Bilan post sandy-avr2015

8 074 vues

Publié le

Bilan post sandy
Hurricane Sandy caused more than 50 deaths and damaged or destroyed infrastructure, houses, and crops in Haiti.
54 Number of deaths
27,701 Number of houses damaged or destroyed
39,058 Number of affected families
90,356 Hectares of crops damaged or destroyed
19,000 Approximate number of people preventively evacuated to temporary shelters

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 074
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5 890
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bilan post sandy-avr2015

  1. 1. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI AVRIL 2015 Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy La réponse du gouvernement haïtien à une catastrophe d’ampleur nationale
  2. 2. GTR_13183_bilan_post-sandy_avr2015.indd
  3. 3. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI AVRIL 2015 Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy La réponse du gouvernement haïtien à une catastrophe d’ampleur nationale
  4. 4. 3  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Table des matières INTRODUCTION............................................................................................................................................................... 7 1 TEMPêTE TROPICALE SANDY, UNE CATASTROPHE D’AMPLEUR NATIONALE............................................... 11 1.1 IMPACT PAR SECTEUR..........................................................................................................................................................................................13 1.1.1 ÉDUCATION..........................................................................................................................................................................................................17 1.1.2 INFRASTRUCTURES.............................................................................................................................................................................................18 1.1.3 AGRICULTURE .....................................................................................................................................................................................................21 1.2 POPULATIONS SINISTRÉES..................................................................................................................................................................................23 2 MOBILISATION IMMÉDIATE DU GOUVERNEMENT............................................................................................. 25 2.1 L’ENVELOPPE D’URGENCE................................................................................................................................................................................... 27 2.2 ÉTAT D’EXéCUTION DES DéPENSES D’URGENCE.............................................................................................................................................28 2.2.1 DEMARCHES ENGAGÉES PAR LE SYSTEME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DESASTRES.............................................................29 2.2.2 COORDINATION INTERMINISTERIELLE................................................................................................................................................................29 2.2.3 ACTIONS D’URGENCE ENGAGÉES .....................................................................................................................................................................29 3 Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC).................................. 31 3.1 Contexte..............................................................................................................................................................................................................33 3.2 Les Composantes du Programme...............................................................................................................................................................34 3.2.1 Composante 1. Curage et Rectification de lits de rivières................................................................................................................34 3.2.2 Composante 2. Réhabilitation de tronçons de route.........................................................................................................................35 3.2.3 Composante 3. Reconstruction de ponts et dalots...........................................................................................................................36 3.2.4 Composante 4. Travaux ponctuels d’urgence......................................................................................................................................37 3.2.5 Composante 5. Rénovation urbaine de certaines communes............................................................................................................39 3.3 Stratégies d’exécution..................................................................................................................................................................................39 3.4 L’État des dépenses du programme...........................................................................................................................................................40 3.5 CONCLUSION.........................................................................................................................................................................................................40
  5. 5. 4  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4 MINISTÈRE DE LA PLANIFICATION ET DE LA COOPERATION EXTERNE.......................................................... 43 4.1 LES PROJETS D’URGENCE...................................................................................................................................................................................45 4.1.1 ÉQUIPEMENTS ÉDUCATIFS et de santé...........................................................................................................................................................46 4.1.2 INFRASTRUCTURES SOCIOÉCONOMIQUES, COMMUNAUTAIRES, SPORTIVES ET APPUI AUX INITIATIVES LOCALES....................................47 4.1.3 INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES ET RÉNOVATION URBAINE.............................................................................................................................50 4.2 PERSPECTIVES......................................................................................................................................................................................................51 5 MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL........ 53 5.1 Contexte..............................................................................................................................................................................................................57 5.2 Les composantes du Programme d’Urgence........................................................................................................................................58 5.3 PRINCIPES DIRECTEURS......................................................................................................................................................................................60 5.4 Cadre opératoire des travaux....................................................................................................................................................................61 5.4.1 Cheminement de mise en œuvre..................................................................................................................................................................61 5.4.2 mobilisation du financement.......................................................................................................................................................................61 5.4.3 Planification des activités...........................................................................................................................................................................62 5.4.4 Gestion des parties prenantes...................................................................................................................................................................62 5.4.5 suivi de l’exécution du programme...........................................................................................................................................................62 5.5 Bilan des réalisations....................................................................................................................................................................................63 5.5.1 Correction et traitement de ravines.......................................................................................................................................................63 5.5.2 Traitement des rivières.................................................................................................................................................................................64 5.5.3 Réhabilitation de pistes.................................................................................................................................................................................65 5.5.4 Entretien et curage de périmètres irrigués..........................................................................................................................................65 5.5.5 Intrants agricoles.........................................................................................................................................................................................66 5.5.6 Réhabilitation de marais salants...............................................................................................................................................................67 5.5.7 Restauration des mangroves.....................................................................................................................................................................69 5.5.8 Production et santé animale, pêche, aquaculture.............................................................................................................................71 5.5.9 Subvention des projets proposÉs par des Organisations locales...............................................................................................73 5.5.10 Autres d’activités de récupération et de gestion de l’urgence.....................................................................................................75 5.6 Exécution financière du programme.......................................................................................................................................................76 5.7 Leçons apprises................................................................................................................................................................................................77 5.8 Conclusions et Perspectives......................................................................................................................................................................78
  6. 6. 5  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 6 Conclusion : Stratégie de prévention pour les prochaines catastrophes............................ 81 7 ANNEXES................................................................................................................................................................ 87 ANNEXE 1 : LISTE DES CONTRATS D’URGENCE DU MTPTC............................................................................................................................................89 1.1 DÉPÔTS................................................................................................................................................................................................................91 1.2 DÉPENSES............................................................................................................................................................................................................94 ANNEXE 2 : LISTE DES CONTRATS D’URGENCE DU MPCE..............................................................................................................................................103 2.1 État des dépenses du programme d’urgence........................................................................................................................................103 ANNEXE 3 : PROJETS D’URGENCE DU MARNDR..............................................................................................................................................................115 3.1 ALLOCATION DES DÉPENSES DU PROGRAMME D’URGENCES........................................................................................................................115 3.2 traitements de ravines..................................................................................................................................................................................116 3.3 TRAVAUX EN RIVIÈRES.........................................................................................................................................................................................126 3.4 Pistes agricoles / Réhabilitation de pistes.............................................................................................................................................133 3.5 PÉRIMÈTRES IRRIGUÉS........................................................................................................................................................................................136 3.6 SUBVENTION MICROPROJETS ORGANISATIONS...............................................................................................................................................142 3.7 IMAGES DU MARNDR...........................................................................................................................................................................................148
  7. 7. 7  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 INTRODUCTION Haïti est sous la menace constante des cyclones et tempêtes tropicales et plus particulièrement des inondations qu’ils provoquent. Chaque année ou presque, ils affectent le territoire et la population dans des proportions variables, mais de façon majeure chaque quatre ou cinq ans. Le haut niveau de dégradation environnementale du territoire et l’utilisation désordonnée des sols sont des facteurs qui accroissent leurs impacts sur la sécurité du public, sur l’activité économique et sociale et sur les infrastructures et équipements associés, tant publics que privés. L’année 2012 n’a pas fait exception à la règle, loin de là, alors qu’Haïti a été touchée par deux cyclones en deux mois. Le cyclone Isaac a d’abord frappé le pays dans la nuit du 24 au 25 août 2012. Pendant que les autorités nationales avec l’appui de la communauté internationale s’activaient encore à répondre aux besoins les plus criants des personnes affectées et à réparer des infrastructures prioritaires, l’ouragan Sandy a causé des dégâts considérables sur plus de la moitié du pays dans la nuit du 24 au 25 octobre lorsqu’il a déversé en moins de 24 heures plus de 50 cm de pluie sur Haïti. Des mesures d’urgence s’imposaient. De fait, les inondations et glissements de terrains occasionnés par ces deux catastrophes naturelles ont fait des morts, des blessés, des disparus, entraîné le déplacement de milliers de personnes et provoqué la pollution des réserves d’eau potable menaçant d’aggraver l’épidémie de choléra. Ils ont engendré la destruction de récoltes, dont les pertes sont estimées par certains organismes à près de 120 millions de dollars américains, ce qui a favorisé une augmentation des prix des produits de première nécessité, affectant du même coup les couches les plus défavorisées de la population. Des infrastructures et équipements publics ont été lourdement endommagés. De façon plus générale, notre vulnérabilité face aux catastrophes naturelles nuit aux secteurs productifs que sont l’agriculture, l’élevage, la pêche et toutes leurs filières connexes, compromet les efforts et le potentiel de développement économique, particulièrement celui associé au tourisme, et affecte directement l’habitat et les conditions de vie.
