1
FICHE PEDAGOGIQUE
La RT 2012 et la RT 2020 (Réglementation Bâtiment Responsable)
LaRT2012
LA REGLEMENTATION THERMIQUE 20...
2
Traitement de l’étanchéité à l’air (test de la porte soufflante)
Ce test consiste à mettre le logement en
surpression et...
3
LaRT2020-RBR
LA RT 2020 OU REGLEMENTATION BATIMENT RESPONSABLE (RBR)
La Réglementation Thermique 2020, également appelée...
4
LADEMARCHEHQE
FOCUS : LA HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE
La Haute Qualité Environnementale est une démarche de qualité, q...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

fiche pédagogique RT2012 + RT2020 + HQE

332 vues

Publié le

fiche pédagogique RT2012 + RT2020 + HQE

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
332
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

fiche pédagogique RT2012 + RT2020 + HQE

  1. 1. 1 FICHE PEDAGOGIQUE La RT 2012 et la RT 2020 (Réglementation Bâtiment Responsable) LaRT2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 (RT 2012) Conformément au Grenelle de l’Environnement, la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) a pour objectif de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWh/m² et par an en moyenne. La RT 2012 est avant tout une réglementation d’objectifs et comporte : 3 exigences de résultats : besoin bioclimatique, consommation d’énergie primaire, confort en été. Quelques exigences de moyens sont mis en œuvre pour refléter la volonté affirmée de faire pénétrer une pratique (par exemple : affichage des consommations). Le champ général d'application de la RT 2012 : ➢ porte sur les bâtiments résidentiels ou non résidentiels, neufs ; ➢ à partir du calcul de la consommation de chauffage, d'eau chaude sanitaire (ECS), d'éclairage, de refroidissement et des auxiliaires de chauffage, de refroidissement ou de ventilation ; ➢ selon des exigences calées sur le précédent label de performance BBC-Effinergie RT2005. EXIGENCES DE RESULTATS L’efficacité énergétique du bâti L’exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient « Bbiomax » (besoins bioclimatiques du bâti). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement, ventilation et éclairage), imposant ainsi son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre. La consommation énergétique du bâtiment L’exigence de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations de chauffage, refroidissement, éclairage, production d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs). La valeur du Cepmax s’élève à 50kWh/m².an d’énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l’altitude, le type d’usage du bâtiment, la surface moyenne des logements. Cette exigence impose, en plus de l’optimisation du bâti exprimée par le Bbio, le recours à des équipements énergétiques performants, à haut rendement. Le confort d’été dans les bâtiments non climatisés Des catégories de bâtiments sont définis dans lesquels il est possible d’assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement (climatisation). Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été n’excède pas un seuil, fonction de la zone géographique. EXIGENCES DE MOYENS Garantir la qualité de mise en œuvre Traitement des ponts thermiques (caméra thermique) Pont thermique Distribution des températures au niveau d'un pont thermique
  2. 2. 2 Traitement de l’étanchéité à l’air (test de la porte soufflante) Ce test consiste à mettre le logement en surpression et/ou dépression et mesurer les fuites grâce à une "fausse porte" c'est-à-dire un ventilateur piloté par ordinateur. Pour cela toutes les bouches d’aération sont fermées ainsi que toutes les autres aérations prévues (portes, fenêtres, etc.). La perméabilité à l’air des habitations neuves est limitée et contrôlée par mesure en cours et/ou en fin de travaux par ce test. Cela définit l'étanchéité du bâtiment. Il doit perdre moins de 0,6 m3/h/ m2 (maison individuelle) ou moins de 1 m3 (logement collectif) en 1 heure pour une surface de déperdition de 1 m2 (plancher bas exclu), exprimés à +/- 4 Pa de pression relative. Garantir le confort d’habitation Surface minimale de baies vitrées En résidentiel, la surface de baie doit être égale au minimum à 1/6 de la surface habitable Accélérer le développement des énergies renouvelables Généraliser leur utilisation en maison individuelle (diverses aides financières) Il peut s'agir : - du raccordement à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50 % par des énergies renouvelables, - de capteurs solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire, - de panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité, - de chaudière ou poêle à bois. Des solutions alternatives existent comme le chauffe-eau thermodynamique. Garantir un bon usage du bâtiment Mesure ou estimation des consommations d’énergie par usage Information de l’occupant Garantir une qualité énergétique globale Production locale d’énergie non prise en compte au-delà de l’auto- consommation
