N4

177 vues

Publié le

Quotidien Le National

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
177
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

N4

  1. 1. Et commence la guerre des slogans et des promesses ! Almando Keslin : un percussionniste hors pair, parti sans tambour ni trompette ! par Philippe Saint Louis Évens Pierre et Azéa Augustama conservent leur ceinture ! par Kenson Désir LUNDI 25 MAI 2015 NUMÉRO 4 WWW.LENATIONAL.HT QUOTIDIEN • 25 gourdesRÉPUBLIQUE D’HAITI HAÏTI-ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE HAÏTI / SANTÉ PUBLIQUE SOCIÉTÉ Choléra, Ébola, Chikungunya : trois dangers qui nous guettent A lors que tous les projecteurs sont braqués sur la question desélections,lecholéra,l’ébola et, à la limite, le chikungunya guettent sérieusement la santé de la population. C’est la ministre de la Santé publique et de la Population, Madame Florence Guillaume Duperval, qui en a fait l’annonce lors de la conférence de presse hebdomadaire tenue, ce vendredi 22 mai 2015, à la primature. À l’occasion de la saison pluvieuse, une nette augmentation des cas de choléra a été remarquée un peu partout à travers le pays avec un pourcentage élevé pour le département de l’Ouest. Pour pallier la situation, Mme Duperval appelle au respect des principes d’hygiène, lesquels consistent à se laver les mains et à faire bien cuire les aliments avant toute consommation. » suite, P. 4 » P. 18 » P. 21 »   P. 15 CULTURE SPORT » suite Page 5 Que cachent les tôles rouges ? par Pierre Clitandre
  2. 2. 2 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 Voir, entendre, parler en temps de violencePar Yves chemla TRIBUNE O n entend parfois dire, en Haïti, que par opposition à la situation actuelle, les temps duvaliéristes étaient tranquilles. C’est une affirmation gratuite, et qui témoigne, sans aucun doute, d’un manque d’appréciation, ainsi que d’une rupture dans le tra- vail de transmission de la mémoire. Il est vrai que la majeure partie de la population est née après la chute de la maison Duvalier. C’est une erreur que de regret- ter ce passé, tant il a marqué ses contemporains dans leur chair, tant il a détraqué les psychés, et lacéré les consciences. Beaucoup de récits en témoignent. Il faut lire Le Chant des Ténèbres de Jean-Claude Brouard-Cambronne qui a survécu à l’horreur de Fort- Dimanche. Il faut aussi reconnaî- tre dans le théâtre des mémoires ce que la violence érigée en spec- tacle a fait subir aux êtres dans leur vie quotidienne : l’anxiété, la dépression, le stress incessant, la peur de disparaître comme tant d’autres, sans même laisser de traces, sinon dans les mémoires des proches. Il y eut en effet les victimes identifiées, et puis toutes les autres, disparues pour avoir posé le regard sur la Gorgone en uniforme, pour avoir exprimé à haute voix une pensée dissiden- te, ou plus sûrement, considérée comme telle. D’autres pour avoir été au mauvais endroit, au mau- vais moment. Dans un récit encore inquiet – et pourtant présenté plus de quatre décennies après les faits – Ray- mond Miot revient sur un événe- ment qui a marqué la fin de son adolescence : en avril 1971, la famille de l’auteur apprend par la bouche d’un ministre proche du père, médecin, qu’elle est sur le point d’être arrêtée. Dans la nuit qui suit cette nouvelle, les trois partent se cacher, la mère en province dans sa famille, le fils et le père dans la propriété située en périphérie de la capitale d’un couple d’amis, et ils attendent. Pendant cette attente, la rumeur se répand que le docteur François Duvalier entre dans sa dernière maladie. Le pays retient son souf- fle. Mais pendant ces semaines de claustration, personne ne doit soupçonner leur présence dans cette villa, sous peine d’être arrê- tés, eux et ceux qui les accueil- lent, et qui s’inquiètent. Certes, ils auraient pu gagner une ambas- sade, mais ç’aurait été reconnaître par là une culpabilité, au regard de la dictature féroce. C’était aussi accepter de tout perdre : iden- tité, système de reconnaissance, certitude de la communauté de compréhension. Or, ce ne sont pas des activistes : le père est méde- cin, la mère, directrice d’école, le fils – qui est le narrateur – a com- mencé des études de médecine. Il s’interroge, car rien ne présageait que sa famille se retrouve dans une telle situation. Il va formuler plusieurs hypothèses, et pour les identifier, doit remonter dans ses souvenirs. Le récit de Raymond Miot tient son lecteur en haleine par la concurrence et l’interaction entre plusieurs axes de son récit : l’attente d’une solution, la remon- tée dans les souvenirs à la recher- che de l’élément déclencheur, la progression supposée de la mala- die du président, perceptible par des signes discrets, notamment la rumeur. Chacune de ces lignes de force interagit avec les autres, confèrant au livre sa densité. Il a suffi que le hasard se mette de la partie, une dizaine d’années auparavant : « Tout remonte à l’agrandissement de ma cham- bre à l’été 1962, qui m’a permis d’avoir une vue directe sur la rue et qui m’a aussi donné l’occasion d’entendre certaines conversa- tions de sbires du dictateur ». Voir et entendre placent l’être sur le seuil de la mise en danger. D’autant que ce sont de bien étranges visiteurs qui se glissent la nuit sous la galerie de la maison de la famille du docteur Miot. Ce sont par exemple des amants, et pas des moindres : Tassy, le tor- tionnaire, et la femme d’un notable du quartier. Ou bien des militaires qui se protègent de la pluie. Le jeune garçon entend ainsi parler de Clément Barbot, l’homme qui a aidé Duvalier à accéder au pou- voir, en fomentant des troubles qu’il réprimait ensuite, et qui, déchu par le président atteint par une paranoïa grandissante, sème pendant plusieurs semaines la terreur sur Port-au-Prince. Mais le jeune Raymond est surpris en train d’entendre et d’observer. Serait-ce la cause lointaine de cette menace d’arrestation ? De fil en aiguille il explore rationnel- lement plusieurs épisodes de son existence et de celle de ses par- ents. Cette façon de raconter en situant la narration sur un axe du temps dont les repères sont notre présent, celui de cette année de la crise et, de là, les années soixante, pendant lesquelles se trouverait la cause probable de leur peine, pourrait tourner au procédé. Mais tel n’est pas le cas, car ces hypothèses qui débouchent sur une vérité triviale, presque ridi- cule si le contexte n’atteignait pas au paroxysme de la terreur, ont un effet cumulatif, et permettent de décrire l’atmosphère de ces années-là, pendant lesquelles, en Haïti, on a été forcé de respirer un air pourri par la haine et la délation, pire même, la peur de celle-ci, c’est-à-dire la perte de la confiance en l’autre, qui entraîne à l’atomisation de la société, et qui en accélère le délitement. Le narrateur revient sur des moments tragiques : la tentative d’enlèvement de Jean-Claude Duvalier et de sa sœur. Duvalier lâche des forces vomies par l’enfer : « le chaos a alors régné sur la ville. C’était l’horreur. Des macoutes et des militaires ont profité de la situation pour régler leurs dif- férends, voler les commerçants et commettre des crimes ». Pour Duvalier, l’affaire était entendue : le coupable était le lieutenant François Benoît. Le chemin qui mène à la maison de sa famille est tracé par les cadavres de passants, abattus par des macoutes et des militaires surexcités. La famille Benoît est massacrée, sans dis- tinction d’âge ni de sexe. Le fils est enlevé, que nul ne reverra, la maison incendiée. Et puis Clément Barbot révèle publiquement qu’il est l’auteur de cette tentative d’enlèvement. Peu importe : Duvalier poursuit la famille Benoît de sa haine, et, au passage, en profite pour faire éliminer de potentiels opposants. Et Barbot de continuer, tuant des soldats dans la nuit, protégé en quelque sorte par le couvre-feu. La peur se répand. Les soldats, le doigt crispé sur la gâchette, tirent parfois sur des passants. On ne sort plus de chez soi que rarement. La mort de Barbot et de ses com- plices, encerclés à Cazeau par les troupes dirigées par Luc Désir, Gracia Jacques ou Eloïs Maître ne calme pas les allées du pou- voir. Miot remet en mémoire des épisodes et des noms, par exemple celui de Riobé qui tint tête à une armée depuis les grottes de Kens- koff. Il rappelle combien les plus démunis, les paysans, payèrent un tribut de sang particulièrement lourd après les incursions et les débarquements de guérilléros : des centaines d’entre eux, mas- sacrés à Thiotte, Mapou, Grand Gosier, Belle-Anse. Plus tard, l’exécution publique de Marcel Numa et Louis Drouin marquera pour longtemps les esprits des collégiens convoqués à ce sinis- tre spectacle. Et puis, encore, il y aura le présumé complot des officiers et leur sinistre exécution par leurs compagnons d’armes, obligés d’accomplir, sous peine de mort, ce geste misérable. Miot revient sur ces épisodes, et d’autres encore, avec une émotion contenue. Mais la plaie, on le com- prend assez vite, ne se refermera pas. Pendant ces années, s’il ne peut se résoudre à ne pas regarder, ni à ne pas entendre, le narrateur apprend cependant à mesurer ses paroles. Plus de confidences entre amis, même proches, car ils pourraient avoir des accointances avec des macoutes, ou bien être tenus à parler, parce qu’ils font l’objet d’un chantage. Les femmes sont particulièrement visées : leur corps, contre une très relative mansuétude, à l’égard de leurs proches. On sait que Kettly Mars a trouvé là matière à un roman particulièrement intense, Saisons sauvages. Il est une autre dimension à cette violence, et qui est l’intimidation par le symbolique. François Duva- lier a utilisé les figures du vaudou, au premier rang desquelles celle de Baron Samedi. Voici le prési- dent entrant dans une église où l’on célèbre les funérailles d’un enseignant qu’il a fait assassiner. Devant l’assistance tétanisée, il prend une chaise, s’assied près du mort, et l’interroge. Dans son dos, l’assistance le voit mimer les questions et sans doute aussi les réponses : « L’interrogatoire avait l’air très sérieux et un silence d’outre-tombe s’est installé dans l’église. Personne n’a osé penser à une supercherie. (…) À chaque question, dont on n’entendait que le marmonnement nasillard de Duvalier, il y avait une réponse ». C’est aussi de cette façon que s’impose la violence comme mode de gouvernement, en instrumen- talisant le symbolique. On ne ressort pas rassuré du récit de Raymond Miot : l’effondrement démocratique – par la présidence à vie, notamment, puis par la transmission au fils de la fonction - ; la généralisation de la violence, et la mise au pas d’une société par la contrainte, ne furent pas des temps de prospérité, loin s’en faut, mais bien ceux de l’enfermement et de la claustration. La mort du président, le caractère spec- taculaire de ses funérailles n’ont fait qu’ouvrir un autre chapitre, tout aussi inquiétant : « la voix du nouveau dictateur est moins nasillarde que celle de son père, mais elle traîne exagérément (…). On a l’impression qu’il énonce un mot, puis l’autre, sans compren- dre vraiment ce qu’il lit ». Si le passé immédiat était marqué par la peur panique, il n’en reste pas moins que « l’avenir est sombre ». Mais c’est une autre histoire qui s’ouvre. Il convient qu’elle aussi soit inscrite dans les mémoires. Non décidément, rien n’est à regretter dans ce passé pourtant encore proche. RaimondMiot,LaPetiteChambre,éditions XYZ,Montréal,2015