  8. 8. 8  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 « Avec plus de 51 morts, Sandy laisse une Haïti ravagée » – Le Nouvelliste, Haïti / 29 octobre 2012
  9. 9. 9  GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Il y a nécessité d’assurer un environnement sain et sécuritaire à tous et de mieux gérer les risques. Afin de limiter les multiples effets de ces catastrophes et de faire face rapidement à des situations d’extrême urgence prévalant dans le pays, le gouvernement haïtien a décrété, par arrêté du 30 octobre 2012, l’état d’urgence pour un mois. Cette période a été ensuite prolongée jusqu’au 5 janvier 2013. En outre, une résolution a été adoptée en Conseil des Ministres du 21 décembre 2012 pour financer la continuation des travaux des projets en cours et le lancement de nouveaux projets. Le présent bilan du programme d’urgence post-Sandy fait état : »» des impacts de Sandy sur le territoire et la population; »» des caractéristiques générales et de l’état d’exécution du programme; et »» des diverses mesures mises en œuvre par les secteurs publics impliqués. Un fonds de cinq milliards de gourdes a été mobilisé à partir du Trésor public pour aider spécifiquement les régions affectées et pour renforcer la résilience de tout le pays face aux catastrophes naturelles. Plus spécifiquement, les sommes investies ont notamment permis : »» d’aider directement les populations affectées par les deux cyclones, notamment au niveau alimentaire; »» d’appuyer la relance et le renforcement d’activités productives, notamment celles des producteurs agricoles; »» de construire, de réhabiliter et de mieux entretenir des infrastructures de transport, notamment des routes de pénétration pour mieux accéder aux régions affectées, incluant des pistes agricoles; »» de réhabiliter et de renforcer des réseaux électriques; »» de curer et d’améliorer des ouvrages de drainage; »» de protéger des berges de rivières et de ravines; »» de réhabiliter des systèmes d’irrigation; »» de construire des écoles; et »» de construire des infrastructures socio-sanitaires. Globalement, la mise en œuvre du programme d’urgence post-Sandy permet simultanément d’appuyer les populations directement affectées par les cyclones Isaac et Sandy, d’aider les couches les plus défavorisés de la population, de réparer des dégâts occasionnés par Isaac et Sandy et de mieux se préparer pour les prochaines saisons cycloniques partout sur le territoire. Il s’agit également d’améliorer la gestion des risques et désastres, de relancer l’activité économique et d’améliorer le cadre de vie de la population tant dans les zones urbaines que rurales. 

  10. 10. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale
  11. 11. 13 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 1 TEMPÊTE TROPICALE SANDY, UNE CATASTROPHE D’AMPLEUR NATIONALE 1.1 IMPACT PAR SECTEUR L’ouragan Sandy a causé des pertes importantes à l’économie haïtienne. Dans le secteur agricole, 90 356,7 hectares de culture sont endommagés et plus de 64 000 têtes d’animaux ont été emportées par les eaux dans plusieurs régions du pays. En ce qui a trait aux infrastructures, des routes, des maisons (plus de 33 mille maisons endommagées ou détruites), des écoles (109 écoles endommagées ou détruites), des systèmes d’alimentation en eau ont été endommagés ou détruits.
  12. 12. 14 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 »» Maisons inondées : 6 059 »» Maisons détruites : 6 274 »» Maisons endommagées : 21 427 »» Familles sinistrées dans les camps : 5 298 »» Familles sinistrées hors camps : 33 760
  13. 13. 15 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 « Aftermath of hurricane Sandy leaves Haïti facing new disaster » While the world’s attention has focused on the US, the suffering and consequences for the Caribbean nation are far greater. – The Guardian, Royaume-Uni / 2 novembre 2012
  14. 14. 16 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 « Ouragan Sandy : Haïti décrète l’état d’urgence » Les autorités haïtiennes ont lancé un appel à « la solidarité internationale ». Plus de 200.000 personnes sont sinistrées dans le pays. – Le Nouvel Observateur, France / 2 novembre 2012
  15. 15. 17 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 1.1.1 ÉDUCATION »» 109 écoles endommagées ou détruites – dont 50 écoles du Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire »» Départements atteints : Sud, Grand’Anse, Nippes, Sud-Est et Ouest.
  16. 16. 18 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 1.1.2 INFRASTRUCTURES »» Routes bloquées et obstruées - RN1, 2 et 4 »» Ponts endommagés et détruits - Roseau / Bonnet / Courjolle »» Canaux et ravines ensablées - Léogâne »» Villes inondées et embourbées - Miragoâne »» Système d’alimentation en eau endommagé
  17. 17. 19 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 « Haiti Death Toll Rises After Hurricane Sandy » – Wall Street Journal, États-Unis / 2 novembre 2012
  18. 18. 20 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 « L’ouragan Sandy précipite Haïti dans la détresse sanitaire et alimentaire » – Le Monde, France / 30 octobre 2012
  19. 19. 21 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 1.1.3 AGRICULTURE »» Cumul pluviométrique max. en 72 h : 512 mm - Ravine du Sud »» Impact considérable pour les départements du Sud, du Sud-Est, de la Grand’Anse, des Nippes et de l’Ouest »» 90 356,7 hectares endommagés – avec 33 530 ha pour la Grand’Anse
  20. 20. 22 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015
  21. 21. 23 1. Tempête tropicale Sandy, une catastrophe d’ampleur nationale GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 1.2 POPULATIONS SINISTRÉES 1 541 CamPs (plus Canaan) 2 104 000 familles (incluant Canaan) 3 420 000 PERSONNES (INCLUANT Canaan) 4 SOLUTION EN COURS POUR 20 000 FAMILLES, SOIT 80 000 PERSONNES (GRÂCE À L’APPEL D’ISAAC) 5 DÉFICIT DE SOLUTIONs POUR 84 000 FAMILLES, SOIT 340 000 PERSONNES
  22. 22. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI Mobilisation immédiate du gouvernement 2.
  23. 23. 27 2. Mobilisation immédiate du gouvernement GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 2 MOBILISATION IMMÉDIATE DU GOUVERNEMENT 2.1 L’ENVELOPPE D’URGENCE Les lourds dommages provoqués par l’ouragan Sandy, joints aux dégâts préalablement causés successivement par la sécheresse et le cyclone Isaac dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures routières et urbaines et du logement, ont nécessité des réponses rapides du gouvernement. Mais vu l’ampleur de la catastrophe, les provisions de 747 millions de gourdes figurant au budget 2012-2013 au titre des interventions d’urgence (ligne 1111-1-12-57-11 supportée par le Trésor public) ont été insuffisantes pour intervenir efficacement dans les différentes zones affectées. Par arrêté en date du 15 novembre 2012, le gouvernement a adopté un décret d’avances de crédits supplémentaires pour un montant de 5 milliards de gourdes imputé à la ligne Interventions d’urgence. Le financement proviendrait principalement de l’émission des bons du Trésor et des économies dans les dépenses non prioritaires. Répartition de l’enveloppe des 5 milliards : Ministères Montant de l’allocation Transfert des fonds Solde à transférer MTPTC 2 000 000 000 1 000 000 000 1 000 000 000 500 000 000 500 000 000 200 000 000 300 000 000 300 000 000 0 MARNDR 1 750 000 000 875 000 000 875 000 000 225 000 000 650 000 000 125 000 000 525 000 000 MPCE (incluant SMCRS, MAST et FAES) 1 250 000 000 1 020 000 000 230 000 000 TOTAL 5 000 000 000 4 245 000 000 755 000 000 En vue de respecter l’équilibre budgétaire, le financement additionnel serait pourvu par le biais d’émissions de bons du Trésor pour un montant équivalent. Mais, compte tenu des limites potentielles dans la mobilisation des ressources du système bancaire, des bons du Trésor pour seulement 3 milliards de gourdes seraient émis. De plus, un programme de réduction des dépenses essentiellement supportées par le pouvoir exécutif (92 %) permettrait de dégager 2 milliards de gourdes. Répartition de la réduction des dépenses : Pouvoir exécutif Organismes indépendants Pouvoir judiciaire Pouvoir législatif
  24. 24. 28 2. Mobilisation immédiate du gouvernement GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 2.2 État d’exécution des dépenses d’urgence et impacts Sur les 5  milliards de gourdes programmés à partir du Trésor public, à date, 4  245  milliards ont été transférés vers les trois principaux ministères bénéficiaires (MTPTC, MARNDR et MPCE). Une balance de 755 millions de gourdes n’a pas été decaissée par le MEF dont 525 millions pour le MARNDR et 230 millions pour le MPCE. Ces importants investissements publics consentis par le Trésor Public ont été injectés directement dans l’économie haïtienne et ont fortement contribué à la relance socioéconomique à travers le pays. Notamment, la très grande majorité des travaux et activités financés ont été exécutés par des firmes nationales de construction et un ensemble d’organisations locales dans les régions affectées, que ce soit pour les projets agricoles de traitements de rivières, réhabilitation des pistes agricoles, des périmètres irrigués, de marais salants; de réhabilitation ou reconstruction d’infrastructures routières et ponts, de curages de lits de rivières; d’équipements communautaires et de nombreux projets à haute intensité de main d’œuvre tels que la réhabilitation de maisons endommagées, construction de latrines, protection des berges des rivières, protection des sols par le reboisement et autres.
  25. 25. 29 2. Mobilisation immédiate du gouvernement GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 2.2.1 DÉMARCHES ENGAGÉES PAR LE SYSTÈME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DÉSASTRES »» Sensibilisation et communication 48 h avant impact »» Activation du Système d’alerte et du Centre d’Opérations d’Urgence National (COUN) »» Évacuation préventive 12 h avant impact »» Messages continus pour la population - ciblant zones vulnérables »» Réunion du CNGRD et coordination avec la communauté internationale »» État d’urgence déclaré sur toute l’étendue du territoire national pour une période d’un (1) mois le 5 novembre 2012. Une prorogation d’un mois a été effectuée du 5 décembre au 5 janvier. »» Assistance immédiate à la population 2.2.2 COORDINATION INTERMINISTÉRIELLE »» Primature : leadership »» MICT / DPC : coordination de la réponse »» MSPP : mesures de gestion de la propagation du choléra en collaboration avec des ONG du secteur »» MTPTC : réhabilitation des ponts, routes et infrastructures »» MPCE : coordination des ONG »» MEF : déblocage du budget d’urgence »» MARNDR : relèvement du secteur agricole »» MAST / MCF : appui aux populations 2.2.3 ACTIONS D’URGENCE ENGAGÉES »» Distribution de kits alimentaires et d’hygiène »» Distribution de bons d’urgence »» Distribution de semences
  26. 26. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC)3.
