Magazine aressy BtoB - MagAressy Printemps Ete 2013

1 679 vues

Publié le

Le magazine de l'agence Brand to Business (BtoB) Aressy - Paris / Suresnes

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 679
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
202
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Magazine aressy BtoB - MagAressy Printemps Ete 2013

  1. 1. InfluencemaximumAvec Aressy RP,encore plus de visibilité P. 6/7Inbound MarketingPrenez le tempsde séduire,pour mieux conclure ! P. 16L’ACTU BRAND TO BUSINESS Été/Automne 2013aressy.com/mag
  2. 2. In & offAvec ce site en 3D à destination de sesclients, partenaires et institutionnels,Degrémont fait valoir son expertise dansle traitement de l’eau sans consommationd’énergie excessive. Une prise de parolequi coule de source avec une animation àla fois pédagogique, ludique et tous publics.www.degremont.com/efficacite-energetique/Efficacité énergétiqueDegrémont se jette à l’eauCampagne internationaleIngénico« aime » les commerçantsDes portraits de commerçants quitémoignent de leur expérience du paiementavec les solutions Ingenico. Des figuresexigeantes, sur fond noir pour starifier ceuxqui font avancer le commerce aux quatrecoins du monde… Avec cette campagne« I love Ingenico formy business », leleader des terminauxde paiement jouela carte de l’affectsur fond de worldbusiness.ÉvénementOrganisation du CyberReadiness ChallengeAressy a fait l’événement pour Symantec,un leader mondial des solutions deprotection et de sécurité, en organisantle Cyber Readiness Challenge.L’objectif : sensibiliser les DSI et RSSIsur les enjeux de la cybercriminalité.Tables rondes et tests en situation réelleont permis de donner les nouveauxcodes de la cyberdéfense.Scannez ce code pour accéderaux photos de l’évènement.http://publi-online.com/symantec/eventScannezcecodeavecvotresmartphone500Aressy réunit 500 Fanssur sa page Facebook.Et vous ?aressy.com/facebook
  3. 3. Nerim sur BFM TV et iTéléAressy signe le premier spot de pubde Nerim, opérateur Internetet Télécom 100 % BtoB.Sur les conseils de l’agence,l’annonceur s’expose sur lespremières chaînes nationalesd’économie avec unecampagne de spotsde dix secondes.Une démarche quiaccompagne le dévelop-pement du nouvel acteurmontant du marchédes télécoms.http://tv.aressy.com/Nerim-Spot-TV_v175.htmlLes Big Days de ToshibaToshiba lance une offre de renouvellementdu matériel d’impression.A la clé : le choix entre des cadeaux high-techou une réduction sur le nouvel équipement.Mission remplie avec un emailing dont l’impactdes codes promotionnels ne nuit en rienà une présentation très claire de la doublemécanique d’offre. Ou comment transformerla complexité en richesse de l’offre…2 > 3AgendaPub TVWebCast > tous les jeudisAressy vous donnerendez-vouspour découvrir lesinnovations desexperts du Lab :www.aressy.com/eventMobilitéApplicationAlcatel-Lucent EnterpriseAressy conçoit et développe uneapplication pour iPad, destinée à faciliterl’accompagnement des commerciauxAlcatel-Lucent Entreprise dans la conduitede leur présentation du catalogue desolutions. Cette application enrichit l’outilprint traditionnel, permettant à l’utilisateurde se rendre directement sur le contenusouhaité. L’intégration d’options telles quele bookmark ou encore la prise de notepermet de sélectionner le contenu désirépar l’interlocuteur,et donc d’adapterson discours auprèsde sa cible.L’applicationintégreégalementun formulaireEloqua pourgénérer desleads.Sujet sensibleAressy accompagneVeolia Environnementpour construire l’identitéd’Asteralis, sa nouvelleentité dédiée au démantè-lement des sites sensibles.Création d’un logo et d’unebaseline le futur des sitessensibles pour traduirela mission d’intégrateurde compétences de cetteentreprise et soulignerses valeurs d’engagement,d’expertise et de pérennité.Tour de FranceInnovation Partner TourComment renforcer le lien de NetAppavec ses partenaires ?C’est le challenge relevé par Aressy avecla mise en place de l’Innovation PartnerTour 2013.Un événement sur 6 dates dans 6 villesen France, annoncé et relayé parun dispositif decommunication : créationd’un site dédié et recrutementde partenaires et animations,via les réseaux sociaux.De la logistique desévénements au rôle decommunity manager,l’agence résolumentBtoB a plus d’un tourdans son expertise.www.innovation-partner-tour.comCréationAvec 3M, on ne voitque “ du bleu ”Pour le lancement du nouveau disqueabrasif « bleu » 3M, Aressy met en scène leproduit et sa forme de découpe singulière(technologie multitrous en spirale permettantune meilleure aspiration des poussières)dans un pastiche de «Independance Day».Un concept créatif qui rebondit dans ledispositif, avec un échantillonnage dudisque clipsédans unboîtierde DVD.ScannezcecodeavecvotresmartphoneImmanquable
  4. 4. VisionInformation et influenceVive le soft-powerToute entreprise cherche chaque jour àmaximiser ses performances.Pour cela, elle soigne sa réputation, nourrit sonimage et organise son rayonnement partout oùses cibles et ses prescripteurs sont présents.Elle émet donc des messages à leur attention…Elle communique. Massivement.Jusqu’à ce jour, émettre est uneforme de privilège qui demanded’importants moyens. Et selonses moyens l’entreprise expose,répète voire multiplie les messages.Les cibles, récepteurs surexposés,reçoivent ces mêmes messages  pour les traiter :écoute, analyse, décodage, stockage, etc.                                                                                                    Mais aujourd’hui, la part de voix médiatiqued’un acteur économique peut s’avérerindépendante de ses moyens financiers.Les millions de comptes Facebook, Twitter,Linkedin et Viadeo, et quelques millionsde blogs thématiques font de chacund’entre nous un émetteur.Le coût est nul et le privilège est tombé.Chacun s’empare des sujets de son choix,y compris (voire surtout ?) de ceux confisquéspar les entreprises. Les espaces d’évaluation,de commentaire, de conseil et de notationfleurissent, génèrent un trafic croissant etdeviennent un passage quotidien de l’internaute,c’est à dire de la cible, à savoir, nous tous. Mieuxencore, la fausse informationcôtoie la vraie, la dépasse parfois,en l’absence de tout systèmede modération / régulation /vérification.Le changement de para-digme est violent… du matraquageau soft-power de l’influence.Les stratégies financièresde communication ont doncpeut-être encore de beauxjours devant elles, maisleur fragilité est d’oreset déjà avérée.Aucun matraquage (même si « nous le valons bien ! »)n’est à l’abri d’une influence négative née sur leblog de l’un et relayée par le tweet de l’autre…Une chance pour tous les innovateurs et challen-gers, par essence plus nombreux que les leaders !INFLUENCER, c’est à dire proposer un sensqui l’emporte sur tout autre, pour conduirel’interlocuteur (la cible) à agir en conformitéavec ce même sens, sans conscienceparticulière d’une quelconque « manipulation ».C’est l’avènement du storytelling et de lasoft-power : comment amener les acteursd’un écosystème, sans recours à quelqueAujourd’hui, la part de voix médiatique d’une entreprise peut s’avérer indépendantede ses moyens financiers. La multiplication du nombre des « preneurs de parole »dans notre monde structuré en réseaux rend caduque l’usage des recettes d’hier,basées sur la puissance financière et la répétition des messages.Voici venu le temps des stratégies de l’influence... La soft-power attitude.Pour l’entreprise,l’enjeu reste encoreet toujours d’émerger,mais aussi et surtoutd’informer, préciser,expliquer, corriger…Originaire de Chine, le jeu de Goest le plus ancien jeu de stratégie.
