68
Une maison individuelle en
paille et ossature bois
nichée dans la forêt.
En langue celtique, Koeschi signifie «  la mai...
www.libnam.eu 2
Koeschi est situé dans une vallée
boisée, achetée par la famille Penk
dans les années 1960. Le grand-
père...
Collectif franco-britannique Libnam3
Système constructif
La conception a été fortement
influencée par les contraintes du s...
www.libnam.eu 4
murs extérieurs sont isolés avec
des bottes de paille protégées, en
externe, par des panneaux pare-
pluie ...
Collectif franco-britannique Libnam5
Focus technique :
Le bois en
éco-construction
Koeschi montre l’intérêt de la
construc...
www.libnam.eu 6
Freins et leviers
Prendre le temps de l’auto-
construction
Lorsque Joshua fournit des conseils
aux auto-co...
Collectif franco-britannique Libnam7
Chauffage et
climatisation naturels
La façade sud comporte une couche
de verre simple...
8
Intervenants
Architecte/Constructeur/Propriétaire :
Joshua Penk
Ingénieur en Structure : Matthew
Crompton, www.cedcengin...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Koeschi fr

150 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
150
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Koeschi fr

  1. 1. 68 Une maison individuelle en paille et ossature bois nichée dans la forêt. En langue celtique, Koeschi signifie «  la maison dans les bois  ». Entouré d’arbres centenaires, ce bâtiment moderne surprend par son emplacement mais se fond dans le paysage environnant. Cette maison, à ossature bois, a été conçue pour tirer profit à la fois de l’apport solaire passif mais aussi des qualités rafraîchissantes de la forêt et du ruisseau qui coule à ses pieds. Construite avec du bois prélevé sur place, elle a été isolée avec des bottes de paille et de la laine de mouton. Présentation Truro Exeter Bodmin Koeschi Chronologie Acquisition du site dans les années 60. Permis de construire obtenu dans les années 80. Modification des plans en 2009. Construction de 2009 à 2011. Dans la nature - Photo © Peter Graham
  2. 2. www.libnam.eu 2 Koeschi est situé dans une vallée boisée, achetée par la famille Penk dans les années 1960. Le grand- père de Joshua Penk y construisit une maison bien avant que lui- même ne conçût Koeschi, en 2008. Il l’a réalisé à 19 ans, avant son entrée en école universitaire d’architecture, avec l’aide de membres de sa famille, d’amis et de bénévoles. Son objectif était de créer un bâtimentàfaiblecoûtenutilisantdes matériaux naturels, à faible énergie grise. Un grand soin a été apporté pour minimiser l’impact de la maison sur le paysage. Esthétiquement, le bâtiment est influencé par le modernisme et le design japonais. L’entrée sur le site de 0,35 ha est restreinte, car on ne peut y accéder que par le ruisseau qui traverse le fond de la vallée. De grands hêtres et chênes centenaires surplombent le bâtiment, sur toute sa superficie, grâce à une détermination du maître d’ouvrage à n’abattre ni élaguer aucun de ces arbres. C’est pourquoi la maison est littéralement immergée dans la forêt et donne l’impression de s’y trouver depuis de nombreuses années. Contexte Plan © Joshua Penk N
  3. 3. Collectif franco-britannique Libnam3 Système constructif La conception a été fortement influencée par les contraintes du site et la volonté de diminuer les coûts. Pourrespecterlebudgetinitial,ilaété nécessaire de réduire l’intervention d’entreprises extérieures. Koeschi a ainsi été construit sans faire appel à des échafaudages  ; toutes les manutentions ont été faites manuellement, à l’aide d’un palan. Ces facteurs économiques et d’intégration paysagère ont conduit à choisir un bâtiment de plain- pied. Koeschi est donc un bâtiment de 220 m² sans étage, reposant sur 50 plots en béton, érigés en fonction de la pente du lieu. Ceux- ci soutiennent des poteaux porteurs en pin douglas dont les extrémités ont été protégées avec des feuilles de plomb laminé. L’espace de vie principal est entièrement ouvert, permettant à la chaleur du poêle à bois de circuler naturellement. L’hiver, celui-ci fournit l’eau chaude et alimente un système de chauffage par le sol. A la belle saison, l’eau chaude sanitaire est fournie par un panneau solaire thermique (Navitron). De larges baies vitrées sur la façade sud fournissent un apport solaire significatif. Les grandes portées dans la pièce à vivre sont obtenues en utilisant des poutres en lamellé-collé. Les Fondations - Photo © Celia Robbins
  4. 4. www.libnam.eu 4 murs extérieurs sont isolés avec des bottes de paille protégées, en externe, par des panneaux pare- pluie en fibre de bois recyclé (Bitroc) et un bardage en cèdre. Ils sont, en sus, à l’abri de la pluie grâce à de grands débords de toit. Pour l’intérieur, des panneaux d’OSB et des lattes de bois supportent les finitions intérieures, réalisées en matériaux respirants, naturels et bruts, sans peinture, tels des panneaux en bouleau, du gypse ou de la fibre de bois (Panelmox). Le revêtement de sol est également fait à partir de fibres de bois et de gypse, poncé et étanchéifié avec un vernis à base d’eau. Les planchers et les plafonds sont isolés avec de la laine, précisément un sous-produit issu de la production locale de tapis en laine du Devon. Le toit végétalisé a été construit en utilisant une plaque bitumée, un film en caoutchouc et de la terre extraite du site. Intérieur - Photo © Celia Robbins
