BONNES FEUILLES
(Extraits du chapitre 2 « Etablir ses appuis et choisir son équipe ») 
Le leader n’existe pas seul 
« S’appuyer sur ce qui...
Privilégier les salariés en place 
« Je suis convaincu qu’une crise peut contribuer à développer le caractère propre d’une...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les bonnes feuilles de l'ouvrage : « Cent jours pour réussir. Paroles de dirigeants », de Frédéric Marquette

2 479 vues

Publié le

Les cent premiers jours d'un nouveau dirigeant constituent une période décisive pour sa réussite ultérieure, selon Frédéric Marquette, directeur associé du, cabinet de management de transition EIM.

Publié dans : Carrière
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 479
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 639
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les bonnes feuilles de l'ouvrage : « Cent jours pour réussir. Paroles de dirigeants », de Frédéric Marquette

  1. 1. BONNES FEUILLES
  2. 2. (Extraits du chapitre 2 « Etablir ses appuis et choisir son équipe ») Le leader n’existe pas seul « S’appuyer sur ce qui est porteur. » Proverbe chinois Tout comme un homme seul ne peut rien, le leader n’existe pas seul. À la fois capitaine et entraîneur, le dirigeant a besoin de relais pour déployer son action et sentir le pouls de l’entreprise. Le choix de son équipe et de ses appuis doit être effectué dès la fin du premier mois de son exercice, à partir des éléments rassemblés dans la phase d’observation initiale. Le choix d’une équipe obtient l’une des notes de priorité les plus élevées de toute notre enquête. Ce point est suivi de peu par son corollaire logique : la détection des maillons défaillants dans la chaîne de management. Le soutien de l’actionnaire, bien que moins difficile à obtenir, est également perçu comme vital. Viennent ensuite d’autres préoccupations qui se situent dans une moyenne, par ordre de priorité et de difficulté : l’identification des supporters et des opposants au changement ; la cartographie des coalitions internes et relais possibles au sein de l’organisation ; enfin, l’établissement de soutiens externes (banques, pouvoirs publics, etc.).
  3. 3. Privilégier les salariés en place « Je suis convaincu qu’une crise peut contribuer à développer le caractère propre d’une organisation. » John Sculley, président de Apple Computer Inc. L’expérience de nombreux dirigeants montre qu’il vaut mieux ne pas bouleverser les équipes mais s’appuyer autant que possible sur les salariés en place qui connaissent la culture et le fonctionnement de l’entreprise. À ce stade, face à l’urgence, trop de changement peut se révéler improductif, voire contre-productif. « La qualité des équipes s’est rarement révélée, dans mon expérience, à l’origine des difficultés antérieures. Pour le long terme, mieux vaut s’appuyer sur les équipes en place et devenir leur chef plutôt qu’un colonisateur... Mais quelques recrutements ponctuels peuvent être utiles pour boucher les trous, pour renforcer l’équipe commerciale par exemple. Ces renforts sont souvent très bien vus par le personnel. » « Les jeunes sont plus aptes à inventer qu’à juger ; plus aptes à exécuter qu’à conseiller ; plus aptes à entreprendre qu’à gérer. » Francis Bacon Il est parfois utile et stimulant d’effectuer des mouvements internes ou de faire rentrer dans le CODIR des plus jeunes, ou d’introduire plus de diversité au sein des équipes de direction. Cependant, dans cette phase initiale de renouveau, il faut se garder d’ajouter un désordre supplémentaire sur la base d’une information encore parcellaire. Ces évolutions doivent être menées avec prudence et au bon rythme. « J’ai misé sur les jeunes pour préparer l’avenir du groupe. Ils ont l’impertinence nécessaire pour faire bouger les choses. » « On peut changer le CODIR pour faire évoluer les choses et trouver en dessous les relais sur qui s’appuyer. » Il peut enfin être judicieux de construire une équipe mixte, composée de « vieux routiers » de l’entreprise et complétée d’hommes qui connaissent bien le dirigeant et ont déjà réalisé un parcours avec lui. Quelques spécialistes du retournement d’entreprises préfèrent, dans des situations critiques, intervenir avec leur propre équipe. Mais cette approche ne doit pas être généralisée. « Je mets en place notre équipe, constituée de gens qui partagent les mêmes valeurs et méthodes, qui ont déjà réussi des retournements. »

×