  27. 27. 33 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3 Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) 3.1 Contexte Haiti est l’un des pays de l’hémisphère où les facteurs de risque et de vulnérabilité les plus inquiétants sont les désastres naturels qui sont liés à la dégradation de l’environnement. Comme les autres pays de la région (Caraïbes et Amérique Centrale), elle est soumise de juin à novembre à des catastrophes naturelles très puissantes qui ont des incidences négatives très graves sur la vulnérabilité de la population et sur l’environnement. En effet, sur les dix départements du pays, huit dont en particulier le Sud, le Sud-Est, la Grand’Anse et l’Ouest, présentent un niveau de vulnérabilité alarmant face aux catastrophes naturelles à telle enseigne que les derniers ouragans survenus au mois d’août (Isaac) et octobre 2012 (Sandy) n’ont pas manqué d’endommager les principales infrastructures routières du pays et d’emporter des structures en maçonnerie et en gabions, des ponts et même des tronçons de route. Plusieurs régions du pays étaient isolées et les populations aux abois à cause des secours qui ne pouvaient arriver. Pour faire face à cette situation catastrophique, le gouvernement de la République a décrété le 30 octobre 2012 l’état d’urgence pour un mois sur toute l’étendue du territoire national. La plupart des ministères, le MTPTC en particulier, a bénéficié des fonds en adéquation au programme d’urgence du Secteur, conçu, élaboré et présenté à la Primature. Ainsi, le programme d’urgence soumis par le MTPTC, à travers sa FIOP couvrant l’ensemble des activités de réponse post Sandy totalisait 3 250 800 000,00 gourdes et comportait cinq composantes : Composante 1. Curage et rectification de lit de rivières; Composante 2. Réhabilitation de tronçons de route; Composante 3. Reconstruction de ponts; Composante 4. Travaux ponctuels d’urgence; Composante 5. Rénovation urbaine de certaines communes.
  28. 28. 34 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.2 Les Composantes du Programme 3.2.1 Composante 1. Curage et Rectification de lits de rivières L’ennemi principal de tout ouvrage et de l’homme demeure l’eau. C’est pourquoi, la majeure partie des dégâts enregistrés au cours des saisons pluvieuse et cyclonique est causée par le débordement des rivières. Ainsi, des travaux de curage, de correction de lits et de gabionnage ont été entrepris un peu partout en vue de dégager les chenaux, colmater les brèches et renforcer les berges de certaines rivières. En témoigne la liste des activités suivantes : »» Travaux de curage et de gabionnage des ravines Belle Hotesse et « Zetriye » dans le Nord , 5 750 m3 ; »» Travaux de curage et de correction des lits des rivières La Digue, Barrett, « Dlo Piti », à Petit Goave, dans l’Ouest, L=2 km; »» Travaux de curage et de protection des berges de la rivière des Barradères dans les Nippes; »» Travaux de curage du système de drainage de la ville des Gonaïves, dans l’Artibonite ; »» Travaux de curage de la rivière Bercy à Cabaret, dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage des canaux et dégraveur Ti Roux, dans l’Ouest, 3 000 m3 ; »» Travaux de curage manuel du système de drainage de la zone métropolitaine de Port-au-Prince; »» Travaux de curage mécanique du dégraveur de Mariani, dans l’Ouest, 4 375 m3 ; »» Travaux de curage mécanique du canal Bréa dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage de la ravine St Martin dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage de la ravine de Delmas dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage de la ravine Bois de Chêne dans l’Ouest, 7 500 m3 ; »» Travaux de curage du canal et dégraveur Martelly dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage des ravines Millet et St Georges dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage du canal Marchand et des dégraveurs Bourgot et Marchand dans l’Ouest, 3 750 m3 ; »» Travaux de curage du système de drainage de Frères dans l’Ouest; »» Travaux de curage du système de drainage Carrefour Clercine – Carrefour Murat Morno; »» Création de l’exutoire de la ravine Brise tout vers la rivière grise au boulevard 15 octobre, L = 2 km, V = 123 713 m3 de fouille. Autant de canaux, dégraveurs, ravines et rivières fait l’objet d’une attention particulière de la part du Ministère. Ces activités qui tournent autour de plus de 200 000 m3 de produits de fouille et de curage sont achevées à 100 % (Voir tableau des réalisations présenté ultérieurement).
  29. 29. 35 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.2.2 Composante 2. Réhabilitation de tronçons de route Après le passage de l’ouragan Sandy, plusieurs tronçons de route ont été lessivés et sérieusement endommagés par des sillons transversaux et longitudinaux atteignant parfois jusqu’à 1 m de profondeur. D’autres ont été complètement déchaussés, perdant jusqu’à la couche de fondation. Il a fallu intervenir de manière urgente et rapide en vue d’assurer à la fois le transport des biens et des marchandises. Ainsi, les interventions qui ont été réalisées sur divers tronçons de route s’articulent autour de projets de construction, de réhabilitation, ou d’entretien périodique : »» La réhabilitation de la route Cap des Maréchaux dans le Sud-Est, 1,66 km; »» La réhabilitation du tronçon de route La montagne, 470 m; »» La réhabilitation du tronçon de route Bas Cap Rouge/ Manzè Marie, 400 m; »» La réhabilitation du tronçon de route Carrefour Fleuriot – Carrefour Marassa, 2,7 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Carrefour Clercine – Carrefour Murat Morno, 2,4 km; »» La réhabilitation du tronçon de route RN 1 – Desdunes, 6 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Canapé Vert – Sainte Marie, 1 km; »» L’entretien périodique du tronçon de route Thomazeau – Cornillon – Grand Bois, 15 km; »» La réhabilitation du tronçon de route RN 1, Carrefour Plaine du Nord – Carrefour Morne Rouge, 4 km; »» L’entretien du tronçon de route La Vallée – Bainet, 20 km; »» L’entretien de la route menant vers Marigot – Peredo, 50 km; »» L’entretien du tronçon de route Cavaillon – Barradères – Bonne Fin, 40 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Cerca La Source – Cerca Carvajal; »» La construction du tronçon de route Méridien – Ducis, 10,5 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Frères – Meyotte, 2,3 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Thomassique – Cerca La Source, 13 km; »» La réhabilitation du tronçon de route Gros Morne – Pilate, 16 km; Au total, 17 tronçons de route dont l’un des contrats a été résilié et un autre non exécuté, ont été réhabilités.
  30. 30. 36 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.2.3 Composante 3. Reconstruction de ponts et dalots Environ 10 ponts et dalots ont été construits en vue de rétablir la circulation et assurer à la fois le passage de l’eau et la connexion entre différentes régions et communes. Il s’agit des ouvrages suivants : »» Reconstruction du pont sur l’axe routier Delmas 42 – Bourdon; »» Reconstruction du pont Bonnet sur l’axe routier RN 8 à Ganthier; »» Reconstruction du pont Gens de Nantes sur l’axe routier Ouanaminthe – Capotille; »» Reconstruction du pont Malféty sur l’axe routier RN6; »» Reconstruction du pont sur la rivière Guinaudée; »» Reconstruction du pont de Bois Moquette; »» Reconstruction du pont Meyotte; »» Reconstruction du pont de Tabarre; »» Construction d’un dalot à Fokodyè, Pilate, portée 15 m; »» Construction d’un dalot double sur la route Libéral au Limbé. L’état d’avancement de ces travaux présenté ci-dessous montre qu’ils sont achevés à 100 % à l’exception du pont de Tabarre dont le contrat a été annulé et de celui sur la rivière Malféty qui est à 20 % d’achèvement.
  31. 31. 37 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.2.4 Composante 4. Travaux ponctuels d’urgence Après le passage de l’ouragan Sandy et suite aux rapports de visites de terrain réalisés par des techniciens du MTPTC, force a été de constater qu’il fallait une priorisation des interventions car, certaines d’entre elles ne pouvaient attendre. Ainsi, sur la liste prioritaire se trouvait l’ensemble de ces projets d’urgence : »» Travaux d’urgence entre Carrefour Dufort et Jacmel, 43 km; »» Travaux ponctuels d’entretien de la route Hinche – Thomassique, 18 km; »» Travaux ponctuels d’entretien de la route Gonaives – Anse Rouge, 51 km; »» Travaux de protection du morne La Pierre, mur en gabion. Ces chantiers sont globalement achevés à 80 % (Voir tableau d’avancement ci-après).
  32. 32. 38 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.2.5 Composante 5. Rénovation urbaine de certaines communes La dernière composante du programme d’urgence prend en compte un ensemble d’activités qui tendent au relèvement des communes affectées par le passage de l’ouragan Sandy. Depuis quelques années, de nombreux efforts ont été consentis dans le financement de certains projets de voirie urbaine à travers tout le pays et il était indispensable de travailler au relèvement de ces communes. »» Réhabilitation de 3 km de rues à Jérémie; »» Rénovation urbaine à Verrettes, 1,8 km de rues en béton hydraulique; »» Réhabilitation de quatre rues en béton bitumineux à Pétion Ville, Chavannes, Pinchinat, Moise, St Louis Jeanty, 4 km; »» Rénovation urbaine à St Michel de l’Attalaye, L = 1,6 km; »» Réhabilitation des rues en béton bitumineux à l’Arcahaie; »» Réhabilitation de la route de Tabarre, 12 km; »» Réhabilitation de la rue Bétonnière et de la rue Bétonnière vers l’embouchure à Dame Marie, 800 m; »» Réhabilitation de rues en béton hydraulique à Mare Rouge (Mole St Nicolas), 3,7 km; »» Clôture des cimetières Verrettes, Desarmes, Liancourt, 1 800 m; »» Construction d’un terrain de football à l’Estère, 560 m; »» Travaux de voirie urbaine aux Cayes, Rue Général Marion et 3 Frères Rigaud, 1,8 km; »» Travaux de voirie urbaine à Cabaret, 2,5 km de rues en asphalte; »» Travaux de voirie urbaine à Bainet, 300 m de rue en béton hydraulique; »» Réhabilitation de la route Puits Blain, de Djoumbalah à Rue Faustin 1er en béton bitumineux ; »» Réhabilitation de la route de Delmas 83 en asphalte; »» Réhabilitation de la route de Delmas 33 en béton bitumineux; »» Réhabilitation de la voirie urbaine à Gros Morne, 1 km de rue en adoquin; »» Réhabilitation des rues à Delmas, rues Camélia, Delmas 52, 54, 71, 73 et ses environs; »» Réhabilitation des rues du Cap-Haitien, 12,5 km.