  5. 5. Collectif franco-britannique Libnam5 Focus technique : Le bois en éco-construction Koeschi montre l’intérêt de la construction bois : celle-ci impacte peu son environnement et autorise une écriture architecturale très libre. La structure légère de Koeshi lui permet de s’élever au-dessus du sol, côté nord, en tenant compte de la pente qui rejoint le ruisseau. Elle facilite également la mise en œuvre d’un auvent, ouvert à l’extérieur, qui surplombe le bâtiment. Le bois provient du site lui-même ou, le cas échéant, de fournisseurs locaux, éventuellement de l’étranger (les poutres en lamellé-collé ont été importées car elles n’étaient pas disponibles localement au moment de la construction). Parmilesessencesdeboisprovenant du site, on compte le cèdre pour le bardage extérieur, le chêne pour les parements intérieurs et le bois de cerisier pour la porte d’entrée. Du pin douglas d’origine locale a également été utilisé pour de nombreux éléments structurels. Accès principal - Photo © Martin Penk - Arco2
  6. 6. www.libnam.eu 6 Freins et leviers Prendre le temps de l’auto- construction Lorsque Joshua fournit des conseils aux auto-constructeurs, il les invite à commencer par un bâtiment de petite taille, selon une conception modulaire qui permet des agrandissements progressifs. Il estime également qu’il faut se garder de toute précipitation. Il a eu l’avantage de connaître le site de sa future maison de nombreuses années avant le début des travaux, cela lui a permis de faire évoluer son projet. Des matériaux maison Sur son chantier, les cadres des portes coulissantes en verre ont été fabriqués à partir d’arbres qui ont grandi sur place. Malheureusement, le bois n’était pas suffisamment sec lorsqu’il a été travaillé et des déformations sont apparues. Pour éviter ce type de problèmes, le maître d’ouvrage conseille de travailler avec du bois sec lors des travaux de menuiserie, par exemple en usant d’un four conçu pour cet usage. Compétences et apprentissage Le chantier a offert de réelles opportunités d’apprentissage tout au long du processus de construction. L’habitude était prise de démarrer un nouveau procédé dans une partie mineure du bâtiment, afin que les premiers essais ne produisent pas de dommages importants. Grâce à l’utilisation des forums en ligne sur la construction durable, le maître d’ouvrage a pris contact avec un certain nombre de constructeurs qui sont venus travailler sur le site pour partager leurs compétences et en acquérir de nouvelles. Préparation du bois - Photo © Joshua Penk
  7. 7. Collectif franco-britannique Libnam7 Chauffage et climatisation naturels La façade sud comporte une couche de verre simple vitrage, afin de capter la chaleur solaire dans une «  aire d’ensoleillement » close. Les murs intérieurs de cette aire d’ensoleillement sont, eux, en triple vitrage. La chaleur ainsi piégée peut pénétrer la maison, par temps frais, en ouvrant les portes coulissantes prévues à cet effet. A l’inverse, par temps chaud, les portes sont laissées fermées. La façade nord est ombragée en permanence par la forêt, et donne sur un ruisseau, situé juste en dessous. Par temps chaud, une grande fenêtre sur la façade nord est ouverte, qui génère une entrée d’air frais. Les personnes qui habitent désormais Koeshi, témoignent de l’efficacité du chauffage solaire passif au printemps et en automne, lorsque la température de l’air extérieur se situe entre 8 et 12°C environ. Dans ces conditions, un fort ensoleillement peut générer suffisamment de chaleur pour élever la température intérieure à 18-20°C, pendant une grande partie de la journée. Les finitions intérieures peuvent également jouer un rôle d’inertie et donc de régulateur thermique : de grands panneaux en gypse et fibres de bois placés dans certaines pièces stockent les calories. Façade Sud - Photo © Martin Penk - Arco2
  8. 8. 8 Intervenants Architecte/Constructeur/Propriétaire : Joshua Penk Ingénieur en Structure : Matthew Crompton, www.cedcengineering.com Fournisseur de bois : Duchy Timber, Lostwithiel Fournisseur de paille : Restormel farm, Lostwithiel Fournisseur des baies vitrées : St Austell Glass Ltd Revêtements murs et sols : The Panel Agency Poêle à bois et chaudière : Grey Metal, www.greymetal.co.uk Poutres lamellé-collé : Glulam Ltd Coûts Coût total : 102 300 € Coût/m² : 469€/m² (TVA incluse) Note : le coût de la main d’œuvre n’a pas été valorisé dans la construction de ce bâtiment. Koeschi s’appuie sur le poêle à bois et des panneaux solaires pour alimenter le chauffage au sol et le ballon d’eau chaude. Il existe aussi un complément électrique, en cas de besoin. Ni fuel ni gaz ne sont utilisés. La consommation moyenne d’électricité au cours des deux Performances globales premières années d’occupation a été de 10 à 14 kWh par jour. Les résidents actuels indiquent que le poêle à bois fournit une chaleur adéquate pour la grande pièce à vivre. Par temps froid, il a besoin de fonctionner 4 à 6 heures pour assurer une température de confort pendant 24h, sans qu’il soit utile d’avoir recours au système de chauffage par le sol. Ce dernier est intéressant pour les chambres et salles de bains qui ne reçoivent pas la chaleur directe du poêle. Panneaux solaires thermiques - Photo © Celia Robbins Contact CSBT (Cornwall Sustainable Building Trust) http://csbt.org.uk/

×