  5. 5. 4 > 5moyen coercitif, à choisir un comportementqui favorise vos objectifs.La volonté première reste cette si fameuse« fabrication du consensus »…Concept cher à Noam Chomsky depuis trenteans, mais que nous devons depuis plus d’unsiècle maintenant  à l’un des pères des Public-Relations, Walter Lippmann…Ironie du sort !Le dicton a tort : pour vivre heureux,impossible de vivre caché.L’entreprise vit en milieu concurrentiel, commehier. Mais ses concurrents, ses clients, sesprospects et ses prescripteurs, partagentaujourd’hui chaque jour des informations,des commentaires, des questions, desréponses, etc.Ne pas s’inviter dans ces échanges,ne pas offrir de l’information et proposersa grille de lecture relèvent dela cécité ou du péché d’orgueil.Les grands lobbies (tabac,nucléaire, etc.) montrent la voiedepuis longtemps en multipliantlivres blancs, études, recherches,publications, et en favorisant leurdiffusion pour «nourrir» la réflexionde tous…Et surtout pour offrir un fond documentairecolossal (et fichtrement orienté) pouvantservir de référence, d’appui et mêmede structure à la penséede tous.Hier «Vae Victis» (malheuraux vaincus), aujourd’hui« Vae absentis »…Malheur aux absents !Le dicton a raison : mieux vautprévenir que guérir.Il importe donc d’investir cet uni-vers de l’influence bien avant quele besoin s’en fasse sentir.Concevoir des messages adaptés aux nichesoù on les dépose, créer  les fils d’actualitéqui serpentent votre écosystème, proposerles logiques et les questions qui doiventstructurer les débats, suggérer les réponsesqui avantagent votre proposition de valeur.Autant d’informations misesà disposition de tous bien sûr,mais surtout choisies et conçuespar vous, triées et hiérarchiséespar vos soins, et délivrées aurythme de votre choix.Leur actualisation, leur promotion,leur animation s’imposent…Une stratégie d’influence induit une mise enoeuvre, une veille et une agilité d’adaptationpermanentes.Et s’il en est qui doutent encore de l’efficacitéde la soft-power et des stratégies d’influence…Qui se souvient parmi nous du jour où il s’estpersuadé que le diesel était une bonne solution(puis une mauvaise), le piment d’Espelette uningrédient majeur de la cuisine du XXIe siècle,ou l’iPad un incontournable de la survie enmilieu social ? Et qui se souvient de qui a bienpu l’en convaincre ?Celui qui tient la plume organise et déploieses stratégies d’influence.…Celui qui tient la plume ne s’inscrit jamaisparmi les perdants.Aujourd’hui, chacun peut s’exprimersur les réseaux sociaux :26 millions de membres sur FB7 millions sur Twitter5 millions sur LinkedIn5 millions sur ViadeoUne stratégied’influence induitune mise en oeuvre,une veille et uneagilité d’adaptationpermanentes.Olivier Lanusse-CazaléPrésident Directeur Général, d’AressyChiffres 2012.
  6. 6. Aressy RPDe nouvelles stratégiesNouvelle offreÉlément indispensable d’une stratégie de communicationad hoc, les relations presse arrivent chez aressy.Ce métier a changé de paradigme.Au-delà d’être un simple relais ponctuel versles médias, les relations presse participentdésormais à orchestrer la prise de paroledes entreprises et de leurs marques.Créer de l’influence et orienterles opinions, décryptage.Définir la direction à suivreQuel discours, quels outils pour quel timing ?La réussite d’une campagne de relationpresse réussie tient à ces trois directions.Avec vous, les futurs leviers de votrecommunication sont définis afind’accompagner vos objectifsde développement.Dans cette période de transformations,les entreprises ont plus que jamais besoinde créer de la confiance en valorisant leurréputation et en développant des discoursde sincérité. Résolument orientés businessto business, Aressy RP cultive cette culturecommunicationnelle et l’enrichit d’un principedirecteur supplémentaire : celui du résultat.
