
 d’iden)té
 na)onale
 na9onalité
 a
 varié
 selon
 le
 temps
 (p.26).
 Ainsi,
 sont
 au
 cœur
 de
 l’actualité
 poli)que,
 non
 quatre
 critères
 peuvent
 donner
 droit
 à
 la
 seulement
 en
 France,
 mais
 dans
 l’ensemble
 de
 na9onalité
française
:
le
lieu
de
naissance,
le
lien
 l’Europe
 ».
 L’idée
 que
 le
 sujet
 serait
 tabou
 –
 de
 filia9on,
 la
 résidence,
 le
 statut
 matrimonial.
 véhiculée
 par
 le
 gouvernement
 et
 notamment
 Selon
 les
 périodes,
 selon
 la
 représenta9on
 que
 par
Eric
Besson
qui
y
consacre
un
chapitre
en9er
 notre
 société
 véhiculait
 des
 femmes,
 des
 juifs,
 dans
 son
 opuscule
 (p.26)
 –
 n’a
 pas
 d’autre
 des
musulmans
d’Algérie…,
on
leur
a
accordé,
nié
 fondement
 qu’une
 volonté
 poli9que
 de
 diffuser
 ou
 refusé
 la
 na9onalité
 française.
 Il
 est
 donc
 une
doxa
erronée.
 défini9vement
 erroné
 de
 croire
 que
 ce,e
 ques9on
 est
 nouvelle,
 tout
 comme
 il
 serait
 faux
 Depuis
le
XVIIIe
siècle
et
l’avènement
du
concept
 de
 croire
 que
 la
 na9on
 est
 essen9aliste
 et
 de
 «
 na9on
 »
 ‐
 au
 sens
 poli9que
 du
 terme
 –
 ce
 immuable.
 Comme
 tout
 individu,
 la
 na9on
 mot
n’a
cessé
d’être
déba,u,
précisé
et
redéfini.
 française
est
en
permanente
évolu9on.
 Pour
 Jules
 Michelet,
 historien
 du
 XIXe
 siècle
 :
 l’Angleterre
est
un
empire,
l’Allemagne
une
race,
 Dès
 lors,
 pourquoi
 un
 tel
 débat
 ?
 Parce
 que
 le
 et
 la
 France
 est
 une
 «
 personne
 »,
 qui
 a
 pris
 concept
 de
 na9on
 est
 éminemment
 poli9que.
 conscience
de
son
existence
en
1789.
«
Qu’est‐ce
 Pour
 Gérard
 Noiriel
 (p.30),
 la
 IIIeRépublique
 a
 qu’une
na)on
?
»,
la
célèbre
conférence
d’Ernest
 «
fabriqué
la
‘’communauté
na)onale’’
en
même
 Renan
–
citée,
détournée,
malmenée
pendant
ce
 temps
 qu’elle
 favorisait
 le
 processus
 de
 1 débat
 –
 est
 prononcée
 quelques
 années
 après
 différen)a)on
 des
 affilia)ons
 »
 :
 l’iden)té
 0 l’humiliante
défaite
Française
contre
la
Prusse
et
 na)onale
 est
 devenue
 une
 composante
 de
 fixe
 l’idée
 d’une
 différence
 entre
 le
 concept
 l’iden)té
 de
 tous
 les
 citoyens,
 qui
 baignaient
 français
 et
 allemand
 de
 na9on.
 C’est
 à
 ce,e
 dans
un
«
nous
Français
»,
mais
elle
n’était
pas
la
 époque,
 dans
 ce
 contexte,
 que
 se
 dessine
 l’idée
 seule
 face@e
 de
 leur
 iden)té.
 En
 effet,
 la
 fin
 du
 «
d’un
plébiscite
de
tous
les
jours
».
Paul
Ricœur
 XIXevoit
 se
 développer
 en
 même
 temps
 que
 la
 définit
 notre
 iden9té
 na9onale
 selon
 deux
 presse
 à
 grand
 )rage,
 la
 démocra)sa)on
 de
 critères,
la
«
mêmeté
»
et
l’«
ipsité
».
A
la
fin
du
 l’enseignement,
 l’émergence
 des
 premières
 XIXe
 siècle,
 contrairement
 aux
 allemands,
 les
 «
 catégories
 socio‐professionnelles
 ».
 «
 Le
 fait
 français
 sont
 iden9ques,
 la
 mêmeté,
 et
 que
 les
 individus
 soient
 ra@achés
 à
 différents
 possèdent
 une
 histoire
 commune
 qui
 forge
 leur
 groupes
sociaux
a
mul)plié
les
iden)tés
latentes
 sen9ment
d’appartenance
à
la
na9on,
l’ipsité.
La
 (poten)elles),
 qui
 doivent
 être
 ac)vées
 pour
 IIIe
 République
 porte
 ce
 nouveau
 concept
 de
 s’imposer
».
En
fonc)on
du
contexte,
certaines
de
 na9on,
 notamment
 en
 imposant
 aux
 enfants
 un
 ces
 iden)tés
 poten)elles
 acquièrent
 plus
 ou
 enseignement
de
l’histoire
basée
sur
la
gloire
de
 moins
 de
 visibilité
 dans
 l’espace
 public.
 Dans
 les
 nos
 héros
 na9onaux
 et
 de
 la
 géographie
 années
 1880,
 la
 «
 poli)sa)on
 de
 l’iden)té
 enseignée
avec
une
Alsace
toujours
Française.
 na)onale
devient
alors
une
arme
essen)elle
pour
 comba@re
 la
 lu@e
 des
 classes
 ».
 
 Une
 leçon
 Anne‐Marie
 Thiesse,
 historienne
 spécialiste
 du
 d’histoire
 à
 me@re
 en
 écho
 avec
 notre
 contexte
 sujet,
 montre
 que
 la
 construc9on
 des
 iden9tés
 contemporain.
 Après
 la
 seconde
 guerre
 na9onales
 est
 un
 processus
 complexe,
 qui
 s'est
 mondiale,
 le
 na9onalisme
 et
 profondément
 et
 engagé
 dès
 le
 XIXème
 dans
 la
 plupart
 des
 pays
 durablement
 discrédité.
 Gérard
 Noiriel
 montre
 européens
 et
 n'en
 finit
 pas
 de
 se
 renouveler
 (p. qu’il
 faudra
 a,endre
 le
 début
 des
 années
 80
 et
 20).
Selon
elle,
il
n’est
«
rien
de
plus
interna)onal
 les
 prémices
 de
 la
 popularité
 de
 Jean‐Marie
 Le
 que
 la
 forma)on
 des
 iden)tés
 na)onales
 ».
 Les
 Pen
 pour
 que
 le
 sujet
 réapparaisse
 dans
 les
 pays
 européens
 ont
 à
 ce,e
 époque
 cherché
 à
 médias.

