Méthodologies
d’accompagnement
Construction Durable
Exemples en France et en
Grande Bretagne
Méthodologies
d’accompagnement
Construction Durable
Exemples en France et en
Grande Bretagne
Ce projet a été financé avec ...
6
Sommaire
Contexte...............................................................................8
Focus en France..........
7
1. Dossiers techniques ou thématiques.....................................................................34
2. Structur...
8
Contexte
La réduction annoncée des émissions de dioxyde de carbone dans le
secteur de la construction nécessite l’adopti...
9
Focus en France
La réglementation thermique en France suite à la directive
européenne
La conduite de cette politique nou...
10
Bâtiments à Énergie POSitive (BEPOS) - 2018 pour les bâtiments
publics : consommation d’énergie primaire des bâtiments ...
11
L’éco-construction les matériaux naturels en France
En juin 2010, la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Pays...
12
Compte tenu du taux de renouvellement du parc (environ 1% par an), les
efforts d’amélioration de la performance énergét...
13
Focus au Royaume Uni
La réglementation thermique en Grande Bretagne en
réponse à la directive européenne
Le ministère b...
14
En comparaison, l’activité qui favorise l’utilisation de matériaux bio-
sourcés dans la construction semble être portée...
15
L’accompagnement des professionnels dans la mise en
œuvre de la réglementation thermique
La croissance exponentielle br...
16
L’économie verte : une réponse à un enjeu majeur
Au plan mondial, la crise
économique et financière
a servi de révélate...
17
Cependant on connaît peu le rôle potentiel que peuvent jouer les matériaux
naturels pour contribuer à ces objectifs. Il...
18
ObjectifsActions
Animation de
groupes de travail
sur des territoires
afin de renforcer
les liens et la
dynamique locale...
19
Méthode 1 : Actions d’animation de
groupe autour d’une thématique
Cette méthode est destinée à impliquer les acteurs da...
20
2. Organiser ensemble un évènement promotionnel
Brève description
Des structures telles que la CAPEB
Bretagne, le Pays ...
21
régionaux, facilités notamment par la présence de NEVE’O au sein du
Réseau Breton Bâtiment Durable et par sa participat...
22
5. Faciliter les groupes de travail pour organiser la formation
Brève description 
Les professionnels de la constructio...
23
de participants du plus bas niveau au plus haut. WARM propose des
formations certifiées sur la norme «Passivhaus » aux ...
24
ObjectifsActions
Visites Techniques
à Thème
Café Débat
Conférences
Evènements
Informer,
démontrer par
l’expérience,
per...
25
Méthode 2 : Actions de promotion,
valorisation et communication
Les actions de promotion, valorisation et communication...
26
3) De comprendre les enjeux de l’éco construction par des débats, des
évènements, des journées portes ouvertes et des v...
27
bâtiment et grand public.
Un réseau de professionnels animé par un technicien organise l’ouverture
de chantiers. Ces ch...
28
Testée par : CAPEB, Pays COB
Testée auprès de : professionnels du bâtiment et grand public
Testée où : Pays du Centre O...
29
Exemples anglais
4. Portes Ouvertes
Brève description :
Le public visite des maisons où ont été installées des équipeme...
30
5. Réunions de groupes (Café Débat)
Brève description
L’objectif pour les professionnels est de partager des idées et d...
31
Quels objectifs :
1) Communiquer ;
2) Coordonner un réseau de professionnels ;
3) Informer, sensibiliser et apprendre e...
32
ObjectifsActions
Fiches ou
livret «retour
d’expérience»
Dossier
Technique ou
Thématique
Permettre la
transferabilité
Fa...
33
Méthode 3 : Actions de veille,
de production de compilation
d’informations
Les actions de veille et de centres de resso...
34
Exemples français
1. Dossiers techniques ou thématiques
Brève description
Constituer un groupe de travail permettant de...
35
3. Formaliser les retours d’expériences à partir de cas
concrets par des fiches « retour d’expérience » accessibles
sur...
36
Exemples anglais
4. Création, édition et mise à jour des ressources en ligne
Brève description
Méthode destinée à la co...
37
de construction conformes au standard Passivhaus ainsi que les prestations
de formation et de certification sont payant...
38
5. Réalisation et publication de brochures d’information,
(données patrimoniales, historiques)
Brève description
Il n’a...
39
règlementations en matière de construction. Les informations contenues
dans les brochures sont bien documentées et cons...
40
ObjectifsActions
Session de
formation
Enseignement
de l’Innovation à
l’Université
Développer des
compétences
techniques...
41
Accompagnement
individuel
Développer des
compétences
techniques
Porteurs de projet
Analyser sa
pratique
Développer la
c...
42
Exemples français
1. Accompagnement individuel
Brève description
Depuis janvier 2010, les élus du
Pays COB ont décidé d...
43
et un coaching. L’innovateur est ainsi orienté dans sa démarche et son
avancement s’en voit accéléré, quel que soit son...
44
pratique destinés à des professionnels et animés par une ingénieure en
formation. Ces ateliers ont une thématique préci...
45
Testée par : CAPEB,
ARFAB et Pays COB
Testée auprès
de  : Artisans du
Pays Centre Ouest
Bretagne
Testée où  : Pays
du C...
46
de son lien avec l’Eden Project, le Green Build Hub va attirer de nombreux
vacanciers. La recherche et l’éducation. Les...
47
du parcours professionnel et fournissent des orientations.
Testé par : WARM
Testée auprès de :
Dispensé par WARM dans l...
48
Conclusion
Les maitres d’ouvrage doivent connaitre l’ensemble des coûts relatifs à
la construction ou à la réhabilitati...
49
L’acte de démontrer la faisabilité doit être porté par les professionnels déjà
inscrits dans la démarche.
La conduite d...
50
Annexe
1. Méthode utilisée
Un travail collaboratif d’interviews et d’analyse
transmanche
L’objectif de l’enquête était ...
51
2. Remerciements
Nous remercions les structures et les personnes interviewées pour leur
disponibilité. Sans elles, le p...
52
territoire mettent en œuvre depuis de nombreuses années des activités
autour de cette notion que ce soit au niveau de l...
53
l’ADEME Bretagne. En lien et en complément avec les projets portés par les
acteurs régionaux de la construction, ce rés...
54
Pour l’Angleterre 
361 Energy
361 Energy est un nouvel organisme communautaire qui
travaille avec les écoles et les col...
55
Warm Home Discount Scheme : Caroline Martin
(achitecte pour Warm), Liam McDonagh-Greaves
(architecte WARM et architecte...
56
Mike Wye
Mike Wye est une société à responsabilité
limitée du nom de son créateur. Ce fournisseur
de matériaux de const...
57
Pour aller plus loin
Vous trouverez ici une liste complémentaire non exhaustive de structures
accompagnatrices en Breta...
58
Pays de Fougères - http://www.pays-fougeres.org/
La transition énergétique conduit à redéfinir les indicateurs de compé...
59
de salons ;
• Stimuler l’émergence de projets collaboratifs.
Les groupes de travail sont accessibles à toutes structure...
60
mutualisations d’expériences, les brèves de Bruded et le site Internet ;
• Un accompagnement individuel par les chargés...
61
rôle de Bâtipole est de permettre aux entreprises d’appréhender et
d’acquérir les savoirs indispensables pour répondre ...
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Livret méthodologies d'accompagnement construction durable
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livret méthodologies d'accompagnement construction durable

951 vues

Publié le

Livret méthodologies d'accompagnement construction durable

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
951
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livret méthodologies d'accompagnement construction durable

  1. 1. Méthodologies d’accompagnement Construction Durable Exemples en France et en Grande Bretagne
  2. 2. Méthodologies d’accompagnement Construction Durable Exemples en France et en Grande Bretagne Ce projet a été financé avec le soutien de la commission euro- péenne (N° 4243 du programme Interreg IVA France (Manche) - Angle- terre)
  3. 3. 6 Sommaire Contexte...............................................................................8 Focus en France................................................................................ 9 La réglementation thermique en France suite à la directive européenne.......9 L’éco-construction les matériaux naturels en France............................................11 Les perspectives d’évolution du marché....................................................................12 Focus au Royaume Uni.................................................................. 13 La réglementation thermique en Grande Bretagne en réponse à la directive européenne.........................................................................................................................13 L’utilisation des matériaux naturels dans la construction en Grande Bretagne...............................................................................................................................14 L’accompagnement des professionnels dans la mise en œuvre de la réglementation thermique.............................................................................................15 L’économie verte : une réponse à un enjeu majeur...............................................16 Méthode 1 : Actions d’animation de groupe autour d’une thématique......................................................................... 19 Exemples français........................................................................... 19 1. Réunir les professionnels autour de productions écrites, dossiers techniques ou thématiques..................................................................................................................19 2. Organiser ensemble un évènement promotionnel..........................................20 3. Animation territoriale.................................................................................................20 Exemples anglais............................................................................ 22 4. Faciliter les groupes de travail régionaux............................................................22 5. Faciliter les groupes de travail pour organiser la formation.........................22 Méthode 2 : Actions de promotion, valorisation et communication................................................................... 25 Exemples français........................................................................... 26 1. Portes ouvertes..............................................................................................................26 2. Opérations de promotion et de valorisation en créant des évènements.... 27 3. Visite technique............................................................................................................28 Exemples anglais............................................................................ 29 4. Portes Ouvertes.............................................................................................................29 5. Réunions de groupes (Café Débat).........................................................................30 Méthode 3 : Actions de veille, de production de compilation d’informations................................................................... 33 Exemples français........................................................................... 34
  4. 4. 7 1. Dossiers techniques ou thématiques.....................................................................34 2. Structuration d’un fond documentaire / d’une base de données accessible via internet..........................................................................................................................34 3. Formaliser les retours d’expériences à partir de cas concrets par des fiches « retour d’expérience » accessibles sur Internet......................................................35 Exemples anglais............................................................................ 36 4. Création, édition et mise à jour des ressources en ligne...............................36 5. Réalisation et publication de brochures d’information, (données patrimoniales, historiques)............................................................................................38 Méthode 4 : Action d’accompagnement individuel ou collectif (la formation entre dans ce cadre)..................................... 41 Exemples français........................................................................... 42 1. Accompagnement individuel...................................................................................42 2. Laboratoire d’innovation pédagogique................................................................43 3. Mise en œuvre d’une formation technique sur un territoire spécifique...... 44 Exemples anglais............................................................................ 45 4. Pôle de ressources régional......................................................................................45 5. Travail collaboratif pour organiser, mettre en place et dispenser des formations...........................................................................................................................46 Conclusion........................................................................ 48 Annexe.............................................................................. 50 1. Méthode utilisée........................................................................ 50 Un travail collaboratif d’interviews et d’analyse transmanche.........................50 2. Remerciements........................................................................... 51 Pour la France ...................................................................................................................51 Pour l’Angleterre ..............................................................................................................54 Pour aller plus loin...........................................................................................................57 3. Les partenaires LIBNAM............................................................ 65 4. Le projet LIBNAM....................................................................... 66 5. Crédit texte, photos et traduction........................................... 67 Rédacteurs...........................................................................................................................67 Mise en page graphique et suivi de la mise en page............................................67 Traduction ..........................................................................................................................67 Crédits photos....................................................................................................................67
