REPUBLIQUE	  	  D’HAITI	                                                  	  	     Disc...
Mesdames,	  Messieurs,	  	  Nous	   voici	   à	   la	   fin	   de	   cette	   journée	   importante	   et	   je	   veux	  ...
encore	   plongés	   dans	   l’extrême	   pauvreté	   et	   la	   précarité	   découlant	   de	   leur	  vulnérabilité.	  ...
niveau	   national.	   Oui,	   nous	   continuerons	   à	   œuvrer	   pour	   la	   sécurité	   et	   la	  réduction	  et	...
gérée,	   au	   seul	   profit	   du	   développement	   du	   pays	   et	   des	   populations,	   selon	  des	  mécanism...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Discours du Premier Ministre à la clôture du lancement du cadre de coordination de l'aide externe au développement

655 vues

Publié le

Discours du Premier Ministre à la clôture du lancement du cadre de coordination de l'aide externe au développement

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
655
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Discours du Premier Ministre à la clôture du lancement du cadre de coordination de l'aide externe au développement

  1. 1.   REPUBLIQUE    D’HAITI       Discours  du  Premier  Ministre,  Son  Excellence  Laurent   Salvador  LAMOTHE,  à  la  clôture  du  lancement  du  cadre   de  Coopération  de  l’Aide  Externe  au  Développement   (CAED)                 KARIBE CONVENTION CENTER 26  novembre  2012      
  2. 2. Mesdames,  Messieurs,    Nous   voici   à   la   fin   de   cette   journée   importante   et   je   veux   croire   que   nous  avons,  tous  ensemble,  franchi  une  étape  cruciale  sur  le  chemin  de  l’efficacité  de  l’assistance  internationale  délivrée  à  Haïti.    C’est  peu  dire  en  effet  que  la  situation  de  la  gestion  de  l’aide  extérieure  qui  a  prévalu   jusqu’à   maintenant   a   pu   nourrir   de   grandes   frustrations   et   s’est  traduite   par   de   grands   dysfonctionnements   malgré   toutes   nos   tentatives  communes   ou   isolées   pour   remédier   aux   carences   constatées.   Les   enjeux  révélés   par   la   catastrophe   du   12   janvier   2010   étaient   immenses   et   force  m’est   de   constater   que   nos   réponses   ont   été   jusqu’ici   trop   souvent  insuffisantes  et  inadéquates.    Un  groupe  de  travail  a  donc  été  installé  à  l’expiration  de  la  CIRH  il  y  a  près  d’un   an   et   a   permis   de   concevoir   après   bien   des   efforts   ce   cadre   de  coordination   de   l’aide   externe   au   développement,   le   CAED,   dont   nous  venons  d’approuver  les  principes  et  les  modalités  de  sa  mise  en  œuvre.      Ce   nouveau   cadre   et   ces   nouveaux   mécanismes   de   coordination   se   fixent  pour   objectif   général   de   mettre   sur   pied   des   modes   de   fonctionnement  permettant   à   l’aide   externe   d’appuyer   les   priorités   de   développement  économique   et   social   d’Haïti   à   travers   trois   aspects   essentiels   que   sont   le  leadership   responsable   du   gouvernement   et   l’engagement   politique   des  partenaires   à   le   supporter   pour   une   meilleure   coordination   de   l’aide  externe,   l’adhésion   des   Partenaires   Techniques   et   Financiers   aux   objectifs  stratégiques   de   développement   et   aux   programmes   et   projets  d’investissement   du   gouvernement   et   enfin,   le   renforcement   des   capacités  institutionnelles   de   gestion   du   développement   du   pays   et   la   coordination  entre  tous  les  acteurs  concernés.    Ainsi   résumés,   ces   fondements   assureront   le   respect   des   cinq   piliers   de   la  Déclaration  de  Paris,  revus  et  développés  à  Accra  puis  à  Busan,  sans  oublier  le   New   Deal   désormais   promu   dans   le   cadre   du   g7+   dont   la   deuxième  retraite  ministérielle  s’est  tenue  à  Port  au  Prince  il  y  a  seulement  quelques  jours.    Ces   engagements   sont   en   effet   indissociables   de   la   recherche   d’une   plus  grande   efficacité   de   l’aide   que   nous   devons   assurer,   au   regard   des   efforts  des  partenaires  et  des  citoyens  du  monde  qui  nous  portent  assistance  mais  aussi   et   surtout   au   profit   de   nos   concitoyens,   dont   beaucoup   trop   sont  