  33. 33. 39 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.3 Stratégies d’exécution Pour répondre efficacement et plus rapidement aux urgences, le Ministère a utilisé la stratégie suivante : confier la majeure partie des contrats à des entreprises locales pour pouvoir les superviser et, de façon simultanée, intervenir en régie à travers ses Directions déconcentrées dans des projets qui ne pouvaient souffrir de délai d’attente. Ainsi, avec la loi d’urgence autorisant la passation des marchés gré-à-gré, plus d’une cinquantaine de contrats et marchés ont été passés.
  34. 34. 40 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 3.4 L’État des dépenses du programme En regard de ces réalisations, le Ministère a effectué les dépenses suivantes comme le montre le tableau en Annexe 1.2. Le MTPTC a reçu du Ministère de l’Économie et des Finances deux milliards de gourdes en quatre virements sur le compte 1212 08 019 : »» 1 000 000 000,00 gourdes en date du 24 janvier 2013; »» 500 000 000,00 gourdes le 27 mai 2013; »» 200 000 000,00 gourdes le 31 juillet 2013; »» 300 000 000,00 gourdes le 25 septembre 2013. Un montant total de 1 999 994 149,55 gourdes a été dépensé. Il reste un solde de 5 800 gourdes qui est gardé dans les livres du ministère. Voir la ventilation des dépenses en Annexe 1.2. 3.5 Conclusion Somme toute, le Ministère, à travers son programme d’interventions urgentes, a amélioré de manière substantielle les conditions de vie des populations affectées par le passage de l’ouragan Sandy. Beaucoup d’efforts ont été déployés. Cependant, ils sont loin d’être satisfaisants vu la fragilité de nos infrastructures et l’ampleur des dégâts enregistrés. Il faut souligner que tous les travaux n’ont pas été entrepris compte tenu des faibles moyens mis à la disposition du MTPTC. Cependant, ce dernier les a initiés et un grand nombre d’entre eux ont été achevés, non sans dettes, à part quelques grands travaux qui se poursuivent actuellement, tels le projet de construction du pont Malféty et la Réhabilitation de la route Thomassique-Cerca La Source pour ne citer que ceux-là.
  35. 35. 41 3. Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015
  36. 36. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE)
  37. 37. 45 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4 MINISTÈRE DE LA PLANIFICATION ET DE LA COOPÉRATION EXTERNE Avec le passage du cyclone Sandy, le pays a subi les effets les plus dévastateurs d’une catastrophe naturelle. Faut-il aussi rappeler qu’avant Sandy, un tremblement de terre de magnitude 7,6 a quasi totalement détruit les immeubles logeant l’administration et a emporté la vie de trois cent mille citoyens, citoyennes y compris des cadres de haut niveau de l’Administration Publique. L’économie haïtienne, en raison d’une centralisation à outrance des capacités d’intervention publique à Port-au-Prince, a encaissé un coup de massue dont les retombées se traduisent par la stagnation et le renforcement de la pauvreté des couches les plus défavorisées de la population. Corolaire obligé de tout cela, le Gouvernement pour faire face à la conjoncture post- tremblement de terre et post-cyclone, et soucieux de sa lourde responsabilité, a du mobiliser certaines ressources à travers le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, pour un montant de un milliard vingt millions de gourdes (voir le tableau de ventilation détaillée des dépenses en annexe 2.1). 4.1 LES PROJETS D’URGENCE Le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, dans un souci d’atténuer les effets dévastateurs des cataclysmes naturels sur l’économie, a mené un ensemble de projets d’infrastructures et d’équipements (avec des financements partiels sous forme d’avances de démarrage) et à participé au soutien financier de plusieurs activités à l’échelle locale. Le Ministère est également intervenu par l’achat des kits hygiéniques et alimentaires pour la saison cyclonique.
  38. 38. 46 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4.1.1 ÉQUIPEMENTS ÉDUCATIFS et de santé Compte tenu que le Lycée Toussaint Louverture et Lycée Alexandre Pétion ont été gravement affectés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010, le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe a décidé d’entreprendre la reconstruction de ces lycées. L’action du gouvernement dans le domaine éducatif ne se cantonne pas seulement à Port-au-Prince. Des nouveaux lycées ou écoles professionnelles sont en construction à travers le pays, à Saint Michel de l’Attalaye, à Saut d’Eau, Roche à Bateaux, Limbé, Port Salut et dans d’autres localités. Compte tenu des ressources limitées et des déficits en infrastructures d’accueil de public de grande capacité dans les communes et section communales, le choix a été fait de construire dans certaines zones de tels édifices qui rempliront cette double fonction : écoles/lycées et abris provisoires en cas de catastrophes naturelles. Des centres de santé ont également été construits et ou réhabilités. Reconstruction du Lycée Alexandre Pétion Lycée de Cerca Carvajal Lycée de Petit-oâve Reconstruction du Lycée Toussaint Louverture
  39. 39. 47 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4.1.2 INFRASTRUCTURES SOCIOÉCONOMIQUES, COMMUNAUTAIRES, SPORTIVES ET APPUI AUX INITIATIVES LOCALES Constatant l’état d’insalubrité et de chômage engendrant la violence aux quartiers surpeuplés de Cité Soleil, le gouvernement par le biais du Ministère a décidé d’entreprendre la construction d’infrastructures sociocommunautaires au Wharf Jérémie. Ces infrastructures économiques et de formation sont destinées à créer un nouvel espace, un environnement sain, à redonner vie au sein de cette population en mettant à sa disposition les équipements nécessaires permettant à cette agglomération de s’épanouir selon les normes modernes. Plusieurs infrastructures sportives, centres de sports et terrains de jeux, ont également été construits à travers le pays. À Miragoâne s’érigent un grand marché public et une gare routière, toujours dans le souci de créer un environnement sain répondant aux standards de modernité pour faciliter les échanges socio économiques Le gouvernement a également consenti à l’achèvement du marché de l’Arcahaie répondant ainsi à une priorité. Le marché public de Fontamara répond à cette même préoccupation du gouvernement : faciliter le développement des échanges commerciaux dans des conditions d’hygiène acceptable et où les marchands sont protégés contre les intempéries et les menaces d’accidents, vu que c’est à même le trottoir sur la Route Nationale 2 que les marchands s’adonnent à leurs activités commerciales, particulièrement à la vente de fruits de mer. Dans cette même perspective d’appuyer les initiatives ou échanges socioéconomiques, le gouvernement à travers le MPCE a participé au financement de plusieurs activités visant la création d’emplois (dont plusieurs projets HIMO haute intensité de main d’œuvre) à l’échelle locale avec des fondations, associations, organismes de développement et autres, en milieu urbain et rural dans les zones affectées à travers le pays : ex. réhabilitation des maisons endommagées, construction de latrines, protection des berges des rivières et ravines, protection des sols par le reboisement, curage de canaux de drainage et d’assainissement, nettoyage de ville (avec le SMCRS), entre autres projets. Marché public de FontamaraMarché municipal de l’Arcahaie
  40. 40. 48 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 L’environnement immédiat du Wharf Jérémie – Cité Soleil   L’activité  commerciale  prédomine                                                                      Sur  les  quais  :  produits  divers  tels   matériaux  de  construction,  produits   alimentaires  et    autres  sont  embarqués  ou   débarqués   L’activité commerciale prédomine.   L’activité  commerciale  prédomine                                                                      Sur  les  quais  :  produits  divers  tels   matériaux  de  construction,  produits   alimentaires  et    autres  sont  embarqués  ou   débarqués   Sur les quais : produits divers tels matériaux de construction, produits alimentaires et autres sont embarqués ou débarqués.   ...selon  les  besoins,  passagers  et  sacs  de   charbon  y  trouvent  leur  place   Le  commerce  informel  occupe  les   espaces  libres.   Selon les besoins, passagers et sacs de charbon y trouvent leur place.   ...selon  les  besoins,  passagers  et  sacs  de   charbon  y  trouvent  leur  place   Le  commerce  informel  occupe  les   espaces  libres.   Le commerce informel occupe les espaces libres.   Les  habitants  vaquent  à  leurs  occupations   sous  les  structures  encore  debout  de   l’ancien  marché   Les habitants vaquent à leurs occupations sous les structures encore debout de l’ancien marché. Quai du Wharf Jérémie - Cité Soleil.
