Enclouage centro-médullaire 
des os longs 
Ostéosynthèse par claque, par appareillage externe ou par osthéosynthèse. Conce...
guide dans le fémur, par laquelle on fait passer les fraisses. Avec un manche permettant le 
verrouillage proximal automat...
différents alésoires. Patient est en position assise. 
Suites : immobilisation du MS, coude au corps, pendant 3 semaines. ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enclouage centro médullaire

1 450 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 450
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Enclouage centro médullaire

  1. 1. Enclouage centro-médullaire des os longs Ostéosynthèse par claque, par appareillage externe ou par osthéosynthèse. Concerne essentiellement la diaphyse des os longs du MI. Utilisation de tubes métalliques creux ou pleins placés dans la cavité médullaire des os longs. Il a un caractère peu agressif, on opère à distance. Large éventail de tailles, diamètres et alliage. Indication : sur les os longs (fémur et tibia). Indication du clou : pour farcture diaphysaire fermée ou ouverte (sauf stade 3). Contre indication : fracture épiphysaire et ou métaphysaire et fracture largement ouverte stade 3 avec matériel non recouvert et donc visible à l'air ambiant. Avantage apportés par l'enclouage : pas de dépériostage des fragments pas d'évacuation de l'hématome périfracturaire risque d'infection réduits car on n'ouvre pas la fracture mobilisation précoce des articulation sus et sous jacentes. Appuis précoce bonne qualité du cal obtenu pas (peu) de risque de fracture itérative à l'ablation (18 mois après) Technique chirurgicale table orthopédique indispensable, mettre le MI en élongation (ré axer la fracture et la réduire). On n'opère pas une fracture non réduite. Soit le MI est relié à un étrier passé en trans tibial ou trans fémoral, soit bottillon de traction. Le MI controlatéral est placé en position gynécologique afin de dégager l'entre jambe ou passera le produits de contraste (amplificateur de brillance). On évite les troubles rotatoires. Comme on fait une traction du MI, il existe une complication chez l'homme par élongation du nerf pudendal et donc paralysie de ce nerf qui engendre une perte de l'érection mais aussi parfois une nécrose cutanée (scrotal, périné). Le clou doit être parfaitement centré, si trop prés du col on casse le col et si trop latéral on casse le grand trochanter. Il faut fraisser l'os pour faire une cavité = alèsage avec des fraisses de diamètre croissants. Actuellement pour des clous de petits diamètres, on peut éviter de fraisser. Le verrouillage se fait par des vis qui sont insérées distalement sur le clou, celui- ci se fait par contrôle radio. En proximal, le verrouillage est automatique. Les vis donnent de la stabilité quand la fracture est très basse ou très haute. Verrouillage statique = on verrouille en haut et en bas. Verrouillage dynamique = on ne verrouille qu'en haut, avec la remise en charge, on stimule la zone de compression alors qu'avec les montages statiques au bout de 2 à 3 mois on conseille de changer le montage statique en dynamique = dynamisation du clou. Matériel clou GK (Gross et Kempf) depuis juin 2007: clou S2 Cas particuliers: FESF Clou gamma ou pfna, stabilisant également le col fémoral en plus de la diaphyse. Technique Incision de 3 à 4 centimètres et on perfore le grand trochanter, ensuite on met une broche
  2. 2. guide dans le fémur, par laquelle on fait passer les fraisses. Avec un manche permettant le verrouillage proximal automatique. Pendant l'intervention, on vérifie sur les radios que le clou et les vis sont bien en place. Etant donné qu'on n'ouvre pas le foyer de fracture, il peut exister un léger décallage dans la consolidation de la fracture. Appuis : – FESF (PFNA) appuis immédiat sauf avis contrairement – Enclouage GK ou S2 appuis immédiat, en appuis contact (partiel) et on augmente on appuit complet mais hématome et douleur ++ appuis différé de 3 à 4 semaines – mobilisation du genou quand ostéosynthèse de fémur, oui, car risque d'enraidissement (hématome qui adhère, notamment le Q qui colle au fémur). Le pré requis avant sortis est de minimum 90° de flexion. TIBIA Installation soit sur la table orthopédique, avec étrier fixé dans le calcanéum pour obtenir une traction est donc une réduction de la fracture, soit jambes pendantes. Le point d'entrée est trans tendineux rotulien (ouverture longitudinal de celui ci), on perfore face antéro-supérieure du tibia. Matériel : clou GK, Clou S2 avec alésage, Clou UTN sans alèsage, clou expert. Avant on fraisser beaucoup, clou creux de gros diamètres, maintenant clou plein de petits diamètres, sans alèsage mais ils sont plus difficiles à installer donc cela dépend du chirurgien et de son habitude au matériel et à la technique. Les clous sont béquillés pour ne pas casser la courbure du tibia. Suites : appusi différé de 3 à 4 semaines, le temps que l'hématome se résorbe. Attèle anti-équin amovible ++++. Mobilisation rapide de la cheville et du genou. Equin est la position antalgique, il se fixe donc rapidement donc mobilisation ++ Quand fracture de malléole associée, on met une immobilisation suplémentaire (contention externe du segment de membre) et donc on ne mobilise pas la cheville immédiatement. Surveillance post-op : dépistage syndrôme des loges hyperpressions due à saignements dans une loge musculaire. Les fascia étant inextensibles, l'afflux sanguin comprime les vaisseaux et nerfs. Si la douleur ne diminue pas avec le ttt morphinique et que la jambe est dure il faut réaliser une opération chirurgicale d'urgence pour ouvrir les fascia sur toutes leur longueur. HUMERUS Indications : fractures proximales, diaphysaires et bifocales (à deux niveaux différents sur la diaphyse). Principes : cathétériser la diaphyse humérale avec le clou. Abord supéro-externe de l'humérus avec ouverture de la coiffe et du deltoide antérieur. On perfore la tête pour introduire les
  3. 3. différents alésoires. Patient est en position assise. Suites : immobilisation du MS, coude au corps, pendant 3 semaines. Et ensuite mobilisation de l'épaule avec « absence » de rotation pendant 6 semaines, car contraintes ++. Conclusion : Enclouage est une technique de choix, privilègiée dans la majorité des cas, permettant une remise en charge précoce.

×