  3. 3. 3 LaRT2020-RBR LA RT 2020 OU REGLEMENTATION BATIMENT RESPONSABLE (RBR) La Réglementation Thermique 2020, également appelée « Réglementation Bâtiment Responsable » (RBR), vise à mettre en œuvre le concept de bâtiment à énergie positive (BEPOS). Il s’agit d’une réglementation d’objectifs qui laisse la liberté de conception tout en limitant la consommation d’énergie. Un bâtiment à énergie positive produit plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement. Cette différence est considérée sur une période lissée d’un an. La conception d’un habitat à énergie positive reprend généralement les grands principes de la maison passive (besoins en énergie de chauffage inférieurs à 15 kWh/m².an ; bonne étanchéité à l’air; consommation d’énergie totale inférieure à 120 kWh/m².an), en y ajoutant des éléments de productions énergétiques : ventilation avec récupération de chaleur, isolation thermique renforcée, captation efficace de l’énergie solaire passive (bioclimatisme),… Les différences avec la RT 2012 Deux nouveaux postes de consommation énergétique ➢ La RT 2012 prend en compte 5 usages distinctifs : le refroidissement, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire (ECS), l’éclairage et les auxiliaires (ventilateurs, pompes,..). La RT 2020 prendra également en compte de nouveaux usages tels que la consommation des appareils ménagers (ordinateurs, réfrigérateurs, télévision, lave- linge, …). ➢ Le concept d’énergie grise des matériaux et équipements sera également pris en compte. Il s’agit de l’énergie nécessaire tout au long du cycle de vie d’un produit (fabrication, transport, mise en œuvre et fin de vie). L’individu au cœur de la RT 2020 Avec l’application de la RT2020, individus et citoyens seront sensibilisés à consommer moins d’énergie. En effet, les évolutions technologiques qui diminuent la consommation des équipements ne suffit pas à atteindre le seuil du « zéro gaspillage énergétique » (gestion efficiente des usages, des consommations de l’électroménager et de l'informatique, de la mobilité...). L’évolution de notre comportement permettra de respecter la RT 2020 en consommant moins et plus efficacement. Le bien-être des habitants La RT 2020 prendra davantage en compte le bien-être des habitants : la qualité de l’air intérieur (QAI) ainsi que l’isolation phonique devront être anticipées par l’utilisation de matériaux de construction adéquats et ainsi mieux gérées (matériaux naturels sains).
  4. 4. 4 LADEMARCHEHQE FOCUS : LA HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE La Haute Qualité Environnementale est une démarche de qualité, qui vise un meilleur confort dans la construction et l’usage du bâti. Elle est basée sur une approche du « coût global » (financier et environnemental) d’un projet ; de sa conception à sa fin de vie, en comprenant idéalement au moins un bilan énergétique, un bilan carbone, et une analyse de cycle de vie des éléments bâtis. La démarche de qualité environnementale dans le bâtiment s’appuie sur un référentiel technique en 2 volets : un système de management d’opération (SMO) pour évaluer le management environnemental mis en œuvre, et le référentiel de la qualité environnementale dans le bâtiment (QEB) pour évaluer la performance architecturale et technique de l’ouvrage. La HQE est une marque commerciale, validée par la certification « NF Ouvrage Démarche HQE® » par l'AFNOR1 inspirée du label haute performance énergétique (HPE) auquel il ajoute une dimension sanitaire, hydrologique et végétale. La démarche HQE étant critiquée pour son manque de lisibilité et sa défense des intérêts commerciaux des industriels (elle adhère à l'AIMCC, le syndicat des fabricants de produits de construction), certains professionnels lui préfèrent la méthode britannique BREEAM et/ou des processus de conception liés aux labels publics français. Le système de management d’opération (SMO) La mise en œuvre d’un système de management d’opération permet de définir la qualité environnementale visée pour le bâtiment et d’organiser l’opération pour l’atteindre, tout en maîtrisant l’ensemble des processus opérationnels liés à la programmation, la conception et la réalisation de l’ouvrage. La Qualité Environnementale dans le Bâtiment (QEB) La Qualité Environnementale du Bâtiment est l’aptitude de ses caractéristiques intrinsèques (bâtiment, équipements, parcelles) à satisfaire les exigences suivantes : - Maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur - Création d’un environnement intérieur confortable et sain. La mesure de ces exigences se fait via la prise en compte de 14 cibles scindées en 4 familles : - Les cibles d’éco-construction (5) (relation harmonieuses du bâtiment avec son environnement, choix intégré des produits/systèmes/procédés de construction, chantier à faible nuisances) - Les cibles d’éco-gestion (5) (énergie, eau, déchets d’activité, entretien/maintenance) - Les cibles de confort (4) (hygrothermique, acoustique, visuel, olfactif) - Les cibles de santé (3) (qualité sanitaire des espaces, qualité sanitaire de l’air et de l’eau) Pour respecter la démarche HQE, le bâtiment doit suivre le SMO et doit atteindre au minimum : 7 cibles au niveau de base, 4 cibles au niveau performant et 3 cibles au niveau très performant

×