 9sser
 des
 représenta9ons
 nouvelles
 pour
 nouvelles

  11. 11. Depuis,
sous
couvert
de
ne
pas
vouloir
laisser
au
 Ce
 débat
 a
 pourtant
 échoué.
 Censé
 se
 conclure
 par9
fron9ste
le
monopole
de
ce
sujet,
l’iden9té
 par
 un
 grand
 colloque
 débouchant
 sur
 un
 na9onale
 a
 été
 mobilisée
 par
 la
 droite
 nouveau
contrat
d’intégra9on,
le
grand
débat
sur
 essen9ellement
et
la
gauche
épisodiquement.


 l’iden9té
 na9onale
 devra
 se
 contenter
 d’un
 Porté
 par
 les
 médias,
 le
 thème
 de
 l’iden9té
 simple
 séminaire
 gouvernemental
 dont
 le
 seul
 na9onale
 devient
 même
 un
 sujet
 central
 de
 la
 objec9f
 était
 de
 me,re
 fin
 au
 désastre.
 Mais
 présiden9elle
 de
 2007,
 après
 l’annonce
 de
 la
 alors,
 pourquoi
 consacrer
 ce
 premier
 numéro
 à
 créa9on
 par
 le
 candidat
 Sarkozy
 d’un
 ministère
 ce
sujet
éculé
?
Tout
simplement
parce
que
nous
 de
 l’Immigra9on
 et
 de
 l’iden9té
 na9onale.
 Pour
 considérons
 que
 ce
 débat
 est
 nécessaire
 et
 que
 Gérard
 Noiriel,
 les
 différences
 entre
 le
 la
 conséquence
 première
 de
 son
 échec
 va
 être
 patrio9sme
de
Ségolène
Royal
et
le
na9onalisme
 de
 faire
 disparaître
 le
 thème,
 voire
 l’idée
 de
 de
 Nicolas
 Sarkozy
 sont
 aussi
 marquées
 que
 débat,
 pour
 quelques
 années,
 alors
 qu’il
 est
 celles
 qui
 opposaient
 Jaurès
 et
 Barrès
 au
 début
 toujours
 plus
 important.
 A
 l’heure
 de
 la
 du
 XXème.
 S’il
 ne
 fait
 aucun
 doute
 qu’en
 mondialisa9on,
alors
que
l’immigra9on
a
amené
 imposant
 un
 tel
 débat,
 le
 candidat
 de
 l’UMP
 avec
 elle
 de
 nouvelles
 cultures,
 une
 nouvelle
 cherchait
 à
 raviver
 le
 clivage
 droite/gauche
 qu’il
 religion,
 et
 leur
 corollaire
 de
 ques9ons
 de
 avait
 estompé
 en
 début
 de
 campagne,
 ce
 sujet
 société,
 il
 est
 plus
 que
 jamais
 indispensable
 de
 n’a
pas
été
choisi
au
hasard.
La
dernière
enquête
 pouvoir
 répondre
 à
 la
 ques9on
 de
 ce
 qu’est
 un
 décennale
 sur
 les
 valeurs
 des
 Français
 montre
 Français.
 Inu9le
 de
 préciser
 que
 les
 immigrés
 l’intérêt
que
ces
derniers
portent
à
ce
sujet.
90%
 fraichement
 arrivés
 sur
 le
 territoire,
 qu’ils
 des
 personnes
 interrogées
 se
 déclarent
 fières
 souhaitent
conserver
leur
na9onalité
ou
devenir
 d’être
 Françaises,
 alors
 qu’elles
 n’étaient
 que
 français,
 a,endent
 que
 le
 pays
 d’accueil
 donne
 82%
 en
 1981.
 Plus
 intéressant
 encore,
 les
 une
réponse
à
ce,e
ques9on.
 clivages
 se
 sont
 estompés
 :
 même
 les
 1 popula9ons
qui
étaient
en
1981
en
retrait
quant
 Comme
nous
l’explique
Philippe
Breton
(p.23),
la
 1 à
 l’affirma9on
 de
 leur
 fierté
 na9onale,
 comme
 démocra9e
est
basée
sur
la
parole.
Ce
qui,
dans
 les
 militants
 de
 gauche
 et
 surtout
 d’extrême
 les
faits,
montre
la
supériorité
de
ce
régime,
sont
 gauche,
 ne
 se
 différencient
 plus
 aujourd’hui
 des
 les
 débats,
 les
 échanges
 d’idées
 qui
 produisent
 autres
 Français.
 Ce,e
 enquête
 révèle
 aussi
 des
 décisions
 et
 des
 poli9ques
 plus
 ra9onnelles
 qu’une
 majorité
 des
 Français
 (56%)
 pense
 que
 et
 réfléchies.
 Si
 ce
 débat
 ne
 s’était
 pas
 paré
 de
 «
 les
 immigrés
 sont
 une
 charge
 pour
 la
 sécurité
 ses
 habits
 jacobins
 centralisateurs,
 en
 étant
 sociale
du
pays
»,
qu’un
Français
sur
trois
es)me
 encadré
 par
 les
 préfets,
 pilotés
 par
 une
 volonté
 que
 la
 «
 culture
 est
 menacée
 par
 les
 et
 des
 enjeux
 poli9ques,
 il
 aurait
 pu
 perme,re
 immigrés
 »et
 que
 ces
 derniers
 «
 aggravent
 les
 de
 réfléchir
 à
 un
 nouveau
 modèle
 d’intégra9on
 problèmes
de
criminalité
»,
même
si
les
immigrés
 français.
 En
 laissant
 chaque
 citoyen
 s’exprimer,
 sont
 cependant
 toujours
 mieux
 acceptés
 en
 affirmer
ses
craintes
sans
pour
autant
le
taxer
de
 France.
 Les
 auteurs
 de
 l’enquête
 concluent
 que
 xénophobie,
 un
 débat
 mieux
 organisé
 aurait
 même
 si
 l’idée
 d’interdire
 ou
 de
 contrôler
 permis
 à
 notre
 société
 de
 mieux
 se
 connaître,
 . strictement
 l’immigra)on
 diminue
 en
 France,
 aux
citoyens
de
mieux
vivre
avec
les
étrangers
et
 ce@e
 ques)on
 demeure
 un
 sujet
 qui
 divise
 la
 aux
 «
 Français
 de
 souche
 »
 de
 mieux
 cohabiter
 société
française.
Pour
un
candidat
qui
cherchait
 avec
ceux
«
de
feuillages
»…
 le
clivage,
rien
de
mieux
dès
lors.
 Line
MAZUIR
et
Grégory
BOZONNET
 Des
commentaires,
remarques
ou
proposi9ons,
écrivez‐nous,
contact@la‐revue.net

  12. 12. « J'ai
connu
des
paysages
 Et
des
soleils
merveilleux
 Au
cours
de
lointains
voyages
 Tout
là‐bas
sous
d'autres
cieux
 Mais
combien
je
leur
préfère
 Mon
ciel
bleu
mon
horizon
 Ma
grande
route
et
ma
rivière
 Ma
prairie
et
ma
maison.
 Douce
France
 Cher
pays
de
mon
enfance
 Bercée
de
tendre
insouciance
 Je
t'ai
gardée
dans
mon
cœur!
 Mon
village
au
clocher
aux
maisons
 sages
 Où
les
enfants
de
mon
âge
 Ont
partagé
mon
bonheur
 Oui
je
t'aime
 Et
je
te
donne
ce
poème
 Oui
je
t'aime
 Dans
la
joie
ou
la
douleur
 Douce
France
 Cher
pays
de
mon
enfance
 » Bercée
de
tendre
insouciance
 Je
t'ai
gardée
dans
mon
cœur
 