  41. 41. 49 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Centre de formation technique et professionnelle et le nouveau marché du Wharf Jérémie – Cité Soleil Centre sportif de Sainte-Thérèse Centre sportif des Cayes
  42. 42. 50 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4.1.3 INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES ET RÉNOVATION URBAINE Il n’y a pas de développement sans infrastructures routières, le gouvernement l’a bien compris. C’est ce qui explique qu’à ce niveau des travaux ont été réalisés un peu partout pour faciliter et améliorer les voies d’accès à des territoires. De plus, plusieurs villes ont bénéficié des travaux de rénovation par le gouvernement dans le cadre de sa vision de transformation du paysage haïtien, dont les villes de Jacmel, Saint-Marc, Hinche, Saint-Raphael, Gros Morne et autres; incluant des travaux de réfection de rues, d’assainissement, d’électrification, d’aménagement de places publiques et d’embellissement. Rénovation urbaine de la ville de Saint-Raphaël Rénovation urbaine de la ville de Saint-Marc Route Jacmel / La Vallée
  43. 43. 51 4. Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 4.2 PERSPECTIVES Étant donné qu’un effort de financement a été consenti par le trésor à la demande du MPCE malgré les difficultés financières post-séisme, des mesures ont été prises pour renforcer les mécanismes de supervision, ceci pour faciliter la bonne exécution des projets structurant le programme d’intervention d’urgence post-Sandy vers l’atteinte des résultats anticipés et par conséquent vers la relance de la croissance et l’amélioration des conditions de vie des couches les plus défavorisées des populations sinistrées. Dans l’hypothèse que cette expérience de coopération intersectorielle se solde par des résultats encourageants notamment en terme de retombées positives sur la disponibilité d’équipements collectifs ainsi que sur l’amélioration des conditions de vie des populations cibles, il n’y a pas de doute que le MPCE continuera a intervenir en partenariat avec les secteurs directement engagés dans l’activité socioéconomique du pays. Abri de secours aux Cayes
  44. 44. GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR)
  45. 45. 55 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5 MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL       En réponse à la situation de crise résultant du passage des ouragans Isaac et Sandy, respectivement en août et octobre 2012, le Gouvernement n’a eu d’autre choix que de concevoir rapidement un programme d’urgence pour voler au secours des communautés affectés. En effet, un programme d’urgence a été ficelé avec un montant de départ de 1,57 milliard de gourdes, spécifiquement centré sur des activités de récupération économique, la recapitalisation et la mitigation des désastres naturels. Finalement, 1,22 milliard de gourdes ont été décaissées pour le compte du MARNDR, pour l’exécution du programme de janvier 2013 à mars 2014, date de fermeture du programme, soit exactement à l’âge de 15 mois de la phase d’implémentation. Les ressources financières ont été judicieusement consommées à hauteur de 99,9 %. Soit une somme de 1 224 996 592,08 gourdes injectée dans les communautés affectées qui ont bénéficié de ce programme d’envergure nationale. Mis en œuvre en respectant un certain nombre de principes fondamentaux dont la participation, l’inclusion et la transparence, le programme a gagné en efficacité et en efficience pour avoir remis en état de fonctionnement, en un temps record, les infrastructures agricoles les plus affectées et permis la reprise de l’économie agricole dès la mi 2013. Du point de vu de la recapitalisation, avec une simple estimation de 40 % du coût du programme investi dans les travaux directs dans les infrastructures communautaires, il en résulterait 2,5 millions d’hommes.jour d’emplois temporaires. Le Ministère a, dans la même veine, pu fournir des fonds de roulement en nature, semences, animaux, autres intrants, tout en mettant en œuvre des activités pour la protection des moyens de subsistance que ce soit par la vaccination du cheptel, les interventions dans les ravines et les rivières ou l’amélioration de la pénétrabilité des zones de production. En termes de bilan physique des réalisations, il est opportun de n’en souligner que les plus importantes. Dans les ravines et les rivières, ont été investis, via les DDA et des opérateurs locaux, 546 millions de gourdes, ce qui permis de traiter 263 km de ravines et réaliser des ouvrages ponctuels et des interventions localisées sur 34 rivières dans les zones d’interventions, en générant plus de 336 000 hommes.jour d’emplois. Dans le cadre du désenclavement des zones, 88 km de pistes agricoles ont été réhabilitées dans 34 localités au niveau de 5 départements (Nippes, Nord-Est, Centre, Nord-Ouest, Grand-Anse), pour un montant de 22 millions de gourdes. Plus de 25 mille hommes.jour d’emplois ont été générés. Le montant de 50 000 000,00 gourdes a été engagé pour la réalisation des travaux d’entretien et de curage sur 56 périmètres irrigués, totalisant une superficie de plus 34 000 hectares à travers neuf départements du pays. Pour les subventions des intrants plus de 35 000 familles ont été touchées et ce pendant trois campagnes agricoles consécutives.
  46. 46. 56 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Spécifiquement dans l’Artibonite, notamment dans les communautés productrices de sel de Anse-Rouge et de Grande Saline, ciblées par le programme, 1015 bassins de sel ont été remis en état de production et ont coûté à l’État 53 761 800,00 gourdes. Trois sites d’écosystème de la mangrove à Petite Rivière de Nippes dans les Nippes, Tiburon dans le Sud et Belle-Anse dans le Sud-Est ont fait l’objet de restauration dans une perspective d’appui à la sécurité alimentaire et de l’équilibre écologique dans les zones côtières. Outre la sensibilisation et la mise en terre de plus de 660 000 plantules de mangroves, trois comités de suivi ont été mis en place et un documentaire sur la valeur de ces écosystèmes a été produit. Du point de vue de la santé et la production animales, des appuis ont été fournis aux producteurs non seulement par des services de vaccination, mais également des subventions d’animaux, caprins, poulets, etc. Il y a lieu de noter la construction de 18 chèvreries modernes, la recapitalisation de 350 unités d’élevages de type familial, l’appui à la production avicole dont la construction de 3 parcs avicoles à Torbeck, Campérin et Dicis. 40 microprojets communautaires portés par les organisations de base ont été financés à hauteur de 76 992 900,00 gourdes à travers neuf Départements. Etc. La diversité des actions telles que décrites ci-dessous, s’inscrit dans une vision du MARNDR de pénétrer les zones, afin de toucher les catégories sociales à faible résilience par rapport aux aléas naturels et la problématique de la sécurité alimentaire. L’exécution du programme est détaillé dans les parties qui suivent. Elles permettront de faciliter la compréhension de l’étendue du travail accompli et des enjeux qu’il comporte. Introduction Le présent document présente le rapport final d’exécution du programme d’urgence implémenté par le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) suite aux désastres occasionnés par la sécheresse de 2012, les ouragans Isaac et Sandy et les inondations du mois de novembre. Il est surtout centré sur les principales réalisations physiques, avec des éléments de coût global pour les grands groupes d’activités qui ont été mis en œuvre. Le rapport est structuré comme suit : »» Une remise en contexte succincte du programme; »» Le contenu des différentes composantes d’intervention; »» Ses principes directeurs; »» Le cadre opératoire des travaux; »» Les principales réalisations par composante; »» Les leçons apprises; et »» Des conclusions sur le programme et des perspectives d’avenir.  
  47. 47. 57 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.1 Contexte Au cours de l’année 2012, Haïti a connu quatre menaces hydrométéorologiques : une sécheresse au cours de la période critique des plantations de printemps, les cyclones Isaac et Sandy ainsi que les inondations de novembre et décembre 2013. Ces aléas d’allure catastrophique, par des effets cumulés, ont occasionné des dommages estimés à près de 270 millions de dollars américains au niveau du secteur agricole. La sécheresse, sévissant aux mois de mai et juin 2012, au milieu de la campagne de printemps au cours de laquelle se réalise 60 % de la production nationale, a entrainé des pertes de l’ordre de 40 % de la production, soit 80 millions de dollars américains environ, ce qui a fortement affecté l’offre alimentaire et intensifié le risque d’insécurité alimentaire dans le pays. En guise de réponse rapide, Une enveloppe de 197 millions de gourdes a été allouée par l’administration Martelly/Lamothe en vue de recapitaliser les exploitations et réduire les risques nutritionnels aux familles affectées. Le cyclone Isaac, survenu en août 2012, a mis à mal le secteur agricole déjà vulnérable et a causé des destructions de cultures, en proportions variées, dans les départements du Sud-Est, de l’Ouest, de l’Artibonite et du Nord-Ouest. Les productions arboricoles, en période de récolte, n’ont pas résisté. Le rapport de la Commission Nationale de Sécurité Alimentaire (CNSA) a fait état de 40 % de destruction dans les bananeraies, 30 % dans l’arboriculture et la caféiculture, 20 % dans les cultures céréalières et 10 % pour les légumineuses. Au total, 70 à 80 millions de pertes sont essuyées. Le cyclone Sandy est survenu environ deux mois après, soit en octobre, s’accompagnant de forts vents et de pluies atteignant jusqu’à 500 et 700 mm. De nouvelles pertes s’ensuivirent, estimées à environ 100 millions de dollars américains. Durant la période de novembre à décembre 2013, des pluies provoquèrent, dans le Nord en particulier, des inondations qui donnèrent lieu à des dommages évalués à 15 millions USD (CNSA). Face à cette situation, un nouveau programme d’urgence, dénommé « Urgence 2 » fut financé par l’administration Martelly/ Lamothe à hauteur de 1,75 milliards de gourdes en vue de sécuriser les communautés exposées (traitements des rivières et des ravines), de récupérer les infrastructures affectées (systèmes d’irrigation, routes agricoles, etc.), de recapitaliser les exploitations et de réduire les risques nutritionnels aux familles affectées. Une première tranche de 875 millions fut allouée pour le démarrage du projet. Une deuxième tranche de 225 millions et une troisième de 125 million de gourdes furent allouées respectivement en juin 2013 et en octobre 2013 portant le total des décaissements à 1,2 milliards de gourdes. Pour les deux programmes d’urgence, les interventions envisagées se justifient par la nécessité de : »» Créer des emplois qui permettent aux populations de se recapitaliser et d’avoir accès à l’alimentation; »» Rétablir la capacité productive de l’agriculture haïtienne et renverser cette tendance plutôt inquiétante à la migration désordonnée vers les villes; »» Contrôler et prévenir des turbulences dues aux mouvements sociaux dans le court et le moyen terme; »» Produire des aliments en qualité et en quantité afin d’améliorer le niveau de sécurité alimentaire de la population; »» Inclure les actions d’urgence dans le cadre de la campagne d’Hiver, de la préparation de la campagne de Printemps de 2013, dans le programme annuel du ministère et dans le cadre du Programme Triennal de Relance Agricole (PTRA 2013-2016).
