Les usages et la pollution eau en martinique

502 vues

Publié le

Présentation sur les usages et la pollution de l'eau en Martinique

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
502
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
54
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les usages et la pollution eau en martinique

  1. 1. Les usages et la pollution de l’eau en Martinique
  2. 2. Une ressource surtout destinée aux usages domestiques
  3. 3. • En Martinique, les prélèvements d’eau sont principalement destinés à l’alimentation en eau potable (AEP) (40 millions de m³/an), • puis à l’agriculture (15 millions de m³/an) • et à l’industrie (8 millions de m³/an). • La consommation moyenne, tous usages confondus, est évaluée à 281 litres d’eau par jour et par habitant dont environ 175 litres pour les usages domestiques.
  4. 4. • Pour satisfaire les besoins en eau potable de la population martiniquaise environ 174 000 m3 d'eau sont prélevés chaque jour du milieu naturel. • 94% proviennent des eaux superficielles. • 4 rivières fournissent l’essentiel de la ressource: Capot, Lorrain, Lézarde et Blanche. • Une situation qui peut devenir critique en période de carême lorsque le débit des cours d’eau diminue.
  5. 5. Les prélèvements pour la production d’eau potable 2013
  6. 6. Des équipements non performants
  7. 7. Le traitement de l’eau • Pour assurer l’approvisionnement en eau de la population il existe: • 20 usines de production d’eau potable • Environ 300 ouvrages de stockage • un réseau de conduites s’étendant sur plus de 3000 kilomètres. Réservoir d’Acajou, Le Lamentin
  8. 8. Ces équipements permettent de répondre à la demande en eau potable mais présentent certaines insuffisances notamment: • Une capacité de stockage limitée ; • Des fuites importantes sur le réseau en raison de conduites vétustes (soit 1/3 de l’eau potable produite). • Une vulnérabilité aux risques naturels
  9. 9. L’assainissement des eaux usées • Pour protéger notre environnement et prévenir les risques sanitaires 308 stations d’épuration sont en service en Martinique. • Elles sont pour la plupart privées et de faible capacité épuratoire (soit 70% d’entre elles ont une capacité allant de 20 à 200 Equivalents-Habitants* (EH). • La plus grande est celle de Dillon 2 à Fort-de France d’une capacité nominale de 60 000 EH.
  10. 10. • Cependant, seulement 45% de la population martiniquaise est raccordée au réseau d’assainissement collectif. • Les 55% restants utilisent un système d’assainissement autonome. Celui-ci est souvent défaillant du fait d’une mauvaise conception ou d’un entretien insuffisant, ou rejettent directement les eaux usées dans le milieu naturel sans aucun traitement.
  11. 11. • Le système d’assainissement collectif est lui aussi non performant car de nombreuses stations doivent être mises en conformité. • Par conséquent, les systèmes de traitement des eaux brutes et usées ne sont pas suffisamment efficaces. Il sont des facteurs de pollution.
  12. 12. Une forte pollution anthropique
  13. 13. • Le problème de la pollution des eaux reste préoccupant en Martinique. • Les eaux sont affectées par diverses pollutions d’origine anthropique. • Le principal facteur de cette pollution est l’agriculture.
  14. 14. • Les pesticides et engrais utilisés pour les cultures, et principalement celle de la banane se retrouvent dans les cours d’eau et dans les eaux souterraines. • Le pesticide le plus répandu et portant gravement atteinte à l’environnement et à la santé des Martiniquais est la Chlordécone. • Au stade de la recherche actuelle, la décontamination est impossible.
  15. 15. • La Chlordécone est un insecticide qui a été couramment utilisé aux Antilles dans les années 80 pour lutter contre le charançon du bananier. • L’autorisation de vente a été retirée par le Ministère de l’Agriculture en 1990, mais suite à des dérogations, son usage a perduré jusqu’en 1993. • Compte tenu de sa durée de vie dans les sols (des dizaines d’années), la Chlordécone se retrouve dans dans l’eau et dans certaines denrées animales et végétales.
  16. 16. • On estime que : 68% des cours d'eau sont contaminés, les animaux (poissons, crustacés) sont contaminés dans 86% des cours d'eau. Les bassins versants les plus contaminés se situent dans le Nord-Atlantique, le Centre, le Centre-Sud La contamination est surtout présente en aval des bassins versants, c’est-à-dire en aval des parcelles de bananiers traitées à la Chlordécone.
  17. 17. Etat écologique des cours d’eau- avec chlodécone
  18. 18. • Ce diagnostic a conduit en 2009, à la mise en place d’un arrêté préfectoral interdisant la pêche et la commercialisation des poissons et crustacés pêchés dans les rivières, en mer pour certaines espèces, et dans des secteurs bien définis.
  19. 19. • Les autres facteurs de pollutions sont: • L’assainissement non maîtrisé (pollutions organiques domestiques issues des fosses septiques qui ne sont pas aux normes, rejets non conformes issus de stations d’épuration), • Les industries (distilleries responsables de pollutions organiques, carrières à l’origine de matières en suspension…), • Les prélèvements intensifs durant le carême qui engendrent une eutrophisation des cours d’eau et la dégradation de la qualité de l’eau…
  20. 20. En Martinique, l’eau douce est donc principalement utilisée pour la production d’eau potable mais en raison de sa forte diminution durant la saison sèche et de sa forte pollution nous devons la préserver.
  21. 21. • Sources: • www.observatoire-eau-martinique.fr/ • www.eaumartinique.eu/ • www.infeau.cg972.fr

×