 “Douce France” Charles Trenet
  13. 13. F
R
A
G
M
E
N
T
S
 André Valentin, maire UMP de Gussainville “Il est temps qu'on réagisse, parce qu'on va se faire bouffer. Y en a déjà 10 millions, 10 millions que l'on paye à rien foutre.” Eric Besson, novembre 2009 : "Le peuple français s'est déjà saisi du débat et il a envie qu'il ait lieu." Marine Le Pen (FN) : "Le débat sur l'identité nationale mérite mieux que des discussions de sous- préfecture encadrées par M. Besson avec quelques emplois-jeunes issus d'associations subventionnées qui ne représentent personne et une poignée de syndicalistes qui ne représentent personne.” Dominique de Villepin : “Le débat sur l'identité nationale lancé par le gouvernement est un débat Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités piégé, absurde et autoritaire.” "Je trouve que la France actives : n'a pas de problème d'identité.” François Bayrou (MoDem) "L'identité nationale n'appartient pas aux politiques. C'est comme l'histoire, il n'appartient pas aux politiques de s'en accaparer.” Le
grand
débat
en
citaQons
 1 3 Martine Aubry, première secrétaire du PS : "Je ne pardonnerai jamais à Nicolas Sarkozy d'avoir mélangé l'identité nationale et l'immigration.” "La Frédéric Lefevbre, porte-parole de l'UMP : défense de notre modèle culturel et de la "Douce France" chantée par Charles Trenet, passent par la redéfinition de notre identité nationale." Christine Boutin, ministre du logement : "Ce débat Ségolène Royal : "C'est une est très risqué. Je pense qu'à la veille d'élections opération de diversion et une régionales, il peut très vite déraper sur des discussions dont nous avons horreur." opération de conquête d'un certain électorat avant les élections Morano : “Ce que je veux, c'est qu'il aime la France régionales. Mais je considère que ce quand il vit dans ce pays, c'est qu'il trouve un débat est un vrai débat.” travail, et qu'il ne parle pas le verlan. C'est qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers. (…) C'est tout ça.” Vincent Tiberj, chercheur au CEVIPOF : "L'identité nationale au sens où l'entend Eric Besson et plus largement la droite depuis quelques années a un contenu très marqué politiquement, cristallisé autour de l'immigration, des étrangers."
  14. 14. 18
 Mai
 2007
 :
 Suite
 à
 une
 promesse
 de
 campagne
 du
 candidat
 Sarkozy,
 François
 Fillon
 nomme
 Brice
 Hortefeux,
 Ministre
 de
 l'immigra9on,
 de
 l'intégra9on,
 de
 l'iden9té
 na9onale
et
du
codéveloppement.
 15
janvier
2009
:
Eric
Besson
reprend
la
tête
 de
ce
ministère
contesté.
 2
 novembre
 2009
 :
 Lancement
 du
 grand
 débat
 sur
 l'iden9té
 na9onale,
 sur
 Internet
 dans
 un
 premier
 temps
 puis
 dans
 les
 12
novembre
2009
:
Nicolas
Sarkozy
se
rend
 préfectures.
 à
la
Chapelle‐en‐Vercors
pour
un
discours
sur
 l'agriculture
 et
 la
 ruralité,
 il
 ressort
 sa
 provoca9on
 du
 19
 février
 précédent
 en
 22
 novembre
 2009
 :
 Mar9ne
 Aubry
 déclare
 reliant
«
terre
»
et
«
iden9té
na9onale
».
 que
 «Nicolas
 Sarkozy
 fait
 honte
 à
 la
 France
 en
 voulant
 opposer
 iden)té
 na)onale
 et
 immigra)on.
Et
il
a
tort
de
penser
que
(…)
les
 Français
le
suivront».
Elle
appelle
aussi
à
une
 large
régularisa9on
des
sans‐papiers.
 1 4 Le grand débat en dates 29
 novembre
 2009
 :
 Le
 maire
 UMP
 de
 Gussainville
 9ent
 en
 marge
 d'un
 débat
 des
 2
 décembre
 2009
 :
 lancement
 sur
 le
 site
 propos
 xénophobes.
 Le
 même
 jour
 les
 Mediapart
 de
 l’ini9a9ve,
 «
 nous
 ne
 suisses
 approuvent
 un
 référendum
 déba,rons
pas
».
 interdisant
 la
 construc9on
 de
 nouveaux
 minarets.
 9
 décembre
 2009
 :
 le
 président
 de
 la
 République
9ent
une
tribune
dans
Le
Monde
 10
 décembre
 2009
 :
 Michèle
 Alliot‐Marie
 et
 sur
le
thème
de
la
laïcité.
 50
 députés
 UMP
 du
 «
 chêne
 »
 s’expriment
 dans
 le
 Figaro
 pour
 l'unité
 na9onale.
 La
 droite
montre
ses
divisions
sur
le
débat.
 15
décembre
2009
:
Nadine
Morano
fait
un
amalgame
et
affirme
que
les
jeunes
ne
doivent
pas
 me,re
leur
casque,e
à
l'envers
et
parler
en
verlan.
 06
 janvier
 2010
 :
 Eric
 Besson
 publie
 Pour
 la
 26
janvier
2010
:
le
rapport
sur
la
burqa
est
 na)on
(voir
p.26).
 re n d u ,
 l a
 m a j o r i té
 e st
 d i v i s é e
 s u r
 l'opportunité
d'une
telle
loi.
 8
février
2010
:
le
grand
colloque
de
clôture
du
débat
devient
un
séminaire
gouvernemental,
 la
fin
de
ce,e
consulta9on
est
le
symbole
même
de
son
échec.

  15. 15. « Plutôt
que
d'être
issu
d'un
peuple
 qui
a
trop
souffert
 J'aime
mieux
élaborer
une
thèse
 Qui
est
de
pas
laisser
à
ces
 messieurs
 Qui
légifèrent,
le
soin
de
me
 balancer
 Des
ancêtres
 On
a
beau
être
né
 Rive
gauche
de
la
Garonne
 Converser
avec
l'accent
des
cigales
 Ils
sont
pas
des
kilos
dans
la
cité
 gasconne
 A
faire
qu'elle
ne
soit
pas
qu'une
 escale
 On
peut
mourir
au
front
 Et
faire
toutes
les
guerres
 Et
beau
défendre
un
si
joli
drapeau
 Il
en
faut
toujours
plus
 » Pourtant
y
a
un
hommage
à
faire
 A
ceux
tombés
à
Montécassino
 

 “Le
bruit
et
l’odeur”

 Zebda

  16. 16. LA
PRESSE
ET
LE
GRAND
DEBAT
SUR
L’IDENTITE
NATIONALE
 Si
 les
 Français
 ne
 se
 sont
 pas
 appropriés
 ce
 débat
 sur
 l'iden)té
 na)onale,
 la
 presse
 a
 au
 contraire
massivement
fait
écho
à
ce@e
ini)a)ve
gouvernementale.
Mais
pour
en
dire
quoi
? 
 Les
 ou)ls
 informa)ques
 nous
 perme@ent
 aujourd’hui
 d’examiner
 avec
 précision
 les
 ar)cles 
 parus
 dans
 la
 presse
 sur
 un
 sujet
 précis.
 Nous
 avons
 donc
 demandé
 à
 Pascal
 Marchand, 
 professeur
de
psychologie
sociale
et
auteur
de
L'analyse
de
discours
assistée
par
ordinateur,
de 
 nous
proposer
une
première
analyse
de
ce
débat.
 La
 première
 étape
 a
 consisté
 à
 construire
 Cinq
classes
ont
pu
être
définies,
en
fonc9on
du 
 un
corpus
de
textes,
c’est‐à‐dire
à
extraire,
dans
les
 vocabulaire
 significa9vement
 présent
 ou
 absent 
 principaux
9tres
de
presse,
tous
les
ar9cles
traitant
 (voir
schéma
ci‐dessous)
et
ont
été
rassemblées 
 du
 débat
 sur
 l’iden9té
 na9onale,
 entre
 le
 en
deux
catégories.

