Je me dois un an après de dire        sans retenue,
sans pudeur ce que jai ressenti en        taccompagnant
jusquà ce que tu fermes tes yeux        pour toujours...
Avant de traduire mes sentiments envers toi en paroles, je les ai     connu avec des gestes.
Ma main sur ton front pour apaiser une fièvre ou une        inquiétude,
remettre une mèche de tes cheveux            en place,
enlever une minuscule poussière         sur ton visage,
essuyer le sel de tes pleurs au bord          de tes paupières.
Les gestes de l’amour sont infinis,  inépuisables, je te les ai offert            sans réserve.
Je nai suivi aucun plan, comment aurais-je pu ?
C’est la beauté de ton sourire quim’a fait signe au bon moment…
Jai tenu ta main... Je savais que   ta maladie ne serait pas un    obstacle à mes sentiments,
et je t’avais promis de nejamais te laisser, quoiqu’il           arrive…
J’ai admiré ton courage, ton combat,     mais j’ai vu aussi tes forces t’abandonner, ton corps se révolter,
je n’avais plus rien à teprouver, plus rien à espérer, juste   t’accompagner, c’est tout…
Mes dernières paroles furent « Jetaime ». Tu as souri et tes yeux        se sont fermés...
Ce même jour, jétais informé que  Maman était atteinte elle aussi du même mal. Son calvaire allait durertrois mois. Je sui...
Je nattends plus rien depersonne, les attentes fonttoujours mal et la vie est  beaucoup, beaucoup trop          courte,
et ni le soleil, ni la mort ne peuvent seregarder fixement…
Tu as rejoint ta sœur Carole,Maman, Gérard et tant dautres.  Tous les soirs je vous cherche àtravers les étoiles mais je n...
Le présent n’étant pas à la hauteurdu passé, j’ai parfois très envie de        vous rejoindre, mais
ta filleule, Sibyl ma dit : « quand tu    souris mon Papa, cest toute la   maison qui rit ». Alors je gardetoujours une do...
Jamais je noublierai la douceur de        tes baisers Claire,
jamais...
Claire 1
Claire 1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Claire 1

392 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
392
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Claire 1

  1. 1. Je me dois un an après de dire sans retenue,
  2. 2. sans pudeur ce que jai ressenti en taccompagnant
  3. 3. jusquà ce que tu fermes tes yeux pour toujours...
  4. 4. Avant de traduire mes sentiments envers toi en paroles, je les ai connu avec des gestes.
  5. 5. Ma main sur ton front pour apaiser une fièvre ou une inquiétude,
  6. 6. remettre une mèche de tes cheveux en place,
  7. 7. enlever une minuscule poussière sur ton visage,
  8. 8. essuyer le sel de tes pleurs au bord de tes paupières.
  9. 9. Les gestes de l’amour sont infinis, inépuisables, je te les ai offert sans réserve.
  10. 10. Je nai suivi aucun plan, comment aurais-je pu ?
  11. 11. C’est la beauté de ton sourire quim’a fait signe au bon moment…
  12. 12. Jai tenu ta main... Je savais que ta maladie ne serait pas un obstacle à mes sentiments,
  13. 13. et je t’avais promis de nejamais te laisser, quoiqu’il arrive…
  14. 14. J’ai admiré ton courage, ton combat, mais j’ai vu aussi tes forces t’abandonner, ton corps se révolter,
  15. 15. je n’avais plus rien à teprouver, plus rien à espérer, juste t’accompagner, c’est tout…
  16. 16. Mes dernières paroles furent « Jetaime ». Tu as souri et tes yeux se sont fermés...
  17. 17. Ce même jour, jétais informé que Maman était atteinte elle aussi du même mal. Son calvaire allait durertrois mois. Je suis resté nuit et jour à ses côtés, jusquà ce quà son tour, elle me quitte...
  18. 18. Je nattends plus rien depersonne, les attentes fonttoujours mal et la vie est beaucoup, beaucoup trop courte,
  19. 19. et ni le soleil, ni la mort ne peuvent seregarder fixement…
  20. 20. Tu as rejoint ta sœur Carole,Maman, Gérard et tant dautres. Tous les soirs je vous cherche àtravers les étoiles mais je ne vois rien. Désespérément rien...
  21. 21. Le présent n’étant pas à la hauteurdu passé, j’ai parfois très envie de vous rejoindre, mais
  22. 22. ta filleule, Sibyl ma dit : « quand tu souris mon Papa, cest toute la maison qui rit ». Alors je gardetoujours une douleur au fond de mon sourire...
  23. 23. Jamais je noublierai la douceur de tes baisers Claire,
  24. 24. jamais...

×