  7. 7. d’influence6 > 7ContactAressy RP47 rue Rouget de Lisle - 92150 SuresnesOlivier Lanusse-Cazalé, Président Directeur Général01 41 38 85 54olc@aressy.comSavoir quoi direPour être relayé, il est bon de savoir ce quel’on a à dire. Avec vous, des contenus sontcréés qui relaient votre actualité et valorisentvotre culture de marque.Vous êtes accompagnés dans la constructionde votre discours : il sera le fer de lancede vos stratégies d’influence. Communiqués,livres blancs, paroles d’experts… tout est bienpour vous faire connaître et reconnaître.Plus de visibilitépour plus de businessS’engager à vous rendre visibles auprèsde ceux qui parleront de vous. Journalistes,blogueurs, leaders d’opinions, les voix derelais se sont multipliées, il faut développerles moyens de les atteindre en diversifiantvos sources de contenus.Savoir parler à ceux qui vont parler de vousest essentiel.Cette nouvelle donne est la condition pouraccroître votre dynamique de développement. n Favoriser votre prisede parole lors de« speaking opportunities »stratégiquesn Donner à votre marque une sourcefréquente de contacts nouveauxn Légitimer, par son incarnation,les messages et prise de parolede votre marquen Vous assurer uneforte présence dansles supports clés devotre écosystèmen Augmenter et nourrirvotre notoriété de marquen Favoriser le mécanismede « top of mind » n Organiser la proximitéde votre marque avecles interlocuteursincontournablesn Exister sur les réseaux, blogs etforums qui comptent en maitrisantcontenus et commentairesn Devenir un interlocuteur légitimedes débats de l’écosystèmeInformationsInterventionsInfluenceursLes + Aressy RPTransparence totaleVous proposer des outils de suivi et de monitoring vous permettantde suivre en temps réel l’activité de l’agence et ses résultats.Souplesse contractuelleVous piloter vos investissements et vous pouver à tout momentdécider de prolonger où non votre relation avec l’agence.Engagement sur les résultatsL’agence s’engage sur des objectifs quantitatifs et qualitatifsen amont de chaque campagne.
  8. 8. IndicateursBrand to BusinessTendances résultatsÉvénementiel+2% environ de croissance des dépensesdes annonceurs dans l’événementielpar an entre 2012 et 2015.77% des événements organisés en 2011 ont eu lieu enFrance, Paris perd progressivement du terrain faceà la province. Les agences surfent sur la tendance de l’authenticitéet du made in France, le tout sur fond de réduction budgétaire.Source : étude XERFI juillet 2012 « Agences de communication événementielle - Perspectivesdu marché à l’horizon 2015 ; Enjeux et facteurs de mutation de la profession »  Les principaux objectifs d’incentiveet cadeaux d’affairesStimFidSource Omyagué. Étude réalisée auprès de 500 entreprisesdéclarant utiliser le cadeau d’affaires comme outil defidélisation et de motivation - juin 2012.30,5%Stimuler, motiver partenaireset collaborateurs 20,6%Fidéliser, entretenirl’amitié15,8%Célébrer lenouvel an11,4%Marquer un momentfort de l’entreprise8,6%Lancer un produit,marquer une promotion5,9%Remercierun gestecommercial1,3% Soulignerl’importancedu premier contact1,6%Marquer lavenue d’un hôteprestigieux4,3%Fêter la signatured’un contrat+184%RTBChrome Fichier Edition Afficher Historique Favoris Fenêtre Aide lun. 12:44:08 Michel JohnDisplaySuccès annoncé confirmé pour le RTB(Real Time Bidding)Avec une hausse des achats de 184% en 12 mois les achatsen RTB confirment la rapide mutation du marché du display.(Evolution dans le monde entre le 1er trimestre 2012 et le1er trimestre 2013 (+98% au T1 2013 vs T4 2012).Les Etats-Unis sont le premier paysen volume puisqu’ils représentent 43 %de l’inventaire RTB mondial.Le Brésil se hisse à la 2ème place duclassement et devance le Royaume-Uni.La Russie, l’Ukraine et la Turquieconnaissent la croissance la plus rapideparmi les 15 premiers marchés mondiaux.Selon le rapport «Real-time Media Buying : Q1 Market Pulse»publié par le trading desk indépendant Accordant Media, -21%cpmRecul dutraditionnelLe rapportmontreégalementque les CPMmoyens ontbaissé de 21 %en un an.Les achats enRTB ne sontpas étrangers àcette tendance,puisqueoptimisationdes d’achatssignifie surtoutbaisse descoûts d’achat !Lab’Aressy VidéoLa vidéo en ligne a rassemblé 32,1 millionsd’internautes en juin 2012, une progressionsemestrielle de plus 10%.24% des acheteurs se tournentvers du contenu vidéo pour choisir leur fournisseur.Source : Les échos 12/02/201347% des communicantstrouvent difficile demaîtriser la communication sur la RSE.75%des répondants pensentque le premier bénéfice de lacommunication responsable est l’améliorationde l’image de l’entreprise, loin devantdes impacts plus stratégiques.Fair BusinessSource :7e Baromètre UDA-HarrisInteractive-2013
  9. 9. 8 9ContentLes études sont plébiscitées des personnes interrogées consultent les rapports d’études qui ont connu une forte augmentation de leur usage entre 2012 et 2011.Ces documents sont plébiscités car ils répondent à la fois aux besoins Brandet aux mécaniques Business (génération de leads).Quels types de contenus avez-vous utilisésdans vos mécaniques de communication ? Source : BtoB Content marketing Benchmarks-North America CMI/Marketing ProfsAll devicesTrois devices par personne pour se connecteraujourd’hui en France.En 2016, on en prévoit 5.Source : Gartner44 %44%25%52%15%10% 2011 201270%33%28%Rapports d’étudesVidéosMobile ContentConférences vidéoLe taux de pénétration du smartphoneest en hausse, passant de 27 % au 1er trimestre2011 à 38 % pour la même période en 2012.Les smartphones sont toujours alluméset à portée de main77 % des utilisateurs ne quittent jamais leur domicilesans emporter leur smartphone.23 % des utilisateurs sont prêts à faire l’impassesur la télévision à condition que leur smartphonene leur soit pas retiré.Enquête 2012, Google et institut IpsosUn membrede Facebookconsulte en moyenne14 fois par jourson fil d’actualité.Source : gizmodo.frLa publicité rapportera 1 milliard de dollars à Twitteren 2014. 400 millions de tweets sont générés par jour.YouTube dépasse le milliard d’utilisateurs mensuels.Social médiaLes smartphones sont utilisés enmême temps que d’autres médias47 %53 %29 %16 %13 %28 %7 %+++++++…tout en écoutantde la musique…tout en regardantla télévision…tout en consultantInternet…tout en lisantdes journaux/revues…tout en jouantà des jeux vidéos…tout en regardantun film…tout en lisant un livreSource à confirmer par YoannSource à confirmer par Yoann
