Le rendez-vous de l’économie
Mars 2015
Sondage réalisé par
Publié le 17 mars 2015
Levée d’embargo le 16 mars – 22H30
pour
...
Méthodologie
Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
interrogés par Internet les 12 et 13 mars 2015
E...
Principaux enseignements
Les Français sont toujours assez pessimistes … mais la marmite de la confiance commence à frémir
...
Principaux enseignements
D’ailleurs, les Français pensent que le gouvernement essaiera au moins de tenir son engagement au...
L’œil de l’expert
Reprise économique, es-tu là ?
L’œil de l’expert par Guillaume Granier, Managing Director FTI Consulting...
L’œil de l’expert
Guillaume Granier, managing Director
Guillaume Granier est Co-managing director de FTI Consulting Paris,...
7
Pronostic sur le respect de l’engagement de réduction
du déficit
La Commission Européenne de Bruxelles a accordé à la Fr...
8
Pronostic sur le respect de l’engagement de réduction
du déficit selon la proximité partisane
La Commission Européenne d...
9
Pronostic sur l’augmentation du rythme des réformes
d’ici 2017
Manuel Valls se rend à Bruxelles mercredi 18 mars prochai...
10
Pronostic sur l’augmentation du rythme des réformes
d’ici 2017 selon la proximité partisane
Manuel Valls se rend à Brux...
11
Accord avec l’idée « d’alignement des planètes » dans
le contexte économique actuel
Avec la baisse de l’euro face au do...
12
Accord avec l’idée « d’alignement des planètes » dans le
contexte économique actuel selon la proximité partisane
Avec l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le rendez vous de l'économie odoxa-fti consulting-les echos-radio classique- mars 2015

564 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
564
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le rendez vous de l'économie odoxa-fti consulting-les echos-radio classique- mars 2015

  1. 1. Le rendez-vous de l’économie Mars 2015 Sondage réalisé par Publié le 17 mars 2015 Levée d’embargo le 16 mars – 22H30 pour et,
  2. 2. Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 12 et 13 mars 2015 Echantillon Echantillon de 1 008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.
  3. 3. Principaux enseignements Les Français sont toujours assez pessimistes … mais la marmite de la confiance commence à frémir Les Français ne croient pas du tout que la France respectera son engagement de ramener à 3% son déficit d’ici à 2017 ; ils ne croient pas non plus en « l’alignement des planètes » invoqué par le Président qui permettrait à l’économie Française de bientôt repartir … mais tout de même 4 Français sur 10 commencent à y croire. C’est mieux que le pessimisme en l’avenir auquel ils nous avaient habitués. Et surtout ils semblent désormais penser que le gouvernement a vraiment décidé de poursuivre énergiquement le rythme des réformes, ce qu’ils souhaitent par ailleurs. 79% des Français ne pensent pas que le nouveau délai de deux ans accordé par la Commission européenne à la France pour ramener son déficit sous la barre des 3% nous permettra de respecter cet objectif. Seulement 20% y croient. C’est un peu mieux qu’en septembre dernier (+7 points), mais cela reste extrêmement faible. Même à gauche, une grande majorité de sympathisants (59% contre 39%) ne pensent pas que le gouvernement tiendra cet engagement. Toujours aussi pessimistes, les Français ne croient majoritairement pas non plus (57%) en un « alignement des planètes » favorable à la croissance avec la baisse conjuguée de l’euro face au dollar, celle du prix du pétrole, et le délai supplémentaire accordé à la France par la Commission Européenne pour réduire ses déficits. Mais tout de même, 42% pensent qu’effectivement une telle possibilité de reprise de la croissance existe alors qu’il y a moins de trois mois, en décembre 2014, ils étaient 89% (Odoxa-le Parisien) à pronostiquer pour 2015 un faible niveau de croissance économique pour le pays. Quelque chose semble donc frémir s’agissant de la confiance de nos concitoyens, corrélativement à des indices de moral économiques, certes, toujours très bas mais en hausse constante depuis ces derniers mois.