  3. 3. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 3 ACTUALITÉ Une épée de Damoclès Reynold ARIS RELATIONSHAÏTIANO-DOMINICAINES L es Dominicains d’origine haïti- enne de l’autre côté de la fron- tière s’inquiètent. L’échéance du délai de régularisation de leur statut à travers le PIDH arri- vera à terme le 17 juin prochain. Les autorités n’en disent pas mot. Les organisations de défense des droits humains appellent, elles-mêmes, à un moratoire et à une révision du contenu de la loi y relative. Qu’est-ce qui va se passer à l’expiration de ce délai ? Les autorités dominicaines annon- cent qu’elles ne prolongeront pas le délai de régularisation du statut d’immigrants après le 17 juin prochain. C’est le ministre dominicain de l’Intérieur et de la Police, Jose Ramon Fadul, qui en a fait l’annonce mercredi dans les colonnes du journal El Nuevo Diario. Il précise en ce sens que le gou- vernement de son pays s’apprête à mettre en place les mécanismes de rapatriement des immigrants en situation irrégulière. Les Forces armées et le ministère de l’Immigration montent la logis- tique de l’opération des rapatrie- ments. Ces mécanismes ont été conçus, affirment les autorités dominicaines, en respect de la dignité de ces migrants. Les personnes ciblées, précise M. Fadul, sont celles qui errent dans les rues, les sans-emplois et celles qui habitent les zones agricoles. Aussi exhorte-t-il les étrangers qui ne se sont pas encore fait inscrire au Programme national de régularisation des étrangers en situation migratoire irrégulière en République dominicaine (PNRE) à le faire dans les vingt-huit jours restants. Le National a vainement tenté de contacter des responsables haïtiens autour de l’application de cette décision. Cependant, au ministère des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE), à la question de savoir quelle sera la démarche des autorités du pays pour éviter cette déportation massive, un cadre requérant l’anonymat, nous a fait cette réponse « « Mal- heureusement, le titulaire du ministère n’est pas disponible pour l’instant. Il est en voyage », soulignant qu’une rencontre devrait se tenir au plus haut sommet de l’État pour savoir quel comportement adopter. Rapatriement massif : une situation préoccupante Cette situation interpelle les organisations de défense des droits humains, notamment le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). Selon le responsable de programmes du RNDDH, Marie Yolène Gilles, l’arrêt 168-13 adopté par la Cour constitutionnelle dominicaine le 23 septembre 2013 a privé un ensemble de citoyens dominic- ains d’ascendance haïtienne de leur droit d’avoir une nationalité, alors que ces citoyens se récla- ment de nationalité dominicaine au regard de la législation même de ce pays qui reconnaît le droit du sol (jus soli). Aussi, ajoute-elle, ces citoyens n’ont aucun lien avec Haïti. Quant à l’arrêt 168-14 relative à la régularisation du statut des immi- grants en République dominicaine en situation irrégulière, il informe que celui-ci ne concerne nulle- ment les Dominicains frappés par la sentence de la Cour con- stitutionnelle de la République voisine. Pour lui, la régularisation des ressortissants étrangers est une autre paire de manches. Dans cette loi, les autorités dominicaines demandent à Haïti, pays d’origine de ces res- sortissants, de doter ses citoyens de pièces d’identification, soit d’un passeport soit d’une carte d’identification, une des condi- tions préalables à la régularisation de leur statut. Selon le militant, ce processus est lent du fait qu’il en existe d’autres à satisfaire au regard de l’arrêt 168-14. Les Haïtiens en situa- tion irrégulière devraient trouver des Dominicains qui sont munis de leur carte d’identité couram- ment appelée « Cedular» afin de témoigner favorablement de leur statut, de leur profil sociologique dans leur communauté, pour s’assurer qu’ils sont de paisibles citoyens. Cette initiative, informe-t-il, leur permettra d’obtenir un papier notarié. Néanmoins, ils doivent être en mesure de prouver qu’ils sont coutumiers des transactions bancaires. S’ils ne peuvent pas remplir les autres conditions, ils auront toujours la vie difficile. Mesures Les autorités dominicaines doi- vent prolonger le délai afin de permettre aux dirigeants haï- tiens d’aborder le problème plus en profondeur. Le rapatriement n’y apportera pas la solution. Au contraire, il va déboucher sur une crise. Car, soutient M. Alizar, l’État haïtien ne dispose pas d’une structure d’accueil pou- vant recevoir ces milliers de citoy- ens. Les autorités dominicaines doivent non seulement accorder un moratoire en vue de gagner du temps pour résoudre le prob- lème d’identification, mais elles doivent également réviser la loi sur la régularisation du statut des migrants. Édito L'IVRAIE ET LE BON GRAIN N’est-ilpasrévoltantdecontinueràdire:«Mounseryepafèpolitik»?Commequoi, lapolitiqueseraitl’affairede«vakabon»,d’opportunistesetdefilous.Lesdésillusions d’unesociétéconscientemaintenantdesproblèmesréelsdoiventnousporteràun sursautpourempêcherquelabarquenationalenesombre. L’inacceptableestdevenuunenorme.Insidieusement,lesmédiasnationaux,lapro- paganded’unepresseinternationale,lapopulationconfrontéeàdesproblèmessans solutionetlepessimismequis’installedanslesesprits,ladérivedessensimpulsée parlacorruptiongalopantedonnentdel’espaceàtouteslesaberrations.Certains, pour enfoncer le clou, nous font croire que nous sommes une nation d’incapables ou,commeonleditplustechniquement,«uneentitéchaotiqueingouvernable». Soixante-dix candidats se présentent pour la présidentielle de 2015 ! Le Conseil électoralprovisoire,n’ayantpaslamissionducontrôleéthiquedunombre,maiscelle del’étudedesdossiersayantàvoiraveclesloisdupays,neressentpaslemalaise d’annoncercettecoursedetouteslesbousculades.Mais,danslapresseparlée,écrite ettélévisée,commentva-t-ongérerletempsd’antennedecettemultitude?Cesera unvéritablecasse-têtepourunepressehaïtiennedéjàpressuréeparuneprogram- mation comprimée à l’extrême. Si certains osent dire que c’est là une expérience démocratiqueaprèslemonolithismedesgrandesdictatures,leplussimpleetlucide descitoyensestdéjàaffligé,choquéd’entendrecettelonguelistedenomsauxacro- nymespolitiqueslesplusrébarbatifs,quirappellel’époquerévolueoùc’étaitlaradio gouvernementalequilisaitlalistedeceuxquiontréussil’examenaubaccalauréat! Lesélecteursnonplusnesaventdéjàoùdonnerdelatête!Partagésentreunamide quartierquitentelecoupduPalaisetunmusiciendéterminé,ceuxquivontdécider duchoixàfairepourcepaysrongéjusqu’auxosn’aurontquedeuxchoix :s’abstenir ouvoterdansl’émotion.Danslastupeuretlaconsternation,dansl’imbroglioetle chaos,quefaire? Ilfautramenerlapolitiqueàlamoralitépublique.Soyonssérieux!diraitfeuLeslie FrançoisManigat.Oui,leconstatestfaitquelesprofessionnels,lesintellectuels,les hommesetfemmesdesavoir-fairedansdiversdomainesontlaissélevideàceux quisouventn’ontquelaqualitédesopportunistesetdesaudacieux,etdeceuxqui sontprêtsàtouslesmauvaiscoups. Il s’agit de l’avenir d’un pays mis à genoux. Ici, au National, nous ne demandons pasdesuperbesarticulationsidéologiques.Maisnousréclamonsune«préparation »pragmatiquedeceuxquivonts’engagerdansunearèneoùlescrisesnationales mêléesauxpressionsinternationalesdemandentl’intelligence, laplusnetteratio- nalitéetuneconstanteclairvoyance.Letridoitêtrefaitpourséparerlebongrainde l’ivraie.
  4. 4. 4 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 Déclarée présente en Haïti, le 19 octobre 2010, l’épidémie de choléra a affecté sévèrement la population haïtienne. Selon des chiffres officiels communiqués par la ministre Duperval, d’octobre 2010 au 20 mai 2015, environ 743 mille cas ont été dénombrés, dont un total de 8 946 décès. Pour le seul mois d’avril 2015, 3 600 cas ont été recensés, dont 16 décès. Le choléra allait continuer encore à faire des victimes pendant le mois de mai (jusqu’au 20 de ce mois), en infectant pas moins de 1 858 personnes, dont 5 ont succombé. D’après Mme Duperval, le département de l’Ouest a été le plus touché avec 56 % des cas recensés, dont 35 % sont localisé dans trois communes (Delmas, Port-au-Prince et Carrefour). Le ministère de la Santé publique n’est pas resté indifférent face à cette remontée du choléra. Des mesures ont été prises pour contenir l’épidémie, explique la ministre Guillaume, annonçant que dans les jours qui viennent des campagnes de sensibilisation vont être entreprises à travers le pays, notamment dans les treize communes les plus touchées par l’épidémie dans le cadre de la mise en place de la première phase du plan d’éradication du choléra. À ce sujet, une rencontre de haut niveau a été tenue, le jeudi 21 mai, entre les plus hautes autorités de l’État et celles de la Minustah, entres autres. Cinquante millions de dollars sont débloqués par la Banque mondiale, cette semaine, en vue de permettre aux autorités haïtiennes de mettre à exécution cette phase du plan qui doit toucher principalement des communes des départements du Centre et de l’Artibonite, a également informé Florence Guillaume Duperval qui exhorte la population à ne pas se laisser emporter entièrement par la fièvre électorale et négliger les règles d’hygiène pouvant aider à prévenir le choléra et d’autres pathologies. Ébola et chikungunya, état d’alerte ! En ce qui a trait à l’épidémie d’ébola, le ministère de la Santé publique et de la Population entend continuer ses actions pour prévenir l’introduction de cette maladie virale en Haïti. Ainsi, il a été déconseillé aux voyageurs haïtiens de se rendre dans certains pays africains comme le Libéria, la Guinée Conakry et la Sierra Léone. Se fondant sur le dernier le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), déclarant l’arrêt de la transmission de l’ébola au Libéria, les autorités haïtiennes ont décidé d’exclure le Libéria de la liste. L’interdiction demeure pour les deux autres pays. « Tenant compte de la vulnérabilité particulière d’Haïti, les recommandations précédentes sont maintenues en dépit de l’avancée considérable faite pour contenir la maladie dans les pays encore touchés comme la Sierra Leone et la Guinée Conakry », peut-on lire dans une note de presse émanant du MSPP. Toutefois, précise la note, tous ceux ayant voyagé dans les pays précités ne pourront et ne doivent pas chercher à rentrer en Haïti avant une période de vingt et un jours. Dans l’idée de protéger la santé de la population, Florence Guillaume Duperval lance une alerte sur le chikungunya qui a déjà fait de nombreuses victimes au sein de la population. « Le moustique qui propage ce virus est encore là », rappelle la ministre qui informe du même coup de l’existence d’une autre épidémie du nom de « Zigi- five ou zigi » dont deux cas ont été déjà découverts à la Jamaïque. HAÏTI/SANTÉPUBLIQUE ACTUALITÉ Choléra, Ébola, Chikungunya : trois dangers qui nous guettentNoclès Debréus » suite de la première page Dr Florence Guillaume Duperval, ministre de la Santé publique et de la Population. WWW.LENATIONAL.HT 2, DELMAS 40 B EMAIL: INFO@LENATIONAL.HT PUBLICITE@LENATIONAL.HT REDACTION@LENATIONAL.HT (509) 46 11 10 10 (509) 32 14 55 54 PROPRIÉTAIRE : LE NATIONAL. SA DIRECTEUR : JEAN GARDY LORCY PUBLICITÉ: SASKIA P.L.MICHEL DIRECTEUR ARTISTIQUE : FABRICE LAFLEUR RÉDACTEUR EN CHEF : GARY VICTOR RÉDACTEUR EN CHEF ADJ : HENRI ALPHONSE SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : JACQUES DESROSIERS JDESROSIERS@LENATIONAL.HT CONSEILLER À LA RÉDACTION : PIERRE CLITANDRE SECTION ACTUALITÉ : LIONEL EDOUARD SECTION CULTURE : DANGELO NÉARD SECTION ECONOMIE : HENRI ALPHONSE SECTION SPORTS : GERALD BORDES SECTION SOCIÉTÉ : JOE ANTOINE JN-BAPTISTE RÉDACTEURS : NOCLÈS DEBRÉUS, CADET JEAN MICHEL, STÉPHANIE BALMIR, VANTZ BRUTUS, KENSON DÉSIR, EDDY LAGUERRE, MONDÉSIR JEAN BILLY, REYNOLD ARIS, ISABELLE THÉOSMY, WALTER CAMEAU, SCHULTZ LAURENT JUNIOR PHOTOGRAPHES : JEAN JACQUES AUGUSTIN, RUBEN CHÉRY CORRECTEURS : GARRY AZÉMAR, JEAN ERIC FOUCHÉ GRAPHISTE : JUNIOR ADME DISTRIBUTION : MOÏSE PHILOGÈNE ADMINISTRATION : RACHELLE COMPÈRE