  5. 5. 8 Contexte La réduction annoncée des émissions de dioxyde de carbone dans le secteur de la construction nécessite l’adoption d’une approche globale et coordonnée pour garantir que les objectifs législatifs de l’Europe soient atteintsdanslesdélaisconvenus.Ladirectiveeuropéennesurlaperformance énergétique des bâtiments (DEPEB, ou EPBD pour Energy Performance of Buildings Directive) est le principal outil législatif qui guide les États membres de l’UE vers une réduction convenue des niveaux de CO2. La France et le Royaume-Uni se sont donc engagés à investir à grande échelle dans des programmes nationaux en faveur des économies d’énergie et des énergies renouvelables pour atteindre les objectifs de la directive européenne du 19 mai 2010 relative à la performance énergétique des bâtiments. En effet, chaque Etat membre est contraint de fixer : • Une méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments ; • L’application d’exigences minimales aux bâtiments neufs ; • L’application d’exigences minimales pour les bâtiments existants faisant l’objet de travaux de rénovation importants, leur enveloppe et pour leurs systèmes techniques ; • Des plans nationaux visant à accroître le nombre de bâtiment dont la consommation d’énergie est quasi nulle ; • La certification de la performance énergétique des bâtiments ; • L’inspection régulière des systèmes de chauffage et de climatisation dans les bâtiments ; • Des systèmes de contrôle indépendants pour les certificats de performance énergétique et leurs rapports d’inspection. Outre le passage aux énergies renouvelables, des investissements à grande échelle sont donc indispensables pour améliorer l’efficacité thermique du parc actuel des 26 millions de logements vieillissants au Royaume- Uni qui produit 30% des émissions de CO2 du pays, et celui du parc immobilier résidentiel et tertiaire français qui consomme 44% de l’énergie nationale et constitue la 3ème source d’émissions de CO2 (23%) - 2/3 de ces consommations concernant le secteur résidentiel pour 28 millions de
  6. 6. 9 Focus en France La réglementation thermique en France suite à la directive européenne La conduite de cette politique nouvelle à l’échelle européenne se traduit en France par des engagements financiers massifs dans les secteurs identifiés comme prioritaires à l’occasion du Grenelle, à hauteur de 440 milliards d’euros qui seront investis dans les domaines du bâtiment, des transports, des énergies renouvelables, de la protection de la biodiversité, de la gestion de l’eau et des déchets. La loi portant « engagement national pour l’environnement » dite Grenelle 1 puis 2 fixe comme objectifs : Pour les bâtiments existants : • Diminuer de 38 % la consommation énergétique du parc de bâtiments et -50 % d’émissions de GES d’ici 2020 ; • Rénover 400 000 logements par an à compter de 2013 ; • Diminuer de 40 % la consommation énergétique du parc de bâtiments publics entre 2012 et 2020, notamment par la rénovation thermique des 50 millions de m2 des bâtiments de l’État et des 70 millions de m2 de ses principaux établissements publics ; • Rénover 800 000 logements sociaux pour ramener leur consommation de 230 kWh ep /m2 /an à 150 kWh ep /m2 /an en 2020. Pour les bâtiments neufs : • Généraliser les Bâtiments Basse Consommation (BBC, 50 kWhep/m²/ an) à partir de 2010 pour les bâtiments publics, 2012 pour le reste du tertiaire et 2013 pour les logements (RT 2012) ; • Que toutes les constructions neuves à partir de 2020 soient des résidences principales. Le secteur du bâtiment constitue donc un gisement important d’économies d’énergie, en France et en Grande-Bretagne, et donc de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  7. 7. 10 Bâtiments à Énergie POSitive (BEPOS) - 2018 pour les bâtiments publics : consommation d’énergie primaire des bâtiments inférieure à la quantité d’énergie produite à partir des sources renouvelables du bâtiment. Le Plan Bâtiment a la charge de mettre en œuvre les programmes correspondants. Pour les logements neufs, la réglementation thermique 2012 applicable depuis le 1er janvier 2013 impose une consommation conventionnelle d’énergie primaire de 50 kWh/m2 par an. Une nouvelle réglementation devrait être mise en œuvre à compter de 2020 : les nouvelles constructions devront alors présenter une consommation en énergie primaire inférieure à la quantité d’énergie renouvelable produite par le bâtiment. Cette mesure est notamment en ligne avec la Directive EPBD 2 (2010) qui exige qu’à partir de fin 2020 tous les nouveaux bâtiments résidentiels aient une consommation d’énergie globale proche de zéro. Parmi les mesures phares, on trouve la mise en place progressive d’une obligation de travaux pour tous les logements anciens afin de les porter au niveau d’exigences du label BBC Rénovation d’ici à 2050. D’autres mesures contribueront à la rénovation énergétique : • Mettre en œuvre un système de financement simple et efficace pour les particuliers souhaitant rénover leurs logements ; • Moduler la fiscalité immobilière en fonction de la performance énergétique d’une habitation ; • Renforcer les contrôles sur le diagnostic de performance énergétique ; • S’assurer du respect de la réglementation thermique dans le neuf ; • Développer les bâtiments à énergie positive ; • Accélérer et renforcer la rénovation dans le tertiaire privé et public ; • Développer la formation professionnelle pour les métiers du bâtiment ; • Mettre davantage de conseillers énergie de proximité à disposition des ménages.
  8. 8. 11 L’éco-construction les matériaux naturels en France En juin 2010, la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages (DHUP) a constitué un groupe de concertation avec les professionnels du bâtiment et des filières de matériaux de construction biosourcés pour d’une part comprendre les freins au développement de ces nouveaux matériaux, et d’autre part produire un plan de développement de ces filières économiques émergentes. (Ces travaux sont disponibles sur le site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie http://www.developpement-durable.gouv.fr/ ) Les enjeux identifiés à l’issue de ce travail de concertation sont les suivants : 1) Structurer la filière du bâtiment dans son ensemble et identifier les nouveaux métiers et pratiques. 2) Industrialiser la filière. Pour permettre de satisfaire aux exigences techniques et économiques du marché  : évaluation et certification (aptitude à l’usage, performances fonctionnelles et environnementales), rédaction des règles professionnelles, … 3) Professionnaliser la filière  : acquérir, coordonner, transmettre et diffuser ses savoirs et savoir-faire. 4) Intensifier l’innovation de la filière : s’appuyer sur des connaissances scientifiques issues de programmes de R&D, type IFSTTAR. 5) Territorialiser  : par la création d’emplois non-délocalisables, la valorisation des ressources d’un territoire et le partage des expériences pour améliorer l’offre sur le territoire et son accessibilité.
  9. 9. 12 Compte tenu du taux de renouvellement du parc (environ 1% par an), les efforts d’amélioration de la performance énergétique devront se concentrer sur la rénovation (environ 25 millions de logements), et notamment la rénovation des 19 millions de logements construits en France avant la première réglementation thermique de 1975. Ces logements représentent 58% du parc et plus de 75% de la consommation d’énergie du secteur : leurs consommations en énergie primaire sont en effet deux à trois fois plus élevées que celles des logements récents (330 kWh/m²/an avant 1975 contre environ 100 kWh/m²/an après 1975). L’amélioration des performances des logements neufs (environ 3 millions de logements supplémentaires d’ici 2020) devra également être pensée. La filière du bâtiment française, avec 310 000 entreprises et 1,3 millions d’emplois, est l’un des moteurs de la croissance. De fait, le bâtiment constitue donc un gisement important d’économies d’énergies et d’émissions de CO2 à des coûts compétitifs, et ayant des répercussions positives sur l’emploi et l’économie. Ce secteur doit être pour cette raison une priorité pour l’Etat qui doit mettre en œuvre une politique globale, notamment en adaptant en continu la réglementation thermique et les outils de financements publics vers les actions et produits les plus efficients. Le marché bute néanmoins sur la fragmentation de la filière, la non- optimisation des dispositifs d’aide, notamment en vue de développer une filière compétitive et un important besoin en formation. • Faire évoluer les dispositifs de formation, la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage ne devant pas être oubliées. Pour cela, il peut être nécessaire de rapprocher la formation des professionnels des lieux de réalisation et de démonstration. • Prendre en compte les aspects sociaux et santé-environnement du bâtiment. L’accessibilité et la qualité de l’air feront partie des éléments de qualité essentiels des bâtiments durables, à construire ou à rénover. Par conséquent les aspects sociaux et santé-environnement ne devront pas être oubliés - notamment la qualité de l’air intérieur - en ne se focalisant pas uniquement sur la performance thermique. Source ADEME /Ministère du développement durable Les perspectives d’évolution du marché
  10. 10. 13 Focus au Royaume Uni La réglementation thermique en Grande Bretagne en réponse à la directive européenne Le ministère britannique de l’énergie et du changement climatique (DECC  : Department of Energy and Climate Change) a adopté une stratégie visant à réduire au Royaume-Uni le niveau du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère d’ici à 2020. Cette stratégie met l’accent sur une réduction de la consommation d’énergie liée à des mesures incitatives pour les utilisateurs de sources d’énergie renouvelable. La concrétisation de ces mesures de réduction d’énergie est directement liée à la croissance de l’emploi dans le secteur des énergies renouvelables au Royaume-Uni et celui de la construction à travers les réseaux de fournisseurs d’énergie verte, de consultants, conseillers et installateurs. Cela a entraîné une concurrence accrue pour les micro-entreprises (elles sont définies dans l’UE comme ayant moins de 10 salariés ou un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions €) et une croissance de l’emploi avec une demande accrue pour les installations de chauffage, de vitrage et d’isolation. Des incitations fiscales pour les consommateurs sont proposées par le gouvernement à travers divers programmes, parmi lesquels les tarifs de rachat, une mesure incitative pour la production de chaleur à partir de sources d’énergie renouvelables (RHI : Renewable Heat Incentive), le dispositif Green Deal (https://www.gov.uk/green-deal-energy-saving- measures/overview) et le programme ECO (Energy Company Obligation, obligation imposée aux fournisseurs d’énergie). D’une manière générale ces initiatives sont financées par un prélèvement sur les factures d’énergie des consommateurs qui est distribué aux agences pour les énergies renouvelables afin de promouvoir et coordonner la gestion des subventions aux propriétaires pour :
  11. 11. 14 En comparaison, l’activité qui favorise l’utilisation de matériaux bio- sourcés dans la construction semble être portée par un petit nombre : a) d’organisations nationales sans but lucratif, ou b) des entreprises du secteur privé. Le financement de ces structures d’accompagnement peut être basé sur des subventions à court terme pour des projets de recherche, sans aucune pérennité ou développement à long terme. Les entreprises de construction privées qui se spécialisent dans les matériaux naturels, (et qui travaillent généralement dans le secteur du patrimoine bâti et de la restauration des bâtiments), peuvent fournir des informations utiles, proposer des sessions de formation, des événements et d’autres ressources, mais il y a un danger à ce que la promotion par le secteur privé des matériaux de construction naturels et des services liés à ces matériaux ne soit pas impartiale et ait tendance à être dictée par le marché. Le groupe de travail, relatif au programme « Maisons zéro carbone » prévu pour 2016, s’est inquiété en juin 2013 du manque de coordination de la recherche et de partage des connaissances qui risque de compromettre les objectifs de réduction de carbone au Royaume-Uni : « Il est nécessaire de suivre le cycle de la Recherche, du Développement, de la L’utilisation des matériaux naturels dans la construction en Grande Bretagne a) Améliorer l’isolation ; b) Installer des équipements à énergie renouvelable ; c) Mettre à niveau des systèmes de chauffage inefficaces. Il y a beaucoup de mesures d’efficacité énergétique éligibles au dispositif Green Deal répertoriées sur le site du DECC. Toutefois, au moment où nous rédigeons ce texte, il n’y a pas de mesures incitatives spécifiques dans le dispositif Green Deal pour utiliser des matériaux naturels en vue d’améliorer la performance thermique dans la construction. En outre, ni les données concernant « l’énergie grise » ni la réduction de carbone du « cycle de vie » des matériaux de construction naturels ne sont pris en compte dans les calculs du gouvernement.