  4. 4. Principaux enseignements D’ailleurs, les Français pensent que le gouvernement essaiera au moins de tenir son engagement auprès de Bruxelles de poursuivre le rythme des réformes. En effet, ils sont désormais une majorité (56%) à penser que le gouvernement va effectivement augmenter le rythme des réformes d’ici à 2017. Quel changement spectaculaire en moins de neuf mois ! En juillet 2014, les deux-tiers des Français (66% ; sondage BVA pour le Parisien) estimaient que le gouvernement n’allait pas assez loin dans le rythme des réformes. La fermeté affichée sur la loi Macron avec le 49-3, les affirmations répétées que le gouvernement poursuivrait jusqu’en 2017 les réformes, tant de la part du Premier ministre que du Ministre de l’Economie, et même désormais, du Président ont sans doute jouées dans l’évolution radicale des sentiments des Français s’agissant de la volonté du gouvernement à réformer le pays. Il est aussi probable que le pronostic ne rejoigne le souhait à ce sujet : en janvier dernier 82% des Français estimaient qu’il fallait aller plus loin dans le rythme des réformes de la société (baromètre économique Odoxa-Aviva-BFM-Challenges). D’ailleurs, nos interviewés de gauche (71%) sont nettement plus nombreux que ceux de droite (43%) à penser que le gouvernement poursuivra les réformes jusqu’en 2017. S’agit-il d’une hirondelle ne faisant pas le printemps ou bien d’un réel changement de perspective de la part de nos concitoyens ? Le futur très proche nous le dira. Gaël Sliman Président d’Odoxa @gaelsliman
  5. 5. L’œil de l’expert Reprise économique, es-tu là ? L’œil de l’expert par Guillaume Granier, Managing Director FTI Consulting Paris Une gageure, il y a encore quelques mois ; et si la reprise économique était là ? A chaque printemps, nous entendons à nouveau cette prophétie qui se veut autoréalisatrice. Les oracles invoquent les esprits de la croissance… en vain. Juillet 2013, le chef de l’Etat prédisait : « la reprise est là ». Mars 2014, le Président de la République réitérait « le retournement économique arrive ». Les faits sont têtus et un an plus tard en ce beau mois de mars 2015, François Hollande, en déplacement en région Rhône Alpes, expliquait à nouveau « même fragile, la reprise économique est bien là ». Cette fois-ci, les Français commenceraient à y croire. Ils sont plus de 4 sur 10 à entrevoir le redémarrage de la croissance, selon le rendez-vous de l’économie Odoxa – FTI Consulting – Les Echos – Radio classique. La confiance ne se décrète pas, elle se prouve. Les Français découvrent donc les preuves de la reprise économique. Mercredi, Manuel Valls se déplace à Bruxelles pour assurer la Commission Européenne de l’accélération du rythme des réformes françaises. 56% des Français estiment que le Gouvernement va réellement accélérer le rythme des réformes d’ici 2017. Alors certes, malgré le nouveau délai de deux ans accordé par la Commission, l’opinion publique (79%) ne croit pas en notre capacité à ramener notre déficit public dans le cadre maastrichien des 3%. Mais qu’importe, nous semblons nous diriger vers « un alignement des planètes » en faveur de la croissance française. Pour en avoir le cœur net, prenons quelques données objectives. En février 2015, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,7%, après un recul de 0,1% en janvier. Le risque de déflation plane sans doute encore sur nous mais la baisse historique de l’euro face au dollar pourrait contribuer à faire remonter les prix en plus d’améliorer la compétitivité prix du commerce extérieur européen. Ajoutons à cela, la clôture historique du CAC 40 le 13 mars 2015 à 5010,46 points ; pour la première fois au dessus des 5000 points depuis le début de la crise, en 2008. Enfin, la Banque Centrale Européenne a entamé la semaine dernière un programme de rachat d’actifs de 1 140 milliards d’euros, soit 60 milliards d’euros de rachat mensuel de dettes souveraines, ou de dettes d’institutions européennes, jusqu’à fin septembre 2016. On peut imaginer que ce « Quantitative Easing » contribuera à la baisse de l’Euro, permettra d’assainir le bilan des banques et ainsi les incitera à prendre plus de risques pour financer l’économie réelle ; la construction et l’automobile, notamment. Résultat, la Commission Européenne a relevé ses projections de croissance du PIB français à 1% en 2015 (au lieu de 0,7%) et 1,6% pour 2016 (au lieu de 1,5%).