  5. 5. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 5 B andes de rara, défilé de motocyclettes, avec des motards arborant les T-shirts plaqués de l’emblème de certaines plateformes politiques connues comme le MOPOD, LAPEH, Renmen Ayiti, tout est bon pour se montrer en ces jours d’inscription et faire une démonstration de force qui marquera les esprits. Ces motards intéressés, sillonnent les rues de Delmas et de Pétion-ville, sous les regards passifs des passants. S’il est vrai qu’on est encore loin du matraquage médiatique orchestré lors de la période de campagne électorale de 2010, avec les “robots call” et les billboards à profusion, les candidats ne lésinent toutefois pas sur les moyens pour faire bonne impression. Les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, WhatsApp, deviennent ainsi une tribune pour chaque prétendant. Ces espaces qui ne sont pas prévus dans le décret électoral, comme podium de campagne, sont envahis de messages, et permettent aux intéressés de lancer une “précampagne”. Ils y exposent, en toute quiétude, leur “vision politique” ou des photos de rencontres réalisées, dans le cas des candidats à la présidence, avec des groupes ou des catégories sociales diverses, un peu partout à travers la République. Des leçons ont visiblement été tirées de la campagne de 2010 qui a vu l’ascension de Michel Martelly au pouvoir. La communication, ont-ils compris, devient de plus en plus incontournable et aucun n’entend se laisser devancer. À cet effet, la majorité des candidats à la présidence dispose d’un groupe WhatsApp, d’une page Facebook ou d’un compte twitter qui sont régulièrement alimentés. Les candidats à la députation et aux sénatoriales qui ont, dans un premier temps, alimenté les débats lors des inscriptions, ont eux aussi envahi la toile et mènent une campagne silencieuse sur les réseaux sociaux. La convocation de la presse, une nouvelle trouvaille Nos candidats ne manquent pas d’imagination pour contourner l’interdiction faite par le CEP d’ouvrir la période de campagne prématurément. La dernière trouvaille réside en la convocation de la presse peu avant leur inscription pour faire, disent-ils, le point autour de leurs inscriptions. Une stratégie permettant d’occuper l’espace médiatique. Le décret électoral définit pourtant les obligations et les interdits pour l’utilisation des moyens de communication et de propagande électorale, notamment avant la période de campagne. Certains partis politiques semblent oublier les normes. C’est le cas du MOPOD qui a invité la presse, via une note, à accompagner l’ex sénateur Samuel Madistin lors du dépôt de ses pièces pour les prochaines élections, le mardi 19 mai à 11h a.m. au BED de l’Ouest 1. En fin de note, est toutefois venu le petit slogan rappelant que le juriste veut faire d’Haïti un État fort. Tous veulent donc prendre les devant ou combler leur retard dans la bataille communicationnelle. Le journaliste Clarens Renois, sous la bannière du parti UNIR, a également averti la presse de son inscription pour briguer la magistrature suprême de l’État. Il en a profité pour expliquer le but de sa quête qui est d’arriver à la réconciliation dans une République de gens intègres, tout en revendiquant le pouvoir pour les jeunes afin de construire un meilleur avenir. La plateforme “Pitit Desalin” de Moïse Jean Charles s’est mise également au diapason en invitant les journalistes à une conférence de presse, le mardi 19 mai, à 11h a.m., en son local, à Delmas 33. Cette rencontre avec la presse devait servir à faire le point, dit- elle, autour du processus électoral, particulièrement sur l’inscription de son candidat à la présidence, l’ex-sénateur Moise Jean Charles. Pour Jean Henry Céant, ce sont les organisations proches de RENMEN AYITI, qui se sont chargées de donner une conférence de presse à F et F restaurant pour faire le point autour du processus électoral et l’inscription de leur candidat à la présidence. M. Céant, M. Jean Charles ainsi que Laurent Lamothe, invité de dernière heure, n’y sont pas allé de main morte. Ils ont sorti l’artillerie lourde. Une foule immense. Des messages réguliers, ont tenu en haleine, l’électorat, sans compter les interventions dans la presse de plusieurs proches et partisans. Avant l’heure, la bataille est donc lancée. Guerre de positionnement ou de tranchée, campagne avant la lettre, peu importe, les partis, groupements et regroupements politiques tentent d’adapter leur communication à leurs militants, sympathisants, mais également de mobiliser d’ores et déjà un électorat réticent. Et commence la guerre des slogans et des promesses ! par Lionel Edouard HAÏTI-ÉLECTIONPRÉSIDENTIELLE ACTUALITÉ » suite de la première page Port-au-Prince bout au rythme des élections, les opérations de marketing électoral débutent, alors que selon le calendrier électoral, la période de campagne ne devrait pas être lancée avant le 8 juillet pour prendre fin le 7 août 2015. Les États-Unis en faveur de modification dans le calendrierSources : Alterpresse HAÏTI-ÉLECTION L e conseiller spécial du départe- ment d’état américain pour Haïti, Thomas Adams, juge opportune une modification du calendrier relative aux élections législatives, municipales, locales et présidentielles annoncées prévues d’aout à décembre prochains en Haïti. Une modification du calendrier (à 2 tours au lieu de 3) « permettrait d’économiser environ 30 millions de dollars et donnerait au Conseil électoral provisoire (Cep) un peu plus de temps pour préparer les opérations électorales », a-t-il déclaré à un groupe de journalistes haïtiens qui séjournent à Washington, rapporte l’Agence haïtienne de presse (Ahp). Le budget prévu actuellement pour la réalisation des élections s’élève à environ 66 millions de dollars américains. Thomas Adams s’est déclaré toutefois convaincu que les élections auront lieu, coûte que coûte, cette année, et a rappelé que son pays contribue financièrement à la réussite du processus. Un retard de plus d’une dizaine de jours a été pris sur la publication, le 19 mai, de la liste des candidats agréés pour prendre part aux législatives fixées au 9 aout prochain. Le traitement des contestations a pris plus de temps que prévu et environ 500 des plus de 2000 candidatures aux législatives ont été rejetées pour non-conformité aux critères contenus dans le décret électoral. Les dossiers de candidatures à la présidentielle du 25 octobre sont au nombre de 71, suivant un dernier relevé. La publication de la liste définitive des candidats présidentiels est attendue pour le 30 mai. Plusieurs anciens fonctionnaires publics n’ayant pas la décharge de leur gestion se sont empressés de s’inscrire, alors que ce document est exigé par le décret électoral.
  6. 6. 6 | N0 4 LUNDI 22 MAI 2015 ACTUALITÉ L e gouvernement de la Répub- lique, via son porte-parole, le ministre de la communication, Rotchild François Junior, a salué le déroulement du processus électoral qui a vu un déferlement de candidats à la plus haute fonction de l’État. Le ministre qui intervenait à la conférence de presse hebdomadaire de la Primature vendredi, a aussi fait le point sur les violences enregistrées dans certaines zones lors de la pub- lication de la liste des postulants aux législatives par le CEP qui a mis envi- ron 500 candidats hors de la course. « Le gouvernement condamne avec véhémence les violences enreg- istrées dans certaines zones du pays, notamment à Petit Goave et Cayes-Jacmel », a lancé Rotchild François Junior qui demande à ce que « l’action publique soit mise en mouvement contre les auteurs de ces actes de vandal- isme », avant de préciser que « la violence électorale est contre le jeu démocratique ». En ce sens, dit-il, le gouvernement souhaite que le processus élector- al se déroule dans la plus grande transparence possible et dans le respect du décret électoral. Le porte-parole du gouvernement Tèt Kale croit important que tous les citoyens jouent leur participation pour la pleine réussite du proces- sus électoral en Haïti. Alors que la machine électorale semble prendre sa vitesse de croisière, certaines personnes avisées de la société civile se mon- trent encore pessimistes quant à la tenue de ces joutes dans les dates mentionnées par le calen- drier électoral. Un doute qui semble prendre de jour en jour plus de sens, tenant compte des enjeux qui entourent le processus et qui risquent égale- ment de l’hypothéquer. Budget, sécurité, le problème de décharge sont autant de questions aux- quelles le gouvernement doit s’adresser. À deux mois et quelques jours du déroulement du premier tour des législatives, ni le CEP, ni l’exécutif ne sont en mesure de fournir le budget définitif de ces élections. A cette préoccupation, Rotchild François se veut rassurant en informant que « le CEP est en train de travailler sur ce dossier », selon des informations recueillies, dit-il, auprès de son collègue Jean Fritz Jean Louis qui fait l’interface entre le CEP et le gouvernement. En plus des 38 millions de dollars américains placés dans le fond fiduciaire qui est géré par le Pro- gramme des nations unies pour le développement (PNUD), Rot- child François Junior dit, « que le gouvernement est en pourparlers avec les partenaires internation- aux qui ont fait des promesses dans le cadre du financement des élections pour pouvoir compléter cette somme déjà déposé dans ledit fonds ». Pour l’instant, per- sonne ne sait quand est ce que ces bailleurs vont débloquer les fonds promis. Hormis la question de budget, la sécurité demeure aussi un gros défi, surtout après le désengage- ment de la Mission des Nations unies pour la stabilisation d’Haïti (Minustha) dans six départements, dont certains sont réputés, « zone rouge ». Dans cette perspective, le ministre de la Communication qui parlait au nom du gouverne- ment informe « que des échanges sont déjà entamés avec les respon- sables de la Minustha pour voir ce qui est possible ». Entre-temps, dit-il, « des dispositions sont en train d’être prise au niveau de la Police nationale d’Haïti à ce sujet ».En ce qui concerne la question de « décharge », le porte- parole précise que la position du gouvernement n’a pas changé, en dépit du nombre important d’anciens comptables des deniers publics désireux de participer aux élections, « le gouvernement n’est pas l’institution chargée de gérer la question de décharge », a-t-il calmement ajouté. À ce sujet, il convient de souligner que ce dossier (décharge), selon une source proche de la Prima- ture, brûle entre le président de la République et le Premier min- istre Evans Paul. La démission de M. Paul aurait même été exigée après que ce dernier eut refusé de signer un décret visant à accorder décharge aux anciens comptables de deniers publics. Un dossier à suivre. Le gouvernement salue le déroulement du processus électoralpar Noclès Débréus HAÏTI/ÉLECTIONS Rotchild François Junior , ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.