  10. 10. Succès clientFin 2012, les entreprises Hub télécom et Nomadvance se rapprochent pour ne faire qu’un.Aressy accompagne le changement, conçoit et pilote la communication Corporate et Businessen phase avec le nouveau projet d’entreprise.« Dire » la nouvelle entreprise, c’est bien sûrinvestir les médias affinitaires pour proposersa découverte et affirmer sa différence :les double-pages et pleines pagesse succèdent dans Les Echos, Challenge, …C’est aussi décliner l’ensemble de cettenouvelle identité sur un ensemble de supportstels que le site, la plaquette Corporate,des messages spécifiques et ciblés auprèsde cibles de proximité.C’est enfin prolonger les nouveaux messagessur chaque plaquette commerciale, par gamme,par business, pour créer les synergieset l’harmonie.n Hub One Télécomn Hub One Mobilityn Diverses fiches produitsUne harmonisation soutenue et guidée par la miseen place d’une charte graphique dédiée.Pour l’annonce et la révélation du nouveauNom et de son identité visuelle, Aressy réalise :n Une vidéo, théâtralisée le jourde la convention annuelle.n Le passeport pour le changementqui permet à chacun de présenteret expliquer le changement de marque.n Le mini-site pour un accompagnementpédagogique et dynamique.Toutes les questions ont été posées,toutes les réponses s’y trouvent.n Les outils pratiques disponiblesdès le lancement :cartes de visiteaux nouvellescouleurs dela marquecommercialeHub One.123Aressy donne à Hub OneUn nom, un logo, une signatureAffirmer le nouveau projet, les nouvelles ambi-tions, la culture du service et de l’innovation…C’est la naissance d’Hub One.Nouveau nom, nouveau logo, tous les deuxconçus chez Aressy, pour illustrer une nouvellehistoire pérenne et génératrice de croissance,et pour porter les valeurs fortes de l’entreprise :l’audace, l’engagement et la proximité .Les mots, les couleurs, les formes soulignentcette volonté nouvelle, illustrent la double culturedes équipes autour du service et de l’industrie.Enfin, « une connexion d’avance » résonnecomme l’affirmation d’une quête permanentede l’innovation, mais aussi comme une promessefaite aux clients, au marché : l’innovationtechnologique et la performance sontla marque de fabrique de Hub One.«Cette nouvelle identité est stratégique pour notre groupe. Cette nouvellemarque commerciale est aussi pour le groupe une source de modernité,de dynamisme, d’innovation, qui vient nourrir les objectifs de la maison mère. »Bernard Cathelain, Directeur Général Adjoint du groupe Aéroportde Paris, Président de Hub OneCom’CorporateCom’CommercialCom’Interne
  11. 11. 10 11Un parti pris : communiquer de manière puissantedans des périodes courtes liées aux eventsdu marché : salons professionnels,rencontres, décideurs…3 questions àSoukeyna GueyeResponsable Communication ExterneQuelles ambitions porte la nouvelle communication de Hub One ?Le travail sur notre nouvelle identité et la stratégie de communication conduiteet déployée ont deux ambitions principales : nous positionner commeune référence sur notre marché et installer une marque au service de notreforce commerciale nationale. Le rachat de Nomadvance en 2012 a suscitécet élan vers le changement, l’occasion de rajeunir l’image de Hub télécomet de lancer une marque unique, accompagnant l’évolution de notre marché.Comment cette nouvelle identité est-elle accueillie ?Nous mènerons très certainement une enquête de satisfactiond’ici la fin d’année mais en attendant, je peux déjà vous direque l’accueil est très positif.En interne, il y a ceux qui ont adhéré tout de suite et qui voient danscette nouvelle image un intérêt commercial évident, et d’autres, peut-êtreplus réservés, qui attendent des preuves donnant crédit et force à notrepromesse de marque. Nous devons donc accompagner ce changementpour créer une adhésion collective.Concernant l’externe, l’accueil est très concluantet nous en avons eu la preuve lors de notre récenteparticipation aux salons IT Partners et SITL.Pourquoi avoir choisi Aressypour votre campagne ?Il était important que notre agence partenaire comprennele monde du business et que cette culture btob traduiseles ambitions de Hub One. Nous nous ressemblons :le même engagement, la même passion pour le résultat.Très vite, les équipes de l’agence ont su traduire créativementles ambitions de Hub One, concevoir une identité et une communicationséduisante, axée business.4une connexion d’avanceEn vidéo« Dans un contexte de concurrence accrue, nous voulons rendre visible notre volontéde faire progresser le service rendu à nos clients. Avec notre signature «Une connexiond’avance», nous revendiquons plus que jamais notre capacité à innover et à développerdes solutions créatrices de valeur, pour que l’accès aux technologies devienne une réalitéutile et simple pour l’ensemble des professionnels. »Patrice Belie, Directeur Général du groupe Hub OneMédiasScannez ce codeavec votre smartphonehttp://tv.aressy.com/HubOne-Animation-Logo_v137.html
  12. 12. Vu du Lab’Veille, analyse et solutionsQu’attendent les consommateurs des marques en matière de contenus ?Quels messages et types d’interactions plébiscitent-ils ?Lab’ Aressy Content 2.0Quand l’infographie raconte une histoireà fort contenuLab’ Aressy All DevicesL’énergie positive du mobile est en vousLe contenu diffusé par une entreprise ouses marques, doit être original, exclusif,personnalisé et disponible sur tous typesde supports : ordinateurs, téléphones mobilesou tablettes. Tout ça concourt à ce quel’infographie fasse aujourd’hui partie du brandcontent. Il est pertinent de penser l’infographielorsque on a une histoire spécifique à raconter.L’infographie se plie à l’exercice d’un contenuavant d’exister par elle-même.Pour mettre en place ces nouveaux services,il faut faire les bons choix : application native, webapplication, responsive design, intégration d’API…Avec une croissance de 40% en 2012, ce sontdésormais près de 25 millions de Français quipossèdent un Smartphone, tandis que laFrance se classe au quatrième rang mondialdes utilisateurs de tablettes numériques avec3 millions d’appareils en service, un chiffrequi a doublé par rapport à 2011.La démocratisation de