Le rendez-vous de l’économie
Septembre 2015
Sondage réalisé par
Publié le jeudi 17 septembre 2015
Levée d’embargo le mercr...
Méthodologie
Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
interrogés par Internet les 10 et 11 septembre 2...
Précisions sur les marges d’erreur
Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur.
Ce...
L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa
Les Français soutiennent la manifestation des maires du 19 septembre … même...
L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa
Alors que les habitants des villes grandes (56%) ou moyennes (64%) et ceux ...
L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa
3 ) Pourtant 62% des Français soutiennent la manifestation des maires organ...
L’œil de l’expert
L’opinion publique derrière les maires ?
Par Guillaume Granier, Managing Director – FTI Consulting Paris...
L’œil de l’expert
Le combat des maires, élus préférés des français, va-t-il donc d’emblée obtenir le soutien de l’opinion ...
9
La réaction que les communes doivent adopter
face à la baisse des dotations de l’Etat
Les maires se plaignent de la bais...
10
La réaction que les communes doivent adopter face à la
baisse des dotations de l’Etat selon la proximité partisane
Les ...
11
Les communes et les dépenses inutiles
Vous personnellement, estimez-vous que les communes font trop de dépenses inutile...
12
32%
27%
39%
47%
47%
42%
18%
22%
17%
2%
4%
1%
1%
1%
Ensemble
Sympathisants de gauche
Sympathisants de droite
Oui, tout à...
13
Regard porté sur le mouvement des maires
Une manifestation des maires sera organisée le samedi 19 septembre prochain po...
14
Regard porté sur le mouvement des maires
selon la proximité partisane
Une manifestation des maires sera organisée le sa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sondage Odoxa FTI Consulting sur les Français et la manifestation des maires

1 043 vues

Publié le

Sondage Odoxa FTI Consulting sur les Français et la manifestation des maires

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 043
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
642
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sondage Odoxa FTI Consulting sur les Français et la manifestation des maires