 lancement
 officiel
 et
 la
 fin
 de
 l’année
 2009.
 L’analyse
 a
 donc
 porté
 sur
 812
 ar9cles,
 issus
 de
 ‐
 Une
 première
 catégorie,
 «
 poli9que
 », 
 quatre
 quo9diens
 locaux
 (L'est
 Républicain,
 Ouest
 regroupe
la
classe
2,
soit
les
termes
qui
touchent 
 France,
 Le
 Parisien
 et
 Le
 Progrès),
 sept
 quo9diens
 directement
 au
 débat
 et
 à
 son
 organisa9on 
 na9onaux
 (La
 Croix,
 Les
 Echos,
 Le
 Figaro,
 (préfet,
organiser,
réunion…),
et
la
classe
4,
c’est‐ L'Humanité,
Libéra)on,
Le
Monde
et
La
Tribune)
et
 à‐dire
 des
 mots
 qui
 ont
 trait
 aux
 stratégies 
 trois
 hebdomadaires
 (L'Express,
 Le
 Nouvel
 électorales
 (Sarkozy,
 élec9ons
 régionales,
 Le 
 économiste,
Le
Point).
 Pen…).

 L’u9lisa9on
d’un
logiciel
(Alceste)
a
ensuite
permis
 de
 repérer
 les
 mots
 les
 plus
 fréquemment
 u9lisés
 ‐
 La
 seconde
 catégorie
 est
 plus
 centrée
 sur
 le 
 qui
ont
été
regroupés
en
classes.

 contenu
même
du
débat,
et
se
compose
de
trois
 classes
 :
 la
 classe
 1,
 qui
 regroupe
 des
 mots
 se
 ra,achant
 aux
 trajectoires
 individuelles 
 1 (parent,
 enfant,
 marseillaise…),
 la
 classe
 5, 
 6 les
 termes
 se
 rapportant
 au
 vivre
 ensemble 
 (na9on,
 histoire,
 social…)
 et
 la
 classe
 3,
 les 
 occurrences
 centrées
 autour
 de
 la
 religion 
 (Islam,
religion,
Suisse…).

 Des
thèmes
qui
évoluent
 Ce,e
 analyse
 permet
 de
 me,re
 en
 lumière 
 dans
 un
 premier
 temps
 la
 chronologie
 du 
 débat
 et
 l’évolu9on
 des
 thèmes
 abordés 
 dans
 la
 presse.
 Trois
 étapes
 peuvent
 être
 dis9nguées
dans
ces
dix
premières
semaines 
 de
débat.

 Dans
 un
 premier
 temps
 les
 mots
 récurrents 
 appar9ennent
 essen9ellement
 à
 la
 classe
 5. 
 C’est
 la
 nature
 même
 de
 ce
 débat
 qui
 pose
 ques9on.
 
Les
différentes
interven9ons
de
la 
 gauche
 vont
 en
 ce
 sens
 :
 Ségolène
 Royal 
 appelle
à
ne
pas
boyco,er
ce
débat,
Mar9ne 
 Aubry
 qui
 affirme
 que
 le
 P.S.
 ne
 par9cipera 
 pas
 à
 ce,e
 consulta9on
 «
 malsaine
 »,
 mais 
 qui
 prend
 posi9on
 pour
 une
 régularisa9on 
 large
des
sans‐papiers.

 Puis,
 du
 7
 au
 20
 décembre,
 le
 débat
 prend
 une
autre
tournure
pour
se
polariser
sur
la

  17. 17. classe
 3.
 Les
 journaux
 se
 focalisent
 sur
 les
 minarets,
 les
 mosquées,
 l'islam,
 ou
 sur
 la
 par9cipa9on
 de
 François
Fillon
au
débat
organisé
par
l'Ins9tut
Montaigne.

 Le
gouvernement
peine
alors

à
réorienter
le
débat
vers
un
autre
sujet
que
celui
imposé
par
les
médias 
 après
le
vote
des
Suisses
pour
l’interdic9on
de
la
construc9on
de
nouveaux
minarets.
Enfin,
la
dernière 
 phase
 du
 débat
 va
 surtout
 tourner
 autour
 des
 «
 dérapages
 »,
 et
 notamment
 sur
 l’interven9on
 de 
 Nadine
Morano,
qui
affirme
lors
d’une
réunion
publique
en
préfecture
«
Moi,
ce
que
je
veux
du
jeune 
 musulman,
quand
il
est
français,
c'est
qu'il
aime
son
pays,
c'est
qu'il
trouve
un
travail,
c'est
qu'il
ne
parle
 pas
le
verlan,
qu'il
ne
me@e
pas
sa
casque@e
à
l'envers".

 1 7 Des
couvertures
du
débat
différentes
selon
les
journaux
 En
effet,
ce,e
analyse
nous
permet
également
de
dis9nguer
les
journaux,
selon
les
couvertures
qu’ils 
 ont
faites
du
débat.
Il
est
ainsi
possible,
dans
un
premier
temps,
de
regrouper
les
journaux
locaux,
qui 
 u9lisent,
plus
que
les
autres
9tres,
le
vocabulaire
issu
de
la
classe
2.
En
effet,
la
presse
locale
a
surtout 
 rendu
 compte
 des
 débats
 dans
 les
 préfectures,
 annonçant
 et
 résumant
 les
 rencontres
 organisées, 
 contrairement
aux
9tres
na9onaux,
plus
enclins
à
par9ciper
au
débat
lui‐même.

 Un
autre
classement
permet
de
rassembler
les
journaux
en
trois
catégories,
selon
les
angles
privilégiés. 
 Certains
s’intéressent
en
priorité
aux
jeux
poli9ques
nés
de
ce,e
consulta9on,
relevant
les
déclara9ons 
 des
protagonistes
et
analysant
leur
impact
électoral
:
c’est
le
cas
du
Figaro
ou
du
Parisien
par
exemple.. 
 L'Express,
Le
Monde
et
La
Croix
u9lisent
davantage
des
mots
comme
religion,
mosquée,
minaret...
qui 
 laisseraient
penser
à
une
lecture
de
ce
débat
plus
ancrée
dans
la
ques9on
confessionnelle,
à
l'opposé 
 de
 journaux
 comme
 Libéra)on,
 Le
 Point
 ou
 L'humanité,
 qui
 oscillent
 entre
 une
 cri9que
 du
 discours 
 sarkozyste
et
une
réflexion
plus
ciblée
sur
les
ques9ons
de
citoyenneté
et
de
racisme.