ces appareils impliqueun changement des comportements,notamment de lecture, qu’il faut intégrer.De nouvelles contraintes et de nouvellesopportunités s’offrent ainsi auxcommunicants BtoB. Les supportstraditionnels se digitalisent : brochure corporate,outils d’aide à la vente, etc. Ils s’enrichissentde vidéos, de photos personnalisées, d’enquêtesinteractives...Adaptée à la distribution virale, elle porteun message immédiat.Le défi réside ensuite dans sa réalisation.Une infographie recueille des statistiques,des chiffres ou des informations et lesprésente en « image ». L’information y gagneen lisibilité.Une fois encore, un bon dessin vaut mieuxqu’un long discours.NFC : la prochainerévolution mobileLa technologie NFC (Near Field Communica-tion) que les parisiens connaissent déjà parl’utilisation de leur pass Navigo s’annoncecomme la prochaine révolution d’usageliée au mobile.En effet, sans ouvrir d’application spécifiqueun message pourra se déclencher enrapprochant son smartphone d’unsupport accompagné d’une puce NFC.Les premières cartes de visite équipéesapparaissent, ainsi que les affichespublicitaires.Aressy propose un premier usage avec sonoffre Activ’Card (lire ci-dessous à droite).Suivez les webcasts des experts du Lab’ Aressychaque semaine sur www.aressy.com/event
  13. 13. 12 13Le Lab est l’équipe interne de l’agenceau service de la veille et innovationsLab’ Aressy StimFidLes deux nouvelles cartes qui motivent !Vous cherchez à donner un nouveau souffleà vos programmes de fidélisation ?Aressy lance deux nouvelles offres pourdynamiser vos incentives, motiver et fidéliservos cibles de manière innovante en proposantun nouveau relationnel.Activ’CardLe temps c’est de l’argentAvec Activ’Card ou la carte physiquepersonnalisée et interactive qui permetd’avoir accès à ses avantages depuisun mobile. Vos cibles n’ont désormaisplus besoin de se connecter depuis un PCpour consulter leurs points / euros accumuléset commander leurs dotations. Grâce à latechnologie NFC, et en partenariat avecOrange et Amazon.fr, cette carte permetde visualiser ses informations de manièreinstantanée en toute sécurité.Faire comprendre, faire adhérer, fairesourire … Et pour faire les trois à la fois,quoi de mieux qu’une vidéo rythmée,concise et amusante !Rien ne dit qu’un message BtoBdoit être sérieux et ennuyeux.Les cibles sont habituées au format« clip » et l’apprécient. Profitons-en !Multiplier les productions, favoriser leurdistribution et traiter tous les sujets …Pour la communication Corporate et Business,la vidéo dynamise et enrichit les messages,favorise la proximité avec les clients et nourritla e-réputation par son référencement facile.MasterCard®Les chèques cadeaux ne séduisent plusvos cibles ? Avec la carte MasterCard ®rechargeable, vous récompensez directementpar du cash les gagnants. Cette carte permetde profiter immédiatement des euros accumulés.Elle est valable dans 32 millions de pointsde vente et sur de nombreux sites internet,en France et à l’international, ainsi qu’auxdistributeurs automatiques de billets.C’est une carte MasterCard commetoute les autres valable 24 mois.Le plus pour vous :Vous pouvez multiplier les mécaniques touten maîtrisant les coûts de traitement associés.Vous supprimez les frais annexes commel’envoi de lettres recommandées.Vous assurez la traçabilité des gains pourvos déclarations fiscales et sociales (LFSS *).Vous proposez une dotation attractive logéedans le portefeuille des participants.Lab’ Aressy VidéoLa vidéo : un rôle de premier plan dans la com’ BtoBInnovations 2013Téléchargez le e-bookdu Lab’ Aressy etdécouvrez toutes lesinnovations au servicede la communication BtoB.www.aressy.com/lab*Loi de Financement de la Sécurité SocialeUn gars, une fille et un extranet clientsPour présenter et accompagner la prise en main de son nouvel« espace clients » Toshiba a choisi la démonstration par l’humour.Une scène du quotidien en entreprise avec les codes d’une sérieTV bien connue… Quand un gars et une fille rencontrent un extranet clients.Scannez ce codehttp://tv.aressy.com/Toshiba-Espace-Client-E02_v170.html
  14. 14. Fair BusinessDepuis 2006, les Awards de la Communication Fair Business accompagnent et témoignentde l’évolution de la communication responsable. L’édition 2013, qui de l’avis unanime des jurés,est un excellent cru, illustre 4 grandes tendances explicitées :FrilositéLes annonceurs sont encore très hésitants à participer, craignantde s’exposer aux accusations de greenwashing.CréativitéLa créativité et l’humour continuent de se développer sur le terraindu discours responsable.DiversitéLes tailles des entreprises et les secteurs d’activités sont plus diversque jamais. La communication RSE investit toutes les prises de parole,qu’elles soient corporate ou produit, interne ou externe.ExcellenceLes campagnes candidates sont d’un excellentniveau, de l’avis des jurés experts.Succès durablesPrix du public Prix du juryEventsPublicitéPresseéditon 2013Toutes les photos :www.aressy-interactive.net/aressy/awards-ceremonie-2013Le vidéo-clip :tv.aressy.com/Aressy-Awards-2013_v179.htmlEdition/PublicationSoutienAressy marche pourune journée solidaireToute l’agence s’est mobilisée pour une journéesolidaire en marchant pour l’associationTchendukua. Avec un total de 189.000 pas,c’est un don équivalant à 2 hectares de terrequi a été versé pour redonner leurs territoiresancestraux aux indiens Kogis de Colombie.Pour cette catégorie « événement », l’opération « Journée de la Terre » par Edenreda été récompensé, à la fois par le public et le jury.Visualisez les campagnes Web :http://mag.aressy.com/les-awards-recompensent-les-communications-responsablesWebhttp://www.youtube.com/watch?v=nsvbd-5wX4ohttp://www.youtube.com/watch?feature=player_embeddedv=TEdorcq-tNc