  7. 7. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 7 L ’Association haïtienne des entreprises de construction (AHEC) a organisé, du 19 au 22 mai 2015, un séminaire de formation à l’intention des professionnels travaillant comme opérateurs d’engins lourds au local de la compagnie de construction Vorbe et Fils, à Carrefour Shada (Croix-des- Missions). Contribuer à une meilleure préparation des professionnels, structurer le domaine de la construction, font partie des objectifs poursuivis par les responsables de la « AHEC ». Plusieurs dizaines de jeunes, des deux sexes (40), ont pris part à ce séminaire qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la performance des professionnels, notamment les ingénieurs, opérateurs et contrôleurs. Se réjouissant de la mise en œuvre de ce programme de formation, le PDG de l’« AHEC », M. Hervé Le Rouge, a expliqué que « depuis sept ans, il s’évertue à réaliser cette formation afin de venir à bout de certains problèmes existant dans le secteur des entreprises de construction ». Aujourd’hui, dit-il, souriant, « notre objectif d’améliorer la performance des professionnels haïtiens n’est plus un rêve. Ces derniers vont tirer aussi satisfaction de leur travail », s’est réjoui le patron de la « AHEC ». Dans la même veine, Chantale Rabel, coordonnatrice technique du programme, a indiqué que « ce volet revêt une grande capitale, compte tenu du rôle que remplit un équipement en bon état ». « Lorsqu’on travaille avec un matériel défectueux, c’est comme si on n’en avait pas », soutient- elle. Elle appelle à un service d’entretien au quotidien des équipements. C’est dans cette optique que « nous sommes en train de familiariser les techniciens avec tout ce qui a rapport avec la maintenance, notamment les méthodes de graissage (les huiles) ». Selon la coordonnatrice, ce séminaire de formation se réalisera également au profit des cadres intermédiaires tels que les responsables de chantiers, les contremaîtres et les chefs d’équipe. Car, soutient- elle, cette initiative participe de la structuration du secteur suite à une prise de conscience de la situation. Aussi, appelle-t-elle au sens de responsabilité des employés qui pensent n’être pas redevables à leurs employeurs en ce qui concerne la gestion des équipements. En Haïti, les demandeurs d’emplois sont toujours en quête du travail. Les postes sont souvent confiés à des étrangers en raison d’une carence de cadres. Ainsi, la « AHEC » s’engage à remédier à ce problème en colmatant les brèches et en améliorant la performance des techniciens œuvrant dans le secteur. Procédés d’évaluation Pour évaluer ces séances de formation, la coordonnatrice informe qu’elle organisera des activités interactives axées sur des échanges. Cette démarche lui permettra de voir illico si les notions ont été bien assimilées par les ingénieurs. Dùn autre coté, une méthodologie imagée (visuelle) sera utilisée pour évaluer les opérateurs des engins lourds, des contremaîtres, qui n’ont qu’une connaissance pratique accumulée sur le tas dans le domaine. De son côté, Jeff Léandre, un technicien en engin lourd a salué la réalisation de cette activité qui, dit-il, s’apparente à une sorte de « mise à niveau » dans l’exercice de sa profession. Vu la modernisation des matériels, il s’avère nécessaire de se mettre au diapason afin de ne pas être en déphasage en ce qui ce a trait à leur manipulation, a-t-il dit. Comment comprendre, poursuit- il, qu’un de mes camarades quipratique la mécanique depuis quarante-deux ans, alors que c’est la première fois de sa vie qu’il participe à un séminaire de formation relative à son champ de compétence. En confiant un équipement qui fait son apparition en 2013 à ces techniciens, à quoi devra-t-on s’attendre ? s’interroge M. Léandre qui exhorte les autorités haïtiennes à s’engager dans des initiatives similaires en vue de contribuer à la création d’emplois pour le bien-être de la population. Aussi, souhaite-t-il la continuité de ce programme qu’il aimerait voir se réaliser chaque semestre. HAÏTI/AHEC ACTUALITÉ À la recherche de la performancePar Reynold Aris
  8. 8. 8 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 MONDE Le pape est-il diplomate et / ou provocateur ?par Jean-Louis DE LA VAISSIERE | sources : AFP L e pape est-il un diplomate ? Si tout le monde s’accorde pour reconnaître une nou- velle vigueur à la diplomatie du Vatican, le pape François a aussi obtenu ce résultat en multipliant phrases et gestes volontairement ou involontairement provocateurs. Ce sens de la formule, François l’a démontré dernièrement quand, offrant à Mahmoud Abbas une médaille représentant un ange, il lui a lancé: « vous êtes un peu un ange de la paix »: une phrase qui a irrité Israël mais qui est une manière habile de prendre le pré- sident palestinien à ses propres promesses. « Ange » dans le langage bib- lique veut dire « messager », et le Vatican a tenu à souligner que la formule n’était pas un éloge naïf du président Abbas, mais un encouragement. Jorge Bergo- glio avait qualifié il y a un an M. Abbas et son homologue Shimon Peres d’”hommes de paix”. François avait « commis » un autre geste fort peu diploma- tique, en priant en mai 2014, le front appuyé contre le mur de séparation entre les territoires palestiniens et Israël. Un langage de vérité historique Autre phrase provocatrice dont il aurait pu s’abstenir, mais qu’il a tenu à prononcer au nom de la vérité historique, qui seule, selon lui, peut amener une vraie réconciliation entre les peuples: le massacre des Arméniens en Le Pape François salue la foule sur la place Saint-Pierre la foule sur la place Saint-Pierre, le 20 mai 2015 au Vatican. Photo AFP/AFP/Archives 1915/16 « est largement considéré comme le premier génocide du XXe siècle ». Le pape citait alors, à l’occasion d’une messe à Saint- Pierre, un document signé en 2001 par Jean Paul II. La Turquie avait aussitôt rappelé son ambassadeur. Dans la crise syrienne, François avait en revanche en septembre 2013 réagi davantage en chef reli- gieux qu’en homme politique. Il avait alors appelé dans une lettre au G20 les dirigeants du monde à empêcher les frappes contre le régime de Bachar al-Assad, et les fidèles à une grande journée de prière et de jeûne. Des frappes étaient alors envisa- gées par les Etats-Unis et la France contre le régime syrien accusé d’avoir employé des armes chi- miques contre sa population civile. Certains estiment qu’une interven- tion à ce stade de la guerre aurait empêché l’escalade actuelle et la montée en puissance du groupe Etat islamique. En Ukraine, en dénonçant une « guerre entre chrétiens », le pape a semblé sur- tout préoccupé par le fait que des chrétiens --catholiques d’Orient et orthodoxes-- contredisent le credo chrétien en se battant. Mais il lui est aussi reproché de n’avoir pas mis en cause la politique russe en Ukraine. D’autres propos ont été jugés insul- tants par des Etats, la diplomatie du Saint-Siège s’efforçant ensuite d’apaiser les choses, comme quand il a parlé du trafic de drogue en Amérique Latine. « J’espère qu’on pourra éviter à temps la mexicanisation (de l’Argentine). J’en ai parlé avec des évêques mexicains et c’est une réalité terrifiante », avait-il lancé dans une conversation privée. Le Mexique s’est senti insulté. « Je suis convaincu que tous ces gestes et ces paroles du pape sont calculées, voulues et non pas improvisées. Il utilise volontaire- ment les différents registres --lan- gage officiel ou jargon populaire » pour faire passer un message pour faire bouger les lignes, relève le vaticaniste Marco Politi, interrogé par l’AFP. François cherche souvent à dénon- cer les systèmes et les personnes --sociétés exportatrices d’armes, trafiquants, hommes politiques- -qui sont à l’origine des conflits et de l’exploitation, avec des expres- sions énigmatiques destinées à frapper et à interroger les esprits: ainsi a-t-il fustigé lundi devant des religieuses du Proche-Orient le fait que des chrétiens soient victimes de “la persécution en gants blancs, et du terrorisme blanc, et même du terrorisme en gants blancs”. « C’est caché mais ça existe », s’est- il exclamé, faisant référence aux décisions et aux politiques menées notamment par des Etats non désignés nommément. En novem- bre, il avait déjà expliqué que des responsables à travers le monde « chassent les chrétiens avec des gants blancs », sans recourir à la violence mais à coups de tracas- series administratives. Le grand « sans faute » diplomatique du pape François est la réconcilia- tion entre Cuba et les Etats-Unis, mais ce résultat a été obtenu par un travail de trente ans sous deux pontificats. Pérou: état d'urgence dans une province en raison de manifestations Sources : AFP L e gouvernement péruvien a déclaré vendredi l’état d’urgence dans la province d’Islay, dans le sud du Pérou, où un projet minier suscite depuis deux mois des manifestations au cours desquelles quatre personnes sont mortes. « Le gouvernement a pris la déci- sion de décréter l’état d’urgence dans tous les districts de la prov- ince d’Islay et de Mollendo (sa capitale, ndlr) pour une durée de 60 jours », a annoncé le Premier ministre péruvien Pedro Cate- riano au cours d’une conférence de presse à Lima. L’état d’urgence entre en vigueur ce samedi et ce sont les forces armées qui seront chargées de maintenir l’ordre public, a précisé M. Cateriano. Cette décision suspend des lib- ertés personnelles telles que l’inviolabilité du domicile, la lib- erté de circulation et la liberté de réunion, a-t-il souligné. Un manifestant est mort ven- dredi lors d’un nouvel affronte- ment entre manifestants et pro- testataires, selon des sources médicales. Il s’agit du quatrième Heurts à Arequipa le 14 mai 2015 entre forces de l’ordre et manifestants protestant contre un projet manier à Islay. Photo AFP/AFP/Archives décès enregistré depuis le début il y a deux mois des manifesta- tions contre le projet minier de Tia Maria. Ce projet de mine de cuivre, d’un montant estimé à 1,4 mil- liard de dollars, est mené par la firme Southern Peru, filiale de la compagnie mexicaine Southern Copper. La population de la région rejette le projet, estimant qu’il nuira à l’agriculture et à l’environnement. Elle observe une grève générale depuis le 23 mars et les manifesta- tions se sont multipliées.