  48. 48. 58 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.2 Les composantes du Programme d’Urgence Composante 1 : Correction et traitement de ravines Les ouvrages érigés au niveau des ravines à différents niveaux dans les Bassins versants sélectionnés, assurent des fonctions multiples pour la protection des infrastructures et des biens, mais aussi pour le maintien d’un potentiel de production, voire l’amélioration des ressources naturelles (terre et eau) : écrêtement des crues; limitation des flux torrentiels; accroissement de débits d’étiages; lutte contre l’érosion et réduction des pertes en terres dans les BV et enfin, contribution à la création de fonds frais pour l’agriculture de montagne. Composante 2 : Traitement des rivières Cette composante se matérialise par des travaux de : »» reprofilage et curage du lit des rivières; »» exhaussement et stabilisation des berges dans certains cas avec des murs en gabions. Ils devront permettre : »» l’écoulement des eaux de ruissellement sans grand danger au niveau des agglomérations, facilitant la régularisation des débits aptes à alimenter les canaux d’irrigation; »» la divagation des eaux en furie au niveau des parcelles agricoles adjacentes. Composante 3 : Réhabilitation de pistes De toutes les infrastructures rurales, les pistes agricoles ont été l’une des plus touchées. Conséquemment, l’enclavement de la plupart des zones de production qui a été ciblé comme un goulot d’étranglement majeur au processus de production et de valorisation agricole s’est intensifié. Suivant une approche participative, des pistes endommagées ont vite fait l’objet de réhabilitation. Elles devraient favoriser dans le cadre du processus de relance agricole, l’écoulement des produits agricoles, l’accessibilité aux marchés, et suivant une vision plus large, la disponibilité de services publics au profit des communautés tant dans le domaine de la santé que de l’éducation, en particulier aux enfants. Composante 4 : Réhabilitation de périmètres irrigués Elle répond aux préoccupations de fournir aux agriculteurs l’opportunité de disposer de l’eau en quantité suffisante et en temps réel, afin de s’assurer de la conduite régulière des opérations culturales et de stimuler la production agricole fortement affectée par la tempête Sandy. Mais encore et surtout elle contribue à la restauration des terres agricoles et à la hausse des rendements des cultures. Les activités réalisées sont essentiellement le curage des canaux, la réfection de certains tronçons défectueux et la remise en état des dispositifs de contrôle de l’eau telles les portières et les vannes.
  49. 49. 59 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Composante 5 : Semences et en fertilisants Avec Sandy, les agriculteurs ont littéralement perdu leur récolte à partir de laquelle ils devraient constituer leur stock semencier. En vue de les aider à reprendre leur activité coutumière, un lot de semences et d’autres intrants leur ont été attribué. Ceci permettra, d’une part, d’atténuer le phénomène de l’insécurité alimentaire prévalant, et d’autre part de reconstituer le capital semencier pour la toute prochaine campagne. Composante 6 : Réhabilitation de marais salants Nombreux sont les bassins de production de sel, couramment appelés « marais salants » qui ont été détériorés, notamment du coté de Anse Rouge et de Grande Saline, suite au passage des différents cyclones Jeanne, Hannah et Ike. Avec Sandy, la situation a atteint un point critique tel que tous les acteurs, paludiers, sauniers se sont vus plongés dans un processus de décapitalisation accélérée. La production de sel représente leur activité essentielle. Au niveau des marchés, la rareté du sel s’est déjà fait sentir et a engendré une augmentation du coût du panier des ménages. En guise de réponse 1,015 bassins ont été réhabilités. Composante 7 : Restauration des mangroves L’accent porté sur les mangroves répond au souci de développer un modèle de gestion qui concilie des préoccupations environnementales et l’amélioration des conditions de vie des riverains. Ceci dit, la restauration des mangroves ciblée est comme un prétexte pour adresser l’épineuse question de l’insécurité alimentaire au niveau des zones côtières de Marigot, de Tiburon et de Miragoâne, pour diminuer la pression sur la ressource et du même coup diversifier les sources de revenus tant des pêcheurs que des ménages. Composante 8 : Production et santé animale, pêche, aquaculture Elle s’inscrit dans la logique de recapitalisation des exploitants agricoles, de reconstitution de leur cheptel et de l’amélioration de leur équipements de pêche et d’installation d’infrastructures pour la valorisation des produits laitiers en particulier et d’équipements aptes à aider à l’augmentation des efforts de pêche. Les actions ont porté, entre autres, sur la pêche, l’aquaculture et la distribution de poules et de caprins. La santé animale a été donc envisagée pour prévenir les épizooties les plus fréquentes.     Figure  3.    Réhabilitation  de   pistes  agricoles   Figure  3.  Distribution  de       drageons  de  banane   Figure  3.    Traitement  de  ravines  Figure  3.    Réhabilitation  de   pistes  agricoles   Figure  3.  Distribution  de       drageons  de  banane   Figure  3.    Traitement  de  ravines   Réhabilitation de pistes agricoles Distribution de drageons de banane Traitement de ravines
  50. 50. 60 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.3 Principes directeurs Le développement du programme s’articule autour de quatre grands principes : Intégration Elle se traduit sur les plans de la couverture spatiale, technique et de genre. Le bassin versant étant considéré comme l’unité d’intervention privilégiée, les actions engagées à l’amont devront influencer celles entreprises en aval jusqu’à la mer. Les actions sont aussi inscrites dans la durée. Elles se réalisent sous le sceau de l’inclusion, où les femmes et les hommes sont équitablement considérés, en dehors de toute appartenance politique et de foi ou croyance religieuses. Protection des investissements Vu sous cet angle, les ravines (exutoire naturel) à traiter en particulier ont été sélectionnées de manière à casser la vitesse des eaux, diminuer le taux de ruissellement à la base de la destruction des unités productives en aval, ainsi que des infrastructures hydro agricoles et de génie civil, notamment : les routes, les ponts, etc. Recapitalisation Elle est vue par un apport direct aux pêcheurs, éleveurs et agriculteurs, des intrants devant les aider à reprendre leurs activités traditionnelles, ce qui devrait leur permettre de reconstituer leur système de production. Protection des vies et des biens Celle-ci est garantie par des actions de curage et de reprofilage des rivières et des ravins destinées à faciliter la réduction des menaces hydrométéorologiques.   Figure   1.     Production   et   distribution   de   boutures   de   patate     Figure   1.     Réhabilitation   de   marais  salants   Figure  1.    Traitement  de  rivieres     Figure  1.  Constitution  de  cheptel  caprin   Production et distribution de boutures de patate Laiterie Réhabilitation de marais salants Traitement de rivieres Constitution de cheptel caprin Réhabilitation de systèmes d’irrigation
  51. 51. 61 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.4 Cadre opératoire des travaux 5.4.1 Cheminement de mise en œuvre Les actions réalisées sont les suivantes : »» La planification des activités; »» La gestion des parties prenantes; »» Le lancement des appels d’offres et la gestion des contrats; »» L’exécution des travaux. 5.4.2 mobilisation du financement »» Phase de planification : novembre – décembre 2012. »» Coût total des activités programmées : 1,57 milliard de gourdes. »» Au final 1 225 000 000 gourdes ont été rendues disponibles au MARNDR pour implémenter le programme. »» Période effective d’exécution : Janvier 2013 à mars 2014.
  52. 52. 62 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.4.3 Planification des activités Les étapes de cette planification se résument ainsi : »» des visites de terrain d’évaluation des dégâts et de détermination préliminaire de besoins; »» la collecte d’idées de projets prioritaires au niveau des structures déconcentrées du ministère; »» l’établissement des stratégies d’intervention, de mise en œuvre, la préparation des outils généraux de gestion. 5.4.4 Gestion des parties prenantes Cette étape visait la prise en compte des priorités des communautés et la mise à contribution des leçons apprises dans la mise en œuvre du programme d’urgence. Elle fournit l’information qui permet de tailler sur mesure un programme qui répond aux besoins des communautés représentées par leurs leaders nationaux, régionaux et locaux. Les échanges furent organisés à deux niveaux : »» Au niveau déconcentré, des rencontres furent tenues avec les autorités nationales et régionales, les tables sectorielles régionales et les organisations communautaires de base. Plusieurs rencontres furent organisées dans chaque département sous l’égide d’une haute autorité du ministère en vue de définir les priorités des communautés et de valider la liste des projets et les besoins établis à la phase de planification. Ces échanges conduisirent à la liste définitive des interventions et à la première ébauche de la stratégie d’intervention. »» Au niveau central, l’ébauche de stratégie de mise en œuvre fut discutée au niveau de la table sectorielle nationale qui réunit les principaux bailleurs de fonds et organismes de développement. 5.4.5 suivi de l’exécution du programme Le monitoring a été fait à trois niveaux : »» Des cadres mémorants travaillent au niveau départemental sous l’égide du directeur départemental agricole, visitant les travaux et collectant les informations relatives aux états d’avancement. »» Un deuxième niveau de supervision est réalisé par les directions techniques du ministère dont chacune dans sa sphère d’expertise. »» Le bureau central responsable de l’implémentation du programme assure un troisième niveau de supervision et la communication des résultats. Pour les réalisations : »» L’information relative à l’état d’avancement a été acheminée régulièrement à partir des départements; »» Quatre rapports d’avancement ont été produits, y inclus ce présent rapport. Deux autres ont été soumis au Conseil des Ministres et au Conseil du Gouvernement, un rapport provisoire à la Primature et ce rapport final soumis en dernier ressort.