  12. 12. 15 L’accompagnement des professionnels dans la mise en œuvre de la réglementation thermique La croissance exponentielle brutale du marché de la rénovation a suscité des inquiétudesausujetdelaformation,l’accréditationetlesuividesinstallateurs de matériaux isolants. Lors d’une présentation sur les économies d’énergie faite à l’AGA de l’Institut de Conservation des Monuments Historiques en 2014, un orateur a mis en avant les «conséquences fâcheuses» à appliquer des «solutions» modernes à des bâtiments traditionnels. En Novembre 2014, le groupe responsable de la formation du National Heritage a annoncé une nouvelle formation pour les entreprises en isolation travaillant sur les bâtiments traditionnels afin de comprendre les principes de conservation et les exigences nécessaires en matière de législation pour entretenir et réparer les bâtiments anciens dans les règles de l’art. La disponibilité limitée des places de formation ne reflète pas la demande croissante pour les travaux de rénovation qui sont nécessaires pour améliorer la performance thermique des bâtiments traditionnels, mais elle atteste de la nécessité de développer les compétences dans le secteur de la construction. Ce pourrait être l’opportunité pour les centres de formation professionnelle, en tant qu’organisations fondées sur le savoir, de devenir «structures accompagnatrices» en partenariat avec le secteur de la construction et le gouvernement, et éduquer une nouvelle génération de constructeurs et de travailleurs du bâtiment soucieux de l’environnement et de constructions à faible impact. Démonstration, du Déploiement, mais le groupe est très inquiet du manque de « locomotives » pour montrer la voie, du à un certain nombre de raisons, dont le retrait des subventions accordées au HCA (Homes and Communities Agency. Organisme public non ministériel qui finance en Angleterre les logements neufs abordables pour la classe moyenne (selon l’indice d’accessibilité au logement) pour soutenir les normes avancées), l’incertitude sur la définition du zéro carbone, et le fait que le taux de construction a été beaucoup plus lent que prévu lorsque la politique du zéro carbone a été annoncée. Il est à noter l’importance d’un modèle d’amélioration continue avec une boucle de partage des connaissances pour l’ensemble du secteur si l’on veut en accroître le nombre. » (http://www.masonryfirst.com/)
  13. 13. 16 L’économie verte : une réponse à un enjeu majeur Au plan mondial, la crise économique et financière a servi de révélateur général, concentrant les investissements pour la relance économique sur : • Les filières qui permettent de lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre par une moindre consommation d’énergie ou par le développement de sources d’énergie décarbonées ; • Mais aussi des filières qui ont pour conséquence, plus globalement, de réduire la consommation de ressources naturelles, notamment à travers le recyclage des déchets ou le retraitement de l’eau. Aujourd’hui, au sein de l’Union Européenne, cette évolution est perçue comme un enjeu essentiel. Ainsi, les filières de la croissance verte peuvent être une réponse au développementdurable.Ils’agitdoncdeconstruireunsystèmeéconomique qui, à long terme, utilise moins ou mieux la ressource énergétique et les matières premières non renouvelables, une économie à la fois sobre et dé-carbonée : • Qui émet beaucoup moins de gaz à effet de serre ; • Qui privilégie les écotechnologies : l’ensemble des technologies dont l’emploi est moins néfaste pour l’environnement que le recours aux techniques habituelles répondant aux mêmes besoins ; • Qui pratique la production et la consommation responsables ; • Dans laquelle les transports sont raisonnés, les villes durables, les territoires pensés et gérés globalement selon un mode de développement durable ; • Qui protège et rétablit les services éco systémiques rendus par l’eau, les sols, la biodiversité ; • Qui évalue les effets des décisions sur les générations futures.
  14. 14. 17 Cependant on connaît peu le rôle potentiel que peuvent jouer les matériaux naturels pour contribuer à ces objectifs. Il est donc important de s’assurer que, dans la course où s’est engagé le Royaume-Uni et la France pour atteindre des objectifs ambitieux de réduction de carbone, les propriétés thermiques, acoustiques et la capacité de stockage d’énergie des matériaux bio-sourcés ne sont pas négligées, et que les structures d’accompagnement nécessaires existent pour apporter les ressources, les compétences et les connaissances afin de faciliter le développement de solutions grand public viables qui permettront la construction de logements à faible impact en utilisant des matériaux de construction bio-sourcés. Dans cet ouvrage, vous retrouvez des méthodes d’accompagnement de la filière du bâtiment dans l’éco-construction non exhaustives utilisées en France et en Grande Bretagne. Elles sont utilisées pour répondre aux enjeux partagés d’efficacité énergétique, qualité de l’habitat et valorisation des savoir faire.
  15. 15. 18 ObjectifsActions Animation de groupes de travail sur des territoires afin de renforcer les liens et la dynamique locale Animation de groupes de travail dans le but de transférer les expériences et les savoir-faire (production de documentation, visites techniques…) Animation de groupes de travail dans le but d’organiser des évènements (entendu au sens large) Animation de groupes de travail dans le but d’organiser une formation Stimuler le travail en commun Permettre l’inter- connaissance Permettre une formalisation collective de l’expérience de chacun Favoriser la transversalité des professions Créer des réseaux de professionnels Concourir au développement du savoir collectif Bénéficiaires Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) Maitres d’ouvrage publics ou privés Chantiers d’insertion Acteurs de la branche professionnelle Formateurs et centres de formation Promoteurs immobiliers Associations de professionnels Professions connexes (chargé de mission et d’animation) Accompagner, Faciliter, Animer
  16. 16. 19 Méthode 1 : Actions d’animation de groupe autour d’une thématique Cette méthode est destinée à impliquer les acteurs dans une démarche collective de promotion (évènement, portes ouvertes, organisation de café débat..), de production (documents…) ou de mise en œuvre (formation, action de démonstration..) d’une action ayant un but spécifique. Les professionnels sont les bénéficiaires de ce travail car l’animation de groupe leur permet de développer ou de renforcer des connaissances, des compétences de travail en équipe, leurs capacités de communication orale et écrite. Par ailleurs, ce travail favorise la cohésion d’un réseau et la compréhension de la situation professionnelle de l’autre. Cette méthode est le socle des autres méthodes expliquées dans ce livret. L’impact et le résultat des autres méthodes dépendent de la capacité de l’animateur à gérer un groupe de professionnels dans une activité ayant un objectif clarifié. Exemples français 1. Réunir les professionnels autour de productions écrites, dossiers techniques ou thématiques Brève description Le Réseau Breton Bâtiment Durable organise des sessions de travail permettant la production de fiches « retour d’expérience » et de dossiers techniques. Ce travail est conduit par un animateur. Les productions sont ensuite positionnées sur le site internet du réseau. Testée par : Réseau Breton Bâtiment Durable Testée auprès de  : membres du réseau (21 organisations) – 1000 consultations depuis 1 an Testée où : Bretagne Quels objectifs  : Mutualiser et formaliser les retours d’expériences / produire ensemble
  17. 17. 20 2. Organiser ensemble un évènement promotionnel Brève description Des structures telles que la CAPEB Bretagne, le Pays du Centre Ouest Bretagne, l’association Approche Eco Habitat organisent des évènements à destination du grand public (portes ouvertes, salons, café débat…) Ces évènements sont réalisés avec les professionnels. Ces derniers, en groupe de travail, se mobilisent bénévolement pour concevoir l’évènement. Le jour de l’évènement, ce sont les professionnels qui animent les ateliers, portes ouvertes….Enfin, les professionnels réalisent également le bilan de l’action. Ils sont aidés par un(e) chargé(e)de mission qui anime les groupes de travail, rédige les documents, fait le lien avec les autres partenaires. Testée par : CAPEB Bretagne, Pays COB, Approche Eco Habitat Testée auprès de : professionnels du bâtiment Testée où : Bretagne Quels objectifs : 1) Favoriser l’implication des professionnels ; 2) Encourager des lieux / des projets donnant lieu à un travail en commun ; 3) Soutenir les professionnels dans leur compétence de communication. 3. Animation territoriale Brève description L’animation territoriale porte sur l’innovation, mais également sur l’éco- construction, les éco-matériaux et énergies renouvelables. Ainsi, le Pays COB coordonne l’émergence et la mise en œuvre d’actions d’information, de sensibilisation et/ou de promotion de ces thématiques. L’organisation de ces opérations se base sur la mise en place de partenariats locaux et
  18. 18. 21 régionaux, facilités notamment par la présence de NEVE’O au sein du Réseau Breton Bâtiment Durable et par sa participation aux travaux du Plan Bâtiment Durable Breton. L’objectif est que ces opérations de communication, en suscitant la demande, puissent donner l’impulsion à un travail collectif de structuration des filières de proximité pour l’éco-construction pour renforcer la visibilité de l’offre existante en éco-matériaux et en favoriser le développement. La CAPEB anime des groupes de travail départementaux ou territoriaux constitués autour du label « éco artisan ». L’association Approche Eco Habitat est en organisée en groupes locaux permettant une initiative territoriale. Testée par  : CAPEB, Pays du Centre Ouest Bretagne, Association Approche Eco Habitat Testée auprès de : professionnels du bâtiment et autres acteurs du territoire impliqués dans l’éco construction Testée où  : Pays du Centre Ouest Bretagne / Région Bretagne Quels objectifs : 1) Permettre des rencontres interprofessionnelles ; 2) Organiser des évènements communs sur le territoire ; 3) Permettre le retour d’expériences. Quels résultats  : les D de l’éco construction - partenariat CAPEB / Pays COB, des cafés débats, des conférences… Conditions préalables à la réussite : un animateur, des degrés d’implication raisonnables pour les participants, une ligne directrice claire et portée institutionnellement
  19. 19. 22 5. Faciliter les groupes de travail pour organiser la formation Brève description  Les professionnels de la construction facilitent l’émergence de groupes de travail pour organiser des actions de démonstration, de formation et des cours certifiés pour partager des connaissances et des compétences et améliorer la compréhension grâce à la collaboration. Testée par : CSBT, WARM, Mike Wye Testée auprès de : le CSBT dont les membres (plus de 50) facilitent à l’échelle régionale la mise en place d’ateliers pratiques et techniques, organisent des sessions de formation professionnelle continue pour un large éventail Exemples anglais 4. Faciliter les groupes de travail régionaux Brève description Les professionnels du bâtiment facilitent l’émergence de groupes de travail au niveau régional pour : • partager leurs connaissances et leur expérience pour élaborer ; • alimenter et transférer des informations techniques ; • développer des actions favorisant la collaboration et une compréhension commune. Testée par : WARM, CSBT Testée auprès de : architectes, concepteurs, professionnels du bâtiment, organismes de recherche, centres d’enseignement, promoteurs immobiliers Testée où : Devon et Cornouaille Quels objectifs : 1) Le développement d’un réseau professionnel ; 2) Le développement régional des compétences ; 3) Le partage d’expériences pour une compréhension commune ; 4) Elaborer, adopter et promouvoir des référentiels professionnels communs (travail engagé pour promouvoir les bonnes pratiques). Quels résultats : de la recherche collaborative; des ateliers régionaux; des conférences; diffusion; publication; prise de conscience accrue du secteur Conditions préalables à la réussite : l’expérience du leadership ; une vision et une orientation/des objectifs; une capacité d’animateur/de facilitateur; communiquer; l’engagement du groupe; la viabilité financière; le soutien des institutions publiques.