  6. 6. L’œil de l’expert Guillaume Granier, managing Director Guillaume Granier est Co-managing director de FTI Consulting Paris, spécialisé en communication corporate et financière. Il était auparavant Directeur conseil en communication Corporate au sein de l’agence TBWA/Corporate où il a conseillé des groupes comme Carrefour, Gemalto, Ipsos, Arcelor-Mittal … Guillaume a conduit des opérations et des campagnes publicitaires sur leur stratégie de marque et de développement pour de nombreuses entreprises françaises et internationales ainsi qu’à l’occasion de l’ouverture du capital d’Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, l’OPA de Mittal sur Arcelor… et conseillé BNP Paribas Investment Partner ou Ernst & Young…. Guillaume était auparavant consultant au sein de l’agence de communication financière Polytems. Guillaume est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et d’une licence de droit des affaires de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. A propos de FTI Consulting FTI Consulting est un groupe international de conseil aux dirigeants comptant plus de 3.900 employés présents dans 22 pays, aux Amériques, en Asie, en Australie et en Europe. En France, FTI Consulting Strategic Communications est leader en stratégies d'informations dans les domaines de la communication corporate, financière et d'influence. Les économistes observent que le chômage commence à se rétracter dès les 1,5% de croissance dépassés. Pourrions-nous enfin nous attendre à de meilleures nouvelles sur le front de l’emploi ? Fragile, légère, délicate, balbutiante, nous faisons nôtres tous les qualificatifs qui permettront d’euphémiser ce pronostic économique. La réalité vécue par nos entreprises n’est pas encore à l’euphorie. Gardons-nous donc de tout excès d’optimisme. Nous sortons à peine de l’hiver et ne faisons qu’envisager un bourgeonnement économique Mais, il faut bien le reconnaitre quelque chose a changé, l’air semble plus léger ; de là à dire que la confiance des français dans l’économie est revenue, c’est un cap que nous ne franchirons pas.
  7. 7. 7 Pronostic sur le respect de l’engagement de réduction du déficit La Commission Européenne de Bruxelles a accordé à la France un nouveau délai de deux ans pour ramener son déficit sous la barre des 3%. Pensez-vous que le gouvernement parviendra à respecter cet objectif ? Oui 20% Non 79% (NSP) 1% Rappel septembre 2014* : 87% * Enquête Odoxa-iTélé-CQFD réalisée les 11 et 12 septembre 2014. La question était : « Le gouvernement promet de revenir à un déficit public de 3% à la fin du quinquennat, pensez-vous qu’il parviendra à respecter cet objectif ? Rappel septembre 2014* : 13%
  8. 8. 8 Pronostic sur le respect de l’engagement de réduction du déficit selon la proximité partisane La Commission Européenne de Bruxelles a accordé à la France un nouveau délai de deux ans pour ramener son déficit sous la barre des 3%. Pensez-vous que le gouvernement parviendra à respecter cet objectif ? 20% 39% 9% 79% 59% 90% 1% 2% 1% Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Oui Non (NSP)
  9. 9. 9 Pronostic sur l’augmentation du rythme des réformes d’ici 2017 Manuel Valls se rend à Bruxelles mercredi 18 mars prochain pour assurer la Commission Européenne de la volonté du gouvernement Français d’accélérer le rythme des réformes. Vous personnellement, pensez-vous que d’ici à 2017, le gouvernement va effectivement augmenter le rythme des réformes ? Oui, certainement 9% Oui, probablement 47% Non, probablement pas 35% Non, certainement pas 8% (NSP) 1% ST Oui 56% ST Non 43%
  10. 10. 10 Pronostic sur l’augmentation du rythme des réformes d’ici 2017 selon la proximité partisane Manuel Valls se rend à Bruxelles mercredi 18 mars prochain pour assurer la Commission Européenne de la volonté du gouvernement Français d’accélérer le rythme des réformes. Vous personnellement, pensez-vous que d’ici à 2017, le gouvernement va effectivement augmenter le rythme des réformes ? 9% 16% 6% 47% 55% 37% 35% 27% 43% 8% 1% 14% 1% 1% Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Oui, certainement Oui, probablement Non, probablement pas Non, certainement pas (NSP) ST Oui 56% 71% 43% ST Non 43% 28% 57%
  11. 11. 11 Accord avec l’idée « d’alignement des planètes » dans le contexte économique actuel Avec la baisse de l’euro face au dollar, la baisse du prix du pétrole, et le délai supplémentaire accordé à la France par la Commission Européenne pour réduire ses déficits, certains pensent qu’il y aurait enfin un «alignement des planètes» favorable à la croissance. Vous personnellement le pensez-vous ? Oui, tout à fait 5% Oui, plutôt 37% Non, plutôt pas 47% Non, pas du tout 10% (NSP) 1% ST Oui 42% ST Non 57%
  12. 12. 12 Accord avec l’idée « d’alignement des planètes » dans le contexte économique actuel selon la proximité partisane Avec la baisse de l’euro face au dollar, la baisse du prix du pétrole, et le délai supplémentaire accordé à la France par la Commission Européenne pour réduire ses déficits, certains pensent qu’il y aurait enfin un «alignement des planètes» favorable à la croissance. Vous personnellement le pensez-vous ? 5% 10% 3% 37% 51% 33% 47% 33% 52% 10% 6% 12% 1%Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout (NSP) ST Oui 42% 61% 36% ST Non 57% 39% 64%

×