  15. 15. 14 15RencontreMagAressy : Aujourd’hui, chaque humain est potentiellement unfaiseur d’opinion, au travers d’internet, des réseaux sociaux, etc.Dans quelle mesure cela influence-t’il votre travail de journaliste ?Capucine Graby : Il y a encore quelques années, les journalistesne s’informaient que par une seule source d’information,ou presque : la sacro sainte, AFP, Agence France Presse ;C’est l’époque où le journaliste s’adressait à un lecteur.La communication était alors en « one to one ». Le web a toutchamboulé et nous a propulsé dans l’ère du « one to many »voire dans l’ère du « many to many », c’est à direque le journaliste n’est plus seul à s’adresserà tout le monde. En clair tout le mondepeut s’adresser à tout le monde.Chacun d’entre nous peut créer sonblog et donc s’improviser en quelquesorte journaliste, le « vrai » journalistedoit, lui, faire preuve de beaucoupplus de rigueur et d’éthique.Le journaliste doit s’appuyer surles informations qui remontent descyber citoyens, tout en redoublant devigilance et en vérifiant de façon plusméticuleuse ses sources.MA : Les journalistes peuvent-ils ou doivent-ils échapperau bruit de fond généré par les Twitter et autres FaceBook ?CG : Twitter est à mon sens une excellente source d’information.J’y jette un œil plusieurs fois par jour. J’y récupère des informa-tions beaucoup plus pertinentes, étonnantes, originales qu’enregardant les chaînes d’information. Je ne crois pas qu’il failleéviter Twitter ou Facebook. Ce serait une erreur. Au contraire,c’est une chance pour le journaliste de pouvoir prendre le poulsde ce qu’il se passe, sur le terrain, dans certains pays ou au seind’entreprises grâce aux tweets. A une condition : ne pas en abuseret garder en tête que twitter est un outil qui est justement très utilisépar les journalistes. Le piège, c’est l’information qui tourne enrond… Il faut donc savoir s’intéresser à des profils originaux voireiconoclastes. Cela m’amuse de suivre Bill Gates par exemple !MA : Les journalistes étaient jusqu’à ces dernières années,des agents influenceurs extrêmement puissants de la réputationdes entreprises et des organisations. Qu’en est-il aujourd’hui ?CG : On assiste effectivement à une sorte de coursecontre la montre entre journalistes et certainsblogueurs à la fois très orientés sur le digital ettrès actifs. Certains sont qualifiés d’influenceurs2.0 car a forte densité de followers. Du coup,nombreux sont les journalistes qui ont créeleur blog ou sont très actifs sur twitter.Cela devient leur marque de fabrique.Ainsi, le journaliste garde-t-il à la fois sonaura de journaliste et s’assure une visibilitéet une influence non négligeable sur le net cequi lui donne, à mon sens, une légitimité plusimportante. Par ailleurs, ont voit clairement émergerun journalisme différent. Plus engagé, il fait la partbelle au journalisme d’opinion et non d’information(l’Opinion lancé par Nicolas Beytout le 15 mai), à l’investigation(Mediapart) ou au grand reportage (Long cours, Mook de l’Express).MA : Le métier de journaliste est en pleine mutation, les agencesde relations presse ont-elles encore une place à jouer à vos côtés ?CG : Evidemment. A condition de faire évoluer le métierdes agences de façon aussi brutale que celui de journaliste.Il faut que les agences de presse comprennent et anticipentles nouvelles attentes des journalistes.Twitter c’est informer ?LivreSecrets du NetJournaliste et spécilaliste des sujets économiques, Capucine Graby enseigne à Paris Dauphineet a travaillé à BFM, au Figaro et itélé/Canal+.Avec son nouvel ouvrage rédigé avec Marc Simoncini, elle fait passer de l’autre côté de la toilepour montrer comment les maîtres d’Internet ont su se servir de leurs échecs pour bâtir leur empire.Rôle des journalistes et Influence des bloggueurs.Quelles sont les opportunités des nouvelles sources d’actualité liées à Internet ?Rencontre avec Capucine Graby, journaliste et écrivain.
  16. 16. In bound MarketingPrenez le temps de séduireAlors que l’efficacité des techniques à court terme comme l’e-mailing s’essouffle, l’inbound marketing permet, lui, d’engagerune approche progressive permettant de respecter les étapes d’un cycle de séduction… BtoB.L’inbound marketing consiste à faire venir à soiles cibles visées. Cette technique s’opposeà l’outbound qui, lui, adresse directementles clients potentiels.Concept apparu il y a quelques années auxEtats-Unis, l’inbound marketing tend à s’imposerpuisqu’il correspond aux nouveaux comporte-ments sur le Web où chacun recherche enpermanence de l’information, est prêt à laisserses coordonnées en échange d’un véritableapport d’expertise, mais souhaitemaîtriser son propre cyclede réflexion, prise de contactet transformation.L’inbound marketing agrège demultiples tactiques, que ce soit la productionde contenu, les relations presse, les réseauxsociaux, le Web marketing et analytics ou lemarketing automation et nurturing. Avec descompétences 360°, Aressy pilote l’ensemblede ces leviers et coordonne chacun desexperts associés.Plusieurs clients de l’agence ont déjà modifiéleur démarche relationnelle, notamment deprospection : création de e-book avec articlesd’experts, vidéos et infographies. Mise en placede blog avec génération de trafic vers et viales réseaux sociaux, mécanisation de relancespersonnalisées…Pour mesurer les résultats, il faut accepter delaisser un peu de temps au temps, les retoursétant moins immédiats. Mais in fine, la moindrequantité est compensée par une meilleurequalité : les leads générés via l’inboundmarketing sont mieux qualifiés et mieuxidentifiés à leur réelle étape de conversion.C’est bien connu, avant de conclure,il faut séduire ! L’inbound marketing reposesur 3 grandes étapes.Attirer : le contenu est au cœur de cettepremière étape, associé au référencementdans les moteurs de recherche, à la visibilitésur les sites Web référents.Identifier, avec des formulaireset call to action respectant le niveaud’intérêt et le format de la miseen relation : e-newsletter, brochure,panier e-commerce, rendez-vous.A associer avec des outils de web analyticset web lead tracking.Transformer : passer les messages liésau cycle de vente BtoB : confirmer ses besoins,convaincre sur la solution, rassurer par lessuccès passés, éliminer les concurrents...Puis obtenir un rendez-vous pour finaliserla vente ou une conversion e-commerce,avec comme clefs du succès, la scénarisationdes étapes et la personnalisation des messages.Laissezle temps au tempspour attirernaturellementAressy, agence certifiéeEloqua / OracleEloqua est rapidement devenule logiciel de référence utilisé dansle monde entier pour automatiseret personnaliser les mécaniquesrelationnelles.Aressy a choisi d’investir (licences,formations…) pour accompagner sesclients dans leur déploiement de l’outilen devenant un partenaire certifié del’éditeur.