  3. 3. encore   plongés   dans   l’extrême   pauvreté   et   la   précarité   découlant   de   leur  vulnérabilité.    Appropriation,  alignement  et  harmonisation  ne  sont  pas  que  des  mots  creux  mais   doivent   orienter   et   diriger   l’ensemble   des   pratiques   de   l’aide,  s’appuyant   sur   un   dialogue   équilibré,   permanent   et   sincère.   Nous   ne   serons  pas  jugés  sur  les  moyens  et  les  volumes  d’aide  mobilisés  mais  bien  sur  les  résultats,   des   résultats   mesurables   et   conformes   aux   attentes,   se   traduisant  par   des   améliorations   réelles   de   la   vie   des   populations   comme   des  performances   économiques   inscrites   dans   la   durée,   c’est   tout   l’enjeu   de   la  gestion   axée   sur   les   résultats.   Enfin   tout   ceci   ne   serait   lettre   morte   que   si  nous   n’adhérons   pas   pleinement   à   la   responsabilité   mutuelle  :   vous   les  partenaires   techniques   et   financiers   et   nous   les   autorités   sommes  conjointement   et   intégralement   responsables   des   résultats   obtenus   en  matière  de  développement  en  Haïti.    De  notre  côté,  nous  connaissançons  nos  insuffisances  et  nos  carences,  nous  savons  la  faiblesse  récurrente  de  nos  administration  et  notre  faible  capacité  d’absorption,   nous   ne   nous   cachons   pas   la   difficulté   d’assurer   la   sécurité  dans  le  pays  et  la  réduction  de  la  corruption  qui  peut  miner  les  efforts  les  plus   légitimes.   Tous   nos   efforts   visent   à   réduire   ces   handicaps   avec  constance  et  lucidité  et  je  peux  affirmer  ici  que  nos  premiers  résultats  sont  encourageants.   Nous   ne   transigerons   pas   sur   la   restauration   de   la  gouvernance  publique.    Cependant   nous   vivons   aussi   vos   difficultés   à   mobiliser   avec   célérité   les  aides  promises,  à  vous  coordonner  pour  éviter  doublons  ou  défaillances,  à  décaisser   les   flux   financiers   selon   les   prévisions   établies,   au   risque   de  perturber   l’exécution   fluide   des   projets   ou,   s’agissant   des   appuis  budgétaires,   la   gestion   de   notre   trésorerie   pourtant   très   tendue.   Nous  savons   aussi   le   poids   de   certaines   de   vos   exigences,   légitimes   sans   doute  selon   votre   point   de   vue,   mais   qui   mettent   en   péril   nos   procédures,   nos  administrations   quand   vous   multipliez   canaux   et   exigences   spécifiques  pour  la  délivrance  de  vos  appuis.    C’est   dire   l’attente   et   l’espoir   que   nous   plaçons   dans   ce   nouveau   cadre   de  coordination   de   l’aide   extérieure   pour   le   développement   et   l’importance  que   nous   attachons   à   vos   engagements.   C’est   dire   aussi   que   nous   sommes  conscients   des   contreparties   que   vous   êtes   en   droit   d’exiger   de   nous.   Oui,  nous   assumerons   le   leadership   nécessaire.   Oui,   nous   respecterons   les  calendriers   arrêtés   ensemble,   nous   poursuivrons   la   modernisation   de   nos  structures,   de   nos   outils   et   de   nos   pratiques   pour   asseoir   l’efficacité   au  
