Le marché français
Events & Meetings
et la RSE
ÉCOLO,
MAIS PAS TROP !
Lionel Malard
• 1 an comme consultant Tourisme/Loisirs
• 7 ans de journalisme
• 6 ans comme dirigeant de L’Événementiel(2 ...
Les références…
Le constat
Le « meeting » ou l’« event »
• est consommateur d’énergie
• a un coût social et environnemental
• dans un syst...
Le constat, les opérateurs en France
Peu de statistiques, mais sont labellisés/certifiés :
• 7% des hôtels de Paris, 25% à...
Le constat, en conclusion
La RSE, pour les opérateurs =
• un discours, une posture
• une démarche de progrès
• un argument...
Le constat, la demande
Une étude personnelle (≠ enquête) oct. 2011-avril 2012
157compétitions/appels d’offres (50% publics...
Les enjeux
• les changements de comportement : individu/organisation
• la généralisation de la connaissance : veille, form...
En conclusion
• On cherche la « caution écolo »,
à la limite du greenwashing aujourd’hui
ÉCOLO, MAIS PAS TROP !
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

09-2013 | MPI | Le marché français Events & Meetings et la RSE

269 vues

Publié le

Intervention lors d'un événement MPI France Suisse, organisé par Green Événements, autour des tendances RSE du marché Events & Meetings français.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
269
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

09-2013 | MPI | Le marché français Events & Meetings et la RSE

  1. 1. Le marché français Events & Meetings et la RSE ÉCOLO, MAIS PAS TROP !
  2. 2. Lionel Malard • 1 an comme consultant Tourisme/Loisirs • 7 ans de journalisme • 6 ans comme dirigeant de L’Événementiel(2 M€ de CA, 15 personnes) • depuis 2006, consultant, fondateur d’Arthémuse Arthémuse • cabinet de conseil en management, stratégie opérationnelle et pilotage de projet (business développement) • au service des acteurs Events & Meetings opérateurs : agences, prestataires, lieux, destinations, fabricants… entreprises : directions des achats organisateurs d’événements grands publics
  3. 3. Les références…
  4. 4. Le constat Le « meeting » ou l’« event » • est consommateur d’énergie • a un coût social et environnemental • dans un système de multi-sous-traitance, peu transparent prise de conscience de la filière recherche de réduction des impacts L’étude MPI The Value of CSR in the Meeting Industryle confirme « feel » « expect » « willbuy » « willpay » 100% dans le ressenti, dans la réflexion, dans la projection 0% dans l’action
  5. 5. Le constat, les opérateurs en France Peu de statistiques, mais sont labellisés/certifiés : • 7% des hôtels de Paris, 25% à Nantes contre 60% à Copenhague • 4 agences sur les 600 françaises, pas de leaders • Palais des congrès/Grands lieux événementiels /Gestionnaires multi-sites mieux lotis • quelques prestataires En retard Pourquoi ? • la crise… • les coûts : +30 à 40% pour des investissements éco-responsables • le nombre d’auto-labels, labels, certifications… • la demande, faible
  6. 6. Le constat, en conclusion La RSE, pour les opérateurs = • un discours, une posture • une démarche de progrès • un argument d’image Mais la RSE n’est absolument pas • un élément de la stratégie globale • un levier de développement l’enjeu : accepter d’être « sanctionné » par les autres! prouver que la RSE est un levier croissance des profits !
  7. 7. Le constat, la demande Une étude personnelle (≠ enquête) oct. 2011-avril 2012 157compétitions/appels d’offres (50% publics, 50% privés) • 13(8,3%) intégraient des questions sur le DD • 5 (3,2%) vrais dossiers DD et RSE • 0 critère de choix, pas d’exigence de labellisation/certification pas de demande Intéressant : Les 5 dossiers DD et RSE parmi • les 10 plus gros budgets en jeu • les 25 contrats les plus longs en durée => plus c’est stratégique, plus la RSE est considérée
  8. 8. Les enjeux • les changements de comportement : individu/organisation • la généralisation de la connaissance : veille, formation, information… • avec l’ISO 20121, une vraie certification dédiée au marché • la demande arrive… • gros budgets, contrat longue durée, international : une nécessité Les freins • la crise : repli sur les fondamentaux • l’accélération de la production • la saisonnalité
  9. 9. En conclusion • On cherche la « caution écolo », à la limite du greenwashing aujourd’hui ÉCOLO, MAIS PAS TROP !

×