  20. 20. 23 de participants du plus bas niveau au plus haut. WARM propose des formations certifiées sur la norme «Passivhaus » aux professionnels du bâtiment, architectes et constructeurs sous la forme de cours dispensés par Carbonlite en collaboration avec l’AECB (Association of Environment Friendly Builders - Association d’Eco-constructeurs). (Plus de 900 membres figurent sur le site internet de l’AECB). Mike Wye fournit des conseils sur ses produits, dispense de la formation professionnelle continue et des cours pratiques sur l’utilisation de la chaux. Les bénéficiaires sont ses clients, les professionnels du bâtiment et le grand public. Testée où : Devon Quels objectifs : 1) Elaborer un cadre commun de compréhension ; 2) Développer des compétences à tous les niveaux ; 3) Créer des réseaux professionnels ; 4) Elaborer des référentiels professionnels et un langage communs. Quels résultats : une base de connaissances accrue, une collaboration technique et pratique, le maintien et le développement des compétences, l’élaboration de normes éthiques, l’expertise technique, une plus grande sensibilisation du public, l’évolution professionnelle, les qualifications professionnelles Conditions préalables à la réussite : qualité d’animation pour encourager la formation, une pédagogie adaptée, une vision et une orientation communes, un vocabulaire technique partagé, des candidats pertinents pour la formation, des référentiels communs de formation et des qualifications montrant une progression clairement identifiée.
  21. 21. 24 ObjectifsActions Visites Techniques à Thème Café Débat Conférences Evènements Informer, démontrer par l’expérience, permettre l’échange Informer, éduquer et sensibiliser Informer, sensibiliser, créer du discernement, permettre l’échange Informer et sensibiliser Informer, sensibiliser, créer du discernement, permettre l’échange Bénéficiaires Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) Maitres d’ouvrage Organisations de formation professionnelle Grand Public Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) Grand Public Maitres d’ouvrage Organisations de formation professionnelle Promouvoir, Valoriser, Communiquer, Diffuser Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) Plusieursfoisdansl’annéeDe1à5foisdansl’année
  22. 22. 25 Méthode 2 : Actions de promotion, valorisation et communication Les actions de promotion, valorisation et communication permettent : • aux professionnels engagés dans l’organisation de l’évènement : 1) De faire connaitre leurs réalisations par des visites techniques ou des journées portes ouvertes ; 2) De développer leurs capacités de communication ; 3) De participer à un réseau de professionnels qui s’associent pour mettre en œuvre ensemble des journées portes ouvertes ; 4) De démontrer aux maitres d’ouvrage la faisabilité d’un projet en éco construction. • aux professionnels participants à l’évènement : 1) De s’inscrire dans des réseaux de professionnels : les professionnels se rencontrent via leur réalisation ou via la participation à un évènement, conférences… 2) D’être sensibilisés sur un sujet technique par des visites techniques. • aux maitres d’ouvrage et grands publics de : 1) Rencontrer des professionnels dans des évènements ou des journées portes ouvertes ; 2) D’être sensibilisés aux techniques et méthodes utilisées par des visites techniques ou des journées portes ouvertes ; Informer, démontrer par l’expérience, permettre l’échangePortes ouvertes Former à la communication et au marketing Grand Public Maitres d’ouvrage Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) De1à5foisdansl’année
  23. 23. 26 3) De comprendre les enjeux de l’éco construction par des débats, des évènements, des journées portes ouvertes et des visites techniques. • aux centres de formations et formateurs : 1) De rencontrer des professionnels pour les faire participer ensuite, en tant qu’experts formateurs, à des formations dédiées ; 2) D’identifier des lieux de visites et des personnes ressources via les conférences et les journées portes ouvertes ; 3) De faire évoluer leurs pratiques et techniques via les visites techniques. Ces actions ont été les premières mises en œuvre par les structures d’accompagnement des professionnels. Elles sont indispensables à la filière et aux professionnels pour convaincre les autres professionnels et les maitres d’ouvrage, afin de promouvoir les acteurs et les réalisations, et ainsi démontrer de la faisabilité. Exemples français 1. Portes ouvertes Brève description A l’échelle régionale, organisation de portes ouvertes pour le grand public. Les artisans accueillent et présentent une de leurs réalisations. Les portes ouvertes se déroulent sur 3 jours (vendredi, samedi et dimanche) en automne ou au printemps. Une communication est réalisée à cet effet. Les chantiers sont classés selon leur localisation et les techniques présentées. Ces actions ont une antériorité de 1 à 7 ans selon les structures organisatrices Testée par  : CAPEB, Pays COB, Approche Eco Habitat Testée auprès de : professionnels du
  24. 24. 27 bâtiment et grand public. Un réseau de professionnels animé par un technicien organise l’ouverture de chantiers. Ces chantiers sont visités par le grand public, mais aussi par des maitres d’ouvrage publics et privés et des professionnels (artisans, entreprises, maitres d’œuvres, architectes, formateurs…) Testée où : Bretagne Quels objectifs : 1) Donner à voir au grand public des exemples concrets de constructions écologiques ; 2) Favoriser la rencontre entre professionnels et clients potentiels sur des chantiers existants ; 3) Permettre aux professionnels de communiquer sur leur savoir-faire et de les valoriser. Quels résultats  : Longévité des actions, répartition géographique à l’échelle régionale, des professionnels en capacité de communiquer sur leurs métiers et réalisation, une mobilisation des professionnels dans l’organisation et la réalisation des portes ouvertes. Conditions préalables à la réussite : L’implication des territoires locaux, une formation sur la communication « réussir l’accueil de sa porte ouverte », un salarié mobilisé pour organiser les portes ouvertes, l’implication des professionnels Points de vigilance : Impression papier des portes ouvertes représentant un coût, implication nécessaire de la presse et radios locales. 2. Opérations de promotion et de valorisation en créant des évènements Brève description La CAPEB a organisé les Assises de l’ECO Construction – 1ere édition mars 2013. Elles ont eu lieu pendant le Salon Bâtiment de BREST. Elles proposent des conférences, un espace de démonstration et un espace d’échanges permettant la rencontre entre professionnels - http://www.eco- construction-bretagne.com/eco-construction-prochains-evenements/item/ assises-eco-construction-2013 Le COB organise des évènements tels que des conférences thématiques ou les « D de l’éco construction » qui accompagnent les journées portes ouvertes. 38 acteurs se mobilisent autour de la valorisation des savoir- faire et ressources du territoire - http://www.centre-ouest-bretagne.org/ Actualites/Portes-ouvertes-Les-D-de-l-eco-construction
  25. 25. 28 Testée par : CAPEB, Pays COB Testée auprès de : professionnels du bâtiment et grand public Testée où : Pays du Centre Ouest Bretagne / Brest Métropole Quels objectifs : 1) Donner à voir au grand public des exemples concrets de constructions écologiques ; 2) Favoriser la rencontre entre professionnels et clients potentiels ; 3) Permettre aux professionnels de communiquer sur leur savoir faire et de les valoriser ; 4) Permettre aux professionnels de se rencontrer. Quels résultats  : Des évènements qui demandent une logistique importante ce qui implique une difficulté de reconduction annuelle. Ces évènements ont un succès important. Conditions préalables à la réussite : L’implication des territoires locaux, l’adossement à un salon d’envergure, l’implication d’acteurs locaux Points de vigilance  : cibler les thématiques, organiser avec les professionnels, communiquer largement, localiser les assises dans un pays (territoire) 3. Visite technique Brève description Organisation de visite de site thématique accompagnée par une conférence technique sur la thématique, réalisée de préférence, avec des professionnels locaux. L’information est ensuite relayée par mail via un mailing. La visite thématique se déroule sur 1/2 journée. Testée par : Réseau Breton Bâtiment Durable / CAPEB Testée auprès de : 20 à 40 professionnels Testée où : Bretagne Quels objectifs : 1) Partager des bonnes pratiques ; 2) Favoriser la compréhension de la réalité professionnelle inter corps d’état via la mixité des publics (professionnels) ; 3) Sensibiliser à une technique, à une méthode par un apport technique et une illustration pratique ; 4) Mettre en valeur l’ensemble du territoire breton ;
  26. 26. 29 Exemples anglais 4. Portes Ouvertes Brève description : Le public visite des maisons où ont été installées des équipements faisant appel aux énergies renouvelables et peut discuter avec les propriétaires. Testé par : 361 Energy Testé auprès de : Le grand public, les entreprises du secteur des énergies renouvelables, les professionnels du bâtiment, des groupes issus d’entreprises sociales communautaires Testé où : Devon Quels objectifs : 1) Communiquer et commercialiser (Green Deal) ; 2) Informer, éduquer et sensibiliser ; 3) Informer, sensibiliser et apprendre par la démonstration ; 4) Partager les connaissances et l’expérience. Quels résultats : Accroître la sensibilisation aux technologies faisant appel aux énergies renouvelables et encourager l’adoption d’équipements d’énergie renouvelable auprès du grand public ; accroître l’emploi pour les installateurs et les contrôleurs des équipements faisant appel aux énergies renouvelables ; réduire les factures d’énergie pour les consommateurs ; introduire des équipements d’énergie renouvelable dans les collectivités ; permettre une meilleure compréhension des mesures d’économie d’énergie pour les consommateurs ; l’accès à des subventions gouvernementales (Green Deal), réduire la consommation d’énergie des consommateurs. Les conditions préalables à la réussite : l’expérience d’un partenaire organisateur ; une vision et une orientation objectives ; la facilitation/ la capacité à animer ; la communication  ; l’engagement du groupe ; la 5) Permettre le développement du réseau. Quels résultats  : la première visite organisée par les structures accompagnatrices a accueilli 20 personnes et la seconde 40 personnes. Une forte demande est présente sur ce type de « produit ». Elle permet une compréhension concrète du sujet choisi. Conditions préalables à la réussite : durée ½ journée, un cas concret illustrant le propos technique, le choix des experts, un mailing établi, une structure légitime Points de vigilance : langage technique, importance de rester concret
  27. 27. 30 5. Réunions de groupes (Café Débat) Brève description L’objectif pour les professionnels est de partager des idées et d’échanger autour de thèmes communs, de présenter de nouveaux concepts et de faire un point sur les activités récentes dans une atmosphère informelle et décontractée. Des réunions sont organisées au niveau régional par l’intermédiaire des groupes d’adhérents. Elles servent de tremplin pour alimenter un large débat sur des thématiques données et permettent la diffusion des connaissances. Elles peuvent créer des réseaux de connaissances et d’affaires. Testé par : WARM (AECB), CSBT (AECB) Testé auprès de : l’AECB (Association of Environnent Friendly Builders), qui est une organisation nationale organisée en groupes régionaux. Les bénéficiaires sont généralement des membres du groupe régional et se composent de professionnels du bâtiment, d’architectes et d’artisans. Peter Warm a été le fondateur de l’AECB. Un membre du personnel de WARM représente l’AECB pour le Devon. Un membre du CSBT est le représentant de l’AECB pour la Cornouaille. Le groupe régional de l’AECB dans le Devon a tenu quelques réunions au cours de l’année 2013-14. En Cornouaille, le groupe est plus actif dans ce domaine et les membres sont plus dynamiques, avec des réunions tenues régulièrement et annoncées sur les deux sites de l’AECB et du CSBT. Les activités des groupe locaux sont rapportées dans le « Green Building Magazine », le magazine trimestriel de l’AECB, gratuit pour ses membres. Testé où : le Devon, la Cornouaille, et partout au Royaume-Uni (par l’adhésion à l’AECB) viabilité financière ; des protocoles/programmes nationaux et régionaux de coordination et de soutien. Points de vigilance : Dans les communautés rurales, l’implication peut être faible si les «portes ouvertes» sont réparties sur une vaste zone. Les visites peuvent concerner uniquement des logements qui favorisent les équipements ou les solutions connus pour être éligibles à des subventions et des aides existantes, limitant l’innovation et la concurrence. Le choix du consommateur sera limité si des exemples locaux accordent la préférence à un seul produit, une seule technologie, service, fournisseur ou matériel, donc la méthode doit être étayée par l’objectivité et une pratique éthique.