  18. 18. 1 8 Un
débat
inopportun
 Globalement,
il
semble
qu’un
consensus
se
soit
établi
sur
la
finalité
de
ce
débat.
Les
éditorialistes
des 
 grands
quo9diens
locaux
témoignent
de
la
lassitude
des
journalistes
après
trois
mois
de
débat.
Daniel 
 Ruiz
pour
La
Montagne
évoque
un
débat
qui
est
devenu
«
un
gueuloir
et
s’est
égaré
dans
une
totale 
 confusion
entre
le
poli)que
et
le
religieux
»,
ce
que
confirme
Olivier
Picard,
pour
les
Dernières
nouvelles 
 d'Alsace
 :
 «
 il
 est
 temps
 d’en
 finir
 avec
 le
 grand
 n’importe
 quoi
 cacophonique
 qui
 a
 fait
 dériver
 une
 réflexion
intellectuellement
légi)me
vers
un
défouloir
souvent
indigne
d’une
grande
démocra)e
».
Tous 
 saluent
l'avènement
du
séminaire
gouvernemental,
qui,
bien
que
censé
n'être
qu'une
étape
dans
ce,e 
 consulta9on,
marque
en
fait
la
fin
de
ce
débat
non
maîtrisé.
Pour
Jacques
Camus
de
La
République
du 
 centre,
il
s'agit
d'une
«
opéra)on
de
sauvetage
»
et
son
confrère
du
Midi
Libre
est
encore
plus
cri9que, 
 puisqu'il
évoque
un
«
séminaire
aux
allures
d'enterrement
».

 Et
à
l’étranger
?
 La
 presse
 interna9onale
 semble
 aussi
 unie
 pour
 cri9quer
 ce
 projet
 français
 de
 débat
 sur
 l'iden9té 
 na9onale.
 Le
 journal
 sénégalais
 Le
 Soleil
 est
 vraisemblablement
 celui
 qui
 résume
 le
 mieux
 leur 
 sen9ment
 :
 «
 En
 France
 où
 il
 existe
 un
 ministère
 de
 l'immigra)on,
 de
 l'intégra)on
 et
 de
 l'iden)té
 na)onale,
 certains
 poli)ques
 ne
 semblent
 pas
 avoir
 pris
 conscience
 de
 la
 marche
 irréversible
 de 
 l'humanité
vers
un
monde
où
les
cultures,
les
peuples
et
les
na)ons
vont
de
plus
en
plus
s'imbriquer,
se 
 mélanger
 et
 se
 mé)sser.
 ».
 Les
 journaux
 hispanophones
 ont
 trouvé
 de
 bonnes
 formules
 :
 pour
 le 
 journal
 argen9n
 Pagina
 12,
 ce
 débat
 est
 une
 «
 mauvaise
 idée
 »,
 qui
 pour
 El
 País,
 «
 risque
 de 
 s'envenimer
un
peu
plus
chaque
jour
et
de
se
transformer
en
boomerang
contre
celui
qui
l'a
lancé
».
Les 
 9tres
américains
n'ont
pas
non
plus
été
tendres,
notamment
le
Washington
Post
qui
a
cru
que
le
sigle 
 UMP
signifiait
union
pour
un
mouvement
patrio9que,
ou
le
Times
qui
reprenait
le
9tre
de
Marianne
sur 
 Eric
Besson
:
«
l'homme
le
plus
haï
de
France
».

 . Après
s'être
accaparée
ce,e
consulta9on
sur
l'iden9té
na9onale,
la
presse
a
rapidement
tourné
le
dos 
 à
l'ini9a9ve,
pour
finir
unie
sur
le
constat
d'échec
de
ce
débat
et
sur
la
vacuité
des
proposi9ons
qui
en 
 ont
découlé

  19. 19. Laurent François, “Les deux France” Londres, 6 mai 2007 Second tour de l’élection présidentielle
  20. 20. E
C
L
A
I
R
A
G
E
S
 La
 construc)on
 des
 iden)tés
 na)onales
 est
 un
 processus
 complexe,
 qui
 s'est
 engagé
 dès
 le
 XIXème
 dans
 la
 plupart
 des
 pays
 européens
 et
 n'en
 finit
 pas
 de
 se
 renouveler.
 Nous
 avons 
 interrogé
Anne‐Marie
THIESSE,
historienne,
spécialiste
du
sujet
‐elle
est
l'auteur
de
La
créa9on 
 des
iden9tés
na9onales,
Europe
XIXème‐XXème
siècle.

 Comme
si
de
rien
n'était
 Le
débat
s'est
ouvert
sur
l'idée
que
les
termes
 créa9on
 de
 représenta9ons
 nouvelles,
 qui
 ne
 de
 «
 na9on
 »
 ou
 d’
 «
 iden9té
 na9onale
 »
 sont
 ni
 des
 ar9fices,
 ni
 des
 manipula9ons
 étaient
tabous,
et
auraient
été
occultés
jusqu'à
 cyniques,
mais
qui
doivent
perme,re
de
9sser
 ce
 que
 l'ini9a9ve
 du
 gouvernement
 perme,e
 le
lien
nécessaire
à
la
vie
en
société.

 de
 les
 discuter
 au
 grand
 jour.
 Ce,e
 idée
 est
 fausse
 :
 depuis
 vingt‐cinq
 ans,
 de
 nombreux

 La
na9on
devient
une
métaphore
de
la
famille,
 politologues,
 historiens,
 sociologues
 se
 sont
 avec
ses
ancêtres,
son
patrimoine,
et
son
passé
 penchés
 sur
 les
 ques9ons
 de
 na9on
 et
 à
 valoriser.
 La
 recherche
 de
 con9nuités,
 la
 d'iden9té
 na9onale,
 en
 France
 comme
 à
 valorisa9on
de
héros
perme,ent
de
construire
 l'étranger.
 On
 a
 même
 pu
 remarquer
 qu’il
 y
 a
 le
 passé
 de
 la
 na9on.
 Chaque
 changement
 eu
 beaucoup
 plus
 de
 publica9ons
 sur
 le
 sujet
 important
 dans
 la
 société
 est
 l'occasion
 de
 dans
 le
 dernier
 quart
 de
 siècle
 que
 durant
 revisiter
 ce,e
 histoire
 commune
 :
 l’entrée
 de
 toutes
les
périodes
antérieures.

 Marie
 Curie
 au
 Panthéon
 est
 consécu9ve
 à
 la
 reconnaissance
 de
 l’égalité
 entre
 les
 sexes.
 Mais
 ces
 nombreuses
 études,
 y
 compris
 les
 Depuis
 le
 début
 des
 années
 2000,
 un
 grand
 grands
 «
 classiques
 »
 du
 genre,
 comme
 les
 enjeu
 est
 l’entrée
 dans
 l’histoire
 na9onale
 des
 2 livres
 de
 Benedict
 Anderson
 et
 Ernst
 Gellner,
 ancêtres
 des
 popula9ons
 immigrées
 :
 le
 film
 0 n’ont
 jamais
 été
 évoquées.
 Les
 références
 de
 Indigènes

en
est
un
exemple.

 lecture
 proposées
 sur
 le
 site
 du
 Ministère,
 à
 peu
 près
 exclusivement
 françaises
 d’ailleurs,
 L'histoire
 est
 un
 élément
 de
 notre
 iden9té
 ont
 ignoré
 l’abondante
 documenta9on
 na9onale
 car
 elle
 est
 un
 vecteur
 de
 cohésion
 spécialisée
sur
le
sujet.
Pourtant,
elle
aurait
été
 sociale.
 La
 créa9on
 du
 lien
 social
 passe
 aussi,
 fort
 u9le
 pour
 éclairer
 un
 débat
 portant
 sur
 depuis
 le
 19°
 siècle,
 par
 la
 mise
 en
 forme
 de
 une
 expression
 apparemment
 bien
 confuse
 tradi9ons
 populaires
 consommables
 par
 tous,
 pour
les
par9cipants.

 et
 aussi
 par
 l'exalta9on
 des
 paysages
 na9onaux.
 En
 Europe
 et
 dans
 le
 monde,
 les
 na9ons
 ont
 donc
 été
 construites
 dans
 la
 La
construcQon
des
idenQtés
naQonales
 modernité
par
incrémenta9on.