  1. 1. Le rendez-vous de l’économie Septembre 2015 Sondage réalisé par Publié le jeudi 17 septembre 2015 Levée d’embargo le mercredi 16 septembre à 22H30 pour et,
  2. 2. Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11 septembre 2015 Echantillon Echantillon de 1 009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.
  3. 3. Précisions sur les marges d’erreur Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur. Cette marge d’erreur signifie que le résultat d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part et d’autre de la valeur observée. La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé. Si le pourcentage observé est de … Taille de l’Echantillon 5% ou 95% 10% ou 90% 20% ou 80% 30% ou 70% 40% ou 60% 50% 800 1,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2 Lecture du tableau : Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5%. Le pourcentage réel est donc compris dans l’intervalle [17,5 ; 22,5].
  4. 4. L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa Les Français soutiennent la manifestation des maires du 19 septembre … même s’ils estiment que les communes font trop de dépenses inutiles Une majorité de Français pense que les communes pourraient faire face à la baisse de leurs dotations en faisant des économies … François Hollande l’a confirmé dans sa conférence de presse de rentrée, les communes seront bien confrontées à une baisse drastique de leurs dotations par l’Etat. Du coup, nombre de maires se plaignent de cette baisse des dotations de l’Etat et estiment qu’elle va les obliger soit à augmenter leurs impôts locaux, soit à augmenter les tarifs des prestations qu’elles assurent à leurs administrés (cantines scolaires, prix du stationnement etc.). A priori d’une logique implacable, leur raisonnement n’est pourtant pas partagé par une majorité de Français. En effet, 52% de nos concitoyens estiment que « les communes pourraient très bien faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans avoir à augmenter leurs tarifs ou leurs impôts en faisant des économies » alors que seulement 46% des Français donnent raison aux maires estimant que « les communes ne peuvent pas faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans augmenter les tarifs de leurs prestations ou les impôts locaux ». Pour une fois, un sujet éminemment « politique » ne suscite guère de clivage partisan, les sympathisants de droite comme ceux de gauche étant une proportion comparable à ne pas donner raison aux maires (48% et 47%). L’explication de ce clivage, voire de cette césure en deux de l’opinion sur la question se situe sur un autre champ que le champ politique. Il n’est pas non plus lié au revenu ou au milieu social des personnes interrogées. Il porte sur le territoire habité par les personnes interrogées.
  5. 5. L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa Alors que les habitants des villes grandes (56%) ou moyennes (64%) et ceux des régions densément peuplées (55% en région parisienne, 54% dans le grand Nord-est de la France et 57% dans le grand sud-est Rhône-Alpes/ PACA) sont une large majorité à penser que les maires pourraient très bien faire face à cette baisse des dotations en faisant des économies, les habitants des zones rurales et périurbaines sont, eux, une majorité à penser que ces communes ne pourront pas le faire et seront obligées d’augmenter leurs impôts ou leurs tarifs. Les ruraux en général (54%) et les habitants des régions moins densément peuplées comme le grand quart Nord- Ouest de la France (53%) estiment que les communes ne pourraient pas faire face à ces baisses. 2 - … logique : 8 Français sur 10 pensent les communes font actuellement trop de dépenses inutiles Si les Français sont une majorité à penser que les baisses de dotations de l’Etat peuvent être aisément compensées par des économies, c’est tout simplement parce qu’ils portent un jugement très sévère sur la gestion des dépenses publiques actuellement effectuée par par celles-ci : 79% des Français estiment ainsi que les communes font trop de dépenses inutiles ! Comme sur la précédente question le clivage sur le sujet n’est ni politique ni sociologique, mais territorial. Si tous les administrés sont très majoritairement persuadés que leurs communes font beaucoup de dépenses inutiles, les habitants des grandes villes et des régions les plus densément peuplées sont encore plus nombreux à le penser que les ruraux et les habitants des régions moins densément peuplées (70% des ruraux le pensent contre 81% des habitants de l’agglomération parisienne).
  6. 6. L’analyse de Gaël Sliman, le Président d’Odoxa 3 ) Pourtant 62% des Français soutiennent la manifestation des maires organisée le samedi 19 septembre prochain Ce n’est pas parce que l’on n’a pas vraiment de raison de se plaindre qu’il ne faut pas le faire. Au-delà de la boutade, il est certain que les Français cultivent un certain paradoxe sur ce sujet. Ainsi ils sont 62% à estimer « justifiée » la manifestation des maires « organisée le samedi 19 septembre prochain pour se plaindre des baisses de dotations de l’Etat faites aux collectivités ». Pourtant ils pensent que les communes font trop de dépenses inutiles et sont une (courte) majorité à penser par ailleurs que la baisse de dotation pourrait très bien être épongée par des économies sans pour autant nécessiter de hausses des impôts ou des tarifs municipaux. Mais, incontestablement, tout le monde comprend que cela demandera un effort et qu’il s’agit d’une décision – a minima – difficile pour les maires. Une manifestation apparaît donc justifiée à partir du moment où une décision politique, fut-elle légitime, nous demande de faire un effort… Difficile dans ces conditions de demander au gouvernement – ce que font les Français – d’accélérer le rythme des réformes audacieuses voire explosives, sur le contrat de travail, les 35 heures ou le grand soir fiscal. Gaël Sliman, Président d’Odoxa @gaelsliman
