Un nouveau cadre institutionnel pour Paris : modernisation et normalisation
A l'heure où la crise économique mais aussi le...
2/ Les arrondissements pourraient évoluer
Rendre plus efficace pour le citoyen le service public à Paris implique de mieux...
Notre administration adapte depuis plusieurs années son organisation pour être au plus près des
parisiennes et des parisie...
En matière de logement et d’hygiène de l’habitat, la situation est la même. Les compétences sont
enchevêtrées et la Ville ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le nouveau cadre institutionnel pour Paris souhaité par Anne Hidalgo

11 754 vues

Publié le

Le nouveau cadre institutionnel pour Paris souhaité par Anne Hidalgo

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
11 754
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10 711
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le nouveau cadre institutionnel pour Paris souhaité par Anne Hidalgo

  1. 1. Un nouveau cadre institutionnel pour Paris : modernisation et normalisation A l'heure où la crise économique mais aussi les réductions des dotations de l'Etat aux collectivités pèsent de plus en plus fortement sur les finances de Paris, la municipalité souhaite qu'un chantier d'ampleur puisse s'ouvrir sur l'organisation institutionnelle de la capitale. Les propositions qui suivent se justifient d'abord par une exigence toujours renforcée d'efficacité de l'action publique. La deuxième est la nécessité de renforcer la lisibilité de l'organisation institutionnelle, ce qui est une condition essentielle de l'appropriation démocratique des institutions par les citoyens mais aussi une demande de tous les acteurs économiques. La troisième repose sur le constat que l'Etat ne peut continuer à revendiquer des compétences dérogatoires à Paris, alors que, chaque jour, il se désengage des principales politiques publiques essentielles pour les Parisiens. L’ensemble de ces évolutions nécessaires pourraient utilement s’inscrire dans une loi cadre. I/ Modernisation 1/ Assumer le caractère spécifique de la Ville de Paris et engager la fusion de la commune et du département de Paris La Ville de Paris est perçue par l’ensemble des citoyens et des acteurs politiques, économiques ou culturels comme une entité unique. Or les particularités du statut de Paris font que deux collectivités cohabitent encore aujourd’hui sur ce même territoire : une commune et un département. Une telle situation comporte naturellement des risques de lourdeur bureaucratique, de dispersion des efforts, de dérives financières voire de manque de cohérence dans l’action publique. Heureusement depuis plusieurs décennies une dynamique d’intégration est à l’œuvre entre les deux collectivités. Une assemblée et un chef de l’exécutif uniques ont été mis en place en 1975. Dès 1987, il a été procédé à une fusion des services .Depuis le processus d’intégration s’est poursuivi tant dans l’exercice des compétences que dans la gestion financière et des ressources humaines. Tout dernièrement a ainsi été mise en place au Conseil de Paris une fusion des ordres du jour mettant fin à la séparation formelle entre séances du conseil municipal et du conseil général. On peut ainsi affirmer que le département de Paris n’a plus vraiment de réalité comme le souligne un rapport récent de la Chambre régionale des comptes. Cette situation incite à passer à une étape ultérieure : la fusion définitive des deux collectivités, piste d’ailleurs soulignée par ce même rapport. Il ne faut pas en effet pas se contenter de la situation actuelle en dépit des efforts accomplis. Le particularisme parisien conduit à des lourdeurs de procédures, notamment en matière financière avec l’existence de deux budgets, et à des imbrications de compétences qui sont inutiles .Ces facteurs peuvent réduire l’efficacité de l’action publique en entraînant des coûts et des délais qu’il faut éliminer. L’importance pour les parisiens des actions conduites dans les domaines d’intervention du département, l’action sociale, l’enseignement du second degré ou le développement économique, nécessite la gestion la plus exemplaire, la plus efficace et la plus économe des deniers publics. Enfin l’arrivée de la Métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016 