 Le
concept
de
na9on
prend
son
sens
actuel
à
la
 fin
du
XVIIIème
siècle.
La
fin
des
monarchies
de
 L'idenQté
 naQonale,
 quesQonnée
 depuis 
 droit
divin
crée
le
besoin
de
trouver
une
source
 plusieurs
décennies

 de
 légi9mité
 nouvelle
 pour
 que
 l'État
 puisse
 fonc9onner
 comme
 un
 corps
 poli9que.
 Si
le
concept
de
na9on
a
depuis
longtemps
été 
 Apparaît
alors
l'idée
d'une
communauté
trans‐ l'objet
 de
 nombreuses
 réflexions,
 la
 no9on 
 sociale
dont
la
légi9mité
n'est
plus
donnée
par
 d'
 «
 iden9té
 na9onale
 »
 est
 beaucoup
 plus 
 une
 transcendance.
 Nul
 pouvoir
 n'est
 légi9me
 récente.
Le
terme
d'
«
iden9té
»
est
en
effet
a 
 s'il
 n'émane
 de
 la
 na9on.
 La
 na9on
 doit
 donc
 priori
 associé
 à
 l'idée
 d'individu,
 alors
 que
 le
 devenir
 une
 communauté
 cohésive,
 avec
 un
 mot
 «
 na9on
 »
 renvoie
 à
 un
 collec9f.
 Le 
 projet
 poli9que
 commun,
 mais
 aussi
 avec
 une
 concept
d’iden9té
collec9ve
a
émergé
avec
les 
 culture
commune.

 revendica9ons
de
groupes
minoritaires
dans
les 
 années
 1960‐70.
 Des
 popula9ons
 qui
 se 
 Les
pays
européens
se
lancent
alors
dans
la
 sentaient
discriminées
du
fait
de
leur
origine,

  21. 21. ethnique,
 géographique
 ou
 encore
 de
 leur 
 De
vrais
débats
à
mener

 appartenance
 sexuelle
 se
 sont
 cons9tuées
 en
 catégories
 définies
 par
 ce
 caractère
 commun 
 Plutôt
que
de
se
réfugier
dans
une
concep9on 
 s9gma9sant
et
ont
réclamé
leurs
droits
au
nom 
 de
 la
 na9on
 comme
 un
 corps
 contaminé 
 d'une
 iden9té
 collec9ve
 :
 ainsi
 pour
 les 
 essayant
 de
 retrouver
 un
 état
 antérieur,
 il 
 iden9tés
 régionales,
 l’iden9té
 femme,
 beur, 
 a u r a i t
 é t é
 n é c e s s a i r e
 d e
 r é fl é c h i r 
 homosexuelle.

 collec9vement
 à
 l’avenir.
 
 Déba,re
 sur
 un 
 projet
 commun
 aurait
 pu
 consister
 à
 se
 saisir 
 L'expression
d'
 
«
iden9té
na9onale
»
apparaît 
 des
 ques9ons
 qui,
 au
 même
 moment,
 étaient 
 au
cours
de
la
décennie
80.
Là,
c’est
le
groupe 
 au
 cœur
 du
 sommet
 de
 Copenhague
 : 
 «
 majoritaire
 »
 qui
 réu9lise
 la
 démarche.
 Les
 construire
un
modèle
social
et
économique
où 
 grands
 changements
 socio‐économiques
 qui 
 une
nouvelle
défini9on
du
bonheur
et
du
vivre 
 bouleversent
 à
 ce,e
 époque
 les
 repères
 de
 la 
 ensemble
 remplacerait
 notre
 mode
 de
 vie 
 société
n'y
sont
certainement
pas
étrangers,
de 
 consumériste
qui
arrive
en
bout
de
course.

 la
 première
 vague
 de
 chômage
 massif
 à 
 l'avènement
 de
 la
 globalisa9on.
 A
 par9r
 des 
 Nous
avons
du
mal,
en
ce
début
de
21°
siècle, 
 années
 80,
 le
 terme
 d'
 «
 iden9té
 na9onale
 » 
 à
 repenser
 le
 poli9que
 dans
 un
 univers 
 fait
 son
 entrée
 dans
 le
 champ
 poli9que
 et 
 globalisé.
Le
débat
sur
l'iden9té
européenne
a 
 scien9fique
;
dans
les
années
90,
après
la
chute 
 avorté,
 l’échec
 de
 Copenhague
 montre 
 du
 Mur
 de
 Berlin,
 et
 l’élargissement
 de
 l’U.E. 
 l’absence
 de
 pensée
 du
 poli9que
 adapté
 au 
 apparaissent
toutes
sortes
de
réflexions
autour 
 monde
 de
 la
 globalisa9on.
 Nous
 devons 
 de
l’iden9té
européenne.
 réfléchir
 à
 notre
 projet
 commun
 dans
 un 
 contexte
 de
 préoccupa9on
 environnementale. 
 Nous
 devons
 repenser
 l'éduca9on
 dans
 un 
 La
naQon
vicQme
de
pandémie
sociale?
 2 monde
où
les
formes
de
communica9on
et
de 
 circula9on
 des
 savoirs
 changent
 très
 vite.
 Et
 il 
 1 .
 Quand
on
se
réfère
à
l’iden9té
 
collec9ve
en
la
 serait
temps
de
penser
que
la
na9on
n’est
pas 
 détachant
 de
 tout
 contexte
 historique
 on 
 un
 isolat
 qui
 n’aurait
 que
 des
 problèmes 
 l’inscrit
dans
une
perspec9ve
«
essen9aliste
». 
 internes
traitables
par
des
purga9ons
. La
 na9on
 est
 conçue
 comme
 une
 essence 
 immuable,
ou
comme
un
corps
fragile
pour
qui 
 l’évolu9on
 est
 porteuse
 de
 dégénérescence. 
 Ce,e
 iden9té
 serait
 dès
 lors
 menacée
 par 
 l'intrusion
 de
 «
 corps
 extérieurs
 »,
 in‐ intégrables
 et
 pernicieux,
 des
 virus
 ou
 des 
 microbes
parasites
du
corps
social.