  28. 28. 31 Quels objectifs : 1) Communiquer ; 2) Coordonner un réseau de professionnels ; 3) Informer, sensibiliser et apprendre en faisant ; 4) Partager les connaissances et l’expérience. Quels résultats  :  Sensibiliser davantage et favoriser l’adhésion aux nouvelles technologies et techniques à faible impact environnemental ainsi qu’aux nouveaux matériaux écologiques ; élaborer des principes éthiques à travers les discussions de groupe ; partager des connaissances techniques ; présenter les nouveaux membres ; permettre une sensibilisation accrue du marché ; favoriser la compréhension des réglementations et des possibilités de financement. Conditions préalables à la réussite : Avoir du temps ; assurer l’animation de façon active ; avoir le sens de l’organisation ; avoir des connaissances approfondies et l’expertise du secteur ; maitriser les outils de communication du réseau et le protocole d’information (stockage et récupération des données) ; l’implication du groupe ; la viabilité financière ; les liens régionaux (de préférence avec une coordination nationale et des protocoles d’appui). Constitution de la structure si l’adhésion formelle est nécessaire. Points de vigilance : La participation sera faible si les réunions ne sont pas annoncées et s’il n’y a pas diffusion et/ou publication des événements. Les organisateurs bénévoles sont souvent confrontés à des contraintes de temps en raison de leurs activités professionnelles ce qui conduit à l’inertie du groupe. L’Association DEBA (Devon Earth Building Association) est un groupe d’experts qui s’est constitué en 1991 et tient des réunions dans le nord du Devon. Celles-ci ne bénéficient pas d’une large publicité et le groupe d’experts de l’association DEBA reconnaît que les contraintes de temps personnel impactent la mise à jour du site web, (en particulier pour répondre aux demandes de renseignements). Des discussions importantes et utiles peuvent ne pas être prises en compte.
  29. 29. 32 ObjectifsActions Fiches ou livret «retour d’expérience» Dossier Technique ou Thématique Permettre la transferabilité Faire connaitre le réseau Formaliser l’expérience Informer sur les techniques, les leviers et les points de vigilance Diffuser les résultats obtenus Bénéficiaires Autres centres de ressources Formateurs Organismes de formation Professionnels du secteur du bâtiment (de l’artisan à l’architecte) Professions liées à la facilitation de la mission Elu(e)s Promoteurs immobiliers Maitres d’ouvrages publics ou privés Produire des outils pour analyser, classer et utiliser ces informations Avec ceux qui sont impliqués dans le réseau ObjectifsActions Participer à des études, rapports et analyses Centre de Ressources Virtuel, Mise en commun des ressources documentaires Diffuser les résultats obtenus Informer Réaliser une veille pour les membres du réseau Diffuser l’information Par recensement à différentes échelles géographiques
  30. 30. 33 Méthode 3 : Actions de veille, de production de compilation d’informations Les actions de veille et de centres de ressources permettent de soutenir les professionnels par : • La collecte d’informations ; • Le transfert d’informations ; • Le maintien et la disponibilité de l’information ; • Le travail en commun pour réaliser des fiches techniques ou des études de cas. Par ces activités, le centre de ressources : • Mobilise et facilite la coopération entre acteurs ; • Participe au transfert d’expérience et à la capitalisation des compétences et connaissances ; • Promeut le travail réalisé à d’autres échelles d’acteurs (national, européen). Pour que ce travail soit un support pour les entreprises, le centre de ressources doit être animé par un permanent et pérenne dans le temps. Il doit également disposer d’un espace de stockage virtuel et physique. L’animateur doit veiller à la mobilisation continue des acteurs et à l’intégration de nouveaux professionnels dans le réseau. Le centre de ressources et l’animateur doivent être légitimés auprès des professionnels.
  31. 31. 34 Exemples français 1. Dossiers techniques ou thématiques Brève description Constituer un groupe de travail permettant de mutualiser des expériences. Cette mutualisation est ensuite formalisée dans une monographie portant sur un sujet. Par exemple : « qualité de l’air intérieur », « radon »… Testée par : Réseau Breton Bâtiment Durable Testée auprès de  : membre du réseau (21 organisations) – 1000 consultations depuis 1 an Testée où : Bretagne Quels objectifs : Mutualiser et formaliser les retours d’expériences 2. Structuration d’un fond documentaire / d’une base de données accessible via internet Brève description Réaliser des veilles thématiques + envoi de documents via les membres actifs Classer / organiser la documentation Stocker et rendre lisible sur Internet dans un onglet « boite à outils »
  32. 32. 35 3. Formaliser les retours d’expériences à partir de cas concrets par des fiches « retour d’expérience » accessibles sur Internet Brève description Un questionnaire ou une fiche est établie et validée par les membres du réseau Le professionnel choisit un site, un chantier et le soumet à l’animateur du réseau. Des entretiens sont conduits par l’animateur du réseau. Ils sont complétés par des analyses documentaires. Ils sont ensuite formalisés dans une fiche et mis en ligne par l’animateur du réseau. Testée par  : Réseau Breton Bâtiment Durable Testée auprès de : membre du réseau (21 organisations) – 1000 consultations depuis 1 an Testée où : Bretagne Testée par : Réseau Breton Bâtiment Durable Testéeauprèsde :membreduréseau(21organisations)–1000consultation depuis 1 an d’existence du réseau Testée où : Bretagne Quels objectifs : Mutualiser la documentation, partager les productions des uns et des autres, rendre lisible et visible sur un site et rassembler la documentation de plusieurs sources d’information Quels résultats : une boite à outils mise à jour Conditions nécessaires de réussite : Classement clarifié et onglet parlant « boite à outils », une validation des documents postés par les membres actifs Points de vigilance : Une documentation éparse et non organisée, un titre significatif
  33. 33. 36 Exemples anglais 4. Création, édition et mise à jour des ressources en ligne Brève description Méthode destinée à la collecte et au partage de ressources pour les professionnels. Les informations sont collectées, classées, vérifiées, répertoriées et publiées. Les informations techniques et la documentation sont stockées et accessibles en ligne. Les ressources en ligne peuvent proposer des informations gratuitement, ou en limiter l’accès à ses seuls membres ou bien faire l’objet de droits de propriété intellectuelle qui exigent un paiement d’accès. Testé par : WARM, CSBT, 361 Energy Testée auprès de : 1) WARM : liens vers les sites de ressources du standard « Passivhaus ». Certaines fiches techniques et fiches pédagogiques sont accessibles gratuitement sur le site. Les tests et les ressources en matière de recherche- développement sur les matériaux et techniques Quels objectifs : Mutualiser la documentation, partager les productions et les expériences des uns et des autres, rendre lisible et visible sur un site Quels résultats : 10 fiches « retour de pratique » mises à jour / inclusion des fiches chantiers exemplaires LIBNAM en mars 2015 Conditions préalables à la réussite  : une même fiche pour toutes les expériences adaptables, un animateur qui aide à remplir et formalise les fiches, une accessibilité claire dans le site internet Points de vigilance : nécessite du temps
  34. 34. 37 de construction conformes au standard Passivhaus ainsi que les prestations de formation et de certification sont payants. Le  « Passivhaus Trust » propose sur son site des plans gratuits de bâtiments passifs construits au Royaume-Uni et en Irlande, avec des liens vers des informations techniques détaillées pour chaque projet, téléchargeables au format PDF (impossibilité de télécharger ces fichiers au moment de la rédaction de ce rapport). 2) CSBT : les documents d’orientation émanant des autorités locales et quelques études de cas sont accessibles gratuitement, des ressources supplémentaires sont à la disposition des adhérents et des entreprises grâce au programme associé « Charte 2020 ». 3) 361 Énergie : 16 études de cas autour de l’évènement « Green Doors » (Portes ouVERTES) accessibles en ligne et téléchargeables en PDF. Elles visent principalement des maîtres d’ouvrage privés et publics. Testé où  : Dans le Devon, en Cornouaille, et dans d’autres régions du Royaume-Uni (ressources en ligne disponibles au plan international). Quels objectifs : Informer, diffuser des informations; promouvoir le réseau, inciter les usagers à faire des économies d’énergie à tous les niveaux. Quels résultats : Une bibliothèque de boîtes à outils, des normes communes, des données techniques spécifiques à la région, une collaboration technique, une meilleure base de connaissances. Conditions préalables à la réussite  : avoir les droits de la propriété intellectuelle et l’autorisation de publier, la protection des données, la précision des données, la capacité à collecter des données, à les mettre en forme, les vérifier, les mettre en ligne, à assurer la mise à jour des données et la maintenance du site. Points de vigilance : des « paquets» d’informations techniques qui ne fournissent que des données subjectives partielles au grand public. Une utilisation sélective des informations à des fins commerciales ou de marketing. L’intégrité et la sécurité de données sensibles. Les ressources en ligne peuvent proposer des informations gratuitement, ou en limiter l’accès à ses seuls membres ou bien faire l’objet de droits de propriété intellectuelle qui exigent un paiement d’accès. Une information régionale d’une « plateforme multiple à l’épreuve du temps » intégrée à de nouveaux systèmes. Elaborer des fiches d’évaluation.
  35. 35. 38 5. Réalisation et publication de brochures d’information, (données patrimoniales, historiques) Brève description Il n’a pas été possible de contacter l’association DEBA (Devon Earth Building Association) pour l’associer à ce rapport, mais le site web comprend des informations spécifiques au Devon qui ont été soigneusement étudiées et compilées sous forme de brochures au format PDF en collaboration avec le « Devon Historic Buildings Trust» . Les brochures constituent une source unique d’informations techniques, pratiques et historiques qui replacent la construction en terre dans le Devon dans un contexte historique et s’avère utile pour les plans locaux d’urbanisme modernes et le respect des
  36. 36. 39 règlementations en matière de construction. Les informations contenues dans les brochures sont bien documentées et constituent d’importantes ressources en ligne qui on été mises en commun. L’association n’est plus aussi active que par le passé et ces publications soulignent l’importance d’enregistrer, de partager et de maintenir l’accès à des connaissances spécifiques qui seraient autrement perdues. Il ne faut pas sous-estimer ou négliger la contribution de petits groupes régionaux de défense du patrimoine comme DEBA à la compréhension des matériaux de construction naturels, de leurs propriétés techniques, de leurs qualités physiques et de leurs techniques de mise en œuvre. Testée par : DEBA (http://www.devonearthbuilding.com/ ) Testée auprès de  : Les professionnels du bâtiment, les architectes, les constructeurs, les organismes patrimoniaux, les spécialistes des bâtiments historiques, les services d’urbanisme, les collectivités locales, les enseignants, d’autres centres de ressources, des spécialistes de la restauration des bâtiment, les propriétaires de maison. Testée où  : Dans le Devon (ressources en ligne disponibles au plan international). Quels objectifs : Informer, diffuser des informations; promouvoir le réseau, inciter les usagers à faire des économies d’énergie à tous les niveaux, améliorer la compréhension des matériaux, des techniques et de leur utilisation traditionnelle dans le Devon. Quels résultats  : une bibliothèque de boîte à outils, des normes communes, des données techniques spécifiques à la région, une collaboration technique entre praticiens et urbanistes, une meilleure base de connaissances, de la continuité, une succession assurée, un héritage. Conditions préalables à la réussite : des connaissances spécifiques, une expertise professionnelle, une validation par les organismes professionnels, un contrôle par les pairs, une compréhension éthique, de l’enthousiasme, des compétences. Points de vigilance : Danger que l’information soit négligée ou perdue par manque de promotion, ou à cause de la dissolution du groupe / du site.