qui donne à la Commune de Paris la qualité de territoire du grand Paris conduit également à s’engager plus avant dans la simplification de la situation institutionnelle parisienne, ce qui ne pourra qu’être bénéfique pour l’édification de ce grand chantier. La solution la meilleure serait de faire de la Ville de Paris, en conservant sa dénomination séculaire, une nouvelle collectivité de la République qui réunirait les compétences exercées aujourd’hui par la commune et le département. C’est selon une démarche du même type que vient d’être créé à Lyon par la loi MAPTAM une nouvelle collectivité réunissant l’ancienne communauté urbaine et une partie du département du Rhône.
  2. 2. 2/ Les arrondissements pourraient évoluer Rendre plus efficace pour le citoyen le service public à Paris implique de mieux concentrer les moyens humains et budgétaires sans porter atteinte au lien de proximité entre les citoyens, les élus et les services administratifs qu'offre l’arrondissement. Les objectifs d’une gouvernance moderne sont d’assurer l’efficacité des services publics, l’égalité de traitement des habitants sur l’ensemble du territoire de Paris, la proximité et la réactivité de l’administration et la prise en compte des évolutions de la demande des usagers. Au plan institutionnel, la création de la Métropole du grand Paris au 1er janvier 2016 implique, pour ne pas créer un millefeuille administratif, de rationaliser notre organisation administrative parisienne (commune, département, arrondissement) L’organisation de Paris en 20 arrondissements date de plus d’un siècle et demi (Loi du 19 juin 1859) ! Elle est fondée sur des principes juridico-historiques qui ont insuffisamment pris en considération les attentes des habitants en termes d’efficience du service public, d’égalité de traitement des usagers, voire même de démocratie participative. Les écarts considérables de population entre les 20 arrondissements parisiens (le moins peuplé (1er ) a près de 15 fois moins d’habitants que le plus peuplé (15éme), l’extrême diversité de leur composition sociologique, a pour effet que l’action administrative, que ce soit celle de l’Etat ou de la Ville de Paris, ne peut être pleinement efficace à l’échelle de l’arrondissement. De tels écarts démographiques n’existent d’ailleurs qu’à Paris. A Marseille cet écart n’est que de un à cinq entre les 16 arrondissements, voire même de un à deux si l’on se réfère au regroupement des arrondissements en 8 secteurs. A Lyon, l’écart démographique entre les 9 arrondissements n’est que de un à trois. Ces écarts de population sont d’ailleurs à l’origine de la jurisprudence du conseil constitutionnel qui dans sa récente décision sur l’élection des conseillers métropolitains représentants de Paris, a censuré la disposition qui prévoyait que chaque arrondissement élisait au moins un conseiller métropolitain. Par cette décision, le juge constitutionnel ébrèche sensiblement le fondement politique de l’arrondissement, jusqu’alors considéré comme un secteur électoral à part entière. Mais pour autant il ne s’agit pas de mettre à mal l’équilibre que la loi PLM a finalement trouvé dans ces trois villes. Le système électoral y est sans doute pour beaucoup, qui permet à la fois de dégager des majorités solides à l’échelon communal et d’autoriser des pouvoirs de proximité (les maires et les conseils d’arrondissement). Cette bipolarité des légitimités et à conserver dans ses principes. Cet équilibre démocratique serait remis en cause par l’élection directe du maire de Paris. Ce déséquilibre démographique peut entraîner un déficit démocratique, en particulier pour la participation directe des citoyens aux affaires publiques. C’est ainsi que dans plusieurs arrondissements peu peuplés, on a constaté la difficulté à faire émerger des propositions d’habitants dans le cadre du budget participatif 2015. Regrouper des services hors des frontières de l’arrondissement pour améliorer leur effet d’impact et réunir des compétences jusqu’alors éparses est une démarche dans laquelle se sont engagés tant l’Etat que la Ville. D’ores et déjà, la PP opère un mouvement de regroupement des commissariats de police du centre de Paris. De même, l’implantation des 15 antennes administratives de police n’obéit plus à une logique d’arrondissement, puisque les 4 premiers arrondissements sont desservis par une seule antenne, et que ni le 6éme ni le 11éme n’en dispose. A l’horizon 2017, avec l’ouverture du Palais de Justice aux Batignolles, le Ministère de la Justice envisage la réunion des 20 tribunaux d’instance sur ce site unique.