  9. 9. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 9 MONDE L e Des emails de l’ex-secrétaire d’Etat Hillary Clinton, publiés vendredi par le département d’Etat, lèvent un coin de voile sur un attentat anti-américain en Libye en 2012 qui avait provoqué une polémique aux Etats-Unis visant la candidate démocrate à la présidentielle de 2016. L’ensemble des courriers électro- niques de Mme Clinton, du temps où elle pilotait la diplomatie américaine (janvier 2009-février 2013), alimentent depuis des semaines une autre controverse ciblant la possible future première femme présidente des Etats-Unis. Ces emails ont en effet été rédigés à partir d’une messagerie et d’un serveur privés et non d’un compte gouvernemental, comme c’est la règle. Vendredi, le département d’Etat a publié 296 emails (350 pages) officiels de son ancienne patronne, sur un total de quelque 30.000 messages (55.000 pages) professionnels. Les emails dits personnels ont été effacés. L’intéressée, en campagne dans le New Hamphire, s’est déclarée « heureuse que les emails commencent à sortir ». « Je veux que les gens les voient tous », a affirmé Mme Clinton. La justice américaine avait ordonné en début de semaine au ministère des Affaires étrangères de lancer immédiatement la publication de la masse de messages, au fur et à mesure et non en une seule fois, comme il l’avait prévu à partir de janvier 2016. Sur cette quantité énorme d’emails, des centaines concernent la situation sécuritaire en Libye entre 2011 et 2012, et notamment l’attaque armée du 11 septembre 2012 contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi (est) qui avait coûté la vie à l’ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres agents américains. Un attentat qui a traumatisé la diplomatie américaine « Ces documents s’étendent sur une période de deux ans, du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2012 et concernent la sécurité et les attaques contre la mission de Benghazi, ainsi que la présence diplomatique des Etats-Unis en Libye », a expliqué la porte-parole du département d’Etat Marie Harf. Le New York Times s’était déjà procuré et avait publié jeudi les quelque 350 pages d’emails sur la Libye et Benghazi. L’affaire’ Benghazi Ce qui était devenu au fil des semaines fin 2012 dans la presse américaine « l’affaire » ou le « scandale » Benghazi a opposé le gouvernement démocrate et le Congrès républicain, avec son lot d’auditions, d’enquêtes et de rap- ports. Ces emails étaient déjà entre les mains d’une commission mise sur pied par la majorité républicaine du Congrès et chargée d’enquêter sur l’attentat et la gestion qui en a été faite par l’administration du président Barack Obama. La controverse politique avait commencé à propos de la responsabilité de l’attaque, le gouvernement américain l’ayant dans un premier temps attribuée à une manifestation « spontanée » de musulmans en colère à Benghazi, avant de reconnaître qu’il s’agissait d’un attentat « terroriste » islamiste. « Les emails que nous avons publiés aujourd’hui ne modifient pas l’essentiel des faits ou notre analyse des évènements avant, pendant et après l’attaque » du 11 septembre 2012, a défendu Mme Harf. Les messages, difficiles d’accès vendredi sur le site du département d’Etat mais qui sont les mêmes que ceux obtenus par le New York Times, se concentrent sur des mémos transmis à Mme Clinton par un ami et homme d’affaires, Sidney Blumenthal, devenu conseiller informel sur la Libye. Au lendemain de l’attaque du 11 septembre 2012, M. Blumenthal avait envoyé un mémo affirmant qu’elle avait été perpétrée par des « manifestants » furieux d’une vidéo produite aux Etats- Unis qu’ils jugeaient insultante à l’égard de l’islam. Le lendemain, M. Blumenthal avait changé de version, accusant dans un autre mémo le groupe libyen islamiste Ansar Asharia, lié à Al-Qaïda. Ces hésitations et différentes versions de l’administration américaine en septembre 2012 avaient alimenté la polémique sur ce que savait éventuellement la Maison Blanche ou ce qu’elle aurait tenté de dissimuler à propos de l’attaque. « Les Américains peuvent maintenant constater eux-mêmes qu’il n’y aucune preuve à l’appui de théories du complot », a défendu l’élu démocrate Adam Schiff, qui a demandé, comme ses pairs républicains, que Mme Clinton soit auditionnée par la commission Benghazi. Des emails de Clinton lèvent le voile sur un attentat anti-américain en Libye en 2012 Sources : AFP
  10. 10. 10 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 ÉCONOMIE CONSOMMATIONETSTANDARDSINTERNATIONAUX RECONSTRUCTIONDESTPTC La Journée mondiale de la métrologie a été célébrée, ce 20 mai, par le ministère du Commerce et de l’Industrie en vue de sensibiliser les consommateurs à l’importance de la métrologie dans les activités commerciales. « Mesures et Lumière » est le thème retenu sur le plan mondial pour cette célébration, mais en Haïti, elle a été célébrée autour du thème national : « La métrologie pour une meilleure qualité de vie ». 33 normes pour une infrastructure de qualité Sources : MCI Un chantier en nette progression L a métrologie est l’un des piliers de l’infrastructure de qualité, qui cadre bien avec « l’évolution du ministère du Commerceetdel’Industrieetsonplan stratégique triennal qui vise à faciliter l’éclosion et le développement des entreprises capables de générer de manièrecontinuedesemploisdécents et durables » dans le pays. Le ministre duCommerceetdel’Industrieindique que constituent une donnée majeure et incontournable dans les échanges commerciaux à l’échelle mondiale. « L’incapacité de satisfaire aux exigences du marché et le fait de manquer d’éléments démontrant la conformité à ces exigences réduisent la capacité des pays qui ne disposent pas d’une infra- structure de qualité reconnue au niveau international à pouvoir exporter », a fait savoir le min- istre Jude Hervey Day, ajoutant que c’est dans le cadre du ren- forcement de l’infrastructure de qualité nationale que le ministère a inauguré, en décembre 2012, le Bureau haïtien de normalisa- tion et le laboratoire nationale de métrologie. « Ce sont deux struc- tures importantes qui constituent le fondement de cette infrastruc- ture », a-t-il rappelé. Un secteur que le ministère du Commerce et de l’Industrie semble soutenir beaucoup. « Des équipements ont été acquis et des travaux d’extension du laboratoire de métrologie sont en cours pour lui permettre de répondre aux demandes de service de la part des usagers », a indiqué le titulaire du MCI, rappelant que, dans le but de renforcer et de consolider cette infrastructure, des comités techniques ont été mis en place et ont travaillé récemment à l’adoption de 33 normes régionales et internationales. Pour sa part, la directrice du Bureau national de normalisation souhaite mettre en exergue, à travers cette commémoration, l’importance des instruments de mesure qui doivent permettre de déterminer avec exactitude les quantités évaluées dans un secteur quelconque, que ce soit dans les marchés, les stations d’essence, les hôpitaux, les laboratoires d’essai et les industries. « Il est donc essentiel de se rassurer que les appareils de pesage, les compteurs et autres instruments de mesure utilisés dans le pays sont conformes aux standards internationaux et rassurent le consommateur », a indiqué Mme Michèle B. Paultre. La directrice du BHN a précisé que les actions de sensibilisation et les formations dans les domaines de la métrologie doivent être favorisées pour que les entités concernées soient en mesure de fournir à l’échelle nationale des prestations de service compétentes pour l’étalonnage et la vérification des instruments de mesure, de contrôle et d’essai. Rappelons que cette célébration a été organisée par la direction du contrôle, de la qualité et de la protection du consommateur – direction du BNH – qui rappelle que la métrologie légale est un outil pour la protection des consommateurs, la loyauté des échanges commerciaux et pour garantir les intérêts économiques. La métrologie légale représente, en fait, l’intervention de l’État pour garantir la qualité des instruments de mesure ou des opérations de mesurage touchant l’intérêt public. « L’échéance de la fin du mois d’octobre 2015 pour l’achèvement des travaux de reconstruction du Ministère des travaux publics, transports et communications (MTPTC) sera respectée », a pronostiqué l’ingénieur Alain Pamphile, conseiller en infrastructures au Bureau de l’ordonnateur national. La construction de ce bâtiment de 1,270m2 à Delmas 33, financée par l’Union européenne (UE) à hauteur de 4.6 millions d’euros, avait démarré le 14 juillet 2014 avec trois mois de retard. Après les phases de terrassement, de fouilles et de bétonnage des fondations, la structure métallique complète est en nette progression, a-t-on appris d’une source proche du Bureau de l’ordonnateur national. L’ingénieur Vicenzo Candido, coordonnateur d’une équipe de techniciens Italiens à pied d’œuvre sur ce chantier depuis plus d’un mois, devrait procéder prochainement au tôlage, au ferraillage et au bétonnage graduel de cette structure. Une évaluation de l’état d’avancement des travaux avait été effectuée mardi dernier par Charles Jean-Jacques, l’Ordonnateur National du Fonds Européen de Développement (FED) en Haïti. Visite d’évaluation du chantier de reconstruction des TPTC par l’Ordonnateur National du Fonds Européen de Développement (FED) en Haïti, Charles Jean- Jacques. / Photo FED Le ministère du Commerce et de l’Industrie veut sensibiliser les consommateurs à l’importance de la métrologie dans les activités commerciales . / Photo MCI
  11. 11. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 11 Les vingt-cinq pays passés en revue, tous en développement accéléré à l’image de la Chine, du Vietnam, du Mexique ou de l’Indonésie, mobilisent désormais 60 % des dépenses mondiales d’exploration de nouveaux filons de minerais. Il y a dix ans, ils n’en totalisaient que 40 %. Dans cette quête de nouveaux gisements, l’Amérique latine (25 % des dépenses mondiales d’exploration) et l’Afrique (17 %) se taillent la part du lion. Pas étonnant que les fusions- acquisitions d’entreprises minières se multiplient sur ces deux continents. En Afrique, elles ont été surtout le fait des entreprises publiques chinoises qui ont ciblé la République démocratique du Congo, la Sierra Leone, la Namibie et l’Afrique du Sud. Aux yeux des investisseurs, un des atouts des pays émergents est qu’ils détiennent un quasi- monopole sur plusieurs types de minerais, notamment dans le domaine des platinoïdes, de l’étain, du niobium ou des « terres rares ». Leur autre atout est le faible niveau de leurs salaires... ÉCONOMIE L'eldorado minier des pays émergents Par Alain Faujas Les salaires des pays du Sud rattrapent ceux du NordPar Matthieu Hoffstetter / bilan.ch MATIÈRESPREMIÈRESINDUSTRIELLES ÉCONOMIESDÉVELOPPÉESETPAYSÉMERGENTS La corruption y est solidement installée, leur nationalisme demeure vivace et leurs infrastructures déficientes. Pourtant, c’est dans les pays émergents que le secteur minier est appelé à se développer le plus vite au cours des prochaines années, si l’on en croit l’étude publiées le 12 décembre par le cabinet Ernst & Young sur « les mines dans les économies en croissance rapide ». Et si miser sur les salaires bas des pays en développement n’était qu’un calcul de court terme? Une étude estime que les écarts de rémunérations entre les pays en développement et développés va se réduire significativement d’ici 2030. E st-il toujours rentable de délo- caliser des pays du Nord vers les pays émergents si la raison principale du choix réside dans les bas salaires? Pas si sûr à en croire une récente étude du cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers (PWC). Selon celle-ci, les écarts de salaires entre économies développées et économies en développement devraient sensiblement diminuer d’ici 2030. Pas de rattrapage intégral à attendre, mais le différentiel pourrait être sensiblement revu à la baisse dans les deux décennies à venir. La Chine voit déjà ses salaires décoller Le mouvement est déjà engagé avec des rémunérations qui ont augmenté de 181% entre 2004 et 2012 en Chine. Dans le seul secteur textile, la hausse s’accélère même avec +25% en 2012 et sans doute +20% en 2013. Certes, le rattrapage sera progressif et différencié selon le pays concerné. Ainsi, les salaires en Inde et aux Philippines devraient rester parmi les plus faibles au monde. Mais les rémunérations moyennes pourraient néanmoins quadrupler d’ici 2030 dans le sous-continent (de 132 dollars en 2011 à 616 dollars en 2030) et tripler dans l’archipel (de 169 dollars à 581 dollars). Le différentiel sera réduit Or, en Europe ou aux Etats-Unis, la hausse sera largement moins importante sur la même période: de 3821 dollars à 5022$ en France, de 3482$ à 4574$ aux États-Unis, de 3466$ à 4911$ en Allemagne ou encore de 3433$ à 4665$ au Royaume-Uni. Une croissance comprise entre +25 et +35% pour la plupart des pays