  37. 37. 40 ObjectifsActions Session de formation Enseignement de l’Innovation à l’Université Développer des compétences techniques Formaliser son expérience Partager les connaissances et le savoir-faire Bénéficiaires Professionnels du secteur du bâtiment ( de l’artisan à l’architecte) Associations de Professionnels Groupes deTransition Formateurs Professions liées à la facilitation de la mission Promouvoir, Valoriser, Communiquer, Diffuser Soutenir la collaboration professionnelle Créer des réseaux professionnels Demandeurs d’emploi Concourir au développement du savoir collectif Analyser sa pratique Professionnels du secteur du bâtiment ( de l’artisan à l’architecte)
  38. 38. 41 Accompagnement individuel Développer des compétences techniques Porteurs de projet Analyser sa pratique Développer la confiance en soi Professionnels du secteur du bâtiment ( de l’artisan à l’architecte) Accompagnement de Projet Collectif Stimuler le faire ensemble Garantir le financement Développer et mettre en œuvre un projet Associations Professionnelles Intégrer un réseau Porteurs de projet Méthode 4 :Action d’accompagnement individuel ou collectif (la formation entre dans ce cadre) Cette méthode est destinée à accompagner les acteurs dans le développement : 1) De leurs compétences techniques ; 2) De leurs réseaux professionnels ; 3) De leur capacité à intégrer la dimension « système » du bâti ; 4) De leur compréhension du travail des autres corps d’état ; 5) De leur confiance individuelle et collective.
  39. 39. 42 Exemples français 1. Accompagnement individuel Brève description Depuis janvier 2010, les élus du Pays COB ont décidé de mener une stratégie de développement économique basée sur le développement des TPE et PME du territoire par le biais de l’innovation. C’est ce qu’on appelle NEVE’O, la démarche technopolitaine du Pays COB. Elle vise à rapprocher les entreprises, les structures et établissements de formation, les chercheurs, l’enseignement supérieur afin de favoriser la création et le développement de projets innovants sur le territoire du Centre Ouest Bretagne. L’accompagnement de projets innovants  est un dispositif gratuit qui s’adresse aux Petites et Moyennes Entreprises du Pays COB et à tout autre porteur de projet innovant qui souhaite s’installer sur le territoire. Il offre un environnement propice au bon développement des projets innovants par un accompagnement à l’ingénierie de projet Elle permet aussi de stimuler l’économie locale par l’accompagnement de projet individuel ou collectif. Enfin, elle donne aux professionnels, les outils permettant une auto analyse de leurs pratiques. Cette méthode s’appuie sur la formation professionnelle et des techniques pédagogiques innovantes permettant la création d’un savoir collectif. Cet accompagnement donne une grande importance aux partages entre professionnels et aux savoir-faire mis en œuvre dans chaque projet de construction compris comme système unique.
  40. 40. 43 et un coaching. L’innovateur est ainsi orienté dans sa démarche et son avancement s’en voit accéléré, quel que soit son domaine d’activité. Pour cela, NEVE’O s’appuie sur : • Un comité de chefs d’entreprises qui apporte une expertise pluridisciplinaire ainsi que des conseils allant de la conception à la mise sur le marché de l’innovation ; • Une équipe technique au Pays COB qui accompagne le porteur de projet et l’oriente dans ses démarches en travaillant en partenariat avec les autres acteurs de l’accompagnement de l’innovation localement et plus largement en Bretagne (NEVE’O est membre du Réseau Breton de l’Innovation) ; • Un réseau de chercheurs, d’enseignants et d’experts sélectionnés pour chaque projet. La CAPEB organise aussi un accompagnement individuel au niveau de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GEPC) et de spécificités techniques. Testée par : CAPEB, Pays COB Testée auprès de : professionnels du bâtiment et porteurs de projet Testée où : Pays du Centre Ouest Bretagne / Région Bretagne Quels objectifs : 1) Soutenir l’innovation économique ; 2) donner confiance ; 3) développer les compétences. Quels résultats : L’accompagnement individuel est généralement le moyen le plus efficace pour accompagner aux changements des professionnels. Il permet de conforter la confiance en soi. 2. Laboratoire d’innovation pédagogique Brève description L’association Approche Eco Habitat a mené une enquête auprès de ses adhérents pour évaluer les techniques formatives qui pourraient être adaptées au contexte et besoin des professionnels. Suite à ce premier travail, un projet de Laboratoire d’innovation pédagogique a été présenté à études ET chantiers et au Conseil Régional de Bretagne. Le projet vise le soutien et le développement de systèmes constructifs non industrialisés et l’utilisation de matériaux bio sourcés dans le bâtiment. Les premières actions du laboratoire sont des ateliers d’analyse de la
  41. 41. 44 pratique destinés à des professionnels et animés par une ingénieure en formation. Ces ateliers ont une thématique précise qui sert d’appui aux échanges collaboratifs. Ils visent la création d’un savoir collectif développant la capacité d’adaptation des savoir-faire. La méthodologie s’appuie sur des connaissances et méthodes issues de la sociologie et des sciences de l’éducation. Testée par : L’association Approche Eco Habitat Testée auprès de : 3 ateliers programmés entre novembre et décembre 2014 et co financés par le projet européen Interreg Libnam. • « Comment monter son dossier RGE ? » (Quimper – 01 12 2014) • « Comment faire pour s’approvisionner en bois de pays selon ses besoins? » (Parc Naturel Régional d’Armorique, Le Faou – 16 12 2014) • « La domotique libre » (Rostrenen – 04 12 2014) 15 ateliers programmés d’ici juillet 2015. Un cofinancement régional et national. Les bénéficiaires sont des professionnels du bâtiment adhérents ou non de l’association. Testée où : Région Bretagne Quels objectifs : 1) Diffuser des connaissances et information sur l’écoconstruction ; 2) Permettre une reconnaissance des savoir-faire acquis sur le terrain par les acteurs eux-mêmes et par les tiers (assurances, employeurs,...) ; 3) Participer à la montée en compétences des acteurs de terrain (capitalisation de connaissances acquises « sur le tas » et/ou nouvelles compétences) ; 4) Favoriser l’émergence de dynamiques et de projets. 3. Mise en œuvre d’une formation technique sur un territoire spécifique Brève description  À la demande d’un professionnel, la formation a été mise en œuvre sur le territoire du «Pays Centre Ouest Bretagne». La formation était axée sur «l’étanchéité à l’air, la détection des fuites dans les bâtiments basse consommation». Elle s’est déroulée sur deux fois deux jours dans la même zone. Ellecomprenaitàlafoisdelathéoriemaisaussidelapratiquesurunemaison. Elle a également permis de souligner la nécessité pour les différents corps d’état de travailler ensemble.
  42. 42. 45 Testée par : CAPEB, ARFAB et Pays COB Testée auprès de  : Artisans du Pays Centre Ouest Bretagne Testée où  : Pays du Centre Ouest Bretagne Quels objectifs : 1) identifier les points clés de l’étanchéité à l’air ; 2) consolider les liens entre artisan sur un territoire ; 3) mettre en évidence la nécessité de travailler ensemble pour répondre au défi thermique de la construction. Quels résultats : Un groupe formalisé en association : ECOB Conditions nécessaires de réussite : un territoire porteur, une demande des artisans de participer à cette formation / une intégration pratique et technique Points de vigilance : La formation technique est un moyen de mettre en évidence l’importance du « faire ensemble ». Il ne faut pas oublier cet objectif. Exemples anglais 4. Pôle de ressources régional Brève description  Le Green Build Hub est en cours de construction selon la norme de durabilité BREEAM (en classe «exceptionnelle») et va constituer un pôle de ressources et de formation en éco-construction. Un investissement à long terme pour la croissance régionale soutenue par de nombreux partenaires des secteurs privés et publics. Testé par : le CSBT Testé auprès de : les membres du CSBT y compris les entreprises qui viennent de signer la nouvelle Charte 2020. Le grand public - en raison
  43. 43. 46 de son lien avec l’Eden Project, le Green Build Hub va attirer de nombreux vacanciers. La recherche et l’éducation. Les entreprises seront en mesure de présenter leurs produits et services Testée où : en Cornouailles Quels objectifs : • Des investissements extérieurs pour acquérir des compétences régionales ; • Des ressources clés en matière de formation ; • Un centre de développement et d’expérimentation pour l’innovation et la croissance du secteur ; • Un centre de ressources régional, un outil pour stimuler et soutenir la croissance des entreprises et développer les partenariats. Quels resultats : Ouverture du nouveau centre de ressources régional à l’été 2015. La croissance économique et écologique. Conditions préalables à la réussite : Une gouvernance forte et visionnaire, une relève assurée. Des partenariats communs qui serviront de catalyseur au financement, une démarche forte d’anticipation des entreprises, des principes de meilleures pratiques qui font l’adhésion et une méthode encouragée par un cadre reconnu. Points de vigilance : la stabilité financière et la continuité des activités, de bonnes pratiques exemplaires, l’objectivité, l’impartialité, l’éthique, l’innovation. La force des partenariats. 5. Travail collaboratif pour organiser, mettre en place et dispenser des formations Brève description Les professionnels de la construction facilitent l’émergence de groupes de travail qui appliquent des normes professionnelles communes pour mettre en place, coordonner et proposer des cycles de formation qui améliorent la pratique et les compétences techniques par le développement structuré
  44. 44. 47 du parcours professionnel et fournissent des orientations. Testé par : WARM Testée auprès de : Dispensé par WARM dans le cadre des pratiques régissant les bâtiments basse consommation, le module de formation certifié ’Carbonlite Passivhaus’ est propre au Royaume-Uni. Il a été élaboré en 2007/2008 par l’AECB et prépare les participants à la qualification européenne certifiée de concepteurs de maisons passives en introduisant les principes du standard allemand ‘Passivehaus’ et les méthodes utilisées par le logiciel de planification’ Passivhaus Planning Package’. WARM propose une formation Carbonlite qui met l’accent sur des exemples de construction au Royaume- Uni et s’adresse aux professionnels du bâtiment britanniques, y compris les collectivités locales, les architectes, les constructeurs, les ingénieurs du bâtiment, les promoteurs. Testé où : WARM dispense une formation indépendante Passivhaus (agréée par l’AECB) dans tout le Royaume-Uni. Quels objectifs : 1) Le développement des réseaux professionnels ; 2) Le développement des compétences au niveau régional ; 3) Le partage d’expériences pour une compréhension commune ; 4) L’élaboration, l’adoption et la promotion des normes professionnelles communes (en visant les bonnes pratiques). Quels résultats : Une recherche collaborative ; des ateliers régionaux ; des conférences ; des activités de diffusion ; de publication ; une prise de conscience accrue du secteur Conditions préalables à la réussite  : Une demande des participants. La stabilité financière et la croissance. Une force commerciale. Une sensibilisation à la politique. L’intégrité écologique. Un engagement communautaire régional, le soutien et la participation. Points de vigilance : Une vision à long terme et de l’objectivité. Des normes juridiques rigides qui empêchent l’innovation, l’expérimentation et la croissance.