  4. 4. niveau   national.   Oui,   nous   continuerons   à   œuvrer   pour   la   sécurité   et   la  réduction  et  la  sanction  des  actes  de  corruption.    Cependant  nous  ne  inscrivons  pas  ici  dans  un  processus  rigide  et  défini  une  fois   pour   toutes,   sans   souci   des   leçons   apprises   au   fil   de   la   mise   en   route   de  ce  cadre  de  coordination.  Certains  ont  évoqué  avec  humour  la  mise  en  place  d’une   véritable   usine   à   gaz.   Je   leur   répondrai   très   simplement   que  l’ambition   de   ce   cadre   de   coordination   est   légitime   et   nécessaire,   que  l’analyse  du  passé  nous  indique  clairement  que  les  solutions  trop  simplistes  ne   peuvent   s’inscrire   et   fonctionner   dans   la   durée   et   que,   s’il   nous   faut  verser   dans   la   figure   industrielle,   je   préfère   de   beaucoup   l’idée   d’une  raffinerie   qui   saura   transformer   efficacement   les   flux   bruts   d’aide   et  d’expertise  en  résultats  dûment  maximisés,  au  service  des  populations  et  de  l’économie   nationale,   pour   un   développement   durable,   inclusif   et   plus  équitable,  à  travers  une  réduction  majeure  de  la  pauvreté  et  une  diminution  drastique  de  la  vulnérabilité.    Ainsi,   reprenant   un   point   évoqué   ce   matin   par   le   Président   de   la  République,   je   voudrais   assurer   tous   les   partenaires   de   notre   volonté  d’engager  la  mise  en  œuvre  de  ce  cadre  de  coordination  de  l’aide  externe  au  développement   dans   un   esprit   très   concret   et   très   ouvert.   Pour   formalisé  qu’il   soit,   ce   cadre   n’est   pas   coulé   dans   le   béton.   Nous   devons   apprendre   en  marchant,   selon   un   processus   continu   d’évaluation   et   de   correction   des  faiblesses  ou  des  dysfonctionnements  pour  qu’à  un  terme  aussi  rapproché  que   possible,   nous   disposions   d’un   outil   efficace,   adaptable   et   adapté,   mis  au   service   du   développement   d’Haïti,   grâce   à   l’optimisation   effective   des  flux  d’aide  et  d’assistance.    Enfin   je   ne   voudrais   pas   conclure   sans   rappeler   ici   que   ce   dialogue   ne  concerne  pas  que  les  autorités  et  les  partenaires  techniques  et  financiers.  La  composition   des   organes   est   strictement   paritaire   et   regroupe   donc   des  représentants  des  deux  parties  selon  un  principe  d’égalité.  Pour  ce  qui  est  des  bailleurs,  des  propositions  ont  été  arrêtées  et  vous  ont  été  faites.  A  vous  de   les   accommoder   pour   qu’elles   satisfassent   au   mieux   vos   besoins   et  nécessités,  l’importance  pour  les  autorités  étant  que  l’inclusion  de  tous  les  partenaires  soit  optimale.    S’agissant   de   la   partie   haïtienne,   je   voudrais   redire   ici   qu’au   côté   du  gouvernement  seront  également  représentés  les  élus  de  la  Nation  à  travers  nos   parlementaires,   les   collectivités   locales,   la   société   civile   et   le   secteur  privé.   Ainsi   c’est   toute   la   Nation   haïtienne   qui   dialoguera   avec   les  partenaires   extérieurs   et   s’assurera   que   l’aide   externe   est   efficacement  
  5. 5. gérée,   au   seul   profit   du   développement   du   pays   et   des   populations,   selon  des  mécanismes  assurant  la  complète  transparence  et  reddition  de  comptes  de  tous  les  acteurs.    Je   ne   doute   pas   que   nous   saurons   tous   relever   ce   défi   majeur   qui   nous  permettra   à   terme,   c’est   le   sens   même   de   notre   engagement,   de   réduire  progressivement   les   besoins   en   aide   et   assistance   extérieures   grâce   à   un  recours   accru   aux   ressources   propres   et   à   l’endettement   maîtrisé   et  d’assurer,  c’est  l’enjeu  décisif  du  programme  présidentiel,  les  conditions  de  l’émergence  d’Haïti  avant  2030.    Je  vous  remercie.      

×