développés. Logiquement, ces évolutions comparées conduisent à une réduction du différentiel entre les salaires réels (tous coûts salariaux cumulés) entre pays en développement et pays développés. Ainsi, le rapport entre le salaire réel moyen indien et ses équivalents français et allemand devrait passer de 28 et 26 respectivement en 2011 à 8 en 2030. Entre États-Unis et Mexique, le rapport pourrait passer de 7 à 4. Les premières relocalisations De fait, le ralentissement du mouvement de délocalisations pourrait se poursuivre. Les directions d’entreprises pourraient être moins enclines à fermer leurs sites de production ici pour relocaliser dans les pays où le coût de la main-d’œuvre reste plus bas. Mais pas question d’enterrer les délocalisations pour autant. Déjà car cette tendance de rattrapage des niveaux de salaires sera progressive. Ensuite, le différentiel, même en 2030, pourrait rester suffisant pour que certaines sociétés fassent le choix d’une délocalisation de la production ou de certains services en Chine, au Pakistan ou au Brésil. Mais surtout, de nouvelles stratégies de délocalisations pourraient émerger. C’est ainsi que H&M a récemment investi en Ethiopie au détriment e ses sitess de production textile en Chine. Les coûts de l’énergie et du transport Main-d’œuvre moins chère que dans les pays où l’évolution est rapide, proximité plus grande avec les marchés principaux (Europe et États-Unis), d’autres avantages peuvent être trouvés. En rapprochant les sites de production des débouchés, les entreprises pourraient ainsi mieux maîtriser la chaîne d’approvisionnement et voir leurs coûts de transport réduits. Pas forcément un mauvais calcul à l’heure où les coûts de l’énergie augmentent parfois aussi vite que les coûts de la main-d’œuvre. Car la hausse des salaires est fortement liée à la croissance du PIB. Les écarts de salaires entre économies développées et économies en développement devraient sensiblement diminuer d’ici 2030. / Photo bilan.ch
  12. 12. 12 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 ÉCONOMIE COMMERCEETINDUSTRIE Dans le cadre du projet de modernisation et de dynamisation des associations de défense des consommateurs et dans la perspective de restructuration, un plan de formation continue a été élaboré par la Direction du contrôle de la qualité et de la protection des consommateurs du ministère du Commerce et de l’Industrie en vue de renforcer les capacités des membres des associations en matière de gouvernance ou de pilotage. Renforcer les capacités des associations des consommateurs Source : Ministère du Commerce et de l’Industrie P lus de 75 membres d’associa- tions de défense de consom- mateurs ont participé dans le Nord et le Nord-Est à un séminaire sur le thème « Leadership des organisations », qui jouit d’une grande pertinence car la gestion effi- cace d’une association requiert, selon le formateur, la présence d’un leader efficace et dynamique qui sait porter le projet de l’association en accep- tant de prendre des responsabilités vis-à-vis des adhérents et de la com- munauté. Ce séminaire vise également à renforcer les capacités des associations de défense de consommateurs en matière de leadership , à développer de bonnes relations au sein des équipes de travail, à orienter les décisions prises qui garantissent le bon fonctionnement des associations et à développer une bonne collaboration entre le ministère du Commerce et de l’Industrie et les fédérations d’associations de consommateurs du Nord et du Nord-Est. « Nous espérons à travers cette formation que les membres acquerront des principes de leadership qui s’imposent aux différentes activités des associations de défense des consommateurs en vue de mener des actions institutionnalisées et de prendre des décisions fondées sur un style de leadership qui leur permet de travailler avec les membres des associations et la communauté sur une base d’échange et de participation effective », ont indiqué les responsables de la Direction du contrôle de la qualité et de la protection des consommateurs (DCQPC) du ministère du Commerce et de l’Industrie. Les responsables de la DCQPC disent être convaincus qu’après cette séance de formation, le mou- vement consumériste va bénéfi- cier d’un leadership efficace, dynamique. « Les organisations de défense des consommateurs vont pouvoir répondre pleinement de leur mission, celle de défendre les intérêts des consommateurs haïtiens de manière que ces derni- ers puissent devenir des acteurs essentiels dans la recherche de la qualité et contribuer grande- ment à la croissance économique et au développement de notre pays », ont-ils indiqué, rappel- ant que ces activités ont pour but également de partager des recommandations pratiques et de promouvoir des gestes essentiels de prévention pour des aliments plus sûrs et pour inciter la popula- tion à changer de comportement à l’achat ou la vente. Financé par le Programme d’appui à la mise en œuvre du marché et de l’économie unique de la Caraïbe (CMSE), ce séminaire va, selon les organisateurs, permettre de partager des recommandations pratiques et de promouvoir des gestes essentiels de prévention pour des aliments plus sûrs et pour inciter la population à changer de comportement à l’achat ou la vente. Le ministère du Commerce et de l’Industrie veut sensibiliser les consommateurs à l’importance de la métrologie dans les activités commerciales. / Photo MCI
  13. 13. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 13 SOCIÉTÉ Q uels liens peut-il y avoir entre la dette et la psychanalyse ? Certains avancent que François Hollande aurait commis une bourde en parlant de dette en Guadeloupe, ce qui a réveillé les cohortes de ceux qui sont convaincus que la France est dans son tort et qu’elle doit restituer au pays cette somme qui a été versée par tranches pendant des décennies et dont le peuple haïtien, en particulier la paysannerie, a fait les frais.  Au-delà des manipulations politiques, de l’émotion suscitée par cette question, je pense qu’il est de bon droit d’être étonné par la décision prise par les dirigeants d’alors de payer cette somme à l’État français après que nous avions défait sur le terrain les troupes de Napoléon. Ce « nous » que j’utilise est tout à fait flou. Si les dernières batailles dites décisives ont été dirigées par des hommes qui avaient fait tout d’abord allégeance à l’État français, les chefs de la grande rébellion, comme Lamour Dérance et Petit Noel Prieur, avaient déjà réduit le corps expéditionnaire français, déjà mis à mal par la fièvre jaune, à sa plus simple expression. La perspective d’un retour des colons, et donc de la perte des privilèges dont ils jouissaient depuis la période de Toussaint Louverture, allait porter, par intérêt de classe, toute une classe d’hommes et de femmes - n’allant pas toutefois vers l’extrémisme démesuré de Jean Baptiste Lapointe - à s’allier finalement avec les troupes d’esclaves sur le terrain pour mettre en échec le projet révisionniste de Napoléon. Jean Jacques Dessalines, très tôt, comprendra les dessous de cette alliance et ses mots célèbres « Et ceux dont les pères sont en Afrique, qu’auront-Ils ? » auront les conséquences que l’on sait. Son assassinat un 17 octobre ne devient alors que la suite logique de l’assassinat des chefs auquel lui-même avait participé en éliminant Lamour Dérance. L’État haïtien n’a jamais été forcé d’honorer cette dette que l’État français réclamait. La France vaincue sur le terrain pouvait réclamer n’importe quoi. Ce n’était que dernière arrogance d’une puissance qui, de toute manière, ne pouvait plus prétendre à aucun droit sur ce pays. Les masses haïtiennes se seraient soulevées comme un seul homme pour faire échec à une improbable aventure des colons français nostalgiques de leur période faste à Saint-Domingue. Alors pourquoi nos dirigeants ont-ils payé ? Pour se trouver un appui face à la montée de la contestation dans toutes les campagnes ? Pour se protéger de la colère des masses rurales se rendant compte que les créoles n’avaient fait que reproduire le système sous une forme édulcorée et peut-être même plus violence par certains aspects ? La ségrégation était toujours là dans ladite première république noire et elle perdure encore de nos jours. Ont-ils payé aussi pour s’assurer la reconnaissance de leur père, le Blanc, leur seule référence, la mère noire ayant été refusée, rejetée, cette Afrique qu’on brandit seulement comme l’enfant en colère prêt à tout casser pour attirer l’attention du père aimé, mais méprisant ? Il n’y avait pas non plus trop de réticence à payer, car celui en fin de compte qui allait casquer était ce peuple noir qu’on méprisait. Notre histoire n’est-elle alors qu’une vaste suite de traîtrises, depuis l’épisode des Suisses, en passant par l’assassinat des chefs et celui de l’Empereur quelques années plus tard ? Si la France doit penser à s’acquitter de cette dette sous une forme à déterminer par des responsables éclairés des deux États, loin de l’agitation stérile des foules manipulées par des politiques en quête de pouvoir, cela ne doit pas nous faire oublier cette question essentielle et combien actuelle qui est celle de la trahison permanente de nos chefs. EXIT Dette et psychanalyse ou la trahison des chefs ! par Gary Victor À Port-au-Prince, s’habiller ne requiert pas un portefeuille bien garni. Il suffit de trou- ver la bonne marchande ou plutôt le bon habit, quand il le faut. Point n’est besoin d’affronter les regards hautains des employés des magasins de vêtements du haut de la ville. Ni de recourir aux services des tailleurs qui se font rares et qui, par la même occasion deviennent de plus en plus coûteux. « Je ne me souviens plus depuis quand j’ai été chez le tailleur. Ca fait tellement longtemps ! » Réponse singulière d’un jeune d’environ une vingtaine d’années à la question : « Quand vas-tu chez le tailleur ? » Les réponses des autres jeunes questionnés à ce sujet ne sont pas différentes. Certains y vont uniquement quand ils veulent se procurer une tenue qui coûtera sans doute plus chère dans un magasin de vêtements. D’autres avouent y aller quand ils veulent un habit fait sur mesure selon leurs désirs. Si les tailleurs peuvent espérer une cérémonie nuptiale ou des funérailles pour voir un client masculin, il n’en est pas de même pour les filles. Elles disparaissent considérablement de la clientèle des couturiers. L’une avoue n’aller chez le tailleur que pour confectionner son uniforme. Donc, une fois par an. Une autre, peut-être deux fois par année, « si je veux confectionner une jupe spéciale ». La majorité des jeunes interrogés déclare acheter leurs vêtements au centre-ville. C’est une solution pour pallier au manque de magasins de vêtements. Parce que ces magasins sont pour la plupart, logés à Pétion- ville et semblent destinés à une clientèle particulière. Le centre- ville demeure la seule option correspondant à leur pouvoir d’achat. Le centre-ville et les marchés environnants sont, selon ces jeunes, plus accessibles et moins coûteux. Cependant, malgré cette accessibilité, les marchandes de vêtements usagés communément appelés « pèpè » ont aussi leur importance. Suze (nom d’emprunt) témoigne : « J’achète mes vêtements chez les marchandes de pèpè » pour plusieurs raisons. C’est moins cher. Quand je veux avoir un vêtement que d’autres filles ne porteront pas, c’est le meilleur choix. Ces habits ne sont pas communs. Et j’ai toutes les chances de trouver des vêtements de marque ». Par ailleurs, les filles ne sont pas les seules à avoir cette addiction aux vêtements usagés. Les jeunes garçons fréquentent également ces marchandes que l’on retrouve un peu partout dans les rues de la capitale. Situation économique oblige. Les magasins de vêtement que l’on nomme « shop » ne semblent pas avoir de clientèle assidue chez les jeunes. Peu sont ceux qui y vont pour se procurer leur vêtement. Un faible pourcentage des jeunes interrogés va de temps en temps dans les magasins de vêtements. Parfois pour une urgence. D’autres fois, pour être sûr d’acheter des vêtements de qualité. Dans cette diversité qui ne se construit que sur une base économique, les couturiers sont oubliés. Quand l’on trouve facilement son habit pour pas cher, voir un couturier n’est plus obligatoire. Savoir quelle est l’alternative pour ces hommes ou ces femmes dans ce métier en péril chez nous, comprendre leur situation, évaluer les mécanismes qu’il faut mettre en place pour revaloriser cette profession, c’est un autre débat. L'art de se vêtir selon ses moyenspar Stéphanie Balmir Pour s’habiller en Haïti en 2015, il y a diverses options. Dépendamment de ses moyens économiques, le choix vestimentaire est différent. Chacun s’habille selon ses goûts mais surtout selon ses poches. Où s’habillent les jeunes ? Chez les marchandes ambulantes du centre- ville ? Le marché Hyppolite ? Les « pèpè » ? Autant de possibilités pour se vêtir. Mais quelle est la place des tailleurs dans cette diversité ? Quand s’adresse-t-on à eux ?