  45. 45. 48 Conclusion Les maitres d’ouvrage doivent connaitre l’ensemble des coûts relatifs à la construction ou à la réhabilitation d’un bâtiment. Différentes grilles existent (BREAM, BDA) qui prennent en compte : • Le coût social ; • Le coût financier ; • La performance thermique et hygrométrique du matériau ; • Les capacités du matériau à être en adéquation avec les autres matériaux sans les détériorer (sa capacité à conserver la « bonne santé » de l’habitat, et sa capacité à s’intégrer dans un environnement). Le développement et le soutien aux savoir faire impliquent de : • Elargir le cercle des professionnels sensibilisés pour renforcer le réseau d’acteurs et faciliter le travail inter-entreprises ; • Favoriser la formation pour accompagner les entreprises dans leur montée en compétences ; • Utiliser des logiciels de conception comme BIM avec précaution – le professionnel ne doit pas devenir poseur ; • Permettre l’assurabilité de pratiques qui préservent la «bonne santé » de la bâtisse. Les facteurs de réussite d’une structure accompagnatrice sont : • De la légitimité ; • Une permanence (salarié ou bénévole) avec une disponibilité ; • De la pérennité ; • Une implication des adhérents / membres ; • Des appuis des politiques environnementales financier et opérationnel.
  46. 46. 49 L’acte de démontrer la faisabilité doit être porté par les professionnels déjà inscrits dans la démarche. La conduite d’animation de groupe, de formation ou d’accompagnement demande à être légitimer par des recherches en psychosociologie et en sciences de l’éducation. Notre enquête a permis de mettre en évidence que : • Le changement résultant d’une innovation technique doit être piloté par une démarche d’innovation sociale et des techniques d’animation impliquantes. • L’innovation technique doit être intégrée dans une vision systémique du bâti afin que l’ensemble de ses impacts soient connus, mesurés et discutés. En ce sens, la formation ne doit pas porter sur le seul aspect technique. Elle doit intégrer l’ensemble des paramètres structurels, de compatibilité et d’usage impactés par l’innovation technique.
  47. 47. 50 Annexe 1. Méthode utilisée Un travail collaboratif d’interviews et d’analyse transmanche L’objectif de l’enquête était de formaliser des méthodes d’accompagnement des entreprises utilisées pour conduire le changement et le développement des compétences. Ce travail est une première étape. Il permet d’approcher les méthodes d’accompagnement utilisées sans prétendre faire un état des lieux exhaustif. Il permet également de comprendre la différence contextuelle entre la France et l’Angleterre. Il est un premier pas, permettant une poursuite des travaux. Dans ce cadre, les partenaires du projet LIBNAM – PETROC et l’association Etudes et Chantiers Bretagne et Pays de Loire - ont réalisé une enquête auprès de 8 structures (pour moitié en Bretagne et pour moitié dans le sud du Royaume Uni - DEVON et Cornouaille) accompagnant les entreprises et professionnels du bâtiment dans le développement de leurs compétences vers des secteurs clé de l’économie notamment la construction passive et l’utilisation de matériaux bio sourcés. Les structures d’accompagnement interviewées ont été choisies afin de représenter les différents statuts et type d’organisation (organisation professionnelle, association, structure publique territoriale, structure publique régionale). D’autres structures existent et font également un travail important d’accompagnement des professionnels. Nous n’avons pas pu toutes les interviewées. Les partenaires ont été tenus de faire des choix afin de répondre aux objectifs et aux délais. 1) Un questionnaire commun a été réalisé par les partenaires du projet LIBNAM. 2) Par un échange mail ou téléphonique, une prise de rendez-vous a été programmée avec le référent de la structure accompagnatrice interviewée afin d’expliquer la démarche, ses objectifs et le questionnaire. 3) Un rendez-vous téléphonique ou de visu a été planifié à partir duquel le questionnaire a été rempli. 4) études ET chantiers et PETROC ont ensuite réalisé de concert une synthèse des données recueillies et formalisé les quatre groupes de méthodes principales en identifiant leurs objectifs et finalités. Les
  48. 48. 51 2. Remerciements Nous remercions les structures et les personnes interviewées pour leur disponibilité. Sans elles, le présent document n’aurait pas pu être écrit. Pour la France  CAPEB Bretagne : Marc Dubois La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) a pour objet de défendre, de représenter et de promouvoir les intérêts des entreprises artisanales du bâtiment. La CAPEB Bretagne a pour vocation de permettre la concertation et l’animation des quatre organisations syndicales départementales qui en sont membres. La CAPEB Bretagne synthétise et coordonne les projets départementaux pour en faire un projet régional qui concerne les entreprises artisanales des différentes professions du Bâtiment. Depuis 2006, une commission régionale éco-construction se réunit 4 fois par an pour coordonner le travail des groupes départementaux éco- construction. Un plan d’action y est débattu annuellement pour favoriser auprès des professionnels et du grand public le développement de cette démarche. http://www.eco-construction-bretagne.com/ Pays du Centre Ouest Bretagne : Amélie Goossens Le Pays Centre Ouest Bretagne est un Pays pilote pour le développement durable en milieu rural. Les acteurs de ce partenaires ont décidé d’illustrer chacun des groupes par des exemples concrets présentés dans ce livret. Dans un esprit d’échanges de pratiques transmanches, études ET chantiers et PETROC ont tenu à travailler avec des documents communs construits de concert en tenant compte des différences contextuelles.
  49. 49. 52 territoire mettent en œuvre depuis de nombreuses années des activités autour de cette notion que ce soit au niveau de l’économie (écologie industrielle, production, artisanat, commerce, etc.), de l’agriculture, du tourisme, de l’habitat, de l’énergie, des activités culturelles, des services, des espaces naturels, etc. Le Pays a joué le rôle de fédérateur des énergies locales et de coordination des réponses possibles par l’ensemble des acteurs. Ainsi, des formations FEEBAT (Formation aux économies d’énergie des entreprises et des artisans du bâtiment) proposées par les CAPEB des trois départements ont été mises en place pour la première fois sur le Pays. Il s’agit de formations sur la maîtrise globale de la thermique d’un bâtiment. Trois modules ont eu lieu à Carhaix et Rostrenen pour une trentaine d’entreprises participantes. La mise en place locale de ces formations enclenche pour 2010 la création de réseaux locaux de compétences sur l’éco habitat. Une réunion d’information et de sensibilisation organisée avec l’Alecob sur les dispositifs financiers d’aide aux financements des travaux dans le cadre des économies d’énergie a réuni en mai une vingtaine de professionnels du COB. Le Pays du Centre Ouest Bretagne fait partie des 6 lauréats bretons retenus pour l’appel à projets «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» lancé par l’Etat. Cet appel à projets permettra d’encourager les actions concrètes qui peuvent contribuer à : • Atténuer les effets du changement climatique ; • Encourager la réduction des besoins d’énergie et le développement des énergies renouvelables locales ; • Faciliter l’implantation de filières vertes. http://www.centre-ouest-bretagne.org/ http://www.neveo.fr Réseau Breton Développement Durable via la Cellule Economique de Bretagne: Rémi Boscher Le Réseau Breton Bâtiment Durable a été créé en novembre 2012 au sein de la Cellule Économique de Bretagne sur une initiative de l’Etat, du Conseil Régional de Bretagne et de
  50. 50. 53 l’ADEME Bretagne. En lien et en complément avec les projets portés par les acteurs régionaux de la construction, ce réseau est un outil technique au service des professionnels. Afin d’assurer une cohérence entre les missions portées localement et l‘échelon national, le Réseau Breton Bâtiment Durable a rejoint le réseau BEEP (Bâti Environnement Espace Professionnel). Animé par l’ADEME, ce réseau regroupe les différents centres de ressources régionaux. Il a vocation à favoriser les échanges, capitaliser les expériences et alimenter les réflexions communes. La Cellule Economique de Bretagne est une association type Loi 1901, créée en 1970 sous l’impulsion des pouvoirs publics et des professionnels de la construction. Son rôle est d’être un observatoire régional de la filière construction : au travers de ses observations, ses analyses, la Cellule Economique de Bretagne réalise également des prévisions pour éclairer les stratégies des professionnels et des Pouvoirs Publics. Son champ d’observation s’est progressivement élargi pour évaluer : • L’activité des entreprises de la filière construction (évolution des marchés) • La relation emploi-formation (évolution des besoins en emploi et en formation) • La problématique construction et développement durable - la commande publique • Le bois dans la construction • La gestion et le recyclage des déchets du BTP et matériaux de construction Retrouvez prochainement l’étude de la Cellule Economique sur les «ressources et matériaux biosourcés en Bretagne» sur leur site Internet : www.cellule-eco-bretagne.asso http://www.reseau-breton-batiment-durable.fr/ Association Approche Eco Habitat : Jean Yves Brelivet, Jean Luc Le Roux, Agnès Ravel. APPROCHE Eco-Habitat, c’est un réseau de plus de 160 adhérents impliqués dans une démarche d’éco-habitat en Bretagne : professionnels, institutionnels, élus, et citoyens, au cœur de l’expertise d’usage.