  17. 17. 16 17pour mieux conclure !Les indispensables pour réussir sa stratégie Inbound Marketing8Intégrer le mobile dans sa démarche : a minima,responsive design pour le blog et les e-mail. Au mieux,application news avec services personnalisés associés.7Proposer le partage social et inviter aux commentairessur l’ensemble des supports de communication.3Mettre en place des outils d’analytics avec des reportingsautomatisés envoyés chaque semaine et mois par e-mail.8Proposer aux lecteurs de s’abonner aux dernièrespublications du blog et créer une base de donnéesde suspects séparée du CRM commercial.4Définir les règles de changement d’état,de suspect à prospect, et impliquer les commerciauxdans leur rôle de relais opérationnel.6Rédiger en pensant au référencement Google.Utiliser et répéter les mots clefs.2Mettre en place une e-newsletter mensuellesynchronisée avec son blog et les réseaux sociaux pourpublier en même temps sur l’ensemble des plateformes.5Mettre en place un blog d’experts, au-delà de la page «news»du site web corporate et s’imposer des règles de rédaction.1Questions FlashC’est à la communication de s’adapter, pas au prospect !Rencontre avec Laurent Ollivier, Directeur Général de l’agence Aressy qui pilotel’offre Inbound Marketing. Un enjeu d’organisation important puisqu’il fautcoordonner des compétences stratégiques, rédactionnelles et techniques.MagAressy : Quels sont les clefs d’une stratégie Inbound Marketing ?Laurent Ollivier : Le contenu est au cœur de la mécanique car chaque prise de paroledoit enrichir la relation et nourrir la réflexion. Nous avons constitué la «Content Factory»à l’agence qui regroupe la rédaction de communication avec la rédaction journalistique.Je résume souvent cette approche rédactionnelle comme «intéressante» avant d’être« intéressée ».MA : Comment en mesurer le ROI ?LO : Il faut utiliser les mêmes indicateurs ; l’objectif final restant le même, générer desconversions et donc du business. C’est l’approche qui est différente, puisqu’elle vise àfaire venir à soi plutôt que d’aller chercher chaque prospect. Il faut cependant accepterque les résultats soient plus longs a s’enclencher, le temps que la mécanique se metteen place . Mais une fois la dynamique installée les résultats sont plus pérennes.laurent OllivierDirecteur Général d’Aressy
  18. 18. L’observatoireTout d’suite« Euh… C’est quoi un CR déjà ? »Lunettes carrées, barbe de trois jours, chemise à carreaux et chino délavé... Ce dandy des mots soigne son look autant que son vocabulaire.Bien qu’à première vue le concepteur-rédacteur semble évoluer dans une réalité parallèle, son métier ne cesse de se métamorphoser avecnotamment la digitalisation des supports sur lesquels il s’exprime.Si on le reconnaît aisément à son attitude volontai-rement désengagée voire lunaire, rares sont ceuxqui arrivent à cerner l’ensemble de son territoired’expression. Il y a des métiers comme ça, donton ne comprend pas tout de suite le périmètre…Pourtant, Concepteur-Rédacteur ou copywriterpour les fans bilingues de Mad Men estfinalement assez explicite.Un métier à double sensRédacteur, tout d’abord parce qu’il a su cultiversa fascination pour le vocabulaire, son goût du bonmot, la quête du mot juste, concis, clair (et surtoutparce que, dans l’agence, c’est le seul qui saitencore accorder un participe passé correctement).Il s’occupe de l’élaboration de tous types decontenus : slogans, signatures de marque,noms de marque et de produits, accroches desannonces presse, scénariis de spots radio etvidéo, lettres d’information, documents publicitairesvariés, etc. C’est simple : si vous voyez un motécrit quelque part, il est passé par là.Concepteur, aussi, car c’est à lui qu’incombela lourde tâche d’élaborer les fameux « conceptscréatifs » : que va-t-il se passer, pourquoitransformer la réalité pour transcender la vérité ?Pour cela, il doit se glisser dans la peau des ciblesafin de mieux les comprendre (ce qui expliqueprobablement ses nombreux troubles de lapersonnalité).Participer à créer de l’intelligenceLe commun des mortels ne peut imaginer lenombre de fois qu’il réécrit son slogan, à larecherche de la combinaison parfaite. Créerpeut paraître simple de prime abord, créer surcommande est bien plus ardu. Et échapperà la routine de création, encore plus. Il ne fautjamais retomber dans les mêmes mécanismesafin de garantir à ses idées de la fraicheur.Une idée-qui-tue lui est venue alors qu’il mangeaitun cornichon ?Dans ce cas, la prochaine lui viendra quand il auraentrepris de redécorer intégralement son bureauavec des Post-it. Même s’il semble occupé à tout,sauf à travailler, le CR fait en réalité l’inverse : il tra-vaille tout le temps, en arrière-plan de ses activitésapparentes souvent saugrenues.Bref, il passe sa vie hors des sentiers battus afinde trouver l’originalité qui soutiendra ses créations.Toujours au courant des dernières tendanceset informations les plus surprenantes, l’apparitiond’internet fut pour lui aussi un chamboulementincroyable, la découverte d’un outil au pouvoirsans limite. Et surtout, une nouvelle èrerédactionnelle, une nouvelle façon d’ouvriret de nourrir tsa brand culture.Cette révolution fait éclater sa relation fusionnelleavec son plus fidèle compagnon (qui n’est pasun chien, car le CR n’est pasun homme comme les autres) : le directeurartistique. De nouveaux acteurs sont entrésen piste afin de mieux appréhender ce nouveaumonde : webmasters, développeurs, intégrateurs,ergonomes…En effet, l’apparition de nouveaux supports créede nouveaux challenges. Création d’e-mailing,bannières animées, vidéos interactives, newsletters,sites… rien de tout cela ne se conçoit comme uneannonce presse ou un spot TV, pourtant le CRest encore là pour trouver l’aspérité qui fait toute ladifférence. L’occasion, une fois de plus, de prouverque le CR est un mec méga cool qui se sort detoutes les situations avec élégance – oui, la genteféminine est peu représentée dans le métier.Curieux et singulierAinsi, avec toujours une curiosité d’avanceet sa volonté indiscutable de penser le mondede façon singulière pour faire entrer l’étrangedans le domaine du familier, le concepteur-rédacteur s’applique à trouver ce qui ferala différence. Son humour, sa distance et sonempathie pour les gens, permettent alors auxmarques, ou à leurs produits de résonneret de créer du désir. Le concepteur-rédacteurest déjà connecté à ce qui n’existe pas encore.Et son look et ses codes vintage gardent bienévidemment une longueur d’avance.les grands mots !