  14. 14. 14 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 SOCIÉTÉ E n Haïti, des milliers d’enfants ne possèdent pas d’actes de naissance ; ce qui est une violation flagrante du droit à l’identité.En février dernier, une enquête conjointe de Institut du Bien- être social et de Recherches l’IBESR et de la municipalité de Plaisance, avec le support technique du projet de protection des droits humains HPP AKSE, a permis de recenser pas moins de 700 enfants en dessous de 5 ans non pourvus d’actes de naissance, dans la seule Commune de Plaisance (Nord d’Haïti). Des milliers d’enfants ne sont pas enregistrés et/ou ne possèdent pas d’actes de naissance en Haïti. Ce problème a été soulevé à de nombreuses reprises par des responsables d’organisations communautaires à travers le pays. «Quand on a la chance d’avoir un acte de naissance en main, la plupart du temps il n’est pas enregistré aux archives nationales. Parfois, on doit débourser jusqu’à 10 mille gourdes pour avoir un document conforme », s’est lamentée une jeune femme dans la vingtaine participant à un atelier de travail sur le droit à l’identité à Plaisance. À côté des problèmes d’ordre structurels tels l’absence de registre et de formulaires de naissances au bureau de l’État civil, il faut également considérer l’accès difficile – dû à la distance - du bureau de l’État civil par rapport aux 8 sections communales ainsi que des frais illégaux réclamés certaines fois pour l’obtention des documents. « Un enfant ne détenant pas d’acte de naissance est dépourvu d’existence juridique. Ce qui compromet la protection de ses droits et, par ricochet, son avenir. Sans identité, Il se trouve dans une situation de vulnérabilité le rendant facilement exploitable », a expliqué Marjorie Bertrand conseillère principale en protection de l’enfant à HPP AKSE, lors d’un atelier de travail sur la protection de l’enfant et le droit à l’identité à Plaisance. Les communautés rurales sont les plus touchées Selon EMMUS V, pour huit enfants sur dix (soit 80 %), la naissance a été enregistrée à l’État civil. Toutefois, seulement 73 % du total, soit 7.3 sur dix, ont un acte de naissance. Plusieurs raisons tendent à expliquer cet état de fait, soit que le document n’a jamais été remis aux parents ou que ces derniers ne l’ont pas retiré, soit HAÏTISOCIÉTÉ/DROITÀL’IDENTIFICATION Plaisance se mobilise pour le droit à l'identité des enfants par Vantz Brutus et Edner Décime que par la suite il a été perdu et/ou est devenu non disponible. EMMUS V révèle également que le problème d’identification et d’enregistrement des enfants affecte davantage les communautés rurales et qu’il existe aussi d’importantes disparités au niveau départemental, les pourcentages d’enfants de moins de 5 ans enregistrés seraient autour de 70 % dans l’Artibonite et le Centre et de 86 % dans l’Aire Métropolitaine et le Sud. Conscient de l’ampleur du défi, le Président Martelly a pris un arrêté en date du 16 janvier 2015 accordant un délai de 5 ans à toute personne dépourvue d’acte de naissance, pour régulariser son état civil et ceci gratuitement. La communauté de Plaisance se mobilise pour profiter pleinement de cette disposition. Un projet pilote d’enregistrement des naissances tardives, s’étendant de février à juillet 2015, est mis sur pied et devra inspirer des interventions dans d’autres communes également affectées par ce problème. Dans la première phase, Maires, membres des Conseils d’administration des sections communales (CASECS) et bénévoles se sont associés aux clercs pour répertorier à travers la commune et les sections communales de Plaisance tous les enfants non-enregistrés à l’état civil. Dans la deuxième phase, une base de données sera constituée par la municipalité de Plaisance pour pouvoir guider des interventions futures. Dans la troisième phase, les autorités locales (la Mairie, les membres de Casec, Asec, les officiers d’État civil, les clercs, les acteurs de la société civile et le secteur religieux vont développer un mécanisme pour pouvoir suivre les naissances et délivrer les actes de naissance à temps. À la recherche de solutions durables Les représentants des organisa- tions communautaires réalisent des rencontres régulières avec les autorités locales à la recherche de solutions durables au problème d’état civil. Un plan d’action est en cours d’élaboration et parmi les mesures envisagées figurent : • Un système d’enregistrement dès la naissance dans les dispensaires et centres de santé de la commune ; • La mise en place d’un partenariat écoles-églises-dispensaire/centres de santé et le bureau de l’officier d’État civil de Plaisance. « Ce projet va apporter une réponse durable au problème de l’état civil à Plaisance. Non seulement nous allons régulariser la situation des centaines d’enfants qui n’ont pas d’actes de naissance mais aussi nous allons travailler avec tous les acteurs concernés de près ou de loin pour mettre en place un mécanisme pour que chaque enfant qui naisse ait automatiquement un acte de naissance », a affirmé le Maire, Anthony Josaphat.
  15. 15. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 15 SOCIÉTÉ Champ de Mars. / Photo J. J. Augustin D epuis le séisme du 12 jan- vier 2010, la zone qui a été la plus investie à la capitale est le Champ de Mars. Elle a été, dès le lendemain de la catastro- phe, envahie par une population aux abois, ne sachant, dans leur subite errance, où se mettre à couvert. Car les secousses se répétaient. Rester à l’intérieur d’une maison même non fissurée était un grand risque. En quelques jours, le Champ de Mars était devenu le camp de réfugiés le plus peuplé au bas de la ville. Avec ses tentes offertes par des organisations internationales humanitaires, l’espace avait drastiquement changé de configuration. Du havre de repos pour les piétons fatigués ou de la tribune publique de discussions enflammées de groupes politiques, le Champ de Mars avait comme perdu ses repères de relations sociales et historiques. La place Dessalines, la place Pétion, la place Christophe, le kiosque Occide Jeanty, tout l’ensemble urbain n’était qu’un vaste lieu de l’expérimentation psychologique, sociale et de santé des instances internationales. Les citoyens de la capitale qui tiraient une grande fierté en déambulant aux pieds des statues des héros de la patrie ne cachaient pas leur malaise à la vue de ces brusques transformations du Champ de Mars. À quelques pas du Palais national ravagé par le séisme, le lieu ressemblait à un « war zone ». On y craignait, surtout, l’extension des épidémies, les dégâts du sexe, la propagation de fièvres et du choléra. Après plus de deux ans dans cette intolérable situation de déchéance humaine, des instances nationales et internationales commençaient par relocaliser les réfugiés. De la légèreté démocratique ? Des plans de reconstruction, au bout de deux ans et demi, ont commencé par apparaître sur des affiches. Le ministère du Commerce et de l’Industrie, la Cour de cassation, la restauration de la place du Marron Inconnu redonnaient un peu d’espoir. Parallèlement, dans les espaces où les tentes ont été enlevées, des tôles rouges commençaient par obstruer une bonne partie du Champ de Mars. Certains affirmaient même que cela faisait l’affaire des commerçants de la place qui stockaient ce matériel en prévision des grands projets de constructions publiques et privées. D’autres argumentaient que c’était une stratégie politique pour démanteler les tribunes politiques populaires qui carburaient en ces lieux à plein rendement. Le Champ de Mars était devenu donc comme un camp de concentration où il était interdit de voir ce qui se faisait derrière les tôles rouges. Ces dernières avaient la vertu de cacher l’assainissement qui ne s’appliquaient pas sur les Places. La poussière, la précarité, des débris de construction jetés ici et là mettaient à rude épreuve le bronze des statues dont on pouvait voir les menaces de corrosion. Les urgences ne concernaient pas les statues qui pouvaient attendre pour leur restauration ! Le Champ d -Mars, aujourd’hui encore, est totalement encerclé de tôles rouges. On y ajoute des bleus pour jouer un peu au nationalisme cocardier ! La place Dessalines est coupée en deux parties dont l’une serait un agrandissement moderne du Musée du Panthéon national. L’amphithéâtre Occide Jeanty inauguré redonne un peu de couleur et d’harmonie festive dans cette partie du Champ de Mars. Certains critiquent les couleurs trop vives des murs qui jurent avec la blancheur du kiosque. Le soleil tape très fort sur les gradins ! Le ciné Triomphe, laisse- on croire, sera inauguré sous peu. L’immeuble a gagné en transparence à cause des baies vitrées qui ont remplacé des murs autrefois épais de la dictature. De la légèreté architecturale ? De la démocratie moderne dans les nouveaux immeubles ? Attendons voir ! À la place des Artistes, en face de l’ambassade de France qui sera reconstruite, les érections de tonnelles métalliques ne disent rien de leur future fonctionnalité. Les marchandes de poulets frits se frottent les mains. Mais quel sera le prix à payer pour les « installations modernes » ? Le Rex Théâtre est encore dans son indescriptible délabrement. Mais ses tôles rouges persistent sur sa reconstruction en espace et nombre de places. La place de la Constitution ? Pas un mot sur les tôles rouges. Un panneau de signalisation informe que la rue de la Liberté est fermée à la circulation dans la perspective de la réhabilitation du Champ de Mars. Une petite innovation à signaler et pas des moindres : Le Bureau d’ethnologie expose à son mur d’entrée depuis quelques mois des photos et artefacts de la culture populaire. Cette semaine, on y voit des photos de 1932 de Catherine Dunham et des danseurs très athlétiques de Jean René Delsoin. On peut y lire aussi la Constitution impériale de Jean Jacques Dessalines et une importante biographie du Père de la Patrie. CHAMPDEMARS/RÉHABILITATION Que cachent les tôles rouges ?par Pierre Clitandre Des transformations s’effectuent au Champ de Mars. Les citoyens n’en sont pas trop renseignés. Le ministère de la Culture n’en dit pas un mot. Seules les tôles rouges s’imposent en informations sommaires.
  16. 16. 16 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015
  17. 17. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 17 CULTURE Sa langue dans la bouche de l'autre par Jean Billy Mondesir Des Amérindiens sont venus nous voir au début du mois de mai. Oui, il existe encore des indiens en Amérique. On avait une tendance à l’oublier tant leurs voix sont étouffées et tant nous ne nous sommes préoccupés que de nous-mêmes. Il en reste encore en Amérique et ils luttent. Que longue sera cette lutte contre l’indifférence, l’arrogance et l’irrespect de l’autre. L’autre qui résiste encore à saluer leurs humanités, à respecter leurs cultures, leurs territoires. Ils sont venus ici, haut lieu de mémoire des indiens, nous parler de leurs nuits : les Nuits amérindiennes. C’étaient des nuits de belles lettres et de musique qui se sont tenues à Port-au-Prince du 6 au 10 mai dernier. C’étaient surtout des nuits rebelles dont nous retiendrons certainement cette voix qui nous aura appris que notre langue maternelle peut-être une arme contre l’exclusion. L a poétesse innue de pessamit Joséphine Bacon, coprésidente avec Yanick Lahens des Nuits amérindiennes en Haïti, une initiative des éditions Mémoire d’encrier, a compris jusqu’où une langue maternelle peut être ancrée en soi. Elle a compris combien peut- elle être un condensé de ce qu’on est. C’est pourquoi, elle n’entend jamais sortir sans la langue de son peuple. Elle s’adresse à vous d’abord en innu avant de traduire dans une langue plus mondialisée, le français. Elle sait que vous ne comprendrez peut-être pas l’innu. Mais elle veut quand même vous rappeler, qu’elle aussi, elle a une langue qui porte son histoire, la vie quotidienne de sa communauté. Elle veut que vous vous rendiez quand même compte de tout ce que vous avez raté en elle en ignorant sa langue. Elle traduit ensuite en français pour vous dire « je parle votre langue, ou une langue que vous parlez parce que je ne veux pas vous rater. Je ne veux pas rater le monde. » Et continue à offrir où elle passe l’exemple de cette possibilité de dialogue. Michèle Duvivier Pierre Louis et Yanick Lahens ont chacune tenté, lors de leurs prise de parole à l’ouverture cet événe- ment, quelques mots en innu. On ne comprend pas tout de suite ce petit courant qui par- court les traits de Joséphine et des autres innus. Mais quand la chanteuse Chloé Sainte-Marie nous a offert à son tour, dans son accent québécois, quelques mots créoles, le même frisson traversa toute la salle et enfin, le petit éclat de rire. Un petit mot de sa langue dans la bouche de l’autre, existe-t-il de geste d’amitié plus sublime? Suivons l’exemple de Joséphine. Offrons notre langue aux autres, le créole et prenons les leurs, l’anglais, l’innu, l’espagnol, l’allemand.... D epuis vingt cinq ans, le festival Étonnantsvoyageurschantela beauté et tisse des passerelles pour la transmission de l’imaginaire. Pour reprendre Claude Renoult, le maire de Saint-Malo, « depuis un quart de siècle ce festival littéraire et artistique est au cœur des débats qui agitent le monde et nous en fait découvrir les moindres recoins ». Pour cette édition, à travers tout un programme d’activités qui s’est tenu sur 26 lieux, les habitants de Saint- Malo et des visiteurs de tous les vents ont pu s’inventer une contre-allée à l’ordre rigoureux du réel. 30 pays étaient au rendez-vous, 30 visions du monde, 30 manières d’écrire le monde, son bruit et son silence. Haïti, qui a déjà reçu le festival, a été représentée par Yanick Lahens, Lyonel Trouillot, Mackendy Orcel, James Noel, Emmelie Prophète et Franketienne. Au menu des activités du festival, 100 films furent projetés ; 300 rencontres se sont tenues, on y a trouvé également des spectacles, des expositions, des ateliers jeunesse, des débats, des lectures et des cafés littéraires. L’affiche du festival : l’affirmation d’une position politique Pour cette édition 2015 du festival, c’est une magnifique photo de la dissidente birmane Aung San Suu Kyi qui en a constitué l’affiche. En faisant ce choix, les initiateurs du festival ont voulu rendre hommage à la pugnacité de cette grande dame, cette femme de courage qui a toujours dit « non » à l’injustice et à la corruption. Depuis vingt- cinq ans qu’elle est là, à dénoncer, à refuser que le silence l’emporte sur la justice, son travail commence à apporter des fruits ; elle a même obtenu le prix Nobel de la paix. En faisant d’elle l’image des « Étonnants voyageurs », la batterie d’artistes qui était rassemblée à cette occasion a souhaité dire au monde entier que faire de l’art, c’est toujours, comme l’aurait dit Balzac, « faire partie de l’opposition qui s’appelle la vie ». Être artiste, c’est toujours porter dans sa voix le malaise des choses. Les grands thèmes du festival cette année L’invention de la France, pour un espace monde en français, dans un monde en mouvement, un monde très noir, L’imaginaire de la science, L’aventure maritime, La maison de l’imaginaire, Le vaste monde étaient parmi les thèmes retenus cette année et sur lesquels se sont appuyés les différents dialogues qui ont été engagés. Franketienne a participé à un grand débat ayant pour thème « Peindre, écrire : l’imagination créatrice. Lyonel Trouillot a signé avec Geneviève Marie de Maupeou et Alain Sancerni un « Dictionnaire de la rature » et le recueil de poèmes « C’est avec mains qu’on fait chanson » (Le Temps des Cerises). Les « Étonnants voyageurs » ont fait une belle plongée dans l’imaginaire québécois en compagnie de Joséphine Bacon, Sophie Bienvenu, Nicolas Dickner, Christian Guay- Poliquin, Audrée Wilhelmy, Denise Bombardier et Natasha Kanapé- Fontaine. Beaucoup de jeunes auteurs francophones étaient présents sur les panels de cette édition du festival, parmi eux notamment Miguel Bonnefoy, le lauréat 2014 du Prix du jeune écrivain francophone. Un quart de siècle Dans la journée du 25 Mai, durant trois heures, pour la célébration des 25 ans, le public a été convié à un tour du monde rétrospectif des aventures d’Étonnants voyageurs à Port-au-Prince, Dublin, Rabat et bien sûr Saint-Malo. On y a fait également un retour sur « l’aventure du Manifeste pour une littérature-monde en français » signé en octobre 2007. Attendons maintenant l’année prochaine pour savoir où nous mèneront « Les Étonnants voyageurs ». Pour ses 25 ans, le Festival Étonnants Voyageurs est revenu à Saint-Malo par Dangelo Néard Du 23 au 25 mai 2015, deux cents auteurs du monde entier se sont réunis à Saint-Malo pour célébrer le livre et le cinéma. Deux cents « étonnants voyageurs » étaient sur les quais de la cité corsaire. Quelque 60 000 visiteurs étaient venus à leur rencontre. Dans le plaisir, dans la bonté et par le dialogue, à bien y regarder, c’est la vie qu’ils ont cherché à doubler, c’est le temps qu’ils ont suspendu, c’est la parole que ces messieurs et dames ont encensée. La poétesse Joséphine Bacon lisant l’un de ses poèmes pour un groupe d’élèves du collège Les Normaliens réunis.