  51. 51. 54 Pour l’Angleterre  361 Energy 361 Energy est un nouvel organisme communautaire qui travaille avec les écoles et les collectivités du nord du Devon pour réduire les consommations d’énergie et les émissions de carbone. L’organisation a été créée par un groupe de consultants partageant les mêmes idées sur le développement durable et les énergies renouvelables. Elle mène différentes actions : encourager le grand public et les professionnels à utiliser les énergies renouvelables, le «Green Deal» et à améliorer l’efficacité énergétique, coordonner un réseau de conseillers et d’installateurs, informer le grand public. Elle est soutenu par le projet SEACS (Sustainable Energy across the Common Space). Le projet SEACS a pour but de mobiliser les habitants de chaque côté de la Manche pour réduire leur propre consommation d’énergie. Il réunit deux collectivités locales en Bretagne ; le Conseil Général des Côtes d’Armor et Lannion-Trégor Agglomération ; et trois au Royaume-Uni ; le Devon County Council, le Dorset County Council et le Wiltshire Council. http://www.361energy.org/ Créée par des professionnels de l’éco-construction, l’association a pour objet de promouvoir un habitat, des lieux de vie et de travail sains, économes en ressources, matériaux et énergie, respectueux de l’environnement, de la culture et des générations futures. Pour cela, elle organise de nombreuses actions tout au long de l’année : organisme de formations agrées, conférences, ateliers, cafés-débat, journées de l’éco-construction, etc. À l’instar du réseau Écobâtir - dont elle fait partie - l’association positionne délibérément son domaine d’action dans un cadre éthique, social et solidaire, visant à mettre en commun les compétences professionnelles des adhérents au service de l’intérêt collectif. http://www.approche-ecohabitat.org/
  52. 52. 55 Warm Home Discount Scheme : Caroline Martin (achitecte pour Warm), Liam McDonagh-Greaves (architecte WARM et architecte et représentant regional de l’AECB dans le Devon) C’est une société à responsabilité limitée : prestations de conseils et de formation au label Passivhaus. WARM est une société anonyme établie en 2009 par Peter Warm pour créer des bâtiments basse consommation. La société propose des services aux professionnels dans le domaine de la construction basse consommation (formation au certificate CarbonLite & au label PassivHaus, réunions café-débat, études présentées dans des conférences (nationales et internationales), ressources et publications en ligne, formation couvrant tous les aspects de la conception et de la construction basse consommation, expérimentation, recherche et développement). L’AECB a été créée en 1989 pour sensibiliser davantage le secteur de la construction à la nécessité de respecter l’environnement. L’AECB est gérée par ses membres. C’est un organisme indépendant, sans but lucratif. Il réunit des constructeurs, des architectes, des concepteurs, des fabricants, des associations de logement et des collectivités locales, pour développer, partager et promouvoir les meilleures pratiques dans la construction durable. Il existe un dispositif d’aide financière pour les faibles revenus : retraités et autres catégories à faibles revenus. Le remboursement est de 140 € sur votre facture d’électricité pour l’hiver 2014-2015. Warm Home Discount Scheme est géré par les compagnies d’énergie. Les plus importantes sont tenues par la loi d’offrir ce remboursement. http://www.peterwarm.co.uk/about-us/ http://www.aecb.net/
  53. 53. 56 Mike Wye Mike Wye est une société à responsabilité limitée du nom de son créateur. Ce fournisseur de matériaux de construction et de décoration écologiques dans le Devon développe plusieurs actions : la consultation en éco-construction, la vente de produits, la diffusion des connaissances sur les matériaux, des actions de formation. Les formations dispensées concernent l’application d’enduits, les peintures naturelles, le tadelakt. http://www.mikewye.co.uk/index.htm CSBT : Cornwall Sustainable Building Trust Le CSBT est un organissme caritatif qui a pour but d’encourager les professionnels à utiliser les matériaux de construction à faible impact, les énergies renouvelables, à améliorer l’efficacité énergétique la construction et la rénovation durables. Il coordonne un réseau de professionnels et conçoit, met en œuvre et construit un centre de ressources techniques. L’association a également pour but d’informer le grand public. Ces missions sont menées au travers d’actions tellles que : • La mise en ligne de ressources, d’études de cas et de publications ; • La formation (certaines sont gratuites), relative aux économies d’énergie, que ce soit dans le mode de vie, la conception ou la construction d’une habitation ; • L’expérimentation, la recherche et le développement ; • Des formations techniques et la formation en apprentissage ; • La construction d’un Centre de ressources (Green Build Hub). http://csbt.org.uk/ http://greenbuildhub.info/
  54. 54. 57 Pour aller plus loin Vous trouverez ici une liste complémentaire non exhaustive de structures accompagnatrices en Bretagne et en Grande Bretagne. Nous pouvons citer notamment : les fédérations professionnelles du Bâtiment, les OPCA de branches, les collectivités territoriales, les Clusters éco construction, les Coopératives d’activité et d’emploi, les Chambres consulaires, le réseau des centres de formation (GRETA, AFPA, centres de formation privés…), les associations (Tiez Breiz, Empreinte…), le réseau des SCOP… AutresstructuresaccompagnatricesenBretagne(listenonexhaustive) : Constructys Bretagne - http://www.constructys-bretagne.fr/ Constructys est un organisme officiel missionné par la branche du BTP et agréé par l’Etat. Il a pour mission de financer les formations professionnelles des salariés et demandeurs d’emploi du secteur mais aussi le conseil auprès des entreprises en matière de gestion des carrières et des compétences. Constructys dispose d’une antenne dans chaque région de France, dont une en Bretagne : Constructys bretagne, composée d’une dizaine de salariés. Notre antenne bretonne a développé des compétences spécifiques dans le champ de la « construction durable ». Elle a notamment réalisé un travail pour favoriser l’emploi des matériaux naturels dans la construction dans le cadre du projet européen Inater’ (www.inater.net ). Au sein du projet franco-britannique   LIBNAM, Constructys Bretagne a coordonné la réalisation des études de cas techniques de chantiers et son guide dédié. D’autres structures accompagnant les entreprises vers le changement existent sur le territoire. Nous nous excusons de ne pas avoir eu le temps de toutes les interviewées – l’engagement pris dans le cadre du projet était de réaliser un premier état des lieux.
  55. 55. 58 Pays de Fougères - http://www.pays-fougeres.org/ La transition énergétique conduit à redéfinir les indicateurs de compétitivité pour toute la filière bâtiment et énergie. Pour relever ce défi, les acteurs du Pays de Fougères ont choisi ensemble de créer sur le territoire le Pôle Performances de l’Éco-construction et ses quatre espaces dédiés : Ecobatys. L’espace savoir-faire des entreprises permettra la mise en relation d’entreprises qualifiés et engagées avec de potentiels clients. La plateforme pédagogique dédiée à la l’éco-rénovation viendra conforter et compléter les modules de formation existants au sein des organismes de formation locaux et régionaux qu’ils soient de la formation initiale, continue. L’espace «Recherche et Innovation», quant à lui, s’appuiera sur de vrais projets pour encourager l’ingénierie et la recherche territoriale. Enfin le parcours pédagogique dédié à la biodiversité et à l’aménagement des espaces verts durable permettra aux futurs concepteurs de mettre en application les nouvelles techniques écologiques de conception et de gestion. Un véritable outil mutualisé aux services des professionnels du bâtiment. Eco Origin – http://www.eco-origin.fr/ L’économie verte nécessite de décloisonner les filières traditionnelles et de développer des transversalités entre acteurs. En favorisant les rencontres et les échanges, le cluster Eco Origin apporte aux entreprises un nouveau réseau de savoir faire et de compétences pour mieux anticiper les évolutions de leurs marchés et s’y adapter, développer leur potentiel d’innovation et se doter des moyens humains et financiers de leur développement. Veille et prospective : • Repérer, structurer et diffuser l’information pour donner des repères sur l’économie verte ; • Création d’une banque de données disponible sur le site internet ; • Création et diffusion de newsletters ; • Veille sur les financements régionaux, nationaux et européens ; • Veille sur les Appels à projets nationaux et européens. L’animation de réseau : • Favoriser les échanges et les rencontres ; • Création d’un annuaire et d’une cartographie des acteurs ; • Mise à disposition d’un extranet pour les adhérents ; • Organisation de conférences, colloques, conventions d’affaires, visites
  56. 56. 59 de salons ; • Stimuler l’émergence de projets collaboratifs. Les groupes de travail sont accessibles à toutes structures du territoire, mobilisées, quelles que soient leur taille et leur activité, et ont pour objectifs : • Permettre d’accéder à des marchés ; • Accélérer le processus d’innovation ; • L’accompagnement de projets ; • Faciliter l’accès individuel ou collectif des entreprises aux marchés, à l’innovation, aux compétences, aux financements ; • Recherche de partenaires techniques ou commerciaux ; • Création d’un annuaire et cartographie des acteurs de la R & D ; • Recherche de partenaires financiers publics ou privés, préparation de dossiers de financements… • Analyse et remontées des besoins en formation. BRUDED - http://www.bruded.org Bruded est un réseau d’échanges d’expériences de communes bretonnes engagées dans des démarches de développement durable où «les élus parlent aux élus». Concrétement, son objectif est triple : • Promouvoir les démarches de développement durable au sein des collectivités adhérentes et contribuer à une dynamique régionale ; • Partager et mutualiser les expériences communales de développement durable ; • Faire connaître des réalisations concrètes de développement durable qu’il s’agisse de démarches globales, d’équipements publics, d’aménagements, de restauration scolaire, ou de gestion des espaces publics, etc. Les échanges d’élus à élus se font de manière collective lors des activités régulièrement proposées ou, individuellement, en accompagnement de projet par les chargés de mission. Le réseau propose : • Des activités régulières où se rencontrent les élus pour échanger : visites sur le terrain pour découvrir des réalisations concrètes, rencontres pour travailler en petit groupe et améliorer ses propres projets ; • Des retours d’expériences à travers des fiches projets, des
  57. 57. 60 mutualisations d’expériences, les brèves de Bruded et le site Internet ; • Un accompagnement individuel par les chargés de mission pour bénéficier d’un regard transversal s’appuyant sur les expériences des adhérents du réseau. L’association compte aujourd’hui près de 130 communes et 2 communautés de communes sur les 5 départements bretons. Associations PACT - Habitat & Développement - http://www.pacthd22. org Il existe une association PACT-HD par département soit 120 professionnels de l’amélioration du parc privé existant (techniciens, thermiciens, ergothérapeutes, conseillers financiers,...) pour conseiller et accompagner les propriétaires dans leurs projets et bâtir les solidarités pour l’habitat. - Bâtipôle - http://www.batipole.org Créé à l’initiative de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Côtes d’Armor, Bâtipole est un centre d’information et d’exposition sur la construction et la rénovation durable. Son rôle est d’accompagner les professionnels du bâtiment et de décrypter l’habitat du futur pour les maîtres d’ouvrages et les jeunes. Bâtipole a comme vocation d’accompagner les entreprises dans les évolutions de leur marché en leur permettant d’intégrer les connaissances et les compétences nécessaires à l’adaptation de leurs activités. Il a comme particularité de s’adresser à l’ensemble des acteurs de la construction (artisans, architectes, maîtres d’œuvre, bureaux d’études…). Bâtipole développe un plan d’actions répondant à plusieurs objectifs : • Informer sur les mutations fondamentales du secteur du bâtiment en lien avec l’habitat durable. Bâtipole est un lieu où il est possible d’appréhender les différentes évolutions de la construction sous les angles technique, économique et réglementaire. • Développer une culture de la performance énergétique. Le Grenelle de l’environnement fixe des objectifs précis de consommation énergétique dans les bâtiments neufs et anciens. Le
  58. 58. 61 rôle de Bâtipole est de permettre aux entreprises d’appréhender et d’acquérir les savoirs indispensables pour répondre à cet enjeu. • Décrypter l’habitat du futur pour les maîtres d’ouvrages. Bâtipole est aussi un lieu accessible pour les maîtres d’ouvrages qui envisagent de construire ou de rénover (particuliers, collectivités), ou pour des jeunes soucieux d’élargir leur connaissance sur l’habitat durable. La Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE) «Élan bâtisseur» - http:// www.elanbatisseur.coop La Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE) «Élan bâtisseur» a pour objet, dans le secteur du bâtiment et des travaux publics : • L’accompagnement, le conseil et la formation de personnes dans la création de leur propre emploi, activité et/ou entreprise ; • La réalisation et la vente de travaux, de prestations de services, tant dans les domaines du gros œuvre que du second œuvre bâtiment. Les missions d’Elan bâtisseur s’articulent autour de 3 axes : • Accompagner des personnes désirant créer une activité dans le domaine du bâtiment ; • Permettre un test de création d’entreprise en grandeur réelle en faisant bénéficier les personnes accompagnées des assurances nécessaires dans un parcours sécurisé ; • Sensibiliser les porteurs de projet à l’éco construction et à la performance énergétique et ainsi contribuer à l’augmentation de l’offre dans ce secteur. Fédération Française du Bâtiment (FFB) – http://www.bretagne. ffbatiment.fr La Fédération Régionale du Bâtiment de Bretagne est l’échelon régional de la FFB. Elle représente 19 500 établissements et 62 398 salariés. La FRB Bretagne a pour mission de défendre et promouvoir les intérêts généraux des entreprises de toutes tailles et de tous corps d’état, d’être un lieu d’échanges et d’informations. Elle représente et défend la profession dans toutes les instances régionales. Elle appui les fédérations départementales du BTP pour répondre aux questions techniques, environnementales, de

×