  7. 7. L’œil de l’expert L’opinion publique derrière les maires ? Par Guillaume Granier, Managing Director – FTI Consulting Paris Si la confiance des Français dans leurs responsables politiques est régulièrement mise en question, un élu se distingue par l’adhésion qu’il recueille : le maire. Dans le « Baromètre de la confiance en politique » publié en février 2015 par le Cevipof, 67% des personnes interrogées déclarent faire confiance à leur maire, chiffre qui tombe à 48% lorsqu’il s’agit de leur député et 31% pour le Président de la République. Figure locale par excellence, agent de la commune mais aussi représentant de l’Etat, le maire combine les qualités de proximité et d’autorité. Interlocuteur naturel, il est souvent celui vers lequel particuliers, entreprises ou associations se tournent en premier pour dialoguer avec les pouvoirs publics. Les réformes territoriales successives, et notamment la dernière, (loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République), rebattent toutefois les cartes dans un sens qui ne lui est pas toujours favorable. Certes, en vertu de la loi NOTRe, la commune reste aujourd’hui la seule collectivité territoriale bénéficiant d’une compétence générale. Mais les régions, bientôt agrandies, voient leur rôle renforcé dans le domaine majeur du développement économique. L’intercommunalité, à laquelle seront transférées les compétences de l’eau, de l’assainissement et des déchets - aujourd’hui dévolues aux communes - apparaît comme l’autre grande gagnante des dernières réformes. A cette réorganisation des territoires et de leurs compétences, s’ajoute la baisse de la dotation de l’Etat aux collectivités territoriales. L’Association des Maires de France note que sur 21 milliards d’euros d’économies prévues par le Gouvernement en 2015 dans le cadre de la réduction des déficits publics, 3,7 milliards s’appliquent aux collectivités locales, dont près de 2 milliards d’euros pour le « bloc communal », communes et intercommunalités. L’AMF appelle à une journée nationale d’action des communes de France le 19 septembre, pour protester contre cette baisse qu’elle qualifie de « massive et sans précédent» et qui fait suite à d’autres mesures « défavorables », comme la suppression de la taxe professionnelle.
  8. 8. L’œil de l’expert Le combat des maires, élus préférés des français, va-t-il donc d’emblée obtenir le soutien de l’opinion ? Pas si sûr… L’enquête réalisée par Odoxa pour FTI Consulting, Les Echos et Radio Classique montre que 52% des Français considèrent que les communes sont en mesure de faire face aux baisses des dotations de l’Etat, non pas en augmentant tarifs et impôts, mais en faisant des économies. Une opinion soutenue par un constat sans appel : pour 80% des personnes interrogées les communes font trop de dépenses inutiles. Sans surprise, la contrainte toujours plus forte sur les dépenses publiques et l’augmentation régulière de la pression fiscale influencent de manière croissante les réactions de l’opinion publique. Comme si à ses yeux désormais, aucune catégorie d’élus, quel que soit son crédit politique, ne pouvait prétendre s’affranchir de l’effort collectif d’assainissement des comptes publics. Guillaume Granier, managing Director Guillaume Granier est co-dirigeant du bureau de FTI Consulting à Paris où il conseille les clients du cabinet dans le domaine des affaires publiques, de la communication corporate et de la communication financière. Guillaume intervient notamment dans l’accompagnement de situations complexes ou délicates : transactions financières, opérations hostiles, protection de l’image des dirigeants, restructurations et crises sociales. Il est intervenu sur des missions notamment pour Orange, Dassault Systèmes, Dexia, Mastercard, Goldman Sachs ou Monsanto. Guillaume était auparavant Directeur au sein de l’agence TBWA/Corporate à Paris où il a conseillé en particulier Carrefour, Gemalto, Ipsos ou Arcelor-Mittal. Guillaume est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et d’une licence de droit des affaires de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. A propos de FTI Consulting FTI Consulting est un groupe international de conseil aux dirigeants comptant plus de 3.900 employés présents dans 22 pays, aux Amériques, en Asie, en Australie et en Europe. En France, FTI Consulting Strategic Communications est leader en stratégies d'informations dans les domaines de la communication corporate, financière et d'influence.
  9. 9. 9 La réaction que les communes doivent adopter face à la baisse des dotations de l’Etat Les maires se plaignent de la baisse des dotations de l’Etat qui les oblige soit à augmenter leurs impôts locaux, soit à augmenter les tarifs des prestations qu’elles assurent à leurs administrés (cantines scolaires, prix du stationnement etc.). Vous personnellement, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche à ce sujet : Les communes ne peuvent pas faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans augmenter les tarifs de leurs prestations ou les impôts locaux 46% Les communes pourraient très bien faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans avoir à augmenter leurs tarifs ou leurs impôts en faisant des économies 52% (NSP) 2%
  10. 10. 10 La réaction que les communes doivent adopter face à la baisse des dotations de l’Etat selon la proximité partisane Les maires se plaignent de la baisse des dotations de l’Etat qui les oblige soit à augmenter leurs impôts locaux, soit à augmenter les tarifs des prestations qu’elles assurent à leurs administrés (cantines scolaires, prix du stationnement etc.). Vous personnellement, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche à ce sujet : 46% 47% 48% 52% 51% 50% 2% 2% 2% Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Les communes ne peuvent pas faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans augmenter les tarifs de leurs prestations ou les impôts locaux Les communes pourraient très bien faire face à ces baisses de dotations de l’Etat sans avoir à augmenter leurs tarifs ou leurs impôts en faisant des économies (NSP)
  11. 11. 11 Les communes et les dépenses inutiles Vous personnellement, estimez-vous que les communes font trop de dépenses inutiles ? Oui, tout à fait 32% Oui, plutôt 47% Non, plutôt pas 18% Non, pas du tout 2% (NSP) 1% S/T Oui : 79%S/T Non : 20%
  12. 12. 12 32% 27% 39% 47% 47% 42% 18% 22% 17% 2% 4% 1% 1% 1% Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout (NSP) Les communes et les dépenses inutiles selon la proximité partisane Vous personnellement, estimez-vous que les communes font trop de dépenses inutiles ? S/T Oui S/T Non 79% 20% 74% 81% 26% 18%
  13. 13. 13 Regard porté sur le mouvement des maires Une manifestation des maires sera organisée le samedi 19 septembre prochain pour se plaindre des baisses de dotations de l’Etat faites aux collectivités. Vous personnellement estimez-vous que ce mouvement des maires est justifié ou pas justifié ? Justifié 62% Pas justifié 37% (NSP) 1%
  14. 14. 14 Regard porté sur le mouvement des maires selon la proximité partisane Une manifestation des maires sera organisée le samedi 19 septembre prochain pour se plaindre des baisses de dotations de l’Etat faites aux collectivités. Vous personnellement estimez-vous que ce mouvement des maires est justifié ou pas justifié ? 62% 54% 70% 37% 45% 29% 1% 1% 1% Ensemble Sympathisants de gauche Sympathisants de droite Justifié Pas justifié (NSP)

×