  18. 18. Almondo était un passionné de son art. Ses conversations se limitaient presque à cela. Il parlait très peu de lui. Par conséquent, personne ou presque ne peut prétendre détenir des informations fiables pour écrire sa biographie. Ce dont on est certain, toutefois, c’est que sa carrière musicale s’est amorcée à la fin des années soixante. Il a roulé sa bosse un peu partout au sein de quelques groupes musicaux anonymes avant d’intégrer le Bossa Combo où il fut associé à Jean Jean-Pierre. À cette époque, le Bossa Combo était le seul groupe musical à disposer d’un véritable « ban dèyè » complet. Le jeune Keslin se fit tout de suite remarquer grâce à ses roulements et ponctuations d’une étonnante précision. Ce qui faisait de lui, dès l’entame de sa carrière, un percussionniste de haut niveau. Qu’il s’agisse de la batterie ou des timbales, Armando les maîtrisait avec une aisance déconcertante. Grand maître de la mesure et de la vélocité, son jeu sur la batterie était caractérisé par une frappe légère sur la cymbale couplée d’une certaine intensité sur la grosse caisse, faite d’équilibre et d’exactitude. Après son passage au sein du Bossa Combo, il change de registre. Tour à tour, il s’illustre chez le « Shooblak », « les Zotobre » pour enfin atterrir sur la piste du DP Express, avec lequel il imposa, pour de bon, son propre style. Avec l’arrivée de Ti Manno, son grand talent pour la composition et l’arrangement musicaux s’est révélé au grand jour. Il apporte sa propre touche à « David », l’un des plus grands classiques de la musique haïtienne. Plus tard, il expose sa versatilité en officiant comme batteur attitré pour le crooneur Ansy Dérose. Par la suite, il a brièvement collaboré avec Les Frères Déjean de Pétion-Ville avant de fonder « Omni Band », son propre groupe musical. Le morceau « Accolade bweson », qui figure sur le premier album de ce groupe, produit par Fred Paul, fait encore le bonheur des mélomanes exigeants des années quatre-vingt. Véritable requin des studios, Almando Keslin était, à une certaine époque, l’un des batteurs les plus sollicités du milieu. Fan inconditionnel de Ti Manno, il a dédié une bonne partie de sa vie à mener un combat sans arrêt pour la reconnaissance nationale de son idole. En effet, chaque année, au mois de mai précisément, Almondo faisait la tournée des stations de radio pour parler de Ti Manno et de son œuvre. Avec peu de moyens et généralement sans aucune aide, il organisait des concerts de musique un peu partout dans la capitale pour honorer la mémoire de cette légende négligée et oubliée par des générations d’hier et d’aujourd’hui… de demain aussi, qui sait ! Dans ces concerts, il invitait des jeunes à venir revisiter des morceaux chantés par Ti Manno, soit au sein du DP Express ou du Gemini All Stars. Almando a mené ce combat avec courage et passion. Il parcourait des dizaines de kilomètres à pied sans se lasser pour parler de Ti Manno. Fier et orgueilleux, il regardait de haut ceux qui ne comprenaient pas et ne le soutenaient pas dans son combat pour immortaliser le nom et le personnage de Ti Manno. «Avèk ou san yo, Pipo, m ap fè sa m gen pou m fè ya », répétait-il de sa voix éraillée et avec son rire franc. Son énergie pour son âge était contagieuse. Je ressens aujourd’hui beaucoup de fierté pour l’avoir connu et parce que j’ai eu la chance, l’honneur et le privilège de faire partie de ceux en qui il avait confiance et pour qui il avait du respect. Repose en paix, Almondo ! Puisses-tu enfin trouver dans l’au- delà cette sérénité que la vie sur terre n’a pas su t’offrir. Tu as mené le bon combat, mon frère, dans un pays ou l’amnésie collective tend à nous transformer en un peuple sans gloire, sans âme et sans histoire. Tu vouais une admiration sans borne à Ti Manno, parti en mai. L’histoire a voulu que le 22 mai tu fasses aussi ton adieu à la musique, à la terre, à Haïti. Triste mois de mai ! 18 | N0 4 LUNDI 25 MAI 2015 Almando Keslin : un percussionniste hors pair, parti sans tambour ni trompette !par Philippe Saint Louis CULTURE Le mois de mai, tout compte fait, est un mois maudit pour les artistes haïtiens. Après Nemours Jean-Baptiste, George Lys Hérard (Master Dji), Antoine Rossiny Jean Baptiste (Ti Manno) et Maurice Sixto, le décès d’Almando Keslin, survenu le vendredi 22 mai 2015, très tôt dans la matinée, est venu grossir la liste de ces figures emblématiques négligées de la culture haïtienne, parties vers l’au-delà au cours du cinquième mois de l’année. Almando Keslin participant à l’une des émissions « Le divan de M. Jean » .
  19. 19. LUNDI 25 MAI 2015 N0 4 | 19 CULTURE « Dheepan », film d’amour et de violencedeJacquesAudiard,sur le parcours en France de réfugiés sri-lankais, a reçu dimanche la Palme d’or du 68e Festival de Cannes, qui a mis les Français à l’honneur, récompensant aussi les acteurs Vin- cent Lindon et Emmanuelle Bercot. « Recevoir un prix de la part des frères Coen c’est quelque chose d’assez exceptionnel », a déclaré Jacques Audiard, 63 ans, très ému. « Je pense à mon père », le scénar- iste et dialoguiste Michel Audiard, a-t-il ajouté. La dernière Palme d’or française avait été décernée en 2013 à « La Vie d’Adèle » d’Abdellatif Kechiche. Jacques Audiard avait déjà été récompensé à plusieurs reprises à Cannes, par le Prix du scénario pour « Un Héros très discret » en 1996 et le Grand prix en 2009 pour « Un Prophète ». Autre récompense pour le cinéma français, l’acteur Vincent Lindon, 55 ans, a reçu le prix d’interprétation pour « La loi du marché » de Stéphane Brizé, film cinglant sur la brutalité du monde du travail, dans lequel il interprète un chômeur de longue durée qui se bat pour retrouver un emploi. La voix brisée par l’émotion, l’acteur, qui a été ovationné par la salle, a chaleureusement remercié le réalisateur et dédié son prix « aux citoyens laissés pour compte », estimant que ce prix était « un acte politique ». « C’est la première fois que je reçois un prix d’interprétation. C’est l’un des trois plus beaux jours de ma vie. » L’actrice Emmanuelle Bercot, 47 ans, a reçu de son côté le prix d’interprétation féminine pour « Mon roi » de Maïwenn, ex-aequo avec l’actrice américaine Rooney Mara dans « Carol » de l’Américain Todd Haynes, romance entre deux femmes dans les années 50 avec Cate Blanchett et Rooney Mara. « Maïwenn, tu as cru en moi comme personne avant, tu m’as regardée comme personne avant », a dit Emmanuelle Bercot, en longue robe noire. Ce prix récompense « l’audace, le sens aigu de la liberté » de Maïwenn, a encore déclaré l’actrice, qui inter- prète dans ce film une avocate qui se souvient de la passion destruc- trice qu’elle a vécue pendant dix ans avec Georgio (Vincent Cassel), un séducteur et beau parleur. Rooney Mara, qui n’était pas présente à la cérémonie, campe dans « Carol » le personnage d’une toute jeune vendeuse qui va se laisser séduire par une femme bourgeoise à la beauté fatale (Cate Blanchett). - Nemes, Lanthimos et Hou Hsiao- Hsien - Le Grand prix a été décerné par le jury présidé par les frères Coen à « Son of Saul » (« Le fils de Saul ») du Hongrois Laszlo Nemes, film choc sur la Shoah. Cette œuvre, qui raconte l’histoire d’un déporté juif forcé de tra- vailler dans les chambres à gaz à Auschwitz, a impressionné par sa mise en scène radicale. Il restitue l’horreur de la Shoah sans presque jamais montrer les victimes, par le hors champ et les bruits. « Ce continent est encore hanté par le sujet », a commenté le réalisa- teur en recevant son prix. Le prix du Jury a été attribué au Grec Yorgos Lanthimos pour « The Lobster », fable grinçante et déran- geante sur la solitude, le couple et l’amour. Le prix de la mise en scène est revenu au cinéaste taïwanais Hou Hsiao-Hsien pour « The Assassin », histoire d’une justicière dans la Chine du IXe siècle, à l’esthétique ciselée. Le réalisateur mexicain Michel Franco a reçu de son côté le prix du scénario pour « Chronic », por- trait tout en retenue d’un infirmier, interprété par Tim Roth, totale- ment dévoué à l’accompagnement de patients en fin de vie. La cinéaste Agnès Varda, émue aux larmes à l’évocation de son ex-compagnon Jacques Demy, a reçu quant à elle une Palme d’honneur, une récompense seule- ment décernée à ce jour à Woody Allen, Clint Eastwood et Bernardo Bertolucci. Cannes : La Palme d'or à « Dheepan » de Jacques Audiard, les Français à l'honneur Sources : AFP Jacques Audiard. / Photo AFP

×