  53. 53. 5.5 Bilan des réalisations 5.5.1 Correction et traitement de ravines Les interventions dans les ravines comprennent des travaux de traitement, reprofilage et de nettoyage et la construction de seuils. Elles visent l’amélioration de l’écoulement vers les exutoires et assurent une protection des investissements et des vies dans les communautés immédiates ou en aval des bassins versants. Les travaux ont été réalisés par l’initiative des Organisations Communautaires de Base (OCB) qui ont mobilisé la main d’œuvre locale disponible. Le coût de ces travaux s’élève à 177 197 400 gourdes dont 16 252 500 gourdes ont été dépensées pour la construction de micro-retenues dans le Département de l’Ouest. »» 263 863 mètres linéaires de ravines ont été traités au niveau de huit départements; »» Générant 343 498 hommes.jours d’emplois dans les communautés bénéficiaires; »» 18 micro-retenues ont été par ailleurs construites dans le département de l’Ouest. Le tableau ci-dessous résume l’état des ravines traitées, les coûts y afférents et les emplois temporaires générés dans chaque Département touché. Les détails plus précis sur les réalisations sont présentés à l’Annexe 3.2 : Traitements ravines, à la page 116. Tableau 1 : Répartition des travaux de correction de ravines Département Ravines traitées (mètres) Coût (Gdes) Emplois créés (H/J) Exécution Nippes 27 389 14 400 000,00 53 110 OCB Nord-Est 53 244 37 000 000,00 4 236 OCB Nord 13 871 10 407 500,00 49 540 OCB Centre 58 546 12 865 000,00 70 040 OCB Sud-Est 38 018 14 000 000,00 52 872 OCB Nord-Ouest 13 840 11 012 400,00 15 540 OCB Sud 18 155 15 260 000,00 30 634 OCB Ouest 40 800 46 000 000,00 67 526 OCB Total 263 863 160 944 900,00 343 498 Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA
  54. 54. 64 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.2 Traitement des rivières Les ouvrages sont principalement localisés au niveau des berges de fleuves et rivières et sont reconstruits ou renforcés pour la protection des vies, des biens et des infrastructures. Il s’agit aussi d’aménagements, par endroits, de berges en gabions et/ou de murs de soutènement avec des rectifications de lit pour certaines portions. Comme le montre le tableau suivant, le Ministère a dû engager 385 213 855,39 gourdes, pour intervenir sur 34 rivières, dans huit départements, en réalisant des travaux touchant les berges ainsi que les lits, avec des structures mécaniques et parfois biologiques. Ces travaux ont permis de dégager environ 2 782 hommes.jour d’emplois temporaires au bénéfice de la population locale, à travers environ 19 firmes locales contractantes. Au niveau de l’Annexe 3.3 : Travaux en rivières, à la page 126, se trouvent les différents types d’interventions et les niveaux de réalisation dans les différentes rivières touchées. Tableau 2 : Travaux réalisés en rivière / coûts et emplois générés Département Nombre de rivière Coût (Gdes) Emplois créés (H/J) Exécution Nippes 7 27 977 065,96 150 EATT, Roche Blanche SA Nord 3 63 450 300,00 320 L'ATELIER S.A., HEDS Artibonite 2 34,031 309,34 902 ENCOTRA, REPSA, MOJHADL Grand-Anse 5 21 029 580,00 120 BESUCO, EXECO Nord-Ouest 1 13 608 977,59 50 MOTERC Sud 9 113 067 182,50 598 MAG, SHOUBY, UNICOSA, CNE Ouest 7 112 049 440,00 642 ABBF Construction, CONCEPTION +, HALOSA, ENCONDIV, BEGES Total 34 385 213 855,39 2 782 N/A Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA Canaux de contours et seuils dans le Sud-Est avec les plantules de vetiver, ravine Ka Belo
  55. 55. 65 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.3 Réhabilitation de pistes Les travaux de réhabilitation de pistes agricoles financés par le programme d’urgence ont permis d’entreprendre la rehabilitation de 88 km de pistes agricoles, dans 34 localités au niveau de 5 départements. Environ 24 456 emplois temporaires ont été générés au profit de la population grace à la mise en œuvre de ces travaux. Les détails par Département et par localité se trouvent à l’Annexe 3.4 : Pistes agricoles, à la page 133. Tableau 3 : Répartition des travaux de réhabilitation des pistes rurales Département Pistes Agricoles Réhabilitées (mètres) Coût (Gdes) Emplois créés (H/J) Exécution Nippes 2 100 600 000,00 2 260 OCB Nord-Est 44 400 16 000 000,00 2 995 OCB Centre 11 320 2 273 000,00 11 230 OCB Nord-Ouest 7 500 700 000,00 OCB Grand-Anse 22 310 2 484 997,36 7 971 OCB Total 87 630 22 057 997,36 24 456 Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA 5.5.4 Entretien et curage de périmètres irrigués La récupération des infrastructures d’irrigation a été possible grâce à des travaux de curage, de protection de berge et d’enlèvement de remblai. 56 périmètres ont été touchés, soit plus de 34 054 hectares, au niveau de neuf Départements du pays. Le montant de 50 000 000,00 gourdes a été engagé pour la réalisation des travaux d’entretien et de curage sur les périmètres touchés par le programme d’urgence. Les détails par Département et par localité se trouvent à l’Annexe 3.5 : Périmètres irrigués, à la page 136. Tableau 4 : Répartition des travaux de réhabilitation des pistes rurales Département Nombre de périmètres Superficie (ha) Montant (Gdes) Firmes contractants Nord-Est 2 450 2 500 000,00 - Nord 2 2 150 5 000 000,00 GEMODESA Nord-Ouest 2 450 2 500 000,00 - Artibonite 11 7 550 12 000 000,00 IDEAL, GRIDEL, GENIE PLUS, MOJAH / GRAPES, Centre Formation Leveque, Agro Vision Centre 9 1 760 5 000 000,00 Association Hinche, HYDROTECH Ouest 8 13 800 10 000 000,00 ENARCO SA, AMECOH Sud-Est 4 450 3 500 000,00 - Sud 17 7 144 7 500 000,00 GRAFHES, Pyramid Construction, GRAPES Nippes 1 300 2 000 000,00 - Total 56 34 054 50 000 000,00 Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA
  56. 56. 66 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.5 Intrants agricoles Des intrants ont été mis à la disposition des producteurs affectés et qui ont perdu leurs stocks. C’est ainsi qu’à travers le programme de subvention de fertilisants 23 000 000 gourdes ont été affectées pour l’acquisition et la mise sur le marché d’engrais chimiques; 126 500 000,00 gourdes ont été parrallèlement mobilisées pour l’achat et la distribution de semences aux producteurs, notamment pendant trois campagnes agricoles consécutives. Tableau 5 : Dépenses de subvention des campagnes agricoles Champs d’intervention Dépenses exécutées Engrais/Fertilisants (PSF) 23 000 000,00 Semences / Campagnes Hiver 2012 et Printemps 2013 (SNS) 93 500 000,00 Campagne Printemps 2014 (DDA/, ODVA)/ SNS 33 000 000,00 Total 149 500 000,00 Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA En termes physiques : »» 464 tonnes de semences subventionnées au profit de plus de 32 390 planteurs, permettant l’emblavement de 8 097,99 ha lors de la campagne d’hiver 2012; »» 528 tonnes de semences, 2,1 millions de plants d’igname et de drageons de bananiers lors de la campagne de printemps 2013; »» 34 095 familles ont bénéficié de l’une ou plusieurs espèces de ces semences, ce qui leur a facilité dans la réalisation de ces campagnes; »» 830 tonnes d’engrais subventionnés. Les mécanismes de subvention, facilitant l’accès à des intrants de qualité à temps et à un prix abordable pour les producteurs, ont permis un accroissement du rendement des cultures entre 70 % et 80 % selon les espèces cultivées. L’effort du gouvernement est de garantir la disponibilité de l’engrais de qualité, à un prix très abordable, 700 gourdes le sac de 100 livres. Projet de gabionnage pour le traitement des berges sur la rivière de Limbe
  57. 57. 67 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.6 Réhabilitation de marais salants L’appui à la réhabilitation des marais salants, principale source de revenus dans les communes de Anse-Rouge et Grande Saline, ciblée par le programme, a coûté le montant de 53 761 800,00 gourdes. Les principales activités qui ont été conduites sont les suivantes : »» Géoréférencement des bassins. Le levé géo référentiel des bassins endommagés, permet aujourd’hui d’identifier les bassins et leurs propriétaires et de les localiser. La DDAA dispose d’une base de données complète qui peut être exploitée. »» La réhabilitation de ces bassins. Plus de 1 015 bassins ont été débarrassés de tout excès d’eau, de sédiments, soit 38 % du total recensé. Des digues sont également érigées pour protéger contre les risques d’inondation à venir. Les « tables » sont nettoyées afin de recevoir le sel au moment de la récolte. »» La mobilisation de plus de 500 travailleurs recrutés dans la population locale et la création d’environ 67 000 emplois temporaires. Des milliers de travailleurs ont participé aux opérations de nettoyage et d’érection des digues de protection contre les inondations. Ils ont été embauchés et contractés en accord avec les propriétaires des bassins. En termes d’impacts, la réhabilitation des bassins salants aurait permis : »» La stabilisation du prix du sel. Les travaux de réhabilitation entrepris ont permis de stabiliser rapidement le prix. Au cours du mois de juillet, le sel se vendait 500 gourdes le baril. »» La recapitalisation de centaines de propriétaires. 924 propriétaires de marais ont repris confiance et s’adonnent à l’exploitation comme jadis pour exploiter leurs bassins. Le manque à gagner occasionné par l’ouragan Sandy est estimé à 123 600 gourdes en moyenne par bassin annuellement. Tableau 6 : Travaux de curage des bassins ou pelage Communes Localités Nombre de bassins réhabilités Anse Rouge Couvreur, Trou François, Cicéron, La Bozile, Morne fort, Grand Port 342 Magazin les Rois, Tête Baie, Barcadere, Poinet des Mangles, Ka FreChal 390 Cordon, Nan Guiyon, Platon Gommier 1 et 2, Trou Roche 163 Grande Saline Grand Pierre Lppa, Grand Pierre Mamé, Agassou 120 Total 1 015 Source : Rapport de l’activité