  19. 19. 18 19Comprendrearessy.com/magaressyLEXIQUEDÉCLICCCOle nouveau Job en 2013De plus en plus de journalistes sont recrutés par des entrepriseshors-médias pour des postes de CCO (Chief Content Officer),en français : directeur du contenu.Source : J. Pulizzi, fondateur du Content Marketing InstituteOwned mediasKesaco ?Le owned media désigne l’expositiond’une marque via les supports qu’elle possèdeet contrôle : site Internet et pages Facebook,compte Twitter et Youtube. Le owned mediaest complété par le paid media* et le earnedmedia*.* Le Paid Media désigne les expositions publicitairesachetées par la marque.* Le Earned Media désigne les expositions gagnéespar la marque sur les réseaux sociaux et autres espacespersonnels, avis et commentaires des consommateurs.Le Gender Marketingest-il idéal ?Cette pratique venue des USA où elle est beaucoup plus développéequ’en France, consiste à adapter la politique marketing en fonctiondu sexe de la cible.Sachant que les femmes, représentant 51% des consommateursmondiaux, prennent 80% des décisions d’achat au seindes foyers, cette technique marketing mérite d’être évaluée.CrowdfundingQuand on aime,on ne compte pas !Le crowdfunding, littéralement «financementpar la foule», consiste à inciter les internautesà investir dans un projet via internet.Le présentismea-t-il de l’avenir ?La crise est là, on parle même de «crise dufutur». On se replie sur le passé (le phénomènevintage se banalise) et à l’inverse l’immédiatetédu présent est notre quotidien.C’est ce que l’historien François Hartogappelle le « présentisme ». Tout ce quicompte c’est être prêt, réactif, rapide,flexible et disponible pour passer d’uneinformation à une autre.Serait-ce la fin du concept d’histoire ?Le Storytellingest mort... vivele Storymaking !Mode passagère ou tendance de fond, le StoryMaking ne se contente plus de raconterde belles histoires en réécrivant la vie d’uneentreprise mais s’attache à un parcoursindividuel (personnalité, champion…), dontla réussite est intimement lié à l’entreprise.Un jeu de faire-valoir qui positionne l’entreprisecomme un détecteur ou facilitateur de talent.La marque passe de sponsor à mécène,bienveillante et visionnaire.La Phablet, Smartphone du futur ?Parce que la tendance est au multi-écrans,les constructeurs cherchent le format à partirduquel l’utilisateur pourra réaliserun maximum d’actions.Avec une phablet il est possible depasser des appels vocaux, regarderdes vidéos et même de la transformeren liseuse grâce au «mode lecture».PHONEtablettephablet=+
  20. 20. Baromètre dédié aux relations marketingentre les marques et leurs distributeurs,« Regards Croisés » analyse et détecteles tendances des marchés IT Bâtiment.www.aressy.com/regardscroisesCom’ RéseauxPour Acer France, Aressy a pilotél’ensemble de la production d’un dîner-conférence destiné aux DSI : recherchede speakers, coordination des clientstémoins, enquête exclusiveen partenariat avec Siliconet communicationfaire-venir.Une soirée VIP dansle cadre privilégiéde l’hôtel Meuriceà Paris.La presse se fait l’écho du lancementde la nouvelle agence dédiée à l’influenceAressy RP : Stratégies, CB News,E-marketing.fr ...Aressy RP EventMagazine publié par Aressy, agence de Marketing et Communication Résolument Corporate BtoB47, rue Rouget de Lisle - 92150 Suresnes - 01 41 38 85 50. agence@aressy.comDirecteurs de publication : Iria Marquès, Laurent Ollivier et Olivier Lanusse-Cazalé.Direction Artistique : Mathieu Vaillant et Thomas Rivière - Réalisation Vidéo : Christophe Morel - Réalisation photos : Sophie BigoDroits réservés sur l’ensemble des visuels. Ne pas jeter sur la voie publique.Dans le cadre de sa démarche « Développement Durable », Aressy privilégie les papiers Éco-Responsables.sur le WebVivre en 2.0www.aressy.com/Retrouvez les sujetsles plus « likés »Prolongez votre lecturearessy.comSonepar présente en vidéoses solutions lumière NRA Lighting sur www.tv.aressy.com Une production 100 % Aressy !Une double-page dans 01 Businesssignée Aressy RP pour Serious Factoryavec le cas client Dassault Aviation !VidéoSerious Factorywww.aressy.com/magsur les réseaux sociauxwww.aressy.com/twitterwww.aressy.com/facebookwww.aressy.com/linkedinwww.aressy.com/youtubewww.aressy.com/slideshareLe Mag Aressy est disponibleen mise à jour continue survotre smartphone.Téléchargez l’applicationmobile et profitezd’une lecture optimiséeen Responsive Design.www.aressy.com/iphonewww.aressy.com/androidsur votre mobileLe saviez-vous ?Utilisation des smartphones et tablettesSur les 80 % du temps consacré auxapplications, les jeux en représentent32 %, devant Facebook à 18 % et lesapplications de divertissement à 8 %.Source : ComScore

×