 Il
 faut
 au
 contraire
 rappeler
 que
 l'iden9té 
 collec9ve
est
une
représenta9on,
qui
permet
à 
 une
 communauté
 de
 se
 penser,
 de
 se
 donner 
 une
 cohésion
 
 et
 de
 me,re
 en
 œuvre
 une 
 ac9on
 collec9ve.
 L’iden9té,
 ce
 n’est
 pas
 une
 substance
 immuable,
 mais,
 j’insiste,
 une 
 représenta9on
 évolu9ve
 déterminée
 par
 la 
 nécessité
de
vivre
ensemble
autour
d'un
projet 
 Edi9ons
du
Seuil

 Edi9ons
du
Seuil

 collec9f.
Il
faut
bien
comprendre
cet
enjeu
pour 
 mars
1999
 juin
2000
 7,
50
euros

 7,
50
euros

 nos
 sociétés
 en
 pleine
 transforma9on, 
 confrontées
à
la
globalisa9on,
qui
doivent
sans 
 tarder
 redéfinir
 leur
 projet
 et
 repenser
 le 
 poli9que.


  22. 22. Laurent François, “Les deux France” Londres, 6 mai 2007 Second tour de l’élection présidentielle
  23. 23. E
C
L
A
I
R
A
G
E
S
 Spécialiste
 de
 la
 communica)on,
 des
 techniques
 de
 l'argumenta)on
 et
 de
 la
 manipula)on, 
 auteur
de
La
Parole
manipulée,
et
de
Convaincre
sans
manipuler,
aux
édi)ons
La
découverte, 
 Philippe
Breton
analyse
les
condi)ons
dans
lesquelles
a
été
mené
ce
débat
et
plaide
pour
qu'un 
 rejet
sur
la
forme
de
ce@e
consulta)on
n'enterre
pas
un
débat
nécessaire.

 Le
débat,
base
de
la
démocraQe
 an9raciste
tout
aussi
dogma9que.
Or
la
ques9on
 de
 savoir
 qu'est‐ce
 qu'un
 Français
 ne
 peut
 Comprendre
 ce
 «
 Grand
 débat
 sur
 l'iden9té
 trouver
 de
 réponse
 dans
 ces
 conflits.
 Les
 na9onale
 »,
 c'est
 d'abord
 se
 rappeler
 que
 la
 étrangers
qui
vivent
en
France,
qu'ils
souhaitent
 démocra9e
repose
sur
la
parole.
La
démocra9e
 ou
 non
 devenir
 Français,
 ne
 peuvent
 se
 est
un
bon
régime
:
les
décisions
qui
sont
prises
 retrouver
 dans
 de
 tels
 affrontements.
 C'est
 sont
 plus
 ra9onnelles,
 car
 plus
 réfléchies.
 Les
 dommage,
 car
 l'étranger
 qui
 arrive
 sur
 un
 tyrans
 ne
 prennent
 rarement
 de
 bonnes
 nouveau
territoire
est
d'une
certaine
manière
en
 décisions,
c'est
pourquoi
ils
ne
gagnent
pas
les
 a,ente
d'informa9ons.
Il
cherche
à
comprendre
 guerres.
 En
 démocra9e,
 les
 décisions
 prises
 comment
se
comporter,
que
garder
de
sa
culture
 sont
 efficaces,
 car
 elles
 sont
 généralement
 d'origine,
 qu'est‐ce
 qui
 est
 socialement
 précédées
 par
 des
 débats.
 On
 est
 plus
 acceptable
par
la
na9on
qui
l’accueille.

 intelligent
 collec9vement.
 Jean‐Pierre
 Vernant,
 historien
spécialiste
de
la
Grèce
An9que,
a
ainsi
 Nous
 n'avons
 pas
 été
 capables
 de
 répondre
 au
 largement
 démontré
 que
 la
 démocra9e
 est
 le
 défi
 de
 l'immigra9on
 et
 de
 l'individualisme,
 à
 régime
 de
 la
 parole,
 où
 le
 débat
 occupe
 une
 cause
 d'un
 faux
 débat
 entre
 «
 racistes
 »
 et
 «
 posi9on
 centrale.
 C'est
 pourquoi
 ce
 «
 Grand
 an9racistes
».
Et
nous
avons
laissé
la
ques9on
de
 débat
»
revêt
un
caractère
par9culier.
 l'intégra9on
 se
 poser
 uniquement
 sous
 la
 version
pathologique
de
la
délinquance,
dans
un
 2 contexte
de
peur
et
de
violence
peu
propice
à
la
 3 Pourquoi
déba]re
de
l'idenQté
naQonale

 réflexion.
 Un
 débat
 na9onal
 était
 donc
 nécessaire.
 La
 France
 a
 connu
 ces
 dernières
 années
 de
 profonds
 changements
 démographiques
 et
 sociaux.
 Il
 n'est
 donc
 pas
 étonnant
 qu'un
 Un
débat
volontariste
?
 gouvernement
ait
souhaité
me,re
en
place
un
 débat
sur
l'

«
iden9té
na9onale
».
Les
citoyens
 S'il
s'était
tenu
dans
un
contexte
apaisé,
le
débat
 sont
demandeurs
de
débats,
et
nombre
d'entre
 proposé
par
Eric
Besson
aurait
pu
répondre
aux
 eux
aspiraient
à
une
consulta9on
sur
l'iden9té
 interroga9ons
de
la
société.
Les
posi9ons
figées
 na9onale,
 car
 un
 tel
 débat
 devrait
 perme,re
 de
 par9cipants,
 le
 sur‐inves9ssement
 poli9que
 de
 discuter
 de
 théma9ques
 que
 les
 Français
 des
organisateurs
n'ont
pas
permis
d'y
parvenir.
 souhaiteraient
 aborder.
 En
 effet,
 la
 seconde
 Pourtant,
 le
 lynchage
 d'Eric
 Besson
 n'était
 en
 moi9é
 du
 XXème
 siècle
 a
 été
 marquée
 par
 rien
une
solu9on.

 l'émergence
 de
 deux
 transforma9ons
 majeures,
 qui
 ont
 joué
 sur
 notre
 cohésion
 Ce,e
 consulta9on
 est
 d'abord
 apparue
 comme
 na9onale.
 L'arrivée
 de
 nombreux
 étrangers,
 et
 beaucoup
 trop
 volontariste.
 Organisé
 par
 le
 donc,
 de
 nouvelles
 mœurs
 et
 de
 nouvelles
 pouvoir
lui‐même,
ce
débat
a
hérité
d'un
travers
 religions,
s'est
faite
dans
une
société
traversée
 désastreux
 des
 débats
 français
 :
 le
 centralisme
 par
 un
 développement
 sans
 précédent
 de
 excessif.
En
France,
le
pouvoir
centralise
toujours
 l'individualisme.
 Un
 débat
 sur
 la
 na9on,
 et
 sur
 les
débats,
quelque
que
soient
les
circonstances
 les
liens
que
l'on
entre9ent
avec
elle,
était
donc
 et
les
domaines.
Nous
sommes
encore
marqués
 nécessaire.

 par
 le
 legs
 de
 Saint
 Louis,
 qui
 veut
 que
 le
 roi
 organise,
 juge
 et
 tranche
 les
 débats.
 Une
 Mais
 un
 tel
 débat
 est
 en
 France
 altéré
 par
 la
 a t t u d e
 h é r i t é e
 d e
 l ' A n c i e n
 R é g i m e
 prégnance
 de
 l'idéologie
 du
 Front
 na9onal,
 dommageable
 à
 l'ini9a9ve
 et
 à
 la
 par9cipa9on
 ainsi
que
par
la
existence
d'une
pensée
 populaire.
Ainsi,
à
par9r
du
moment
où
ce
débat


  24. 24. était
 géré
 par
 le
 pouvoir
 central,
 il
 devenait
 consulta9on
 a
 rapidement
 tourné
 à
 un
 débat 
 biaisé
 :
 et
 les
 réunions
 organisées
 en
 sur
le
débat.
 préfectures
 prenaient
 un
 parfum
 d'Ancien
 Régime.