  58. 58. 68 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Tableau 7 : Travaux d’enlèvement de sédiments Communes Localités Nombre de m3 de sédiments enlevés du bassin Nombre de m3 de sédiments enlevés du bassin Nombre de bassins Nombre de travailleurs Pers. / jour Anse Rouge Couvreur, Trou François, Cicéron, La Bozile, Morne fort, Grand Port 137 988,60 54 630,16 342 320 17 950 Magazin les Rois, Tête Baie, Barcadere, Poinet des Mangles, Ka FreChal 189 620,86 127 402,32 390 369 25 800 Cordon, Nan Guiyon, Platon Gommier 1 et 2, Trou Roche 60 224 34 662 163 153 15 610 Grande Saline Grand Pierre Lppa, Grand Pierre Mamé, Agassou 51 067,37 87 753,55 120 82 7 605 Total 438 900,83 304 448,03 1 015 924 66 965 Source : Rapport de l’activité
  59. 59. 69 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.7 Restauration des mangroves Le MARNDR a entrepris un travail de restauration des mangroves dans trois sites : »» Petite Rivière de Nippes dans les Nippes; »» Tiburon dans le Sud; et »» Belle-Anse dans le Sud-Est. L’objectif fondamental du projet était de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des communautés côtières tout en réhabilitant et assurant une gestion efficace des peuplements de mangroves. Le pilotage des activités de restauration des mangroves a été confié à quatre prestataires de service dont les noms et montant des prestations sont fournies dans le tableau suivant. Tableau 8 : Ventilation et exécution du montant alloué aux activités de mangroves Firme contractante Montant % Dépense total Fondation Verte 2 600 000 26 % Foyer des Plantes 2 000 000 20 % UGDSE 1 800 000 18 % FIRMATECH 2 500 000 25 % Frais de gestion / sensibilisation / suivi 1 100,00 11 % Total 10 000 000 100 % Source : Réalisés à partir des différents rapports fournis par les DDA et la DIA Travaux de Curage dans la Vallée de l’Artibonite
  60. 60. 70 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Pour garantir la pérennité des investissements, on a opté pour une prise en charge totale des utilisateurs des ressources locales. Les communautés ont bénéficié d’un accompagnement en ingénierie sociale. Les activités ont pu être réalisées grâce à la forte implication de la communauté locale (autorités locales, enseignants, pêcheurs, artisans,…). Il a été formé trois Comités de Gestion Pour La Protection Des Mangroves (CGPM) à Tiburon, Petite Rivière et à Lagon. Deux d’entre eux ont leur acte constitutif et leur statut. Ces comités ont bénéficié de formations portant sur le renforcement structurel et organisationnel et le renforcement institutionnel. Les principaux résultats enregistrés : »» Organisation de 12 sessions de formation pour les riverains. Les thématiques abordées ont traité de l’importance des mangroves et de l’éducation environnementale; »» Distribution de 400 dépliants et 5 000 affiches avec des messages ciblés; »» Établissement de quatre pépinières sur les sites concernés; »» Transplantation de 660 000 plantules de mangroves à Bondeau /Bézin (Petite Rivière de Nippes) et à O’Rouck et Bord de Mer (Anse-à-Veau). Cette opération a été conduite avec la participation des riverains. »» Production d’un documentaire sur l’utilité et l’importance des mangroves dans les écosystèmes marins. Ce documentaire sera largement diffusé et distribué dans les milieux professionnels et scolaires. Des séances de visionnement sont prévues pour les communautés de pêcheurs du pays notamment dans les zones disposant encore de forêts de mangroves.
  61. 61. 71 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 5.5.8 Production et santé animale, pêche, aquaculture Les réalisations à ce niveau devraient permettre d’atténuer les impacts négatifs post catastrophe et, non seulement compléter le volet de sécurité alimentaire avec la production végétale, mais aussi garantir la santé des animaux qui est en quelque sorte un aspect fondamental de la sécurité publique. Le montant de 69 400 000,00 gourdes a été consacré à des activités de protection sanitaire et de subvention liée à l’élevage, la pêche et l’aquaculture. Tableau 9 : Montants consacrés à la santé animale et l’appui à l’élevage Champs d’intervention Dépenses exécutées Vaccination / distribution chèvres / poules / filière lait (DPSA) 48 800 000,00 Pêche / aquaculture (DPAQ) 20 600 000,00 Total 69 400 000,00 Les activités suivantes ont été réalisées. Filières bovine et caprine. Dans les filières bovine et caprine, les actions ont été surtout centrées sur les capacités de production. Des formations de producteurs et de techniciens de relai dans les zones, l’équipement et la fourniture de fonds de roulement à des unités de production ont été les principales activités couvertes dans ces filières. Production avicole. Les dégâts causés par cette inondation montrent clairement que des solutions urgentes et durables doivent être apportées. Ce qui signifie que toutes les interventions d’appui au programme d’urgence de la zone suite au cyclone Sandy doivent faire l’objet de plusieurs projets de développement agro socio-économique, spécialement, en ce qui concerne l’élevage des poulets de chair et de pondeuses. En effet, l’élevage avicole pourra apporter non seulement une certaine quantité de protéines animales mais aussi une amélioration génétique du cheptel aviaire et une augmentation de revenus. Conscient de la situation, le Ministère en collaboration avec la MFT SA et l’ACME lance un programme post désastre de distribution de cages pour la production des poulets de chair et des œufs, dans le but de susciter une augmentation de la production et une recapitalisation des exploitations paysannes. Pêche et aquaculture. Tenant compte de tous les problèmes confrontés par les pêcheurs haïtiens, l’appui a été dirigé vers la pêche artisanale, notamment : »» La formation des pêcheurs et le renforcement des organisations de pêcheurs; »» L’ensemencement de divers plans d’eau; »» La formation en conservation et commercialisation; »» La réhabilitation de stations et centres de production d’alevins; »» Le montage et utilisation en mer de palangres et autres engins de pêche; »» La réhabilitation des mangroves de Belle Anse, de Miragoâne et de La Cahouane/Tiburon.
  62. 62. 72 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Santé animale. En prévention aux épizooties, un effort soutenu a été déployé auprès des agriculteurs pour lesquels l’animal représente un carnet d’épargne. En termes de réalisations, l’on peut citer : Filière Caprine et bovine, construction de 18 chèvreries modernes et recapitalisation de 350 unités de production : »» 10 comités départementaux d’opérationnalisation et de supervision sont mobilisés; »» 134 comités communaux et 500 GSB mis à l’œuvre; »» 7 000 bénéficiaires de première génération et deuxième génération identifiés; »» 3 000 bénéficiaires formés; »» Plus de 2 500 femelles adultes distribuées à sur 10 000; »» 18 chèvreries améliorées modelés construites; »» 178 boucs et chèvres améliorés distribués; »» Appui en matériel de transformation aux laiteries de 10 communes; »» 170 000 litres de produits laitiers commercialisés; »» Lancement de la phase pilote d’identification de bétail; »» Recapitalisation des éleveurs de bovins par l’achat de 17 000 litres de lait cru (ou 4 500 gallons).
  63. 63. 73 5. Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAITI Rapport BILAN DU Programme d’Urgence Post-Sandy | AVRIL 2015 Production avicole : »» Acquisition de 250 cages pour la production de pondeuses; »» Acquisition de 1 000 pondeuses pour le parc avicole de Torbeck; »» Deux autres parcs (Campérin et Dicis) installés en attente d’être mis en production; »» Acquisition de 4 000 poulettes prêtes à pondre a la station avicole de Damien; »» Acquisition d’intrants d’élevage. Pêche – Aquaculture : »» Production de 2 000 000 alevins de tilapia et 120 000 carpes et réparation système alimentation d’eau; »» Ensemencement de lacs collinaires dans le Nord-Ouest et le Sud-Est à Port de Paix /Jean Rabel, Macary/Pandiasssou; »» 185 000 alevins de tilapia et carpes; »» Inauguration du centre de transformation de pêche à Bainet; »» Appui à la transformation de la Ferme Aquacole (pisciculture et mariculture) de Luly; »» Réhabilitation de la station ODVA/ (réhabilitation de 800 m de tuyau d’alimentation et un laboratoire pour la reproduction artificielle de poisson; »» Réhabilitation de la Ferme piscicole de Damien sur 3 hectares; »» Mobilisation de réseaux de partenaires privés; »» Acquisition et distribution de 6 bateaux-moteurs et kits à Côte de Fer. 5.5.9 Subvention des projets proposÉs par des Organisations locales Des subventions ont été accordées à des organisations locales à travers neuf Départements pour la mise en œuvre de 40 microprojets communautaires. Les activités subventionnées sont : »» des pistes rurales; »» correction de ravines; »» conservation de sols; et »» production (igname, banane, patate douce, canne à sucre, etc.) Les coûts s’élèvent à 76 992 900,00 gourdes. Les activités et les coûts ont été répartis comme le montre le tableau suivant et les détails sont disponibles à l’Annexe 3.6 : Subvention microprojets Organisations, à la page 142.

×