
Muriel Salmona,
psychiatre, psychothérapeute en psychotraumatologie, responsable de l’antenne
92 de l’institut de victim...

Le travail de l’amygdale et
de l’hippocampe
L’amygdale reçoit l’information « brute »
et va la diriger vers l’hippocampe...

 L’émergence d’une violence génère une alarme
émotionnelle
 La soudaineté de la violence, l’impuissance face à la
viol...

De la sidération à …
La réaction émotionnelle (siège= agmydale) devient de plus en plus forte. Les glandes
Surrénales pr...

… la dissociation
Pour éviter le risque, le cerveau réagit: il sécrété
de fortes quantité de kétamine et de morphine.
L’...

 Sentiment d’étrangeté
 La victime vit la situation comme si elle était en
dehors de cette situation
 La victime ne r...

 La mémoire émotionnelle emmagasinée au moment
de la violence reste stockée dans l’amygdale
 Elle n’est pas dirigée ve...

 Un moyen d’échapper au mal-être et à l’angoisse qui
envahissent la victime quand le lien se fait avec la
violence init...

 Les mises en danger: ce sont des conduites
addictives au stress. La mise en danger provoque un
stress qui va conduire ...
 Réactivation permanente de la mémoire traumatique= aggravation des
troubles psycho traumatiques
 Troubles cognitifs (a...

Un risque vital bien réel

 Aider la victime à mettre des mots sur chaque situation,
chaque comportement, chaque émotion
 Aider la victime à comp...

Un enjeu sociétal
incontournable
Son étude (Farrington 1995) porte sur 400 londoniens
(auteurs ou victimes de violences ...

 « Un enfant qui grandit avec papa et maman qui
s’aiment, sa petite chambre, des devoirs surveillés,
aura forcément des...
Les conduites à risques
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les conduites à risques

279 vues

Publié le

Du phénomène de sidération aux conduites à risques, au suicide des enfants et des adolescents.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les conduites à risques

  1. 1.  Muriel Salmona, psychiatre, psychothérapeute en psychotraumatologie, responsable de l’antenne 92 de l’institut de victimologie Les conduites à risques dissociantes sont les conséquences psychotraumatiques des violences subies Ces conduites se mettent en place quand la victime, traumatisée, est abandonnée, Sans reconnaissance, sans protection et sans prise en charge et soins spécialisés
  2. 2.  Le travail de l’amygdale et de l’hippocampe L’amygdale reçoit l’information « brute » et va la diriger vers l’hippocampe qui va la traiter (mémoire biographique)
  3. 3.   L’émergence d’une violence génère une alarme émotionnelle  La soudaineté de la violence, l’impuissance face à la violence, le non sens de la situation, vont bloquer le cortex: c’est la sidération Le phénomène de sidération
  4. 4.  De la sidération à … La réaction émotionnelle (siège= agmydale) devient de plus en plus forte. Les glandes Surrénales produisent une forte quantité de cortisone et d’adrénaline (risque vasculaire, risque cardiaque)
  5. 5.  … la dissociation Pour éviter le risque, le cerveau réagit: il sécrété de fortes quantité de kétamine et de morphine. L’amygdale cérébrale est isolée, confinée= elle ne peut plus envoyer de message émotionnel. Cette anesthésie émotionnelle, c’est la dissociation. La dissociation va stopper la surproduction de kétamine et de morphine.
  6. 6.   Sentiment d’étrangeté  La victime vit la situation comme si elle était en dehors de cette situation  La victime ne ressent plus ni la douleur ni l’émotion  Une « déconnection » qui fait que la victime va mettre longtemps à comprendre ce qui est arrivé Les effets de la dissociation
  7. 7.   La mémoire émotionnelle emmagasinée au moment de la violence reste stockée dans l’amygdale  Elle n’est pas dirigée vers l’hippocampe, traitée et intégrée à la mémoire biographique  Le moindre élément qui rappelle la violence originelle (odeur, couleur, son, mot…) va réactiver cette mémoire traumatique= la victime revit, à l’identique la violence initiale. La mémoire traumatique
  8. 8.   Un moyen d’échapper au mal-être et à l’angoisse qui envahissent la victime quand le lien se fait avec la violence initiale  Permettent aussi à la victime d’anticiper le moment où elle va être à nouveau exposée à des violences  La victime traumatisée fait vite l’expérience que certaines conduites permettent d’échapper à la mémoire traumatique= elle va chercher à provoquer une disjonction ou un état dissociatif Les conduites à risque dissociantes: une stratégie de la victime pour échapper à la mémoire traumatique
  9. 9.   Les mises en danger: ce sont des conduites addictives au stress. La mise en danger provoque un stress qui va conduire le cerveau à produire toujours plus de drogues dissociantes  Créer directement un état dissociatif: drogues dissociantes (tabac, alcool, stupéfiants), techniques dissociantes ( balancements, mouvements saccadés, auto hypnose, musique très forte) L’auto anesthésie émotionnelle
  10. 10.  Réactivation permanente de la mémoire traumatique= aggravation des troubles psycho traumatiques  Troubles cognitifs (attention, mémoire, concentration)  Sentiment de dépersonnalisation (ne plus se comprendre), baisse estime de soi  Addictions  Conduites compulsives (anorexie, boulimie)  Isolement social, échec scolaire et professionnel, marginalisation  Stigmatisation, incompréhension et rejet par l’entourage  Risque de la répétition, comme victime et comme auteur  Risque de banalisation, de minimisation des violences, parfois dépendance à l’auteur des violences  Jeux dangereux, mauvais résultats, mauvaises fréquentations  Risque vital important: accident, suicide Le cout de l’auto anesthésie
  11. 11.  Un risque vital bien réel
  12. 12.   Aider la victime à mettre des mots sur chaque situation, chaque comportement, chaque émotion  Aider la victime à comprendre le contexte, à analyser ses réactions et l’attitude de l’auteur de la violence  Cela permet à l’hippocampe de reprendre le contrôle de l’amygdale cérébrale, de traiter la mémoire traumatique et de l’intégrer à la mémoire biographique (consciente et contrôlable)  Cela permet à la victime de laisser l’agresseur seul face à l’acte de violence (son histoire, qu’il imposait à la victime lui revient au visage) et de le placer en position d’avoir à verbaliser et comprendre ce qu’il a fait… Traiter la sidération
  13. 13.  Un enjeu sociétal incontournable Son étude (Farrington 1995) porte sur 400 londoniens (auteurs ou victimes de violences lorsqu’ils avaient entre 8 et 21 ans) suivis pendant plus de 3 décennies.
  14. 14.   « Un enfant qui grandit avec papa et maman qui s’aiment, sa petite chambre, des devoirs surveillés, aura forcément des bonnes notes. Les notes ne sont pas le reflet de l’intelligence mais le miroir de la stabilité affective » Boris Cyrulnik, propos tenus dans le point, 29/09/2011

×