 Un
débat
virtuel
?
 Un
débat
centralisé
?
 Les
 débats
 sur
 Internet,
 les
 échanges,
 les 
 f o r u m s ,
 f o n c 9 o n n e n t
 b i e n
 s u r
 d e s 
 La
 France
 devra
 tôt
 ou
 tard
 se
 doter
 ‐sur
 le
 communautés
 pré‐existantes.
 C'est
 pour
 cela 
 modèle
 anglo‐saxon
 par
 exemple‐
 d'une
 que
 lorsqu'on
 cherche
 à
 adapter
 ces
 ou9ls 
 instance
 d'anima9on
 de
 débats
 réellement
 numériques
 pour
 perme,re
 la
 consulta9on 
 indépendante.
 Les
 procédures
 doivent
 être
 des
 citoyens,
 les
 résultats
 sont
 très
 souvent 
 neutres,
 impar9ales,
 si
 l'on
 veut
 que
 tous
 les
 décevants.
 Le
 fait
 de
 ne
 pas
 s'engager 
 points
 de
 vue
 puissent
 s'exprimer.
 C'est
 ce
 qui
 personnellement,
 de
 ne
 pas
 être
 en 
 existe
 déjà
 pour
 certaines
 opéra9ons
 de
 confronta9on
 directe,
 physique,
 avec
 son 
 réhabilita9on
 urbaine,
 où
 des
 consulta9ons
 interlocuteur
 favorise
 excès
 et
 violence.
 C'est 
 sont
déléguées
à
des
intervenants
extérieurs
et
 pourquoi
l'espace
numérique
ne
semble
pas,
à 
 l e s
 r é u n i o n s
 t e n u e s
 d a n s
 d e s
 l i e u x
 l'heure
 actuelle,
 être
 adapté
 à
 l'exercice
 du 
 suffisamment
 neutres
 pour
 que
 chacun
 ait
 débat.
En
fait,
Internet
serait
l'ou9l
merveilleux 
 envie
 de
 par9ciper,
 avec
 un
 résultat
 beaucoup
 d'une
 communauté
 humaine
 très
 mature,
 et 
 plus
 représenta9f
 que
 ce
 débat
 sur
 l'iden9té
 très
 démocra9que.
 Pour
 l'instant,
 les 
 na9onale.
En
choisissant
de
proposer
un
débat
 par9cipa9ons
 citoyennes
 sur
 les
 forums
 sont 
 piloté
depuis
un
ministère
et
réalisé
au
sein
des
 difficilement
exploitables
:
les
quelques
40
000 
 préfectures,
 instances
 régaliennes
 par
 messages
postés
ne
sont
pas
représenta9fs.
Ce 
 2 excellence,
l'État
se
prémunissait
certes
contre
 chiffre
 n'est
 pas
 une
 réussite,
 il
 montre 
 les
 débordements,
 mais
 étouffait
 ainsi
 les
 simplement
 que
 les
 Français
 n'ont
 pas 
 4 poten9alités
de
la
consulta9on
populaire.

 par9cipé
 à
 un
 débat
 que
 pourtant
 ils 
 souhaitaient.

 Il
 faut
 reconnaître
 que
 ce
 débat
 était
 de
 toute
 façon
difficile
à
me,re
en
place.
Il
s'inscrit
dans
 un
 contexte
 tendu,
 et
 s'intéresse
 à
 un
 sujet
 N'enterrons
pas
le
débat
!
 sensible.
Mais
un
tout
autre
disposi9f
aurait
pu
 Les
 Français
 ne
 se
 sont
 pas
 appropriés
 le 
 être
imaginé.
Ainsi,
ce,e
consulta9on
aurait
pu
 débat,
 et
 c'est
 dommage,
 car
 cet
 échec
 va 
 être
 pilotée
 par
 une
 personnalité
 issue
 de
 la
 reporter
sine
die
la
prochaine
discussion
sur
le 
 société
civile,
connue
de
tous,
mais
qui
n'aurait
 sujet.
 Et
 la
 France
 n'aura
 toujours
 pas 
 pas
 donné
 l'impression
 d'une
 poli9sa9on
 ques9onné
 son
 vivre‐ensemble.
 Tant
 de 
 e x c e s s i v e
 d u
 d é b a t
 o u
 d ' u n e
 ques9ons
 sous‐jacentes
 à
 ce,e
 no9on 
 instrumentalisa9on
de
ce,e
consulta9on
à
des
 d'iden9té
 na9onale
 a,endent
 pourtant
 des 
 fins
 électorales.
 Des
 représentants
 locaux,
 réponses,
 fragilisant
 le
 9ssus
 social.
 Ce
 débat
 missionnés
 pour
 leurs
 qualités
 de
 «
 juges
 de
 doit
 donc
 pouvoir
 se
 poser
 à
 nouveau 
 paix
»
qui
auraient
mis
en
place
des
débats
sur
 sereinement.
 Sans
 que
 le
 sujet
 ne
 devienne 
 différents
 terrains
 :
 dans
 les
 entreprises,
 les
 tabou
sous
prétexte
que
ce,e
consulta9on
n'a 
 mairies,
les
salles
des
fêtes...
Ces
représentants
 pas
fonc9onné.
Nous
ne
pourrons
con9nuer
à 
 auraient
 alors
 fait
 remonter
 les
 vraies
 vivre
 ensemble
 si
 nous
 con9nuons
 à 
 interroga9ons
 des
 Français
 sur
 ces
 ques9ons
 s9gma9ser
 comme
 racistes
 ceux
 qui 
 épineuses.
 Ou
 encore,
 ces
 débats
 auraient
 pu
 s'interrogent
 sur
 l'impact
 de
 l'islam
 sur
 notre
 être
 inscrits
 à
 l'ordre
 du
 jour
 des
 nombreux
 société.
 Nous
 devons
 discuter,
 déba,re, 
 Conseils
 de
 quar9er
 qui
 existent,
 ou
 dans
 des
 éduquer
 les
 citoyens
 à
 ces
 ques9ons.
 Une 
 instances
similaires,
unissant
des
personnalités
 . nouvelle
consulta9on
doit
voir
le
jour,
9rant
les 
 impliquées
sans
qu'il
s'agisse
forcément
d'élus.
 leçons
 de
 ce
 débat,
 et
 perme,re
 aux
 Français 
 Mais
 pour
 en
 arriver
 là,
 il
 fallait
 pouvoir
 baser
 de
s'interroger
sur
leur
vivre‐ensemble

 ce
débat
sur
la
confiance.
A
défaut,
ce,e

  25. 25. Laurent François, “Les deux France” Londres, 6 mai 2007 Second tour de l’élection présidentielle

×