  3. 3. Notre administration adapte depuis plusieurs années son organisation pour être au plus près des parisiennes et des parisiens. C’est ainsi qu’il ne reste plus qu’une seule direction de la Ville à être organisé territorialement en référence à l’arrondissement, la DDCT…mais c’est dans la nature même de sa mission de constituer l’administration de chaque mairie d’arrondissement,). L’implantation des services de proximité des autres directions de la Ville est construite pour répondre avec efficience aux besoins de la population et non sur un cadre politico-historique. Le nombre d’implantations territoriales des 11 directions déconcentrées varie de 4 à 14 (DPE) entités. II Normalisation : redonner à la mairie de Paris la plénitude de ses compétences La maire de Paris ne dispose toujours pas des mêmes pouvoirs que ceux des autres maires de France pour faire face aux questions essentielles de la vie quotidienne. C’est une situation unique en France. Ses pouvoirs de police, lui permettant d’agir pour garantir l’ordre public (la sécurité, la propreté, la circulation, etc…), restent en grande partie amputés au profit de l’Etat. Cette répartition remonte à la Révolution française et n’a été que très peu revue depuis – les dernières modifications, en 2002, ont été ponctuelles et ne sont pas à la hauteur des enjeux actuels. On ne peut plus trouver, en 2015, de justifications au fait que de très nombreux pouvoirs de police soient, à Paris uniquement, confiés à l’Etat, ou partagés avec lui, et non exercés pas la Maire elle- même comme c’est normalement le cas. Les raisons de cette répartition sont dépassées ; elles relèvent même d’une suspicion du pouvoir central envers la capitale qui n’a plus lieu d’être. Il n’est pas davantage compréhensible que le Préfet de police siège encore, au côté de la Maire de Paris, les réunions du Conseil de Paris alors qu’il ne détient pas la légitimité que donne l’élection par les parisiennes et les parisiens. Le maintien de ce traitement dérogatoire de Paris n’est plus acceptable. La répartition des compétences en matière de police administrative – particulièrement complexe – nuit à l’efficacité des politiques qu’il faut conduire dans des domaines aussi essentiels que la lutte contre la pollution, l’activité économique locales, l’habitat ou l’urbanisme Comment expliquer, ainsi, que la Maire de Paris ne puisse pas réglementer toutes les conditions de stationnement et de circulation à l’intérieur de Paris ? En fonction des types d’axe et des motifs d’intervention, la décision relève soit du Maire, soit du Préfet de police, soit du Préfet sur avis du Maire. Cette situation ne peut pas durer. A l’heure où il faut agir pour la qualité de l’air en favorisant les moyens de transport non polluants, il est indispensable qu’une seule autorité puisse décider des règles à suivre sur l’ensemble du territoire parisien et répondre ainsi aux attentes des habitants de Paris. De même, la Maire de Paris doit régir de manière autonome les débits de boisson et les modalités de consommations d’alcool (arrêtés d’interdiction) dans les divers endroits de la capitale. C’est un sujet sensible de la vie quotidienne qu’il faut traiter de manière cohérente et non dispersée. La Ville de Paris doit aussi être compétente pour traiter de l’intégralité des questions d’urbanisme. On ne voit pas pourquoi les plans d’urbanisme s’appliquant à certains arrondissements de Paris (le 4ème et le 7ème arrondissements de Paris) relèvent non pas du plan local d’urbanisme préparé et voté par le Conseil de Paris mais de l’Etat au travers d’un outil différent : le plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV).
  4. 4. En matière de logement et d’hygiène de l’habitat, la situation est la même. Les compétences sont enchevêtrées et la Ville de Paris ne dispose pas encore de tous les outils d’action lui permettant d’agir davantage dans ce domaine, qui est au centre de l’action de cette mandature.

×